Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le travail associatif

 | 
Matthieu Hély
, 
Maud Simonet

Les travailleurs associatifs sont-ils des salariés comme les autres ?

À l’ombre du monde associatif, l’incertaine professionnalisation des animateurs socioculturels et des formateurs d’adultes (1982-2002)

Francis Lebon et Emmanuel de Lescure

Texte intégral

1L’intérêt de la comparaison entre les animateurs socioculturels et les formateurs d’adultes réside dans les distances et proximités de ces deux groupes professionnels proches du monde associatif (aujourd’hui, environ un tiers des formateurs et près de la moitié des animateurs travaillent pour une association). Situés entre les secteurs de l’éducation et du social, ils participent de l’extension et de l’élargissement des activités éducatives vers des lieux, des publics, des âges de la vie que n’avait pas ou peu investi l’Éducation nationale et se retrouvent dans une critique-notamment pédagogique-du monde scolaire (extension et critique largement portées par le monde associatif). En dépit du rôle différent joué par l’État dans la construction de ces deux groupes professionnels, ils apparaissent comparables en ce qu’ils relèvent d’un processus historique commun et chronologiquement proche. L’animation et la formation ont d’abord appartenu à des activités religieuses ou vocationelles et ne sont devenues des métiers que dans la dernière partie du xxe siècle. Ce mouvement s’est traduit par une explosion démographique et l’émergence de rhétoriques professionnelles manifestant l’existence et la reconnaissance de ces « nouvelles professions ». Cet article procédera à la comparaison des dynamiques des deux groupes professionnels. Nous nous limiterons ici à l’examen de leurs conditions d’emploi et, ce faisant, nous nous interrogerons sur les spécificités du secteur associatif. Les métiers de l’animation et de la formation sont réputés précaires et peu rémunérateurs. L’institutionnalisation de ces métiers et les éléments de leur reconnaissance ont-ils eu un effet sur les conditions d’emploi des individus ?

  • 1 Chenu Alain, « descriptibilité statistique des professions », in Sociétés contemporaines, n°26, 1 (...)
  • 2 Desrosières Alain, Thévenot Laurent, Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, 20 (...)
  • 3 Lescure Emmanuel de, « les formateurs : du réalisme au nominalisme », in Les Dossiers des sciences (...)
  • 4 Kramarz Francis, « sa profession », in Revue française de sociologie, n° 32-1, 1991, p. 3-27 (http: (...)

2Les données produites par l’Insee sont rarement utilisées pour décrire la population des agents de l’animation et de la formation. Si l’on peut mettre en question la capacité du niveau le plus fin de la nomenclature des professions à décrire les groupes professionnels1, tant son architecture est complexe2, elles gardent pourtant un avantage certain sur d’autres enquêtes. En effet, pour répondre à notre question, par leur caractère général et objectivant et en l’absence d’autres statistiques d’emploi, elles offrent une occasion inégalée de mise à distance des rhétoriques professionnelles3. Issues d’enquêtes nationales représentatives, elles permettent de saisir la population d’un groupe professionnel dans son ensemble et ne se cantonnent pas à la description d’un seul de ses segments. Alors que la plupart des enquêtes quantitatives procèdent par une entrée institutionnelle et se limitent de fait aux salariés travaillant dans les organismes spécialisés dans l’animation ou la formation, les données de l’enquête annuelle sur l’emploi permettent d’observer l’ensemble des actifs déclarant exercer ces professions. Elles prennent en compte la dimension subjective de l’appartenance à un groupe professionnel. Elles excluent les agents qui ne souhaitent pas se reconnaître dans la profession et dépendent donc de la reconnaissance sociale des groupes classés et des ressources langagières disponibles pour les dénommer4. De plus, les données de la statistique officielle fournissent des séries suffisamment longues et constantes pour appréhender l’évolution de la morphologie des groupes professionnels. Bien que moins riches et précises que les informations issues de questionnaires ponctuels pouvant prendre en compte toute la spécificité de leur objet, elles ouvrent des possibilités d’analyses diachroniques indispensables à l’étude de la dynamique de ces groupes ; en même temps, elles permettent d’en percevoir les fractures, d’en interroger l’unité et de les comparer.

Des groupes professionnels en voie de professionnalisation ?

Une genèse analogue

3Le mode de structuration des deux groupes s’est fait selon des scansions semblables mais dans des espaces différents : à la participation de l’État qui caractérise l’institutionnalisation de l’animation socioculturelle-si faible soit-elle, notamment en termes de diplômes-s’oppose l’absence d’intervention des pouvoirs publics dans les conditions d’accès aux activités des formateurs. Mais dans les deux secteurs, les associations jouent un rôle de premier plan. Des associations d’envergure nationale assurent la formation des animateurs (Centre d’entraînement aux méthodes d’éducation active, Ligue de l’enseignement, Union française des centres de vacances et de loisirs) ; sur le plan local, elles en salarient un grand nombre (Centres sociaux, Maison des jeunes et de la culture). De même, des formateurs suivent des formations dans le milieu associatif et travaillent, dans une moindre mesure que les animateurs, pour des grandes associations nationales ou locales spécialisées dans la formation professionnelle (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes), l’insertion ou liées au monde de l’entreprise (Centre des études supérieures industrielles). Enfin, ce sont aussi des associations qui ouvrent à la reconnaissance et au développement des deux secteurs. De plus, le processus de professionnalisation semble s’opérer selon des formes communes. À partir des années 1970, les activités d’animation comme de formation ont peu à peu été définies comme des activités professionnelles. Les animateurs et les formateurs bénévoles ou occasionnels ont fait place à des spécialistes exerçant à plein-temps dans des collectivités locales ou des organismes régis par des conventions collectives nationales (toutes deux signées en 1988). Ce mouvement n’est pourtant pas général et uniforme, une grande partie des activités restant le fait d’intermittents.

