Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail associatif

 | 
Matthieu Hély
, 
Maud Simonet

« L’entreprise associative » au service de « l’entreprise citoyenne » ?

Les bonnes volontés à l’épreuve de l’efficience dans le champ de l’aide alimentaire

Jean-Pierre Le Crom et Jean-Noël Retière

Texte intégral

1L’assistance alimentaire et vestimentaire privée n’est pas née au milieu des années 1980 mais elle a pris à cette période un essor qui autoriserait presque à parler de renaissance. La multiplication des initiatives, l’augmentation des tonnages distribués, l’apparition de formes inédites d’approvisionnement et de gestion des stocks, d’administration des populations secourues ainsi que l’émergence de profils de bénévoles et de raisons d’engagement inconnus jusqu’alors sont les signes les plus manifestes de ce renouveau et de la reconfiguration du champ considéré.

  • 1 . Voir entre autres, Wodon Quentin, Marketing contre pauvreté, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 19 (...)

2Des comportements « naturels » dans le monde marchand gagnent alors la scène humanitaire et, notamment, le secteur alimentaire où ils sont non seulement constatés, mais érigés en conduites (à tenir !) et formalisés en principe : programmation des objectifs, souci de professionnalisme, techniques comptables, gestion des « personnels », recours à la rhétorique managériale, etc. Ces mutations subsumées sous les termes de rationalisation voire de « culture d’entreprise » sont maintenant bien connues par les chercheurs1.

  • 2 . Voir Penser par cas, Passeron Jean-Claude, Revel Jacques (dir.), Paris, Éditions de l’École des h (...)

3Il convient, cependant, de (les) « penser par cas2 » pour éviter les surinterprétations et les présuppositions. De fait, le processus de rationalisation prend des formes variables selon les configurations associatives : certaines d’entre elles l’induisent, d’autres le subissent et s’en accommodent tant bien que mal, d’autres encore le freinent. En outre, les pratiques, les convictions, les attentes qui ressortissent aux normes entrepreneuriales ne pénètrent pas le monde associatif sans y être importées par des acteurs particuliers et sans susciter des résistances ou provoquer des tensions qui traversent les associations comme les individus qui les font vivre. Mais précisons d’emblée qu’ayant déserté le terrain depuis plusieurs années maintenant, nous n’avons nullement la prétention d’avoir à ce jour conduit le programme ethnographique susceptible d’éclairer tous ces aspects.

  • 3 . L’enquête a fait l’objet en 2000 d’un rapport de recherche (en réponse à un appel d’offres MiRe, (...)

4La description de l’évolution des dispositifs de secours à laquelle nous avons procédé à partir d’une recherche empirique sur les formes de solidarités alimentaire et vestimentaire déployées dans un espace localisé (la ville de Nantes) pendant une séquence historique bornée (de 1930 à nos jours) a toutefois permis de repérer, à partir des conduites des « générations associatives » qui se sont succédé, les métamorphoses du don3. Bien que la compréhension des transformations tienne beaucoup à l’approche socio-historique, nous nous contenterons ici de pointer notre attention sur la période récente. Notre interrogation portera sur les enjeux sociologiques que soulèvent l’imposition des nouveaux modes d’agir et la confrontation, au sein des associations en question, d’acteurs aux trajectoires et aux ethos de plus en plus différenciés. Mais au préalable, il importe de préciser ce qu’exige pour une association de satisfaire, aujourd’hui, à la distribution alimentaire.

À L’ÂGE DE LA GRANDE (RE) DISTRIBUTION ALIMENTAIRE : ASSISTER OU ENTREPRENDRE ?

En amont du don, l’approvisionnement

  • 4 . Le Secours catholique appréhendait de se transformer, selon le mot de son responsable régional, e (...)

5Le volume croissant et la diversification des produits distribués requièrent aujourd’hui des moyens logistiques importants. Des équipements spécifiques de conservation (imposés par des normes sanitaires contraignantes), de stockage, de manutention et de distribution sont désormais nécessaires. Les associations ne sont pas toutes parvenues à réaliser les investissements indispensables et à s’adapter aux logiques du marché des approvisionnements gratuits ou à moindre prix. Trois réseaux seulement ont réussi à conquérir leur autonomie ; ils monopolisent aujourd’hui la quasi-totalité de l’offre alimentaire d’urgence : le Secours populaire (SP), les Restaurants du cour (RC) et la Banque alimentaire (BA). Le Secours catholique a renoncé nationalement, en 1998, à une distribution dont il dénonçait les dérives4. Tandis que les deux premiers (le SP, né en 1946, crée un comité nantais en 1972 ; les RC, fondés en 1986, installent la même année une antenne à Nantes) contrôlent l’ensemble de la chaîne de l’aide alimentaire en menant pour leur compte l’approvisionnement et la distribution, la Banque (créée, à Nantes, en 1984, sous le nom d’Association des démunis de Loire-Atlantique) fonctionne comme un grossiste où se fournit, contre facturation, une myriade d’associations sous contrat. En Loire-Atlantique, par exemple, ce sont 80 associations aux vocations les plus diverses (Croix-Rouge, SOS femmes battues, Structures d’accueil de SDF, Amitié Sida, etc.) à qui la Banque confie, en quelque sorte, la sous-traitance de la distribution. Les conférences de la Société SaintVincent-de-Paul (SSVP) s’en remettent ainsi depuis vingt ans maintenant à la BA dont elle est devenue une partenaire captive.

