Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Perspectives académiques d’aujourd’hui

Histoire et histoires : par-delà les nations, comparaisons et frontières

Christophe Charle

Texte intégral

1L’histoire en tant que science humaine et sociale a toujours été partagée entre plusieurs options qui ont créé des traditions historiographiques de plus en plus divergentes. La première est son ancrage dans des espaces et des périodes bien délimités dans un souci de mener des enquêtes exhaustives, collant au plus près des sources et des problématiques des différentes aires culturelles. Une large partie des découpages des postes universitaires, des classements de la production, des revues spécialisées obéit à cet impératif et est fortement soutenue par la demande sociale ou les impératifs mémoriels proposés par les États nations. La seconde, fort ancienne également, puisqu’on peut lui trouver comme précurseurs illustres, Voltaire (Essai sur les mours), Montesquieu (L’Esprit des lois) ou Guizot (Histoire de la civilisation en Europe), avant que « l’École des Annales » ne la reprenne à son compte, vise, au contraire, à traverser les frontières temporelles et géographiques et à poser les fondements d’une sociologique historique, d’une économie historique, voire d’une histoire comparée ou transversale des cultures.

2Selon les conjonctures historiographiques, la tension ou l’équilibre entre ces deux options est plus ou moins visible ou gérable. Les quarante dernières années ont vu ce conflit renaître et les deux options ont même parfois été successivement défendues par les mêmes historiens. Au sein de la deuxième option, qui renaît depuis une quinzaine d’années, une nouvelle approche conteste l’ancienne perspective comparatiste au nom de nouveaux paradigmes comme l’histoire transnationale, l’histoire globale, ou encore croisée. Elle ajoute ainsi un conflit subsidiaire au sein d’un pôle historiographique déjà structurellement dominé dans l’espace universitaire comme dans l’espace public. Celui-ci se heurte en outre aux politiques de recherche de plus en plus interventionnistes qui entendent dicter leurs priorités (le plus souvent présentistes et nationales) à l’agenda des chercheurs s’efforçant encore de sortir des sentiers battus.

3Ce tableau brossé à grands traits demande évidemment à être précisé et nuancé. Ce sera l’objet de la première partie. Il faudra s’interroger ensuite sur les raisons qui poussent les tenants des propositions historiographiques qui tâchent d’échapper à l’enfermement national à déployer plus d’énergie à s’affronter autour de différentes options plutôt qu’à s’unir contre la tradition nationale qui, de ce fait, loin de reculer a finalement reconquis une aura nouvelle dans le contexte contemporain de la guerre des mémoires et des identités ou de la médiatisation patrimoniale. Les logiques de distinction introduites par les nouvelles terminologies produisent plus d’effets négatifs que positifs dans la mesure où elles instaurent un ésotérisme croissant au sein d’un type d’histoire non conventionnelle. Comme on essaiera de le défendre pour finir, c’est plutôt la combinaison des approches non conventionnelles qui peut fournir une alternative crédible aux manières de faire dominante.

Histoire nationale et histoire comparée

  • 1 L’Histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Bédarida François (dir.), Paris, Éditions (...)
  • 2 Les Historiens français à l’œuvre, Sirinelli Jean-François, Cauchy Pascal, Gauvard Claude (dir.), P (...)
  • 3 Voir Cooper Frederick, Le Colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, (...)
  • 4 Les Historiens français à l’œuvre, op. cit., p. 287-300.
  • 5 On dénombre 37 historiens et 3 historiennes en 1995, 4 historiennes et 19 historiens en 2010.

4À lire de récents bilans, en se limitant à la période que je connais le moins mal, l’histoire contemporaine soit les XIXe, XXe et XXIe siècles, on est frappé du contraste entre l’autosatisfaction des tenants autorisés de la discipline, chargés de ces mises en ordre, et finalement de la maigreur des nouvelles perspectives de ces branches dominantes comparée aux bilans plus anciens. En 1995, à l’occasion du Congrès international des sciences historiques qui devait avoir lieu à Montréal en août, François Bédarida, à l’époque secrétaire général du Comité international des sciences historiques, avait dirigé un ouvrage où il avait proposé à un ensemble d’historiens de sensibilités et de spécialité différentes de dresser un bilan d’ensemble de la discipline couvrant la période de 50 ans depuis la guerre1. En janvier dernier, le président du comité français des sciences historiques, JeançoisFrançois Sirinelli a organisé un colloque à l’occasion du Congrès des sciences historiques d’Amsterdam d’août 2010, qui renouvelle la même opération pour les quinze années suivantes2. Bien que l’on retrouve dans les tables des matières des deux livres bilans trois signatures communes, celles de Roger Chartier, Jean-Paul Demoule et Jean-François Sirinelli, ce qui frappe c’est à la fois le changement de génération, la légère féminisation des auteurs mais paradoxalement aussi la moindre ambition des thèmes abordés et des perspectives ouvertes. L’ouvrage de 1995 comportait une section entière sur la méthodologie historique et les sciences sociales, avec des contributions sur la philosophie et l’histoire due à Roger Chartier, sur l’anthropologie historique d’André Burguière, sur l’approche régionale de Michel Denis et sur l’internationalisation de la recherche et de l’écriture de l’histoire par Maurice Aymard. Une section entière était consacrée à la situation de l’histoire dans la société avec quatre contributions, et une autre à la logistique de la recherche en quatre chapitres également. Enfin une sixième partie demandait à des historiens d’autres pays (Russie, Grande-Bretagne, Allemagne, Inde et Italie) d’apprécier l’historiographie française. En 2010, l’enfermement autoréférentiel a en revanche largement prévalu. Mais la véritable déception provient surtout de la comparaison des deux parties homologues, l’une qui reprend les périodes canoniques (Antiquité, Moyen Âge, époque moderne, époque contemporaine), l’autre les thématiques transversales. L’histoire sociale analysée par Arlette Farge en 1995 a disparu corps et biens. L’histoire économique, évoquée alors par Alain Plessis, est désignée indirectement sous l’étiquette « Production, consommation, échange » par le médiéviste Mathieu Arnoux. La démographie historique qui bénéficiait encore d’une certaine aura il y a quinze ans ne figure plus comme branche de l’histoire. L’histoire militaire, traitée par le médiéviste Philippe Contamine, a laissé la place à un chapitre plus restreint sur la violence, confié à Stéphane Audoin-Rouzeau. Cinq découpages seulement restent intouchés entre les deux bilans : l’histoire politique (avec deux contributions), l’histoire religieuse, l’histoire des relations internationales, l’histoire culturelle et l’histoire des sciences et des techniques. L’histoire coloniale, pourtant en plein renouveau à travers l’histoire impériale et l’histoire post-coloniale3, est oubliée au profit d’un bref regard sur les historiens français et les mondialisations, rédigé de manière assez polémique par Olivier Pétré-Grenouilleau4. La seule innovation de l’historiographie qui manquait cruellement dans le bilan de 1995, l’histoire du genre, a droit à un chapitre confié à Christine Bard, ce qui conforte la part plus importante des femmes déjà notée dans la répartition plus équitable des rédacteurs entre les deux sexes5.

