Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail associatif

 | 
Matthieu Hély
, 
Maud Simonet

Le travail associatif : renouvellement ou remise en cause du service public ?

Les Enfants de Don Quichotte face au travail de relogement des SDF du canal Saint-Martin : une politisation ambigüe

Olivier Louail

Texte intégral

  • 1 Loison-Leruste Marie, « Consensus ? The French Experience of a “Consensus Conference” on Homelessne (...)
  • 2 Donnant lieu à une enquête de terrain approfondie : 21 entretiens auprès des principaux acteurs de (...)
  • 3 Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale.

1Sociologues et juristes ont largement commenté l’installation par ociologues les Enfants de Don Quichotte (EDDQ) d’un campement militant réunissant « biens-logés » et personnes sans domicile sur les bords du canal Saint-Martin à Paris en décembre 2006-janvier 2007. Toutefois, en se centrant sur les conséquences du mouvement sur l’action publique en faveur des plus démunis1, ces analyses ont laissé dans l’ombre la participation des EDDQ à l’opération de relogement exceptionnelle des SDF du campement qui a suivie. La mission d’expertise2 effectuée en 2007 à la Fnars3 Île-de-France nous a précisément amené à nous focaliser sur cette dernière.

  • 4 Sur Droit au logement et le Comité des sans-logis, voir Péchu Cécile, Droit au logement, genèse et (...)

2S’imposant aux yeux des EDDQ comme suite logique-quoique périphérique-de leur engagement initial, cette participation vient questionner les modalités habituelles d’articulation entre pratiques militantes et professionnelles observables chez les associations de lutte contre les exclusions4, en combinant techniques d’interpellation publique sur le registre du scandale, et implication dans un dispositif d’accompagnement social, habituellement utilisées par des acteurs distincts. Elle donne ainsi lieu à une situation originale.

  • 5 À l’exception de quelques travailleurs sociaux.
  • 6 Potte-Bonneville Matthieu, « Usages », in Potte-Bonneville Matthieu, Artieres Philippe, D’après Fou (...)
  • 7 Weller Jean-Marc, « Usages, comme ils disent », in Vacarme, n°12, 2000, p. 21 et suiv.
  • 8 Chamak Brigitte, « transformations des représentations de l’autisme et de sa prise en charge en Fra (...)
  • 9 Horowitz Ruth, « d’exercice et contrôle disciplinaire de la pratique médicale aux États-Unis. Quell (...)

3En effet, les EDDQ ont obtenu ici de participer directement aux différentes étapes du travail de relogement, au contact direct avec les professionnels, grâce au rapport de force qu’ils ont su instaurer vis-à-vis des pouvoirs publics et des acteurs associatifs au début de cette opération exceptionnelle. La plupart, en tant que non-professionnels de l’action sociale5, n’ont aucune connaissance organisationnelle et pratique préalable du secteur. On trouve aussi parmi eux des militants bien-logés défendant les intérêts des SDF, et des mal-logés usagers des services d’hébergement et de suivi social, proches des mouvements d’usagers qui, comme les prisonniers6, les usagers des DDASS7 ou des services de santé mentale8, prennent la parole au nom de leur connaissance intime des rouages de l’institution qui les prend en charge. Le profane, le militant, et l’usager constituent trois figures du « citoyen sans qualité », non spécialiste appelé à se prononcer sur des enjeux d’intérêt public au sein de dispositifs délibératifs, tels les « public members » des conseils médicaux chargés, aux USA, de statuer sur l’autorisation d’exercice des médecins9.

4C’est cette position d’extériorité qui nous intéresse ici : en entrant en confrontation avec l’ethos des professionnels du social (travailleurs sociaux, cadres associatifs, pouvoirs publics), l’ethos du profane, caractérisé par la non-incorporation des routines intellectuelles et comportementales des professionnels, produit des critiques sui generis - critiques clairement énon- cées, ou plus souvent, critiques en actes, mises en doute ou contestations non pas théorisées a priori ou issues de l’expérience professionnelle, mais émergeant au fil même de cette confrontation.

5Ces critiques convergent vers une politisation du suivi social des SDF, et de leur place dans la relation d’aide. Cette politisation, à son tour, rend visible et questionne certaines caractéristiques distinctives du « drame social du travail » de relogement des SDF dans son exercice routinier. Elle reste toutefois incomplète, voire chargée d’ambiguïtés.

  • 10 Une seconde phase (non étudiée ici) s’est mise en place afin de résoudre les cas non solutionnés lo (...)
  • 11 Qui regroupe les principales associations gestionnaires de services d’urgence et d’insertion des SD (...)
  • 12 Emmaüs, Secours catholique, CASP, Aurore, Cœur des haltes.
  • 13 Sur la configuration du secteur de prise en charge des SDF, voir Damon Julien, La Question SDF, cri (...)