  • 5 . Nous ne détaillerons pas ici l’évolution des modes d’approvisionnement. Notons seulement que l’es (...)

6Le financement et l’approvisionnement sont les clés de l’indépendance. Le pouvoir de s’attirer les dons privés, de mobiliser les pouvoirs publics (municipalités, direction régionale de l’action sanitaire et sociale, notamment), de se constituer et d’entretenir un capital relationnel auprès des milieux industriels agroalimentaires et de la grande distribution sont en effet déterminants. Pour récolter les dons privés, sous forme d’argent ou de vivres, ou les subsides publics, les associations doivent conquérir et asseoir leur notoriété en s’assurant une large couverture médiatique. Toutes ne sont pas également armées pour conduire de telles opérations. Les RC excellent, par exemple, à solliciter le concours d’artistes ou de réseaux sportifs (le Football club de Nantes, entre autres) et à mobiliser les médias régionaux pour populariser leurs actions et publiciser leurs besoins d’argent. L’issue de plusieurs bras de fer entre l’association créée par Coluche et des élus récalcitrants, par exemple, à un soutien financier ou au projet d’implantation d’une antenne dans une commune du département illustrerait, s’il en était besoin, la puissance de lobbying acquise par les RC. À ce jeu, comme à celui de son financement par la libéralité privée, ces derniers surpassent effectivement leurs concurrents qui ne disposent pas d’autant d’atouts de promotion. Ainsi se justifie d’ailleurs le choix de confier à une centrale nationale d’achat le soin de s’approvisionner tandis que le SP et la BA déploient une stratégie qui n’est évidemment pas sans lien, sans doute, avec une capacité plus réduite à attirer, sous formes de don d’argent, la générosité publique. Ces deux dernières associations effectuent des quêtes de denrées dans les supermarchés et des collectages directs auprès des enseignes de la grande distribution, des industries agroalimentaires, des marchés de gros (le SP retire quotidiennement, par exemple, une tonne de produits frais qui lui sont abandonnés par les grossistes en fruits et légumes du MIN, marché d’intérêt national, nantais5).

7Distribuer, mais autrement…

8Les associations ont, depuis toujours, la hantise de se muer en hypermarchés du pauvre avec le risque d’être stigmatisées comme tels. Aussi s’ingénient-elles à ne jamais dissocier le secours alimentaire, sous forme de bon, de colis ou de sandwich, de tout ce qui en accompagne la distribution : sans lien. pas de pain. Loin de se complaire dans une fonction redistributrice exclusive, la plupart veillent à définir « leur » vocation comme irréductible aux prestations d’ordre (bassement) alimentaire. Les chartes d’association, par-delà leurs inspirations religieuses ou laïques, renferment toutes cette attention vigilante et scrupuleuse à l’établissement d’une relation dont l’échange gratuit de nourriture ne fournirait que le prétexte.

9Dès lors, les conditions de la distribution revêtent un enjeu particulièrement crucial. Par-delà la singularité de leurs modes d’agir, tout se passe comme si les associations ne pouvaient plus faire l’économie d’initiatives témoignant d’une attention aux rythmes et aux modalités de rencontre avec les pauvres. La plus ou moins grande facilité avec laquelle se sont diffusés des modes opératoires traduisant une perception nouvelle des populations secourables et de leurs besoins constitue, sans doute, un bon indicateur de la contrainte pesant sur les pourvoyeurs de secours alimentaires d’urgence.

10L’un des réajustements maintes fois préconisé touche à l’extension du calendrier de l’aide. Mais si le souci clairement affiché d’en finir avec une saisonnalité qui caractérisait la distribution jusqu’au début des années 1990 est symptomatique d’une volonté de redéfinition de l’action, celle-ci peine à se concrétiser. Ce fut surtout après que l’on eût pris conscience de la défaillance des dispositifs révélée, notamment, par le premier plan Précarité-pauvreté (1984-1985) que l’on mit l’accent sur les discontinuités tant géographique (l’offre est urbaine et faible sinon inexistante en zones éloignées des communes de taille moyenne) que temporelle (insignifiance des secours en période estivale, soit entre avril et décembre). L’émotion suscitée par de telles détresses, atteignant toujours son comble avec les duretés hivernales, contraignit à s’interroger sur le devenir de ces demandeurs durant les mois de suspension de l’aide. Une telle interrogation, qui porte en elle la nécessité d’une intervention continue, devait finir par concerner la majorité des opérateurs. Même les conférences de la SSVP qui, depuis toujours, interrompaient leurs visites pendant la période estivale, s’efforcent, non sans mal, de garantir une maintenance.

