Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre espagnol du Siècle d'Or en France

 | 
Christophe Couderc

Les auteurs

Don Fernand Centellas et don Diego de Luna, les faux astrologues de Thomas Corneille et de Pedro Calderón de la Barca

Marc Vitse

Texte intégral

1Vers 1625 : Pedro Calderón de la Barca écrit et fait représenter la première d’une longue série de comedias de capa y espada. Elle a pour titre El Astrólogo fingido et se fonde, comme son titre le laisse deviner, sur ce que les Espagnols appellent une burla et les Français de l’époque une bourle, une fourbe ou une feinte.

  • 1 Santiago Fernández Mosquera, dans son édition de « El Astrólogo fingido », in Calderón de la Barca(...)

21632 : Première édition de la pièce de Calderón de la Barca dans la Parte XXV de comedias de diferentes autores : elle paraît non pas à Madrid, lieu de résidence du poète, mais à Saragosse, c’est-à-dire dans la Couronne d’Aragon, laquelle, pour l’heure, n’est pas affectée par la suspension des concessions de licences d’impression de pièces de théâtre et de romans qui frappe la Couronne de Castille entre 1625 et 1634. Cette édition, faite sans le consentement ni le contrôle du dramaturge, offre un texte suffisamment différent de ce que sera la version officielle de 1637 pour que, à la suite de Santiago Fernández Mosquera et de Fernando Rodríguez-Gallego1, on puisse parler d’une première version, fort révélatrice de la première manière du jeune Calderón de la Barca. Nous l’appellerons édition Z (de Zaragoza).

31637 : Une version profondément remaniée de l’Astrólogo fingido voit le jour à Madrid dans la Segunda parte de las comedias de don Pedro Calderón de la Barca. Elle a, cette fois, été supervisée par l’auteur et elle vient, tout récemment, d’être excellemment rééditée par Santiago Fernández Mosquera. Les spécialistes, de façon courante, la désignent par les lettres QC (María de Quiñones et Pedro Coello).

41641 : Madeleine (et/ou Georges) de Scudéry-les Scudéry dirons-nous-publient le roman intitulé Ibrahim ou l’illustre Bassa. Y figure au Livre II de la Deuxième partie L’Histoire du feint astrologue : un mystérieux « Marquis françois », ou Marquis de Touraine, y fait le récit de ses amours pour une jeune italienne, récit qui n’est autre qu’une adaptation en prose de l’intrigue de l’Astrólogo fingido.

51645-1646 : Est représenté au Théâtre du Marais à Paris le Jodelet astrologue d’Antoine Le Métel d’Ouville. Ce dernier, tout comme les Scudéry, a eu entre les mains, et suit de fort près, l’édition Z de 1632.

61648 (?) : Thomas Corneille fait jouer à l’Hôtel de Bourgogne Le Feint astrologue, qu’il publiera en 1651. Dans son épître dédicatoire, il invite le dédicataire à se reporter à la soeurce de sa comédie et précise :

  • 2 Conan Nathalie, Thomas Corneille. Le Feint astrologue. Comédie, édition critique, mémoire de Maste (...)

Si vous avez la curiosité de la lire en original et de voir si j’ai bien exactement suivi mon guide espagnol, vous la trouverez dans la seconde partie de celles de Calderón de la Barca, qui l’a traitée sous le même titre de El Astrólogo fingido2.

7Phrase que, dans une édition postérieure (1653), il complète par ces mots :

  • 3 Ibid., p. 255.

et je vous invite d’autant plus à cette lecture que j’espère que ce sera par elle que vous me pardonnerez plus facilement l’incident de Mendoce, qui, n’étant qu’un épisode superflu, semble n’être pas assez considérable pour occuper un moment l’attention de l’auditeur. Aussi, comme je sais que notre théâtre ne souffre rien d’inutile, je ne l’aurais pas hasardé avec tant de confiance si je n’avais eu pour moi l’exemple d’un de nos plus illustres auteurs, qui, ayant accommodé le sujet de cette agréable comédie dans son Illustre Bassa aux galanteries du Marquis Français, n’a pas dédaigné d’y employer la fourbe d’un valet qui abuse de la simplicité de l’autre3.

  • 4 Pavesio Monica, Calderón in Francia. Ispanismo ed italianismo nel teatro francese del xvii secolo,(...)