Encadré : l’opération de relogement des SDF du canal Saint-Martin
L’opération de relogement, dans sa phase dite de « sortie de crise10 », a eu lieu du 9 janvier au 4 février 2007, à l’hôpital Saint-Louis, près du canal Saint-Martin. Pilotée par la Fnars11Île-de-France, elle a réuni des représentants de l’État ou apparentés (préfecture, DASS de Paris, GIP habitat.), des travailleurs sociaux, cadres et dirigeants d’associations gestionnaires du secteur12, et des associations militantes (Médecins du monde, EDDQ.) autour de la recherche de solutions de logement, d’hébergement et/ou d’orientation sociale à long terme pour les SDF ayant pris part au mouvement.
Ce contexte exceptionnel a amené les acteurs de l’opération à définir une procédure de relogement dérogatoire par rapport au suivi de droit commun13- réquisition de places d’hébergement et de logements, détachement de travailleurs sociaux par la DDASS et les associations, procédure d’attribution se substituant à celles de droit commun. -permettant la participation des EDDQ.

Défendre les intérêts des SDF via la politisation du travail social de relogement

  • 14 Modalités conformes aux principes déontologiques (Csts [Conseil supérieur du travail social], Ethiq (...)
  • 15 Entendu comme reconnaissance de droits aux bénéficiaires de l’action sociale au titre de la relatio (...)

6Pour assurer à tous les SDF du canal Saint-Martin une solution de relogement, les EDDQ interpellent directement, pendant l’opération, les modalités du suivi social et la configuration de la relation d’aide mises en pratique par les acteurs traditionnels du relogement14, en les politisant de plusieurs manières. Ils défendent ainsi en actes leur propre version du droit des usagers15.

La réintroduction de la question du pouvoir au cour du suivi social

7Le rapport d’assistance : une relation inégalitaire

  • 16 Qui consiste à faire prendre en compte par le SDF les implications pratiques que supposent la satis (...)
  • 17 À cause des ressources limitées de logement à disposition.

8Tout d’abord, les EDDQ travaillent en permanence à rééquilibrer la relation entre les SDF et les travailleurs sociaux, faisant par exemple valoir les « bonnes raisons » poussant un SDF à refuser un logement situé trop loin de son lieu de travail face aux désapprobations de la commission d’attribution, ou critiquant la technique de travail de la demande explicite utilisée par les travailleurs sociaux16, soupçonnée de viser à faire revoir au SDF ses prétentions à la baisse17, sans lien avec sa capacité réelle à occuper un logement.

  • 18 Voir Csts (Conseil supérieur du travail social), L’Usager au centre du travail social, Rennes, Éd. (...)
  • 19 Hughes Everett C., Le Regard Sociologique. Essais choisis, Chapoulie Jean-Michel (dir.), Paris, Édi (...)

9La relation d’aide est alors perçue comme une relation structurelle de dépendance qui met en prise un SDF en demande d’aide et de ressources, et des professionnels du social possédant les clés d’accès à celle-ci, à rebours d’une vision de celle-ci comme alliance entre deux acteurs aux intérêts par- tagés, dominante dans le secteur18. Il s’agit de défendre le SDF contre des professionnels qui du fait de ce déséquilibre courent le risque de franchir-non intentionnellement-la limite ténue qui sépare le « faire pour » du « faire à19 » en recourant à des critères ethnocentriques de jugement ou à des outils professionnels non questionnés comme dans les exemples ci-dessus, mais aussi de leur fournir des arguments pour faire basculer le rapport de force en leur faveur.

  • 20 Par exemple le code de déontologie des assistants de service social.

10Les EDDQ ne sont toutefois pas seuls à souligner la dimension inégalitaire de la relation d’aide. Elle fait d’ailleurs l’objet de tentatives déontologiques20 ou législatives récurrentes d’encadrement. La loi 2002-2, qui innove en incluant une section sur le droit des usagers, rend ainsi obligatoires des dispositifs (contrat de séjour, livret d’accueil, chartes de droits et libertés, recours à une personnalité qualifiée.) allant clairement dans ce sens.

11Le désintéressement, qualité essentielle du profane

  • 21 Entretien Martine Renard, 60 ans environ. Membre des EDDQ, elle a été fortement impliquée dans le t (...)
  • 22 Titre d’un rapport du conseil supérieur du travail social.

12Toutefois, les EDDQ se distinguent en soulignant le caractère structurel de ces dérives : les associations se laisseraient « embrigader par des chiffres, par des sous, par des structures21 », et donc prendre dans des contraintes bureaucratiques (rendre des comptes sur le travail fourni), des enjeux financiers (se positionner dans la concurrence pour l’accès aux financements publics), ou des enjeux organisationnels qui les amèneraient à dévier de leur credo initial : placer « l’usager au centre du travail social22 ». Ce diagnostic exclut de facto la possibilité d’une régulation déontologique de ces abus.