11Les RC, quant à eux, ont mis en place ce qu’ils appellent l’intercampagne. Réservée aux bénéficiaires percevant des ressources inférieures à la moitié d’un RMI, la distribution se prolonge ainsi pour les plus nécessiteux d’entre les nécessiteux au-delà de la clôture survenant en mars. Au SP, le comptoir, de même, reste ouvert. Ajoutons que les dirigeants de la BA n’ont de cesse de rappeler aux associations partenaires que leurs entrepôts ne sauraient fermer leurs portes en raison des besoins des bénéficiaires et des contraintes liées à l’approvisionnement. La fidélisation des industriels agroalimentaires passe impérativement par l’engagement quasi-contractuel d’éviter toute rupture dans l’écoulement des produits livrés gratuitement :

On ne peut pas fermer même s’il y a moins de monde. Les associations n’ont pas toujours assez de bénévoles l’été pour poursuivre leur action, alors elles arrêtent mais nous, on tient à assurer le suivi, on organise des permanences de bénévoles, on fait des tours de rôle pour qu’il y ait ici toujours quelqu’un […]. Comment expliquer à des directeurs d’hypermarchés que pendant cinq semaines, on ne leur prend plus leurs produits, qu’ils n’ont alors qu’à les détruire, à les mettre à la benne […] on n’apparaîtrait pas sérieux, on ne peut pas se permettre […].
Responsable des approvisionnements de la BA, retraité, ancien directeur commercial chez Saupiquet.

12La saisonnalité serait-elle en passe de caractériser un âge révolu de l’initiative humanitaire ? Pas encore. La contractualisation des liens existant entre les associations, la Banque, les gérants d’hypermarché et les industriels ne réussit pas toujours à lever les résistances des bénévoles. Particulièrement sensible au milieu des années 1990, la nouvelle donne obligera souvent les responsables à battre le rappel des troupes. Dans les rapports moraux et financiers présentés devant le conseil général de la SSVP, il devient récurrent à partir de cette époque de lire les avertissements suivants :

Nous recommandons aux confrères et consours de venir prendre au moins une fois par mois des produits frais disponibles tous les aprèsmidi (en dehors des livraisons mensuelles d’épicerie ou de surgelés). Il importe de prévenir au préalable les services de la Banque alimentaire. Elle sera ouverte du 16 juillet au 31 août.

  • 6 . Dans le long processus d’acculturation aux normes manufacturières, E. P. Thompson montre bien que (...)

13Le temps de l’activité bénévole ressortit ainsi de plus en plus au registre disciplinaire6. Le temps plein, si l’on peut dire, auquel les associations doivent s’obliger aujourd’hui s’impose au bénévole qui est en passe de perdre son ancienne liberté de choisir, quand il le voulait et comme il le voulait, le temps d’investissement de sa bonne volonté. Sommés d’assurer la continuité du service, de jouer avec les disponibilités et les indisponibilités de chacun, les responsables s’acquittent désormais de leurs charges en tenant un planning des astreintes.

  • 7 . Voir Retière Jean-Noël, « Vivre sa foi, nourrir les pauvres. », op. cit.

14Mais distribuer pour satisfaire, comme on l’a dit, à l’impératif du soutien social n’impose pas seulement d’assurer une continuité dans le temps mais demande aussi de porter attention à l’environnement de la relation que l’on cherche à établir. À l’exception des bénévoles de la SSVP qui se signalent encore par un attachement fort à la visite à domicile7, les associations opèrent une distribution au siège. Cette modalité est exclusive dans le cas du SP, de l’Église évangélique ainsi que de plusieurs pôles de restauration et d’accueil disséminés dans la ville. Elle se combine éventuellement à une distribution itinérante aux RC et à la SSVP à l’intention des populations les plus marginalisées de la rue. La menace de désuétude pesant sur la visite qui incarnait, aux yeux des bénévoles de la SSVP, le modèle séculaire d’une bienveillance aujourd’hui largement réprouvée est vécu par une partie d’entre eux comme un vrai traumatisme. Une telle révolution conduite au nom des normes assistantielles actuelles ne se fait pas sans heurts et sans provoquer des défections de la part de confrères fortement attachés à la relation interpersonnelle qui s’établissait à domicile. Quoi qu’il en soit, trois modèles d’intervention prévalent aujourd’hui.

15Le comptoir correspond au mode traditionnel. Il est à la fois lieu et modalité de distribution. Il renvoie aux réalités du guichet et de la file d’attente. On le rencontre essentiellement au SP où l’on délivre un colis aux bénéficiaires. Le self-service, innovation apparue en 1998 aux RC, reste une forme dérivée du comptoir et avait été initié par l’antenne herblinoise (en LoireAtlantique) avant de se diffuser au niveau national. Le bénéficiaire dispose d’un « capital » qui lui permet de choisir ses victuailles dont la « valeur » se trouve estimée en points (à des fins d’incitation à leur consommation, les légumes verts sont « gratuits » en points).

16Le salon désigne cet espace aménagé où le bénéficiaire de l’aide peut éventuellement se poser et s’associer à la convivialité ambiante. Les RC tiennent beaucoup à ce dispositif dont les responsables espèrent toujours qu’il devienne l’antichambre de ces espaces-services connexes à la distribution alimentaire que sont les relais « bébé » (offre de soins et de conseils pédiatriques), les salons du coiffeur, de l’esthéticienne ou les antennes santé de Médecins du monde, du dentiste ou encore du psychologue.

