Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail associatif

 | 
Matthieu Hély
, 
Maud Simonet

Le travail associatif : renouvellement ou remise en cause du service public ?

Les mobilisations en faveur d’une loi contre les exclusions (1994-1998) ou comment faire reconnaître des savoirs associatifs sur la pauvreté

Eric Cheynis

Texte intégral

  • 1 Loi n°98-657 du 29 juillet 1998 d’orientation relative à la lutte contre les exclusions (JO du 31 j (...)

1La loi d’orientation relative à la lutte contre les exclusions1, définitivement adoptée en juillet 1998, a parfois pu être qualifiée par plusieurs ministres en charge du dossier de « loi des associations ». À travers cette formule, ils entendaient souligner les intenses mobilisations du monde associatif en faveur de ce texte et le rôle qu’il a joué dans son processus d’élaboration. Au regard de la faible portée juridique de cette loi, l’énergie déployée par bon nombre d’acteurs associatifs peut sembler paradoxale. En effet, contrairement à la loi relative au revenu minimum d’insertion (RMI) votée dix ans plus tôt, la loi contre les exclusions ne créée pas de prestations nouvelles et, de l’avis de beaucoup, les dispositions qu’elle contient auraient très bien pu faire l’objet d’un texte regroupant diverses mesures d’ordre social.

2Pour autant, pas moins de deux projets de loi présentés par deux gouvernements successifs et de couleurs politiques opposées, quasiment quatre ans de débats et de multiples rebondissements furent nécessaires avant d’aboutir à l’adoption définitive de ce texte. Le premier projet, intitulé « projet de loi d’orientation relatif au renforcement de la cohésion sociale » et mis en discussion devant l’Assemblée nationale le 15 avril 1997, n’a pas abouti en raison de la dissolution quelques jours plus tard. De plus, à y regarder de près, la revendication d’une loi n’a été construite que progressivement dans le cours même des mobilisations associatives et apparaît donc davantage comme une conséquence que comme une cause de ces dernières.

  • 2 Sur ce point, voir L’Expert associatif, le savant et le politique, Lochard Yves, Simonet Maud (dir. (...)
  • 3 Lochard Yves, Simonet Maud, « experts associatifs, entre savoirs profanes, militants et professionn (...)
  • 4 Cette contribution s’appuie sur une recherche menée dans le cadre d’un DEA et en partie remaniée. L (...)

3Nous voudrions ici montrer que les enjeux sont ailleurs que dans le texte de loi lui-même. Notre hypothèse est qu’à travers les mobilisations associatives en faveur de cette loi se sont jouées la construction et la reconnaissance de savoirs associatifs sur la pauvreté2. Refusant d’être cantonnées dans un rôle de simples exécutantes, les associations se sont tout d’abord affirmées comme de véritables producteurs de représentations sur la pauvreté. Dans un second temps, nous voudrions analyser les mobilisations associatives sous l’angle de la structuration d’un espace d’expertise et de contre-expertise sur la pauvreté3. Loin de toute approche figée de ces catégories, l’objectif est de faire de la délimitation des frontières l’enjeu même de l’analyse tout en soulignant le rôle central de l’État dans les processus de légitimation des savoirs associatifs. Enfin, en se penchant sur le rôle d’une association en particulier, ATD Quart Monde, il s’agit de mettre en évidence les différents répertoires d’action mobilisés par les associations tout comme leurs ressources différenciées4.

L’affirmation des associations comme producteurs de représentations sur la pauvreté

  • 5 Sur ce point, voir notamment Péchu Cécile, « les exclus passent à l’action. La mobilisation des mal (...)

4Pour les associations mobilisées entre 1994 et 1998, un des enjeux majeurs bien au-delà de la seule revendication d’une loi contre les exclusions, a trait à la question de leur représentativité. Au début des années 1990, apparaissent de nouveaux mouvements dits « d’auto-support » qui parviennent à lever les obstacles à l’action revendicative de populations marginales aux faibles ressources économiques et sociales (en termes de revenu, de statut, de compétence politique et d’autorité) comme les chômeurs ou les mal logés5. En mettant en scène des catégories de population en difficultés, ces mouvements nouveaux viennent bousculer les organisations intervenant traditionnellement dans le champ de la pauvreté et contribuent à délégitimer leurs actions alors qualifiées de trop « caritatives ». Remettant en cause leurs logiques anciennes « d’assistanat », les grandes associations de solidarité investissent à leur tour la rhétorique du « partenariat » qui vise à associer les personnes en difficulté, et selon la formule consacrée à « faire avec » et non plus seulement à « faire pour ». À travers les mobilisations associatives visant à lutter contre la pauvreté, se joue donc la capacité des associations à représenter les populations au nom desquelles elles parlent. Au-delà des luttes et de la concurrence entre associations, c’est la question de leur place au sein même de l’action publique qui est en jeu.

