Version classiqueVersion mobile

Le travail associatif

 | 
Matthieu Hély
, 
Maud Simonet

« L’entreprise associative » au service de « l’entreprise citoyenne » ?

Les « banquiers solidaires » : pour une économie de la rupture1 ?

Pascale Moulévrier

Texte intégral

  • 1 Les professionnels du microcrédit enquêtés dans le cadre des investigations mobilisées pour nos ana (...)
  • 2 Pour rappel, les institutions françaises de microcrédit évoquent régulièrement leurs inspirations i (...)

1Les activités professionnelles de microcrédit connaissent depuis la fin des années 1980, un essor régulier en France et sont défendue par leurs initiateurs comme pratiques « innovantes ». Même si on ne peut nier une forme de développement récent2, une approche historique des phénomènes économiques nous oblige à replacer ces pratiques de crédit destinées aux emprunteurs les moins dotés en capitaux plutôt dans une dynamique de réinvention, de renouvellement de pratiques largement expérimentées entre la fin du xixe et le début du xxe siècle.

  • 3 Moulévrier Pascale, Le Mutualisme bancaire. Le Crédit mutuel de l’Église au marché, Rennes, PUR, «  (...)
  • 4 Voir notamment Boltanski Luc, Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Les Éditions de M (...)

2Ainsi, dans le prolongement des travaux réalisés sur les carrières des dirigeants du Crédit mutuel en France3, il est apparu intéressant d’interroger les trajectoires sociales et professionnelles des responsables des entreprises dont l’activité principale est aujourd’hui le microcrédit, social ou professionnel. Au-delà des parcours, les investigations ont permis de recenser les pratiques professionnelles quotidiennes d’individus pour qui l’ancrage professionnel à cheval entre l’espace de la finance, de la banque et celui du travail social, ne confère pas une identité professionnelle et statutaire immédiate. Ce dernier point, observé par de multiples chercheurs dans de nombreux secteurs d’activités où les dirigeants sont d’abord des responsables, managers, cadres, directeurs4, etc., avant d’être banquier, ingénieur, etc., devient ici intéressant à interroger tant ce flou est constitutif d’une position possible. En effet, les frontières poreuses entre le contenu solidariste des activités et son aspect financier, entre le salariat et le bénévolat, entre le responsable (rarement appelé directeur), les autres employés et les adhérents (bénéficiaires ou pas) sont au fondement même de cet espace professionnel du microcrédit.

  • 5 À la question des trajectoires individuelles s’apparente celle des positions institutionnelles qui (...)

3Ceux qui sont nommés ici les responsables ou les dirigeants sont le plus souvent des salariés, même si dans le cas d’associations très récemment implantées, de structures nationales qui testent la viabilité d’un territoire du point de vue du développement de ces activités, ou de très petites entités au nombre de dossiers volontairement limité, ce responsable peut être bénévole. Les fonctions des uns et des autres varient de fait suivant la taille de l’entreprise (c’est-à-dire surtout suivant le nombre de dossiers traités et de personnel rémunéré). Se côtoient dans l’espace du microcrédit de toutes petites associations locales n’appartenant à aucun réseau pour qui l’activité de microcrédit est intégrée à une pluralité de missions de réinsertion économique et sociale, des associations locales appartenant à un réseau dont elles se réclament à la fois dans le fonctionnement et dans les principes (Les Cigales), des associations dont le territoire d’intervention est le département, la région, l’inter région, autonomes dans la gestion de leurs activités mais rattachées à un groupe national (L’Adie, les associations affiliées à France Active), des antennes ou délégations d’associations nationales (La Nef), des services spécifiques de groupes bancaires coopératifs (Le parcours Confiance des Caisses d’épargne), pour ne citer que les formes principales5.

  • 6 Même si la « cohésion » de l’espace de la micro-finance ne peut être attribuée à ce que Max Weber a (...)
  • 7 Moulévrier Pascale, Le Mutualisme bancaire., op. cit., notamment chapitre 6.

4Les responsables rencontrés constituent donc un groupe relativement hétérogène eu égard aux statuts (salariés et, dans une moindre mesure, bénévoles), aux fonctions (directeur-dans le cas des associations autonomes, président-dans le cas des associations sans salariés, chargé de mission-dans le cas des structures rattachées à des groupes nationaux), aux activités (management, gestion, finance, accompagnement, montage de dossiers) qui sont les leurs. Pour autant, l’analyse de leurs trajectoires et de leurs discours permet de les envisager comme communauté6, cimentée par des dispositions à la mise en œuvre d’une « économie moralisée7 » et partageant un même registre d’activités : le crédit aux « plus pauvres ». Le service proposé par ces entreprises contient, du fait de la place singulière qu’elles occupent dans le champ bancaire et des publics concernés, une double dimension, financière et d’accompagnement qui oblige les professionnels à composer, tant dans leurs parcours que dans leurs discours, un rôle hors du seul registre bancaire, une figure en rupture avec l’économie marchande.