8Quatre textes-les deux versions de Calderón de la Barca, le roman des Scudéry et l’adaptation théâtrale de d’Ouville-constituent donc les sources – possibles et réelles, et plus ou moins reconnues par l’auteur-de la pièce du cadet de Pierre Corneille. On devine sans peine que la nature composite de cette quadruple hypotextualité ainsi que les rapports précis de ces quatre textes entre eux et de ces quatre hypotextes avec l’hypertexte cornélien ont suscité de très nombreuses études, recensées et dûment enrichies aussi bien par Monica Pavesio que par Nathalie Conan dans l’Introduction très fouillée dont elle fait précéder son édition du Feint astrologue4.

9Et si l’on adjoint à cet important ensemble la publication prochaine de l’édition critique et annotée par Fernando Rodríguez-Gallego des deux versions de Calderón de la Barca, on pourrait croire qu’il n’y a plus guère à ajouter à l’histoire et à la connaissance de ces réécritures. Sauf que, sauf que, certains problèmes posés n’ont pas encore reçu, à mes yeux, et malgré les progrès accomplis, de solution vraiment définitive ou satisfaisante. Il s’agit, d’une part, de la place respective que les éditions Z et QC de la pièce de Calderón de la Barca ont pu prendre dans le processus d’élaboration de la comédie de Thomas Corneille. Et il s’agit, d’autre part, et par-delà l’analyse des aspects esthétiques de la transposition cornélienne-la « tarte à la crème » de la « régularisation » à la française des « irrégularités » (supposées) de la comédie espagnole –, il s’agit, donc, de la juste évaluation des aspects éthiques des pièces considérées, autrement dit d’une définition qui se voudra plus précise des valeurs qui informent la conduite ou inspirent les discours des personnages, d’une caractérisation plus véridique de leurs motivations implicites ou explicites, bref d’une tentative pour redécouvrir les spécificités contrastées de l’univers cornélien et de l’univers caldéronien, dans le cadre de la vogue des comédies à l’espagnole qui sévit en France depuis le début des années 1640.

10C’est à ce dernier volet-celui des « valeurs »-que je voudrais aujourd’hui me consacrer à travers une comparaison réduite, pour d’évidentes raisons d’espace, au seul parallèle entre don Fernand Centellas et don Diego de Luna, les faux astrologues de Corneille et de Calderón de la Barca, avec le secret espoir que de l’étude de l’hypertexte cornélien naîtront de nouvelles lumières pour une meilleure compréhension de l’hypotexte caldéronien.

DON FERNAND CENTELLAS

  • 5 Il s’agit de l’édition bilingue (espagnol-anglais) faite en 1994 par Max Oppenheimer (Oppenheimer (...)
  • 6 Voir Conan Nathalie, Thomas Corneille. Le Feint astrologue..., op. cit., p. 72 : elle cite les tra (...)

11Le mieux sera de partir d’un phénomène textuel massif, à savoir l’élimination, hors du texte français, de la presque totalité du tableau d’ouverture de la pièce espagnole, celui qui occupe les 586 premiers vers de la seule édition numérotée accessible à ce jour du texte de Calderón de la Barca5. On a fait remarquer, à très juste titre, que cette coupe drastique, due sans nul doute à l’influence de la version romanesque des Scudéry, conférait à don Fernand, le futur astrologue, le statut de personnage-pivot ou, si l’on veut, le rôle de premier protagoniste6. Mais on n’a guère poussé jusqu’au bout l’analyse des tenants et des aboutissants d’une pareille modification. Et, plus particulièrement, de la transformation radicale qui, au sein de ce bouleversement structurel, affecte le personnage même de don Fernand, présent en scène pendant les deux premiers tiers (vers 1-238) du premier acte (346 vers) du Feint astrologue. Car tout au long de sa conversation inaugurale avec son valet Philippin, c’est comme un amant d’un type bien singulier qu’apparaît don Fernand. Il partage en effet avec son domestique une longue pratique de la frivolité amoureuse. Mais voilà que cet archétype de l’amant volage vient de se laisser rattraper par l’amour. Depuis plus d’un mois les beautés de Lucrèce ont eu raison de son « humeur » (vers 45) capricieuse et vagabonde. Il se retrouve donc prisonnier à son tour, même s’il tarde pas à renâcler, pour finalement reconnaître que

Si l’Amour [l’] engagea d’abord à son service,
Aujourd’hui cet amour n’est plus rien qu’un caprice. (vers 31-32)