  • 6 Entente inter-associative de lutte contre la pauvreté et l’exclusion : Grande Cause nationale, Cahi (...)

5Depuis le début des années 1980, si le rôle des associations dans la lutte contre la pauvreté est allé croissant, elles ont néanmoins été cantonnées dans une fonction de simples exécutantes voire de sous-traitante de politiques publiques. Au milieu des années 1990, c’est une toute autre place qu’elles revendiquent. Comme le souligne un des documents à la base de leur mobilisation : « le temps n’est plus à l’organisation de l’assistance ou à la solidarité spectacle6 ». Ces transformations et les débats qu’elles suscitent contribuent à structurer le champ associatif de la lutte contre la pauvreté mais traversent aussi parfois certaines organisations elles-mêmes. Les conflits de personnes au sein du Secours catholique qui, pour ne prendre que ce seul exemple, se soldent, en mai 1998, par la mise à l’écart de Denis Vienot, secrétaire général, masquent en réalité un débat d’orientation que la presse résume en ces termes :

  • 7 Le Monde, 22 mai 1998.

Le Secours catholique doit-il rester une association caritative traditionnelle, comme le défendent certaines personnalités, ou devenir un « lieu » capable d’entrer dans une dynamique de transformation sociale, comme le souhaitent les hommes de terrain7.

6Refusant d’être de simples exécutantes, les associations aspirent bel et bien à être reconnues en tant que véritables partenaires sociaux comme le résume une représentante de l’Union interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (Uniopss) :

  • 8 Entretien Uniopss, 21 juin 2000.

[…] si l’on regarde ce qui se passe en Irlande où y a tous les ans une espèce de négociation syndicats-patronat-associations sur ces questions-là, euh, tous les ans ou les trois ans. Y a eu des programmes anti-pauvreté qui se font dans des négociations associant syndicats-patronat-associations de lutte contre l’exclusion, euh, oui, nous en France ça n’existe pas, clairement, c’est sûr, là c’est vraiment un monde, c’est vraiment dommage que ce type de., que ce type de rencontres et ce type de reconnaissance réciproque aussi je pense, ne se fasse pas plus. […] c’est ce triptyque là qui représente la démocratie d’une certaine façon, on est bien sur un système à trois pieds en fait, gouvernement-représentation nationale-collectif associatif qui sont bien l’expression de la démocratie8.

  • 9 Compte rendu d’une réunion interne à ATD tenue le 5 février 1996.

7À travers cette revendication, il s’agit aussi pour les associations de s’affirmer contre les syndicats. Les mouvements sociaux de décembre 1995 ou encore celui de l’occupation des Assedic durant l’hiver 1997 n’ont pas manqué de peser dans les mobilisations et revendications associatives en matière de lutte contre l’exclusion. Signe de la concurrence entre associations et syndicats, l’Uniopss avait préparé un communiqué insistant sur ce qu’elle appelait les « difficultés » que les grèves causaient aux plus pauvres. Par crainte que l’argument ne soit récupéré par le gouvernement, le communiqué n’a néanmoins pas été rendu public9. Le Secours catholique, quant à lui, s’appuyait sur les travaux de la Commission sociale de l’épiscopat français, réunie le 29 janvier 1996 autour du thème de « l’absence des plus défavorisés dans toute l’agitation du mois de décembre » pour dénoncer « les risques de manipulation des plus pauvres ». Tenues à l’écart tant par les associations que par les pouvoirs publics, les grandes organisations syndicales n’ont guère montré d’enthousiasme pour une loi dont elles ne voyaient pas l’intérêt. Les propos du député Noël Mamère qui, durant les travaux de la Commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi, invite à « dépasser les blocages liés au paritarisme » résument sans doute mieux que toutes autres formules ce qui se joue alors dans la concurrence entre syndicats et associations et les luttes pour parler au nom des populations les plus marginalisées.

8La revendication de cette place de véritable partie prenante dans l’élaboration de l’action publique en matière de lutte contre la pauvreté, les associations l’appuient sur la construction d’une véritable expertise dans le domaine. Une grande part du travail inter-associatif consiste à élaborer des positions, à produire des analyses de la situation à partir de l’expérience et de la spécificité de chaque structure, à réagir aux propositions du gouvernement et à en formuler d’autres. Pour ne prendre que quelques exemples : le 13 mars 1995, un groupe d’associations rend public un « Pacte contre la pauvreté et l’exclusion » demandant à l’État de faire de la lutte contre l’exclusion une priorité ; le 29 juin 1995, après avoir mené une réflexion sur le rôle de l’État dans la lutte contre l’exclusion, les mêmes associations organisent une conférence de presse et publient un document intitulé Pour un pacte contre la pauvreté et l’exclusion-Les engagements indispensables de l’État ; ou encore le 14 mars 1996, elles présentent à la presse et remettent aux pouvoirs publics leurs propositions dans un nouveau document intitulé Pour la participation de tous.