  • 6 Poirier Philippe, « L’histoire contemporaine », in Les Historiens français à l’œuvre, op. cit., p. (...)

5Au-delà de cette comptabilité un peu réductrice, il apparaît que l’historiographie française, telle que les instances représentatives la présentent à l’échelle internationale, n’a guère bougé dans ces cadres thématiques ou, quand elle l’a fait, c’est sur les marges, de manière plutôt défensive ou en s’inspirant de courants étrangers. Stéphane Audoin-Rouzeau comme Christine Bard soulignent toute l’influence et l’attraction exercées par les recherches anglophones sur leurs deux thématiques nouvelles, la violence et le genre. Les fondamentaux de la discipline liés à l’histoire nationale, eux servent de môles fixes, et fournissent le gros des thèses, des manuels et des programmes d’enseignement à tous les niveaux : la politique, la religion, la culture, les rapports entre les États. Le dialogue avec les autres sciences sociales (la disparition de l’histoire sociale est significative), l’approche comparative (très rapidement mentionnée dans le chapitre sur l’histoire contemporaine6), l’anthropologie ou la réflexion sur la temporalité sont relégués sur les marges dans ce bilan comme dans la réalité des travaux tels que les recensent les bibliographies.

  • 7 Soulié Charles, « Des déterminants sociaux des pratiques scientifiques : étude des sujets de recher (...)
  • 8 Charle Christophe, « La recherche en sciences sociales pour un bilan critique », in Quel avenir pou (...)

6Cette première vue d’ensemble qui concerne pour l’essentiel les générations les plus anciennes d’historiens et d’historiennes est confirmée par d’autres indicateurs plus généraux permettant d’intégrer des populations plus larges de chercheurs en sciences historiques ou des types de travaux plus divers. L’étude des thématiques de recherche en sciences sociales réalisée par Charles Soulié à partir des thèses soutenues en 1993 et 1994 indique que, de toutes les sciences sociales, l’histoire est la plus gallocentrique (47,3 % des thèses consacrées à tout ou partie de la France contre 38,9 % pour l’ensemble des disciplines observées) et la plus européocentrique (24 % contre 15,3 %)7. L’étude que j’avais effectuée à partir des répertoires des chercheurs en histoire moderne et contemporaine pour les années 1980 et 1990, comme des données d’autre origine confirment la stabilité de ces orientations malgré le discours rituel sur l’internationalisation de la recherche, la politique (aujourd’hui en difficulté pour des raisons budgétaires) d’encouragement des centres de recherche à l’étranger ou des séjours sur le terrain hors de France. En 1985, plus de la moitié des 102 chercheurs relevant de la commission d’histoire moderne et contemporaine du CNRS, théoriquement les mieux placés pour sortir des sentiers battus, se consacraient à l’histoire de France ; dans les répertoires des historiens de l’époque moderne et contemporaine en 1982, en 1991 et en 2000 les proportions sont peu différentes et différents rapports soulignent la faiblesse des travaux sur les aires extra-européennes8.

7Dans ces conditions on comprend pourquoi tous les bilans historiographiques sur la France déplorent rituellement le manque d’ouverture sur les approches qui cherchent à s’affranchir des découpages traditionnels ou à proposer des méthodes transversales par rapport aux objets canoniques de l’historiographie dominante. En mars 1988, la rédaction des Annales appelant à un tournant critique notait dans son éditorial :

  • 9 « Un tournant critique ? », in Annales ESC, n° 2, mars-avril 1988, p. 292.

Comment établir les conditions d’ajustement et de confrontation des résultats, et plus fondamentalement développer un comparatisme dont l’exigence n’a cessé d’être proclamée, mais dont la mise en œuvre demeure l’exception9 ?

  • 10 Haupt Heinz-Gerhard, « La lente émergence d’une histoire comparée », in Passés recomposés, Boutier (...)

