Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Approches transdisciplinaires

Ontologie et sciences sociales

Pierre Livet

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les sciences sociales ne se préoccupent pas souvent de leur ontologie, c’est-à-dire de savoir quelles sont les entités dont elles parlent et sur lesquelles portent leurs propositions. La plupart des sociologues supposent que ces entités sont elles-mêmes des constructions sociales. On pourrait alors se demander qui les construit. Mais même les individualistes méthodologiques ne supposent pas que ce soient les individus qui les construisent : ce sont seulement leurs interactions. S’ils sont individualistes « méthodologiques », c’est d’ailleurs parce qu’ils veulent éviter tout engagement ontologique.

  • 1 Van Orman Quine Willard, Relativité de l’ontologie et autres essais, 1977, réédition, Sandra Laugi (...)
  • 2 L’ontologie des substances et des accidents a du mal à rendre compte du temps sans invoquer des re (...)

2Ils pensent de plus pouvoir s’appuyer sur la relativité de l’ontologie rappelée par Quine1 : une ontologie fournit notre cadre de description et notre mode de découpage du réel, deux ontologies peuvent fournir des découpages différents des mêmes phénomènes, et il n’y a pas de moyen de les départager, puisque pour savoir si ce qui est dit est vrai il faut se situer à l’intérieur d’un cadre et d’un découpage, sans lequel nous ne savons pas relier les phénomènes et nos propositions. Ils oublient ce que cela implique : toute description exige de disposer d’une ontologie. On a imaginé des cas où nous ne savons pas trancher entre deux ontologies, mais cela s’est révélé difficile : Quine donne seulement l’exemple d’une ontologie des substances et des accidents, un lapin et ses différentes positions, et d’une ontologie des phases temporelles, les phases du lapin qui chacune présentent une qualité particulière, deux ontologies qui en fait semblent difficilement pouvoir rendre compte des mêmes phénomènes2. De fait, nous savons distinguer ces deux ontologies, et nous pouvons comparer leurs avantages et inconvénients.

3L’ontologie des individualistes interactionnistes implique des processus d’interaction, l’ontologie des constructivistes implique des processus de construction. Ces derniers diront que la question de savoir « qui construit » n’a pas de sens, mais comme on vient de le voir ce n’est pas la question soulevée par l’ontologie : les processus de construction n’ont pas besoin de sujet. Inversement, poser qu’il existe une sorte d’esprit collectif présupposé par toute construction est soit un truisme : tout processus de construction présuppose des flux et des réseaux d’autres processus ; soit un mystère, si cet esprit collectif n’est pas lui-même un ensemble de processus. Et cela ne nous dispense en rien de nous interroger sur la structure et le statut de tous ces processus, ce qui est une question d’ontologie.

4Le sociologue ennemi de l’ontologie peut se replier du constructivisme vers l’herméneutique, et poser que toute proposition sociologique est une interprétation, alors que, selon lui, l’ontologie impliquerait l’existence objective des entités visées. Là encore, on lui répondra qu’il y a des différences entre interprétations, et que si une interprétation ne se réduit pas systématiquement à une autre, c’est qu’elle présente dans ses opérations et processus quelques différences, si bien qu’on retrouve une ontologie des processus interprétatifs. Il est probable qu’on ne peut pas identifier directement ces processus, mais seulement apprécier leurs différences. Mais parler d’ontologie n’implique nullement un accès direct aux entités dont on parle.

5Pour éviter toutes ces confusions, cependant, il vaut mieux nous situer à distance de ces dualités entre entités sociales données et constructions sociales, entre individus posés comme entités de base et touts sociaux, entre objectivité et interprétation. Il vaut donc mieux envisager des ontologies qui nous évitent de nous focaliser sur ces dualités.