9Ce qui est alors en jeu est bel est bien la production d’une expertise. Il s’agit pour les associations de faire reconnaître leurs savoirs et savoir-faire dans ce domaine. Leur implication, le 27 mars 1995, en plein cour de la campagne pour l’élection présidentielle, dans un débat avec les trois principaux candidats-E. Balladur, J. Chirac et L. Jospin-participe de ces processus de légitimation de leur expertise. Cet évènement intitulé « Vaincre l’exclusion » et organisé à la maison de la Radio par le quotidien La Croix et France Inter a laissé une large place à plusieurs associations, Hugues Feltesse, directeur général de l’Uniopss, participant même à l’animation des débats.

  • 10 Hugues Feltesse, directeur général de l’Uniopss, Compte rendu de la Commission « contre la pauvreté (...)

10Au-delà de la revendication d’une loi, les associations visent avant tout à construire et à imposer leurs propres représentations de la pauvreté. Comme le souligne un compte rendu de la Commission « Lutte contre la pauvreté et l’exclusion » de l’Uniopss, les mobilisations associatives constituent « une démarche d’opinion publique [car] c’est une vision qu’il faut modifier. […] L’objectif est de faire passer le public d’une solidarité de la souffrance et de l’émotion à une solidarité pour la justice10 ». Dans ces conditions, l’expertise associative consiste aussi en une mise en forme du monde social. La communication et les médias occupent une place centrale dans les mobilisations associatives. Une partie non négligeable du travail inter-associatif se déroule, en effet, dans des sous-réunions où les « communicants » de trois ou quatre grandes associations mettent en commun leurs compétences.

11La représentation de la pauvreté que sous-tend la loi contre les exclusions est marquée par une convergence avec la pensée des droits de l’Homme. Cette approche avait déjà pu être formulée quelques années auparavant dans un rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme :

  • 11 La lutte contre l’exclusion. Grande pauvreté et droits de l’Homme, rapport de la Commission nationa (...)

La question des droits de l’Homme, pour les plus démunis, ne se pose pas simplement en termes de droits économiques et sociaux : c’est ce qui apparaît lorsque l’on prête l’oreille à leurs voix. En effet, leur première exigence est d’être reconnu dans leur dignité humaine11.

12En faisant référence à « l’égale dignité », l’article premier de la loi consacre en quelque sorte cette conception de la pauvreté et symbolise la philosophie générale du texte. Si cette approche de la pauvreté est souvent présentée comme une avancée majeure tant par les pouvoirs publics qu’une partie du monde associatif, elle n’est cependant pas mise en avant avec la même vigueur par tous. Sans s’y opposer franchement, certains acteurs associatifs défendent des représentations différentes de la pauvreté. C’est à cette pluralité des expertises associatives que nous voudrions désormais nous intéresser.

Entre expertise et contre expertise : l’état au cour des processus de légitimation

13Entre 1994 et 1998, deux collectifs d’associations sont créés et contribuent à structurer un espace d’organisations intéressées par les questions relatives à la pauvreté, la précarité et la lutte contre les exclusions. À travers la constitution de ces deux collectifs se construit également un espace d’expertise et de contre expertise. Loin de considérer que les frontières entre les deux sont statiques, nous voudrions faire de leur définition l’enjeu même de l’analyse et souligner le rôle essentiel joué par l’État dans la légitimation (ou pas) des savoirs associatifs. Non seulement les associations tendent à se polariser en fonction de leur plus ou moins grande proximité avec l’État, mais ce dernier contribue également à définir la frontière entre expertise et contre expertise en sélectionnant ses interlocuteurs.

14La création du premier collectif d’associations qui répond au nom générique « Alerte » et très fortement liée au label « Grande Cause nationale 1994 » attribué par les pouvoirs publics. En décembre 1993, les services du Premier ministre, contactent en effet ATD, l’Armée du Salut, Emmaüs, l’Association Setton, le Secours populaire français et le Secours catholique afin de leur attribuer collectivement le label. Ces six associations acceptent cette « reconnaissance » à la condition de pouvoir l’élargir à un ensemble plus large composé d’une trentaine d’organisations. La quasi-totalité d’entre elles se côtoie déjà au sein de la Commission « Lutte contre la pauvreté et l’exclusion » créée au milieu des années 1980 au sein de l’Uniopss. Elles ont eu l’occasion de travailler ensemble notamment sur l’adoption et le suivi de la loi instituant en 1988 le RMI. Non seulement l’attribution du label « Grande Cause nationale » permet d’institutionnaliser un peu plus ce regroupement, mais surtout il favorise le développement du travail commun. En dotant leur collectif d’un nom combatif, les associations favorisent la mobilisation, gagnent surtout en visibilité publique et parviennent à pérenniser leur action en commun bien au-delà de l’année 1994.