8Or le numéro de novembre-décembre 1989 qui répondait à l’appel ne comportait curieusement aucune contribution sur cette approche comparée. De même, l’ouvrage collectif Passés recomposés, dirigé par Jean Boutier et Dominique Julia, publié en janvier 1995, ne trouva nul historien français pour réfléchir sur l’histoire comparée ou non nationale et confia cette tâche à l’historien social allemand Heinz-Gerhard Haupt dont le bilan soulignait la rareté de cette pratique historienne en France et sa limitation à des procédures standardisées (comparaisons nationales, modèles ou échelles de comparaison tirées de sciences sociales comme la démographie, l’économie, la sociologie, la science politique, orientation vers des couples binaires simplificateurs) alors même qu’en Allemagne de grands chantiers comparatistes étaient lancés à l’époque par ce qu’il est convenu d’appeler « l’école de Bielefeld ». Ces modes de comparaison, alors dominants, ont nourri de longue date les critiques des historiens hostiles à cette approche parce qu’ils les estiment réducteurs et simplificateurs. On retrouve ici l’attitude de Charles Seignobos refusant le dialogue en 1903 avec le sociologue François Simiand pour des raisons analogues ou celle de Lucien Febvre déplorant en 1922 la perte du plus significatif qu’implique cette démarche pour l’historien10.

  • 11 Barbier Frédéric, Livre, économie et société en Allemagne et en France au XIXe siècle, thèse d’État (...)
  • 12 Espagne Michel, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », in Genèses, n° 17, sept (...)

9À peine ce plaidoyer allemand pour l’histoire comparée étaitil publié et malgré la production d’un certain nombre de thèses ou de recherches de fond pratiquant la méthode à partir d’une comparaison avec la France (travaux de Frédéric Barbier, Laura Lee Downs, Nancy L. Green, Joël Michel, Gérard Noiriel, Jean-Louis Robert, Anne-Marie Thiesse ou de l’auteur de ces lignes11), une critique générale était lancée non plus par les historiens mais par les spécialistes des transferts culturels, Michel Espagne et Michael Werner. Michel Espagne en particulier, dans un article de la revue Genèses, publié en septembre 1994, soulignait certaines faiblesses du comparatisme en histoire sociale et culturelle : renforcement des oppositions binaires, piège du cadre national, construction d’une grille d’interprétation arbitraire et abstraite ou à partir du point de vue privilégié de l’observateur12. En regard, il plaidait pour qu’on privilégie l’analyse des transferts culturels plus fructueuse et éclairante, selon lui, pour comprendre les relations entre les sociétés et les cultures voisines. Ses critiques, souvent justes, s’adressaient en réalité plutôt aux historiens allemands, souvent très influencés par une certaine sociologie américaine de la modernisation et adeptes, à l’instar de Charles Tilly ou Theda Skocpol, des comparaisons à grande échelle et peu attentifs, à l’époque, à l’imbrication des phénomènes sociaux et culturels. Dernier travers qu’on ne saurait reprocher à l’historiographie française qui n’a cessé, depuis les années 1990, d’accentuer son tournant culturaliste à la suite des travaux de Maurice Agulhon, Roger Chartier, Alain Corbin ou Daniel Roche.

  • 13 Charle Christophe, « Intellectuels, Bildungsbürgertum et professions au XIXe siècle. Essai de bilan (...)
  • 14 On trouve une recension en anglais par Lorenz Chris dans l’International Review of Social History, (...)
  • 15 Kaelble Hartmut, Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert, Francfort/ (...)

10Outre la réponse que je lui ai adressée dans un article de mars 1995 d’Actes de la recherche en sciences sociales13, à propos de l’histoire comparée des intellectuels et des professions, il faut insister sur l’apport du petit traité de défense et illustration de la méthode comparative d’Hartmut Kaelble, der historische Vergleich, mais malheureusement non traduit en français et donc non intégré dans le débat hexagonal14. Cette élégante synthèse prend largement en compte les objections de Michel Espagne, et démontre, en mobilisant de très nombreux exemples relevant de branches très diverses de l’histoire ou d’historiographies de différents pays, toute la richesse de la bibliothèque comparative en histoire contemporaine. Il met en valeur les multiples modalités de la comparaison historique, la nécessité de la combiner avec l’analyse des interrelations et des transferts, l’importance du choix des découpages, de l’analyse comparative des sources et de leur construction comme préalable à toute interprétation, l’inclusion dans le questionnaire des représentations réciproques des acteurs des diverses sociétés et cultures, ou encore la nécessaire variation des échelles d’analyse15.

  • 16 Tamagne Florence, Histoire de l’homosexualité en Europe (Berlin, Londres, Paris, 1919-1939), Paris, (...)
  • 17 Jarrige François, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industri (...)
  • 18 Primi Alice, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, Renn (...)
  • 19 Boudrot Pierre, L’Écrivain éponyme, histoire sociale et culturelle des clubs et sociétés prenant no (...)
  • 20 Agnès Benoît, L’Appel au pouvoir, le pétitionnement auprès des Chambres législatives et électives e (...)

11Malgré cette progression de la réflexion et l’émergence d’une bibliographie française, souvent fondée sur des coopérations biou multilatérale avec les historiens européens ou américains, l’impression contemporaine demeure que les formes alternatives d’histoire qui tentent d’échapper aux découpages traditionnels ou dominants restent mal aimées, controversées ou peu légitimes. Très rares sont les thèses nouveau régime qui, en France, se risquent à une approche comparative ou transnationale. On peut citer sans doute les livres de Florence Tamagne sur l’homosexualité en France, en Grande-Bretagne et en Allemagne16, de François Jarrige sur les briseurs de machines en France, en Angleterre et en Belgique17, d’Alice Primi sur les mouvements féministes en France et en Allemagne18 ou encore les thèses encore inédites de Pierre Boudrot sur les cultes rendus aux écrivains en Europe19, ou de Benoit Agnès sur les pétitions en France et en Angleterre20. Les contraintes croissantes exercées sur les doctorants (limitation de plus en plus forte de la durée des préparations de thèse imposées par les écoles doctorales, diminution du nombre des allocations, charges d’enseignement croissantes dans l’enseignement supérieur comme dans l’enseignement secondaire, raréfaction des postes ouverts au CNRS, réduction des possibilités de postes ou bourses à l’étranger, etc.), les intitulés conformistes de poste à la sortie, et le localisme croissant des carrières ne poussent guère à l’innovation. S’y ajoute la crise de l’édition historique, prompte à enfourcher les découpages qui choquent le moins pour essayer de « vendre » à un public plus large qui préfère les visions nationales ou locales. Tout milite donc, malgré l’intérêt des nouvelles générations pour une vision moins étriquée de l’histoire que celle de leurs aînés, pour décourager les esprits curieux de pratiquer la méthode comparative ou une approche non nationale ou non locale de l’histoire. Il y a fort à parier que les conclusions d’une enquête sur les thèses récentes seraient peu différentes de celles citées pour les années 1993-1994. Mais à ces obstacles structurels et institutionnels plus qu’intellectuels propres au champ historiographique s’ajoutent depuis quelques années un nouveau débat, que l’on peut appeler la « guerre des étiquettes » et que nous allons examiner à présent.

