Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études sur Artémidore et l’interprétation des rêves

 | 
Christophe Chandezon
, 
Julien du Bouchet

Artémidore, Daldis et les divinités locales sur les émissions provinciales romaines1

Frédéric Maffre

Texte intégral

  • 1 . Nous tenons à remercier les professeurs M. Amandry et M. Sartre pour nous avoir autorisés à publi (...)

1Comprendre le milieu dans lequel Artémidore de Daldis a pu baigner permet de saisir sa personnalité, ou, tout au moins, certains des traits de caractères qu’il a laissé transparaître, volontairement ou pas, dans son ouvre, les Oneirokritika. L’auteur se dit « de Daldis », sa patrie par sa mère bien qu’il fût citoyen d’Éphèse. Ses passages à Daldis durant son enfance et son adolescence, cité grecque de la Lydie intérieure (région d’Asie Mineure occidentale, intégrée à la province d’Asie pour l’époque impériale), semblent l’avoir marqué et sont restés comme des traces indélébiles sur son tempérament durant toute sa vie. Nous en voulons pour preuve deux passages qui seront essentiels au cours de la réflexion qui va suivre :

  1. Dans la conclusion du livre II (P 203, 3-15), Artémidore évoque sa relation particulière avec l’Apollon de sa cité-l’Apollon Mystès (appelé aussi Daldianos)-et explique que le livre a pu voir le jour grâce à l’influence que ce dieu a eue sur lui, influence présentée comme une quasi-injonction divine de rédiger cet écrit. Ce lien est censé protéger le livre contre les lecteurs tentés de retrancher ou d’ajouter au texte, puisqu’Apollon est un dieu qui voit tout et veille sur tout ;
  2. Dans la conclusion du livre III (P 235, 12-22), Artémidore explique pourquoi il a préféré publier ses Oneirokritika sous le nom d’Artémidore de Daldis (Ἀρτεμιδώρου Δαλδιανοῦ) et non d’Éphèse (Έφεσίου) comme pour ses ouvrages précédents.

2Nous utiliserons ici notre connaissance du terrain acquise dans cette partie nord-occidentale de l’Asie Mineure ainsi que les inscriptions et surtout les monnaies de Daldis. Les types divers employés par la cité pour ses émissions de l’époque impériale sont particulièrement intéressants pour connaître le panthéon local et les cultes de la cité. Les nombreuses pièces de monnaie, conservées dans les musées ou connues par les catalogues de vente, portent une iconographie religieuse très variée et qui reflète les choix de la puissance émettrice, c’est-à-dire la cité. Le but est de rappeler ce qu’était Daldis sous l’Empire romain. C’est en effet un milieu auquel Artémidore était lié, qu’il a sans doute bien connu, même si l’essentiel de son existence a dû se dérouler à Éphèse ou ailleurs dans l’Empire.

3Nous allons donc évoquer d’abord la cité de Daldis et les liens entre Artémidore et elle. Nous nous intéresserons ensuite à la manière de représenter les cultes des divinités sur les monnayages de la cité, en parallèle avec les Oneirokritika. Nous insisterons en particulier sur sa piété à l’égard d’Apollon Daldianos, sur l’importance de son ouvre pour les élites grecques et romaines et enfin sur l’apparition d’une iconographie nouvelle de la divinité dans le monnayage de la cité à la fin du iie siècle.

Artémidore, citoyen de Daldis ?

  • 2 . Hermann 1981, p. 200-219.
  • 3 . Malay 1999.
  • 4 . Robert 1940, p. 220-221, n° 271 ; Robert 1976, p. 188.

4Artémidore souhaitait qu’avec la publication des Oneirokritika sous l’ethnique Daldianos la cité de sa mère acquière un titre de gloire. Il expliquait son choix par le fait que sa petite cité de Lydie était peu célèbre à son époque, alors qu’Éphèse était connue par elle-même et grâce à de nombreux Éphésiens qui l’avaient rendue illustre. Nulle raison de penser qu’il s’agissait uniquement là d’un excès de modestie de sa part et donc de douter de son avis. S’il n’est pas exceptionnel que des cités grecques aient disparu en emportant leur nom et leur histoire avec elles, il est encore plus fréquent de ne connaître de l’identité des cités que leur nom. Daldis appartient à cette deuxième catégorie. Le désir d’Artémidore d’honorer ainsi Daldis n’aura été qu’un vou pieu sans suite-au point que bien des modernes s’obstinent à parler de lui comme d’« Artémidore d’Éphèse ». La lecture du cinquième tome des Tituli Asiae Minoris (TAM)2, l’un des deux derniers ouvrages en date à évoquer la cité-il fut publié en 1981 -, n’apporte que peu d’éclairage sur Daldis : à peine une vingtaine de pages sont consacrées à l’histoire de la cité, à travers les testimonia et les découvertes de monnaies et d’inscriptions. Certes, Hasan Malay3, presque vingt ans plus tard, consacrait dans son livre six pages supplémentaires à plusieurs inscriptions inédites découvertes lors de ses prospections sur le site de Daldis. Au total, à ce jour, nous avons pu répertorier un peu moins d’une qua-rantaine d’inscriptions, toutes époques confondues, en provenance de Daldis même ou de son territoire. Il peut être fait également mention de citoyens de la cité identifiés dans des inscriptions en provenance d’autres cités d’Asie Mineure occidentale : l’épigraphie externe enrichit donc un peu la prosopographie locale. C’est ainsi qu’une inscription de Philadelphie, une cité située au sudest de Daldis, mentionne un certain Marcus Aurelius Pius, fils de Sôcratès, athlète olympionique et Δαλδιανὸς βουλευτής un notable donc qui était entré dans le groupe bouleutique local. Dans une épitaphe de Thyatire, une autre cité de Lydie, il est fait mention du gladiateur Antaios4.

  • 5 . Ramsay 1895-1897, vol. II, p. 177 et 179.
  • 6 . Voir carte en annexe 2. TAM, V, 1, 618 et 619 et Talbert 2000. Sur le processus d’identification (...)

