Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Approches transdisciplinaires

L’apport de l’histoire des sciences de l’Homme à la compréhension des sciences humaines et sociales

Claude Blanckaert

Texte intégral

1Telle qu’on la décrit souvent, l’histoire des sciences humaines présente un double profil. Elle figure dans un cas une spécialité académique à part entière évoluant dans un cadre historien, dans un autre cas une ressource didactique ou une méthode réflexive pour l’approfondissement des traditions disciplinaires. Elle s’intègre alors dans les formations concernées. Pourtant, on le devine, l’avantage pratique ou mémoriel, voire polémique, qui s’attache à la recherche s’entend différemment selon qu’on penche pour un registre d’application directe ou pour des logiques d’analyse visant à l’intelligence du développement d’ensemble de ces sciences qui ont l’homme pour objet. Autrement dit, chacun mesurera l’« apport » escompté de l’histoire à ses propres motivations ou à son style d’engagement.

  • 1 Blanckaert Claude, « Une éthique de démonstration ? L’historien et les “usages de l’homme” », in Éq (...)
  • 2 Stocking George W., Race, Culture and Evolution. Essays in the History of Anthropology, New York/Lo (...)

2Les études d’histoire font elles-mêmes partie des sciences humaines. Il est donc important de s’y situer en sachant que l’horizon d’attente des uns ou des autres varie grandement selon le type d’érudition produite. Ainsi, comme historien professionnel, je plaide volontiers pour une « éthique de démonstration » qui voudrait éviter d’égale manière les postures dénonciatrices ou, à l’inverse, hagiographiques qui font, pour partie, l’intérêt de ce domaine1. Comme néanmoins un bilan d’expérience collective ne va pas sans profit, je suggérerai, avec George Stocking2, qu’en suspendant tout jugement quant à l’utilité présente des recherches historiennes, « nous rendons en fin de compte ce jugement possible ». À chacun de s’y déterminer. C’est sous cette condition que j’aimerais reparcourir ce champ des études, en soulignant ses lignes de force et de fracture, ses réalisations institutionnelles et quelques perspectives relatives, selon mon titre, à sa valeur d’usage ou à son concours pour la compréhension d’autres sciences humaines et sociales.

3En France comme à l’étranger, l’histoire des « sciences de l’homme » est d’intérêt récent. Dans sa forme moderne, elle s’encadre bien dans la période choisie pour ce colloque. Son intitulé de l’époque, qui souligne ce « souci de l’humain », voudrait dans l’idéal arbitrer le litige récurrent qui oppose depuis l’après-guerre les philosophes et la plupart des spécialistes des sciences humaines qui sont d’ailleurs, pour la plupart, issus de leurs rangs.

4Sans revenir à la lettre d’une métaphysique qui se portait traditionnellement caution de la liberté humaine, les philosophes dénonçaient des sciences déterministes, réductrices, soumises au règne de la quantification et, pour tout dire, « inhumaines ». Ils contestaient généralement la validité épistémologique du domaine global et la manière de « dénaturer » l’homme en le démembrant. De plus, réclamaient-ils, on ne saurait étudier scientifiquement l’homme sans nier le caractère contingent, irréductible, de son histoire, sans réfléchir aussi à cet étrange dédoublement qui verrait l’homme-sujet se mettre à distance de lui-même pour s’offrir comme un simple « objet » à l’observation, puis à la représentation causale et, bientôt, instrumentale.

  • 3 Gusdorf Georges, De l’histoire des sciences à l’histoire de la pensée, Paris, Payot, 1966, p. 195.
  • 4 Gusdorf Georges, Les Principes de la pensée au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1971, p. 212.
  • 5 Lacan Jacques, « La science et la vérité », in Cahiers pour l’Analyse, n° 1, 1966, réimp. 1975, p. (...)
  • 6 Foucault Michel, Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1 (...)