La guerre des étiquettes

  • 21 Gruzinsky Serge, Les Quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de la (...)
  • 22 Directeur de l’Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009.

12Au cours des années 2000, les critiques traditionnelles ou nouvelles contre les approches de type comparatiste ont fait place à un nouveau débat autour de nouvelles approches, le plus souvent pratiquées dans le monde anglophone ou dans la partie de l’historiographie germanophone très influencée par les modes venues d’Outre-Atlantique. C’est en histoire contemporaine que le décalage est le plus flagrant entre les historiographies. L’histoire médiévale et l’histoire moderne dont les pères fondateurs revendiqués (Marc Bloch et Fernand Braudel) avaient été à la pointe de ces visions larges de l’enquête historique, comptent des représentants français à l’écoute de ces courants transnationaux (histoire globale, histoire mondiale, histoire croisée, histoire mêlée ou métissée). On peut citer ici les noms de Serge Gruzinski21 ou de Patrick Boucheron22. Les contemporanéistes français brillent en revanche par leur absence quand on parcourt les sommaires des revues ou les recensions qui tentent des bilans de ces travaux. En janvier 2001, le numéro des Annales « Une histoire à l’échelle globale », comportait trois articles émanant tous de spécialistes des époques anciennes : Sanjay Subrahmanyam, Serge Gruzinski et R. Bin Wong. L’année suivante, le n o de janvier 2002 « l’exercice de la comparaison », édité par Lucette Valensi, plaidait pour une coopération non plus avec les sociologues mais avec les anthropologues, pour la comparaison à distance, pour une expérimentation de nouvelles manières de faire à partir des frontières, des limites incertaines et des interactions ou des échanges entre groupes et cultures, pour le refus de l’essentialisme et des typologies figées, soit, d’une certaine manière, le programme de l’histoire « connectée » et « partagée » ou celui de l’histoire des transferts, mais appliqué en priorité aux sociétés orientales ou méditerranéennes où coexistent des groupes hétérogènes linguistiquement ou religieusement.

  • 23 Douki Caroline, Minard Philippe, « Histoire globale, histoires connectées, un changement d’échelle (...)

13Cinq ans plus tard, la Société d’histoire moderne essayait à son tour de sensibiliser la communauté ordinaire des historiens français à ces travaux venus d’ailleurs ou qui n’étaient pris en charge que par les spécialistes d’aires culturelles beaucoup plus internationalisés dans leurs pratiques et leurs lectures que les historiens et historiennes axés sur l’espace national. Là encore, les intervenants à la journée se recrutaient toujours dans les mêmes spécialités lointaines par rapport au centre de gravité de la discipline : Giorgio Riello, dix-huitiémiste de l’université de Warwick, de nouveau Sanjay Subrahmanyam (UCLA) spécialiste des empires du monde indien, déjà rencontré dans le numéro cité des Annales, Jean-Paul Zuniga tenant de l’histoire atlantique à l’EHESS, Romain Bertrand, chercheur au CERI, spécialiste de l’Indonésie et des rencontres euro-asiatiques. Philippe Minard et Caroline Douki, les éditeurs du bulletin qui résumait cette rencontre, soulignaient le retard français sur ces approches23 : le premier numéro du Journal of World History datait de 1990, la World History Association de 1982 (1 400 adhérents en 2002). Loin de se limiter aux universités américaines, cette nouvelle forme d’histoire touche depuis un certain temps déjà le Royaume-Uni avec le Journal of Global History publié par Cambridge University Press, l’Allemagne avec la revue Comparativ, Zeitschrift für Globalgeschichte und vergleichenden Gesellschaftsforschung, fondée à Leipzig en 1991 avec le sous-titre emprunté à Karl Lamprecht de Leipziger Beiträge zur Universalgeschichte et dont la maquette et le titre se sont élargis à partir de 2007 pour englober ces nouvelles approches. L’historiographie française apparaît donc bien isolée avec ces modestes numéros spéciaux et ses rares spécialistes dans des institutions spécialisées alors les espaces anglophones et germanophones disposent de réseaux de recherche, de centres et de revues dédiés qui sont liés à ces pôles.

  • 24 Le Travail et la nation. Histoire croisée de la France et de l’Allemagne, Didry Claude, Wagner Pete (...)
  • 25 Le Genre humain, n° 42, 2004 avec des contributions de Conrad Sebastian, Raj Kapil, Lebeau Christin (...)