  • 23 Les EDDQ n’ont pas non plus vocation à devenir gestionnaires de structures d’aide.

13Pour les EDDQ, c’est le profane-usager ou militant -, non inséré dans les rapports de pouvoir du secteur, et n’y ayant pas d’intérêts matériels ou symboliques en jeu, qui doit se positionner comme contre-pouvoir. Sa position d’extériorité23 lui permettrait de mobiliser l’« ethos de désintéressement » nécessaire

La politisation, ou la réintroduction de la négociation collective contre l’expertise professionnelle

14L’expertise de professionnels du social constitue la deuxième cible majeure des EDDQ, en tant qu’elle renforcerait l’inégalité structurelle au cœur de la relation d’aide.

15Contre l’expertise professionnelle, « l’expertise profane » des SDZ

16Celle-ci est accusée de déposséder le SDF de tout pouvoir sur sa trajectoire future. En superposant une couche d’expertise supplémentaire à chaque étape de la carrière administrative de la demande de relogement, les différentes catégories de professionnels pervertiraient la demande et la situation du SDF, en les « filtrant » à travers leur grille de lecture professionnelle : critères d’éligibilité aux dispositifs de suivi ; critères routiniers d’évaluation sociale : caractéristiques socio-démographiques, ressources financières, problématiques personnelles éventuelles : addictions, troubles psychiques ou de santé…

17L’expertise exclurait ainsi de facto les non professionnels de l’exercice du pouvoir décisionnaire, en transformant les décisions sur les trajectoires individuelles des SDF en opérations purement techniques. À l’opposé, la participation des SDF ou de leurs représentants à la commission d’attribution permettrait, pour les EDDQ, de restaurer la nature – en partie – politique des décisions qui y sont prises, en les réinscrivant dans un espace de délibération ouvert aux profanes.

  • 24 Potte-Bonneville Matthieu, « Usages », op. cit., p. 370.

18Comment les SDF peuvent-ils alors contrebalancer la force persuasive et la légitimité de l’expertise professionnelle dans les controverses émergeant autour des dossiers ? En y faisant valoir, par eux même ou par la voix de leurs porte-paroles, leur expérience de la rue et des services d’aide, ou les aspects de leur vie avec lesquels leur futur logement devra être concilié : vie professionnelle, amicale et affective, ancrage territorial… – critères que l’expertise des professionnels tend à disqualifier. Davantage, les EDDQ visent, à la manière propre aux mouvements d’usagers, à requalifier cette parole en expertise profane, ce qui revient à « arguer d’une familiarité avec ce dont on use, qu’aucune connaissance de surplomb ne saurait égaler » ; à « témoigner d’une pratique irréductible à la simple exécution de prescriptions générales, comme à la simple soumission aux déterminismes extérieurs. Cela revient, en bref, à faire valoir l’excès d’une expérience (à la fois cognitive et pratique, savoir et art de faire) sur la simple lecture en extériorité24 ». Le savoir de l’usager devient alors comparable, voire opposable à celui du professionnel, lors des débats autour des attributions de logement.

19Contre la responsabilité individuelle des SDF, la responsabilité collective de la société

20Plus classiquement, les EDDQ contestent, lors des débats de la commission, tant les grilles de lectures individualisantes des travailleurs sociaux-qui mettent l’accent sur les « freins » au retour au logement-que celles, technicisantes, des pouvoirs publics et cadres associatifs-qui réduisent selon eux la question du relogement à un problème d’ingénierie institutionnelle. Ils insistent non plus sur le potentiel du SDF à occuper un logement, mais sur l’incapacité de la collectivité à fournir un habitat décent à ses membres, due à un manque de volonté politique de construction de structures d’hébergement et de logements sociaux.

  • 25 La participation à l’opération leur permettait en effet d’abord de conserver, via le contrôle sur l (...)

21Par la repolitisation du travail de relogement, les EDDQ visent à la fois à rééquilibrer-ponctuellement-les termes de la relation d’aide, et à recollectiviser le travail de relogement des SDF. Mais on peut aussi y voir une manière de légitimer a posteriori leur place au cour de l’opération de suivi25, lorsqu’on considère l’impact de leur participation sur les modalités du travail de relogement.

La politisation comme remise en cause des modalités du drame social du travail de relogement des SDF

  • 26 Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit.

22La politisation du suivi social modifie en effet temporairement plusieurs dimensions centrales du « drame social du travail26 » habituel de relogement des SDF.