5Enfin, la forme le plus souvent associative que prennent ces institutions renforce le sentiment de participer à une autre économie, voire de promouvoir un autre modèle de société.

Le « crédit solidaire » : des pratiques bancaires en « sourdine »

  • 8 Les Territoires des finances solidaires. Une analyse régionale en Bretagne et Pays de la Loire, Glé (...)

6Les établissements français proposant du microcrédit (pour la création de petites entreprises ou pour les projets d’une clientèle de « particuliers », pour reprendre le langage bancaire), sont des institutions financières dont l’activité principale-l’octroi de crédit-relève directement du domaine bancaire. Comme c’est le cas historiquement des réseaux bancaires coopératifs et mutualistes, ces institutions sont fortement ancrées dans les territoires locaux8. Souvent en effet une association ou une coopérative de microcrédit social démarre localement grâce à l’investissement bénévole de quelques individus portés politiquement, ou comme ils le disent « humainement », « comme citoyen », à s’intéresser à la question de l’exclusion bancaire au travers de la recherche de solutions financières. Ces origines territorialisées et marquées par l’engagement plus que par la compétence professionnelle expliquent sans doute en partie le profil des premiers salariés, des premiers dirigeants.

  • 9 Pour certains réseaux plus anciens comme l’Adie par exemple, la structure nationale peut décider l’ (...)

7Parallèlement pourtant, le rattachement rapide de ces initiatives locales à des réseaux nationaux qui leur préexistent ou qui se sont organisés conjointement et le développement des activités peuvent précipiter le passage à une dimension plus entrepreneuriale et conduit au recrutement d’un personnel permanent salarié9. Pour autant, ce processus de professionnalisation n’homogénéise que très progressivement les pratiques. En fonction de la taille de la structure et du nombre de ses salariés, du volume des demandes de prêts traités et du volume de crédits octroyés, en fonction du nombre et du type de partenariats, d’accords, de conventions, passés avec l’État, les collectivités territoriales, les banques notamment, les responsables peuvent être amenés à essentiellement diriger l’entreprise et manager les équipes, ou bien également à monter ou superviser les dossiers de demande de prêts et de fait à rencontrer et accompagner les emprunteurs.

  • 10 Par travail administratif et financier, on entend notamment le travail de recherche de subvention d (...)

8Pourtant, quel que soit leur mode d’intervention dans l’organisation, ils développent plus ou moins consciemment un rapport au travail qui fait pour partie disparaître le temps conséquent passé à la gestion de l’entreprise et au montage financier des dossiers de prêts. Lorsqu’on comptabilise, par l’analyse des observations et des entretiens, les heures consacrées à l’accompagnement, l’écoute, la rencontre des bénéficiaires potentiels par opposition aux heures consacrées au travail administratif et financier10, le rapport est largement favorable aux aspects bancaires et gestionnaires du métier (en moyenne 80/20).

  • 11 Pour exemple, une des Cigales observées en Pays de la Loire a monté en cinq ans deux dossiers de pr (...)

9Bien sûr, plus l’activité se développe (au sens du volume des activités et du nombre de salariés), plus la rationalisation et la bureaucratisation des pratiques s’intensifient. Les dirigeants encore bénévoles des Cigales par exemple, structures qui traitent peu de demandes par an11, passent effectivement moins de temps au global à l’administration des dossiers qu’à l’accompagnement des demandeurs. Mais l’accompagnement, lorsque les demandes s’accélèrent, passe souvent à des formes plus efficaces, moins coûteuses en temps et en investissement humain. Le téléphone remplace alors progressivement les rencontres individualisées sur le terrain.

Une correspondante de la NEF, bénévole et intervenant dans l’Ouest de la France, va dans les six mois à venir laisser la responsabilité de la délégation à un salarié. L’activité qu’elle a contribuée à lancer depuis cinq ans sur ce territoire s’est intensifiée et le développement justifie aujourd’hui la création d’un bureau avec pignon sur rue et le recrutement de son responsable. Elle nous raconte son quotidien de « travail » :
Comment vous faisiez et comment vous faites ? Vous recevez les gens chez vous ?
De toute façon on voit toujours les gens. S’il y a un lieu du projet, si c’est une exploitation agricole ou une ouverture de magasin on rencontre forcément les gens sur le lieu, de façon à voir le contexte, si c’est. L’autre jour il y avait quelqu’un de P. sur des appareils de contrôle d’analyse d’eau : il est venu là parce qu’être ici ou là-bas. En plus moi il fallait que je me repose un peu j’avais beaucoup bougé, donc il est venu là. Donc en fonction du type de projet ou je me déplace quand il n’y a pas moyen de faire autrement, il y avait un fournil récemment là je suis allée voir. ou on rencontre les gens dans des lieux. en ville, à N.
Ca vous prend combien de temps ?
Si je fais la moyenne : c’est un mi-temps. Là au bureau tout l’hiver j’étais au bureau tous les matins. Là, chez moi.