17L’Épicerie (sociale) est ce succédané de marché qui a pour objectif de transformer le donataire en consommateur à vil prix. Il constitue, en son genre, un modèle fort prisé par les associations qui s’inscrivent dans des démarches plus ou moins militantes d’animation de quartier. L’emprunt récent de ce modèle par la SSVP traduit indéniablement le succès de cette forme d’échange depuis longtemps éprouvé dans l’aide vestimentaire.

18Ces modalités du don, avec leurs histoires singulières que nous ne détaillerons pas ici, sont évidemment loin d’être anodines. Leur mise en place a résulté souvent de négociations, connue des expériences probatoires, suscitée parfois des réticences, sinon des tensions. Aux RC, par exemple, des conflits ont longtemps opposé, en Loire-Atlantique, des équipes d’antennes plus ou moins éloignées du siège nantais à la direction à l’heure où celle-ci recommandait de diversifier ses offres de service.

ESPACE OU MARCHÉ DE LA BONNE VOLONTÉ ?

Nouveaux profils

19Deux ruptures marquent le passage de la bienveillance d’hier à l’humanitaire d’aujourd’hui : l’une, que nous venons d’évoquer, concerne la rationalisation des pratiques qui se traduit, notamment, par un recours à l’emploi rémunéré (contractualisation salariale) et l’autre vise le profil des bénévoles (professionnalisation). Concernant ces derniers, la comparaison diachronique des sociographies d’acteurs intervenant dans le champ de l’aide alimentaire depuis les années trente découvre une tendance d’abord lente puis accélérée à la « démocratisation ». Peu d’associations, même parmi les plus élitistes, furent épargnées par l’ouverture progressive de l’adhésion à des groupes sociaux qui, naguère, ne possédaient ni les dispositions ni les ressources (de l’argent à distribuer, du temps libéré, des relations à faire jouer, un système de valeurs inclinant à se porter au-devant du misérable, une posture également car il faut s’estimer autorisé à intervenir auprès des pauvres) et encore moins l’espérance de vie pour le faire. Les pôles, confessionnel comme laïque, étaient désertés, avant-guerre, par les classes populaires. Il faut attendre la Libération et la création des deux Secours, le populaire et le catholique, pour que soit offerte aux fractions établies et militantes (respectivement dans l’Action catholique et dans le syndicalisme ou l’engagement au PCF) de ces classes la possibilité d’investir du temps dans l’humanitaire. Plus tard, la création des RC suivie par une éclosion de structures d’assistance en tout genre provoquera un appel massif de bénévoles aux profils sociaux disparates, en rupture franche avec les figures de naguère. Un nouvel âge du recrutement s’ouvrait alors…

20L’histoire courte des vingt dernières années confirme cette rupture mais révèle aussi l’accélération progressive d’une autre tendance affectant le recrutement, de moins en moins réductible à une mobilisation de « bonne volonté » (benevolens). La légitimation, médiatiquement et politiquement orchestrée, du rôle que les associations d’aide alimentaire doivent endosser dans la lutte contre la misère n’est évidemment pas sans lien avec la reconnaissance de « la misère d’ici ». En même temps qu’elles acquièrent notoriété et reconnaissance, ces associations voient l’engagement sous leur bannière paré du prestige et des mérites qui restaient l’apanage de l’humanitaire international. Avec le label humanitaire de plus en plus employé (dans la presse) à partir des années 1990 pour qualifier l’aide alimentaire d’ici, les associations concernées peuvent désormais prétendre décerner des titres de noblesse solidaire et offrir, ce faisant, des terrains d’investigation sociale et/ou des lieux de stage qui exercent un attrait non négligeable auprès de catégories auparavant fort distantes. Aussi n’est-il plus rare de croiser au SP ou aux RC, parmi les bénévoles, une étudiante en BTS Économie sociale et familiale intéressée par les usages alimentaires des populations défavorisées, des étudiants d’Audencia-la (grande) École de commerce nantaise-désireux de se coller à la réalité de la misère ou une jeune lycéenne tentée par un métier dans l’humanitaire.

21Ces profils d’un genre nouveau participent au brouillage identitaire de ces associations. Les discours réitérés selon lesquels l’expérience et la posture sensible ne suffiraient pas, voire formeraient des obstacles à l’acquisition des « savoir-donner » emportent leur adhésion. Pour les travailleurs sociaux « en herbe » et, a fortiori, en formation, l’engagement figure un rite initiatique, une expérience monnayable, un blason de CV, un lieu d’apprentissage. Face à ces jeunes recrues, il convient, cependant, de souligner l’inégal pouvoir d’attraction des associations. Aux RC, on décline les offres, on inscrit sur liste d’attente, on sélectionne les candidats qui se pressent pour participer à l’opération « car du cour » (distribution itinérante, en soirée, à l’intention des « SDF » de la ville). À la SSVP, en revanche, la spiritualité religieuse contribue peu à favoriser une image incitative auprès de la jeunesse étudiante.

