Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Annexe

Résumés

Texto completo

1L’annexe contient les résumés des contributions dont les auteurs n’ont pas soumis leur texte.

Engagements et paradigmes

De la structure à l’interprétation (1970-2010)

2Dans la France des années 1970, les diverses sciences humaines fondaient leur idéal de positivité sur un dénominateur commun : le principe structural défini par Saussure. Quarante ans plus tard, qu’en est-il de la relation de la linguistique aux disciplines traitant de l’humain et du social ?

3On peut constater que le paradigme dit « cognitif », qui a pris la suite du paradigme structural, est lui-même historiquement gagé par une linguistique, la grammaire générative-mais qui revendique un dépassement du programme saussurien, ou se voit créditée d’un tel dépassement. De manière corollaire, les concepts de « sujet », d’« esprit », de « sens », tels qu’ils sont construits ou présupposés par la pluridisciplinarité cognitiviste, semblent ressortir, plutôt qu’à une rupture avec le structuralisme, à des réductions, voire à des malentendus vis-à-vis de celui-ci. Problématiser ces réductions et ces malentendus tracerait sans doute une piste pour mieux comprendre le rapport qu’entretient aujourd’hui la linguistique avec les sciences humaines et sociales. Mais une autre approche pourrait, à cette fin, s’avérer tout aussi heuristique. C’est celle qui prendrait pour fil conducteur la question suivante : comment la philosophie du langage wittgensteinienne se laisse-t-elle articuler à l’histoire récente et à l’épistémologie présente de la science du langage ? L’intérêt de cette question repose sur le fait que la pensée de Wittgenstein, qui est certainement la philosophie du langage la plus féconde et la plus influente de nos jours, est en elle-même indépendante tant du structuralisme que des diverses formes prises par le cognitivisme. En outre, à son propos, l’histoire des idées aura réservé une surprise : le « second Wittgenstein » fait écho aujourd’hui au « second Saussure », apparu avec un siècle de retard et dont une part importante des écrits a été publiée pour la première fois en 2002. En effet, l’épistémologie programmatique des écrits de Saussure réunifie la dimension logico-grammaticale du langage et sa dimension interprétative, selon des lignes de force hautement compatibles avec ce qui, dans les Recherches philosophiques, remet en cause le système du Tractatus.

4Dans la perspective projetée par ce dialogue entre Saussure et Wittgenstein, un horizon se dessine : celui d’une linguistique herméneutique – peu commensurable (parce que grammaticale et matérielle) avec ce qu’on entend par herméneutique en philosophie depuis Dilthey. Il se pourrait que cet horizon soit, pour les sciences humaines et sociales, celui d’une révolution de la « science normale », ou de ce qui en tient lieu. Il se pourrait que cette linguistique de l’interprétation, propre à jouer le rôle d’une plate-forme commune pour les sciences humaines et de la culture, préfigure une extension du dialogue de la science du langage et de la philosophie à des champs comme ceux, par exemple, des études littéraires, des sciences juridiques, de l’anthropologie, de la sociologie, ou de la psychologie sociale.

5Simon Bouquet
Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Disciplines et indisciplines

Médecines du corps et de l’esprit

  • 1 Hoff Paul, « Roots of the Concept of Mental Illness », in Psychiatric Diagnosis. Challenges and Pro (...)

In order to prevent future psychiatry from dissolving in a number of methodically defined subunits, and to further strenghten person-centered diagnostic approaches, we strongly need the historical perspective1.