4En effet, l’animation socioculturelle et la formation des adultes ont ceci de particulier qu’elles font appel à un nombre important de travailleurs occasionnels. Ainsi, jusqu’à récemment, dans l’annexe II de la convention collective nationale de l’animation socioculturelle, signée en 1988, y sont considérés comme « occasionnels » les personnels employés en contrats à durée déterminée (CDD) qui n’animent pas « quotidiennement les centres de loisirs en période scolaire ». De même, l’accord national interprofessionnel du 20 septembre 2003 (relatif à l’accès des salariés à la formation tout au long de la vie) insiste sur le caractère « essentiel » de la mission de formation des cadres des entreprises.

  • 5 Lebon Francis, Une politique de l’enfance, du patronage au centre de loisirs, Paris, L’Harmattan, « (...)

5Chez les animateurs, la naissance de la dichotomie animation bénévole/animation professionnelle date des années 1960 et les années 1970 voient le développement de l’animation professionnelle5. Un processus de définition et de délimitation des frontières de l’activité accompagne la division en deux sous-groupes et contribue, en les objectivant, à les faire exister sur le mode du « cela-va-de-soi », même si « l’animation volontaire » (à miminchemin entre le salariat et le bénévolat) est parfois l’antichambre de l’animation professionnelle.

  • 6 Lescure Emmanuel de, « formateurs d’adultes et leur professionnalisation : du rejet à la fascinatio (...)

6Chez les formateurs, bien qu’exercée par nombre de professionnels, il n’est pas question, pendant les années 1960, de professionnaliser l’activité. Le projet d’institutionnalisation d’une éducation permanente requiert, plutôt qu’un corps de professionnels, la participation de tous6. Il s’agit alors de mettre en place la possibilité pour les travailleurs de participer occasionnellement à la formation en développant des formations de formateurs. Cependant, dès le vote de la loi de 1971 instituant le système français de formation professionnelle continue, un nombre conséquent d’individus exercent à titre professionnel et ce mouvement s’amplifiera durant les années 1980.

Des groupes professionnels importants.

  • 7 Les données de l’Insee utilisées dans cet article ont été communiquées par le Centre Maurice Halbwa (...)

7Les animateurs socioculturels et les formateurs d’adultes constituent aujourd’hui des groupes professionnels numériquement importants. L’analyse secondaire des données de l’Insee7 permet d’en mesurer l’explosion démographique. Les recensements de la population de 1982, 1990 et 1999, ainsi que l’enquête annuelle sur l’emploi montrent l’importance de cette croissance [figure 1, ci-contre]. Pour le recensement, les agents de la formation sont passés de 65 780 à 135 940 individus entre 1982 et 1999 (x 2,07), et, selon l’enquête emploi, de 42 496 en 1983 à 174 365 en 2002 (x 4,10). Pour le recensement, les animateurs sont passés de 46 643 à 100 750 individus entre 1982 et 1999 (x 2,16), et, pour l’enquête emploi, de 49 494 en 1983 à 110 447 en 2002 (x 2,23). À partir de 1993, une variable permet d’identifier les employeurs associatifs. Parmi les agents de la formation, le nombre d’individus dont l’employeur principal est une association progresse de 33 792 à 50 724 (x 1,5 contre 1,42 pour l’ensemble du groupe). Concernant les agents de l’animation, les effectifs de salariés associatifs passent de 32 534 à 46 347 (x 1,42 contre 1,38 pour l’ensemble du groupe). Les employeurs associatifs ont donc particulièrement contribué à la croissance démographique des deux groupes professionnels.

Figure 1. Effectifs d’agents de l’animation et de la formation (1982-2002)
Source : Insee, Enquêtes emploi, PCS 43. 33, 42. 32&37. 22, exploitation originale. Les agents de l’animation correspondent à la catégorie 43. 33, « animateurs socioculturels et de loisirs », qui agrège trois professions « typiques » (animateur culturel, animateur socio-éducatif, directeur de maison de jeunes) et vingt « professions assimilées » relativement dissemblables. Les agents de la formation regroupent la catégorie 42. 32, « formateurs et animateurs de formation continue » et 37. 22, « cadres spécialistes du recrutement, de la formation ». Dans ce travail, nous avons agrégé les formateurs et les cadres de la formation car les cadres de l’animation sont inclus dans la catégorie des animateurs.

  • 8 Amossé Thomas, Insee Première, n°790 (« Recensement de la population de 1999. L’espace des métiers (...)

8L’augmentation des effectifs est bien supérieure à celles des catégories dans lesquelles ils sont intégrés. Entre les recensements de 1982 et 19998, les effectifs des professions intermédiaires ont augmenté de 41 % (35 % pour les professions de l’enseignement, de la santé, de la Fonction publique et assimilées), ceux des cadres et professions intellectuelles supérieures de 63 %, et 55 % pour les cadres d’entreprise. Cette multiplication ne s’est pas faite sans bouleversements. On constate, entre autres, une féminisation des deux groupes professionnels. Les animatrices représentent 56 % du groupe en 1982 contre 71 % en 2002, et 29 % contre 50 % pour les formatrices. Dans l’emploi associatif, entre 1993 et 2002, on observe une moindre féminisation des agents de l’animation (les animatrices passent de 51,5 à 64 %) et au contraire une masculinisation des agents de la formation (les formatrices passent de 57 à 46,5 %).