22Parler de main-d’œuvre dans le cadre d’une étude sur les associations caritatives peut paraître quelque peu exagéré. Pourtant, passer quelques journées aux RC, à la BA ou encore au SP permet de comprendre immédiatement pourquoi bon nombre de personnes présentes considèrent leur activité, qu’elle soit gratuite ou rémunérée, comme un travail, les bénévoles ne se distinguant guère à cet égard des salariés. La présence de ces derniers dans les associations caritatives est un phénomène récent qui répond à une double rationalité : l’une en finalité, l’autre en valeur, comme aurait dit Weber. La première tient aux impératifs de l’administration et de la gestion tandis que la seconde renvoie à la vocation « solidaire ». Ce salariat présente globalement la caractéristique d’être composé très largement d’emplois dits aidés. Des chiffres communiqués en 2000 par la direction départementale du travail et la Mission emploisjeunesjeunes du district de l’agglomération nantaise soulignent l’importance du recours à ce type de contrat. En 2000, on dénombrait ainsi 157 CES (contrat emploi-solidarité), 20 CEC et 22 emploisjeunes dans les associations entrant dans notre champ d’investigation.

23La nature du poste de travail et le profil de celui ou celle qui le détient ne se déduisent qu’imparfaitement du statut juridique du contrat. Bien que la plupart de ces emplois relèvent de dispositifs dits d’insertion mis en place par les associations sous forme d’activités de jardinage (aux RC), de couture (à la SSVP), voire de manutention des denrées alimentaires (à la BA), ils ne se réduisent pas toujours à ce salariat dit « en insertion ».

24Les associations conduisant, en effet, ces dispositifs d’insertion ne peuvent le faire en comptant sur leurs propres forces bénévoles. Dans le procèsbalverbal de séance d’un conseil d’administration de 1996, le président de la SSVP justifiait son intention d’embaucher en ces termes :

Nous pensons que pour mener à bien nos activités [sous-entendu : d’insertion par l’emploi], on ne peut solliciter davantage les bénévoles, il faut du personnel permanent et compétent. De plus, la Société SaintVincent-de-Paul a la même démarche que les autres mouvements caritatifs. La dignité des personnes passe par l’emploi.

25Les RC, engagés également dans des actions qualifiées, selon la terminologie, « d’aide à la personne » et « d’insertion par l’économique », employaient, en 2006, 12 salariés permanents dont 8 en CDI et 4 en contrat aidé ainsi que 42 salariés en insertion en sus des 1 500 bénévoles existant à cette date dans le département.

26Les trajectoires et les attentes différenciées des bénévoles, les statuts d’emploi distincts des salariés contribuent fortement à déterminer les formes de la coopération, formes par ailleurs tributaires de bien des paramètres dont l’histoire de l’association, sa taille, l’ethos des dirigeants ou le mode de gouvernance.

Disciplines

27À l’exception des « emplois-jeunes » dont le niveau scolaire est généralement plus élevé que la moyenne, les titulaires des contrats aidés présentent des profils sociaux qui les font bien souvent ressembler aux bénéficiaires des associations. La nature même de ces statuts, loin de favoriser leur stabilisation, milite pour leur caractère provisoire. Un poste en « CES » peut quelquefois constituer une étape vers un emploi de manutentionnaire. Le dirigeant de la BA s’enorgueillit, par exemple, d’avoir facilité, grâce à ses réseaux de relations, l’embauche « d’anciens de chez [lui] ». C’est le même qui récriminera contre les abandons de poste qui obligent, en raison du turn-over, à une réorganisation régulière du collectif de travail.

Qu’est-ce que je suis, moi ? Je dis en fait, la finalité, elle est sociale, humanitaire mais en fait, on doit fonctionner comme une entreprise et quand je vous dis qu’on a notre place dans l’économie, qu’on est créateur de richesse et que je revendique la fonction du chef d’entreprise, et je pense que cela concerne beaucoup d’associations aujourd’hui, c’est pas vouloir se laisser aller à l’esprit patronage, tout le monde est bon tout le monde est gentil, non, c’est plus ça…
Président de la BA, ancien haut militaire de carrière

  • 8 . Arch. BALA, réunion de bureau du 21 mai 1996.
  • 9 . Arch. BALA, réunion du conseil d’administration du 24 septembre 1996.

28La cohésion et la direction des équipes de salariés en CES reviennent assez souvent à l’ordre du jour des réunions de la BA. On y stigmatise « un encadrement [n’étant] pas assez ferme, un laxisme [qui] s’installe ainsi qu’un mauvais esprit de groupe8 ». Les employés, à l’époque, sous CES « sont des jeunes qui posent des problèmes, n’ayant jamais travaillé avant-ignorant l’effort-d’où mauvaise ambiance-revendication-d’où obligation de sévir9 ». En 1999, une mise au point générale est effectuée :

  • 10 . Arch. BALA, rapport moral pour 1999.

Nous avons besoin de main-d’œuvre, vous avez besoin de travailler pour divers motifs (y compris l’accès au HLM). Nous allons vous intégrer dans notre équipe ce qui impliquera de votre part de la rigueur, le respect des horaires, l’acceptation de l’autorité, et d’une façon générale des contraintes de la vie en groupe, un travail bien fait, toutes sortes de choses que vous avez peu pratiquées ou que l’on vous a rarement imposées. Vous perfectionnerez votre conduite automobile et vous recevrez une formation de cariste incluant un certificat d’aptitude qui vous ouvrira l’accès au moins aux agences d’intérim à la fin de votre contrat. En tant que chauffeur, vous serez en relation avec des fournisseurs et l’image que vous donnerez sera l’image de la Banque alimentaire. On vous fournira de l’aide alimentaire pour vous et votre famille. Vous aurez le droit à l’erreur. En revanche, il y a des points sur lesquels nous ne transigerons pas, ce sont le chapardage de nourriture, les absences non justifiées, la violence physique et tout ce qui pourrait nuire à l’image de notre association. Votre passé ne nous intéresse que pour mieux vous comprendre et non pour vous juger10.