6Cependant, ces dualités proviennent de questions qu’il ne faut pas négliger, et qui tiennent à l’attention portée à la différence entre les objets dont on parle et l’opération d’en parler, ou le point de vue à partir duquel on en parle. On peut reprocher à un discours ontologique d’oublier ces différences, et de viser les seuls objets, sans se soucier du reste. On pourrait dire que l’ontologie oublie les questions épistémologiques. Mais notre approche de l’ontologie remonte encore un peu plus haut que cette dualité entre ontologie et épistémologie. En effet, il faut bien que ces « opérations » ou ces « points de vue » entrent eux aussi dans l’ontologie. Devons-nous alors tenter, quand nous faisons de l’ontologie, de prendre un point de vue surplombant ? Un premier pas en arrière ou une première prise de distance consistait à remonter de l’ontologie à l’épistémologie. Faut-il en faire un deuxième, en remontant en amont de l’épistémologie ? On ne voit pas comment cela serait possible. Nous pouvons en revanche accomplir la démarche contraire : reconnaître que notre approche épistémique comme notre ontologie ne prennent de sens qu’au sein de nos modes d’accès aux êtres, modes d’accès qui sont eux-mêmes des modes d’êtres. Notre thèse ontologique sera donc la suivante : nous ne pouvons accéder qu’aux êtres avec les propriétés desquels nos processus épistémiques et pratiques sont accordés. Cela ne fait pas de nous des anti-réalistes, qui réduiraient l’ontologie aux conditions d’accessibilité des entités, puisque d’une part ces « accords » et ces « accès » sont toujours aussi des entités ontologiques – par exemple des processus – et que d’autre part, nous ne prétendons pas que seules existent les entités avec lesquelles nos processus épistémiques et pratiques sont accordés : il en existe très probablement une multitude avec lesquelles nous n’avons pas ces articulations. Plus précisément, nos possibilités d’identification – sans parler des identifications effectives – ne portent que sur une partie très réduite des êtres.

  • 3 Critère qu’on rencontre par exemple dans la VIe Méditation métaphysique de Descartes : nous ne som (...)

7Mais comment distinguer le réalisme de l’anti-réalisme à l’intérieur de ce territoire qui est le nôtre, celui des êtres avec les propriétés desquels nos processus épistémiques et pratiques sont accordés ? En recourant au vieux critère3 de réalisme dans ces domaines : l’existence de contraintes. Quand nos interprétations ne peuvent pas se développer arbitrairement sans incohérence entre elles et sans conflits avec les pratiques qui se poursuivent, quand nos constructions ne peuvent se maintenir sans satisfaire certaines contraintes, alors nous pouvons penser toucher un sol plus résistant que celui de nos simples représentations. Ces contraintes sont indissociablement pratiques, épistémiques, et ontologiques. Elles ne se révèlent pas d’un seul coup : c’est seulement au cours de la mise en œuvre de nos processus pratiques et épistémiques qu’elles surgissent. Elles ne se révèlent que dans la dynamique de ceux de nos usages qui mettent à leur épreuve nos propres opérations. Pour être fidèle à ces contraintes, l’ontologie la plus adaptée semble celle de processus qui se contraignent – et parfois se facilitent – les uns les autres. Cela nous amène d’emblée à récuser la pertinence de certaines ontologies proposées pour identifier les entités sociales. Nous en citerons deux, l’ontologie implicite de la théorie de la décision, cœur de l’économie – avec la théorie de l’équilibre ; et l’ontologie des êtres sociaux proposée par Searle.

ONTOLOGIES A-SOCIALES OU A-PRAXIQUES

8Les économistes ne parlent pas souvent d’ontologie. Pourtant, la théorie de la décision comporte une ontologie à peine implicite, en ce sens qu’il est tout à fait aisé de la rendre explicite, même si les économistes ne soucient guère de le faire. Chaque individu est en fait représenté par ses préférences. Une préférence est une relation entre deux éléments : une conséquence du choix d’une action, une conséquence du choix d’une autre action. Une action, selon l’état du monde qui est effectivement réalisé au moment où elle intervient, a par ailleurs des conséquences qui diffèrent de celles qu’elle aurait eues si l’état du monde avait été un autre des états possibles. Nous assignons à chaque état du monde une probabilité. Une action est définie comme une fonction des différents états du monde possibles dans la liste de ses conséquences. Nous avons donc une ontologie faite essentiellement de relations : un état du monde est un système de relations entre éléments, une conséquence est une valeur relative à un individu, un individu est lui-même une liste – donc une relation d’ordre – entre ses préférences, lesquelles sont soumises à des contraintes relationnelles comme celle de la transitivité. Ces contraintes assurent une certaine cohérence entre les décisions successives et les différentes actions de l’agent qu’on dit rationnel.