  • 12 Argoud Dominique, «’Uniopss : un “ ministère privé des Affaires sociales ” ? », in Revue française (...)

15Le cas de l’Uniopss, pour ne prendre que cet exemple sans doute le plus emblématique, qui assure la coordination et le secrétariat du collectif Alerte, est significatif de la proximité voire de la très forte imbrication de ce pôle du monde associatif avec le système politico-administratif. Structure interfédérale, l’Union est « un acteur incontournable aux yeux des pouvoirs publics » et « exerce un rôle prépondérant dans l’évolution des politiques sociales en France12 ». Les exemples de passages entre l’Union et l’administration dépassent largement le cas des présidents très souvent issus de la haute fonction publique. Deux salariés de l’Uniopss qui, durant l’élaboration de la loi, ont été successivement présidents de la sous-commission logement et donc en charge des questions relatives à l’habitat, ont occupé par la suite un poste de conseiller dans le cabinet de Louis Besson, secrétaire d’État au logement à partir de juin 1997. Puis après ce passage par un cabinet ministériel, l’un des deux est nommé secrétaire général du Haut comité au logement. Dans le même ordre d’idée, Michel Thierry, inspecteur général des Affaires sociales chargé par le gouvernement du rapport d’évaluation de la loi n’est autre que le président de l’Union régionale interfédérale des œuvres et organismes privées sanitaires et sociaux (Uriopss) Île-de-France. Les passerelles sont ainsi nombreuses et facilitent de toute évidence les contacts avec la sphère politico-administrative. Cette porosité des frontières, parfois non dénuée d’ambiguïté, peut être sujette à débats voire polémiques. Les critiques adressées à René Lenoir un temps président de l’Uniopss qui a cumulé cette fonction avec une poste de conseiller pour les affaires sociales auprès de l’Élysée sont révélatrices des enjeux de délimitation et du souci du monde associatif de réaffirmer son indépendance vis-à-vis des pouvoirs publics. Même s’il avait pris la peine de recueillir l’assentiment du conseil d’administration de l’Uniopss avant de s’engager auprès du président de la République, cette double position n’a pas manqué de faire grincer des dents comme en témoigne l’encadré critique publié, en juillet 1995, dans la revue Travail social actualités (TSA) sous le titre « Lenoir cumule » :

  • 13 TSA, n°557, 7 juillet 1995.

Ce n’est plus un secret, M. René Lenoir est conseiller « officieux » du président de la République, Jacques Chirac, pour les questions liées à la pauvreté et à l’exclusion. Tout en sachant composer avec la gauche qui le remercia en le nommant directeur de l’Ena en 1988, M. René Lenoir, secrétaire d’État à l’action sociale de Valéry Giscard d’Estaing de 1974 à 1978, n’a jamais rompu ses liens avec la droite. Son cumul des présidences de l’Uniopss et de l’Observatoire de l’action sociale décentralisée (Odas), cette année était déjà limite. Cette fois les responsables d’associations ne cachent pas leur étonnement, pour certains leur inquiétude. M. Lenoir doit choisir. Il en va de l’indépendance du mouvement associatif à quelques jours de la présentation du projet de loi cadre […]13.

16Le second rassemblement associatif qui prend le nom de « Collectif contre la précarisation et les exclusions » commence à se structurer un peu plus tard, à la toute fin de l’année 1995. Il est en partie issu d’un désaccord au sein d’Alerte quant au positionnement vis-à-vis des pouvoirs publics. Dominé par quelques grandes organisations très institutionnelles ou caritatives (Secours catholique, Uniopss), Alerte ne laisse guère la place à l’expression de positions revendicatives et protestataires. Certains de ses membres-Médecins du monde, la Fédération nationale des associations de réinsertion sociale (Fnars) par exemple-souhaitent non seulement remettre en cause un discours qu’ils jugent trop consensuel mais également ouvrir le collectif à d’autres types d’organisations comme, par exemple, le Comité des sans logis, Droit au logement (DAL), le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), le Groupe d’informa- tion et de soutien des immigrés (GISTI), le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP). En exacerbant ces positions, le contexte du mouvement social de 1995 va précipiter la constitution d’un second collectif. Face au refus de certains d’élargir le collectif Alerte, c’est Médecins du monde qui prend l’initiative de lancer un autre rassemblement. À la vieille d’un sommet social prévu à Matignon en plein cour des manifestations de décembre 1995, l’objectif est d’organiser une mobilisation parallèle qui vient bousculer et concurrencer la représentativité syndicale. S’il ne s’agit alors que d’une première téléréunion improvisée dans la précipitation, celle-ci jette les bases d’un regroupement associatif qui contraste avec le mode de fonctionnement plutôt feutré d’Alerte.

