Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Perspectives académiques d’aujourd’hui

Les sciences humaines et sociales : un paysage en recomposition

Marie-Claude Maurel

Texte intégral

INTRODUCTION

1Les sciences humaines et sociales sont regardées comme étant en crise. Il n’en est rien. Il s’agit en réalité d’une formidable mutation qui s’est opérée au cours des quarante dernières années. L’évolution n’est pas seulement quantitative, comme en témoignent l’accroissement du nombre des enseignants-chercheurs, lié à la « massification » de l’enseignement supérieur, et la progression de la production scientifique, elle est aussi qualitative, marquée par des progrès significatifs en matière de formation des doctorants, de consolidation des structures de recherche (laboratoires, Maisons des sciences de l’Homme, réseaux coopératifs), de renforcement des systèmes d’évaluation et de généralisation de nouveaux modes de financement de l’activité de recherche.

  • 1 Notre réflexion doit beaucoup aux travaux du « Conseil pour le développement des humanités et des (...)

2Introduits de manière progressive au cours de la période 1980-2000, les changements ont connu une accélération sous l’effet des récentes réformes transformant la gouvernance du système d’enseignement supérieur et de recherche (loi LRU). En quelques années, un nouveau régime organisationnel, fondé sur l’autonomisation et la mise en compétition des composantes du système, s’est substitué à la logique antérieure. La redéfinition des missions (orientation, programmation, opération) aux divers niveaux du dispositif institutionnel, en application d’un schéma théorique, l’introduction de termes lexicaux empruntés au champ du « management » de l’entreprise pour qualifier le nouveau mode de gouvernance, les restructurations opérées dans la foulée ont eu pour effet de brouiller les repères antérieurs. Le rythme même des transformations pourrait être perçu comme une fuite en avant. L’enchevêtrement des structures anciennes et nouvelles, le recouvrement des champs d’intervention et les rivalités qui en découlent ont produit une extrême complexité. Ce constat ne doit pas occulter l’essentiel : le dispositif est, non seulement en mouvement, mais il est aussi en tension1.

UN DISPOSITIF EN MOUVEMENT

Un nouveau régime organisationnel fondé sur l’autonomisation et la compétition

  • 2 Le Pacte pour la recherche (2006) a dessiné les traits de l’évolution du système national de reche (...)
  • 3 Musselin Christine, « Les réformes des universités en Europe : des orientations comparables, mais (...)

3Le système d’enseignement supérieur et de recherche est en évolution forte et continue2. C’est la conséquence du vaste mouvement de réformes engagé à l’initiative de l’État qui a redéfini les modalités de pilotage des universités et mis en place des agences indépendantes en charge du financement de la recherche d’une part, de l’évaluation, d’autre part. Ces évolutions ne sont pas propres à la France mais participent d’un mouvement plus global qui tend à remodeler les systèmes universitaires européens3. Confrontés aux défis d’une économie de la connaissance, les systèmes d’enseignement supérieur des pays européens sont soumis aux mêmes impératifs de compétitivité et d’innovation qui se traduisent par des prescriptions normatives modifiant l’environnement institutionnel des universités. L’adaptation du modèle organisationnel de la recherche aux défis de la mondialisation de la connaissance est devenue un enjeu majeur. Il conduit à appliquer à la recherche des modes d’évaluation et de gestion comparables à ceux mis en œuvre dans les entreprises et dans certains secteurs de la fonction publique. Au risque de schématiser à l’excès des transformations multidimensionnelles, on soulignera deux dimensions de la recomposition en cours : l’autonomisation et la mise en compétition.

L’autonomisation

  • 4 Musselin Christine, « Vers un marché international de l’enseignement supérieur ? », in Critique in (...)
  • 5 Le recentrage de l’État sur le pilotage stratégique se traduit par une reconfiguration de ses form (...)
  • 6 Dans le cadre de la procédure de contractualisation, le ministère a recours à une globalisation de (...)