5Pendant longtemps, la localisation de Daldis a même été sujette à débat. Nous ne reviendrons pas ici sur les détails de ce débat historiographique, mais, si au cours du xixe siècle et au début du xxe siècle elle fut localisée près de Hiérocésarée ou de Stratonicée5, les trouvailles monétaires ont permis de la localiser à plus de trente kilomètres au nord-est de Sardes, et au sud-est de Narli (aujourd’hui ville turque de Nardi), sur une colline. Deux bornes milliaires ont ensuite corroboré cette identification, mais une partie seulement du toponyme est lisible à chaque fois6. Cela suffit à dire cependant que Daldis était séparée de plus de cent cinquante kilomètres d’Éphèse : la distance qu’Artémidore devait parcourir pour se rendre de sa cité paternelle à celle de sa mère n’était donc pas négligeable.

  • 7 . Zgusta 1984, p. 150, § 233.

6Même le nom de Daldis pose quelques problèmes, car il a varié au fil du temps. Ptolémée, au livre V de sa Géographie (2, 16), mentionne une cité de Lydie du nom de Δάλδεια tandis que la Souda (α 4025) préfère la forme Δάλδις. Dans les inscriptions, il semble que ce toponyme ait eu diverses orthographes, puisque l’on rencontre Δαδαλίς, Δαδαλεΐς, Δάκλεις. Cependant, on a pris l’habitude, à la suite de Müller, de ramener ces variantes à la forme Δάλδις 7. Nous savons ainsi que son nom a évolué au cours de l’époque impériale.

  • 8 . Habicht 1975, p. 65, col. I, l. 10-11.
  • 9 . TAM, V, 1, p. 200.
  • 10 Imhoof-Blumer, 1897, p. 60, n° 1.
  • 11 . Robert 1967, p. 78.

7Dans une inscription d’Éphèse qui fournit une liste des diocèses de l’époque flavienne8 figure le nom de Flauia Caesarea Daldis que l’on tire de l’ethnique Φλαουιοκαισαρεῖς Δαλδιανοί. Ce document date des années 70 ou 80 de notre ère, peut-être du règne de Vespasien. Sur une autre inscription, datée du principat d’Hadrien, on peut lire un intitulé qui confirme la titulature civique Φλαυιοκαισαρέων Δαλδιανών βουλὴ δῆμος 9. Les monnaies de la cité suggèrent donc que Vespasien autorisa Daldis à ajouter un nom dynastique à son ethnique. Sous le même empereur, une autre monnaie donne une forme légèrement différente de l’ethnique : ΦΛΑΒΙΟΠΟΛΕΙΤΩΝ ΔΑΛΔΙΑΝΩΝ10. Cette titulature civique (Flaviopolis Daldis ou Flavia Caesarea Daldis) ainsi que les débuts des émissions civiques par faveur impériale sous les Flaviens supposent donc que l’époque de cette dynastie a correspondu à un tournant dans l’histoire de la cité11.

  • 12 . Le Bas et Waddington 1870, n° 645.
  • 13 . Nous ne connaissons pas de monnaies de Daldis de l’époque hellénistique ou du temps des Julio-Cla (...)

8William Henry Waddington écrivait à la fin du xixe siècle : « Daldis est une petite ville de Lydie bien connue par ses médailles, quoique rarement mentionnée par les auteurs12. » On pourrait presque continuer à dire la même chose. Pour nous, Daldis n’est ni plus ni moins qu’une de ces petites cités d’Asie Mineure occidentale perdues à l’intérieur des hauts plateaux lydiens et à l’écart des grands axes de communication. Aujourd’hui, Daldis n’a de réalité que par quelques inscriptions funéraires et par son monnayage, inexistant d’ailleurs avant les Flaviens13.

  • 14 . III 66, P 235, 14-15 : Ἀρτεμιδώρου Δαλδιανοῦ καὶ οὐχὶ Ἐφεσίου ἐπιγέγραπται.

9Quels liens Artémidore entretenait-il avec Daldis ? Rien n’indique que sa naissance soit à placer à Daldis. Nous ne savons d’ailleurs quasiment rien de la vie de l’auteur des Oneirokritika, mais certains passages permettent d’avancer quelques pistes. Bien que d’Artémidore nous n’ayons conservé que cet ouvrage, nous savons par lui-même qu’il en publia d’autres sous l’ethnique « Éphésien14 », habitude avec laquelle il comptait rompre en publiant le troisième livre de ses Oneirokritika. Il le reconnaît lui-même :

  • 15 . III 66, P 235, 19-21 : πόλισμα Λυδίας καὶ οὐ σφόδρα ἐλλόγιμον διὰ τὸ μὴ τοιούτων ἀνδρῶν τετυχηκέν (...)

Daldis n’est qu’une toute petite cité de Lydie, dont on ne fait pas grand cas, et qui est restée inconnue jusqu’à nous parce qu’elle n’a pas été illustrée par de tels hommes15.

10L. Robert, évoquant dans l’un de ses articles cet auteur, affirmait qu’Artémidore avait le droit de cité à Éphèse soit par son père, soit par concession, car :

  • 16 . Robert 1978, p. 538-539.

Homme de lettres et homme de science avec des méthodes philosophiques, il était de ces homines docti, philosophes et écrivains, à qui tant de villes grecques décernaient le droit de cité tout autant qu’aux musiciens, aux acteurs, aux pantomimes et aux athlètes16.

11Pourtant, le cour d’Artémidore restait attaché à la cité de Daldis, sa patrie maternelle. Nous avons évoqué dans l’introduction cette relation particulière entre l’homme et la ville, que la fin du livre III laisse transparaître. Artémidore justifie le choix de cet ethnique en écrivant :

  • 17 . III 66, P 235, 21-22 : διὸ θρεπτήρια ο ὔσῃ μοι πατρίδι πρὸς μητρὸς ταῦτα ἀποδίδωμι αὐτῇ.

C’est pourquoi, comme elle est ma patrie par ma mère, c’est à elle que j’offre ces livres en retour de ce qu’elle m’a donné en m’élevant [θρεπτήρια]17.