6Les sciences médicales sont des sciences de l’homme. La psychiatrie fait partie de la médecine. La médecine vise à remédier aux maux humains, elle n’en est pas seulement la science. « La psychiatrie pratique envisage toujours l’homme total », écrivait Karl Jaspers. Depuis qu’au milieu du XXe siècle de puissantes substances psychopharmacologiques ont été identifiées, testées et commercialisées, la pratique psychiatrique est scindée entre prescription de médicaments et psychothérapies. Le savoir psychiatrique s’est émietté en descriptions de syndromes et études de cas. On aspire à l’unité d’une psychiatrie « centrée sur la personne », on vit un écartèlement entre recherche génétique, thérapeutique expérimentale par stimulation cérébrale profonde, hypnose, thérapie familiale, psychanalyse. Du point de vue d’un philosophe et psychiatre, l’exposé tentera de montrer comment, sur la ligne de jonction entre sciences du corps et sciences de l’esprit, la recherche psychiatrique invente sa voie, nourrie d’un immense stock accumulé de documentation sur l’aberration mentale et la souffrance humaine.

  • 2 Jaspers Karl, Psychopathologie générale (1913), trad. d’après la 3e éd. allemande par A. Kastler et (...)

La phénoménologie [première étape de la démarche scientifique] a pour objet l’étude des états d’âme tels que les malades les éprouvent ; elle veut nous les représenter sous une forme concrète et considérer leurs rapports de parenté. Elle essaye de les délimiter. de les distinguer. de les nommer2.

7Anne Fagot-Largeault
Collège de France, Académie des sciences

Retour sur la question du style : histoire de l’art et anthropologie

8Les quarante années qui forment le cadre temporel de ce colloque ont été les témoins d’une accélération sensible des changements de paradigmes dans le champ des sciences humaines. Une crise générale des certitudes a affecté plus ou moins fortement toutes les disciplines que l’on regroupe sous ce vocable. Puis est venu pour beaucoup le temps du retour sur soi et, presque mécaniquement, de son corollaire, à savoir la critique de ces nouveaux outils, parfois leur reniement pur et simple. Le but de cet exposé n’est pas de soumettre à l’analyse la validité de telle ou telle avancée théorique qui s’est produite dans le champ de l’histoire de l’art. Je me propose plutôt de prendre pour point de départ une notion comme celle de « style » qui est l’objet de débats théoriques depuis l’avènement de l’histoire de l’art en tant que « science humaine », et dont la validité peut être reconsidérée à la lumière de l’anthropologie.

9J’examinerai l’usage de la notion de « style », notamment à partir du livre déjà ancien de l’historien de l’art George Kubler, Shape of Time. Remarks in the History of Things (1962), et de celui paru en 1998 de l’anthropologue Alfred Gell, Art and Agency (en particulier du chapitre viii qu’il consacre à « Style et culture »). Tandis que Kubler cherche à mettre en cause une tradition formaliste dont il est lui-même l’héritier direct, Gell veut replacer la forme au premier plan.

10Ouvrages ambitieux, importants, ils sont sans doute de ceux qui peuvent nous inciter à la fois à un examen critique de l’histoire de l’art et de ses objets, ainsi qu’à une confrontation des enjeux théoriques propres respectivement à l’histoire de l’art et à l’anthropologie, mais en nous situant à l’intérieur d’un concept opératoire qui leur est commun.

Philosophie et anthropologie

11Roland Recht
Collège de France Peu de disciplines sont aussi susceptibles de déstabiliser le rapport confortable de la philosophie aux savoirs que l’anthropologie : là, plus qu’ailleurs, semble intenable la tranquille distribution entre le positif et le spéculatif, par où les disciplines s’assurent leurs frontières rassurantes, les uns en charge des faits, les autres des normes et des fondements, chacune pouvant réclamer une sorte de surplomb sur l’autre. En effet, l’anthropologie est à certains égards un savoir critique radical, qui fait des savoirs autres (pour ne pas dire des autres), son propre objet paradoxal. Aussi n’est-il pas étonnant qu’il soit impossible de savoir si elle est le lieu d’une sortie de la philosophie, ou au contraire de son recommencement. Puisant à la fois dans l’histoire de la problématique anthropologique depuis sa détermination à la fin du xviiie et au début du XIXe siècle, et dans les recherches les plus contemporaines en anthropologie, cette contribution voudrait affirmer nettement le destin commun de ces deux disciplines.