Une responsable de l’Adie (Loire-Atlantique-Vendée), environ 35 ans, diplômée en sciences économiques (maîtrise), évoque l’évolution des procédés d’accueil du client :
Vous avez évoqué le fait qu’à l’époque vous aviez des rencontres physiques ?
Ca veut dire qu’on recevait toutes les personnes qui nous appelaient en physique sans savoir avant si elles pouvaient avoir un prêt Adie, sans savoir où elles en étaient dans leur montage de leur dossier, sans savoir même si elles avaient un projet de création, ce qui n’arrive plus maintenant puisque la première étape à l’Adie c’est un accueil diagnostic téléphonique par des conseillers qui sont formés et qui sont des anciens conseillers en microcrédit d’ailleurs qui vont prendre la personne au téléphone pendant un quart d’heure, vingt minutes, le temps qu’il faudra d’ailleurs, parler d’elle, de son projet, savoir où elle en est, prendre quelques renseignements. C’est très simple on peut lui dire directement non vous n’êtes pas éligible à l’Adie parce que vous avez accès au prêt bancaire allez donc voir par exemple monsieur G. de l’association de France Active même si c’est pas lui qui monte les dossiers, non là on est très en amont il faut que vous travailliez sur votre dossier allez voir telle personne dans une boutique de gestion. Si la personne a avancé un peu dans son projet et qu’elle est éligible à l’Adie on peut directement lui mettre un rendez-vous avec le conseiller qui s’occupera de son dossier puisque ça va dépendre de secteurs. Ca évite autant aux créateurs qu’à nous de perdre le temps et aussi les créateurs sont mieux orientés. […] Le coup de fil fait gagner du temps. Les gens ne viennent pas pour rien.

10Les dirigeants des institutions de « finances solidaires » dont les activités sont donc largement concentrées autour du crédit financier d’une part et de la gestion rentable de leur entreprise (par la collecte d’épargne, la recherche de financements publics et privés, la signature de partenariats avec les banques) revendiquent chacun à leur niveau une réalité professionnelle, qui place à un second plan le contenu financier de leur « métier ». Le bénéfice symbolique attaché aux fonctions ne passe pas par la reconnaissance d’une compétence commerciale ou gestionnaire, mais plutôt par la croyance collective au « travailler autrement ». Ainsi tous s’attachent à décrire avec beaucoup de précision, cherchant les bons mots pour le dire, ce qui fait la spécificité de leur travail, toujours par opposition implicite au secteur plus ou moins diabolisé du tout marchand.

Un directeur d’une association de « financement solidaire » affiliée à France Active, 44 ans, père de trois enfants, ex-travailleur social, diplômé en formation continue d’un DESS en sciences économiques (orientation économie sociale et solidaire) décrit son rôle au sein de la structure. Son propos est significatif de la manière dont les individus rencontrés hiérarchisent les différents aspects de leur fonction, privilégiant le contenu « éthique » avant de concéder la part ici « managériale » : Vous dites que vous pourriez faire du microcrédit ou autre chose ?
Oui enfin il y a une limite éthique. Clairement. Je ne veux pas être sur le marché du capital.
Est-ce que c’était dans vos préoccupations dès le début ?
Oui. Je ne suis pas complètement dans « Vivre et travailler au pays » mais je suis quand même un peu dans « Vivre et travailler au pays » et en même temps je suis dans quelque chose d’utile. Non, non bien sûr je ne postule pas par hasard ce n’est pas parce que la structure de microcrédit cherche quelqu’un que je me dis je vais répondre. Je vais sur le site de France Active, je regarde ce que c’est, je me dis oui. Je sors de douze mois de DESS où on ne m’a parlé que de ça. Je commence donc à savoir si ce n’est de quoi on parle tout au moins à avoir des références sur le sujet. Même si avec le recul je me dis que j’ai fait ça pendant 20 ans sans le savoir, oui je ne suis pas complètement innocent.

11Les premières questions relatives à la description des activités appellent systématiquement de la part des personnes rencontrées une réponse du côté de l’« éthique », certains affirmant que ce qui les anime c’est la volonté « de mettre les gens ensemble », de « se mettre au service de l’engagement », de défendre « cette solidarité, cette proximité pour la décision, pour le choix, pour la confiance et l’échange », ou de « dire que l’humain est au cour de [leur] être, que c’est l’autre qui [les] construit ».

12La trajectoire professionnelle de ces responsables salariés (et plus marginalement bénévoles) nous éclaire sur leurs dispositions à adopter une posture convaincue de « banquier éthique ».