5Le plus constant adversaire des dérives techniciennes des sciences humaines restera longtemps le mieux connu de leurs historiens. Sous le titre général Les Sciences humaines et la pensée occidentale, Georges Gusdorf publiera à partir de 1966 une vaste encyclopédie historique en quinze volumes destinée à ressaisir, selon ses mots, « ce facteur commun d’humanité qui assure la solidarité entre les approches du phénomène humain3 ». Il redira à longueur d’ouvrages que « les sciences de l’homme doivent être des sciences humaines » et non « des sciences de la chose4 ». Au même moment, toujours en 1966, Jacques Lacan parlait des sciences humaines comme d’un « appel à la servitude5 » et Michel Foucault empilait les qualificatifs pour caractériser leur « instabilité essentielle », « leur précarité, leur incertitude comme sciences » : « de dangereux intermédiaires dans l’espace du savoir6 » !

6Toutefois, la méfiance envers les sciences humaines n’en est pas restée à cette casuistique moralisante. Sa commande était surtout politique. Ces sciences sans véritable « objet » répondaient, disait-on, sur le mode caméral à la demande publique en vue d’une domestication sociale et d’un contrôle généralisé des comportements. Dès les années 1960, la plupart des controverses portant sur ces sciences paradoxales faisaient explicitement référence à des formes d’asservissement de l’homme par l’homme et de barbarie administrative. Qu’elles concernent le behaviorisme, les tests d’intelligence, l’ergonomie, la psychiatrie ou la criminologie, il fallait, selon Louis Althusser,

  • 7 Althusser Louis, Philosophie et philosophie spontanée des savants (1967), Paris, Maspero, 1974, p. (...)

poser la question des questions : si les sciences humaines sont [...] ce qu’elles pensent être, c’est-à-dire des sciences ; ou si elles ne seraient pas, dans leur majorité, tout autre chose, des techniques idéologiques d’adaptation et de réadaptation sociales7.

  • 8 Je résume ici quelques arguments développés dans Blanckaert Claude, « L’histoire générale des scien (...)

7Aussi bien la défiance d’Althusser trouva-t-elle, en miroir, sa reprise historiographique : « L’histoire des sciences de l’homme est-elle une histoire des sciences comme les autres ? » En somme, une question-piège pour une « sale histoire8 ».

  • 9 Il a été publié sous forme ronéotée en deux volumes par l’imprimerie de l’université Paris X, s. d.

8Le premier colloque français dont j’ai trouvé trace s’est tenu à l’université de Nanterre en mai 1980 sous le titre « Les sciences humaines. Quelle histoire ? !9 », avec un double point d’interrogation et d’exclamation. Ce colloque, à trente ans de distance, garde toute sa valeur diagnostique. Organisé par des linguistes, il posait les premières assises du genre et rassemblait des spécialistes venus de la psychologie ou de la sociologie, des philosophes et. nul historien de métier. Par leur orientation, les actes publiés n’allaient pas sans ambivalence. L’intitulé composait, bien sûr, avec les deux termes de l’interrogation initiale de ces journées concernant l’un, les visées (Pourquoi ?), l’autre, les conditions de réalisation (Comment ?) de l’enquête historique. Mais il suggérait aussi par son point d’exclamation, de manière circonspecte et presque comminatoire, le registre d’intervention critique espéré de l’analyste.

9Adossé aux formules radicales sur la « société de normalisation » que j’évoquais précédemment, il revenait à l’historien de percer à jour, de documenter les rapports entre savoir et pouvoir. Certes, cette mise à plat n’allait pas sans défense et illustration de disciplines malmenées. Au final, cependant, la prise en compte des modes de technicisation du social ou de la chosification de l’homme, des races ou des classes, de la négation du sujet au profit des structures, surdéterminait l’exercice. Elle devait, en sorte, favoriser une salutaire démystification. L’« apport » de l’histoire pour les sciences humaines se trouvait fixé par ses finalités militantes, pédagogiques, morales ou politiques.