12Patrice Maniglier
University of Essex

Transformations et remises en cause des disciplines

Le langage au miroir de la linguistique (1970-2010)

13Les années soixante-dix et quatre-vingt voient au sein de la linguistique la disparition du structuralisme et l’irrésistible montée de la grammaire générative de Noam Chomsky : grammaire universelle, données introspectives, cognitivisme symbolique, innéisme, modularité, deviennent quelques-uns des leitmotivs de la linguistique mondiale. Depuis le début des années quatre-vingt-dix on assiste, en revanche, à l’ascension de mouvements divers (linguistique de corpus, linguistique cognitive, grammaire des usages, connexionnisme) qui ont totalement déconstruit l’édifice chomskyen. Et paradoxe des paradoxes, Chomsky lui-même dans des travaux récents sur l’évolution du langage attribue pratiquement tout ce qui caractérise notre faculté langagière à des facteurs cognitifs généraux (par exemple, l’imitation) qui étaient pourtant rejetés dans ses travaux fondateurs. Tel est le parcours que nous examinerons pour essayer de cerner cette capacité à communiquer linguistiquement qui caractérise l’espèce humaine.

14Jacques Durand
Université Toulouse II-Le Mirail

Les philosophies à l’ère des paradigmes : divisions, tournants, et retours

15On examinera les idées directrices, les transformations et les confrontations des différents paradigmes en philosophie qui se sont développés dans toute la fin du XXe siècle – dans le prolongement de la division opérée dans les décennies précédentes entre la philosophie « analytique » et la philosophie « continentale », et dans sa conversation avec d’autres disciplines et des matières nouvelles, afin de mettre en évidence la nouvelle place acquise aujourd’hui par la philosophie au sein des sciences humaines et sociales, et en interaction avec elles.

16Sandra Laugier
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les théories de l’esthétique (1970-2010)

17Longtemps dominée par les divers courants philosophiques venus d’Allemagne-esthétique expérimentale, psychologie de la forme, phénoménologie, école de Francfort -, la réflexion esthétique a connu en France, à partir des années soixante-dix-et particulièrement à l’université de Nanterre –, d’importants développements théoriques au contact de la psychanalyse, de la sociologie et de la sémiologie.

18Un nouveau tournant s’est opéré ces dernières décennies avec l’essor de la réflexion analytique dans le champ de l’esthétique. Ce sont ces diverses transformations que nous voudrions ici examiner.

19Jacqueline Lichtenstein
Université Paris-Sorbonne

Les faces-à-faces transatlantiques

La « French Theory » (1970-2010)

20Cette conférence vise à analyser certains enjeux philosophiques et institutionnels de la réception de la pensée française contemporaine aux États-Unis ainsi que les effets en retour produits par la « French Theory » sur la scène intellectuelle française.

21Paola Marrati
Johns Hopkins University

Des sciences humaines et sociales en crises ?

L’insertion des étudiants issus des filières lettres et sciences sociales

22Les jeunes issus des filières Lettres et Sciences sociales connaissent une insertion dans le monde professionnel particulièrement difficile. Ces mauvais taux d’accès à l’emploi recouvrent des processus complexes et des différences de stratégies des jeunes face aux études supérieures. Le caractère académique des études et leur orientation trop exclusive vers les filières de l’enseignement et de la recherche sont sans doute une des causes de ce problème. Mais les processus sélectifs à l’entrée des différentes voies d’enseignement post-baccalauréat ainsi que l’absence d’orientation et d’aide aux choix en cours d’étude sont tout aussi préjudiciables aux étudiants qui se dirigent vers les lettres et les sciences sociales. La pluridisciplinarité ou la professionnalisation des études ne constituent pas des réponses suffisantes. Comme le prouve le dispositif ELSA (étudiants de lettres et de science humaines en alternance) initié par le Cnam et l’IEP Paris, les aptitudes développées par ces jeunes leur permettent, à travers l’élaboration d’un projet et un parcours d’une année en alternance, de s’intégrer dans les entreprises et de développer des compétences dont elles ont besoin.