12Si bien qu’il aura beau, aujourd’hui encore, paraître poursuivre la belle de ses assiduités, ce ne sera plus par amour qu’il le fera, mais par vengeance. D’autant plus profondément blessé dans son orgueil qu’il a dérogé à son inconstance coutumière, don Fernand veut désormais exercer des représailles contre celle dont les mépris renouvelés sont vécus par lui comme une offense. Volage, ombrageux et vindicatif, au service désormais non de l’amour mais de son amour propre, don Fernand n’a de noble que son titre. Il n’est, décidément pas, une belle âme. Et Philippin ne s’y trompe guère, qui commente :

Qu’il fait mauvais, Monsieur, avoir affaire à vous
Quoi ? Quand de vous aimer on se trouve incapable,
On n’ose l’avouer sans se rendre coupable. (vers 50-52)

13Coupable est donc Lucrèce aux yeux de don Fernand. Les dédains dont elle l’a accablé ne sauraient être, aux yeux du galant, que le fruit de l’orgueil de ladite dame (vers 63 et 160) ou bien encore que l’expression d’une aversion naturelle (vers 160 : la « haine »). La belle dédaigneuse ne saurait aimer, ni lui ni personne, et surtout pas ce gentilhomme impécunieux qu’est don Juan, improbable rival dont Philippin vient de révéler l’existence et qui devient la cible immédiate des railleries du riche don Fernand.

14Aussi la déconvenue de ce dernier sera-t-elle totale lorsque son valet le mettra au courant de l’entière vérité de l’affaire. Bien informé par Béatrix, la servante de Lucrèce, Philippin peut en effet confirmer à son maître la réalité des amours de la dame et de don Juan et lui donner les détails les plus précis sur l’organisation de leurs rendez-vous nocturnes. On comprend le ressentiment, pour ne pas dire la rage qui s’empare de l’amant rebuté, et qui le conduisent à imaginer une implacable vengeance :

Je veux me rire d’elle, et pour me venger mieux
Lui jurer de nouveau que j’adore ses yeux.
Si j’en suis méprisé, du moins j’aurai la joie
De la payer sur l’heure en la même monnoie,
La railler doucement, et lui faire sentir
Que je n’ai fait l’amant que pour me divertir. (vers 181-186)

15Il reverra donc Lucrèce et, fort de sa récente connaissance des raisons qui ont poussé la dame à le rejeter, n’aura de cesse que de l’humilier et de la mortifier. À cette idée, une joie malsaine l’envahit, qui est jouissance anticipée de sa vengeance, et que ne laisse pas de remarquer son ami don Louis, tout juste venu le rejoindre :

De votre joie, ami, faites-moi part.
Vous me semblez tout gai. Pour moi je m’imagine
Que Lucrèce à présent vous fait meilleure mine. (vers 194-196)

16Les deux compères échangent alors plusieurs informations, qui vont permettre à l’amant éconduit de mettre en place ses manœuvres de rétorsion. Ainsi, tout comme il ironisait sur la pauvreté de don Juan, don Fernand se rira de la fausse vertu de celle qu’il accuse d’avoir joué la dame adamantine et s’emploiera assidûment à rabaisser l’objet qu’il avoue par ailleurs perdre sans regret (vers 201). La vengeance, pour lui, est un plat qui se mange froid : non, décidément, don Fernand n’est pas une belle âme.

17Les choses sont donc très claires. Ce que Thomas Corneille a voulu faire en attribuant à don Fernand la toute première place dans son acte d’exposition, ce n’est pas seulement centrer sur ce personnage toute l’attention du spectateur, selon une perspective qui se maintiendra tout au long de la pièce et fera de la future bourle de l’astrologue l’intrigue principale, en réalité, de la comédie. C’est, tout autant, nous dire que s’est établi le règne du désamour, que l’amour n’est plus, comme il l’était chez Calderón de la Barca, la référence première, la pierre de touche, pourrait-on dire, d’après laquelle juger de la conduite des personnages.