  • 18 . II 70, P 203, 11-12 et 14-15.

12L. Robert parle de ces θρεπτήρια et rappelle l’idée que les bienfaits d’un citoyen envers sa patrie représentent les soins dus aux parents qui vous ont élevés. Autre preuve de ce lien quasi maternel à la fin du livre II, où il s’intègre lui-même au groupe qui vénère cet Apollon Mystès (« que nous nommons par tradition Mystès » ; « les exégètes de nos traditions locales18 »).

  • 19 . Robert 1948, p. 133-134. Danièle Auger me signale qu’à cette époque, associer à la rédaction de s (...)

13Cette attirance pour Daldis se traduit aussi dans son livre par la présentation de certaines des traditions de la Lydie du nord-est19.

  • 20 . La date de cette stèle de marbre est 139/140 ou 194/195 selon l’ère de référence adoptée alors : (...)
  • 21 . Un de 167/168 (TAM, V, 1, 625) ; un autre de 230/231 (TAM, V, 1, 630) et deux derniers datés de l (...)
  • 22 . Malay 1999, n° 71 ; SEG, 49, 1999, no 1559.

14Peut-on, dans les inscriptions, retrouver des traces des liens d’Artémidore avec Daldis ? Dans l’ensemble du corpus épigraphique (interne et externe) de Daldis, l’anthroponyme Ἀρτεμίδωρος apparaît à six reprises, dans cinq inscriptions funéraires et dans une inscription honorifique. La première occurrence20, et peut-être la plus ancienne du groupe des textes funéraires, évoque un individu participant à l’érection d’une stèle funéraire qui n’est pas l’Artémidore qui nous intéresse. Les quatre autres textes21 n’ont pas de lien non plus avec Artémidore de Daldis. L’inscription honorifique22, découverte près d’un village appartenant au territoire de Daldis et datant de la fin de l’époque hellénistique, témoigne de l’emploi précoce de ce nom. La quête de toute identification d’Artémidore dans les inscriptions locales était de toute manière assez vaine : ce nom est très courant, et depuis longtemps, dans le monde grec.

Les divinités de Daldis et Artémidore

15On sait que les panthéons civiques sont foisonnants ; on sait aussi que chaque cité tend cependant à valoriser certaines divinités dans leur vie religieuse. Bien que nous ne puissions pas affirmer posséder la totalité des types monétaires de Daldis aux trois premiers siècles de notre ère, les recherches menées nous ont permis de dresser un premier état des lieux des images religieuses retenues au cours de cette période. De cette manière, il est possible de se faire une idée du panthéon civique local et peut-être de mieux approcher les liens d’Artémidore avec Daldis. Le monde divin n’est pas étranger à son livre, bien au contraire.

  • 23 . RPC VII-1, 149-150.

16Plus d’une centaine de monnaies en bronze, produites au cours des trois premiers siècles de notre ère à Daldis, ont été répertoriées dans les grands corpus numismatiques des musées ainsi que dans un certain nombre de livres portant sur les émissions provinciales romaines d’Asie Mineure occidentale. Un dépouillement non exhaustif a également été réalisé à partir des catalogues de vente conservés dans les universités Paul-Valéry Montpellier 3 et Michel-de-Montaigne Bordeaux 3. Enfin, la visite de quelques grands sites numismatiques de la Toile et les archives informatisées de numismates professionnels ont permis d’identifier plusieurs monnaies proposées à la vente. Au total donc, plus d’une centaine de bronzes, aussi bien avec portrait impérial que sans portrait, constituent notre dossier, mais il n’est pas question ici de faire l’étude métrologique et numismatique de l’ensemble. Les premières pièces émises par Daldis datent de l’époque flavienne, notamment du règne de Vespasien (69-79), les dernières appartiennent au iiie siècle, au principat de Gallien (253-268)23. Nous avons choisi d’enregistrer les thèmes iconographiques produits sur les trois siècles à Daldis. En effet, il arrivait que certaines images soient utilisées sous plusieurs empereurs différents, signe de l’intérêt qu’elles présentaient. C’est pour cette raison que le dieu Apollon Mystès pouvait bien être celui qui figure sur certaines pièces des principats de Septime Sévère (empereur de 193 à 211), puis, sans doute, de Philippe I er l’Arabe (244-249), sans que l’on puisse affirmer avec certitude que ce type n’a pas été réutilisé entre ces deux règnes.

  • 24 Delrieux 2007, p. 15 et note 2.
  • 25 . À propos de ces deux derniers intitulés, Erskine 1997, p. 27 et note 18 rappelait que le second ( (...)

17Les numismates ont pris l’habitude de classer les monnaies grecques de l’époque impériale en deux grandes catégories : d’un côté, les émissions monétaires provinciales romaines impériales, qui se caractérisent par la présence du portrait de l’empereur ou d’un membre de la famille impériale au droit ; de l’autre, les séries monétaires provinciales romaines sans portrait, appelées également monnaies « pseudo-autonomes » ou « quasi-autonomes24 ». Sur les droits de ces dernières, à Daldis, a été très souvent gravé soit le buste imberbe et drapé du Dêmos regardant vers la droite, les cheveux tenus par un bandeau, soit le buste drapé du Sénat regardant vers la droite. Il existe quelques variantes dans la disposition de ces personnages, selon la date de frappe de la monnaie, qui ne seront pas prises en compte dans cet article. La légende renvoie respectivement aux citoyens de Daldis (ΔΑΛΔΙΑΝΩΝ ; ΔΗΜΟC ΔΑΛΔΙΑΝΩΝ) ou au Sénat romain divinisé (ΙΕΡΑ CΥΝΚΛΗΤΟC ; ΘΕΟΝ CΥΝΚΛΗΤΟΝ) selon l’iconographie retenue25.

  • 26 . Imhoof-Blumer 1897, p. 60, no 1 = Winterthur ex I-B = RPCII, 1326.1 ; MM Deutschland GmbH, 10 avr (...)
  • 27 . BMC Lydia 70, n° 4.
  • 28 . BMC Lydia 69, n° 3.
  • 29 . BMC Lydia 70, n° 5. L’identification est proposée par les éditeurs du SNG Deutschland, n° 23 Lydi (...)
  • 30 . Winterthur 3724 ; BNF 256.