  • 14 Entretien Fnars, 7 juin 2000.

17Dans le processus de construction et de reconnaissance des savoirs associatifs produits par ces deux collectifs, le rôle de l’État est central. À travers sa capacité à sélectionner ses interlocuteurs, à jouer la division entre les associations et à exercer sur elles un certain nombre de pressions, il contribue à tracer les frontières entre expertise et contre expertise. Contrairement au réseau Alerte, le collectif « contre la précarisation et les exclusions » rencontre beaucoup plus de difficultés pour être reçu par les cabinets de Jacques Barrot et Xavier Emmanuelli, respectivement ministre des affaires sociales et secrétaire d’État à l’action humanitaire d’urgence, en charge du pilotage de la loi dans le gouvernement d’Alain Juppé. Au delà de quelques relais très personnels-notamment une ancienne salariée de Médecins du monde travaillant alors pour le Cabinet de X. Emmanuelli-les membres du second collectif se heurtent au refus des pouvoirs publics de les recevoir et donc de les considérer comme individuellement ou collectivement représentatifs. Et les entrevues obtenues, souvent après avoir menacé de prendre la presse à témoin, ne sont guère concluantes à leurs yeux. De leur côté, les responsables politiques jouent souvent la division et prennent parfois discrètement à parti les membres d’Alerte participant également à l’autre collectif leur reprochant de se fourvoyer avec « ces gens d’extrême gauche14 ». La présence de certaines organisations dans les deux collectifs est révélatrice du caractère flou de la frontière entre expertise et contre expertise tout comme l’atteste la conférence de presse commune aux deux collectifs tenue le 2 octobre 1996. Le rôle de l’État est là encore déterminant car c’est la déception face à l’annonce, le 30 septembre, par le gouvernement d’un avant projet de loi qui permet ce rapprochement momentané.

18Suite à la dissolution de l’Assemblée nationale et la victoire de la gauche lors des élections suivantes, le nouveau gouvernement dirigé par Lionel Jospin, contrairement à l’équipe précédente, multiplie les rencontres avec les associations. Plusieurs conseillers de Martine Aubry, en charge de la préparation du texte, consacrent des heures à rencontrer les responsables d’associations avec sans doute l’objectif de « canaliser » les critiques. Si avec l’alternance politique le style change, le nouveau pouvoir continue néanmoins à jouer la division entre associations et collectifs. Le 23 octobre 1997, la ministre reçoit elle-même dix-sept membres du collectif Alerte afin de leur présenter les grandes lignes du projet de loi en préparation. Quant aux associations membres du collectif concurrent, ce n’est qu’après avoir protesté qu’elles ont finalement été reçues début novembre par des membres du cabinet de la ministre. Tout en s’appuyant sur les collectifs associatifs constitués, les pouvoirs publics maintiennent des relations bilatérales avec chaque organisation et peuvent ainsi jouer de la concurrence entre elles. Beaucoup moins structuré que le réseau Alerte, le collectif « contre la précarisation et les exclusions » finit par se déliter en cours de l’année 1997. Les associations membres des deux coalitions finissent par se retrouver dans une situation intenable. La Fnars ou Médecins du monde soutiennent de moins en moins les positions du DAL ou du MNCP. L’arrivée de la gauche au pouvoir a ainsi reconfiguré l’espace des associations et provoqué la disparition de fait du second collectif. Lors des débats et travaux parlementaires du printemps 1998, les associations aux positions les plus protestataires et revendicatives sont auditionnées sous l’appellation « groupe de travail et d’échange inter-associatif sur le projet de loi d’orientation relatif à la lutte contre les exclusions », éphémère troisième regroupement associatif né des reconfigurations de l’espace social, d’expertise et de contre expertise, ici considéré.

19Si l’État joue un rôle fondamental dans la délimitation des frontières entre expertise en contre expertise, la légitimation des savoirs associatifs repose aussi sur la mobilisation de ressources inégalement réparties.

La mobilisation de répertoires différenciés : le rôle d’ATD Quart Monde

20Dans un dernier temps, nous voudrions mettre en évidence le rôle joué par ATD dans le processus de construction de savoirs associatifs et d’imposition d’une représentation de la pauvreté. Au-delà de cette organisation, il s’agit de souligner les différents types de répertoires d’action mobilisés, tout comme l’inégale répartition des ressources entre associations dans la production d’une expertise. Dans les différents entretiens réalisés à l’occasion de cette recherche, toutes les personnes interrogées, tant du côté associatif que des pouvoirs publics, ont spontanément mentionné le rôle du mouvement ATD. Si la revendication d’une loi est encore loin d’être à l’ordre du jour du collectif Alerte lors de sa création en 1994, en revanche elle constitue une priorité pour ATD dès 1987.