…Mais néanmoins incertains

  • 9 Schnapper Dominique, « expériences vécues dans quelques métiers de l’État providence », in Les Prof (...)
  • 10 Donzelot Jacques, L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, avec la collaboration de Ph (...)

9En dépit d’un poids numérique remarquable, ces groupes professionnels n’en sont pas moins incertains. Leur unité fait problème. La littérature qui leur est consacrée oscille entre trois positions. La première est indifférente au thème de la professionnalisation. Elle considère bien qu’un processus séculaire amène les « métiers de l’État-providence9 » à s’organiser en pro- fession, mais elle ne prête pas une grande attention à la structuration des groupes professionnels et préfère s’intéresser aux conditions réelles de travail et aux transformations sociales en cours10.

  • 11 Allouche-Benayoun Joëlle, Pariat Marcel, La Fonction formateur. Analyse identitaire d’un groupe pro (...)
  • 12 Besnard Pierre, L’Animation socioculturelle, Paris, PUF, 1980, p. 101.
  • 13 Jobert Guy, « de professionnalisation et production du savoir », in Éducation permanente, n°80, 198 (...)

10La seconde, que l’on pourrait qualifier d’optimiste, considère que ces groupes professionnels sont constitués. Elle argue du fait que des conventions collectives ont été signées et des formations mises en place. La signature, en 1988, de la convention collective des organismes de formation aurait, pour ces auteurs, fait passer les formateurs du statut de « groupe occupationnel » à celui de « groupe professionnel11 ». De même, les « principes généraux » agréés par l’État en 1970 pour le statut des personnels professionnels d’animation socio-éducative sont considérés comme « l’acte de naissance de “la Profession d’Animateur”12 ». Pour les tenants de cette position qui le plus souvent réunit des personnes ouvrant dans ces différents champs, ces métiers existent et mettent en ouvre des savoirs autonomes constitués autour d’un champ de pratique13. Reste alors seulement à démontrer l’utilité sociale de ces professions et à défendre leur autonomie.

  • 14 Hédoux Jacques, « d’adultes », in Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, Ch (...)
  • 15 Guérin Chantal, « profession d’animateur est-elle possible », in Les Cahiers de l’animation, n°22, (...)
  • 16 Cardon Claude-Alain, « formateur d’adultes. Des itinéraires pluriels, des logiques spécifiques », i (...)

11La troisième position est plus circonspecte, voire pessimiste. C’est celle qui semble la mieux fondée empiriquement. Dans cette perspective, les groupes professionnels ne constituent pas ou seulement difficilement des professions entendues comme des collectivités organisées, avec leurs règles, leurs procédures de reconnaissance et leurs carrières. Certains auteurs considèrent qu’il y a bien un processus de professionnalisation mais que son issue est aléatoire et ils font état de « freins » et d’« avancées14 ». D’autres se limitent à dresser un constat objectif et observent que la diversité des conditions d’exercice et la variété des profils d’emploi interdisent toute analyse en terme de profession15, qu’une forte division du travail distribue les individus dans des positions inégales et segmente les groupes professionnels16.

  • 17 Demailly Lise, « spécificité de l’approche sociologique française des groupes professionnels : une (...)
  • 18 Gravé Patrick, Formateurs et identités, Paris, PUF, 2002.
  • 19 Géhin Jean-Paul, « métier de formateur : quelques contours d’une identité professionnelle émergente (...)
  • 20 Augustin Jean-Pierre, Gillet Jean-Claude, « professionnalisation des animateurs socio-culturels », (...)
  • 21 Neyrand Gérard, Profil et devenir des stagiaires. BAFA, Paris, CEMEA, août 1993.
  • 22 Une profession en construction : les formateurs en Poitou-Charentes, rapport de recherche, Géhin Je (...)

12De même, les identités professionnelles font problème. Le métier de formateur est, comme l’explique Lise Demailly17, un métier « poreux » car les formateurs sont attirés par les univers dans lesquels ils forment. Leur identité apparaît éclatée et fragile, tiraillée entre les divers univers institutionnels dans lesquels s’exercent leurs activités-politique de l’emploi, formation continue dans les entreprises, conseil aux entreprises, formation professionnelle technique18. Certains, comme Jean-Paul Géhin19, tendent à déceler des « facteurs d’homogénéisation en cours »-comme la défiance à l’égard de la formation initiale, l’usage de la formation continue (par les formateurs), la référence à l’emploi et à la notion d’employabilité (les formateurs contribueraient à l’amélioration des performances des individus sur le marché du travail). Les animateurs interviennent dans au moins six secteurs distincts : culturel, socio-culturel, socio-éducatif, socio-politique et socio- économique, social, sportif20. Le personnel des centres de vacances et de loisirs est composé d’étudiants qui envisagent d’autres métiers, en particulier l’enseignement et le travail social21. Même lorsqu’elles mettent l’accent sur des processus émergents, les thèses défendues par ces auteurs restent prudentes et n’aboutissent pas à la mise en évidence d’une identité professionnelle solidement installée. Le plus souvent, ils décrivent une profession « en construction » dont l’identité reste fragile22. Nous serions donc face à une situation paradoxale : ces groupes professionnels existent bel et bien et regroupent un nombre conséquent d’individus, mais leurs identités sont fragiles et ils sont faiblement institués, si bien qu’ils apparaissent comme des ensembles flous et incertains.