18Il arrive parfois, mais plus rarement, qu’une divinité soit représentée sur ces droits des monnaies autonomes : ainsi Héraclès sous la forme d’une statue sur une base, barbu, orné de la leontê et tenant la massue ou bien sa seule tête barbue et couronnée de laurier26 ; le buste d’Athéna ou celui de Roma (le doute subsiste quant à l’identification) à droite, casquée et portant un bouclier27. Sarapis est parfois identifié par son buste regardant à droite, portant un modius28, les épaules drapées. La divinité poliade-il pourrait s’agir de Tychè-serait représentée sous la forme d’un buste tourelé à droite, les épaules drapées29. Le masque de Silène pour les uns ou la tête d’Héraclès pour les autres, à droite, sont aussi présents sur plusieurs émissions30.

  • 31 . La période durant laquelle Artémidore a pu rédiger son œuvre va sans doute d’Hadrien à Commode. V (...)

19Sur les droits des monnayages impériaux figurent les portraits de Vespasien, Domitien, Trajan, Hadrien, Antonin le Pieux, Faustine II, Commode, Septime Sévère, Julia Domna31 (mère des princes Caracalla et Géta), Caracalla, Géta, Gordien III, Tranquillina, Philippe Ier l’Arabe, son épouse Otacilia Sévéra, Philippe II, et enfin Gallien.

  • 32 . On sait en outre qu’Artémidore attachait de l’importance aux coutumes locales : « Si tu ignores l (...)

20Sur les revers, la diversité prédomine en matière de divinités de l’Olympe et de scènes mythiques. Certes, il en va de même dans les autres cités grecques d’Asie Mineure occidentale, en particulier Éphèse, la ville la plus importante de la région à l’époque impériale et le siège des autorités provinciales. Bien sûr, toutes ces représentations monétaires renvoient à des schémas iconographiques classiques illustrés sur d’autres supports et parfaitement connus des Grecs de ce temps. Quelques passages d’Artémidore liés à des cultes ou des mythes locaux peuvent faire l’objet de tentatives de rapprochement avec les types monétaires. C’est le cas de l’Artémis Éleuthéra des Lyciens ou de l’Artémis Éphésia dont les bras sont retenus par des chaînes32.

21Le premier élément d’appréciation qui rapproche le contenu du livre d’Artémidore de l’iconographie des monnaies est identifiable lorsque l’auteur rédige un chapitre entier sur les dieux olympiens (II 35). Il note qu’il est indifférent de voir en songe la statue ou le dieu lui-même dans sa forme vivante. Or les monnaies de Daldis ne semblent pas non plus faire de différence entre le xoanon et la divinité elle-même : Héraclès est représenté tantôt sous la forme d’une statue, tantôt pour lui-même. La même dualité iconographique existe pour Artémis Éphésia ou pour Korè de Sardes. Il est bien difficile de savoir si la présentation au sein du livre, par exemple pour Zeus, ne s’inspire pas de l’imagerie véhiculée par certaines monnaies. Artémidore écrit ainsi :

  • 33 . II 35, P 159, 5-11.

Il est toujours meilleur de voir le dieu debout tranquille ou assis sur un trône et sans émotion : est-il en mouvement, si c’est vers l’est, ce devrait être bon, vers l’ouest, mauvais, de même que quand il n’a pas son appareil ordinaire. Car, comme le prédit Panyasis, les entreprises du songeur seront sans succès et sans force33.

22Le dossier iconographique offert par les monnaies de Daldis est particulièrement riche et peut parfois être rapproché du contenu des Oneirokritika :

  • 34 . Les numéros renvoient a la description du droit ou du revers retenu dans notre catalogue en annex (...)

23Artémis (n° 7 à 1034) est évoquée par Artémidore (II 35, P 159, 14-160, 6) qui décrit trois de ses épiclèses :

  • « d’Éphèse » (Ephesia), elle est bonne, selon Artémidore, pour ceux qui ont choisi une vie plus grave35 ;
  • « Perceuse de Cerfs » (Elaphêbolos ou Elaphia), elle est favorable aux activités en raison de son jupon court, tenue adaptée à la chasse36 ;
  • « Chasseresse », elle est favorable aux chasseurs.
  • 37 . Ou d’allure éphésienne ? Voir Picard 1922, t. XXII, n° 8 ; Delrieux 2008, p. 203.

24Toutes trois apparaissent dans le catalogue. La présence du xoanon d’Artémis d’Éphèse37 ne doit pas surprendre compte tenu de la proximité de la cité, de son importance en Asie Mineure occidentale. De plus, il est à noter que le sanctuaire d’Artémis d’Éphèse a une renommée qui dépasse les frontières de la région, expliquant la très grande fréquence de cette iconographie sur les monnaies grecques d’Asie Mineure.

25Lorsqu’il aborde l’analyse des songes liés à Dionysos (n° 15 à 17) au livre II (37, P 169, 19-170, 19), Artémidore rappelle que ce dieu est utile aux agriculteurs qui cultivent les arbres fruitiers et principalement les vignes. Or, l’une des richesses de Daldis est la culture de la vigne. C’est sans doute pour cela qu’à plusieurs reprises, la grappe de raisin a été choisie pour les revers, illustrant cette production agricole et renvoyant à Dionysos.

26Concernant Héraclès (n° 18 à 20 ; II 37, P 169, 1-18), les monnayages le représentent sous sa forme humaine et par sa statue. Artémidore signale que c’est bon pour tous ceux qui sont portés au bien ; funeste à ceux qui enfreignent la loi ou commettent une injustice. Deux de ses attributs, la massue et la peau de lion évoquées dans le même paragraphe, apparaissent aussi sur les monnaies de Daldis. Par contre, il n’est pas fait mention des pommes d’or du jardin des Hespérides que l’on peut apercevoir sur certains revers des monnaies de la cité.

