Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Des sciences humaines et sociales en crises ?

Les sciences politiques au cœur du maelström

Bernard Lacroix

Texte intégral

1Pour l’universitaire, il est toujours plus difficile qu’il ne l’imagine de parler de ce qu’il fait. Doit-il se présenter comme professeur, comme enseignant ou comme « universitaire », justement ? Professeur rappelle l’autorité, enseignant l’activité, universitaire le statut dans un travail de transmission d’un savoir mais sans jamais dire en quoi consiste l’un ou l’autre. La définition officielle de ce qu’est réputé faire cet universitaire ne sera pas d’un grand secours.

2Il est aujourd’hui dans l’enseignement supérieur écartelé entre recherche et transmission de connaissance, mais enseigner, cela tombe sous le sens, ne va jamais sans un objet spécifique. L’évocation de la fonction, qui plus est, reste muette sur les taches effectives et les gestes quotidiens. Enseigner n’est ni une pratique uniforme ni un geste univoque. Et faire sans dire prédispose rarement à dire ce qu’on fait. Tout dépend, au premier aspect, au moins, de l’interlocuteur. L’universitaire ne discute pas de ce qu’il fait de la même façon avec un collègue et avec un étranger au métier. Le premier partage avec lui quelques-unes des préoccupations qui le définissent aux yeux des autres. Le second sera, au mieux, un esprit curieux qui se satisfera de la présentation très générale d’un univers qu’il ignore. Ceci pour ne rien dire encore de la difficulté à échanger sur une activité académique définie, même avec un collègue de statut comparable dans la même institution. Les objets manipulés, textes, tessons de poteries ou équations algébriques sont infiniment différents. Malgré la distribution apparemment uniforme de l’ordinateur, les outils sont extraordinairement hétérogènes, du scalpel à l’accélérateur de particules. Et les rapports au public ne semblent en rien comparables, de la communication avec l’autre spécialiste mondialement reconnu de telle question pointue à la célébration de l’auteur de roman à succès récompensé par un prix littéraire.

3Solution de commodité très largement partagée : en appeler, pour ce qui concerne chacun de ces universitaires, à leur « discipline ». Mais la référence n’est pas non plus aussi claire qu’il y paraît, dans son double aspect de distribution académique sans autre justification que pratique et de découpage propre à l’univers imaginaire d’un savoir considéré en bloc. On s’affrontera autour de paradigmes, d’évolutions, de filiations, de transformations, on se battra en termes de continuités, de ruptures, de recompositions, on discernera des avancées, des reculs, des positions défensives, la résistance ou la balkanisation. Aucun des termes de cette philosophie implicite de l’histoire et du changement ne donne toutefois la formule exacte de ce qui se joue dans la comparaison entre « disciplines » ou dans la confrontation de « discipline » à « discipline ». Comment donc parler, entre nous, de ce que nous faisons puisque ce colloque est l’occasion de revenir sur les particularités de notre activité ?

4Les choses ne semblent pas plus simples en effet s’il est question de science(s) politique(s). On s’interrogera tout naturellement sur leur avenir parce qu’on sépare rarement un présent de son horizon. On ne dira certes pas « discipline » sans circonspection. Sur quel avenir, s’inquiétera-t-on pourtant, peuventelles compter à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense ? Et on partira d’au moins deux constats. Les sciences politiques sont une « petite » discipline. Elles ne « pèsent » pas beaucoup en termes d’enseignants en postes, une petite quinzaine à peine que l’on comparera aux effectifs des professeurs de droit ou de tout autre discipline choisie comme référence. Elles n’ont jamais formé localement de département autonome, ni d’entité gestionnaire distincte, à la différence de ce qui se passe dans d’autres établissements parisiens. Elles n’ont pas non plus beaucoup de filières professionnelles qui constituent un couronnement. Malgré un écho qui dépasse parfois les murs de l’établissement, elles sont souvent localement considérées comme des disciplines auxiliaires par les enseignants qui les côtoient, ou inversement comme des disciplines étrangères pour d’autres qui les ignorent.

5Les sciences politiques ont simultanément beaucoup changé dans l’espace des vingt-cinq dernières années. Elles ont été définies au contact de disciplines voisines et elles se sont redéfinies en relation avec des disciplines académiquement et publiquement consacrées. Leur principauté, hier à l’abri de solides frontières organisées autour de la présentation des institutions et des grandes idées qui régissent le monde, a pris le visage d’îlots contigus de spécialisation et la figure d’un archipel caractérisé par autant de controverses que de spécialités. On peut comprendre que dans un contexte de redéfinition des « sciences sociales », et dans un monde où la « crise » des sciences sociales paraît admise sans autre forme d’examen, les sciences politiques rencontrent les difficultés génériques de ces dernières, aiguisées par la préoccupation généralisée pour l’utilité qui paraît devenue l’étalon de référence commun. Comment finalement se dissimuler cette difficulté majeure qui tient à l’écartèlement du chercheur entre ces deux vérités ? Faut-il se borner à ratifier l’image d’une situation objective explicite, au risque de se limiter à voir ce qui l’accrédite (et la conforte) parce que le chercheur se trouve en dépendre ? Ou bien faut-il s’en remettre aux conditions nouvelles d’un débat qui se sont transformées, admettre tout ce que les sciences politiques nous ont enseigné dans ces derniers temps, et mettre en avant, de ce fait, sous le signe d’une forme de réflexivité, tout ce que les sciences politiques ont appris sur elles-mêmes ?