  • 23 Fritsch Philippe, « d’adultes et formation des adultes », in Revue française de sociologie, n°10-4, (...)
  • 24 Poujol Geneviève, Profession : animateur, Toulouse, Privat, 1989, p. 33.
  • 25 Chapoulie Jean-Michel, « l’analyse sociologique des groupes professionnels », in Revue française de (...)
  • 26 Benguigui Georges, « définition des professions », in Épistémologie sociologique, n°13, 1972, p. 10 (...)

13En effet, la prudence s’impose car ce processus de professionnalisation est décrit depuis plusieurs décennies et semble ne jamais aboutir. Pour les formateurs, Fritsch23 en décelait déjà les « premiers indices » au milieu des années 1960. Selon Poujol24, l’animation représente, à cette même période, « la formule professionnalisée de l’éducation populaire ». De plus, la frontière séparant optimistes et pessimistes est elle-même incertaine. Certains auteurs des deux positions ont en commun une référence implicite ou explicite au modèle fonctionnaliste des professions et évaluent le degré de professionnalisation par l’examen des critères définissant les professions établies25. Ce modèle est également repris par les fractions intellectuelles des milieux de l’animation et de la formation. Fixant un horizon attendu, il sert d’étalon et permet de définir ces professions comme des professions en devenir ; la volumineuse littérature spécialisée en atteste. Ce double usage du modèle crée une confusion. Le fait qu’il soit en même temps un outil permettant de décrire un processus dans les travaux sociologiques et une perspective idéale dans les rhétoriques professionnelles en altère les vertus descriptives. Son attrait et sa prégnance le font alors apparaître comme un mythe qui exerce une « véritable fascination » à la fois sur certains agents des groupes professionnels et certains chercheurs en sciences sociales26.

  • 27 Découflé André-Clément, Maruani Margaret, « une sociologie de l’emploi », in Revue française des af (...)
  • 28 Naville Pierre, «’emploi, le métier, la profession », in Traité de sociologie du travail, vol. 1, F (...)

14En étudiant les caractéristiques des individus qu’ils regroupent et des emplois dans lesquels ils travaillent, soit leur marché du travail, nous nous proposons maintenant d’observer les effets de la structuration des deux groupes professionnels sur les populations qui les composent. Nous nous inscrirons ainsi dans la perspective ouverte par la sociologie de l’emploi27 et appréhenderons le processus de professionnalisation principalement comme l’organisation progressive d’un métier en carrière28.

Des positions contrastés vis-à-vis de l'emploi

  • 29 Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, (...)
  • 30 Freyssinet Jacques, Le Chômage, Paris, La Découverte, 2004, p. 16.
  • 31 Maruani Margaret, Les Mécomptes du chômage, Paris, Bayard, 2002, p. 82.

15Depuis le milieu des années 1970, le chômage tient une place croissante parmi la population active. Comme l’indique Robert Castel29, le chômage ne concerne pas les seules personnes qui en subissent l’épreuve, il produit des effets durables sur l’emploi, en fragilisant la position d’individus que la société salariale avait auparavant réussi à intégrer dans ses filets protecteurs, il « déstabilise les stables ». Un des effets majeurs de la croissance du chômage réside dans le « chevauchement » et l’« interdépendance30 » de sphères jusque-là nettement distinctes. Les frontières claires qui, en période de plein-emploi, séparaient les notions d’emploi, de chômage et d’inactivité s’estompent. Le développement de situations intermédiaires comme les préretraites, la formation, les chômeurs découragés (tous trois entre inactivité et chômage), le temps réduit involontaire (entre emploi et chô- mage) et le temps réduit volontaire (entre emploi et inactivité) en gomme les limites. Si ce brouillage des frontières n’est pas sans conséquences sur le dénombrement des chômeurs, ce que Margaret Maruani appelle les « dégâts collatéraux » du chômage sont également perceptibles : ils consistent principalement en une montée importante des emplois temporaires et du travail à temps partiel31.

Des tendances divergentes de l’évolution de l’emploi précaire

  • 32 Barbier Jean-Claude, « précarité, une catégorie française à l’épreuve de la comparaison internation (...)
  • 33 Schnapper Dominique, « à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux », in Revue française de s (...)

16L’existence et la force d’une norme d’emploi donnent tout son sens à la notion de précarité. Si Jean-Claude Barbier32 paraît sceptique quant aux vertus heuristiques de son usage, ce dernier semble pourtant justifié, dans le cas français, en raison de l’importance des référents juridiques et symboliques que constituent la sécurité de l’emploi des fonctionnaires et le contrat à durée indéterminée (CDI) des salariés du privé. L’intérêt de la notion de précarité réside dans le fait qu’elle permet de différencier plusieurs statuts au sein de la population active occupée, à l’instar de Dominique Schnapper distinguant les individus qui disposent d’un emploi permanent offrant un statut et ceux qui n’ont qu’un emploi précaire sans bénéficier de statut33.

  • 34 La variable grâce à laquelle nous avons identifié les salariés associatifs comprend une part import (...)
  • 35 Aerts Anne-Thérèse, Bigot Jean-François, Insee Première, n°857 (« Enquête sur l’emploi de mars 2002 (...)