29Cet extrait de compte rendu où sont déclinées, sur le registre du donnantdonnant, les conduites imposées à ces personnels, illustre bien la teneur de la collaboration attendue de la part des employés (CES) à la manutention même si les expériences de leur présence ne se réduisent pas à ce seul aspect.

30Les enjeux propres aux bénévoles sont sensiblement d’un autre ordre. La nouvelle organisation du temps a des répercussions non négligeables sur leur ferveur. Le retraité d’hier qui suspendait son engagement du printemps à l’automne s’efface. L’exigence de disponibilité pèse de plus en plus sur la propension à s’engager, en dépit de dispositions qui, auparavant, s’avéraient propices. Si les RC et la BA parviennent à garantir des permanences dûment planifiées au prix d’un surcroît d’abnégation de la part des bénévoles, la SSVP ne parvient pas toujours à promettre une maintenance sans faille. Certains confrères répugnent, en dépit du mouvement général, aux contraintes et persévèrent dans leurs habitudes anciennes en gérant, à leur gré, leur calendrier d’intervention. En terme de rythmes, les RC et la BA, qui fonctionnent comme des sortes de guichets, contraignent à des horaires précis qui dénotent là encore une différence avec la distribution qui s’opère (pour combien de temps, encore ?) au bon gré du bénévole, au domicile du bénéficiaire. En ce qui concerne la seule BA, on notera également la procédure du rendez-vous auquel sont soumises pour s’approvisionner les associations adhérentes et la mise en œuvre de la journée continue à partir de 1997.

Qualifications et compétences

31D’autres facteurs agissent pour rendre obsolète la seule bonne volonté. La division du travail au sein même de ces structures aboutit aujourd’hui à une segmentation des forces bénévoles en fonction des exigences de l’activité et selon les compétences de chacun. Il n’est plus d’appel public en direction de candidatures bénévoles qui, aujourd’hui, n’insiste sur le fait que les forces font moins défaut que les compétences. Aucune association n’échappe à ce processus. Aux RC, où pourtant les bonnes volontés ne manquent pas, les responsables ont pris l’habitude de dresser de véritables « profils des postes ». À la BA, on n’hésite pas à démarcher des lieux et des réseaux virtuels de recrutement ciblé comme, par exemple, l’association des cadres actifs et retraités de Saint-Nazaire, le Centre du volontariat (qui assure un accueil quotidien à son siège nantais et organise sous son égide pendant un week-end annuel une véritable « bourse du travail » gratuit) ou bien encore l’université inter-âges, là où l’on escompte trouver les savoir-faire déficitaires. Au SP, l’apport de compétences nouvelles, notamment dans la perspective de l’ouverture du centre de collectage, est également affirmé :

Ce qu’il y a maintenant, comme le Secours [populaire] est aujourd’hui, je dirais que c’est une entreprise. C’est devenu une entreprise. C’est plus ce que c’était. On est arrivé maintenant, on est obligé, on ne le fait pas encore mais on devrait le faire, c’est d’avoir des bénévoles mais qui ont des tâches bien précises et des connaissances bien précises. Ca nous aiderait beaucoup dans notre fonctionnement parce que des bénévoles, on en a plein, mais on a des gens qui sont malades nerveusement., on a des gens qui n’ont pas de compétences, si vous voulez, ce n’est pas pour ça que ce ne sont pas de bonnes personnes, mais ce qu’il nous faudrait, c’est des compétences
Ancienne responsable du SP, entretien réalisé en 1999

  • 11 . Nous avons traité ailleurs le processus historique mais encore inachevé de disqualification de la (...)

32Ces compétences en matière de gestion n’effacent pas ces autres savoirfaire requis pour le contact avec les personnes. De tout temps, les bénévoles ont dû ressentir leur plus ou moins grande aptitude à nouer des liens avec les populations reçues ou visitées. Ainsi n’est-il pas rare d’entendre des bénévoles évoquer le souvenir d’un des leurs « ouvrant » dans les années antérieures en vantant son humanité. Cette capacité relationnelle cependant, ne semblait pas aussi sûrement qu’aujourd’hui, formalisée et codifiée. Tout se passe comme si le référentiel du dévouement subissait l’assaut de nouveaux critères de l’excellence « humanitaire11 ». Le « conseil » et le « soutien psychologique », désormais tant flattés en lieu et place des dérivés ringardisés de l’amour et de la compassion, réclament (ou sont censés réclamer) des qualités et des savoirs qui obligent le bénévole à se former et à se mettre en question par une évaluation constante de ses prestations.