  • 38 . Imhoof-Blumer 1897, p. 63, et 1913, p. 20-22. RPC VII-1, 202.1.
  • 39 . Delrieux 2008, p. 209, notes 79 et 80.
  • 40 . Fleischer 1973, p. 187-201 et pl. 78-83.

27La figure de Korè (n° 21 à 25) se rattache à un ensemble de représentations similaires à Sardes, Julia Gordos, Maionia, Tmolos et Silandos qui toutes témoignent du culte important de cette divinité en Lydie38. Mais Artémidore, lorsqu’il parle de Korè (II 39, P 174, 21-175, 7) ne semble pas renvoyer à ces types locaux de la déesse ; il précise seulement qu’elle est en rapport avec un culte à initiation. Déméter, la mère de Korè selon le mythe, prend aussi peu de place dans le texte d’Artémidore. À notre connaissance, elle n’apparaît pas non plus sur le monnayage de Daldis. Toutefois, dans la représentation de la statue cultuelle de Korè, drapée et portant un kalathos sur la tête, on la voit qui trône entre une tête de pavot et un épi de blé. Au-dessus d’elle, il y a le croissant de lune à gauche et l’étoile à droite. F. Delrieux et d’autres considèrent que les épis symbolisent certainement Déméter, le croissant de lune pouvant renvoyer à Korè39. Même si sa proposition n’a guère été retenue, signalons que R. Fleischer40 considère qu’il s’agit plutôt d’Artémis et non de Korè ; en effet, sur certaines monnaies de cités grecques, le croissant est associé à Artémis, mais il peut aussi renvoyer à Aphrodite.

28Sarapis (n° 27-28 ; II 39, P 175, 8-18 et V 91-94) revient à plusieurs reprises dans les Oneirokritika, notamment pour des songes liés à des opérations chirurgicales. On peut constater que ce dieu, ainsi que Cerbère, sont présents sur le monnayage de Daldis, mais il semble que ce culte ne soit pas l’un des plus mis en valeur sur les monnaies de Daldis : le catalogue de ses émissions ne le fait apparaître que deux fois pendant les trois siècles considérés, sous les principats de Septime Sévère (sans doute) et de son fils Caracalla.

29La description que donne Artémidore de Tychè (n° 29 à 31 ; II 37, P 172, 18-173, 5), la Fortuna des Romains, est conforme à l’iconographie monétaire. Le gouvernail et la corne d’abondance évoquent, dans le songe, le mouvement et la richesse. Cette dernière variera en fonction de la parure de la déesse. Cette divinité est conservée sur de nombreuses monnaies de la cité pour une période allant du règne de Septime Sévère (193-211) à celui de Gallien (253-268). Sur les droits, le buste de la déesse tourelée domine. Sur les revers, elle est debout tenant contre elle ses attributs. Une des séries datant du règne de Caracalla est particulièrement intéressante, car on y voit sur le revers la divinité avec ses attributs, à l’intérieur d’un temple tétrastyle.

  • 41 . Robert 1962, p. 298, note 2. TAM, V, 1, note 621.

30Zeus Lydios (n° 32-33) n’est pas mentionné par Artémidore, qui évoque cependant Zeus, Zeus Sabazios et, en IV 49, P 276, 10, Zeus Polieus. Toutefois, à Sardes, selon L. Robert, Zeus Lydios pourrait être compris comme une version de Zeus Polieus rattaché aux légendes locales lydiennes41. Dans le monnayage de Daldis, Zeus Lydios est régulièrement présent au cours des trois premiers siècles de l’Empire, indiquant à quel point cette divinité appartient bien au panthéon de la cité.

  • 42 . Une monnaie de la cité de Pautalia de Thrace du principat de Marc Aurèle présente Asclépios et Hy (...)

31Artémidore évoque, à diverses reprises, Asclépios (n° 11-12). Mais le passage le plus intéressant se trouve au livre II 37, P 168, 7-8 : « Si Asclépios est vu installé dans un temple, debout sur une base et objet d’adoration, c’est bon pour tous. » L’évocation de ce temple fait immédiatement penser aux représentations de Tychè et d’Apollon, eux aussi dans leurs temples. Pourtant, dans notre catalogue, dont nous répétons qu’il n’est pas exhaustif, aucun type monétaire de Daldis ne montre Asclépios dans ce type d’édifice42. Au-delà d’une description somme toute banale, Artémidore renvoie à un type de représentation commune qui figure aussi bien en rêve que dans l’iconographie monétaire. Rien n’indique que le culte d’Asclépios soit très important à Daldis, car nous ne possédons sa représentation monétaire que pour les Sévères.

  • 43 . Dans le mythe, il est connu pour toucher le front de l’individu fatigué avec une branche pour l’e (...)
  • 44 . LIMC, VII, 1 (1994), s. v. « Perseus », n° 111, avec le commentaire p. 347. Voir aussi von Sallet (...)
  • 45 . Robert 1977, p. 101-102.

32La description d’une monnaie (n° 26) produite sous le principat de Gordien amène à évoquer la scène dans laquelle on a voulu voir le meurtre des trois Gorgones endormies (?) au pied d’un arbre par Persée, aidé peut-être en cela par Hypnos, le personnage ailé43. Pégase pourrait être le cheval à la gauche des Gorgones. À l’arrière-plan se trouve un temple dans lequel Apollon, assis, tient une cithare. Selon le LIMC44, il s’agirait ici d’une scène inhabituelle et sans parallèle connu, d’autant plus que, dans le mythe de Persée, il n’y a pas d’intervention d’Apollon. En revanche, il est fréquent de voir certaines divinités associées au meurtre de la Gorgone : Hermès, Athéna et Poséidon. Le LIMC fait mention de plusieurs scènes associant Persée et Apollon, mais jamais dans le contexte décrit pour Daldis : c’est le cas d’un vase attique du Louvre datant de 450 av. J. -C. (n° 103) ainsi que d’un support en forme de patte d’animal en bronze du musée de Berlin datant de 450-375 av. J. -C et d’origine étrusque (n° 110). On y voit Persée, Méduse et Apollon. Enfin des monnaies en argent de Tarse (n° 5) du principat d’Hadrien (Persée aux chaussures ailées, avec la harpê et la chlamyde, la statue d’Apollon Lykeios (« aux loups ») dans la main ; sur d’autres, Persée, tenant soit la harpê soit la tête de Méduse, est à côté d’un Apollon avec le trépied au serpent et la branche de laurier45). Tous ces types ne permettent pas d’expliquer notre monnaie de Daldis. Il est toutefois possible de dégager quelques pistes de réflexion :

