Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le théâtre espagnol du Siècle d'Or en France

 | 
Christophe Couderc

Introduction

Texte intégral

  • 1 Voir, entre autres : Martinenche Ernest, La Comedia en France de Hardy à Racine, Paris, Hachette, (...)

1L’influence de la Comedia espagnole sur le théâtre français de l’âge classique, patente au moins depuis la Querelle du Cid, fait partie des sujets abordés d’ordinaire dans les manuels d’histoire de la littérature, qui s’intéressent tout naturellement à la fortune des œuvres littéraires, ou, symétriquement, à leurs sources. Si l’identification précise des filiations entre théâtre espagnol et théâtre français, nécessaire à toute analyse rigoureuse, a donné lieu à des travaux désormais classiques1, l’objet d’étude que constitue l’adaptation de la Comedia Nueva en France peut cependant être appréhendé dans des perspectives tout autres, depuis de micro analyses textuelles visant à identifier comme traduction, imitation ou réécriture le processus de passage d’un texte source à un texte cible, jusqu’à la vaste question du transfert culturel, des échanges interculturels, ou encore de la relation à l’altérité. Borné de la sorte, ce vaste territoire se voit exploré à nouveaux frais, depuis quelques années, par des chercheurs provenant de diverses disciplines, qu’ils soient comparatistes, hispanisants ou francisants – ou les trois choses à la fois –, tandis que les traducteurs, les adaptateurs et les praticiens du théâtre font dans le même temps revivre en France les pièces de Lope de Vega, Tirso de Molina ou Pedro Calderón de la Barca, semblant par là même donner tort à Louis Jouvet quand il affirmait que « le théâtre du Siècle d’Or est un théâtre mort ».

  • 2 Voir Pavesio Monica, Calderón in Francia. Ispanismo ed italianismo nel teatro francese del XVII se (...)
  • 3 « La Comedia espagnole du Siècle d’Or en France : lecture, adaptation, mise en scène », colloque i (...)

2Le présent ouvrage rassemble dix-sept contributions qui rendent compte de la vitalité des études portant sur la réception de la littérature dramatique espagnole dans la France de l’âge classique et au-delà ; leurs auteurs sont des spécialistes renommés, voire des autorités dans leur domaine d’expertise respectif, mais également, pour un bon nombre, de jeunes chercheurs ayant achevé récemment (et parfois publié) leur thèse de doctorat2. La conjonction de ces talents, nous l’espérons, permettra à ce livre, dans la suite d’un récent Colloque international3, de présenter un état de la question, mais aussi de définir de nouvelles problématiques et de signaler des pistes de recherche encore vierges ou presque. En forme de vœu pieux, nous signalerons notamment, parmi les chantiers à entreprendre ou poursuivre, la question de l’étude concrète et précise de la diffusion réelle de la Comedia – et plus généralement de l’imprimé espagnol – qu’ont pu lire les Français du xviie siècle : une telle enquête, qui requiert d’étudier des fonds d’archives, des inventaires après décès, etc., n’a pas été menée systématiquement, et son besoin se fait sentir au détour de bon nombre des analyses rassemblées dans les pages qui suivent. La complexité des enjeux, la masse des textes à étudier, la vaste période envisagée, les différentes traditions critiques convoquées, tout incite à donner désormais à l’étude de la réception et de la diffusion de la Comedia en France la forme d’une entreprise collective.

  • 4 Voir par exemple, du côté espagnol, Valle Abad Federico del, Influencia española en la literatura (...)

3Le lecteur appréciera, dans les travaux rassemblés ici, combien est désormais dépassée la fondamentale incompatibilité dans laquelle ont pu naguère être posées les traditions théâtrales espagnole et française, à partir du présupposé que la littérature serait l’un des meilleurs vecteurs de l’expression de l’identité nationale. S’il revient à la critique positiviste d’avoir mis en lumière le poids réel de la Comedia dans l’histoire du théâtre français, l’accumulation d’analyses parcellaires est longtemps restée prisonnière d’une alternative entre l’affirmation de la supériorité du génie français, réputé avoir trouvé sa plus belle manifestation dans l’esthétique classique, et la revendication de la primauté chronologique du théâtre espagnol du début du xviie siècle4. La recherche actuelle tend au contraire à déconstruire les grands systèmes explicatifs et à se méfier des jugements de goût, des affirmations péremptoires et des cloisonnements arbitraires.

  • 5 Bray René, La Formation de la doctrine classique en France, thèse, Paris, 1927 (rééd. Paris, Libra (...)