10La demande d’histoire se faisait plus impérative et tous les secteurs en furent affectés, de l’économie naturalisée jusqu’à une géographie partisane, dont on savait depuis 1976, grâce à Yves Lacoste, qu’elle « sert d’abord à faire la guerre ». L’anthropologie coloniale, le racisme, l’appropriation médicale desdites « perversions sexuelles », etc., ont été, au même moment, interrogés par des historiens engagés. Axés sur la critique de l’ordre social, les travaux historiques qui suivirent n’ont pas toujours soutenu l’épreuve du temps. Mais le mouvement était lancé. Dans la même période liminaire, entre 1970 et 1980, l’émergence de modèles biologisants aux ambitions hégémoniques, la polémique sur l’inné et l’acquis, la querelle du QI et, bientôt, la sociobiologie d’obédience darwinienne, ont donné une intensité nouvelle à la réflexion historique. À leur examen, on avait cessé de croire, à la manière de la vulgate marxiste, que la science se situait au niveau de l’infrastructure des forces productives, soustraite à la souillure idéologique. Il fallait donc prendre acte que la science est « dans » la société et non à côté d’elle, que son autorité est contestable comme le sont ses verdicts sans nuances.

11Toutes ces questions pendantes, toutes ces perplexités, ont conféré un rôle décisif et sans doute exorbitant aux éclairages historiques. Toujours rappelée, la « crise » prétendue des sciences sociales y trouverait apaisement, sinon résolution. Par exemple, l’opposition réifiée entre sciences « dures » et sciences « molles », selon l’expression discriminante du temps, se voyait autrement monnayée sur un terrain généalogique. La thèse reçue, qui pouvait expliquer la suspicion qui frappait encore les sciences de l’homme, tenait tout entière en un syllogisme simple : on pensait que la surface symbolique, le prestige des savoirs, obéissent à une logique évolutive. L’ancienneté de l’installation leur donnerait le confort de la légitimité. De là, pensait-on, le privilège des mathématiques sur la physique, de la physique sur la biologie, de la biologie sur la sociologie, etc.

12Les sciences humaines étaient réputées d’origine récente ; on les datait communément du XXe siècle, ce qui expliquait leur moindre crédit. Or, et justement, dès qu’on envisage les sciences humaines et sociales dans leur fonction experte en matière de connaissance des territoires, des milieux et des populations, et que ce soit dans l’établissement des cartes, l’arithmétique sociale ou la grammatisation des langues vernaculaires étudiées par les voyageurs ou les missionnaires, on constate que leurs réalisations pratiques sont aussi anciennes qu’importantes. Ainsi, pour prendre un exemple, une histoire des schémas aménagistes envisagés dans le cadre de la mise en valeur géographique ou économique des colonies nous fait remonter jusqu’au temps des premiers établissements européens. L’histoire de la linguistique, de son côté, s’est dotée dans ces trente/quarante dernières années d’annales plus profondes encore. Elles plongent dans l’antiquité reculée. Le temps, certes, n’y suffirait pas sans un certain cumul des connaissances. Mais il s’avère que la réinscription des savoirs et savoir-faire, la stabilisation par l’écrit et l’enseignement des énoncés et des protocoles d’examen dans les sciences concernées ne leur font aucunement défaut.

13Ainsi, la chronologie restreinte qui assignait ces sciences à notre lecture contemporaine de la modernité peut donc être battue en brèche par la considération des modes opératoires en vigueur dans des périodes déjà lointaines. Les organisations sociales, dans le fond, ne vont pas sans domination de l’espace, sans annales, sans codes juridiques, sans comptabilités ni arts de gouverner. Les sciences humaines s’inscrivent donc dans la longue durée. Cependant, la rationalité gestionnaire n’épuise pas ce questionnement qui peut aussi bien se poursuivre sur les plans méthodologique ou théorique. En matière de priorité, on découvre par exemple que, dès le XVIIe siècle, des sciences pionnières en Europe du Nord comme l’archéologie ont forgé l’outil stratigraphique qui révolutionnera les sciences de la terre deux siècles plus tard. Ou encore que telle ou telle notion nomade, comme la « division du travail », élaborée dans la perspective de l’analyse économique des Lumières écossaises, va irriguer à son tour l’histoire naturelle classificatoire, préludant ainsi presque directement à la naissance de la biologie comparative avant de faire retour ultérieurement en sociologie.