De la fonction publique à l’entreprise associative : les modalités de la (re)conversion12

  • 12 S’il s’agit bien ici de reconversion professionnelle au sens classique de changement d’activités, d (...)

13Un premier groupe de « banquiers solidaires », âgés de plus de 40 ans, est caractérisé par son expérience de la reconversion professionnelle. Initialement en effet, une majorité d’entre eux ont occupé des postes dans des domaines que l’on peut dire éloigner de la finance. Enseignants, instituteurs, travailleurs sociaux, salariés des services à la personne, cadres territoriaux sont autant de professions exercées par les professionnels du microcrédit dans une première partie de leur carrière. Ils y ont accumulé des dispositions éducatives facilement transposables à « l’encadrement » économique des catégories populaires.

  • 13 Les fonctions occupées précédemment laissent peu de place à la mobilité et au changement. La format (...)

14Pour ceux-là, l’arrivée sur le marché du travail des « finances solidaires » succède à une pause occupée le plus souvent par un temps de formation universitaire. Comme ils l’évoquent eux-mêmes, le premier métier a épuisé un certain nombre de leurs motivations initiales et a du même coup, dans la complémentarité de leurs divers engagements associatifs, suscité des « envies de connaissances » et de mobilité ascendante13 et des « besoins » en termes de légitimité à exercer des fonctions à responsabilité.

Une correspondante de la NEF, retraitée anticipée (à 45 ans) de l’Éducation nationale, raconte son parcours :
En fait moi j’étais enseignante, éducation nationale, collège ou lycée et après je me suis spécialisé psychologie cognitive donc j’ai travaillé avec Paris VII et j’ai fait un complément de formation Israël, c’est un institut privé dans la banlieue de Jérusalem, deux fois trois semaines avec des sessions à Paris VII, pour travailler là-dedans ; donc après j’ai été formatrice de profs là-dedans et puis je suis allée en Afrique une fois que mes enfants ont été adultes, moi je voulais y aller depuis longtemps. Je suis allé à Mayotte, éducation nationale mais là un poste de mathématiques parce qu’officiellement il n’y avait pas de quoi faire. Au départ je suis prof de maths et puis après j’ai arrêté. Je suis restée deux ans en Afrique. Je serai bien resté deux ans de plus et j’aurai fini ma carrière. Mais en fait après en revenant j’ai été malade donc je me suis mise en retraite anticipée et puis une fois que j’ai été guérie j’ai repris des études d’économie parce que moi je suis toujours en train de chercher des trucs. Je n’arrivais pas à comprendre, moi j’avais fait ça « les structures cognitives » parce que je n’arrivais pas à me dire que je ne pouvais rien pour les gamins qui ne comprenaient pas. Les bons élèves ne m’intéressaient pas, à la limite ils font ça sur ordinateur pas de souci et puis avoir des enfants qui s’intéressent en classe quand il n’y en a que deux ou trois, une dizaine moi ça me branchait pas ; moi j’étais plus intéressé par les autres et puis j’ai trouvé ce truc-là et donc je me suis spécialisée là-dedans.
[…]
Je suis allée en IUT à Nantes en formation continue pendant trois ans. En GEA. Gestion des entreprises et des administrations. Au lieu de faire le stage de dix semaines en entreprise pour valider, j’ai demandé à prendre un an pour valider économie, éthique et écologie sont-elles conciliables ? J’avais commencé un truc en socio à Toulouse et puis en fait dans le cadre de l’IUT c’était des questions comme « les entreprises respectueuses de l’homme, de l’environnement existent-elles ? Sont-elles pérennes ? Quelles sont leurs méthodes de gestion ? Quelle est la motivation des gens qui y travaillent ? » Je suis allée dans douze entreprises sur toute la France donc des entreprises de production, des entreprises de gestion dont la NEF, les boutiques de gestion aussi et des entreprises Nord-Sud. Je suis retourné à Madagascar. Et c’est avec ma retraite que je paye mes études et tout ça. Moi le ménage ça ne m’intéresse pas.
Un directeur d’une association de « développement solidaire » qui octroie des microcrédits professionnels :
Je ne sais pas si c’est atypique dans l’économie sociale et solidaire parce que je le retrouve chez d’autres de mes partenaires mais. moi je suis un travailleur social à l’origine. J’ai fait une formation de travailleur social. J’ai été médiateur de prévention puis dirigeant d’association du secteur socioculturel. Ca m’a pris la moitié de ma carrière. C’est important. J’étais animateur socioculturel mais intervenant dans des quartiers politique de la ville, c’était des politiques de prévention de la délinquance avant de devenir directeur de centres sociaux et d’action sociale en passant par des foyers de jeunes travailleurs. Donc toute une approche de la jeunesse. Après 20 ans, j’en ai eu un peu marre pour être honnête. En tout cas, je sentais qu’il fallait que je tourne la page sans vouloir la tourner complètement. Il fallait de la conviction dans mon travail. Comme beaucoup à cet âge, vers 40 ans, j’ai rebondi par une formation qualifiante et j’ai fait un DESS en économie du développement local à l’UFR de gestion dont je suis sorti immédiatement pour entrer ici puisque le hasard a fait que cette association de microcrédit recrutait un directeur pour le développement de son organisation juste au même moment et c’est moi qui ai été retenu.