  • 15 Labbens Jean, Sociologie de la pauvreté, Paris, Gallimard, 1978.

21Pour Robert Castel, cette association développe une conception substantialiste de la pauvreté qui est perçue comme un corps étranger dans la société salariale. Reprenant les termes d’un ouvrage du sociologue proche d’ATD, Jean Labbens15, Robert Castel écrit :

  • 16 Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)
  • 17 Ibid., p. 372.

Les « pauvres », pour cet auteur, « se situent au dernier échelon, ou mieux encore à côté de l’échelle sans arriver à mettre le pied sur le premier gradin. Ils ne se reconnaissent pas dans la classe ouvrière, et la classe ouvrière ne se reconnaît pas en eux »16. […] Le parti pris de penser la problématique du « quart monde » comme absolument distincte de la classe ouvrière est une composante centrale-et très discutable-de l’idéologie d’ATD Quart Monde17.

22C’est, en partie, cette idéologie qui se trouve dans la philosophie générale du texte qui fait converger la lutte contre la pauvreté et le discours relatif aux droits de l’homme. La capacité du mouvement à imposer sa représentation de la pauvreté et donc à faire reconnaître son expertise est à rapprocher de la combinaison d’une légitimité à la fois institutionnelle, scientifique et militante.

23Sur un plan institutionnel, ATD a toujours noué des relations privilégiées avec les pouvoirs publics au point d’être parfois qualifié « d’édredon de l’administration ». Comme le rappelle Bernard Lahire, le mouvement

  • 18 Lahire Bernard, L’Invention de l’illettrisme, Paris, La Découverte, 1999, p. 40.

a systématiquement joué la carte de la négociation avec les autorités, politiques ou non politiques, les plus hautes (présidents de la République et gouvernements successifs de la France, Unesco, Communauté européenne, OCDE.), et ce, quelles que soient leurs orientations idéologiques18.

  • 19 Ibid., p. 41.

Ainsi donc, depuis sa création, ATD Quart Monde est clairement dans un rapport de collaboration, même si parfois critique, plutôt que d’affrontement ou de contestation vis-à-vis des pouvoirs publics. Il cherche davantage à « responsabiliser les institutions », les syndicats, les partis politiques, les églises, et, plus fondamentalement encore, l’État, que de les prendre à partie19.

  • 20 Ibid., p. 40.

24Comprenant dès le départ qu’il fallait impliquer des personnalités dont la respectabilité publique était incontestable, le Père Joseph Wresinski, fondateur de l’association, s’est employé à cette tâche afin que le mouvement bénéficie « du capital relationnel de multiples personnalités issues de la haute bourgeoisie, de l’aristocratie ou de la fonction publique qui le rejoignent dans la grande tradition philanthropique20 ». La présence, entre autres, depuis 1964, à la présidence du mouvement, de Geneviève Anthonioz De Gaulle, alors que, outre son nom et ses engagements politiques, elle avait notamment fait parti du cabinet d’André Malraux, participe de cette stratégie d’accès à l’État.

25Par ailleurs, le fait que G. Anthonioz De Gaulle et avant elle le Père Joseph Wresinski siègent au sein du Comité économique et social (CES) constitue une ressource et un avantage par rapport aux autres associations. Si les présidents successifs du Mouvement siègent parmi le collège des personnalités qualifiées en leur nom propre et non en tant que représentant de l’association, dans les faits, cette distinction est toute formelle. Cette position institutionnelle est une formidable tribune médiatique et politique comme le rappelle le discours de G. Anthonioz De Gaulle prononcé au nom du CES lors de l’ouverture à l’Assemblée nationale, le 15 avril 1997, du débat parlementaire en première lecture sur le projet de loi d’orientation relatif au renforcement de la cohésion sociale présenté par le gouvernement Juppé. Elle constitue surtout le lieu de transformation d’un savoir associatif en un savoir reconnu et porté par une institution étatique. Les deux rapports respectivement rédigés en 1987 par le Père Joseph Wresinski et en 1995 par G. Anthonioz De Gaulle en nom du CES permettent à ATD de faire recon- naitre et accepter son expertise de la pauvreté. Ce qui n’était alors que l’expertise d’une association se voit ainsi officiellement labellisée et légitimée.