17Lorsqu’on examine la part des emplois précaires-soit ceux qui dérogent à la norme d’emploi-entre 1983 et 2002 (figure 2, page suivante), on constate qu’elle a baissé pour les agents de la formation, passant de34 % à 25 % (avec un pic à 40 %), et qu’elle a augmenté pour les agents de l’animation, passant de 45 % à 59 % (avec un pic à 71 % en 1997). Les formateurs associatifs 34 suivent une tendance conforme à l’ensemble du groupe bien que légèrement plus accentuée, le taux de précarité passant de 41 à 26,5 % (avec un pic à 43 %). Inversement, les animateurs associatifs se distinguent de leur groupe professionnel, leur précarité diminuant de 53 à 49,5 % (avec un pic à 65,5 %). On remarque également que la précarité de ces derniers est constamment inférieure à l’ensemble du groupe, alors que chez les formateurs elle est, au contraire, constamment supérieure. L’étendue des emplois précaires au sein des deux groupes professionnels se transforme donc de façon contrastée. Cependant, malgré ces évolutions divergentes, ils n’en sont pas moins tous deux précaires. En effet, la part du salariat instable y paraît très nettement supérieure à celle du niveau national. En 200235, la part qu’occupent l’intérim, les CDD, l’apprentissage et les contrats aidés dans la population active est de 9,8 %.

Figure 2. Part des emplois précaires (1982-2002)
Source : Insee, Enquêtes emploi, exploitation originale. L’Insee ne mesurant pas l’importance globale de l’emploi précaire, nous avons ici procédé au recoupement de trois variables consacrées aux statuts d’emploi.

18Parmi les agents de la formation, le principal statut dont la part a crû est le CDI. De minoritaire en 1983 (46 %), il est devenu largement majoritaire en 2002 (57 %). Durant cette période, la part des salariés du privé a progressé (de 53 % à 71 %) au détriment des autres catégories. La proportion de CDD s’est accrue (de 4 % à 9 %). Celle des indépendants et employeurs a légèrement baissé (5 % en 2002), suivant en cela la tendance nationale d’augmentation du salariat. Celle des emplois de contractuels et vacataires de la fonction publique s’est nettement réduite (de près de 30 % à 16 %). Quant à celle des fonctionnaires, elle accuse une légère baisse (de 16 % à 13 %). La précarité a donc diminué en importance relative. Toutefois, en valeur absolue, en raison de l’explosion des effectifs, elle a notablement augmenté (x 3). Ceci peut contribuer à expliquer le fait que les métiers de la formation aient gardé une image de métiers précaires.

19Parmi les agents de l’animation, le statut principal, dont la part est relativement constante depuis les années 1980, est celui des contractuels et vacataires (plus de 40 %). La proportion de fonctionnaires, de 21 % en 1983, a régulièrement baissé jusqu’en 1997 (7 %) puis a nettement progressé (15 % en 2002), en raison sans doute de la promulgation du décret définissant dans les communes le nouveau cadre d’emploi des agents territoriaux d’animation. Le CDI concerne moins de 30 % de la population. Le CDD représente un statut d’emploi dont les proportions ont fortement augmenté. De 9 % en 1983, il passe à 18 % en 2002. Durant cette période, la part des salariés du privé est minoritaire (44 % en 2002). On observe donc une tendance inverse à celle des formateurs : la précarité a fortement augmenté en importance relative, néanmoins, en raison d’une plus faible croissance des effectifs, elle a très légèrement moins progressé en valeur absolue (x 2,9).

20Cette divergence entre nos deux populations est confirmée par l’observation de l’ancienneté moyenne dans l’entreprise. Elle est très faible et en baisse chez les animateurs (elle passe de 5 à 4 ans) ce qui les distingue particulièrement des agents de la formation pour qui elle augmente (de 7 à 9 ans). Si la population des deux groupes professionnels se répartit en premier lieu dans la catégorie des anciennetés de 1 an à moins de 5 ans (un tiers), en second lieu, la catégorie des moins d’un an accueille une proportion similaire des agents de l’animation alors que celle des plus de 10 ans joue ce rôle pour les agents de la formation. Cet écart s’explique en partie par les différences d’âges : 34 ans en moyenne pour les animateurs, 42 ans pour les formateurs.

21Si, finalement, la précarité de la population totale tend à baisser, la structure des statuts d’emploi des deux groupes professionnels est bien distincte : une majorité de contrats stables du secteur privé chez les agents de la formation, une forte proportion de contrats précaires du secteur public pour les animateurs.

L’étendue des temps partiels

  • 36 Lallement Michel, « des emplois précaires », in Dirn Louis, La Société française en tendances 1975- (...)
  • 37 Attal-Toubert Ketty, Couderc Christine, Mansuy Anne, L’Enquête Emploi en 2002 et 2003, Paris, Insee (...)
  • 38 Entre 1993 et 2002, cette baisse s’accentue chez les formateurs alors qu’elle s’atténue chez les an (...)
  • 39 Attal-Toubert Ketty, Couderc Christine, Mansuy Anne, L’Enquête Emploi en 2002 et 2003, op. cit.

22Une des transformations majeures de l’emploi, au cours du dernier quart du xxe siècle, réside dans le développement des temps partiels. À la précarisation des statuts d’emplois est assortie une flexibilité du temps de travail. Au milieu des années 1970, le temps partiel occupait moins de 5 % de la population salariée, il en occupait 10 % en 1985, 16 % en 199536 et 16,5 % en 2002. La proportion des temps partiels s’élève à 21,5 % dans le secteur d’activité « éducation, santé et action sociale37 ». Dans notre population, on perçoit l’importance des temps partiels en mesurant le temps de travail habituel moyen. Il ne cesse de diminuer : de 35 heures en 1983, il passe, en 2002, à 32 heures. Entre 1983 et 2002, il varie de 36 à 33,5 heures pour les agents de la formation ; plus faible chez les animateurs, il passe, au cours de la même période, de 33 à 28 heures38. Alors qu’en 2002, en France, les temps partiels de moins de 15 heures n’occupent que 2,2 % de la population active et 3,1 % des professions intermédiaires39, ils concernent 5 % des formateurs (6,2 % des formateurs associatifs) et 11 % des animateurs (9,3 % des animateurs associatifs).

