Version classiqueVersion mobile

Éclats de littérature grecque d’Homère à Pascal Quignard

 | 
Sandrine Dubel
, 
Sophie Gotteland
, 
Estelle Oudot

Avant-propos

Sandrine Dubel, Sophie Gotteland et Estelle Oudot

Texte intégral

1Depuis quelque temps déjà, nous étions plusieurs d’une même epuis génération à souhaiter rendre hommage au travail et à la personnalité de Suzanne Saïd. Ce projet a immédiatement rencontré son adhésion. Elle n’y mettait qu’une condition : que le volume, contrairement à l’usage courant pour des Mélanges, rassemblât les contributions des étudiants qui avaient, de façon plus ou moins étroite, travaillé sous sa direction.

2Sa curiosité intellectuelle, son énergie inlassable, son goût sans cesse réaffirmé pour les textes ont trouvé à s’épanouir sous des horizons très variés : successivement assistante et maître-assistante à l’université de la Sorbonne, professeur à Grenoble, puis à Strasbourg et à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense, elle a ensuite poursuivi cette carrière déjà extrêmement riche à l’université de Columbia à New York. Ce parcours géographique, les liens qu’elle a su nouer avec d’innombrables chercheurs de tous pays, reflètent parfaitement, nous semble-t-il, son ouverture d’esprit et traduisent l’aura internationale qu’elle a acquise au fil de sa carrière.

3Suzanne Saïd n’est pas une enseignante ordinaire. Tous ses étudiants le diront : c’est un savant reconnu, qui toujours regarde devant elle. Loin d’attendre l’approbation immédiate et le respect figé devant une autorité, elle apprécie la réponse, la contradiction, bref la dialectique au sens où les Anciens l’entendent. Elle apprécie les nouveaux angles de lecture adoptés par d’autres, les interprétations inattendues qu’ils peuvent proposer. Jamais elle ne se tient à une position préétablie, jamais elle n’impose aux textes une grille académique. Elle prend à chaque fois le risque de nouvelles approches, mais elle les soumet, immanquablement, au crible de sa formation philologique et de sa profonde rigueur intellectuelle. Il en est résulté très vite des interprétations nouvelles, qui sont devenues des classiques.

4Suzanne Saïd a tracé différents chemins dans le paysage littéraire de la Grèce ancienne. Nos recherches reflètent, nous semble-t-il, la variété de ses travaux et de ses angles d’approche. Elles suivent également l’évolution de ses centres d’intérêt et de ses méthodes de recherche. Ces Mélanges ont donc été conçus, à travers nos contributions respectives, comme un reflet du parcours littéraire et philologique de Suzanne Saïd. Nous avons néanmoins choisi de les organiser selon la chronologie d’histoire littéraire.

5Ce livre n’aurait pu paraître sans la générosité de différents organismes et centres de recherche. C’est un plaisir pour nous de remercier, pour leurs contributions financières, l’université de Columbia (New York), le Centre de recherches sur les littératures et la socio-poétique (EA 1002, Clermont Ferrand 2), l’équipe ESPRI UMR 7041 (CNRS-Paris Ouest Nanterre La Défense), l’équipe THEMAM (UMR ArScAn, CNRS-Paris Ouest Nanterre La Défense), ainsi que l’équipe d’Accueil 1491 « Édition et commentaire des textes grecs et latins » (Paris-Sorbonne). Que leurs directeurs respectifs trouvent ici l’expression de notre plus vive gratitude. Nous tenons également à remercier les Presses universitaires de Paris Ouest, qui ont bien voulu accueillir ce volume dans leur catalogue.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search