  • s’il s’agit bien d’Hypnos, nous aurions la personnification du sommeil et donc un lien avec le rêve. Le sommeil avait-il alors une fonction particulière à l’intérieur du culte d’Apollon Mystès à Daldis ? Le dieu se manifestait-il au cours du sommeil, comme pouvait le faire Asclépios ?
  • avec la plus grande prudence, on peut aussi suggérer qu’il s’agirait d’un renvoi indirect à l’ouvrage d’Artémidore et à l’influence d’Apollon Mystès sur lui. Il est indéniable que la présence du temple et d’Apollon en arrièreplan donne une certaine solennité à la scène, la divinité assistant de loin à la confrontation ;
  • la présence de cet édifice apollinien semble suggérer un lien géographique entre le meurtre des Gorgones et la ville de Daldis, sans que cette relation soit toutefois confirmée par d’autres sources ;
  • faut-il croire qu’à Daldis une légende locale s’était forgée à partir de ce meurtre des Gorgones et qu’un culte tout particulier s’était développé en relation avec les traditions lydiennes et la présence d’une divinité indigène qui fut identifiée plus tard par les Grecs à Apollon ? Cette dernière hypothèse pourrait être la plus crédible si l’on tient compte de la construction de la légende de Persée et d’Apollon à Tarse dans le courant de l’époque impériale. Malheureusement, si Nonnos de Panopolis apporte la solution à l’énigme de l’iconographie monétaire de Tarse46, il ne dit rien des légendes de fondation de Daldis.
  • 47 Festugière 1975, p. 179, n° 3. Il est « initiateur »dans la mesure où il conduit à la connaissance (...)

33Cette scène troublante pose la question du ou des caractères spécifiques de cet Apollon Mystès. Artémidore s’est intéressé au passé des Lydiens et c’est lui qui nous livre l’épiclèse locale d’Apollon à Daldis : Mystès ou Daldianos. Selon A. J. Festugière, cela renverrait « au sens d’initiateur, donneur d’oracles, ayant la prescience de toutes choses47 ». Artémidore revendique haut et fort ses liens avec Apollon Mystès à la fin du livre II en en faisant son dieu ancestral, πατρῷος. Ce dieu lui est apparu manifestement (ἐναργῶς ἐπιστάντι μοι) et lui a ordonné d’écrire.

34Plusieurs des fonctions du dieu se retrouvent dans le livre d’Artémidore avec l’Apollon Delphinien, Guérisseur ou Mystès. Sur les monnaies, Apollon est représenté six fois, ce qui indique l’intérêt que pouvait porter la cité de Daldis à cette divinité :

  1. Apollon assis sur un rocher (omphalos), tenant le plectre et la lyre, à gauche (n° 1) ;
  2. Apollon nu, assis sur un tronc d’arbre (?), à gauche, tête à droite, posant le bras sur son genou, tenant une lyre (n° 2) ;
  3. Deux divinités face à face : à gauche Apollon (?) assis et jouant de la cithare ; à droite Cybèle assise, s’appuyant sur un tympanon, un lion à ses côtés (n° 6)48 ;
  4. Un temple tétrastyle à deux degrés, sur le fronton une phiale sous un arc, des acrotères sur les côtés. Dans le bâtiment, Apollon, nu, assis vers la gauche sur un rocher et regardant en arrière (n° 4) ;
  5. Même iconographie avec en plus un autel allumé devant Apollon (n° 5) ;
  6. Persée tuant trois Gorgones sours couchées à gauche sous un arbre, un homme nu marchant vers elle. Hypnos ailé planant au-dessus d’elles. À gauche un cheval regardant derrière lui et en arrière-plan un temple tétrastyle à deux ou trois degrés, acrotères sur les côtés, avec figure d’Apollon citharôde, assis, vers la droite. Dans le fronton est gravé un croissant de lune ou plutôt un arc (n° 26).

35Apollon bénéficie sans conteste à Daldis d’une reconnaissance que peu de divinités ont eue. Seul, en compagnie ou représenté dans son temple, Apollon apparaît sur une période particulièrement longue, puisqu’il est représenté dès l’époque flavienne et qu’il figure encore dans le dernier monnayage frappé par la cité sous Gordien III. C’est sans doute qu’il tenait une place éminente dans le panthéon local, et peut-être même la première. On ne doit pas alors être surpris de l’importance qu’il a pu revêtir aux yeux d’Artémidore. Au-delà d’un lieu commun fréquemment repris par les auteurs anciens de cette période, la relation évoquée par lui, dans les livres II et III, n’est donc ni accessoire ni même artificielle. La particularité même de ce dieu à Daldis, que nous avons peine à saisir, a dû renforcer cette influence intellectuelle et religieuse. Il était donc d’autant plus légitime qu’Artémidore place son ouvrage sous sa protection.

  • 49 Drew-Bear 1974, p. 27-63.
  • 50 La disposition du dieu change d’une image à l’autre sans pour autant permettre d’affirmer que nous (...)

36Que penser alors de la présence de ce temple sur certaines monnaies de la cité ? Artémidore témoigne de l’existence d’un culte à Apollon. L’allure architecturale de ce temple visible sur ce type de revers n’est pas la garantie d’une représentation fidèle de la réalité et l’absence de fouilles ne permet pas de la corroborer. Th. Drew-Bear49, dans une étude sur les représentations de temples sur le monnayage grec impérial, rappelle que les preuves archéologiques ne confirment pratiquement jamais les témoignages numismatiques concernant les détails architecturaux. Il reste que, pour notre propos, nous avons peut-être sous les yeux l’expression de ce fameux temple d’Apollon Mystès dans deux scènes différentes : celle du temple d’Apollon et celle du meurtre des Gorgones par Persée50.