  • 14 C’est le cas d’un gérant de Cigales, par ailleurs très investi dans le secteur des associations cul (...)

15Ce passage par la formation continue ne correspond pas uniquement au modèle classique du congé individuel de formation dont certains profitent. Il peut également s’apparenter à des processus plus longs où les responsabilités de plus en plus importantes dans le secteur associatif permettent au salarié une négociation avec l’employeur pour obtenir des suivis ponctuels de formation accompagnés de mise en place de temps partiels ou de détachements14.

16Le fait qu’ils aient effectué une part significative de leurs carrières dans la fonction publique (Éducation nationale, fonction publique territoriale, Action sociale) est une seconde caractéristique importante de ce premier groupe de « banquiers solidaires ». Les arrangements (détachement, congé, mise en disponibilité, retraite anticipée) que recouvre le statut de fonctionnaire ont largement permis ces reconversions qui, dès lors, se présentent sans risque du point de vue de la perte d’emploi. Pour autant, cet élément n’est jamais évoqué comme tel. Ce que les individus retiennent de leurs expériences professionnelles antérieures de fonctionnaire, d’agent de l’État, d’acteurs de la mise en œuvre de l’intérêt général renvoie plutôt à l’immobilisme des institutions publiques. Le manque de moyens (humains et financiers surtout), la place grandissante accordée aux tâches administratives reviennent également comme autant d’arguments qui ont fait obstacle à leur « volonté d’agir sur les choses ».

  • 15 Hély Matthieu, « l’intérêt général ou produire de l’utilité sociale ? Avenir de la fonction publiqu (...)
  • 16 Ces caractéristiques pouvant également être comprises comme autant de différences avec le service p (...)

17Ce bilan négatif de leur fonction antérieure contribue à construire l’espace des entreprises solidaires comme une alternative possible à l’État et au marché ; possible car débarrassée-dans leurs esprits-des lourdeurs de la bureaucratie publique, possible car pensée comme éloignée des logiques de l’intérêt privé, du gain et de la rentabilité. Les entreprises de microcrédit social deviennent des lieux possibles d’exercice de l’initiative solidaire, où l’économie et l’intérêt général sont conjointement mis en œuvre par des individus localement investis et dès lors convaincus de leur « utilité sociale15 ». La dimension réduite des actions, le déploiement des activités sur des territoires locaux et les petites équipes professionnelles16 s’imposent également comme fondamentaux dans l’adhésion des responsables à l’entreprise associative.

Un sous-marché de l’emploi bancaire ?

18Chez les plus jeunes recrutés, c’est-à-dire les moins de 40 ans, la rupture ne s’observe pas au même niveau de la trajectoire. En effet, elle intervient plus tôt, au cours ou plus précisément en fin du cursus scolaire. Diplômés en gestion, en sciences économiques ou en finances plus systématiquement que leurs homologues plus âgés, ils demeurent tout de même moins dotés que leurs équivalents (générationnels et professionnels) du monde bancaire par exemple. Titulaires au mieux d’un bac + 3 à bac + 4, ils ont très souvent mis un terme rapide à leur projet initial de formation. Poussés par des contraintes matérielles à accéder rapidement à l’emploi (leurs parents appartiennent plutôt aux catégories populaires supérieures), ils s’orientent vers un secteur professionnel qui apparaît en adéquation avec des compétences, de leur point de vue et eu égard à l’interruption des études (en Licence, BTS, ou Maîtrise), partiellement acquises. Le « monde de l’économie sociale et solidaire » apparaît alors comme un espace professionnel moins économique, moins financier, où d’autres qualités-apparentées à des compétences sociales-pourront être mobilisées.