4Les dispositions de la Loi LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités), d’août 2007, ont pour objectif de rendre les établissements d’enseignement supérieur autonomes par un transfert de compétences et de responsabilités jusque-là directement exercées par l’État (gestion des postes et des personnels). « L’idée générale est de laisser les établissements définir et mettre en œuvre leurs propres stratégies de développement4. » L’objectif est donc que les universités se transforment en organisations dotées d’une capacité stratégique, ce qui implique de redéfinir leurs relations avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, selon une logique de régulation en aval et d’évaluation a posteriori5. L’orientation consistant à transférer des modes de gouvernance et de management issus du secteur privé est devenue dominante. La transformation des modes d’allocation des financements publics6, le recours à des mécanismes plus compétitifs ciblés sur les performances et les résultats invitent à diversifier les ressources, y compris en faisant appel au secteur privé pour s’assurer des concours financiers extérieurs (notamment dans le cadre des fondations dont les formes juridiques ont été redéfinies). Inspirés par les principes du New Public Management, de nouveaux instruments ont été mis en place qui entraînent une reconfiguration du dispositif et de ses composantes. Ce processus d’autonomisation des structures opérationnelles qui intéresse aussi les organismes de recherche est progressivement étendu à l’ensemble des composantes du dispositif institutionnel.

Une mise en compétition dans une perspective internationale

  • 7 Voir le programme d’Excellenz Initiative (initiative d’excellence) développé par l’Allemagne.
  • 8 Veltz Pierre, « L’université au cœur de l’économie de la connaissance », in Esprit, n° 12, décembr (...)
  • 9 Le financement des réseaux thématiques de recherche avancée (RTRA) et les pôles de compétitivité p (...)

5Si les activités scientifiques des universités ont toujours été internationales, le saut qualitatif et quantitatif pour figurer dans la compétition mondiale impose à présent de promouvoir une différenciation du dispositif des pôles universitaires. L’idée d’un système indifférencié d’universités remplissant les mêmes fonctions a été remplacée par la vision d’établissements en concurrence pour l’acquisition de ressources et cherchant à se créer des positions stratégiques. La plupart des pays avancés ainsi que les pays émergents entendent développer des institutions d’excellence pour être en mesure de relever les défis de la compétition internationale. En s’inspirant des expériences étrangères7, la France cherche à renforcer la capacité de son système d’enseignement supérieur et de recherche. Dans une perspective désormais mondiale, il s’agit d’identifier les lieux et les structures en mesure d’accueillir et de promouvoir l’excellence et d’améliorer leur visibilité. Au plan géographique, la logique qui tend à s’imposer est celle de la concentration autour de pôles rayonnant à l’échelle européenne et internationale et de pôles spécialisés. Dans un article publié en 2007, Pierre Veltz proposait de doter le pays de quelques grands hubs d’envergure internationale articulant les fonctions de formation, de recherche fondamentale, d’innovation, d’espaces culturels et critiques, qui seraient dotés d’une gouvernance forte et d’une identité8. Les instruments mis en place ces dernières années s’inscrivent dans une telle perspective9. Le nouveau régime de rationalité est conçu de façon à donner l’avantage à celui qui réagit rapidement et qui accepte de jouer le jeu qui lui est proposé (ou imposé).

L’absence de lisibilité du système issu de la recomposition

  • 10 Dans le cadre de l’autonomie qui leur est impartie, les opérateurs de recherche mettent en œuvre l (...)

6Le passage insuffisamment maîtrisé de l’ancienne logique institutionnelle, qui avait modelé les comportements des acteurs, à un nouveau régime organisationnel n’est-il pas responsable de l’extrême complexité du dispositif ? Cinq ans après l’adoption de la Loi de Programme pour la Recherche, la configuration du dispositif national est caractérisée par une pluralité d’institutions qui sont, pour certaines, réformées et remodelées (les universités, les organismes de recherche, en premier lieu le CNRS10), pour d’autres, nouvelles (Aéres, ANR), et pour d’autres encore, confirmées dans leur fonction de représentation de la communauté scientifique (Comité national de la recherche, CNU).

  • 11 On peut parler d’une sorte de dualité universités /organismes de recherche.

7Un premier constat s’impose : l’empilement et l’enchevêtrement de structures, anciennes et nouvelles, peut s’accompagner de situations de recouvrement de leurs champs d’intervention entraînant des tensions inutiles. Par un processus de sédimentation, les structures et les dispositifs se recoupent, se recouvrent, rivalisent, et aboutissent à une complexité dont les coûts de gestion sont élevés. Rappelons la coexistence d’équipes d’accueil (EA), d’unités mixtes de recherche (UMR), d’unités mixtes de services (UMS) au sein de Maisons des sciences de l’Homme, elles-mêmes dotées de statuts divers, les instituts fédératifs de recherche, toutes ces structures pouvant dépendre de plusieurs tutelles11. Entre ces divers modes de structuration, il existe une différence de taille, mais également d’attractivité, au moins en termes de possibilités d’accueil des doctorants et des chercheurs. L’émiettement du système est spécifique du domaine des lettres et sciences humaines et sociales où l’activité de recherche se pratique dans le cadre d’un millier d’unités spécialisées et de petite dimension, accueillant en moyenne à peine plus d’une vingtaine de chercheurs ou enseignants-chercheurs, et ce en dépit de l’effort de regroupement engagé sous des formes diverses. Il est nécessaire de tenir compte des différences de structuration à l’intérieur du champ, notamment selon les disciplines.