37Bien que nous ne puissions affirmer avoir relevé la totalité des thèmes iconographiques du monnayage de Daldis, il faut noter que la présence du temple d’Apollon Mystès-s’il s’agit bien de lui dans les deux types de monnayages-est assurée au moins pour les règnes de Septime Sévère, de Gordien et de Philippe Ier l’Arabe, c’est-à-dire à la toute fin du iie siècle et dans la première moitié du iiie siècle, donc probablement après la mort d’Artémidore. Cette constatation n’est pas gênante en soi pour deux raisons :

  • d’une part, rien n’interdit de penser qu’Apollon Mystès ait pu être représenté sur les monnaies avant Artémidore et de son vivant. L’image d’Apollon sur les émissions anciennes est assez banale (n° 1, 2 et 3) et rien ne permet d’assurer qu’il s’agit déjà d’Apollon Daldianos. Apollon nu a été régulièrement frappé sous Vespasien (69-79), Faustine II (138-180) et Commode (180-192), comme dans de nombreuses cités grecques. Sous le principat suivant, l’iconographie officielle du dieu change et prend plus de relief, avec la mise en scène du dieu dans son temple ;
  • d’autre part, l’écrivain confirme que, de son temps, un Apollon avec une épiclèse locale était vénéré à Daldis. Les nouvelles orientations iconographiques du monnayage pourraient, dès lors, révéler l’importance de ce culte dans la cité au cours de cette période au moins.

Conclusion

38La cité de Daldis a produit un certain nombre de scènes iconographiques monétaires en liaison avec le monde divin, que l’on retrouve décrites avec plus ou moins de fidélité dans l’ouvre d’Artémidore. Il ne s’agit pas de systématiser l’idée que les représentations numismatiques ont influencé les descriptions d’Artémidore. Bien au contraire, elles reflètent en priorité la vision des citoyens de Daldis et parfois même des Grecs dans leur ensemble. La preuve en est que nombre des images du catalogue se retrouvent sur de nombreuses pièces frappées dans de très nombreux ateliers d’Asie Mineure occidentale.

39Toutefois, la mise en parallèle du texte de l’auteur avec les monnaies permet de voir que quelques scènes monétaires ont pu servir de référence à Artémidore dans l’analyse des songes. De plus, à partir du principat de Septime Sévère, de nouvelles images d’Apollon apparaissent sur les revers des monnaies : il pourrait s’agir d’Apollon Mystès. Si au cours des deux premiers siècles la représentation du dieu s’était limitée à une expression somme toute classique (Apollon nu assis sur un rocher ou l’omphalos), à partir des Sévères les autorités locales et/ou impériales ont pu décider de passer à une nouvelle image du dieu, en mettant en valeur le culte si fameux d’Apollon Mystès. Cette iconographie, qui pouvait varier dans le détail, aurait alors perduré jusqu’à Philippe Ier l’Arabe. Ce choix se fait à la fin du iie siècle ou au début du iiie siècle, du vivant de l’auteur ancien ou peu de temps après sa mort.

ANNEXE 1 CATALOGUE DES REPRESENTATIONS RELIGIEUSES SUR LES MONNAIES DE DALDIS

Ill. 1 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 262 (revers)

Ill. 2 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 258 (revers)

Ill. 3 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 255 (revers)

Ill. 4 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 266 (revers)

Ill. 5 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 255A (revers)

Ill. 6 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 257 (revers)

Ill. 7 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 264 (revers)

Ill. 8 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 265 (droit)

Ill. 9 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 265 (revers)

Ill. 10 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 261 (revers)

ANNEXE 2 LOCALISATION DE DALDIS

Ill. 11 : Localisation de la cite de Daldis (Lydie, province d’Asie)

d’apres la carte de Sartre 1995

Notes

1 . Nous tenons à remercier les professeurs M. Amandry et M. Sartre pour nous avoir autorisés à publier respectivement les monnaies de Daldis du cabinet des Médailles de la BNF et une carte de l’Asie Mineure. Nous remercions aussi F. Delrieux d’avoir pris le temps de faire les clichés de ces monnaies.

2 . Hermann 1981, p. 200-219.

3 . Malay 1999.

4 . Robert 1940, p. 220-221, n° 271 ; Robert 1976, p. 188.

5 . Ramsay 1895-1897, vol. II, p. 177 et 179.

6 . Voir carte en annexe 2. TAM, V, 1, 618 et 619 et Talbert 2000. Sur le processus d’identification du site, Robert 1962, p. 22 et 208.

7 . Zgusta 1984, p. 150, § 233.

8 . Habicht 1975, p. 65, col. I, l. 10-11.

9 . TAM, V, 1, p. 200.

10 Imhoof-Blumer, 1897, p. 60, n° 1.

11 . Robert 1967, p. 78.

12 . Le Bas et Waddington 1870, n° 645.

13 . Nous ne connaissons pas de monnaies de Daldis de l’époque hellénistique ou du temps des Julio-Claudiens : RPC II, 201.

14 . III 66, P 235, 14-15 : Ἀρτεμιδώρου Δαλδιανοῦ καὶ οὐχὶ Ἐφεσίου ἐπιγέγραπται.

15 . III 66, P 235, 19-21 : πόλισμα Λυδίας καὶ οὐ σφόδρα ἐλλόγιμον διὰ τὸ μὴ τοιούτων ἀνδρῶν τετυχηκέναι ἄγνωστον τὸ μέχρι εἰς ἡμᾶς μεμένηκε. Nous utilisons dans cet article la traduction de Festugière 1975.

16 . Robert 1978, p. 538-539.

17 . III 66, P 235, 21-22 : διὸ θρεπτήρια ο ὔσῃ μοι πατρίδι πρὸς μητρὸς ταῦτα ἀποδίδωμι αὐτῇ.

18 . II 70, P 203, 11-12 et 14-15.