DON JUAN ET DOÑA MARIA

18Car ce que la singularité du tableau d’ouverture du Feint astrologue aide à mettre en pleine lumière, c’est la spécificité du tableau d’ouverture de l’Astrólogo fingido, à savoir le triomphe absolu de l’amour. De l’amour, notamment, entre doña María et de don Juan, auxquels Calderón de la Barca accorde quelque 400 vers pour que sortent de l’ombre, puis trouvent à s’exprimer dans toute leur amplitude les sentiments qu’éprouvent l’un pour l’autre le galant jusqu’ici écarté pour de seules raisons d’honneur et la dame jusqu’ici réticente à laisser entrevoir le moindre signe de la passion qui l’habite. On n’a pas uniquement là la toute première occurrence de la thématique du secret et des modalités de la rupture du silence qui constitueront le leitmotiv, pour ne pas dire le vrai sujet de la pièce espagnole. On a là aussi-et surtout, du point de vue qui nous intéresse – l’ébauche d’un art d’amour, vrai manuel du savoir-aimer pour les jeunes générations nobles des temps modernes. J’en retiendrai pour l’heure les deux aspects essentiels, qui concernent tous deux les convenances imposées par la loi d’amour. Avec, d’un côté, le respect absolu par don Juan des ordonnances de la Carte du Tendre, puisque, aux antipodes de la vaniteuse autosatisfaction d’un don Fernand, humilité devant l’être aimé et obéissance à son bon vouloir seront les règles de l’amant, garantes l’une et l’autre de ce que le jeune homme appelle et appellera son amor firme (vers 176, 211, 224 et 280). Et avec, d’un autre côté, parfait écho de cette loi de la bienséance amoureuse masculine, la loi impérative de la décence amoureuse féminine, qui trouve son fondement dans l’observance de ce que l’on se doit à soi-même, et qui est victoire sur soi et grandissement de soi :

Mas ¿ qué vitoria me diera
lo que amé, sufrí y callé,
si yo en mis propios deseos
no tuviera qué vencer ? (vers 291-294)

19L’amour ne saurait donc se constituer comme seul consentement du cour. Il ne saurait exister sans l’acceptation de l’honneur, qui est d’abord silence. Rappelant avec insistance les devoirs de sa condition, la noble María met au jour les raisons de son long mutisme amoureux. Si elle a choisi, héroïquement, de ne pas répondre aux déclarations enflammées de don Juan, ce n’est nullement par cruauté-elle n’est nullement la dame sans merci –, mais bien par crainte de mettre son honneur en péril ; et ce, précise-t-elle, en raison de l’attitude par trop indiscrète des galants d’aujourd’hui :

Don Juan, aunque es cuerdo, es
mozo y, si a saber llegara
mi amor, no sé si callara,
que en este tiempo que ves
hay mil galanes que viven
rendidos y enamorados
por publicar confïados
los favores que reciben. (vers 81-88)

20Vantardise inconsidérée des amants, nourrie de l’excessive loquacité des amantes : María et Juan incarneront, tout à l’encontre, la volonté d’aimer encore à l’ancienne, dans un Madrid où tout est soumis au change (vers 395). Aussi ces héros du vrai amour ne laissent-ils pas de susciter les commentaires critiques de leurs domestiques, aux yeux desquels leurs maîtres apparaissent comme désuets, pour ne pas dire archaïques. C’est Beatriz qui, voyant María préférer don Juan le dénué à don Diego le fortuné, s’écriera :

En tu amor y en tu elección
dos novedades me ofreces :
¡ querer al de menos fama,
hacienda y nobleza ! (vers 112-115)

21Ce sera Quiteria qui, s’étonnant de voir Violante, la rivale de Lucrèce, rester fidèle au même don Juan, renchérira :

Templada estás a lo antiguo,
pues ¿ qué juros y qué rentas
te deja el señor don Juan
con que sustentar te puedas ? (vers 706-709)

22Et tous ces gens de service auront alors beau jeu de se gausser de l’honneur dont se gargarisent leurs maîtresses, promptes que sont ces dernières, au nom de ce même honneur, à ouvrir clandestinement leur porte à leurs amants.

23La cause est entendue. Nos champions du bel amour seront ceux qui ont su et qui sauront résister à une double tentation : celle de consentir aux faciles confidences des amoureux à la mode ; celle, tout autant, de prêter trop l’oreille aux discours ancillaires, quand l’intérêt l’emporte sur l’intégrité du sentiment. Il n’y aura donc point, chez Calderón de la Barca, de collusion entre maîtres et valets, personnages, sur ce plan, tout à fait différents de leurs homologues cornéliens.