8À cette fragmentation du dispositif, s’ajoute la multiplicité des instances et des procédures d’évaluation : l’Aéres, les sections du CNU, le comité national, les grands organismes, les régions. Au bout du compte, il y a lieu de craindre que les unités de recherche, maillons de base du dispositif, ne fassent les frais d’un manque d’articulation entre les composantes du dispositif (notamment du fait de la segmentation des opérateurs).

  • 12 Selon le constat émis par Pierre Veltz : « Nous sommes devenus en France les champions des réseaux (...)
  • 13 Un pas a été fait en direction de plus de coordination des acteurs de la recherche en sciences hum (...)

9En raison de la diversité des statuts et des profils de carrière, de la multiplicité des tutelles et des modes d’évaluation, il serait peut-être temps d’aller vers une simplification12. On a voulu surmonter ces difficultés en généralisant le modèle de l’UMR, multi-tutelles, multi-sites, mais c’est au prix d’une réelle lourdeur de gestion et au risque de perdre en visibilité au plan international (problème du référencement des publications). Cela invite à développer une action plus coordonnée13. La mise en place des PRES (Pôles de recherche et d’enseignement supérieur), à l’échelle de pôles régionaux, a ouvert la voie à la mise en œuvre de politiques de site dont on peut attendre des gains de synergie.

Un nouveau partage des rôles : pilotage et programmation de la recherche

10La perspective d’un pilotage national qui était celle de la politique gaullienne de recherche a-t-elle encore un sens ? Dans un pays comme la France, les transformations du dispositif de gestion de la recherche ne sont pas déconnectées des alternances politiques (et parfois des compromis résultant de la cohabitation).

11Au-delà de la vision politique guidant l’architecture du dispositif institutionnel, la question se pose du partage des fonctions (de pilotage, de programmation et de prospective) entre ses diverses composantes et de leur mode de coordination. Bien qu’il soit nécessaire d’organiser les conditions de son exercice, la recherche, en raison de son caractère imprévisible, est une activité qui s’accommode mal d’être totalement programmée et pilotée ; la liberté de chercher est un principe auquel les chercheurs sont légitimement attachés. La stratégie nationale de recherche et d’innovation (SNRI), adoptée en 2009, a reconnu l’utilité de l’apport des SHS et « sa vocation à jouer un rôle majeur dans l’émergence d’une société de la connaissance ». Dans la compétition généralisée qui se déploie aussi bien au niveau européen qu’international, y a-t-il place, dans le domaine spécifique des SHS, pour une ou des instance (s) de régulation susceptible(s) de concevoir les orientations stratégiques en réponse aux grands défis nationaux ?

  • 14 On pense ici au cloisonnement des grilles usuelles du CNU et du Comité national.
  • 15 Six panels structurent le champ des humanités et des sciences sociales : SH1 Individuals, institut (...)

12Si le potentiel des ressources à la disposition des sciences humaines et sociales est important, les mutations ne sont pas achevées. Le besoin de développer l’interdisciplinarité afin de mieux appréhender la complexité se heurte à l’héritage d’une organisation étroitement disciplinaire14. À l’heure où des regroupements originaux construits sur de nouveaux ensembles thématiques s’imposent pour faire avancer les fronts de la connaissance, les rigidités des structures disciplinaires peuvent faire obstacle au renouvellement des questionnements et des méthodologies. L’impulsion vient désormais du niveau européen et international. C’est ainsi que la définition des thématiques qui organisent la structure des panels du Conseil européen de la science a été reprise par la SNRI mais ne s’est pas encore traduite en actes par une recomposition des grilles disciplinaires en usage15. Cependant, les courants de recherche les plus novateurs s’émancipent progressivement de ces contraintes et il y a fort à parier que les projets d’excellence, sélectionnés au titre des « investissements d’avenir », s’inscriront dans cette dynamique.