23Vincent Merle
Cnam

Crise du texte, triomphe de l’art, de l’image et du geste ?

24L’histoire littéraire s’est intéressée surtout, dans le rapport entre le texte et l’image, à l’étude de la relation illustrative, en cherchant si l’image dépend ou non du texte et de quelle manière s’opère cette dépendance éventuelle ; dans l’histoire de l’écriture, s’affrontent ceux qui déclarent que l’image est première et ceux qui font dériver l’écriture de l’oralité phonétique. La sémiologie a cherché à formaliser les procédés de la rhétorique de l’image. L’histoire a inclus l’illustration et l’imagerie parmi les sources qui permettent de reconstruire et d’interpréter le passé. L’histoire de l’art et de l’estampe, enfin, a étudié le mode de transmission des représentations iconographiques propre aux dispositifs iconotextuels : les interrogations sur le texte et l’image varient selon les disciplines, mais nombreuses sont les sciences humaines qui s’en préoccupent, dans la culture de l’image qui est la nôtre, alors que la civilisation du livre semble menacée par de nouveaux « média » offerts par l’audiovisuel, le « multimédia » et internet. La bataille du texte et de l’image se poursuit, depuis que Victor Hugo l’a déclarée dans la formule « Ceci tuera cela » de Notre-Dame de Paris. Mais a-t-elle encore un sens ? Ne doit-elle pas être déplacée pour prendre en compte la dimension spatio-temporelle des objets, tandis que l’ensemble des sciences humaines et sociales s’interrogent sur la complexité du visible. Il s’agira dans cette communication de rappeler ces différentes approches, et de mettre en évidence, à partir de quelques exemples, l’apport des notions d’intermédialité et de génétique artistique à l’histoire des œuvres d’art et de leur installation, dans le contexte contemporain du régime de la reproductibilité généralisée.

25Ségolène Le Men
Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Le cognitivisme : l’effondrement d’un mur méta-disciplinaire ?

26Le paradigme cognitif s’est d’abord présenté, à partir des années 1960, comme un programme de description et d’explication des phénomènes individuels, sur un mode mentaliste. Remplaçant le béhéviorisme moribond, il s’est affirmé puissant en psychologie, en linguistique et, bien évidemment en intelligence artificielle, son lieu d’origine. Depuis le milieu des années 1980, cependant, les choses ont changé : le cognitivisme s’est progressivement voulu un « grand récit » alternatif valable aussi dans d’autres disciplines : anthropologie, sociologie, économie, notamment. Adossé explicitement au cadre évolutionniste des sciences de la vie, puis, plus récemment aux neurosciences dans leur version cognitive, il peut se présenter comme un programme universel, naturaliste et mentaliste à la fois, pour l’ensemble des sciences humaines et sociales. Je voudrais ici tracer quelques lignes de force dans cette extension récente du paradigme, afin d’en mieux cerner les mérites et les limites.