DON DIEGO DE LUNA ET DON FERNAND CENTELLAS

24Il est temps en effet de revenir à don Fernand, ne serait-ce que pour rappeler à quel point ce dernier s’avère étranger au code de l’amour noble selon Calderón de la Barca-ce pur échange des âmes dans le respect total de l’honneur de l’aimée. D’autant plus étranger, d’ailleurs, que, comme on l’a vu, tout amour est éteint en lui et que l’orgueilleuse passion qui le meut a pour nom némésis. De ce point de vue, il se situe à des années-lumière de son modèle, le don Diego de Luna de Calderón de la Barca. Ce dernier, dont il convient maintenant de retracer l’itinéraire, a le droit, dans la pièce espagnole, à une première entrevue avec doña María, qui n’aura pas d’équivalent dans Le Feint astrologue et qui a lieu dans El Astrólogo fingido (vers 435-494) avant que naisse l’idée même de l’existence d’un possible rival. Tout à l’opposé de l’humble allégeance prêtée par don Juan à son amante, les maîtres mots de don Diego, dans cette scène, sont impudence et violence. Il a en effet forcé la porte de doña María, qu’il agresse en laissant libre cours à sa rancœur, comme il le fera encore lors de la deuxième et décisive entrevue qu’il aura avec elle et qui décidera de la bourle du faux astrologue. Mais par-delà ces traits négatifs-ils apparaissent comme tels dès qu’on les rapporte à la positivité amoureuse de don Juan –, don Diego, dans l’une et l’autre rencontre, affirme et réaffirme son amour ; par-delà ses débordements, c’est un même « firme amor » (vers 449, 466 et 470) qu’il revendique et qui rend raison du désespoir où le plongent les marques du dédain une fois encore confirmé, dès le début de la pièce, par la fière María. Sous ce nouveau choc, et en proie à une peine extrême, don Diego vacille ; il choisit même, sur l’instant, de renoncer à elle et donne comme mortes ses amours impossibles :

Aunque la vida me cueste,
pondré mi amor en olvido. (vers 518-519)

25Sa passion, cependant est trop forte. C’est que le personnage, à vrai dire, s’est trompé sur lui-même, et il suffira d’une bribe d’information supplémentaire arrachée par son valet Morón à Beatriz, la soubrette de María pour le voir reprendre sa quête et, peu après, mis au courant de façon plus précise de la présence insistante d’un rival, prendre l’insidieuse décision de revenir à ses amours premières et repartir à l’assaut d’une forteresse dont il connaît désormais la faille :

Pienso,
sin darme por entendido,
volver a mi amor primero
con menor desconfianza
y mayor atrevimiento. (vers 929-933)

26Il ne sera pas nécessaire de pousser plus avant l’analyse de son parcours pour pouvoir confirmer l’une des constantes de la construction du personnage de don Diego : il aura beau, bon gré mal gré, commettre toutes les impostures, l’écho de son amour résonnera toujours en lui jusqu’au renoncement définitif formulé lors des scènes de dénouement. C’est ainsi que, à la différence de don Fernand et de sa jubilation suspecte à la pensée de prendre enfin en défaut la trop hautaine Lucrèce, Don Diego n’envisagera jamais que dans la tristesse une résolution analogue. C’est ainsi, encore, qu’au terme de la longue tirade où il assume brillamment le nouveau rôle d’astrologue que lui a fait endosser bien malgré lui son valet Morón, don Diego demandera pardon à María de l’avoir outragée. Et c’est ainsi, enfin, que quelques instants plus tard, au moment de prendre congé, il saura retrouver le langage du service d’amour :

Quien no pudo suplicar
¿ cómo ha de poder mandar ? (vers 1346-1347)

27Plus tard encore, et toujours dans la ligne de la persistance de sa passion d’amour, il n’aura guère de peine à reconnaître que c’est sous l’empire de la jalousie qu’il a agi, que c’est bien la jalousie qui l’a fait s’avilir jusqu’à adopter le comportement de cet homme de basse condition auquel il se croyait réduit au vu des rebuffades de María.

28Et même si pendant tout le reste de l’acte II de la pièce de Calderón de la Barca, don Diego semble, volens nolens, se prendre au jeu et s’investir à fond dans la bourle obligée de la feinte astrologie, nombre de signes habilement disséminés par le dramaturge nous feront très vite comprendre qu’il ne s’agira pour lui que d’une parenthèse impropre à faire avancer sa cause auprès de l’aimée. C’est pourquoi il aura beaucoup de mal à partager l’enthousiasme éprouvé par son ami Antonio devant les succès remportés. Alors que ce dernier, par exemple, célèbre à l’envi le bon tour joué à Violante, la première dame de don Juan, don Diego confessera pour sa part que seule María occupe l’entièreté de son esprit, d’un esprit où règnent dépit, jalousie et amour :

No puedo alegrarme yo
cuando a un punto me atormentan
desprecios, celos y amor. (vers 2454-2456)

29Tant et si bien que l’imposture astrologique, finira-t-il par avouer, n’aura jamais été chez lui qu’un accident, qui ne donne jamais lieu à préméditation mais plutôt à improvisation, que sa bourle, pour tout dire, n’a jamais eu pour fin de faire échouer le projet des amants et que l’heure est venue, maintenant et en toute cohérence d’amour, d’en sortir ad majorem amoris gloriam.