La remise en cause de la division entre suivi social et travail décisionnaire

  • 27 Il s’agit du monopole revendiqué par un groupe professionnel sur un faisceau de tâches constituant (...)

23Tout d’abord, les EDDQ font apparaître certaines modalités peu visibles de la division du travail de relogement entre les acteurs en présence dans le mouvement même de leur remise en cause, via leur participation à chacune de ses étapes. On peut ainsi voir apparaître les frontières des juridictions27 respectives des groupes professionnels en présence.

Fig. 1. La procédure de relogement

  • 28 Ibid.

24Les travailleurs sociaux sont chargés du travail de terrain en face à face avec les SDF : évaluation sociale, travail administratif de relogement (suivi des dossiers, contacts avec les structures), et travail relationnel (relayer les décisions de la commission, l’accompagner lors des visites de logement). L’autonomisation de ces phases au sein du suivi leur assure donc notamment le monopole sur le diagnostic28 de la situation du SDF, en garantissant la non ingérence des autres acteurs dans les espaces où il est réalisé.

  • 29 Ibid.

25La commission attribue les logements disponibles aux SDF, à partir des dossiers constitués par les travailleurs sociaux-qui en sont donc absents : les cadres associatifs et les pouvoirs publics s’occupent donc des phases cruciales d’inférence et de résolution de problèmes29, impliquant la mise en relation de ce diagnostic avec les ressources disponibles de relogement. Si une telle monopolisation du travail décisionnaire se justifie techniquement par leur connaissance directe des ressources mobilisées pour l’occasion, elle est aussi liée à la position de ces groupes dans l’échelle du prestige, du pouvoir et de la qualification professionnels : en écartant les travailleurs sociaux de la tâche valorisée de gestion du déséquilibre entre demande et offre-limitée-de logements, ils les cantonnent de facto à des tâches d’exécution.

  • 30 Serre Delphine, Les Coulisses de l’Etat social. Enquête sur le signalement d’enfants en danger, Par (...)
  • 31 Le déblocage de ressources exceptionnelles par les pouvoirs publics les conduit ici à vouloir contr (...)
  • 32 Tâche qui implique une connaissance au quotidien du nombre et des caractéristiques des places d’héb (...)
  • 33 Recherche sociale, n°189, 2009.

26La division du travail ne se joue donc pas ici entre travailleurs associatifs d’un côté, et pouvoirs publics de l’autre. Elle met plutôt en évidence la duplicité de la position des travailleurs sociaux, à la fois acteurs en position dominante vis-à-vis de leur public, et agents encadrés, en position dominée dans la division du travail30 - position qui contraint très largement leurs pratiques professionnelles. Cette opération s’éloigne toutefois du fonctionnement des dispositifs de droit commun d’orientation et d’admission vers l’hébergement31, qui octroie davantage de pouvoir décisionnaire aux intervenants sociaux. Les erreurs d’orientation de la commission (orientation d’hommes vers des CHRS réservés aux femmes, vers des structures ayant cessé leur activité.) témoignent d’ailleurs de sa difficulté à endosser une tâche qu’ils prennent habituellement en charge32. L’opération se rapproche en revanche plus du fonctionnement des commissions d’attribution de logements sociaux, dans laquelle leur influence est limitée33.

La remise en cause de la juridiction des travailleurs sociaux

  • 34 Ce terme désigne les barrières d’entrées qui garantissent l’accès au travail de suivi social aux se (...)
  • 35 Souvent formalisée dans des documents (chartes, codes.) définissant strictement les contours de leu (...)
  • 36 Prise en charge des tâches non pourvues, position de soutien aux professionnels, tâches non décisio (...)

27De manière générale, la réhabilitation du statut de profane amène les EDDQ à remettre en cause la partition entre profanes et professionnels qui structure le travail de suivi social. Via la suspension temporaire de la licence34 dont ils bénéficient ici, ils peuvent accéder aux arènes de suivi social et de décision, au-delà du cadre de participation des bénévoles35 habituellement défini par les professionnels36. Ils peuvent ainsi concurrencer directement ceux-ci, et particulièrement les travailleurs sociaux, en s’attaquant directement aux fondements de leur juridiction.

28Nous l’avons vu, les EDDQ remettent en cause l’expertise et les savoir faire professionnels des travailleurs sociaux, via des critiques portant sur les instruments de diagnostic et d’objectivation utilisés lors de l’évaluation sociale.

  • 37 Pour les assistantes sociales, le non respect du secret professionnel est puni par la loi.
  • 38 Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit.
  • 39 Aballea François, De Ridder Guido, Gadea Charles, « en reconnaissance et concurrences professionnel (...)
  • 40 Les Mutations du travail social. Dynamiques d’un champ professionnel, op. cit.
  • 41 Credo caractéristique des professionnels de la relation de service : Goffman Erving, Asiles. Études (...)