Une responsable de l’Adie (Ouest de la France), environ 35 ans, diplômée en sciences économiques (maîtrise) :
Moi, je suis à l’Adie depuis pratiquement cinq ans. J’ai débuté comme conseillère en microcrédit sur la ville de R. et je suis devenue responsable régionale depuis un an et demi maintenant. J’ai intégré l’Adie c’était pratiquement mon premier travail après mes études. Ma candidature était une candidature spontanée que j’ai envoyée à l’Adie parce que j’avais des diplômes en sciences économiques et en gestion et que je voulais travailler dans une structure qui touchait à l’économie sociale et solidaire tout simplement.
Vous aviez déjà ce projet ?
C’était plus ou moins vague. Ce n’était pas aussi clair mais c’était ça, oui.
Quand vous dîtes que vous avez des études de sciences éco et gestion, vous avez fait quoi exactement ?
Mon diplôme le plus haut c’est une maîtrise en sciences économiques.
C’est un choix délibéré d’arrêter ?
Non c’est une contrainte financière. J’avais, d’ailleurs c’est assez contradictoire, été présélectionnée pour un DESS en communication économique mais je n’ai pas pu le faire : les frais d’inscription étaient très élevés et le matériel qu’on nous demandait d’avoir en cours était très cher aussi. Donc en dehors de ce que je pouvais faire, puisque j’avais déjà payé mes études par des prêts et donc j’ai décidé de commencer à travailler et ensuite de reprendre à bac + 5 quand j’en aurai envie.
D’où vous est venue cette envie de postuler à l’Adie ?
Moi quand j’étais enfant ils étaient dans un milieu ouvrier et parfois il y avait des problèmes d’argent également je pense que ça y joue. Après quand on était étudiant, parce qu’on est quand même trois enfants, en tout cas mon grand frère et moi quand on a continué nos études, l’entreprise de mes parents commençait juste. Je pense que j’étais parfois en décalage avec les personnes qui étaient avec moi en cours. Ils étaient d’un milieu très aisé alors que moi j’étais d’une classe moyenne. En allant à l’Adie, je savais de quoi on parlait.

19Parmi ces plus jeunes professionnels de la finance solidaire, on retrouve également de plus en plus fréquemment des diplômés des grandes écoles-de commerce notamment-qui ont choisi en fin de cursus une option, un parcours, voire un Master, spécifiquement orienté « économie sociale et solidaire ». Pour autant, et même si ces étudiants, par leur choix de spécialité, construisent au sein de l’école une figure singulière en rupture avec la masse des étudiants formés plus directement à l’économie du capital, ils n’en restent pas moins sensibles à la nécessité de « faire carrière » et à l’importance des revenus. Au sein des entreprises associatives ou coopératives de finances solidaires, les possibilités d’accéder rapidement à des postes à responsabilité et à des revenus élevés (tels que le laisse entrevoir le cursus en grandes écoles) restent minimes et favorisent le départ rapide de ces « nouvelles recrues », soit vers les institutions internationales (ONG notamment) soit in fine vers les entreprises classiques notamment dans les services « développement durable » ou plus récemment dans des fonctions touchant à la mise en place de la responsabilité sociale des entreprises (RSE).

Le goût pour la chose économique

20Il ne faudrait pas croire pour autant que les responsables des entreprises de finances solidaires, du fait de ces carrières moins linéaires que les cadres supérieurs des institutions bancaires et financières traditionnelles, marquent leurs fonctions d’une empreinte résolument socio-éducative et d’ambitions exclusivement humanistes.

  • 17 Moulévrier Pascale, Le Mutualisme bancaire…, op. cit., p. 103-137.

21Leurs motivations individuelles à s’orienter vers les formations supérieures en économie, à chercher un poste ou une activité dans le secteur du microcrédit, à « faire carrière » dans la finance quand elle est « solidaire », expriment un intérêt partagé pour la question économique. Comme dans le secteur bancaire coopératif et mutualiste, les pratiques professionnelles et les discours qui les portent sont marquées par des formes plus ou moins conscientes de dénégation du profit d’une part et par un attachement collectif à la mise en œuvre possible d’une économie renouvelée. L’économie, telle qu’elle est envisagée par les responsables des entreprises de microcrédit social ou plus largement des « finances solidaires », n’est déniée que dans son contenu marchand, dans son acceptation purement capitaliste, c’est-à-dire dans la considération première d’une auto-expansion délibérée, entretenue, optimale du capital. C’est dans la mesure où les pratiques économiques (ici le microcrédit et l’épargne solidaire) servent des intérêts, présentés non pas comme marchands, mais essentiellement comme moraux et éducatifs, que l’on parle de dénégation du profit17.

  • 18 Le développement des réseaux conduit rapidement au recrutement de spécialistes de la finance ou, pl (...)

22Chacun exprime son attrait pour le secteur économique et va chercher à acquérir des connaissances légitimes (par la formation, les fonctions occupées, les liens professionnels avec les partenaires financiers ou les collègues spécialistes18) en économie et finalement « se prendre au jeu ». Qui plus est, les banques et les institutions financières partenaires posent au quotidien la question de l’inscription permanente du cour de l’activité de microcrédit dans des contraintes et des logiques économiques (dont la complexité semble évidente du seul fait entre autre du jargon financier pour en parler). Cet environnement participe à relancer la nécessité de montrer à la fois son adhésion et sa compétence.