14Je reviendrai sur ces échanges. Il m’importe seulement ici d’indiquer le retournement des tendances qui va marquer l’historiographie érudite des années 1980. La réévaluation est globale et sans doute définitive. Comme le réclame dès ce moment l’historien de la linguistique Sylvain Auroux, les sciences humaines

  • 10 Entretien, « Les enjeux de l’épistémologie », in Sciences humaines, n° 24, janvier 1993, p. 34.

doivent se débarrasser de ce complexe d’infériorité par rapport aux sciences de la nature. Ce privilège d’ancienneté, d’importance et de réussite des sciences de la nature est un leurre. Nous ne sommes pas des sciences jeunes, avec peu de réalisations technologiques. Nous sommes des sciences anciennes, des sciences fondamentales, qui ont des réalisations technologiques considérables10.

15La partition commode du « mou » et du « dur » perdait toute pertinence. Et, de fait, ce type de disqualification disparaît de la littérature au cours des années 1980 en favorisant l’essor massif et, cette fois, persévérant d’une historiographie documentaire, non normative et multifactorielle des sciences humaines et sociales. Nul n’en doute, le lien tissé entre science et société s’avère toujours structurel. Mais je dois noter, comme un trait de culture de la communauté des chercheurs intéressés à ces domaines, un privilège certain du descriptif sur l’évaluatif et des trajectoires situées, contextualisées, sur l’analyse philosophique ou la glose des grands classiques des disciplines. Aujourd’hui, l’« apport » réflexif de l’histoire ne se concentre plus uniquement sur sa charge contentieuse si l’on veut, même si l’éthique de vigilance de chercheurs inquiets de leur rôle d’ingénieurs sociaux n’a rien cédé de son actualité.

  • 11 Smith Roger, « Pour l’histoire des sciences humaines. Perspective anglaise », in L’Histoire des sci (...)

16Précisons d’entrée de jeu que le caractère désormais international du domaine historiographique, qui est un facteur d’harmonisation, n’abolit pas l’arbitraire des dénominations ou des manières de faire et d’écrire l’histoire. En particulier, j’attire l’attention sur le fait que nous objectivons spontanément en France un champ de recherche alors qu’en Angleterre, comme le rappelait naguère Roger Smith, « l’entité “ sciences humaines ” n’a ni forme ni existence matérielle ». À cela, une bonne raison qui tient à la fois de la sémantique et de la carte universitaire. Il y a peu d’années encore, le terme « sciences » dénotait en Grande-Bretagne les sciences dites de la « nature », à l’exclusion donc du champ des « humanités11 ».

17Mais ces décalages et l’absence d’unité qui en résulte s’observent en d’autres lieux. La place, par exemple, de la philosophie de l’esprit ou des sciences de la culture en Allemagne n’a guère d’équivalent en France et de cette disparité nous devons tenir compte. Notre domaine historique s’inscrit en France sous la bannière « sciences de l’homme et de la société », aux ÉtatsUnis sous celle des Behavioral Sciences, aux lourdes connotations. En prenant quelque liberté avec le concept revisité par Jonathan Harwood, on peut ainsi parler d’un « style national » de la recherche en sciences humaines, lequel affecte à son tour la construction de l’histoire ou son registre d’évidences. Pour clarifier cette situation, j’ai donc choisi de traiter essentiellement du paysage sociologique et intellectuel français des vingt-cinq dernières années.