29Mais ils s’attaquent aussi à leur éthique et à leur posture professionnelles. En n’hésitant pas à consulter les dossiers des SDF sans accord préalable, certains EDDQ remettent en cause le principe du secret professionnel, réservant l’accès à certaines informations jugées sensibles car privées (état de santé, statut matrimonial.) aux seuls acteurs habilités par le suivi d’une formation déontologique et juridique37 apprenant à manier ces « savoirs coupables38 ». Ils critiquent aussi la distance instaurée en entretien par les travailleurs sociaux vis-à-vis des SDF, via les outils d’objectivation mobilisés et les renseignements administratifs demandés, au motif qu’elle les détournerait d’une part de leur mission-qui consisterait à construire un lien de proximité avec les SDF, à les épauler moralement, voire à pallier, par leur sollicitude, une partie de leurs carences affectives ou familiales. Or celle-ci est revendiquée par les travailleurs sociaux comme une composante centrale de leur posture professionnelle39 : elle permettrait, en neutralisant la composante affective de la relation d’aide, un traitement objectif et équitable des situations des usagers, mais aussi de se prémunir contre les manquements à l’éthique professionnelle, voire à la loi, que pourraient entraîner le mélange incontrôlé des registres personnels et professionnels d’interaction. On a affaire ici à une situation typique de concurrence professionnelle, entre les EDDQ, qui à l’image des « nouveaux professionnels du social (médiateurs en quartiers sensibles, métiers du domicile, de l’accueil40), fondent précisément leur légitimité sur leur proximité sociale ou territoriale avec leurs publics, et les professionnels installés, qui entendent se distinguer des premiers en revendiquant leur maîtrise de la « bonne distance » avec l’usager41, acquise en formation initiale ou via l’expérience professionnelle.

  • 42 Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit., p. 107-110.
  • 43 Freidson Elliott, « l’art ne peut pas être une profession », in L’Art de la recherche : essais en l (...)

30De fait, plus généralement, la portée subversive de l’interpellation des EDDQ tient précisément à la remise en cause des juridictions professionnelles dont elle est porteuse. L’expertise et les savoir-faire professionnels42, mais aussi l’éthique et la déontologie43 constituent en effet, pour les travailleurs sociaux, des ressources stratégiques de légitimité pour justifier de leur capacité d’autonomie et d’auto-régulation des abus liés à l’exercice de leur activité, condition sine qua non pour se voir reconnaître le statut social de profession. Par leurs critiques, les EDDQ remettent donc en question non seulement leur prestige symbolique et leur identité professionnelle, mais aussi leur monopole professionnel, et donc leur liberté-relative-de définir par eux-mêmes leurs missions, les conditions d’exercice et d’évaluation de leur travail, et la façon d’exécuter leurs tâches.

  • 44 La Politisation, Lagroye Jacques (dir.), Paris, Belin, « Socio-histoire », 2003, p. 360-361.
  • 45 Ibid.

31Mais elle touche aussi à l’ordre symbolique du monde des professionnels du social, puisque qu’elle implique la « transgression et la remise en cause [de] la différenciation des espaces d’activité44 ». À la manière d’autres processus de politisation, la participation des EDDQ signifie « d’un même mouvement, dire la vérité des relations sociales qui ne se laissent jamais enfermer dans les dispositifs et les logiques d’un seul champ constitué, et remettre en cause une architecture des rapports sociaux à laquelle les êtres humains sont attachés et dans laquelle ils ont appris à se repérer et à vivre45 ». Elle ébranle donc à la fois des routines de travail, et des évidences partagées par les professionnels du secteur. Elle fonctionne comme injonction à questionner-y compris pour mieux les défendre-des outils et des pratiques professionnelles qui d’habitude sont rarement interrogés au-delà du cadre localisé du collectif de travail, et jamais conjointement avec les usagers. Elle les poussent à réinterroger le sens de leur activité, et à envisager les manières possibles de résoudre les contradictions pratiques entre leur position dans la division technique d’un côté, politique de l’autre, du travail de relogement des SDF, voire de renégocier collectivement ces positions.

Une politisation en trompe l’oil ?

32Il faut toutefois relativiser l’ampleur de la politisation du travail de relogement des SDF opérée par les EDDQ : celle-ci apparaît ciblée et sélective.

Entre subversion et acceptation du cadre de la relation d’aide

  • 46 Parfois perceptibles chez la même personne : l’entretien avec Martine Renard est à cet égard exempl (...)