Un directeur d’une association de microcrédits professionnels, responsable de 15 salariés :
Non. Je ne voudrais pas bosser dans une banque. Moi j’appartiens au secteur d’activité de la finance et du développement économique, les deux à la fois. Donc c’est pas si éloigné que ça de la banque mais moi personnellement je ne me verrais pas courir derrière les clients pour leur demander de placer de l’argent sur mes comptes afin d’en fabriquer je ne sais pas quoi avec d’ailleurs.
Et par rapport à ce que vous faisiez avant, les travailleurs sociaux sont un peu sur le même créneau…
J’ai deux sentiments par rapport à ça : il y a plus de fric dans le monde où je suis aujourd’hui que dans celui où j’étais hier et c’est pas forcément une bonne chose parce que 20 ans dans la prévention ça vous apprend qu’on y rame pour trouver trois sous alors qu’ici on met 2 heures à emprunter 130 000 euros d’une part et d’autre part ça reste complémentaire, c’est-à-dire qu’il faut y être passé pour moi.
[…]
Si demain je devais changer de boulot, je ne sais pas, il ne faut jamais dire « fontaine. » Franchement je ne pense pas que je retournerais sur de face à face. Je continuerais sur de la gestion, sur la finance.

Une correspondante de la Nef en région, bénévole, retraitée de l’Éducation nationale (professeur de mathématiques en collège et lycée) :
D’accord et après tout ça vous avez fait des études en économie ?
Oui parce qu’en fait quand je suis allée dans tous les pays où je vous ai dit [elle a beaucoup voyagé grâce à des mises en disponibilité et au moment de sa retraite anticipée et parle de « séjours d’études marquants » notamment en Israël et aux Comores], je me demandais toujours si l’éducation est nécessaire et suffisante pour tirer ces pays de la misère. Moi c’est une vraie interrogation. Parce que les gamins qui partent de ces pays-là et vont faire des études il y en a la moitié qui reviennent et quand ils reviennent ils ne trouvent pas de boulot. J’avais financé des études à trois jeunes comoriens, deux filles et un garçon, pendant quatre ans, j’ai envoyé le fric par Western Union et en fait quand je suis allée aux Comores il y a deux ans je les ai retrouvés et j’ai été un peu atterrée. Il y en a une qui est devenue business woman, les autres elle n’en a rien à faire, celle qui avait fait des études d’histoire à Madagascar elle a pris un goût du pouvoir incroyable, militant politique, il faut toujours qu’elle soit la première dans l’atelier, commander tout le monde et tout et le troisième, je me suis fait insulter parce que j’ai arrêté de donner de l’argent. Ce soir-là j’ai pleuré toute la nuit en me disant à quoi ça sert ? À quoi ça sert de donner ? Et c’est une vraie interrogation pour moi. Et quelle éducation ? Et pour quoi faire ? Moi je me suis dit c’est peut-être pas l’éducation, c’est peut-être par l’économie. Moi je trouve qu’on ne quitte pas les bancs de l’école quand on est prof et ça me manquait cette ouverture. Je suis allée en IUT en formation continue pendant trois ans. En GEA. Gestion des entreprises et des administrations.

23Venir du monde de l’éducation ou du social (par l’emploi précédemment occupé, l’engagement associatif, les expériences de stage et/ou la spécialité du dernier diplôme), et en même temps se donner les moyens de la formation en économie, acquérir, par le frottement quotidien aux banquiers et autres professionnels de la finance, des compétences, développent le goût pour la chose économique et donne les moyens de se positionner comme un spécialiste à part entière d’un secteur spécifique de l’économie, de faire sa place sur un territoire du financier raisonné donc possible. Il ne peut s’agir pour eux comme ils le disent souvent de s’imposer comme le « banquier des pauvres » mais de devenir un acteur reconnu de « l’économie autrement », ce qui ne va pas sans l’acquisition et la démonstration d’un savoir d’économiste, voire de financier.

Notes

1 Les professionnels du microcrédit enquêtés dans le cadre des investigations mobilisées pour nos analyses ont en commun, dans leurs histoires professionnelles, un moment de rupture, choisi ou non, qui n’est pas sans faire penser aux « de vie » dont sont «victimes » le plus souvent ceux à qui ils proposent un crédit. La rupture dans la trajectoire professionnelle n’est évidemment pas comparable aux ruptures dont sont parsemés les dossiers de demande de prêts des bénéficiaires (perte d’emploi, faible qualification, divorce et séparation conflictuelle, maladie, handicap). Pour autant, les individus ont en commun l’expérience du changement qui oblige d’une part à des adaptations plus ou moins aisées et qui favorise, par les passages multiples dans les bilans de compétences, les formations continues, les groupes en (re)conversion, l’expression d’une justification de l’action.