18Même restreint à l’espace national, ce retour sur l’histoire des sciences humaines est un exercice risqué et surtout déconcertant. Il est risqué car il ne s’agit pas seulement d’un secteur très large – j’allais dire trop large – de la culture contemporaine mais d’une nébuleuse de pratiques, de paradigmes, de catégories de pensée, de gestes matériels dont la cohérence est en soi problématique. Ceci étant, le dossier est plus encore déroutant.

19De prime abord, le développement de l’histoire des sciences humaines depuis le début des années 1980 est spectaculaire, tant sur le plan institutionnel que sur les plans éditorial et d’abord intellectuel. La brève période qui m’occupe se caractérise, parmi d’autres signes tangibles, par une multiplication pléthorique de groupements spécialisés à la manière de la Société d’histoire et d’épistémologie des sciences du langage (1978), de l’Association Charles Gide (1983), de la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse (1983) ou du Groupe d’histoire des sciences du psychisme (1992, ex. GEPHP). L’inflation des titres de revues consacrées aux mêmes études témoigne dans le même sens, depuis les Cahiers d’économie politique (1974), les Études durkheimiennes (1977), Histoire. Épistémologie. Langage (1979) et Gradhiva (1986) jusqu’à la parution voici douze ans de la Revue d’histoire des sciences humaines (1999). Toute partielle qu’elle soit, l’énumération révèle cette dissémination. Pourtant, la force agrégative du domaine reste conditionnelle.

20On constate, en effet, comme une donnée récurrente de notre période récente, qu’il existe une tension constitutive entre le point de vue disciplinaire qui domine la recherche actuelle et la volonté patente en d’autres lieux d’organiser le champ d’études avec plus de distance, pour susciter les synthèses nécessaires et mettre en perspective de longue durée un ensemble d’investigations qui prennent l’homme pour objet. À l’image de Janus, l’historiographie des sciences humaines présente donc deux visages contrastés. Du point de vue de la réussite indéniable, on peut s’assurer de la stabilité d’institutions nombreuses qui, par l’encadrement, la diffusion, l’enseignement, contribuent toutes ensemble à la coproduction d’un secteur de recherche dynamique et attirant.

21L’autre face de cette médaille de Janus, qui ne contredit pas cette réussite, reflète l’atomisation croissante et le parochialisme, l’esprit de clocher, des perspectives monographiques. Les histoires disciplinaires prospèrent aujourd’hui en parallèle, et cette segmentation confine à ce que l’historiographie de langue anglaise, qui est moins cloisonnée, dénonce parfois comme une « mentalité de ghetto ». Tel est, peut-on dire, l’effet dommageable de la parcellisation du champ.

22J’ajouterai que le poids de la microhistoire et de l’histoire thématisée des « problèmes » propres à la science considérée favorise l’étude des moments de fondation institutionnelle au détriment des processus plus larges de « disciplinarisation ». Dans les sciences sociales en particulier, nous connaissons bien la période qui court de 1880 aux années 1960. Tout ce qui précède est presque laissé-pour-compte. La limitation disciplinaire est aussi celle du temps. La moyenne ou longue durée n’est généralement prise en charge que par les historiens au sens strict. La plupart des chercheurs qui officient au sein des disciplines ne s’y sentent pas à l’aise car leurs repères familiers se brouillent. L’évidence disciplinaire confine alors au présentisme avec ses effets spéculaires et la défense d’un « territoire ».

23Il est en vérité difficile d’échapper aux tentations autorentiellesréférentielles, à la manière dont les anthropologues se voudraient gardiens exclusifs d’une « anthropologie historique de l’histoire de l’anthropologie », à la manière aussi dont les psychanalystes ambitionnent d’écrire ou de réécrire incessamment le « roman psychanalytique de l’histoire de la psychanalyse ». Inutile de dire que ce mimétisme méthodologique a séduit pareillement les sociologues, les juristes ou les historiens.