33Étant volontairement ouvert et peu formalisé, le collectif des EDDQ est traversé de tensions, et tenté par des positionnements contradictoires visà-vis des travailleurs sociaux46. Certains peuvent ainsi quitter le costume de protecteur des intérêts des SDF pour endosser celui de médiateur, davantage respectueux de l’expertise des travailleurs sociaux. Il s’agit alors de « réconcilier les SDF avec les travailleurs sociaux », de « restaurer la confiance » entre eux, en accréditant par exemple les diagnostics de la commission ou des travailleurs sociaux, refusant aux SDF le logement espéré par crainte de les « mettre devant un mur ».

Une politisation des discours sur le registre des droits de l’homme

34D’autre part, l’analyse politique de la situation des SDF portée par les EDDQ se rapproche fortement des référentiels légitimateurs en vigueur dans le secteur social, interrogée sur ce qui a motivé son engagement auprès des SDF, Martine Renard répond :

Quand tu passes sur le trottoir et que tu t’écartes comme si [les SDF] c’étaient des crottes de chien, [.]. [Tu veux] juste dire : je suis pas d’accord : ce sont des hommes et des femmes, et on doit les considérer comme tels. [.] C’était un acte politique fort.

  • 47 Qui portent l’empreinte des associations du secteur : voir l’article d’E. Cheynis dans cet ouvrage.
  • 48 Voir par ex. l’article 1 de la loi de lutte contre les exclusions de 1998 : « lutte contre les excl (...)

35La proximité avec les principes réaffirmés dans la loi de lutte contre les exclusions47 et la loi 2002-2 est frappante. Pour Martine Renard, agir pour restaurer l’humanité déniée des SDF constitue un acte politique fort. De la même façon, c’est une lecture de la pauvreté comme atteinte aux droits de l’homme qui fournit les soubassements théoriques des droits fondamentaux promus par les politiques de lutte contre les exclusions48 : droit au logement, à la santé, à la justice, à un revenu décent, à l’insertion, au travail.

36L’humanisation du sort et de la prise en charge des SDF semble donc être un idéal régulateur commun aux EDDQ et aux professionnels du social.

37Ce constat est renforcé par la réticence des EDDQ à investir le terrain des causes macro-sociales du sans-abrisme habituellement invoquées dans les discours politiques (précarisation du travail, des droits sociaux, crise du logement, de la protection sociale, de la famille.), pour accuser plutôt les pouvoirs publics et les professionnels du secteur de non ou de mal assistance à personne en danger. On a donc plutôt affaire à une politisation sur un mode mineur, micro-social, plus radical sur les moyens à mettre en ouvre que sur les objectifs à poursuivre pour résoudre la « question SDF ».

Conclusion

  • 49 Pour une présentation de celle-ci, voir Loison-Leruste Marie, « Consensus ? The French Experience o (...)
  • 50 Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, « NRF essais », 19 (...)
  • 51 Potte-Bonneville Matthieu, « Usages », op. cit.

38Le positionnement des EDDQ apparaît donc paradoxal, à la fois radical lorsqu’ils remettent en cause le cadre professionnel de la relation d’aide et qu’ils la conçoivent comme rapport de force, et pragmatique lorsqu’ils revendiquent prioritairement la construction de structures d’hébergement et l’humanisation de celles existantes, se muant alors en porte-paroles des associations gestionnaires dans le cadre très institutionnel de la conférence de consensus49. Il rappelle les difficultés des mouvements sociaux constitués autour de la catégorie d’exclusion (Droit au logement, GISTI.) à articuler la dénonciation de situations individuelles intolérables et une théorie de l’exploitation, et donc à traduire leur action d’interpellation de l’opinion en débouchés macro-politiques-difficultés elles-mêmes liées à la remise en cause des représentations classistes de la question sociale au profit d’une approche compassionnelle en termes de droits de l’homme50. On y retrouve aussi la trace des tentatives de conciliation entre participation et critique du jeu institutionnel caractéristiques des mouvements d’usagers51, qui, comme Agir ensemble contre le chômage (AC !), revendiquent la nécessité d’un accompagnement des chômeurs vers l’emploi, tout en revendiquant le droit de participer à la définition de son contenu et en rejetant le schème de l’« employabilité » qui inspire les dispositifs traditionnels.

  • 52 Warin Philippe, Quelle modernisation des services publics ? Les usagers au cœur des réformes, Paris (...)
  • 53 Chauvière Michel, Le Travail social dans l’action publique, op. cit.