Le curseur culture/nature aujourd’hui

27Jérôme Sackur
ENS

La place du langage dans les spécificités de l’espèce humaine

28Les recherches récentes sur l’origine du langage ont apporté un éclairage nouveau sur la question centrale, sans cesse reformulée, de l’opposition nature/culture dans les diverses sciences de l’homme et de la société. Pour certains, l’acquisition par notre espèce de la faculté de langage est le résultat d’une évolution biologique, plus ou moins aléatoire, concernant principalement l’appareil cognitif de l’individu, la fonction sociale de communication n’étant qu’un sous-produit de cette évolution. Pour d’autres, à l’inverse, le langage n’a pu émerger que sous la pression de besoins nouveaux d’échange entre individus, suscités par la complexification de l’organisation sociale de nos ancêtres, et les spécificités de la cognition humaine ne sont qu’une conséquence de la mise en œuvre de ces nouvelles capacités langagières. Entre ces deux pôles, d’autres propositions, assez diverses, développent des scénarios moins simplistes, qui, pour spéculatifs qu’ils soient, ont l’intérêt de défendre des conceptions de nos origines dans lesquelles les relations entre contraintes biologiques et innovations culturelles, de même qu’entre cognition individuelle et cognition sociale, sont mieux équilibrées. Nous présenterons un panorama de l’avancée des recherches dans ce domaine éminemment pluridisciplinaire, en nous interrogeant sur leur place dans les transformations actuelles du paysage des sciences humaines et sociales.

29Bernard Victorri
ENS

Perspectives académiques d’aujourd’hui

Le catalyseur américain : théories critiques à venir et circulation des concepts

30À partir du rôle de stimulation institutionnelle et de redistribution disciplinaire joué par l’université américaine depuis près d’un demi-siècle, de nouveaux usages politiques et pratiques des discours théoriques se sont développés dans le monde entier. Ils font dépendre l’avenir des théories critiques, et au sein de cette catégorie elle-même, des modes de circulation des concepts non seulement d’une culture ou d’un continent à l’autre, mais d’un champ de pratique à l’autre, de part et d’autre de la frontière qui continue de séparer l’université du monde social, et le discours académique (aussi critique soit-il) de ses enjeux sociotiquespolitiques élargis.

31François Cusset
Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Les Geisteswissenschaften en Allemagne

32Les sciences humaines allemandes sont à l’heure actuelle entrées dans une période de mutation. D’une part, le clivage entre les Geisteswissenschaften (sciences de l’esprit) et Sozialwissenschaften (sciences sociales) tend à se creuser. De l’autre, aux disciplines des sciences du texte, portées par la grande tradition philologique, se substitue un paradigme des Kulturwissenschaften (sciences de la culture) intégrant l’anthropologie, sciences du religieux, littératures et médias, de larges pans de l’histoire et de la géographie, mais se distinguant du modèle anglo-saxon des cultural studies. Par ailleurs, les Geisteswissenschaften ont bénéficié d’une série d’initiatives spécifiques : « année des Geisteswissenschaften » en 2007, création de grands centres de recherche, soutien aux « petites disciplines », notamment dans le domaine des aires culturelles, études dites « transrégionales » fédérant des disciplines situées. Enfin, elles ont pris toute leur place dans l’initiative d’excellence (2005-2007), dont elles ont pu tirer un profit non négligeable.