9Une part du problème de cette ontologie est que les contraintes en question ne semblent pas satisfaites par les comportements des agents réels. Pourtant, quand on se demande quels faits expérimentaux permettent de mettre à l’épreuve de l’expérience les concepts de la théorie de la décision, et donc les processus épistémiques des économistes, on est bien ramené aux choix de ces agents. Le problème est surtout que les fonctionnements des agents – leurs capacités d’action – sont supposés donnés, mais sans qu’on s’interroge sur des contraintes autres que celle de revenu et celle de cohérence avec les axiomes de la théorie. Bref, on réduit les actions à des fonctions, qui n’impliquent en fait aucun processus particulier. Or les conditions de réalisation des processus sont fondamentales. Il s’agit donc d’une ontologie à la fois a-sociale (on ne fait pas de place aux différentes mises à l’épreuve qui tiennent aux attentes normatives des autres acteurs sociaux) et a-praxique (on ne se soucie pas des conditions d’opérativité des processus, réduits à des fonctions ; or les fonctions peuvent se réduire à des relations qui décrivent des rapports sans forcément les mettre en œuvre).

  • 4 Searle John R., La Construction de la réalité sociale, Claudine Tiercelin (trad.), Paris, Gallimar (...)

10Considérons maintenant une ontologie dédiée à la prise en compte de la spécificité d’êtres sociaux, celle de John Searle4. Sa formule centrale est la suivante : « Si dans le contexte C, nous tenons X pour un F, il a le statut d’entité sociale F. » Si dans un contexte où nous avons besoin de monnaie, nous tenons tel morceau de papier imprimé de symboles pour un billet de 10 euros, il a le statut social d’un billet de 10 euros. Cette formule ne nous est d’aucun secours tant que nous n’avons pas précisé quel est ce contexte, quels sont ces symboles, et qu’est ce que ce « nous ». Searle reconnaît que le contexte peut être d’arrière-plan, ce qui revient à dire qu’on l’utilise sans pouvoir l’expliciter. C’est sans doute un des traits des « contextes » qu’on ne puisse pas totalement les expliciter, mais à tout le moins on devrait pouvoir indiquer quelques contraintes qu’ils imposent. Le rôle des symboles est renvoyé lui-même à une convention collective de même type que celle qu’on vient d’évoquer. Or, là encore, il y a des contraintes sur le maniement des symboles, car tous les symboles ne permettent pas diffusion et communication.

11Enfin et surtout, la constitution du « nous » est supposée auto-référentielle : un membre du « nous » ne peut pas se définir lui-même en tant que membre sans faire référence dans ses activités à ce « nous », et le « nous » existe en raison de cette référence. Mais si c’était le cas, il suffirait de nous mettre d’accord à quelques-uns pour battre monnaie et nous aurions bien de la monnaie. Or même si nous nous considérons seulement une petite communauté, et une monnaie réduite à cette communauté, cet accord n’est ni nécessaire – si un des membres se désolidarise du « nous », la monnaie pourrait continuer à circuler – ni suffisant – si la monnaie est faite d’une manière qui se désagrège très rapidement, ou si elle n’est pas transportable, ou s’il est aisé de la falsifier – elle ne fonctionnera pas comme monnaie. Bref, la formule de Searle n’est pas fausse, quand l’objet en question fonctionne bien déjà dans son statut social. Mais elle présuppose alors le statut social au lieu de définir les entités ontologiques qui peuvent le supporter, parce qu’on n’a prêté aucune attention aux contraintes pratiques des processus sociaux. Ce sont les contraintes et les conditions de fonctionnement, d’opérativité des processus, dont la combinaison donne des entités sociales, qui doivent être analysées.

PROCESSUS ET VIRTUELS

  • 5 Husserl Edmund, Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps, 5e édition, Henri (...)

12Puisque notre thèse est que nous ne pouvons accéder qu’aux êtres avec les propriétés desquels nos processus épistémiques et pratiques sont accordés, nous devons partir des contraintes et du fonctionnement effectif de ces processus d’accès pour avoir une idée au moins indirecte des propriétés de ces êtres. Nous n’accédons à des êtres que dans une interaction qui définit l’actualité de notre articulation avec ces êtres. Or, dans le domaine social, nos interactions actuelles lancent des sortes de prolongements vers des êtres qui sont distants et dans l’espace et dans le temps, et qui sont donc passés ou futurs par rapport à notre accès actuel. Un processus de représentation qui n’existe, comme on dit, « que dans ma tête », est un prolongement qui a une actualité dans mon esprit, mais dont je ne peux garantir qu’il aura une articulation avec un processus futur. Ce prolongement est bien une « protension », comme le dit Husserl5, mais l’ancrage futur dans ce qui sera alors un actuel peut rester vide. Or, aucun être social ne peut présenter cette forme : tout être social doit avoir un ancrage actuel dans une autre actualité que celle de son premier ancrage. Pour parler de manière imagée, les êtres sociaux ont plusieurs pieds, plusieurs ancrages dans l’actuel. Par là, ils forment des sortes de ponts entre plusieurs actuels (d’autres activités d’autres esprits, d’autres lieux, d’autres temps).