14À ces nouvelles titulatures venues de l’ouest ou de l’est, s’est ajoutée, dans les mêmes années, une variante autochtone dénommée histoire croisée, proposée par un ancien spécialiste de l’histoire des transferts, Michael Werner, et une spécialiste de l’histoire du travail en Allemagne, Bénédicte Zimmermann24. Après un article programmatique dans le n o de janvier 2003 des Annales, ils ont rassemblé une série de contributions intitulées « De la comparaison à l’histoire croisée » dans un numéro spécial de la revue Le Genre humain25. Si l’on peut souscrire à la partie critique de leur démonstration (qui reprend d’ailleurs des thèmes déjà évoqués plus haut par Michel Espagne ou par les tenants de l’histoire connectée ou transnationale à l’encontre du comparatisme), leurs propositions concrètes englobées sous la notion de croisement reviennent à mettre l’accent sur la nécessaire variation des points de vue, des échelles, des sources et à l’exercice d’une réflexivité critique à l’égard des grilles, des concepts, des espaces et des temporalités englobés qui devraient faire partie du vademecum ordinaire de tout historien actuel, comparatiste ou non qui a lu Norbert Elias, Reinhart Koselleck ou Pierre Bourdieu. Les études de cas regroupés après ce programme, qui s’abritent sous les rubriques ronflantes de « nouveaux objets », « épistémologie en action » et « réflexivité appliquée », sont des monographies des plus classiques, menées selon les règles de la méthode historique, consacrées par exemple, aux transformations de l’histoire et de la conscience historique au Japon au contact de l’historiographie européenne, aux interactions entre savants et apports locaux dans la constitution d’une cartographie de l’Inde, à la mise en place d’un espace de circulation des projets administratifs au sein de l’Europe des lumières, etc. Cet ensemble apparaît finalement comme une variante plus sophistiquée de l’histoire des transferts mais qui restreint plutôt ses ambitions par rapport à ce que peut être un comparatisme interprétatif ou à une histoire transnationale, dans la mesure où les procédures de validation reposent sur les sources écrites les plus traditionnelles de l’histoire des savoirs, de l’histoire des pratiques politiques ou administratives ou de l’histoire des disciplines. L’histoire en tant que discipline ne pourrait-elle pas avoir des ambitions plus vastes que cet enfermement intellectualiste et spéculaire sur ces petits mondes savants et ne pas renoncer aux formalisations quantifiées ou non ?

15Si l’on dresse le bilan de ces débats, on constate au total un double contraste. En premier lieu, le raffinement des étiquettes et des propositions de méthode accroît la rupture entre l’historiographie française modale, indifférente à ces questions qui n’intéressent pour l’essentiel que des spécialistes des espaces non français et des chercheurs situés presque tous hors université et donc sans grand pouvoir d’influence sur des publics étudiants ou de futurs chercheurs. En second lieu, car le point précédent n’a rien de nouveau, comme je l’ai déjà expliqué dans la première partie de cet exposé, ces guerres internes ou ces débats autour des titulatures contribuent à l’affaiblissement plus qu’au renforcement des propositions des historiens qui cherchent à sortir de l’histoire à dominante nationale ou locale. Quand on creuse un peu les points de divergence réels, on s’aperçoit qu’ils portent sur des différences d’accent, des terrains d’enquête spécifiques qui suggèrent des problématiques divergentes du fait même des sources et des méthodes à mobiliser, des dialogues privilégiés avec telle ou telle science sociale (anthropologie versus sociologie, approche culturelle versus approche structurale, etc.), des ambitions opposées d’intervention dans le débat public (option occidentaliste versus option sociétés non occidentales, rapports de domination versus rapports d’échange), ou encore des préconisations plus ou moins adaptées selon les branches de l’historiographie privilégiée.

16Ces décalages n’ont donc rien que d’assez normal et renvoient à l’éclatement croissant des disciplines historiques entre logiques spatiales, chronologiques, empiriques, érudites ou politiques, qu’on retrouve de manière constante dans l’histoire de l’historiographie mais qui a pris un tour incontrôlable sous l’effet des transformations morphologiques nationales et internationales de ce qu’on a du mal à encore appeler la communauté internationale des historiens professionnels.

17Cette autonomisation de tendances divergentes qui pourtant auraient tout à gagner à faire front commun contre l’orthodoxie historienne à base nationale nourrit donc une nouvelle « crise de l’histoire », bien différente de celle qu’avaient pu signaler il y a une vingtaine d’années Daniel Roche ou Gérard Noiriel. On peut à cet égard avoir deux diagnostics opposés. Pour les nostalgiques des débats binaires qui ont fondé quelques-unes des révolutions historiographiques antérieures, on peut interpréter cette multipolarité comme l’indice de l’entrée de l’histoire dans un nouvel âge, analogue à la situation des autres sciences sociales, en désaccord sur tout, sauf sur un point, celui qu’il y a désaccord et que c’est normal puisqu’il n’y a plus de paradigmes dominants ou englobants. C’est ce qu’on appelle rituellement, avec une tristesse feinte, la fin des grands récits dont les nouvelles approches doivent surtout annoncer qu’elles ne sont pas un nouvel avatar masqué.

18Le second diagnostic, moins souvent avancé, mais qui me paraît plus juste et explicatif, est que ce nouvel état du champ historiographique est à l’image, d’une part, de l’évolution du monde universitaire et, d’autre part, de l’état de l’opinion intellectuelle qui fait un usage clandestin mais récurrent de l’histoire et de la comparaison, pour le meilleur et pour le pire.

Malaise dans l’historiographie

  • 26 Hartog François, Régimes d’historicité présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seui (...)
  • 27 Barluet Sophie, Édition de sciences humaines et sociales, le cœur en danger, Paris, PUF, 2004, p. 5 (...)