13Comment s’élabore la programmation des priorités thématiques au niveau national ? À quel niveau s’organise le travail de programmation de la recherche en SHS ? La fonction de programmation relève-t-elle prioritairement des instances de niveau national (des agences, des organismes, des alliances) ? L’Agence nationale de la recherche (ANR) réserve une part non négligeable de ses financements à des programmes blancs (c’est-à-dire sans thématique prédéfinie) mais s’efforce aussi chaque année de lancer des appels à projets thématiques dont les orientations ont été pensées par des comités sectoriels composés de scientifiques français et européens. Le recours à des jurys scientifiques, de composition exclusivement internationale, pour sélectionner les appels à projet dans la perspective de la distribution des « investissements d’avenir » apporte un élément de réponse à cette question. L’excellence fait figure de critère absolu sans qu’une décision politique d’opportunité interfère. Les nouveaux modes de financement de la recherche s’accompagnent d’un effort de programmation à caractère incitatif.

14Dans le même temps où la fonction de programmation au plan national semble se dissoudre, on observe une tendance renforcée à l’intervention de nouveaux acteurs (universités, PRES, collectivités territoriales) qui, à l’échelle régionale ou locale, entendent définir leurs propres orientations stratégiques dans le cadre de politiques et de programmes de site.

Le couplage recherche-université

  • 16 Avec les PRES, des conventions de site seront établies, elles se substitueront à terme à celles ét (...)

15Cette contradiction entre le niveau national et l’échelon local affecte tout particulièrement les relations entre le CNRS et les universités. Comment assurer un pilotage stratégique et scientifique de la recherche en sciences humaines et sociales alors que les unités de recherche se trouvent placées au cœur des universités tout en bénéficiant des ressources allouées par le CNRS ? Les changements en cours font bouger les lignes et l’objectif de fonder un partenariat rénové du CNRS avec les universités est affiché par la direction de l’organisme. L’accord-cadre entre le CNRS et la Conférence des présidents d’université (CPU), signé le 4 novembre 2010, prévoit les nouvelles modalités de coopération entre l’organisme et les établissements d’enseignement supérieur et de recherche16. L’accord-cadre soutient l’organisation de la recherche partagée, sous la forme des UMR, hébergées par les universités et co-pilotées à 90 % avec elles. Le co-pilotage s’accompagne de la mise en place de la délégation globale de gestion financière (une seule tutelle gère administrativement une UMR). Enfin, un nouveau « dialogue de gestion » (outil de pilotage) est mis au service de la politique de partenariat. L’objectif est d’allouer les ressources en fonction de la politique scientifique de l’organisme et de ses instituts. Il s’agit d’une réorganisation du soutien à la recherche, la priorité étant accordé aux postes de chercheurs et de personnels d’accompagnement, et aux crédits d’investissement et de fonctionnement des grands équipements collectifs, ce qui aura pour effet une réduction concomitante des financements récurrents. L’évaluation des unités (confiée à l’Aéres) fonde-t-elle réellement la prise de décision de soutien ? Si la mesure de la performance, instrument privilégié du pilotage, préside en amont au choix de créer une unité, elle semble peu pratiquée en aval. Devenue envahissante, l’évaluation induit de fait un faible contrôle a posteriori.

UN SYSTÈME DE RECHERCHE EN TENSION

Les nouvelles exigences du métier d’enseignant-chercheur

16Les facteurs qui ont changé le métier d’enseignant-chercheur peuvent être rapidement évoqués : la disparition de la thèse d’État pour les universitaires, les exigences de rénovation pédagogique liée aux nouveaux enjeux de la formation en vue de l’insertion professionnelle, le renforcement de l’évaluation de leurs activités. Au final, le développement d’une carrière de chercheur est devenu plus complexe. La formation à la recherche s’inscrit dans un dispositif institutionnel qui organise les études doctorales au sein d’écoles doctorales. La reconnaissance du doctorat comme formation professionnelle implique de renforcer son encadrement par les écoles doctorales ainsi que d’assurer une mission de suivi des jeunes chercheurs et d’aide à leur insertion professionnelle. En début de carrière, le chercheur est susceptible de traverser des périodes de précarité, avant de pouvoir bénéficier d’un éventuel recrutement sur poste permanent ; la durée des post-doctorats s’allonge. Être jeune-chercheur n’est pas toujours un métier d’avenir dans les disciplines où le nombre de postes de chercheurs et d’enseignants-chercheurs est faible au regard de celui des postulants. Aussi la place de la génération des jeunes-chercheurs dans la société de demain est-elle marquée par l’incertitude. Une fois recruté, l’enseignant-chercheur est intégré à des structures collectives : des unités de formation et de recherche (UFR), des centres de recherche, des équipes pédagogiques, toutes structures qui peuvent se chevaucher et ne se recouvrer que rarement. Le mode d’organisation du travail de recherche a évolué : le laboratoire a été conçu comme le lieu de la recherche, mais comme on l’a rappelé ci-dessus, il existe une grande diversité de statuts et de modes de fonctionnement des équipes. La mise en concurrence exacerbée des individus, des équipes, des établissements, rend la coopération plus difficile. Au sein des laboratoires, le rôle d’arbitrage des directeurs s’est accru. Il leur faut concilier les exigences de la compétition scientifique et la cohésion du collectif (le laboratoire, ses équipes et leurs projets). Dans cette compétition, il y a des perdants, des laissés pour compte, des enseignants-chercheurs qui perdent pied (on les range dans la catégorie des « non publiants ») et leur mal-être est susceptible de compromettre le dynamisme de l’entité à laquelle ils sont rattachés.