2 Pour rappel, les institutions françaises de microcrédit évoquent régulièrement leurs inspirations internationales et notamment leur lien conceptuel plus ou moins ténu avec la banque de Muhammad Yunus au Bangladesh. Cette initiative est officiellement mise en place en 1977 au Bangladesh sous le nom de « Bank » et va contribuer, au moins symboliquement, à la structuration, dans les pays du sud d’abord puis en Occident, de l’espace des « solidaires ». Un certain nombre d’institutions de microcrédit mettent en exergue la « bank » de Yunus, figure emblématique fonctionnant comme caution d’appartenance certifiée à l’espace des « solidaires ». On citera par exemple PlaNet Finances présidée en France par Jacques Attali et co-présidé par Mohammad Yunus, ou l’Adie qui, lors de son assemblée générale de mars 2007, recevra également son soutien officiel.

3 Moulévrier Pascale, Le Mutualisme bancaire. Le Crédit mutuel de l’Église au marché, Rennes, PUR, « sens social », 2002.

4 Voir notamment Boltanski Luc, Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Les Éditions de Minuit, « sens commun », 1982.

5 À la question des trajectoires individuelles s’apparente celle des positions institutionnelles qui sont autant de cadres sociaux, moraux, au sein desquels les individus vont déployer différemment leurs pratiques et faire vivre leurs schèmes de pensées. L’espace de la finance solidaire, du point de vue des logiques institutionnelles qui le composent, s’apparente à un espace concurrentiel, plus ou moins autonome du champ bancaire d’une part et du champ de l’action sociale d’autre part.

6 Même si la « cohésion » de l’espace de la micro-finance ne peut être attribuée à ce que Max Weber appelle notamment « communauté de compréhension », l’usage d’un langage commun, d’une terminologie de la « solidaire » participe à rassembler les individus derrière l’idée du « autrement ».

7 Moulévrier Pascale, Le Mutualisme bancaire., op. cit., notamment chapitre 6.

8 Les Territoires des finances solidaires. Une analyse régionale en Bretagne et Pays de la Loire, Glémain Pascal, Délégation interministérielle à l’innovation, à l’expérimentation sociale et à l’économie sociale (dir.), Paris, L’Harmattan, 2010.

9 Pour certains réseaux plus anciens comme l’Adie par exemple, la structure nationale peut décider l’implantation d’une antenne Adie à l’échelle d’une région sans qu’il y ait eu nécessairement d’acteurs locaux impliqués en amont.

10 Par travail administratif et financier, on entend notamment le travail de recherche de subvention de fonctionnement et de partenariat bancaire, la gestion de l’entreprise (humaine et administrative), le montage financier des dossiers de prêts.

11 Pour exemple, une des Cigales observées en Pays de la Loire a monté en cinq ans deux dossiers de prêts pour création d’entreprises. Leur activité principale reste la gestion de l’indivision que les « cigaliers » forment ensemble afin de constituer « épargne solidaire ».

12 S’il s’agit bien ici de reconversion professionnelle au sens classique de changement d’activités, d’entreprises, de secteur professionnelle, il est également intéressant de l’envisager dans la perspective d’une conversion d’un ethos du service public en ethos associatif qui permet aux individus d’activer, de façon plus rentable à leurs yeux, leurs dispositions à l’intérêt général. L’analyse de ces processus complexes de conversion, formulée par Charles Suaud au sujet des prêtres ouvriers et de leurs rapports doublement fidèles à l’Église et à l’usine, fait ici largement écho aux transpositions que les banquiers solidaires effectuent d’un monde à l’autre. Suaud Charles, Viet-Depaule Nathalie, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité mise à l’épreuve, 1944-1969, Paris, Karthala, 2004.

13 Les fonctions occupées précédemment laissent peu de place à la mobilité et au changement. La formation universitaire devient alors un passage obligé pour croire à une émancipation possible des tâches d’exécution et/ou des carcans bureaucratiques.

14 C’est le cas d’un gérant de Cigales, par ailleurs très investi dans le secteur des associations culturelles et patrimoniales, cadre à la DDE, qui au cours de sa carrière de fonctionnaire, a régulièrement suivi « cours de géographie » et qui, en 2007 avec l’accord de son employeur, décide de passer à temps partiel, pour pouvoir assumer « engagements associatifs » et « une formation à la fac ».

15 Hély Matthieu, « l’intérêt général ou produire de l’utilité sociale ? Avenir de la fonction publique et marché du travail associatif », in Les Mondes du travail, n ° 5, 2008, p. 23-38.

16 Ces caractéristiques pouvant également être comprises comme autant de différences avec le service public, même dans ses dimensions les plus décentralisées.

17 Moulévrier Pascale, Le Mutualisme bancaire…, op. cit., p. 103-137.

18 Le développement des réseaux conduit rapidement au recrutement de spécialistes de la finance ou, plus précisément, de responsables du montage financier des dossiers de prêts, qui vont assumer la part la plus visiblement économique et financière des activités.

Auteur

Maître de conférences, université catholique de l’ouest d’Angers Chercheur, Centre nantais de sociologie (Cens)

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search