19Par rapport à ce qu’on a appelé « l’histoire en miettes », le tableau qu’on vient de dresser de l’historiographie contemporaine traduit une crise beaucoup plus profonde que celle née de l’essoufflement du paradigme braudélien de l’histoire comme synthèse, de la tyrannie du « présentisme » dénoncé par François Hartog dans Régimes d’historicité ou du retour en force de l’histoire nationalocentrée face à l’incapacité des formes d’histoire comparée ou transnationale à s’ancrer dans le paysage universitaire français26. À travers cette situation, ces formes non conventionnelles ont perdu ainsi ce qui devrait être leurs principales vertus par rapport aux approches traditionnelles : d’une part, une capacité de proposer, au-delà des spécialistes, des espaces de dialogue et de convergence avec les autres sciences humaines et sociales (programme initial de la première école des Annales) et, d’autre part, une volonté de fournir une nouvelle fonction de synthèse critique, plus que jamais nécessaire en nos temps de conflits de plus en plus tribaux. À cette crise de vocation s’ajoute en effet une difficulté croissante pour accéder à l’espace public traditionnel. Au sein de la crise éditoriale qui touche inégalement les sciences humaines, l’histoire est particulièrement frappée (66 % de baisse du chiffre d’affaires de 1974 à 2002), situation qui a plutôt empiré depuis27. La dérive que nous connaissons de la production savante vers les volumes de mélanges subventionnés d’un côté, vers les manuels de plus en plus simplificateurs ou les ouvrages de synthèse susceptibles de trouver un public non académique, de l’autre, milite contre l’affirmation d’une histoire savante sortant des sentiers battus ou de l’enfermement monographique, ce que devraient être justement les formes non nationalocentrées d’histoire. Des difficultés du même ordre se retrouvent dans d’autres espaces universitaires, comme l’indiquent les attaques contre les disciplines non rentables dans les universités des pays en proie aux crises financières ces dernières années. Mais, en France, s’ajoute la fragilité supplémentaire d’un champ universitaire fragmenté où les formes d’histoire non conventionnelles sont cantonnées, pour l’essentiel, dans des institutions à part (grands établissements, CNRS, quelques universités parisiennes) qui souffrent particulièrement des nouvelles politiques de recherche et d’enseignement supérieur mises en œuvre depuis le milieu des années 2000, soit au moment même où le débat intellectuel en histoire commençait à s’intéresser au monde historiographique extérieur. L’affaiblissement des laboratoires de recherche et, particulièrement, de ceux qui permettent des travaux hors du champ national au profit des recherches sur programme financées par l’ANR, la volonté d’orienter les sciences sociales vers les enjeux les plus immédiats, tous ces facteurs ajoutent leurs effets négatifs à la faiblesse intrinsèque de l’histoire hors frontières. Dernier point pour ajouter à la désespérance du comparatiste de fond, la réforme dite de la mastérisation et la réduction des postes aux concours d’enseignement découragent les vocations d’enseignants chercheurs en amont, c’est-à-dire assèchent le public et la relève potentiels pour des formes d’histoire non classiques.

20Après un tel tableau qui conforte l’image de régression intellectuelle désolante dont témoigne un débat public comme celui qui a agité les historiens à propos de la Maison de l’histoire de France, on pourrait tout de suite conclure que ce qui devrait être l’avant-garde historique a été vaincue sans avoir combattu ou en consacrant l’essentiel de son énergie en combats internes et, comme nous avons essayé de le démontrer plus haut, secondaires par rapport aux vrais enjeux du moment. Comme il convient dans un colloque comme le nôtre de ne pas terminer sur une note aussi pessimiste, je vais m’efforcer, pour terminer, d’avancer quelques propositions constructives qui, malgré une conjoncture morose, peuvent peut être empêcher la déroute totale des formes d’histoire pour lesquelles je milite.

Quelques propositions constructives

  • 28 À quoi sert l’histoire ?, Laurentin Emmanuel (dir.), Paris, Bayard, 2010.

21Un premier point à rappeler, au-delà des indicateurs objectifs négatifs cités plus haut, est que la demande générale d’histoire reste forte, comme l’attestent certaines formes de vulgarisation ou certaines émissions à la radio ou à la télévision. L’ouvrage récemment paru sous la direction d’Emmanuel Laurentin intitulé À quoi sert l’histoire ?28, issu d’une chronique régulière à l’antenne de France Culture tenue par des historiens de différentes générations, permet de mesurer la diversité des regards (des plus classiques aux plus décalés) portés par les historiens et les historiennes des plus jeunes aux plus anciens sur leur discipline et leur fonction. Les personnes et les instruments (on peut y ajouter certains sites internet qui rendent compte de travaux dont on ne parle pas ailleurs ou pas assez vite) existent donc pour pratiquer et diffuser les nouvelles démarches et s’affranchir des pesanteurs des circuits académiques ou éditoriaux peu ouverts aux nouvelles façon de faire.

22Les programmes des concours qui longtemps furent les conservatoires d’une historiographie conventionnelle ou attachée aux fondamentaux se sont notablement modernisés et ont permis d’introduire à plusieurs reprises des regards comparatifs et transnationaux à la fois dans les cours dispensés, dans les manuels publiés à cette occasion et dans les problématiques proposées aux exercices écrits et oraux. Entre l’histoire grand public et le manuel de base, d’un côté, et l’histoire pour happy few consommée par les chercheurs, de l’autre, des mises au point ouvertes aux travaux nouveaux et étrangers ont ainsi pu se frayer la voie, habituant les meilleur(e)s des nouvelles générations étudiantes à ne pas penser uniquement « national » comme leurs prédécesseurs. Candidat à l’agrégation en 1973, j’avais eu à composer sur le sujet particulièrement novateur : « la France et les Français de 1934 à 1958 ». Membre du jury en 2001, j’ai eu à enseigner et à corriger sur « Religion et culture en Allemagne, France, Royaume-Uni et Italie au XIXe siècle ». Pour les tenants de l’histoire croisée ou transnationale, c’est sans doute encore un peu daté comme intitulé, mais cela ouvre tout de même des aperçus sur des travaux que les niveaux antérieurs de formation n’ont pu intégrer dans les cursus : histoire comparée de l’éducation, histoire des circulations religieuses et culturelles, histoire de la sécularisation en Europe, histoire comparée des productions et des producteurs intellectuels etc. D’autres exemples plus récents de programme sur guerres et sociétés, les campagnes, l’histoire du monde britannique, le prince et les arts vont dans le même sens.