24Après tout, dira-t-on, ce mode d’appropriation est aussi un « apport » et nombre d’idées fausses en ont été rectifiées. La contextualisation des œuvres et des écoles, la prosopographie des réseaux savants et la considération scrupuleuse, via l’archive et les correspondances, de la « science au quotidien » ajoutent à notre compréhension des itinéraires savants. Leur disparité bien réelle devrait quand même nous obliger à parler des histoires-pluriel prudent-des sciences humaines, sans autre hypothèse publicitaire sur leur mouvement général et sur les fins poursuivies d’une spécialité à l’autre.

25Ceci admis, une objection surgit : pourquoi a-t-on créé des instances intermédiaires un peu partout, et pas seulement en France ? Pourquoi des enseignements généralistes, des collections, des revues, des sociétés savantes dédiés aux travaux interdisciplinaires ? S’agit-il d’une inconséquence ? Elle est pourtant assumée. Elle témoigne d’une volonté de soumettre à des conditions architectoniques d’ensemble le devenir conflictuel des sciences de l’homme. Et ces conditions se déploient à un autre niveau d’étude que les analyses de détail. Elles ne les contredisent pas. Seul change le regard historien.

  • 12 J’en ai retracé les motifs et les premières réalisations dans Blanckaert Claude, « La Société franç (...)

26Un seul exemple. En avril 1986, la Société française pour l’histoire des sciences de l’homme a été créée pour fédérer tous les chercheurs isolés et promouvoir une approche résolument transdisciplinaire. La SFHSH voulait offrir une tribune d’expression commune aux historiens et une vision panoramique des recherches en acte12. Deux solutions faisaient l’unanimité.

27D’une part, l’extension maximale du concept de « sciences de l’homme » qui se distribuent des pôles bio-médicaux jusqu’aux sciences politiques, de la géographie physique jusqu’à l’économétrie financière. Cette ouverture n’est acceptée qu’en France et n’a, en tout cas, pas d’équivalent anglo-américain. Elle se justifie pourtant sur le plan historiographique dès lors qu’on oublie la cartographie rigide des savoirs universitaires actuels. Au XIXe siècle, par exemple, une science comme l’hygiène couvre adéquatement toutes les facettes de l’expérience que nous mobilisons (médecine et géographie, démographie, enquêtes sociales, objectifs pratiques, etc.). L’arbitraire historique de nos classements peut ainsi être mis en relief.

28D’autre part, pour lever ces divisions, l’Association a organisé dès sa fondation des colloques privilégiant les opérateurs communs visibles dans la constitution des sciences humaines : la mathématisation, les modalités institutionnelles, le rapport au terrain ou au laboratoire, les « transferts culturels » dans les sciences humaines ou le lien durable qui les associe, selon notre définition, aux savoirs dits « de la nature ».

29Je reviens sur ce point car il est cardinal. Le paradigme naturaliste est souvent mal perçu, mal interprété, comme une forme de réductionnisme biologique exécrable, à la mode raciste d’hier, sociobiologiste ou neuro-savante d’aujourd’hui, que sais-je encore. Cependant, si les tentatives réductrices existent bien, le naturalisme ne s’y épuise pas. Loin s’en faut. Une telle lecture anachronique nous rendrait, prise à la lettre, presque inintelligibles nombre d’œuvres anciennes et référentielles qui, par exemple, ignorent souverainement l’opposition, topique pour nous et presque réifiée, entre « nature » et « culture ». Dans la plus grande part de leur histoire, les sciences humaines, même individualisées, situent leur plan d’objets dans la trajectoire même des sciences naturelles dont elles complètent l’édifice. Elles en revendiquent l’enseignement car toutes ensemble se proposent de faire l’inventaire raisonné, comparatiste et nomothétique, de la condition humaine sous la double modalité de son inscription dans l’espace et dans le temps. Nature et artifice se confondent ou s’impliquent mutuellement.

  • 13 Ribot Théodule, « Préface », in Traité de psychologie, Dumas Georges (dir.), Paris, Félix Alcan, 19 (...)
  • 14 Mauss Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, « Quadrige », 1983, p. 284.