23Sur toutes les années où nous l’avons mesuré, le temps de travail se situe en dessous de la durée normale (la tendance de temps habituel moyen est confirmée par la durée moyenne travaillée la semaine précédant l’enquête). Le fait est marquant. En effet, on aurait pu croire que dans un contexte de hausse de l’activité d’animation et de formation, et d’augmentation du nombre d’agents, les employeurs, avant d’avoir recours à de nouvelles embauches, eussent préféré intensifier les horaires des agents déjà en place. Il n’en a rien été. Plutôt que d’intensifier la production par tête, ils ont préféré inviter un plus grand nombre de personnes à participer à l’activité. La croissance des effectifs et la baisse simultanée du temps moyen de travail suggère que la main-d’ouvre ne leur faisait pas défaut.

  • 40 Maruani Margaret, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000, p. 80.

24De même, la répartition des différents temps de travail selon le sexe n’a pas de commune mesure. Entre 1983 et 2002, les femmes de notre population travaillent en moyenne moins de 30 heures. Chez les animatrices, l’horaire habituel de travail passe de 30 à 26 heures. En revanche, le temps de travail hebdomadaire moyen des formatrices, relativement stable, oscille autour de 32 heures. Les études sociologiques ont montré en quoi la question du choix du temps partiel était socialement construite, et comment il était préférentiellement associé à l’emploi féminin : « Qui dit temps partiel pense femme », remarque Margaret Maruani40. En 2002, près de 48 % des animatrices et près de 38 % des formatrices travaillent habituellement moins de 35 heures (contre 20 % et 19 % pour les hommes). Une partie importante d’entre elles est donc en situation de sous-emploi, à la frontière de l’inactivité.

25Enfin, les agents de l’animation et de la formation ne sont pas épargnés par la discontinuité des temps travaillés. Entre 1990 et 2002, la part des individus qui travaillent en dehors des lieux (c’est-à-dire à la maison) et des horaires de travail habituels (le soir, le samedi ou le dimanche) progresse fortement : de 40 % à 59 % pour les agents de la formation, de 52 % à 61 % pour les agents de l’animation. En particulier, notre population travaille habituellement ou parfois le samedi (à plus de 40 %) et le soir (à plus de 30 %). Les formateurs se distinguent en ce qu’ils travaillent à la maison (« généralement » ou « parfois ») dans des proportions deux à trois fois plus importantes que les animateurs (au-delà de 30 % depuis 1995).

Figure 3. Proportion d’agents travaillant habituellement moins de 35 heures et moins de 15 heures (en %) Source : Insee, Enquêtes emploi, exploitation originale.

Conclusion

  • 41 Gérard Françoise, « du dossier La formation des enseignants et des formateurs en Europe” », in Actu (...)
  • 42 Mignon Jean-Marie, Le Métier d’animateur, op. cit., p. 110-111.

26Que pouvons-nous retenir de cet examen des situations d’emploi des agents de l’animation et de la formation ? Les données de l’enquête emploi montrent que la morphologie de ces groupes professionnels a été bouleversée. Pendant les années observées, on est passé de groupes relativement réduits à de vastes ensembles. Dans un contexte de crise de l’emploi, cette explosion démographique est marqués du sceau de la précarité. Enfin, le développement des temps partiels maintient une partie des agents des deux groupes professionnels aux frontières de l’inactivité. La relative reconnaissance de ces métiers a donc peu produit d’effets sur les conditions d’emploi des agents. Déjà à un niveau élevé dans les années 1980, la part du salariat précaire a augmenté dans le cas des animateurs. Ainsi le processus de professionnalisation ne paraît pas aussi inéluctable que certains discours le laissent croire. Et si l’évolution de la situation des formateurs paraît plus favorable, leurs statuts d’emploi n’en restent pas moins marqués par l’instabilité. La proximité des rhétoriques professionnelles masque l’écart qui, de ce point de vue, sépare nos deux populations. En effet, les groupes professionnels sont l’objet des mêmes types de discours téléologiques qui annoncent l’avènement de la profession alors que l’observation des faits met en évidence le contraste des situations. Si quelques-uns de ces discours reconnaissent la « fragilité de l’emploi », certains auteurs, parmi les optimistes, balaient la question et considèrent contre toute évidence que « d’une certaine façon, on peut y mesurer le prix à payer pour la professionnalisation41 » ; d’autres, plus sceptiques, s’attachent à la défense du caractère momentané des activités propre à ce qu’ils estiment être la nature de l’animation ou de la formation. Par exemple, Jean-Marie Mignon écarte « le plein-emploi [car, selon lui, il] risque de porter les animateurs à exécuter des tâches éloignées d’un travail d’animation42 ».

  • 43 Hédoux Jacques, « d’adultes », op. cit., p. 457.