La course à l’excellence

17L’excellence fait figure d’objectif de politique publique en vue d’assurer le développement futur du système d’enseignement supérieur et de recherche du pays. En s’inspirant des expériences étrangères, la France cherche à renforcer la capacité de son dispositif d’« excellence17 ». Au plan géographique, la logique qui tend à s’imposer est celle de la concentration autour d’une dizaine de pôles de référence en matière de recherche, de valorisation et d’enseignement supérieur. Dans une perspective désormais internationale, il s’agit d’identifier les lieux et les structures capables d’accueillir et de promouvoir l’excellence, partant, de renforcer leur visibilité. Les appels à projet lancés dans le cadre des « Investissements d’avenir » ont pour objectif de doter de financements significatifs des « équipements d’excellence18 » (Équipex), des « laboratoires d’excellence19 » (Labex), ainsi que des « initiatives d’excellence20 » (Idex).

  • 21 Voir l’ouvrage de Lamont Michèle, How Professors Think. Inside the Curious World of Academic Judgm (...)

18Élément de labellisation ou de reconnaissance d’une marque, l’excellence scientifique ne se décrète pas, elle doit être identifiée. Toute la difficulté découle d’un usage inflationniste d’une notion dont la définition suscite le débat au sein du monde académique mais dont la mise en évidence s’imposerait en quelque sorte aux experts. La question de l’excellence académique s’inscrit dans la problématique plus générale de l’évaluation : comment juger de l’intérêt et de la qualité d’une recherche scientifique et selon quels critères en rendre compte21 ? Définie comme une appréciation de la qualité de la recherche, l’excellence scientifique ne peut être tenue pour une valeur absolue en soi mais comme une notion relative et donc l’expression d’un classement (ranking). Pour revêtir du sens, le classement des « meilleurs » (chercheurs ou projets) doit être établi à l’issue d’une procédure d’évaluation dont les fondements méthodologiques et les règles sont fixés à l’avance, et respectés par les experts. La reconnaissance de l’excellence académique est l’aboutissement d’une compétition inscrite dans un cadre normatif. Les performances d’un chercheur ou d’une équipe ne peuvent être mesurées exclusivement à partir d’indicateurs bibliométriques même si ceux-ci peuvent apporter des éléments d’appréciation. L’identification de l’excellence relève d’une construction nécessairement collective et relationnelle dans le cadre d’un mode d’évaluation par les pairs.

19Pour illustrer notre propos, la procédure de sélection-évaluation de l’IUF (Institut universitaire de France) qui prend appui sur une vingtaine d’années d’expérience et autant de promotions de lauréats peut être analysée. La mission d’évaluer, de comparer et de traduire en classement les candidats est confiée à deux jurys (junior et senior) indépendants et souverains, nommés par arrêté ministériel sur proposition d’une commission de désignation. Les lauréats sont sélectionnés au terme d’une évaluation exigeante par ces jurys qui comportent au moins deux cinquièmes d’universitaires étrangers. La pertinence et la faisabilité du projet présenté par le candidat interviennent dans l’appréciation émise par les jurys selon des critères comparables à ceux utilisés par les instances d’évaluation telles que les panels de l’ERC. Les dossiers des candidats sont évalués par deux rapporteurs, spécialistes de la discipline, les avis font ensuite l’objet d’une discussion en sous-jurys et d’une délibération en séance plénière pour établir le classement final. Les jurys sont pluridisciplinaires, il n’y a pas de fonctionnement par sous-groupe étroitement disciplinaire, mais seulement deux sous-jurys (sciences exactes et de la santé, sciences humaines et sociales). La difficulté réside dans la diversité des modes d’évaluation de la production scientifique selon les disciplines (la grille d’évaluation est commune mais il est recommandé aux jurés de tenir compte des standards de la discipline). Il est très ambitieux de vouloir juger de l’excellence indépendamment des cadres disciplinaires. Le croisement des regards disciplinaires pratiqué au sein des jurys présente l’avantage de permettre de mieux évaluer l’intérêt des recherches interdisciplinaires et de celles qui ouvrent de nouveaux fronts de la connaissance. Un tel mode de sélection repose d’abord sur la qualité des pairs formant le jury. Le choix se fonde sur un certain nombre de critères : parcours académique de haut niveau, indépendance d’esprit, aptitude à évaluer l’originalité et l’innovation, sens de l’équité... Le bon fonctionnement du jury requiert de chacun de ses membres le respect des règles informelles d’évaluation, de la souveraineté de chaque discipline, ainsi que d’une capacité à délibérer.