30On l’aura compris : au fond, malgré toutes ses erreurs et tous ses faux pas, don Diego, tout comme don Juan, n’a obéi qu’à l’amour. S’il s’est montré habile dans la feinte, il n’a jamais été qu’un fourbe malgré lui, au sein d’une bourle où le hasard a joué un rôle des plus importants. En cela, faut-il le dire, il est à nouveau à l’extrême opposé de son alter ego cornélien, j’ai nommé don Fernand, ce Machiavel au petit pied.

  • 7 Autres traits de la noblesse du don Diego de Calderón de la Barca : s’il se décide à dire toute la (...)

31Nous avions laissé ce triste personnage au seuil de l’entreprise vindicative qu’il mettait en place contre Lucrèce. Celle-ci est en conséquence l’objet d’un acte d’agression immédiat, violent, et où don Fernand perd bientôt pied. Aussi ne doit-il son salut qu’à l’imaginative intervention de Philippin, inventeur de la fable de l’astrologue, dont il assume aussitôt toutes les implications, comme le faisait, d’ailleurs, le don Diego caldéronien. À la différence de celui-ci, cependant, on ne retrouve dans le récit que, pour se justifier, il doit faire de sa vie antérieure, nulle trace du rappel que n’omettait pas de faire don Diego de sa noblesse, c’est-à-dire des qualités dues à son sang et à sa condition-naissance, fortune, vaillance dans la pratique des armes et attachement à celle des lettres –, qualités garantes, au final, de son généreux renoncement7. De tout cela, non plus que du pardon demandé à l’aimée, nul vestige chez don Fernand. Bien au contraire : au terme de cette même scène, quand il comprend que Lucrère a, si j’ose dire, « gobé le morceau », il a, avec Philippin, ce court échange, sans précédent dans la comedia de Calderón de la Barca ni dans les autres hypotextes :

D. FERNAND à Philippin.
Tout va bien, Philippin, la fourbe a réussi.
PHILIPPIN à D. Fernand.
La bonne dame en tient et n’est pas sans souci ;
Vous verrez son orgueil reduit à la prière. (vers 529-531)

32Prêtons-y garde. Ces vers ne constituent pas seulement l’expression d’un soulagement bien naturel chez un personnage dénué au demeurant de tout scrupule. Ils nous font également voir la totale connivence entre le maître et le valet dans la réalisation du projet d’humiliation de l’être anciennement aimé et, par voie de conséquence, l’importance nouvelle accordée au rôle du valet. Le trait est d’importance et mériterait qu’on y consacrât une étude à part entière. Mais je m’attacherai plutôt à définir l’esprit selon lequel don Fernand en personne conduit son « aventure » astrologique. Face à ce qu’il conviendrait d’appeler, par contraste, la bourle innocente et improvisée de don Diego, ce tricheur sympathique, la fourbe de don Fernand apparaît comme beaucoup plus planifiée et comme tout imprégnée d’une atmosphère de méfiance. Calcul et défiance président en réalité à l’action du faux prophète, dont la devise pourraît-être : « Cautèle suis, qui ne se fie ». Ne le voit-on pas soupçonner chez Lucrèce, qui vient à peine d’entrer dans son jeu afin de donner le change à son père inopportunément survenu, soupçonner donc une volonté d’éprouver la véracité de sa science astrologique (vers 547), selon une attitude de méfiance qu’il adoptera quelques instants plus tard vis-à-vis de Leonor (vers 834). Cet esprit de suspicion finira d’ailleurs par gagner toute la société dramatique du Feint astrologue, où l’on voit le vieux Léonard suspecter ses gens à la suite de la disparition d’un bijou, et Lucrèce elle-même être victime de la contagion du doute, au point de faire à don Juan une (courte) scène de jalousie (vers 1126-1132). C’est que ce dernier, à mille lieues de son homonyme caldéronien, n’est pas encore vraiment au clair dans les rapports qu’il entretient avec Leonor, peut-être son premier amour. Le don Juan de Corneille, en réalité, maintient sciemment deux fers au feu ou, si l’on veut, deux femmes au chaud. De là sa colère lorsqu’il croit que don Lope, son ami, a trahi sa confiance en révélant le secret de sa permanence à Madrid. Et de là qu’il élabore lui aussi un vrai plan de vengeance (vers 1052-1054), très exactement comme le faisait deux scènes auparavant don Fernand, qui déclarait au sujet d’une lettre écrite par Leonor :