23Les situations de crise ou de défaite de la pensée peuvent être aussi l’occasion d’un sursaut et d’un regroupement sur l’essentiel.

24Les historiens, lestés par la nécessité de trouver des sources et des sujets faisables adaptés aux contraintes matérielles et institutionnelles croissantes qui pèsent sur eux, du fait de la dégradation de la situation universitaire évoquée plus haut, ont tout intérêt à cesser des combats fratricides ou de pure distinction au profit de la combinaison pragmatique des approches les mieux adaptées à ces contraintes. À quoi bon raffiner méthodes et questionnaires ou catégories, s’il est impossible d’accéder aux informations nécessaires pour les démonstrations trop sophistiquées ? Il y a encore, en tout cas en histoire contemporaine et dans les domaines que j’ai abordés, d’immenses chantiers à ouvrir, de nouvelles sources à explorer avec un questionnaire systématique, croisé ou comparatif et même, pour l’espace européen, des données élémentaires indispensables sont encore à établir pour proposer des hypothèses ou des modèles interprétatifs valides en histoire sociale et culturelle.

  • 29 Charle Christophe, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Lon (...)

25Les nouveaux courants d’histoire non nationale ont souvent dénoncé l’européocentrisme (il vaudrait mieux dire le nombrilisme national caché dans l’européocentrisme) des formes classiques d’histoire comparée, européocentrisme relayé par un américanocentrisme dans certaines sciences sociales comparatives. Les travaux sur les transferts et les circulations ont permis de lutter contre ces biais. Mais même au sein de ces espaces académiques qui concentrent une part disproportionnée des travaux d’histoire ou de sciences sociales, l’absence de travaux collectifs ou de recherches systématiques en fonction de ces nouvelles problématiques rend les interprétations incertaines pour des phénomènes centraux, tout simplement parce qu’ils tombent dans l’interstice des disciplines ou impliqueraient d’explorer et d’expertiser des sources non classiques ou non sollicitées en fonction de cette problématique. Nous avons par exemple des histoires de certains best-sellers européens, nous pouvons suivre les carrières internationales de certaines œuvres dans différents genres mais, en général, il s’agit une portion très limitée des best-sellers possibles ou des œuvres significatives, ce qui empêche de comprendre l’état des sensibilités ou des imaginaires de larges portions des publics européens de littérature, de théâtre, d’art ou de musique. Passer de l’étude de cas des « chefs-d’œuvre », dominante dans les branches spécialisées de l’histoire culturelle, à des repérages systématiques sur plusieurs genres et plusieurs espaces, qu’on l’aborde en termes de comparaison, de circulations ou de transferts, – à la limite peu importe –, encore faut-il mettre en œuvre les sources utilisables, construire des échantillons, les items des questionnaires, des tableaux ou des cartographies suffisamment homogènes ou fiables pour proposer une interprétation qui ne se contente pas d’être à la remorque de schèmes tirés d’enquêtes analogues en sciences sociales, au risque de l’anachronisme ou de la confusion des temporalités. Je n’ai pas le temps ni l’espace pour développer des exemples concrets expérimentés dans des travaux antérieurs ou à partir de l’analyse critique récemment publiée dans les Annales de l’ouvrage par ailleurs stimulant de Donald Sassoon, The Culture of the Europeans29. De telles remarques et propositions pourraient être transposées à l’histoire sociale, à l’histoire impériale ou à l’histoire économique.

26Terminons en évoquant un autre motif pour ne pas renoncer au souci de développer une histoire transversale et transnationale : sa vertu heuristique pour éclairer les débats publics les plus actuels. Nous avons tous lu d’innombrables gloses récentes sur les différents classements qui font la une des journaux ou figurent sur « l’agenda », comme on dit aujourd’hui, des décideurs. Il est facile d’ironiser sur toutes les aberrations de certaines de ces comparaisons assénées comme éléments de preuves ou de combat ou de « réformes » dans certaines conjonctures. Face au classement de Shanghaï, face à l’enquête PISA et autres, les historiens familiers de ces opérations, comme les spécialistes des sciences sociales ne doivent pas se contenter de hausser les épaules ou d’ironiser sur les biais ou les erreurs d’interprétation ou de construction des questionnaires. Ils doivent mobiliser leurs compétences de comparatistes ou d’historiens du transnational pour démonter ces forces et ces faiblesses, proposer les indicateurs à réformer ou à construire dans une démarche pédagogique et militante auprès des publics qu’on laisse abuser et manipuler sans contre-discours critique accessible. L’histoire comparée et transnationale peut aussi être une arme de dissuasion et de persuasion pour des enjeux qui ne sont pas purement savants, dans un monde de moins en moins national.

Notes

1 L’Histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Bédarida François (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995.

2 Les Historiens français à l’œuvre, Sirinelli Jean-François, Cauchy Pascal, Gauvard Claude (dir.), Paris, PUF, « Le nœud gordien », 2010.

3 Voir Cooper Frederick, Le Colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2010.

4 Les Historiens français à l’œuvre, op. cit., p. 287-300.

5 On dénombre 37 historiens et 3 historiennes en 1995, 4 historiennes et 19 historiens en 2010.

6 Poirier Philippe, « L’histoire contemporaine », in Les Historiens français à l’œuvre, op. cit., p. 83-84.

7 Soulié Charles, « Des déterminants sociaux des pratiques scientifiques : étude des sujets de recherches en sciences sociales en France au début des années 1990 », in Regards sociologiques, n° 31, 2006, p. 91-105.