20C’est grâce à ce dispositif rigoureux de sélection des meilleurs candidats dont on soulignera le caractère exemplaire que l’IUF peut remplir sa mission de soutien de la recherche au sein des universités.

À l’origine des tensions : des logiques concurrentes

21Les politiques de la recherche participent de logiques différentes. Les principes qui les sous-tendent peuvent aider à les définir. Un principe territorial œuvre en faveur de la concentration des « meilleurs » via un mode de sélection élitiste. L’espace de référence est aujourd’hui mondial et la mondialisation tend à imposer un référentiel unique qui prend la forme des classements internationaux. Tous les établissements d’enseignement supérieur sont mis en concurrence, un défi qu’ils relèvent de manière différente en fonction de leur potentiel et de leur stratégie. Sur la trajectoire exprimant la dynamique de globalisation, les choix stratégiques visent soit à intégrer le pôle global (chargé du poids de la globalisation), soit à renforcer le lien avec le pôle local. L’espace régional ou local est aussi celui des différenciations et des adaptations au processus de globalisation. Les processus de différenciation régionaux ou locaux sont puissants et contribuent à la diversité de la production scientifique et à celle de l’offre de formation. C’est l’espace de la proximité géographique et organisationnelle.

22Un principe de compétition-sélection en vue de renforcer l’excellence est également à l’œuvre dans le processus de différenciation. Il repose sur le postulat que la compétition permet de faire émerger les organisations et les projets performants pour répondre aux enjeux de la « société de la connaissance » tels que les définit une approche néo-libérale. Aux yeux des décideurs toutes les formes de compétition seraient bonnes. C’est la figure du sprinter opposé au coureur de fond. L’idée de sélection n’est pas acceptée par tous dans le milieu universitaire et la méthodologie d’établissement des palmarès est discutable. Tout ce qui n’est pas classé en tête n’est pas forcément médiocre et peut répondre à d’autres critères de qualité ou d’efficacité que ceux en usage. Ce principe d’évaluation des activités et des individus en vertu de la qualité est réfuté au nom de la spécificité de la formation et de la recherche considérés comme des biens communs ne devant pas donner lieu à des formes de marchandisation. Des voix se font entendre qui plaident pour un libre accès de tous à ces biens, à un partage égalitaire des moyens (crédits, primes).

  • 22 Le 20 septembre 2010, le président Louis Vogel expliquait à La Lettre de l’éducation du Monde que (...)

23Les modèles d’organisation de la recherche peuvent être positionnés sur un schéma défini par le croisement de ces deux axes et qui exprime les dimensions de la différenciation22.

Figure 1. Logiques de différenciation

  • 23 École d’économie de Paris (PSE) et École d’économie de Toulouse (TSE).
  • 24 Créés en 2007, les PRES sont nés de la loi pour la recherche de 2006. Prenant appui sur leur statu (...)

241er quadrant : Logique de développement de la société de la connaissance accordant à la recherche une place centrale, compétitivité très forte entre pôles à l’échelle nationale et au-delà : il s’agit d’attirer les meilleurs et en retour les ressources qu’ils décrocheront. C’est le modèle du Réseau thématique de recherche avancée (RTRA) : il en existe deux en économie23, un troisième sous la forme du réseau des Instituts d’études avancées (RFIEA), c’est aussi la logique du Grand emprunt (Équipex, Labex, Idex). Les PRES jouent un rôle de mise en cohérence à l’échelle d’un site24. Ils ont le mérite de conforter l’idée que d’autres manières de concevoir l’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche, sur la base d’une forte logique territoriale, sont envisageables. À la faveur des réponses à l’appel d’offres « initiative d’excellence » (Idex) des « Investissements d’avenir », des projets de pôles universitaires recomposés vont naître.