30Si l’anthropologie, durant deux siècles, équivaut techniquement à une « histoire naturelle de l’homme », Émile Durkheim ou Marcel Mauss définissent pareillement ce qu’ils appellent le « règne social » en référence à une légalité de la nature. Le déterminisme universel s’offre à leurs yeux comme la seule garantie de scientificité qui vaille. Ainsi, la revendication, curieuse pour nous mais classique au XIXe siècle, de la linguistique comme « science naturelle » trouve autant de répondants en sociologie, en économie, en géographie et jusque dans la critique d’art de Viollet-le-Duc. C’est pourquoi, si Théodule Ribot parle du psychologue comme d’« un naturaliste d’une certaine espèce13 », Marcel Mauss évoque encore en 1924 l’« histoire naturelle des sociétés », règne de la collectivité, comme un département nouveau des « sciences naturelles14 ».

31Semblables notations défient nos cloisonnements habituels. Elles ne disent pourtant qu’une seule chose : pour que des sociétés, des arts, des langages, accèdent au rang d’objets scientifiquement investis, il fallait admettre qu’on pût rationnellement traiter des faits humains comme de choses « naturelles ». C’està-dire admettre que l’homme est soumis aux lois de l’empirie. Aussi bien le naturalisme est-il de vieil héritage et précède de longtemps les ambitions totalisantes qu’on prête désormais à une biologie souveraine. Ce n’en est pas l’enjeu.

32Remarque importante. On considère parfois que les développements des sciences humaines possèdent spécifiquement la propriété de réactiver le passé. Cette opinion convenue n’est pas vérifiée par l’histoire. Le naturalisme d’autrefois n’anticipe en rien ce que nous entendons sous le même terme dans l’histoire récente. L’hypothèse rectrice d’un réductionnisme biologique, ancien puis réactualisé, ne résiste pas à l’examen. Le XIXe siècle ignore encore le grand partage des savoirs qui creusera pour nous l’écart séparant les faits culturels et les régulations de type organique. Il peut encore parler, sans amphibologie, d’une « histoire naturelle de la civilisation ».

33Ce patrimoine commun s’étend d’ailleurs à d’autres conceptualisations comme la théorie des climats au XVIIIe siècle, l’idée de développement puis d’évolution au XIXe siècle, le structuralisme ou le cognitivisme au XXe siècle, qui supposent des logiques d’analyse partagées. Parler ainsi d’uniformité, d’interfaces ou de schèmes très généraux n’implique pour l’historien aucun désir de totalisation abstraite. Simplement, les nombreuses études de détail qui ont été menées dans les vingt dernières années nous démontrent, comme une réalité de fait et d’idéal, que les sciences humaines, comme le disait Foucault, « s’entrecroisent » et qu’elles n’ont pas cessé d’échanger, dans la moyenne durée, leurs concepts, leurs techniques d’enregistrement et leur type d’englobant ou de paradigmes. Porosité des prétendues frontières ou synergie des intérêts, peu importe, les sciences humaines gardent une allure d’ensemble.

34Il existe d’ailleurs, d’hier à aujourd’hui, des domaines comme les sciences de l’éducation, la criminologie ou les sciences de l’information et de la communication qui, par leur complexité propre, ne sauraient faire l’objet d’aucun traitement historique disciplinaire, au sens banal du terme. Il existe aussi des thématiques très larges, comme l’orientalisme ou l’eugénisme au XIXe siècle, qu’on ne peut affecter à aucune science en particulier. Il se trouve enfin des auteurs importants comme Herbert Spencer, Alexander von Humboldt, ou même Franz Boas ou Jean Piaget, qui circulent entre toutes ces sciences et resteront à jamais inclassables selon nos divisions admises.

35Cette situation sera durable. Et c’est ici l’occasion de rappeler, à l’heure des « recherches sur programme » et du mot d’ordre d’« hybridité », que les sciences humaines ont d’expérience une longue familiarité avec ce qu’on nomme la « mutualisation des ressources ».