Approches transdisciplinaires

33Michaël Werner
EHESS

Quantification et sciences sociales : la grande bifurcation

34Dans leur souci de se caler sur le modèle de scientificité des sciences de la nature, les sciences humaines et sociales ont longtemps considéré la quantification comme un incontournable moyen de se détacher de la littérature, de la philosophie et de l’essayisme, que ce soit en économie, en sociologie, en histoire, en sciences politiques, en droit ou en psychologie. Cet effort, né au XIXe siècle, a culminé dans les années 1950 et 1960. À partir des années 1970, une grande bifurcation s’est produite. D’une part, la plupart des recherches les plus directement utiles pour l’action, la décision ou le conseil ont continué à utiliser ces méthodes, dont l’économétrie est le prototype et le modèle. La notion de « variable » avait remplacé celle d’« acteur social ». On cherchait à en « isoler les effets purs », ceteris paribus, dans une perspective d’ingénieur (l’analyse des données à la française de Benzecri a été une courte parenthèse, exception dans ce mouvement général). D’autre part, le tournant réflexif observé dans la plupart des sciences humaines et sociales a entraîné un certain recul de ces méthodes, au profit de travaux plus interprétatifs et moins positivistes. Ce recul a pris des formes différentes dans les six disciplines mentionnées. Il a correspondu, dans certains cas, à de réels clivages au sein même des espaces académiques. Nous évoquerons et comparerons quelques-unes des modalités de cette bifurcation, pour chacune d’elles. Enfin, la quantification elle-même a bénéficié de ce tournant réflexif, en n’étant plus simplement un outil indispensable et parfois ennuyeux, mais un objet d’examen et d’étude en lui-même. Les recherches en histoire et en sociologie de la statistique, des probabilités et de la comptabilité, se sont multipliées. Aux questions traditionnellement épistémologiques soulevées par la quantification des SHS, est venue s’ajouter une perspective, souvent (mais non toujours) inspirée des Science Studies anglo-saxonnes, cherchant à les replacer dans une historicité plus générale, et désenclavant l’épistémologie de son ancrage strictement philosophique. Dans un premier temps, l’idée de « construction sociale » de la réalité, notamment des catégories statistiques, a eu une grande efficacité pour induire ce recul, et pour détacher les SHS de leur tropisme naturaliste. Puis, sous l’effet d’accusations fréquentes de « relativisme », cette notion elle-même a été remise en cause, par exemple par le philosophe Ian Hacking. A émergé ainsi l’idée que ni la quantification ne « reflète la réalité », ni elle ne la « crée » comme le pensent certains constructivistes radicaux, mais elle contribue à lui donner une forme spécifique, dotée de propriétés et d’effets originaux qu’il revient aux nouvelles sciences sociales d’étudier à la fois théoriquement et empiriquement.

À côté du genre

35Alain Desrosières
EHESS L’objet de recherche « femmes, sexe, genre » a été proposé aux institutions académiques depuis bientôt quarante ans. Ce travail nécessite une « mise en histoire ». Mettre en histoire un objet de recherche consiste à énoncer sa pertinence, et le construire d’un point de vue méthodologique, et par conséquent épistémologique. Cela s’est constitué de deux façons : par l’accumulation du savoir dans chaque discipline, et par la transversalité des problématiques, en sciences humaines, mais aussi toutes disciplines confondues : le débat sexe/genre, héritier des schémas nature/culture et biologie/social en est la meilleure illustration.

36Mise en histoire : cela indique une difficulté propre à l’objet de connaissance lui-même. C’est pourquoi j’introduis deux notions, le « hors champ » et la « ritournelle ».

37« Hors champ » signifie que le champ de connaissances n’a pas toujours existé, mais aussi que les connaissances proposées désormais (« dans le champ ») peuvent encore être agies par des causes extérieures (idéologies, opinions, refoulés) à ce champ, car « sexe et genre » sont des objets de réflexion fragiles au regard d’autres connaissances définies depuis longtemps et pour lesquelles les « influences extérieures » sont mieux identifiées.

38La « ritournelle » renvoie à un deuxième obstacle épistémologique, celui de la répétition des problématiques figées dans une anthropologie contemporaine (la « confusion des sexes », par exemple). En effet, la recherche d’intelligibilité se heurte à des représentations figées d’une « condition féminine » atemporelle, sans histoire. Au fond, y aurait-il vraiment quelque chose à penser de l’histoire répétée, donc de la ritournelle du rapport entre les sexes ? Bien entendu, je pense que oui. Quarante ans de recherches ont permis une accumulation formidable de savoirs et de problématiques nouvelles.

39Dix clés pour ouvrir le débat :

401. Le genre est un concept philosophique neuf. Il s’emploie au singulier plutôt qu’au pluriel. Il déplace les sexes vers un espace de pensée prometteur. Mais il est à la fois une loupe grossissante et un écran trompeur ; un écran qui neutralise les femmes autant qu’une surface où s’écrivent les effets du sexe.

412. « À côté du genre » est un titre qui incite à la distance. Parce que sexe et genre sont des mots qui n’ont pas fini de jouer avec la dualité et le neutre, on maintiendra que la « différence des sexes » est une catégorie vide et on choisira de ne pas courir après les définitions (quel sexe, quelle sexualité, quelle identité).