27De même la signature des conventions collectives en 1988, perçue comme un signe patent du processus de professionnalisation, ne semble pas avoir eu d’incidence majeure sur les statuts d’emploi. Les courbes ne marquent pas de rupture forte qui manifesterait les effets de cet événement. Quant au rôle de l’État, la comparaison des deux groupes professionnels tend à montrer qu’une plus forte reconnaissance, même embryonnaire, n’a pas directement pour conséquence de générer une plus grande stabilité de l’emploi. Jacques Hédoux considérait que le principal frein à la professionnalisation des formateurs résidait dans la faiblesse de l’intervention de l’État43, il apparaît pourtant à l’examen des conditions d’emploi des animateurs qu’une participation accrue de ce dernier ne permet pas de rompre avec la situation qu’il déplorait. Enfin, en ce qui concerne le secteur associatif, il semble qu’il occupe, dans la dynamique de chacun des groupes professionnels, des positions contrastées. Travailler dans une association n’a pas les mêmes incidences selon que l’on est formateur ou animateur. Bien que l’expérience du chômage y soit plus forte dans les deux cas, on constate que si ce secteur représente un foyer de précarité pour les premiers, il offre au contraire, pour les seconds, une stabilité légèrement supérieure à celle de l’ensemble du groupe professionnel. Pour les deux populations, l’emploi privé est synonyme de précarité. Cependant, pour les formateurs, l’association est le statut privilégié des organismes consacrés à l’insertion et à la formation des chômeurs (une position « basse » dans l’espace professionnel du groupe) alors que pour les animateurs elle incarne, au contraire, le secteur historique et légitime de l’espace professionnel (une position « haute »).

Notes

1 Chenu Alain, « descriptibilité statistique des professions », in Sociétés contemporaines, n°26, 1997, p. 109-136.

2 Desrosières Alain, Thévenot Laurent, Les Catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, 2002.

3 Lescure Emmanuel de, « les formateurs : du réalisme au nominalisme », in Les Dossiers des sciences de l’éducation, n°11, 2004, p. 37-50.

4 Kramarz Francis, « sa profession », in Revue française de sociologie, n° 32-1, 1991, p. 3-27 (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1991_num1_ 4018).

5 Lebon Francis, Une politique de l’enfance, du patronage au centre de loisirs, Paris, L’Harmattan, « sociales », 2005.

6 Lescure Emmanuel de, « formateurs d’adultes et leur professionnalisation : du rejet à la fascination. Un exercice de rétroduction (1960-2000) », in Pour une histoire de la formation, Laot Françoise F., Lescure Emmanuel de (dir.), Paris, L’Harmattan, 2008, p. 89-110.

7 Les données de l’Insee utilisées dans cet article ont été communiquées par le Centre Maurice Halbwachs, ADISP (UMR 8097), CNRS, unité partenaire du réseau Quételet.

8 Amossé Thomas, Insee Première, n°790 (« Recensement de la population de 1999. L’espace des métiers de 1990 à 1999 »), 2001.

9 Schnapper Dominique, « expériences vécues dans quelques métiers de l’État providence », in Les Professions et leurs sociologies, Menger Pierre-Marie (dir.), Paris, Éd. de la MSH, 2003, p. 199-216.

10 Donzelot Jacques, L’État animateur. Essai sur la politique de la ville, avec la collaboration de Philippe Estèbe, Paris, Éd. Esprit, 1994 ; Dubet François, Le Déclin de l’institution, Paris, Éditions du Seuil, 2002.

11 Allouche-Benayoun Joëlle, Pariat Marcel, La Fonction formateur. Analyse identitaire d’un groupe professionnel, Toulouse, Privat, 1993, p. 3.

12 Besnard Pierre, L’Animation socioculturelle, Paris, PUF, 1980, p. 101.

13 Jobert Guy, « de professionnalisation et production du savoir », in Éducation permanente, n°80, 1985, p. 125-145 ; Caspar Pierre, Vonderscher Marie-Jeanne, Profession : responsable de formation, Paris, Éditions d’organisation, 1986 ; Gérard Françoise, Lespessailles Corinne, Liétard Bernard et al., Les Métiers de la formation. Contributions de la recherche, état des pratiques et étude bibliographique, Paris, La Documentation française/Ministère du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle, 1994 ; Traité des sciences et des techniques de la formation, Carré Philippe, Caspar Pierre (dir.), Paris, Dunod, 1999 ; Augustin Jean-Pierre, Gillet Jean-Claude, L’Animation professionnelle. Histoire, acteurs, enjeux, Paris, L’Harmattan, 2000 ; Dire son métier. Les écrits des animateurs, Douard Olivier (dir.), Paris, L’Harmattan, 2003.

14 Hédoux Jacques, « d’adultes », in Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, Champy Philippe, Etévé Christiane (dir.), Paris, Nathan, 1994, p. 455-458 ; Poujol Geneviève, Guide de l’animateur socioculturel, Paris, Dunod, 1996.

15 Guérin Chantal, « profession d’animateur est-elle possible », in Les Cahiers de l’animation, n°22, 4e trim., 1978, p. 47-62 ; Charlon Elysabeth, Vermelle Marie-Christine, « production de la formation pour l’entreprise : organisations, professions et compétences des acteurs de la formation », in Les Professions de l’éducation et de la formation, Bourdoncle Raymond, Demailly Lise (dir.), Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1998, p. 381-394.

16 Cardon Claude-Alain, « formateur d’adultes. Des itinéraires pluriels, des logiques spécifiques », in Formation Emploi, n°63, 1998, p. 5-18 ; Mignon JeanMarie, Le Métier d’animateur, Paris, La Découverte/Syros, 1999.

17 Demailly Lise, « spécificité de l’approche sociologique française des groupes professionnels : une sociologie non clivée », in Savoirs, travail et société, vol. 2, n°2, 2004, p. 107-128.

18 Gravé Patrick, Formateurs et identités, Paris, PUF, 2002.

19 Géhin Jean-Paul, « métier de formateur : quelques contours d’une identité professionnelle émergente », in Les Professions de l’éducation et de la formation, op. cit., p. 395-405.