36Dans la moyenne durée, les sciences humaines fonctionnent sur un mode réticulaire. Elles présentent une sorte d’élan commun par les échanges conceptuels et les transferts de modèles. C’est en définitive la compréhension du monde intellectuel moderne qui est en jeu à travers la construction du sujet psychologique, la prévisibilité des actions humaines, l’invention du symbolique, de l’espace ou du temps des hommes. Il s’agit en vérité d’objectivations globales qui parlent toutes de l’homme. Elles se modifient historiquement. Mais elles nous renvoient toujours une image de soi et des autres.

  • 15 Foucault Michel, Dits et écrits 1954-1988, Defert Daniel, Ewald François (dir.), Paris, Gallimard, (...)

37Les hommes, disait Foucault en 1980, « n’ont jamais cessé de se construire eux-mêmes15 ». Les savoirs de l’homme participent eux-mêmes à cette activité de production de l’humain et à son incessante transformation. On peut donc supposer, à titre réflexif, que l’histoire des sciences, à son tour, propose une systématisation de ce thème que les ethnologues appellent l’anthropopoiésis, la fabrication de l’humain dans la culture.

Notes

1 Blanckaert Claude, « Une éthique de démonstration ? L’historien et les “usages de l’homme” », in Équinoxe. Revue de sciences humaines, n° 21 (« Penser les sciences humaines »), 1999, p. 9-31.

2 Stocking George W., Race, Culture and Evolution. Essays in the History of Anthropology, New York/Londres, The Free Press/Collier Macmillan Limited, 1968, p. 12.

3 Gusdorf Georges, De l’histoire des sciences à l’histoire de la pensée, Paris, Payot, 1966, p. 195.

4 Gusdorf Georges, Les Principes de la pensée au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1971, p. 212.

5 Lacan Jacques, « La science et la vérité », in Cahiers pour l’Analyse, n° 1, 1966, réimp. 1975, p. 11.

6 Foucault Michel, Les Mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, p. 359.

7 Althusser Louis, Philosophie et philosophie spontanée des savants (1967), Paris, Maspero, 1974, p. 47.

8 Je résume ici quelques arguments développés dans Blanckaert Claude, « L’histoire générale des sciences de l’homme. Principes et périodisation », in L’Histoire des sciences de l’homme. Trajectoire, enjeux et questions vives, Blanckaert Claude et al. (dir.), Paris, L’Harmattan, « Histoire des sciences humaines », 1999, p. 23-60.

9 Il a été publié sous forme ronéotée en deux volumes par l’imprimerie de l’université Paris X, s. d.

10 Entretien, « Les enjeux de l’épistémologie », in Sciences humaines, n° 24, janvier 1993, p. 34.

11 Smith Roger, « Pour l’histoire des sciences humaines. Perspective anglaise », in L’Histoire des sciences de l’homme. Trajectoire, enjeux et questions vives, op. cit., p. 79-105.

12 J’en ai retracé les motifs et les premières réalisations dans Blanckaert Claude, « La Société française pour l’histoire des sciences de l’homme. Bilan, enjeux et “questions vives” », in Genèses, n° 10, 1993, p. 124-135 ; et dans Blanckaert Claude, « L’histoire des sciences de l’homme, une culture au présent », in La Revue pour l’histoire du CNRS, n° 15, 2006, p. 44-47.

13 Ribot Théodule, « Préface », in Traité de psychologie, Dumas Georges (dir.), Paris, Félix Alcan, 1923, t. i, p. ix [ texte daté de 1914].

14 Mauss Marcel, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, « Quadrige », 1983, p. 284.

15 Foucault Michel, Dits et écrits 1954-1988, Defert Daniel, Ewald François (dir.), Paris, Gallimard, 1994, t. iv, p. 75.

Auteur

Centre Alexandre Koyré, Paris

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540