423. La pensée de la catégorie vide, de l’objet incertain cède la place à la recherche des effets produits par la sexuation du monde dans les champs de la vie humaine. La pensée démocratique offre, avec l’opérateur « égalité », une possibilité de penser le partage sexué en toute rigueur. L’égalité dérègle le partage ancien et dissymétrique, et s’allie à la liberté.

434. Trois chemins s’offrent à cette recherche. Le premier reconstruit la tension entre « démocratie exclusive » et émancipation des femmes depuis deux siècles. Le second prend au sérieux le problème de l’égalité face à des notions qui interrogent la symétrie démocratique, comme le service, ou le consentement. Le troisième s’autorise la reprise de la tradition philosophique pour y trouver les traces d’un philosophème à venir.

445. Il ne s’agit donc pas de déconstruire mais de reconstruire une pensée. Reconstituer l’image du puzzle de la domination masculine est en arrière-fond. Le principe même de la domination masculine est de ne pas être lisible, d’être en morceaux épars, empêchant la compréhension de son mécanisme. La dispersion favorise l’invisibilité des femmes. Reconstruire offre un savoir ouvert sur l’histoire à venir.

456. Impossible alors de souscrire à l’idée de l’achèvement, ou plutôt de l’inachèvement démocratique au regard de l’émancipation des femmes et de l’égalité des sexes. Impossible aussi de soutenir l’idée d’une application mécanique de l’égalité comme cela est souvent sous-entendu. L’égalité n’obéit pas à un mouvement spontané, ici comme ailleurs. Il n’y a pas d’égalité sans contrainte.

467. L’obstacle principal à la construction de l’objet de pensée tient à la représentation atemporelle des sexes, à l’absence d’historicité reconnue. Les sexes font l’histoire doit s’entendre doublement, du point de vue des acteurs et actrices bien sûr mais aussi du point de vue du résultat. L’histoire est sexuée. En général, on préfère la ritournelle de Mars et de Vénus, la répétition du même, schéma sans mouvement.

478. La difficulté de rendre aux sexes leur historicité se voit à l’œuvre dans la pensée de l’émancipation. La contradiction ou la tension entre féminisme et pensées radicales est évidente depuis la Renaissance, et depuis deux siècles surtout. Le contretemps de la finalité féministe est l’ordinaire des stratégies politiques. Le dérèglement des représentations classiques en est l’issue la plus positive.

489. Si je n’oublie pas la servante de Thrace, je la rejoins sur un point, celui du réel. Non pour l’opposer à la pensée théorique, pour rappeler l’incontournable réalité, mais pour reconnaître que « la question des sexes » gagne à être mise à l’épreuve du réel, à être confrontée à la matérialité des choses. C’est même une exigence épistémologique.

4910. Bien loin de moi, cependant, l’idée d’une vérification qui ferait vérité. Car la pensée des sexes a un statut théorique particulier. Si le dérèglement du schéma muse/génie est opérant, c’est parce qu’il s’adosse à la tension problématique du sujet et de l’objet. Figure en abyme de la réflexion humaine, la catégorie « différence des sexes » est bien une catégorie vide, un lieu où s’échange de la pensée, un lieu de l’échange discursif.

50Geneviève Fraisse
CNRS

Notas

1 Hoff Paul, « Roots of the Concept of Mental Illness », in Psychiatric Diagnosis. Challenges and Prospects, Salloum Ihsan M., Mezzich Juan E. (eds.), Hoboken (NJ), John Wiley & Sons, 2009, chap. 1, p. 12.

2 Jaspers Karl, Psychopathologie générale (1913), trad. d’après la 3e éd. allemande par A. Kastler et J. Mendousse, préf. de Jacques Sédat, Paris, C. Tchou pour la Bibliothèque des introuvables, 2000, p. 59.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540