39Il nous faut aussi revenir sur la position de la Fnars et des pouvoirs publics, acceptant la participation des EDDQ au nom du droit des usagers. Celle-ci s’inscrit dans le sillage des politiques de modernisation des institutions publiques qui, dans un contexte de remise en cause de leur efficacité et des fondements de leur monopole, entendent relégitimer leur action via des mécanismes impliquant la participation des destinataires de leurs actions52. Or celle-ci se fait au détriment des travailleurs sociaux53 : déjà fragilisés dans leur autonomie en amont de leur action, par le renforcement de la régulation publique de leur activité via le développement de normes managériales et l’obligation d’évaluation de leur activité introduite par la loi 2002-2, ils se voient désormais obligés de composer, en aval, avec la parole des usagers, qu’elle soit consultative et cantonnée à un encadrement des abus éventuels de la relation d’aide (comme dans le droit des usagers défini par la loi 2002-2), ou décisionnaire et ciblée sur les fondements mêmes de leur juridiction, comme ici.

Notes

1 Loison-Leruste Marie, « Consensus ? The French Experience of a “Consensus Conference” on Homelessness », in European Journal of Homelessness, 2, 2008, p. 139-156 ; Borgetto Michel, Lafore Robert, Droit de l’aide et de l’action sociales, Paris, Montchrestien, « droit public », 2009. Schvartz Agathe, Le Plan d’Urgence Hivernale. La prise en charge des sans-abri entre technicisation de l’action publique et mobilisation collective, observatoire Samusocial de Paris, non publié.

2 Donnant lieu à une enquête de terrain approfondie : 21 entretiens auprès des principaux acteurs de l’opération (voir encadré), dont les EDDQ ; analyse des archives de l’opération (documents de communication interne et externe de la Fnars IDF ; écrits professionnels des travailleurs associatifs-cadres et travailleurs sociaux).

3 Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale.

4 Sur Droit au logement et le Comité des sans-logis, voir Péchu Cécile, Droit au logement, genèse et sociologie d’une mobilisation, Paris, Dalloz, « bibliothèque de thèses », 2006 ; sur les rôles différenciés des associations dans l’institution- nalisation du droit au logement et de la loi de lutte contre les exclusions de 1998, voir l’article d’Éric Cheynis dans cet ouvrage.

5 À l’exception de quelques travailleurs sociaux.

6 Potte-Bonneville Matthieu, « Usages », in Potte-Bonneville Matthieu, Artieres Philippe, D’après Foucault : gestes, luttes, programmes, Paris, Prairies ordinaires, « Essais », 2007.

7 Weller Jean-Marc, « Usages, comme ils disent », in Vacarme, n°12, 2000, p. 21 et suiv.

8 Chamak Brigitte, « transformations des représentations de l’autisme et de sa prise en charge en France : le rôle des associations », in Cahiers de recherches sociologiques, n°41-42 (« Nouveau malaise dans la civilisation : regards sociologiques sur la santé mentale, la souffrance psychique et la psychologisation », Marcelo Otero [dir.]), 2005, p. 169-190 (http://www.erudit.org/revue/crs/2005/v/n41-42/1002465ar.pdf).

9 Horowitz Ruth, « d’exercice et contrôle disciplinaire de la pratique médicale aux États-Unis. Quelle protection pour le public ? », in Revue française des affaires sociales, n°1, 2005, p. 271-301.

10 Une seconde phase (non étudiée ici) s’est mise en place afin de résoudre les cas non solutionnés lors de la première phase, à partir de février 2007.

11 Qui regroupe les principales associations gestionnaires de services d’urgence et d’insertion des SDF.

12 Emmaüs, Secours catholique, CASP, Aurore, Cœur des haltes.

13 Sur la configuration du secteur de prise en charge des SDF, voir Damon Julien, La Question SDF, critique d’une action publique, Paris, PUF, « Lien social », 2002. Sur les procédures d’attribution de logements sociaux, voir Recherche sociale, n°189 (« Les attributions de logements sociaux, entre règles et pratiques »), 2009.

14 Modalités conformes aux principes déontologiques (Csts [Conseil supérieur du travail social], Ethique des pratiques sociales et déontologie des travailleurs sociaux. La nécessaire question du sens et des limites des interventions sociales, Rennes, Éd. de l’École nationale de la santé publique, 2001) et aux recommandations légales (loi 2002-2 rénovant l’action sociale et médico-sociale : voir Chauvière Michel, Le Travail social dans l’action publique, Paris, Dunod, « sociale », 2004) en vigueur dans le secteur.

15 Entendu comme reconnaissance de droits aux bénéficiaires de l’action sociale au titre de la relation d’usage, et comme participation-consultative ou décisionnaire-des usagers à la définition des modalités de leur prise en charge institutionnelle : voir Les Usagers, entre marché et citoyenneté, Chauvière Michel, Godbout Jacques (dir.), Paris, L’Harmattan, 1992.

16 Qui consiste à faire prendre en compte par le SDF les implications pratiques que supposent la satisfaction de sa demande, et donc souvent à la lui faire reformuler.

17 À cause des ressources limitées de logement à disposition.