33À une coopération où chacun prenait sa part ou, du moins, ne se trouvait pas affecté à des postes clairement définis, succède une division de plus en plus rigide du travail entre des tâches qui, si elles pouvaient être vécues naguère comme plus ou moins exigeantes en aptitudes, sont désormais estampillées comme telles. Ce climat n’est pas étranger à certaines attitudes défensives de bénévoles des RC qui, loin de se résigner, défendent jalousement un « esprit Coluche » qu’ils estiment dévoyé. L’attachement à la vocation originelle de l’association (donner à manger) et le dédain des initiatives et projets menés « au nom de l’insertion » servent alors à exprimer le malaise profond qu’inspirent les menaces que font peser sur l’action d’équipe les injonctions à diversifier les interventions, à apprendre à gérer et à se former pour mieux répondre aux enjeux de l’humanitaire d’aujourd’hui. Au sein même des associations qui insufflent ces nouvelles formes managériales, le turn-over, qui ne devrait pas tarder à être perçu comme le symptôme d’un moment critique, pourrait bien trouver là sa cause principale.

34Le don, en tant que chaînon d’une communauté solidaire, ne doit exclure personne. D’où la nécessité de sauvegarder l’illusion faisant de tout citoyen un donateur (de temps) potentiel. Le lien civique tissé par l’engagement bénévole ne doit souffrir aucune discrimination. Sachant cela, ne faudrait-il pas se demander dans quelle mesure l’affichage sans modération ni pudeur des besoins en personnels qualifiés ne concourt pas à ruiner précisément ce ressort du civisme ?

  • 12 . Forums familles, thématique : Les Restos du cœur, novembre 2007.

35La division du travail est érigée aujourd’hui en impératif de l’administration des secours. Au nom de l’efficacité de la lutte contre la misère, cette raison, parée à force de justifications managériales d’une légitimité incontestable, transforme l’esprit de la coopération et autorise de plus en plus des discours de hiérarchisation des candidats à la cause : « Je suis montée d’un cran et je m’occupe maintenant des inscriptions. J’ai eu une journée de formation, hé oui ça ne rigole pas ! » écrit une jeune bénévole dans un forum de discussion consacré à l’ouverture de la campagne 2007 des RC12. Monter d’un cran. comme si quitter le poste de distribution des colis revenait à gagner une promotion. Ce qu’atteste effectivement, à l’occasion du même forum, cette remarque d’une internaute précisant qu’elle « fait la formation “ distribution ” mais espère bien plus tard pouvoir faire plus ».

36Il y a effectivement tout lieu de se demander dans ces conditions si le fort turn-over des bénévoles ne trouve pas en partie son explication dans la faveur dont jouissent ceux-là qui sont susceptibles de reconvertir leurs compétences en comptabilité et en management. La chasse aux têtes à laquelle semblent se livrer les associations ne risque-t-elle pas, à terme, de décourager ceux qui ne manqueront pas de se ranger parmi des « donneurs sans qualité », autrement dit des surnuméraires ? Rangés parmi les non-qualifiés du don, acceptés comme O. S. de l’assistance, leur générosité, toute louée qu’elle soit, les protégera-t-elle encore longtemps contre l’avalanche de discours analogues à celui qui suit, publié dans un article de Ouest-France à l’occasion de l’ouverture de la campagne des RC en décembre 2007 :

Les besoins en bénévoles sont permanents. Comme chaque année l’association départementale recherche des bénévoles pour ses opérations de distribution, d’écoute, d’aide à l’administration, à la communication des centres du département. Et, tout particulièrement, des bénévoles ayant des connaissances en comptabilité pour un ou deux jours par semaine. Des bénévoles ayant des connaissances en communication et management. Des bénévoles pour des postes à responsabilités (formations, approvisionnements, manifestations, etc.).

37Notre question en forme encore d’hypothèse pour rendre compte du turn-over des bénévoles suppose évidemment que rien ne puisse venir compenser le déficit de reconnaissance de sa contribution à l’effort collectif. Or, défions-nous d’une sauvage sociologie de la domination et de son légitimisme symbolique excessif. À l’écoute de nombreux bénévoles occupant les postes les moins qualifiés (la distribution, la manutention), on s’aperçoit en effet que leur engagement, sinon leur tâche, leur procure de larges gratifications. Ne scotomisons pas les valeurs personnelles qui peuvent jouer le rôle de contre-feux aux tendances décrites. N’oublions pas, en outre, que chaque association se présente, de ce point de vue, comme des « petits mondes sociaux » distincts. Si la hiérarchie des places est bien une réalité perçue par les bénévoles des RC et, effectivement, plus ou moins amèrement ressentie par quelques-uns d’entre eux, aucun des confrères et consours rencontrés à SSVP ne nous a confié être préoccupé par la question. Un sentiment de moindre légitimité, il est vrai, se forge au cours d’interactions furtives et s’avoue rarement.

CONCLUSION

  • 13 . Nous concevons qu’une telle formulation souffre de négliger les apports de Simmel à la sociologie (...)
  • 14 . Le Guidec Raymond, « Disparition et résurgence du travail à titre gratuit », in Le Travail en per (...)