13Nous appelons ces êtres qui ont plusieurs ancrages dans divers actuels des « virtuels ». Il en est ainsi des promesses, et des conventions chères à Searle, mais aussi des objets domestiques – qu’on utilise plusieurs fois – et des symboles – que d’autres peuvent déchiffrer. Au premier lancement d’un processus virtuel, ses actuels futurs ne sont évidemment pas encore présents, mais une condition nécessaire pour que ce soit un processus social est qu’il existe un actuel qui permette la mise à l’épreuve de la socialité de ce processus. Ainsi, l’on peut ne pas tenir sa promesse, mais la promesse reste alors un être social, car sa mise à l’épreuve aura bien eu lieu et l’aura transformée en promesse non tenue.

14Généralisons : les êtres sociaux sont des virtuels, qui peuvent avoir pour ancrages d’autres virtuels, et ceci en cascade, à condition que l’on puisse toujours retrouver des ancrages actuels. Une règle approximative est que plus on monte de degré en degré de virtualité, plus le nombre d’ancrages actuels et de mises à l’épreuve doit croître, mais ce n’est pas une règle absolue. Par ailleurs, nous n’avons pas que des empilements de virtualités, nous avons aussi des réseaux entre virtualités, toujours avec cette contrainte de pouvoir reprendre ancrage dans des actualités.

SUPERPOSITIONS

  • 6 Livet Pierre, Nef Frédéric, Les Êtres sociaux, Paris, Hermann, 2009.
  • 7 Ces membres du groupe et leurs relations constituent un réseau au sens de White Harrison C., Ident (...)

15Ces relations entre virtuels structurent nos sociétés, et elles le font en présentant une propriété ontologique intéressante, que nous avons nommée « substituabilité6 ». Les premières sociétés humaines en présentent un exemple parlant, et les formes de division sociale du travail poursuivent sur la lancée de cet exemple. Imaginons que certains membres d’une tribu restent au campement, en particulier les enfants en bas âge, qui sont évidemment les conditions de perpétuation du groupe. Pour assurer leur subsistance, d’autres membres du groupe doivent s’éloigner du campement, pour chasser ou pour cueillir. Quand ils sont partis, ceux qui sont restés au campement n’ont plus de contrôle direct sur eux7. En fonction des conditions de l’environnement, ces explorateurs pourront chasser, ou bien devront se rabattre sur la cueillette (ou devront se diviser pour aller les uns chasser, les autres cueillir, en fonction des ressources de deux environnements distincts, situation que nous n’avons pas indiquée dans notre schéma pour ne pas le compliquer). Ce sont les conditions d’environnement rencontrées qui décident de ce que va être l’activité, chasser ou cueillir. Il se peut d’ailleurs que ces activités soient dévolues à des membres différents du groupe (hommes chasseurs, femmes à la cueillette ?). Pour les membres restés au campement, peu importe qui fera quoi, pourvu que revienne de la nourriture. L’activité de chasseur est pour eux substituable à celle de cueillette et réciproquement. Ces deux activités ont pour eux les mêmes ancrages (départ du groupe pour des besoins de nourriture, et retour avec ou sans nourriture), alors même que chacun des ponts virtuels entre ces deux ancrages actuels dépend aussi de mises à l’épreuve intermédiaires différentes (gibier, fruits ou racines à récolter).