26Au-delà de ses positions institutionnelles, l’association cherche également à construire la légitimité de son savoir en relation avec le monde académique. Ce positionnement sur le champ du savoir et de la connaissance est une des caractéristiques de l’association. Si son nom usuel est aujourd’hui ATD Quart Monde, son appellation d’origine est en réalité « Aide à toute détresse-Science et Service » marquant ainsi une volonté de ne pas seulement intervenir dans le domaine de l’aide caritative mais de s’imposer comme un acteur du savoir afin de construire ce qu’elle appelle une « science de la pauvreté ». Plus concrètement, si, en 1987, le Père Joseph Wresinski s’était avant tout appuyé sur sa propre expérience et celle des militants du mouvement, pour celui de 1995, il est fait appel à deux laboratoires de recherches. D’un côté, le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) est chargé d’une enquête auprès de 800 personnes présumées pauvres et répartis dans dix sites sur l’ensemble du territoire français. De l’autre, le Centre d’économie des besoins sociaux de l’université de Nantes (CEBS) se voit confier une série d’entretiens auprès d’acteurs de politiques publiques. Le rapporteur fait en outre appel au Conseil scientifique de l’évaluation des politiques publiques qui doit rendre un avis sur la démarche. Si la confrontation entre savoirs académiques et savoirs associatifs ne se fait pas sans heurt, ATD n’en devient pas moins un acteur incontournable dans le domaine de la lutte contre la pauvreté. Si le Credoc souligne que

  • 21 Rapport du Credoc, p. 17 dans La Grande pauvreté. Évaluation des politiques publiques de lutte cont (...)

« la lecture théorique de la pauvreté à laquelle procèdent les militants de cette association est parfois l’objet de débats, voire de controverses », il n’en reconnaît pas moins « l’importance de son implantation dans les quartiers »21.

27Dans sa campagne en faveur d’une loi, ATD, relayé en cela par le collectif Alerte, n’hésite pas multiplier les rencontres avec les membres de Cabinets ministériels en charge du dossier, à interpeler les parlementaires dans une multitude de courriers tout comme à rédiger des amendements à leur soumettre. D’autres associations, ne disposant pas des mêmes ressources, se refusent néanmoins à un tel travail. Les membres du second collectif, en particulier, ont eu recours à d’autres répertoires d’action. Ils ont notamment fait appel à la manifestation comme moyen de pression sur le gouvernement. À chaque moment fort du débat concernant la loi, ils ont invité, par un communiqué de presse ou des tracts, à des rassemblements et des « actions chocs » comme l’occupation de locaux publics ou de ministères. Il s’agissait de créer un rapport de force par le recours au nombre. Entre autres actions spectaculaires, il est possible de citer la présence de l’association Agir contre le chômage pendant plusieurs jours au printemps 1998, devant l’Assemblée nationale. Alors que les places réservées au public à l’intérieur de l’hémicycle du palais Bourbon étaient limitées, cette association s’est installée à l’extérieur, munie d’une télévision afin de retransmettre les débats, de leur donner plus de publicité. Cependant, même pour les associations les plus proches de l’État, cette entreprise de légitimation de savoirs associatifs trouve ses limites. Elle achoppe notamment face à l’autorité des fonctionnaires du Ministère des finances dans une forme d’autocensure comme le souligne cet extrait d’entretien avec ATD :

  • 22 Entretien ATD, 6 juin 2000.

[…] on a fait le ministre de l’emploi et de la solidarité évidemment, euh, le secrétaire d’État à la Santé, à l’époque c’était Kouchner, donc ça c’était dans le deuxième projet, euh l’Éducation nationale, euh, le Logement, la Culture, et puis, et la Justice. Et on a pas eu le courage d’aller jusqu’aux Finances, parce qu’on fait pas le poids, enfin, moi je ressentais les choses comme ça, on y est pas allé en tout cas, […] on n’est pas allé jusqu’aux finances, je pense qu’on se sentait pas la compétence de discuter chiffres22.

  • 23 550 euros par mois, plus le logement et la protection sociale, et 75 à 165 euros par enfant (chiffr (...)

28Enfin, dans un contexte de professionnalisation croissante du monde associatif, ATD présente un modèle singulier d’engagement et de militantisme. Pour reprendre le vocabulaire en usage en son sein, l’organisation classe ses membres selon trois catégories. Les « volontaires permanents » sont des personnes salariées par l’association. Responsables d’une partie des activités, ils vivent-seuls ou en famille-parmi les populations aidées. En tentant de partager le même quotidien mais aussi à travers leur rémunération23, ils cherchent à se conformer aux préconisations du Père Joseph Wresinski fondateur du Mouvement. Les « alliés » participent aux activités selon le modèle classique du bénévolat associatif. Les « militants Quart Monde » sont les personnes en difficulté qui s’investissent régulièrement dans le Mouvement qui par ailleurs les soutient. Cette singularité d’ATD dans le paysage associatif français permet sans doute d’expliquer l’intérêt que les responsables politiques de tout bord ne cessent de manifester à son égard. En travaillant depuis de nombreuses années avec un groupe de « militants Quart Monde », le Mouvement a permis à ces profanes d’acquérir un certain nombre de compétences, de construire une expertise expérientielle de la pauvreté, au risque d’en faire des professionnels de la prise de parole. En mettant en avant, lors de chaque rencontre avec les pouvoirs publics certains de ces représentants, le Mouvement répond aussi à une attente des responsables politiques.