4On pourrait presque considérer que les études réunies dans le présent volume exploitent à leur façon les suggestions de René Bray, quand il écrivait en 1927 : « Quant à l’influence espagnole, je serais assez tenté de la déprécier ; car elle ne laisse pas de traces chez les théoriciens. [...] Et il est certain que pour les grands genres, l’Espagne ne pouvait rien nous apporter, que quelques sujets de tragédie. Elle a plus donné à la comédie et au roman. Peut-être aussi a-t-elle inspiré parfois les tentatives de Corneille. Mais nous lui devons assurément plus de sujets que d’idées5 ». José Manuel Losada Goya propose ainsi de dépasser la critique des sources pour retrouver dans les œuvres de Molière la trace d’une influence diffuse témoignant de la parenté existant entre des pratiques d’écriture naturellement bien distinctes. La comparaison des textes mis en rapport révèle dès lors que ceux-ci ne partagent pas, ou pas seulement, des motifs ou des structures, mais une couleur, un ton, comme chez Corneille évoqué par Liliane Picciola, où une part d’héritage du théâtre espagnol peut être retrouvée dans la représentation d’un certain rapport au réel. De son côté, Monica Pavesio apporte une précieuse contribution qui rend toute sa place à la commedia dell’arte, dont elle prouve que la médiation doit être soigneusement prise en compte dans les réécritures de la Comedia espagnole par les dramaturges français, car il arrive bien souvent que « le phénomène de l’adaptation semble suivre une démarche d’appropriation composite où la matière espagnole se mêle à certains éléments italiens ». Guiomar Hautcœur décloisonne d’une façon comparable les habitudes de pensée en s’interrogeant sur l’influence de la Comedia sur le roman français, affirmant que « la croyance en l’étanchéité des genres’roman’et’théâtre’est tout aussi myope que la croyance en l’existence d’un baroque espagnol auquel aurait succédé un classicisme français » ; de là découle l’hypothèse suggestive suivant laquelle « si après 1660 le théâtre français se raidit et s’éloigne des expérimentations de l’époque de Louis XIII, la prose narrative hérite quant à elle de l’esthétique conjointe de la novela et de la comedia. » Les huit contributions suivantes, dans une perspective méthodologique plus classique, s’attachent à divers cas d’adaptation d’une œuvre ou d’une série d’œuvres en France, principalement au xviie siècle, et étudient les procédés de la réécriture ou de l’imitation, c’est-à-dire, dans ce cas précis, de la genèse d’un texte dramatique utilisant un matériau littéraire ayant déjà fait l’objet d’une théâtralisation. Mais, comme le proposent notamment Christophe Couderc, Anne Teulade ou Marc Vitse dans leurs études respectives, l’étude comparée permet également, dans une sorte de « comparaison réflexive » (Christophe Couderc), d’éclairer d’un jour nouveau les spécificités de la Comedia. Grâce au dialogue fécond qu’elle sait établir entre les deux moitiés du corpus qu’elle étudie, Anne Teulade met ainsi en évidence dans la production de Rotrou l’existence de « formes théâtrales inclassables au regard de la pensée française des genres », pour opérer un retour sur le sous-genre de la comedia de privanza qu’elle questionne à la suite des meilleurs spécialistes du théâtre espagnol, notamment pour repenser l’« orientation générique en dehors du cadre aristotélicien, et selon d’autres critères. » L’étude que Catherine Dumas consacre au voile, ou à la « coiffe », des personnages féminins comiques, permet également de prendre la mesure à la fois des effets de la francisation sur une source espagnole et de la logique qui régit l’utilisation de ce motif dans la dramaturgie de la Comedia Nueva, de même que celle de Farida Maria Höfer y Tuñón, consacrée au lieu de l’action, qui accorde une part prépondérante au critère du sous-genre auquel appartient la pièce source. De même encore, les deux études consacrées à l’adaptation de la Comedia par Lesage (Sylvie Thuret et Catherine Gaignard), comme celles de Catherine Marchal-Weyl et Marc Vitse sur Calderón de la Barca, ou celle de Francisco Guevara Quiel sur Boisrobert, mettent en évidence les effets de la « francisation » (C. Marchal-Weyl) autant que les particularités de la Comedia que les dramaturges français ne semblent pouvoir ou vouloir retenir. On trouve notamment, dans l’analyse conduite par Marc Vitse, la proposition d’allier « l’analyse des aspects esthétiques de la transposition » à la « juste évaluation des aspects éthiques des pièces considérées », afin, en l’occurrence, de « redécouvrir les spécificités contrastées de l’univers cornélien et de l’univers caldéronien ».