16À quoi tient l’unité du groupe ? À ce que les attentes de ceux qui sont restés au camp – et dont dépend la reproduction du groupe – s’articulent en réseau avec les activités des chasseurs et cueilleurs. Il est crucial pour cela que selon les conditions de l’environnement les cueilleurs puissent se substituer aux chasseurs et réciproquement, autrement dit, que les deux activités soient substituables. Comme de cette substituabilité dépend la survie et perpétuation du groupe, c’est en fait à elle que se réfère – implicitement ou explicitement – les membres du groupe quand ils se sentent former un groupe. Autrement dit, ce qui fait l’unité du groupe, c’est la possibilité de tenir ensemble les activités substituables dont la substituabilité est nécessaire à la survie du groupe. Or elles ne peuvent avoir lieu avec les mêmes personnes et dans les mêmes conditions. Les « tenir ensemble », c’est donc les « superposer », presque au sens que cela prend en mécanique quantique, où l’on représente un système de particules par une superposition d’états dans lesquelles chaque particule peut avoir une valeur donnée, différente pour chaque état. Ici aussi, nous devons représenter le groupe par la superposition d’activités différentes. Cette superposition ne peut pas être actuelle, puisque à aucun moment les mêmes personnes ne peuvent accomplir en même temps les deux activités substituables entre elles. Elle est donc virtuelle, tout comme celle de la mécanique quantique – puisqu’une particule, par exemple, ne peut avoir à la fois dans une mesure actuelle son spin dirigé et en haut et en bas.

  • 8 Searle John R., La Construction de la réalité sociale, op. cit. ; Gilbert Margaret, Marcher ensemb (...)

17Plutôt que de penser que les êtres sociaux sont des touts ou des unités holistiques, il semble préférable de poser qu’ils sont constitués de telles superpositions virtuelles de processus, processus qui devront pouvoir s’actualiser quand les circonstances l’exigeront, sinon le groupe social disparaîtrait. L’intérêt de cette approche est de ne pas avoir besoin d’identifier un être unique, un « nous » pour tout collectif qui forme groupe, contrainte que Searle ou Gilbert8 s’imposent inutilement, car la définition de l’extension de ce « nous » est toujours sujette à caution, des personnes pouvant en remplacer d’autres dans le groupe. On voit au contraire, sur notre exemple, qu’il est essentiel qu’on ne puisse pas, du point de vue de ceux qui sont restés au camp, identifier qui chasse actuellement ou qui cueille actuellement, puisque cette flexibilité ou substituabilité est essentielle aux capacités adaptatives qui font la survie du groupe [voir figure 1, ci-contre].

18Dans une société plus complexe qui comporte des cultivateurs, avec une division du travail plus avancée qui permet le stockage de biens, leur troc local puis leur échange à distance avec d’autres groupes, on va observer des emboîtements de substituabilités.

19Ainsi quand on cultive, on peut récolter ou consommer sur place, et sur cette substituabilité s’y édifie une autre, celle qui permet soit de (récolter ou consommer) soit de stocker ; ces substituabilités emboîtées seront elles-mêmes emboîtées dans celle du troc, qui sera emboîtée dans celle de l’échange commercial à distance. Si la production de base ne permet plus assez de stocks pour pouvoir commercer, les niveaux supérieurs d’emboîtement vont s’écrouler, et avec eux les formes de société qui les exigeaient, et qui se définissaient par la superposition correspondant à ces emboîtements de substituabilités. Dans un échange à distance, le destinateur n’est pas assuré que l’intermédiaire va bien transmettre l’intégralité des marchandises au destinataire. Il semble qu’un des rôles de l’écriture ou des symboles ait été d’assurer ce contrôle (en supposant que les destinataire et destinateur connaissaient le sens des symboles, au contraire de l’intermédiaire). Ce n’est sûrement pas la seule origine de l’écriture. Mais ce cas de figure met bien en évidence qu’un symbole n’est pas mis pour un objet : il est substitué à une substituabilité qui peut être complexe – ici il permet de substituer à la substituabilité entre troc directement contrôlé et échange à distance non contrôlé, un échange à distance contrôlé.

Les substituables

Les substituables

Figure 1. Substituabilités : le carré bleu indique la superposition des deux activités (chasser en traits rompus, et cueillir en pointillés). Les membres i, e et m restent au camp. S1 est la situation avec gibier, S2 avec possibilité de cueillette. Les substituables sont présents tous ensembles comme virtuels.

Figure 2. Cascades de substitualités

20Or nous utilisons les symboles, dans ce cas, précisément parce que nous ne pouvons remplacer le contrôle direct par une autre activité qui assure un contrôle direct – on le voit bien au fait qu’il faille que le destinataire et les destinateurs connaissent le sens des symboles, et que l’intermédiaire ne le connaisse pas, ce qui ne pourrait avoir lieu dans un contrôle direct. Autrement dit les symboles sont des substituts pour des activités pour lesquelles il n’existe pas d’activité directe qui soit substitut [voir figure 2, ci-contre].