29En définitive, plusieurs dispositions de la loi permettent l’entrée des associations dans certaines institutions officielles ou bien renforcent leur rôle. Pour ne prendre que quelques exemples parmi d’autres, la loi crée un Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion (article 153. 1) et renforce également le rôle du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE), créé en 1992 par une révision de la loi de 1988 instituant le RMI, et dans lequel les associations sont représentées. Ces places accordées au monde associatif signifient une reconnaissance officielle de leurs savoirs dans le domaine de la lutte contre la pauvreté. En choisissant certaines organisations comme interlocutrices et en en excluant d’autres, l’État contribue à tracer les frontières entre expertise et contre expertise. En tentant d’imposer ses présentations de la pauvreté, le monde associatif participe de la mise en forme de l’ordre social. En interaction avec l’État, il a ainsi contribué à légitimer les catégories de la pratique « exclus » et « exclusion » et à les constituer en catégories d’action publique.

Notes

1 Loi n°98-657 du 29 juillet 1998 d’orientation relative à la lutte contre les exclusions (JO du 31 juillet 1998, p. 11679-11709).

2 Sur ce point, voir L’Expert associatif, le savant et le politique, Lochard Yves, Simonet Maud (dir.), Paris, Éditions Syllepse, « présent avenir », 2003.

3 Lochard Yves, Simonet Maud, « experts associatifs, entre savoirs profanes, militants et professionnels », in Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Demazière Didier and Gadéa Charles (dir.), Paris, La Découverte, « », 2009, p. 274-284.

4 Cette contribution s’appuie sur une recherche menée dans le cadre d’un DEA et en partie remaniée. Les matériaux mobilisés se composent d’une quinzaine d’entretiens avec des acteurs associatifs alors considérés comme les « » et « » de leur organisation, mais aussi des députés et membres d’un cabinet ministériel. La documentation consultée comprend les publications officielles relatives à la loi abordée (JO, rapports du Conseil économique et social, etc.) mais également les archives de certaines associations mobilisées.

5 Sur ce point, voir notamment Péchu Cécile, « les exclus passent à l’action. La mobilisation des mal-logés », in Politix, n°34, 1996, p. 114-133.

6 Entente inter-associative de lutte contre la pauvreté et l’exclusion : Grande Cause nationale, Cahier des charges, mars 1994, p. 5 (archives de l’Uniopss).

7 Le Monde, 22 mai 1998.

8 Entretien Uniopss, 21 juin 2000.

9 Compte rendu d’une réunion interne à ATD tenue le 5 février 1996.

10 Hugues Feltesse, directeur général de l’Uniopss, Compte rendu de la Commission « contre la pauvreté et l’exclusion » de l’Uniopss, du 24 mai 1994.

11 La lutte contre l’exclusion. Grande pauvreté et droits de l’Homme, rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme, Paris, La Documentation française, janvier 1992, p. 464.

12 Argoud Dominique, «’Uniopss : un “ ministère privé des Affaires sociales ” ? », in Revue française des Affaires sociales, n°3, juillet-septembre 1992, p. 93.

13 TSA, n°557, 7 juillet 1995.

14 Entretien Fnars, 7 juin 2000.

15 Labbens Jean, Sociologie de la pauvreté, Paris, Gallimard, 1978.

16 Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, «’espace du politique », 1995, p. 138.

17 Ibid., p. 372.

18 Lahire Bernard, L’Invention de l’illettrisme, Paris, La Découverte, 1999, p. 40.

19 Ibid., p. 41.

20 Ibid., p. 40.

21 Rapport du Credoc, p. 17 dans La Grande pauvreté. Évaluation des politiques publiques de lutte contre la grande pauvreté, rapport présenté par M me Geneviève De Gaulle-Anthonioz, Avis et rapports du Conseil économique et social, Paris, Journal officiel, séances des 11 et 12 juillet 1995.

22 Entretien ATD, 6 juin 2000.

23 550 euros par mois, plus le logement et la protection sociale, et 75 à 165 euros par enfant (chiffres 2009).

Auteur

Maître de conférences, université de Haute Alsace (Mulhouse), Prisme-GSPE (UMR CNRS 7012)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540