19 . Robert 1948, p. 133-134. Danièle Auger me signale qu’à cette époque, associer à la rédaction de son œuvre une divinité était un topos. Ainsi, Aelius Aristide, Lucien ou Galien déclarent obéir chacun à un dieu. L’historien Dion Cassius aurait, lui aussi, reçu en rêve l’injonction d’écrire son Histoire romaine (LXXII, 23). Artémidore suivrait donc cette habitude lorsqu’il écrit à la fin du livre II : « Or, c’est par obéissance à Apollon, le dieu de ma patrie, que je me suis mis à l’œuvre pour ce traité, Apollon qui m’a souvent encouragé, mais qui surtout est venu visiblement à mon chevet et m’a, peu s’en faut, donné l’ordre d’écrire ce livre »(II 70, P 203, 6-10).

20 . La date de cette stèle de marbre est 139/140 ou 194/195 selon l’ère de référence adoptée alors : Malay 1999, n° 73.

21 . Un de 167/168 (TAM, V, 1, 625) ; un autre de 230/231 (TAM, V, 1, 630) et deux derniers datés de l’époque impériale sans plus de précision (TAM, V, 1, 638 et 639).

22 . Malay 1999, n° 71 ; SEG, 49, 1999, no 1559.

23 . RPC VII-1, 149-150.

24 Delrieux 2007, p. 15 et note 2.

25 . À propos de ces deux derniers intitulés, Erskine 1997, p. 27 et note 18 rappelait que le second (θεὸς (θεὰ) σύγκλητος) attribuait une divinité au Sénat. Sur les monnaies et le sénat divinisé, voir Robert 1967, p. 75-78.

26 . Imhoof-Blumer 1897, p. 60, no 1 = Winterthur ex I-B = RPCII, 1326.1 ; MM Deutschland GmbH, 10 avril 2003, vente 12, n° 190.

27 . BMC Lydia 70, n° 4.

28 . BMC Lydia 69, n° 3.

29 . BMC Lydia 70, n° 5. L’identification est proposée par les éditeurs du SNG Deutschland, n° 23 Lydie, n° 97.

30 . Winterthur 3724 ; BNF 256.

31 . La période durant laquelle Artémidore a pu rédiger son œuvre va sans doute d’Hadrien à Commode. Voir l’« Introduction » de ce volume.

32 . On sait en outre qu’Artémidore attachait de l’importance aux coutumes locales : « Si tu ignores les coutumes locales et le trait particulier de chaque lieu, informe-t-en. [...] Touchant les autres coutumes locales en chaque ville ou contrée, fais de même tes interprétations eu égard au trait distinctif du lieu » (IV 4, P 247, 17-18 et 248, 3-5).

33 . II 35, P 159, 5-11.

34 . Les numéros renvoient a la description du droit ou du revers retenu dans notre catalogue en annexe.

35 . Robert 1978, p. 541.

36 . Festugière 1975, p. 145, note 10.

37 . Ou d’allure éphésienne ? Voir Picard 1922, t. XXII, n° 8 ; Delrieux 2008, p. 203.

38 . Imhoof-Blumer 1897, p. 63, et 1913, p. 20-22. RPC VII-1, 202.1.

39 . Delrieux 2008, p. 209, notes 79 et 80.

40 . Fleischer 1973, p. 187-201 et pl. 78-83.

41 . Robert 1962, p. 298, note 2. TAM, V, 1, note 621.

42 . Une monnaie de la cité de Pautalia de Thrace du principat de Marc Aurèle présente Asclépios et Hygie dans un temple, face à face (catalogue de vente Classical Numismatic Group, Triton VII, 12 janvier 2004, n° 742).

43 . Dans le mythe, il est connu pour toucher le front de l’individu fatigué avec une branche pour l’endormir.

44 . LIMC, VII, 1 (1994), s. v. « Perseus », n° 111, avec le commentaire p. 347. Voir aussi von Sallet 1878, p. 105.

45 . Robert 1977, p. 101-102.

46 Dionysiaques, XVIII, 281-294, avec Robert 1977, p. 109 et 113. Ph. Monbrun nous fait savoir que l’omphalos était recouvert d’un filet orné, semble-t-il, de bijoux en forme de têtes de Gorgones.

47 Festugière 1975, p. 179, n° 3. Il est « initiateur »dans la mesure où il conduit à la connaissance de ce qui est à venir, ou de ce qui est présent ou passé, mais caché et inconnu. La banque de données des épiclèses grecques du CRESCAM de l'université de Rennes II-Haute Bretagne ne relève qu'une seule attestation de l'épiclèse Μύστης dans l'œuvre d'Artémidore d'Éphèse : fiche n° 742, sans culte attesté. Monbrun 2007.

48 La monnaie 201A (n° 6 du catalogue) datant du règne de Gordien III est présentée par M. Spoerri-Butcher (RPC VII) comme une monnaie inédite. Cependant, l’iconographie du revers est déjà utilisée sur une pièce du principat de Septime Sévère présentée à la vente en 2003 (vente Gorny & Mosch, Giessener Münzhandlung, 14 octobre 2003, 126, n° 1836). Voir maintenant Spoerri-Butcher 2007.

49 Drew-Bear 1974, p. 27-63.

50 La disposition du dieu change d’une image à l’autre sans pour autant permettre d’affirmer que nous avons deux types d’un même Apollon. Dans le BMC Lydia, 1901, p. 71, note 1, B. V. Head est l’un des premiers à rapprocher ce temple de celui d’Apollon Mystès.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Ill. 1 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 262 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Ill. 2 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 258 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Ill. 3 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 255 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Ill. 4 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 266 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Ill. 5 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 255A (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Légende Ill. 6 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 257 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende Ill. 7 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 264 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Ill. 8 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 265 (droit)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende Ill. 9 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 265 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Ill. 10 : Monnaie de Daldis, BNF, dépt. des Monnaies, Médailles et Antiques, Inv. 261 (revers)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Ill. 11 : Localisation de la cite de Daldis (Lydie, province d’Asie)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/3255/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 738k

Auteur

Institut Ausonius, Université Michel-de-Montaigne Bordeaux 3

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540