38Au terme de ce tour d’horizon, on retiendra surtout que le champ associatif de l’aide alimentaire à Nantes s’est transformé depuis le milieu des années quatre-vingt, époque de sa renaissance, en obéissant à des logiques d’action empruntées à d’autres mondes sociaux que celui de la philanthropie. L’augmentation de la pauvreté et l’explosion de la demande d’aide13, les contraintes sanitaires, la concurrence entre associations ont généré des modes d’administrer les secours et les secourant qui n’ont rien à envier à celles qui sont en vigueur dans le secteur marchand, notamment en termes d’organisation du travail, de discipline et de management. Reste que les associations ne sont pas devenues des entreprises. Le travail gratuit qu’accomplissent les bénévoles tout comme celui à titre onéreux effectué par les salariés ont en commun de « n’être pas à but lucratif et de contribuer au développement du lien social14 ». Certes, elles ne fonctionnent qu’avec très peu de salariés, ne vendent rien ou presque, procèdent d’une « idée d’œuvre », comme aurait dit Hauriou, qui empêche de les apparenter à l’univers marchand, mais elles n’en sont pas moins aujourd’hui profondément soumises à des impératifs de rationalisation et d’administration (comptabilité, communication, gouvernement) qui empêchent de les considérer exclusivement comme des lieux que « la bonne volonté » suffit à investir. L’engagement suppose des ressources singulières. L’affectation à des postes obéit de plus en plus à des profils de compétence. Cette réalité tranche avec les discours incantatoires sur l’élan altruiste et la démocratie associative souvent invoqués pour nous amener à nous réjouir de la contribution de l’engagement solidaire à la consolidation de la citoyenneté. Jusqu’où l’emprise de la rationalité managériale reste-t-elle vraiment conciliable avec la démocratie associative ?

Notes

1 . Voir entre autres, Wodon Quentin, Marketing contre pauvreté, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1993 ; Legros Michel, Donner à manger aux pauvres. L’aide alimentaire, d’une pauvreté à l’autre, Paris, Credoc, 1997 ; Bevant Didier, «’émergence de la culture d’entreprise dans le secteur des associations humanitaires. Une comparaison des banques alimentaires et du Secours populaire français », in Les Politiques sociales catégorielles, fondements, portée et limites : xviiie Journées de l’AES, Méhaut Philippe, Mossé Philippe (dir.), Paris, L’Harmattan, 1998, 2 vol., t. 2, p. 466-486.

2 . Voir Penser par cas, Passeron Jean-Claude, Revel Jacques (dir.), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « / École des hautes études en sciences sociales », 2005.

3 . L’enquête a fait l’objet en 2000 d’un rapport de recherche (en réponse à un appel d’offres MiRe, ministère de l’Emploi et de la Solidarité, sur les solidarités associatives) : Le Crom Jean-Pierre, Retière Jean-Noël, Nourrir, vêtir. Sociotoirehistoire de la solidarité d’urgence à Nantes (1930-2000), Nantes, Maison des sciences et de l’Homme, 2000.

4 . Le Secours catholique appréhendait de se transformer, selon le mot de son responsable régional, en « des pauvres ». Pour plus de précisions, voir Retière Jean-Noël, « Vivre sa foi, nourrir les pauvres. Socio-histoire de l’aide alimentaire confessionnelle à Nantes des années trente à nos jours », in Genèses, n°48, septembre 2002, p. 4-29.

5 . Nous ne détaillerons pas ici l’évolution des modes d’approvisionnement. Notons seulement que l’essoufflement de la manne qu’auront représenté longtemps les surplus agricoles européens a contraint le SP et la BA à s’affranchir relativement de « Bruxelles» et à se tourner progressivement vers l’industrie et le commerce privés pour s’y fournir en produits réputés impropres au marché.

6 . Dans le long processus d’acculturation aux normes manufacturières, E. P. Thompson montre bien que l’imposition des usages liés au temps figure l’acte inaugural du pouvoir de l’entrepreneur. Voir Thompson Edward P., « Temps, travail et capitalisme industriel », in Libre, n°79-5 (« Politique, Anthropologie, Philosophie »), 1979, p. 3-63.

7 . Voir Retière Jean-Noël, « Vivre sa foi, nourrir les pauvres. », op. cit.

8 . Arch. BALA, réunion de bureau du 21 mai 1996.

9 . Arch. BALA, réunion du conseil d’administration du 24 septembre 1996.

10 . Arch. BALA, rapport moral pour 1999.

11 . Nous avons traité ailleurs le processus historique mais encore inachevé de disqualification de la charité puis de dénigrement de l’assistance en tant que catégories de justification de l’engagement. Voir Retière Jean-Noël, « Vivre sa foi, nourrir les pauvres. », op. cit. Ce processus n’est pas sans lien avec une montée en puissance de l’expertise psychologique de la relation d’aide.

12 . Forums familles, thématique : Les Restos du cœur, novembre 2007.

13 . Nous concevons qu’une telle formulation souffre de négliger les apports de Simmel à la sociologie de la pauvreté et d’une sociologie politique attentive à se défier de tout positivisme en la matière. Il serait, en effet, plus juste de parler de visibilité plus grande de la pauvreté et de reconnaissance de la demande de secours.

14 . Le Guidec Raymond, « Disparition et résurgence du travail à titre gratuit », in Le Travail en perspectives, Supiot Alain (dir.), Paris, LGDJ, « Droit et société », 1998, p. 229-235.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site