8 Charle Christophe, « La recherche en sciences sociales pour un bilan critique », in Quel avenir pour la recherche ?, Duclert Vincent, Chatriot Alain (dir.), Paris, Flammarion, 2003, p. 296-311, et « Être historien en France : une nouvelle profession ? », in L’Histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, op. cit., p. 21-44.

9 « Un tournant critique ? », in Annales ESC, n° 2, mars-avril 1988, p. 292.

10 Haupt Heinz-Gerhard, « La lente émergence d’une histoire comparée », in Passés recomposés, Boutier Jean, Julia Dominique (dir.), Paris, Autrement, janvier 1995, p. 196-207.

11 Barbier Frédéric, Livre, économie et société en Allemagne et en France au XIXe siècle, thèse d’État, université de Paris IV, 1987, publié sous le titre L’Empire du livre, Paris, Cerf, 1996 ; L’Invention des syndicalismes. Le syndicalisme en Europe occidentale à la fin du XIXe siècle, Boll Friedhelm, Prost Antoine, Robert Jean-Louis (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1997 ; Charle Christophe, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Éditions du Seuil, 1994 et Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle, essai d’histoire comparée, Paris, Éditions du Seuil, 1996 ; Lee Downs Laura, L’Inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, Paris, Albin Michel, 2002 (édition américaine 1995) ; Green Nancy L., « L’histoire comparative et le champ des études migratoires », in Annales ESC, n° 6, novembre-décembre 1990, p. 1335-1350 ; Green Nancy L., NDiaye Pap, Du Sentier à la 7e avenue. La confection et les immigrés Paris-New York, 1880-1980, Paris, Éditions du Seuil, 1998 ; Construction des nationalités et immigration dans la France contemporaine, Guichard Éric, Noiriel Gérard (dir.), Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1997 ; Michel Joël, Le Mouvement ouvrier chez les mineurs d’Europe occidentale, Grande-Bretagne, Belgique, France, Allemagne, étude comparative des années 1880 à 1914, Lille 3, ANRT, 1989 ; Thiesse Anne-Marie, La Création des identités nationales, Europe XVIIIe-XXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, 1999.

12 Espagne Michel, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », in Genèses, n° 17, septembre 1994, p. 112-121.

13 Charle Christophe, « Intellectuels, Bildungsbürgertum et professions au XIXe siècle. Essai de bilan historiographique comparé (France, Allemagne) », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 106-107, mars 1995, p. 85-95.

14 On trouve une recension en anglais par Lorenz Chris dans l’International Review of Social History, vol. 46, 2001, p. 257-259.

15 Kaelble Hartmut, Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert, Francfort/Main, Campus, 1999, notamment p. 21 et suiv., sa réponse à Michel Espagne.

16 Tamagne Florence, Histoire de l’homosexualité en Europe (Berlin, Londres, Paris, 1919-1939), Paris, Éditions du Seuil, 2000.

17 Jarrige François, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Rennes, PUR, « Carnot », 2009.

18 Primi Alice, Femmes de progrès. Françaises et Allemandes engagées dans leur siècle, 1848-1870, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2010.

19 Boudrot Pierre, L’Écrivain éponyme, histoire sociale et culturelle des clubs et sociétés prenant nom d’écrivain en Occident, de la Révolution française aux lendemains de la seconde guerre mondiale, thèse, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2007, sous la direction de C. Charle.

20 Agnès Benoît, L’Appel au pouvoir, le pétitionnement auprès des Chambres législatives et électives en France et au Royaume-Uni (1814-1848), thèse, université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 2009, sous la direction de C. Charle.

21 Gruzinsky Serge, Les Quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de la Martinière, 2004.

22 Directeur de l’Histoire du monde au XVe siècle, Paris, Fayard, 2009.

23 Douki Caroline, Minard Philippe, « Histoire globale, histoires connectées, un changement d’échelle historiographique », in Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 54-4bis, 2007, en particulier p. 9-10.

24 Le Travail et la nation. Histoire croisée de la France et de l’Allemagne, Didry Claude, Wagner Peter (dir.), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1999 ; La Constitution du chômage en Allemagne. Entre professions et territoires, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001.

25 Le Genre humain, n° 42, 2004 avec des contributions de Conrad Sebastian, Raj Kapil, Lebeau Christine, Friese Heidrun, Escudier Alexandre, Mariot Nicolas & Rowell Jay, et Amiraux Valérie.

26 Hartog François, Régimes d’historicité présentisme et expériences du temps, Paris, Éditions du Seuil, 2003.

27 Barluet Sophie, Édition de sciences humaines et sociales, le cœur en danger, Paris, PUF, 2004, p. 53.

28 À quoi sert l’histoire ?, Laurentin Emmanuel (dir.), Paris, Bayard, 2010.

29 Charle Christophe, Théâtres en capitales. Naissance de la société du spectacle à Paris, Berlin, Londres et Vienne (1860-1914), Paris, Albin Michel, 2008 ; Le Temps des capitales culturelles XVIIIe-XXe siècles, Charle Christophe (dir.), Seyssel, Champvallon, 2009 ; Charle Christophe, « Peut-on écrire une histoire de la culture européenne à l’époque contemporaine ? », in Annales histoire sciences sociales, n° 5, septembre-octobre 2010, n° 5, p. 1207-1221 et « Comparaisons et transferts en histoire culturelle de l’Europe. Quelques réflexions à propos de recherches récentes », in Les Cahiers de l’IRICE, n° 5, 2010, p. 51-74.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540