Dans les mains de D. Juan il faudra la remettre,
Qui sans doute croyant qu’on l’a fait épier
Ira voir Léonor pour se justifier,
Se trahira lui-même ; ainsi par cette adresse
Je me venge, et détruis les plaisirs de Lucrèce. (vers 1004-1008)

33 Cette tirade ne manque pas d’intérêt. Elle nous permet de percevoir l’analogie certaine qui existe dans le comportement des trois amants du Feint astrologue : don Fernand, parce qu’il est repoussé et dit ne plus aimer, met au point une savante stratégie de vengeance ; don Juan, parce qu’il aime en deux endroits et n’a pas encore vraiment fait son choix, projette sans vergogne de piéger l’ami qu’il croit déloyal ; don Lope, enfin, parce qu’il aime en secret la première dame de don Juan et qu’il vient d’apprendre que ce dernier courtise Lucrèce, forme immédiatement le dessein de compromettre le galant infidèle aux yeux de sa belle et, sans tarder, se met, comme il dit, « à l’ouvrage ».

  • 8 Voir ses déclarations à l’ouverture et au terme de l’épisode de son apparition fantomatique à la f (...)
  • 9 Quand Carlos déclare à Violante qu’il serait facile qu’elle puisse voir don Juan, c’est bien à lui (...)

34Rien de semblable, on l’aura deviné, ne se retrouve dans El Astrólogo fingido. Don Diego, parce qu’il aime encore, comptera, pour la réussite de son stratagème, sur ses brillantes facultés d’improvisation plutôt que sur cette préparation méticuleuse de ses agissements qui est le propre de don Fernand, tout occupé à accumuler des connaissances astrologiques, nécessaires selon lui pour aborder avec quelque chance de succès ses futures confrontations avec Léonard. Don Juan, parce qu’il n’est passionnément épris que de la seule María, peut bien déplorer ce qu’il croit être une trahison de son ami Carlos ; il ne pensera en aucun cas à lui tendre un traquenard et n’a d’autre but que de neutraliser le danger éventuel représenté par la jalousie de Violante8. Quant à Carlos lui-même, enfin, qu’il apprenne de la bouche d’Antonio l’identité exacte de l’objet nouveau des amours de don Juan ne le libère pas pour autant de ses devoirs d’amitié ; et quand ce même Antonio l’aura, pour rire, mis au courant des pouvoirs magiques de l’astrologue, il n’en fera part à Violante que pour tâcher de réparer une de ses erreurs9 et non point, comme le don Lope de Corneille, pour essayer de séparer la dame de celui qu’elle aime.

35Il est temps de conclure cette trop brève et trop fragmentaire comparaison. On en a dit assez, cependant, pour que, sur l’étroite base du parallèle tracé entre nos deux faussaires en astrologie, puisse être tentée une redéfinition de tout ce qui sépare l’esprit de la pièce française de l’esprit de la pièce espagnole. D’un côté-celui de Thomas Corneille, profondément marqué par la métamorphose du texte caldéronien opérée lors de sa mise en roman par les Scudéry –, la priorité absolue a été donnée à la bourle ainsi qu’à ses protagonistes, qui évoluent dans un univers où règnent la défiance et le calcul et qui, pour parvenir à leurs fins, font preuve d’un pragmatisme certain et souvent sans délicatesse. D’un autre côté-celui de don Pedro Calderón de la Barca, auteur des textes des origines –, c’est l’aventure amoureuse qui sert de cadre et c’est l’amour qui préside aux destinées des personnages, dont l’innocente confiance fondamentale en fait des victimes toutes désignées de multiples mystifications. D’un premier côté, pourrait-on dire encore, c’est l’industrie humaine qui tend sans cesse à l’emporter sur la part laissée au hasard, et fait apparaître la feinte de don Fernand et de ses acolytes comme assez proche, d’une certaine manière, de la beffa italienne et de la prétention de ses agents à imposer au monde leur maîtrise. Tandis que du second côté, un plus vaste cours est laissé aux vicissitudes nées de la fortune, auxquelles les vertus de la naissance permettent de faire face pour parvenir à la seule conquête qui vaille : celle des âmes. Du côté cornélien, donc, et pour faire bref, c’est le faire qui l’emporte, tandis que du côté caldéronien, c’est l’être qui prime ; chez l’un, c’est quelque chose de sa première dimension « bourgeoise » que retrouve la bourle, tandis que, chez l’autre, elle s’aristocratise, pour s’amenuiser encore dans la suite de la production des comédies domestiques, et bientôt disparaître.