252e quadrant : Logique de la recherche sur projets sélectionnés en fonction de la qualité, de la pertinence, des retombées attendues.

263e quadrant : Logique de proximité : faible engagement dans la compétition internationale, enracinement dans l’espace régional (sources de financement), veille scientifique et fonction d’éveil face aux problèmes de société. Les modèles sont ceux de l’équipe d’accueil, du centre de recherche universitaire, de l’université de proximité.

274e quadrant : Logique de service : elle concerne les très grands équipements (Adonis), les Maisons des sciences de l’homme (MSH), les bibliothèques de site, les plateformes assumant un rôle de service au profit de la communauté de recherche. Une politique de concentration et de rationalisation de ce type de grand équipement, assimilé à un bien commun, se dessine.

CONCLUSION

  • 25 L’ERC a pour mission de stimuler la recherche fondamentale aux frontières entre les disciplines en (...)

28En quelques années, le paysage de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) s’est profondément transformé. L’ampleur et la rapidité des changements intervenus expliquent les mouvements d’exaspération qui ont pu s’exprimer, mais les réactions peuvent être salutaires si elles contribuent à corriger les défauts ou les erreurs de conception stratégique. Des avancées considérables en matière de qualité des publications (notamment concernant les revues scientifiques), de formation des jeunes chercheurs, d’organisation du travail en équipe et sur projets ont été enregistrées. L’effort de réflexion critique sur les pratiques de recherche et sur les effets directs et indirects de l’évaluation est aussi à mettre du côté positif de la balance. La présence accrue des équipes françaises en SHS dans la sélection des appels européens (ERC) témoigne de la compétitivité des chercheurs français25. Elle incite à poursuivre l’ouverture internationale des SHS en l’accentuant par une politique plus ambitieuse d’accompagnement de la mobilité des jeunes chercheurs et des enseignants chercheurs.

Notes

1 Notre réflexion doit beaucoup aux travaux du « Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales ». Voir le rapport « Pour des sciences humaines et sociales au cœur du système d’enseignement supérieur et de recherche », octobre 2010 (http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Rapport_CDHSS/94/2/SHS_rapport_general_V2_161942.pdf). L’analyse qui est ici présentée n’exprime que les positions de son auteur.

2 Le Pacte pour la recherche (2006) a dessiné les traits de l’évolution du système national de recherche.

3 Musselin Christine, « Les réformes des universités en Europe : des orientations comparables, mais des déclinaisons nationales », in Revue du M.A.U.S.S., n° 33, 2009, 1er semestre.

4 Musselin Christine, « Vers un marché international de l’enseignement supérieur ? », in Critique internationale, n° 39, avril-juin 2008, p. 13-24.

5 Le recentrage de l’État sur le pilotage stratégique se traduit par une reconfiguration de ses formes d’intervention qui prennent désormais appui sur des agences.

6 Dans le cadre de la procédure de contractualisation, le ministère a recours à une globalisation des budgets des universités et procède à une allocation des ressources qui tient compte de la performance des établissements.

7 Voir le programme d’Excellenz Initiative (initiative d’excellence) développé par l’Allemagne.

8 Veltz Pierre, « L’université au cœur de l’économie de la connaissance », in Esprit, n° 12, décembre 2007, p. 146-159.

9 Le financement des réseaux thématiques de recherche avancée (RTRA) et les pôles de compétitivité participent de cette volonté. Les appels à projet qui vont être lancés dans le cadre des investissements d’avenir vont permettre de faire émerger des laboratoires d’excellence (« Labex »), ainsi que des initiatives d’excellence (« Idex »).

10 Dans le cadre de l’autonomie qui leur est impartie, les opérateurs de recherche mettent en œuvre leur propre stratégie scientifique.

11 On peut parler d’une sorte de dualité universités /organismes de recherche.

12 Selon le constat émis par Pierre Veltz : « Nous sommes devenus en France les champions des réseaux coopératifs empilés et entrecroisés. Presque tous les labos ont de multiples tutelles. La mise en place des PRES et des EPCS est une avancée positive. Il est crucial que dans la pratique ces nouvelles instances soient plus que de simples superstructures ». Veltz Pierre, « L’université au cœur de l’économie de la connaissance », op. cit., p. 158.