5Les dernières contributions de ce volume, enfin, ouvrent le champ de la réflexion au-delà du xviie siècle-âge d’or de l’acclimation de la Comedia en France – : tandis que Marie-Thérèse Coudert et Amelia Sanz et Cristina Vinuesa étudient respectivement les transpositions de la Comedia par Hippolyte Lucas et par Albert Camus-dans des temps et des lieux différents mais, dans les deux cas, dans un « contexte qui, par bien des aspects, est favorable à une résurgence de la Comedia en France » (M. Coudert) –, Alexandra Oddo-Bonnet et Laura Alcoba se livrent à une analyse rigoureuse des traductions du théâtre espagnol qui ont pu être publiées en France.

6Au lieu de présupposer une rupture très nette entre deux traditions dramatiques, les études ici réunies, on l’aura compris, invitent à repenser le rapport entre théâtre espagnol et théâtre français sur d’autres bases. Sans délaisser le travail, souvent aride, de l’identification des sources, les chercheurs qui aujourd’hui se penchent sur la question de l’acclimatation de la Comedia espagnole en France œuvrent ainsi pour l’élaboration d’une histoire transnationale du goût et de l’esthétique dramatiques.

Notes

1 Voir, entre autres : Martinenche Ernest, La Comedia en France de Hardy à Racine, Paris, Hachette, 1900 ; Cioranescu Alexandre, Le Masque et le visage. Du baroque espagnol au classicisme français, Genève, Droz, 1983 ; Deux siècles de relations hispano-françaises. De Commynes à Madame d’Aulnoy, Pageaux Daniel-Henri (dir.), Paris, L’Harmattan, 1987 ; Picciola Liliane, Corneille et la dramaturgie espagnole, Tübingen, Gunter Narr Verlag, « Biblio, 17 », 2002 ; Horn-Monval Madeleine, Répertoire bibliographique des traductions et adaptations françaises du théâtre étranger du xve siècle à nos jours, Paris, CNRS, 1961, complété plus récemment par Losada Goya José Manuel, Bibliographie critique de la littérature espagnole en France au xviie siècle. Présence et influence, Genève, Droz, 1999. Voir une synthèse dans CoudercChristophe, Le Théâtre espagnol du Siècle d’Or (1580-1680), Paris, PUF, 2007, p. 327-344 (« Épilogue. La Comedia hors d’Espagne »).

2 Voir Pavesio Monica, Calderón in Francia. Ispanismo ed italianismo nel teatro francese del XVII secolo, Alessandria, Ed. dell’Orso, 2000 ; Dumas Catherine, Du gracioso au valet comique : contribution à la comparaison de deux dramaturgies (1610-1660), Paris, Champion, 2004 ; Marchal-Weyl Catherine, Le Tailleur et le fripier. Transformations des personnages de la comedia sur la scène française (1630- 1660), Genève, Droz, 2007 ; Hautcoeur Guiomar, Parentés franco-espagnoles au xvii e siècle. La nouvelle de Cervantès à Challe, Paris, Champion, 2005 ; Birkemeier Sven, Jean Rotrou imitateur de la comedia espagnole, thèse de doctorat (Université d’Amsterdam, 2007) ; Teulade Anne, Un paradoxe esthétique : la sainteté sur la scène française et espagnole au xviie siècle, Paris, Cerf Littérature, (à paraître) ; Coudert Marie-Thérèse, Traduire, adapter, représenter la comedia : contribution à l’étude de la réception du théâtre espagnol du Siècle d’Or (1922-2002), thèse de doctorat (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 2002) ; Guevara Quiel Francisco, Édition critique du théâtre et des nouvelles « à l’espagnole » de l’Abbé de Boisrobert, thèse de doctorat (Université Paris-Sorbonne, 2009) ; Höfer y Tuñón Farida Maria, Culture et théâtre : la comédie « à l’espagnole » comme exemple précoce de transculturalité en Europe au xvii e siècle, thèse de doctorat (Université Paris-Sorbonne, 2009) ; Sylvie Thuret, Le Théâtre espagnol de Lesage, thèse de doctorat (Université Paris-Sorbonne, 2009).

3 « La Comedia espagnole du Siècle d’Or en France : lecture, adaptation, mise en scène », colloque international à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et au Colegio de España (Paris), 16 et 17 janvier 2009.

4 Voir par exemple, du côté espagnol, Valle Abad Federico del, Influencia española en la literatura francesa. Ensayo crítico sobre Jean Rotrou (1609-1650), Avila, Senén Martín, 1946.

5 Bray René, La Formation de la doctrine classique en France, thèse, Paris, 1927 (rééd. Paris, Librairie Nizet, 1963), p. 189.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540