21Généralisons : les symboles qui sont les représentations publiques – accessibles à tous – d’un groupe social, d’une institution, d’une société, désignent des superpositions de substituabilités qui ne sont pas actualisables. Alors que de proche en proche, en descendant les emboîtements des substituabilités, on peut reprendre plusieurs pieds dans l’actuel, cela devient impossible pour les symboles de superpositions, auquel ne correspond que du virtuel inactualisable. Mais c’est là une contrainte constitutive, sinon des représentations sociales en général, du moins des représentations du social en tant que tel.

CONCLUSION : IDENTIFICATION ET INDISCERNABLES

  • 9 Leibniz G. W., Discours de Métaphysique, suivi de Monadologie et autres essais, Fichant Michel (di (...)

22En conclusion, signalons que ce statut ontologique des êtres sociaux pris en tant que tels (puisque représentés en tant que tels) peut présenter une nouveauté ontologique par rapport à l’idée communément admise que tout être est en même temps « un » être. Non pas au sens où il formerait une unité organique – ce que sont supposés former les êtres vivants, non les agrégats – mais au sens où il a des propriétés qui permettent de l’identifier, par exemple, comme tel agrégat, fût-ce pour devoir admettre qu’il est fait de parties qui sont elles-mêmes des agrégats, et ceci à l’infini, comme le fait Leibniz9. Cela suppose que tout être dispose de propriétés qui permettent de le distinguer. Or les êtres sociaux pris en tant que tels, comme superpositions, ont précisément pour propriété de n’être pas aussi distinguables que les êtres que sont les objets ou les organismes. Car appréhender les êtres sociaux comme superpositions, cela revient, rappelons-le, à tenir ensemble des modes d’être qui ne sont pas actualisables ensemble. Autrement dit, la constitution des êtres sociaux en tant que tels (les groupes, les institutions, les sociétés) exige de recharger leur être en indiscernabilité. Nos perceptions et actions s’appuient sur les propriétés de séparabilité qui nous permettent d’identifier des êtres comme « uns », ne serait-ce qu’au sens faible. Mais les fonctionnements des processus sociaux, en superposant des substituabilités, nous amènent à la constitution d’êtres moins discernables que les objets usuels de notre entourage.

Notes

1 Van Orman Quine Willard, Relativité de l’ontologie et autres essais, 1977, réédition, Sandra Laugier (préf.), Jean Largeault (trad.), Paris, Aubier, « Philosophie », 2008.

2 L’ontologie des substances et des accidents a du mal à rendre compte du temps sans invoquer des relations spécifiques, les relations « temporelles », et l’ontologie des phases a du mal à rendre compte d’éléments qui restent les mêmes tout en endurant des changements temporels.

3 Critère qu’on rencontre par exemple dans la VIe Méditation métaphysique de Descartes : nous ne sommes pas certains que le monde extérieur est tel que nous le percevons, mais il nous résiste, ce qui montre sa réalité – moyennant un Dieu non trompeur.

4 Searle John R., La Construction de la réalité sociale, Claudine Tiercelin (trad.), Paris, Gallimard, « NRF », 1998 (titre original : The Construction of Social Reality).

5 Husserl Edmund, Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps, 5e édition, Henri Dussort (trad.), Paris, PUF, « Épiméthée », 1996.

6 Livet Pierre, Nef Frédéric, Les Êtres sociaux, Paris, Hermann, 2009.

7 Ces membres du groupe et leurs relations constituent un réseau au sens de White Harrison C., Identity and Control, How social formations emerge (second edition) ; trad. fr. révisée : Identité et contrôle, une théorie de l’émergence des formations sociales, Grossetti Michel, Godart Frédéric (trad. et dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, « EHESS translations », 2011.

8 Searle John R., La Construction de la réalité sociale, op. cit. ; Gilbert Margaret, Marcher ensemble, essais sur les fondements des phénomènes collectifs, Alain Bouvier (trad.), Paris, PUF, 2003.

9 Leibniz G. W., Discours de Métaphysique, suivi de Monadologie et autres essais, Fichant Michel (dir.), Paris, Gallimard, « Folio. Essais », 2004.

Table des illustrations

Titre Les substituables
Légende Figure 1. Substituabilités : le carré bleu indique la superposition des deux activités (chasser en traits rompus, et cueillir en pointillés). Les membres i, e et m restent au camp. S1 est la situation avec gibier, S2 avec possibilité de cueillette. Les substituables sont présents tous ensembles comme virtuels.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Légende Figure 2. Cascades de substitualités
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2844/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540