13 Un pas a été fait en direction de plus de coordination des acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales avec la création d’une Alliance des SHS, en juin 2010. C’est dans le cadre de l’Alliance Athéna que pourra être poursuivie la réflexion sur la cohérence d’ensemble du dispositif institutionnel dans la nouvelle configuration des universités et des organismes de recherche.

14 On pense ici au cloisonnement des grilles usuelles du CNU et du Comité national.

15 Six panels structurent le champ des humanités et des sciences sociales : SH1 Individuals, institutions & markets ; SH2 Institutions, values, beliefs and behaviour ; SH3 Environment & society ; SH4 The Human Mind and its complexity ; SH5 Cultures & cultural production ; SH6 The study of the human past.

16 Avec les PRES, des conventions de site seront établies, elles se substitueront à terme à celles établies entre le CNRS et les établissements.

17 Le programme d’Excellenz Initiative (initiative d’excellence) développé par l’Allemagne est la principale source d’inspiration de la politique mise en œuvre par la France dans le cadre des « Investissements d’avenir ». En Allemagne, le dispositif vise à inciter d’une part la recherche de pointe et d’autre part l’amélioration significative de la qualité des installations de recherche scientifique et d’enseignement supérieur. Elle soutient des écoles d’enseignement supérieur (Graduiertenschulen), des « clusters » d’excellence pour jeunes chercheurs et recherche de pointe, et des universités d’excellence développant des « concepts d’avenir ».

18 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/pid25013/localisation-des-projets-investissements-d-avenir-equipements-d-excel.html

19 Par cette action, des laboratoires ou des groupes de laboratoires et d’équipes, de très haute qualité, pourront disposer de financements, notamment pour le recrutement ou le maintien en France de scientifiques de très haut niveau ou à fort potentiel, pour l’amélioration et le fonctionnement des équipements leur permettant de renforcer leur excellence scientifique et leur positionnement à l’international, ou pour la mise en place de projets pédagogiques innovants (par exemple sous forme d’une chaire).

20 http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid54478/17-candidatures-recues-a-l-appel-a-projets-initiatives-d-excellence.html

21 Voir l’ouvrage de Lamont Michèle, How Professors Think. Inside the Curious World of Academic Judgment, Boston, Harvard University Press, 2009, ainsi que les actes du Symposium /Thinking Academic Evaluation after Michèle Lamont’s « How Professors Think », Freschi Anna Carola, Santoro Marco (dir.), in Sociologica, n° 3, 2010.

22 Le 20 septembre 2010, le président Louis Vogel expliquait à La Lettre de l’éducation du Monde que « l’université générique a fait son temps. Avec l’autonomie, il faut que les universités répondent selon leurs propres modalités aux besoins spécifiques de leur environnement. Il faut aujourd’hui cesser d’agir comme si toutes les universités étaient semblables et donner à chacun la possibilité de développer ses qualités particulières. L’égalitarisme produit souvent l’inégalité. Cela ne veut pas dire que certains établissements sont meilleurs que d’autres. Ils sont simplement différents ».

23 École d’économie de Paris (PSE) et École d’économie de Toulouse (TSE).

24 Créés en 2007, les PRES sont nés de la loi pour la recherche de 2006. Prenant appui sur leur statut d’établissement public de coopération scientifique (EPCS), ils jouent un rôle dans les grandes opérations nationales comme le plan campus ou, actuellement, les Investissements d’avenir. Ils mettent en œuvre des formes de mutualisation. C’est la logique des projets sélectionnés par l’ANR qui permettent de financer les chercheurs et les UMR les plus dynamiques. C’est aussi la logique de sélection des membres de l’IUF qui restent attachés à leur établissement et deviennent des vecteurs de diffusion de l’excellence de la recherche dans leur laboratoire et leur établissement assurant ainsi un maillage du territoire scientifique. Cela peut être aussi le cas des projets financés par les acteurs régionaux.

25 L’ERC a pour mission de stimuler la recherche fondamentale aux frontières entre les disciplines en finançant des projets de recherche portés par les meilleurs chercheurs européens. En 2010, les sciences humaines et sociales se distinguent par leurs bons résultats. Sur les 264 projets sélectionnés toutes disciplines confondues, 44 projets SHS ont été retenus (voir le site http://www.cnrs.fr/inshs).

Table des illustrations

Légende Figure 1. Logiques de différenciation
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540