20 Augustin Jean-Pierre, Gillet Jean-Claude, « professionnalisation des animateurs socio-culturels », in La Professionnalisation des classes moyennes, Guillaume Pierre (dir.), Bordeaux, Éd. de la MSH d’Aquitaine, 1996, p. 239-249.

21 Neyrand Gérard, Profil et devenir des stagiaires. BAFA, Paris, CEMEA, août 1993.

22 Une profession en construction : les formateurs en Poitou-Charentes, rapport de recherche, Géhin Jean-Paul (dir.), Poitiers, GRITECS, 1996.

23 Fritsch Philippe, « d’adultes et formation des adultes », in Revue française de sociologie, n°10-4, 1969, p. 427-447, notamment p. 408-420 (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1969_num_10_4_1576).

24 Poujol Geneviève, Profession : animateur, Toulouse, Privat, 1989, p. 33.

25 Chapoulie Jean-Michel, « l’analyse sociologique des groupes professionnels », in Revue française de sociologie, n°14-1, 1973, p. 86-114 (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1973_num_14_1_2179).

26 Benguigui Georges, « définition des professions », in Épistémologie sociologique, n°13, 1972, p. 108.

27 Découflé André-Clément, Maruani Margaret, « une sociologie de l’emploi », in Revue française des affaires sociales, n°3, 1987, p. 7-29.

28 Naville Pierre, «’emploi, le métier, la profession », in Traité de sociologie du travail, vol. 1, Friedmann Georges, Naville Pierre (dir.), Paris, Armand Colin, 1970, p. 231-240.

29 Castel Robert, Les Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, «’espace du politique », 1995.

30 Freyssinet Jacques, Le Chômage, Paris, La Découverte, 2004, p. 16.

31 Maruani Margaret, Les Mécomptes du chômage, Paris, Bayard, 2002, p. 82.

32 Barbier Jean-Claude, « précarité, une catégorie française à l’épreuve de la comparaison internationale », note critique, in Revue française de sociologie, n°46-2, avril-juin 2005, p. 351-371, notamment p. 366.

33 Schnapper Dominique, « à l’emploi, protection sociale et statuts sociaux », in Revue française de sociologie, n°30-1, 1989, p. 3-29.

34 La variable grâce à laquelle nous avons identifié les salariés associatifs comprend une part importante de non-réponses (entre 15 et 25 %). Difficile à administrer, cette variable à 250 modalités produit des fluctuations annuelles pour le moins curieuses lorsqu’on la croise avec certaines caractéristiques des agents, notamment la qualification, l’âge ou le sexe. Aussi faut-il traiter les résultats présentés dans ce texte avec la plus grande prudence.

35 Aerts Anne-Thérèse, Bigot Jean-François, Insee Première, n°857 (« Enquête sur l’emploi de mars 2002. Chômage et emploi en hausse »), 2002.

36 Lallement Michel, « des emplois précaires », in Dirn Louis, La Société française en tendances 1975-1995, Paris, PUF, 1998, p. 413.

37 Attal-Toubert Ketty, Couderc Christine, Mansuy Anne, L’Enquête Emploi en 2002 et 2003, Paris, Insee, « Résultats », 2006.

38 Entre 1993 et 2002, cette baisse s’accentue chez les formateurs alors qu’elle s’atténue chez les animateurs. Elle est proche de la tendance du groupe chez les animateurs associatifs alors qu’elle est beaucoup plus accentuée chez les formateurs associatifs.

39 Attal-Toubert Ketty, Couderc Christine, Mansuy Anne, L’Enquête Emploi en 2002 et 2003, op. cit.

40 Maruani Margaret, Travail et emploi des femmes, Paris, La Découverte, 2000, p. 80.

41 Gérard Françoise, « du dossier La formation des enseignants et des formateurs en Europe” », in Actualité de la formation permanente, n°160, 1999, p. 34.

42 Mignon Jean-Marie, Le Métier d’animateur, op. cit., p. 110-111.

43 Hédoux Jacques, « d’adultes », op. cit., p. 457.

Table des illustrations

Légende Figure 1. Effectifs d’agents de l’animation et de la formation (1982-2002)Source : Insee, Enquêtes emploi, PCS 43. 33, 42. 32&37. 22, exploitation originale. Les agents de l’animation correspondent à la catégorie 43. 33, « animateurs socioculturels et de loisirs », qui agrège trois professions « typiques » (animateur culturel, animateur socio-éducatif, directeur de maison de jeunes) et vingt « professions assimilées » relativement dissemblables. Les agents de la formation regroupent la catégorie 42. 32, « formateurs et animateurs de formation continue » et 37. 22, « cadres spécialistes du recrutement, de la formation ». Dans ce travail, nous avons agrégé les formateurs et les cadres de la formation car les cadres de l’animation sont inclus dans la catégorie des animateurs.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3283/img-1.png
Fichier image/png, 156k
Légende Figure 2. Part des emplois précaires (1982-2002)Source : Insee, Enquêtes emploi, exploitation originale. L’Insee ne mesurant pas l’importance globale de l’emploi précaire, nous avons ici procédé au recoupement de trois variables consacrées aux statuts d’emploi.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3283/img-2.png
Fichier image/png, 115k
Légende Figure 3. Proportion d’agents travaillant habituellement moins de 35 heures et moins de 15 heures (en %) Source : Insee, Enquêtes emploi, exploitation originale.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3283/img-3.png
Fichier image/png, 184k

Auteurs

Maîtres de conférences, université Paris Descartes, Centre Maurice Halbwachs – Équipe Pro

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540