18 Voir Csts (Conseil supérieur du travail social), L’Usager au centre du travail social, Rennes, Éd. de l’École nationale de la santé publique, 2007.

19 Hughes Everett C., Le Regard Sociologique. Essais choisis, Chapoulie Jean-Michel (dir.), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1996, p. 62.

20 Par exemple le code de déontologie des assistants de service social.

21 Entretien Martine Renard, 60 ans environ. Membre des EDDQ, elle a été fortement impliquée dans le travail de suivi.

22 Titre d’un rapport du conseil supérieur du travail social.

23 Les EDDQ n’ont pas non plus vocation à devenir gestionnaires de structures d’aide.

24 Potte-Bonneville Matthieu, « Usages », op. cit., p. 370.

25 La participation à l’opération leur permettait en effet d’abord de conserver, via le contrôle sur le destin du campement des SDF, un moyen de pression politique sur le gouvernement.

26 Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit.

27 Il s’agit du monopole revendiqué par un groupe professionnel sur un faisceau de tâches constituant selon lui le cour de son activité, qu’il tente de faire reconnaître aux autres acteurs de l’espace social dans lequel il est engagé : Abbott Andrew, The system of professions. An essay on the division of expert labor, Chicago, University of Chicago press, 1988.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Serre Delphine, Les Coulisses de l’Etat social. Enquête sur le signalement d’enfants en danger, Paris, Raisons d’agir, « Cours et travaux », 2009, p. 17.

31 Le déblocage de ressources exceptionnelles par les pouvoirs publics les conduit ici à vouloir contrôler plus strictement leur utilisation.

32 Tâche qui implique une connaissance au quotidien du nombre et des caractéristiques des places d’hébergement disponibles.

33 Recherche sociale, n°189, 2009.

34 Ce terme désigne les barrières d’entrées qui garantissent l’accès au travail de suivi social aux seuls professionnels, notamment le diplôme sanctionnant une formation spécialisée : Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit., p. 100.

35 Souvent formalisée dans des documents (chartes, codes.) définissant strictement les contours de leur champ d’intervention et les modalités d’exercice de leur activité : voir Simonet Maud, Le Travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute, « Travail et salariat », 2010.

36 Prise en charge des tâches non pourvues, position de soutien aux professionnels, tâches non décisionnaires…

37 Pour les assistantes sociales, le non respect du secret professionnel est puni par la loi.

38 Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit.

39 Aballea François, De Ridder Guido, Gadea Charles, « en reconnaissance et concurrences professionnelles », in Les Mutations du travail social. Dynamiques d’un champ professionnel, Chopart Jean-Noël (dir.), Paris, Dunod, « Action sociale », 2000, p. 195-214.

40 Les Mutations du travail social. Dynamiques d’un champ professionnel, op. cit.

41 Credo caractéristique des professionnels de la relation de service : Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Les Éditions de Minuit, « Sens commun », 1968.

42 Hughes Everett C., Le Regard sociologique, op. cit., p. 107-110.

43 Freidson Elliott, « l’art ne peut pas être une profession », in L’Art de la recherche : essais en l’honneur de Raymonde Moulin, Menger Pierre-Michel, Passeron Jean-Claude (dir.), Paris, La Documentation française, 1994, p. 117-136.

44 La Politisation, Lagroye Jacques (dir.), Paris, Belin, « Socio-histoire », 2003, p. 360-361.

45 Ibid.

46 Parfois perceptibles chez la même personne : l’entretien avec Martine Renard est à cet égard exemplaire. Les exemples cités ci-dessous en sont issus.

47 Qui portent l’empreinte des associations du secteur : voir l’article d’E. Cheynis dans cet ouvrage.

48 Voir par ex. l’article 1 de la loi de lutte contre les exclusions de 1998 : « lutte contre les exclusions est un impératif national fondé sur le respect de l’égale dignité de tous les être humains » ou la réaffirmation du respect de la dignité, de l’intégrité, de la vie privée, de l’intimité et de la sécurité de l’usager dans la loi 2002-2.

49 Pour une présentation de celle-ci, voir Loison-Leruste Marie, « Consensus ? The French Experience of a “Consensus Conference” on Homelessness », op. cit.

50 Boltanski Luc, Chiapello Ève, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, « NRF essais », 1999, p. 425-437.

51 Potte-Bonneville Matthieu, « Usages », op. cit.

52 Warin Philippe, Quelle modernisation des services publics ? Les usagers au cœur des réformes, Paris, La Découverte, « Recherche », 1997.

53 Chauvière Michel, Le Travail social dans l’action publique, op. cit.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. La procédure de relogement
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

Ater, université Paris 13 Doctorant, IDHE (UMR CNRS 8533), université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540