Notes

1 Santiago Fernández Mosquera, dans son édition de « El Astrólogo fingido », in Calderón de la Barca Pedro, Comedias, II. Segunda parte de comedias, Madrid, Fundación José Antonio de Castro, « Biblioteca Castro », 2007, p. 819-904 ; Fernando Rodríguez-Gallego, dans sa thèse soutenue le 3 avril 2009 à Saint-Jacques de Compostelle : La Reescritura de comedias de Calderón de la Barca publicadas en su « Segunda parte » : edición y estudio textual de Judas Macabeo y El Astrólogo fingido, Santiago de Compostela (Universidade de Santiago de Compostela/Servizo de Publicaciónse Intercambio Científico, 2009).

2 Conan Nathalie, Thomas Corneille. Le Feint astrologue. Comédie, édition critique, mémoire de Master 1, Paris, Université Paris-Sorbonne, 2007, p. 124. Toutes mes références au texte de Corneille se feront selon cette excellente édition.

3 Ibid., p. 255.

4 Pavesio Monica, Calderón in Francia. Ispanismo ed italianismo nel teatro francese del xvii secolo, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2000. Conan Nathalie, Thomas Corneille. Le Feint astrologue..., op. cit., p. 2-122.

5 Il s’agit de l’édition bilingue (espagnol-anglais) faite en 1994 par Max Oppenheimer (Oppenheimer Jr. Max, Pedro Calderón de la Barca’s « The Fake Astrologer ». A Critical Spanish Text and English Translation, New York, Peter Lang, 1994). Ecdotiquement irrecevable –l’éditeur y mêle inextricablement le texte Z et le texte QC pour produire un monstre tout à fait étranger aux volontés, première ou dernière, du dramaturge –, cette édition offre cependant deux avantages : celui d’offrir une numérotation des vers et celui d’accoler dans un même ensemble les deux versions de la pièce, selon un processus de contamination assez proche, en définitive, de la méthode d’un Thomas Corneille, toujours enclin à faire flèche de tout bois textuel. C’est cette édition d’Oppenheimer qui servira donc pour toutes nos références, même si nous serons amené à faire quelques corrections inspirées par les textes, scientifiquement beaucoup plus fiables, de Fernández Mosquera et de Rodríguez-Gallego. Les 586 vers du premier tableau représentent le sixième du texte originel de Calderón de la Barca.

6 Voir Conan Nathalie, Thomas Corneille. Le Feint astrologue..., op. cit., p. 72 : elle cite les travaux de Falska Maria, Le Baroque et le classique dans le théâtre espagnol et français du xviie siècle. Calderón imité par Thomas Corneille, Lublin, Wydawnictwo Uniwersytetu Marii Curie-Sklodowskiej, 1999, p. 66 et suiv.

7 Autres traits de la noblesse du don Diego de Calderón de la Barca : s’il se décide à dire toute la vérité au père de María-Leonardo –, c’est évidemment parce qu’il se trouve dans l’impossibilité de répondre à la question du vieillard (où est passé le joyau perdu de sa fille ?), mais aussi parce qu’il sent son imposture comme indigne de son noble interlocuteur (v. 2709-2711 : « Más quiero/perder el crédito mío/que engañar a un viejo noble ») ; pareillement, ce n’est pas sans scrupule qu’il désigne son rival comme le voleur-détenteur du bijou égaré : « De bravo aprieto salí ;/ pero, ¿ si el viejo ha tenido/pensamiento de pedille/la joya ? » (v. 2850-2853). Et le don Diego de Z contribuera, au dénouement, à l’heureuse réunion des deux amants.

8 Voir ses déclarations à l’ouverture et au terme de l’épisode de son apparition fantomatique à la fin de l’acte II (El Astrólogo fingido, v. 2105-2126 et 2231-2241).

9 Quand Carlos déclare à Violante qu’il serait facile qu’elle puisse voir don Juan, c’est bien à lui-même qu’il pense lorsqu’il dit : « Algún hombre pudiera/enseñarte a don Juan hoy/de la suerte que yo estoy » (v. 1731-1733).

Auteur

Université de Toulouse II-Le Mirail

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540