6On a voulu rendre compte d’un état de fait et se tirer par là même du mauvais pas d’avoir à présenter un point de vue synthétique à partir d’une triple conviction :

  • que l’horizon du propos de l’auteur de ces lignes dépend étroitement de sa situation, dans la mesure où celle-ci répète et met en scène sa présence à cette tribune ;
  • que la réflexivité, à la fois imposée et requise, ne saurait se dissoudre voire s’évanouir dans une subjectivité sans rivage ;
  • que les enjeux à venir, ceux de l’orateur comme ceux des auditeurs puis des lecteurs, emportent une vision du passé encourageant une reconstruction rétrospective qui fait du présent une confrontation entre ces visions.

7Ceci conduit successivement : à définir l’auteur de ces lignes par rapport au monde auquel il appartient, l’université de Nanterre ; à indiquer à quel point ce qu’il fait découvrir à ses étudiants n’a pas grand-chose à voir avec l’enseignement qu’il recevait dans les années 1968 ; à reconnaître quoi qu’il en ait que le savoir proposé à ces mêmes étudiants n’est pas complètement étranger à une façon de voir et de concevoir l’activité politique ; à renouer, par le fait, avec l’histoire dont il relève et à laquelle il appartient. Car c’est toute cette histoire qui est présente dans l’incertitude du travail qui s’accomplit sous le label « sciences politiques ». Ce qui justifiera, au moins je l’espère, le titre peutêtre énigmatique qui précède ces considérations.

1

8Il faudrait n’avoir jamais travaillé sur les traces de Norbert Elias ou de Pierre Bourdieu pour ignorer qu’une « réforme » peut se révéler une caricature de ce que véhicule le terme, audelà des enjeux, d’ailleurs très différents les uns des autres, dont elle peut être investie. Le drame du politiste – mais peut-être n’est-il pas, sous cet angle, dans une situation complètement différente de l’un ou l’autre de ses collègues universitaires – est donc d’abord de se trouver plongé dans un univers collectif pour le moins divisé quant aux vertus de la LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités). L’âge de l’analyste le range à peu près inévitablement aux côtés de ceux que leur passé rend étrangers aux perspectives attendues, sans que cette vision ne soit réductible à ce seul élément. Une « réforme », en effet, sous l’angle de sa conception, s’appuie et souvent s’enferme, dans l’économie d’analyse : en l’espèce l’ensemble des lieux communs, admis et colportés « au ministère » entre universitaires « modernes » et tenants de l’exemple des Grandes Écoles. Sous l’angle de sa réalisation, elle ne fait pas dans le détail car elle n’a pas de point d’application spécifique. Elle concerne aussi bien l’une ou l’autre des grandes universités de l’une ou l’autre des grandes métropoles que tels ou tels des « départements » provinciaux élevés au statut et au rang d’université de plein exercice. Elle sollicite d’ailleurs un nombre étendu d’acteurs, ce qui fait toute sa différence avec l’action individualisée et l’idée que chacun peut s’en faire. Elle ne va pas sans travail de mobilisation, ce qui explique, au moins en première analyse, son inégal degré de cristallisation selon les lieux et selon les établissements, selon les « disciplines » dans les divers établissements. Elle se spécifie enfin au fil d’un processus.

9L’adoption de la loi pendant l’été 2007, accueillie par les enseignants dans une relative indifférence, passe pour une réforme sans conséquence de plus. Jamais complètement avouée du point de vue de ses objectifs, la « réforme » est, au demeurant, à ce stade, aucunement transparente du point de vue de ses résultats. Elle se métamorphose ainsi continûment dans le temps du point de vue de sa mise en œuvre, en se résolvant notamment en un marché de dupes, l’échange d’une concession mineure relative au pouvoir du Conseil national des universités (CNU) contre la volonté sans faille de mettre à l’encan les services académiques. La détermination tenace et rusée des maîtres d’œuvre de son agencement vient à bout, à l’usure, de l’hostilité résolue mais divisée de ses adversaires à mesure que le temps passe. Il n’est pas jusqu’à la multiplication des antagonismes qu’elle opère, à commencer par ceux qu’elle spécifie insidieusement entre ceux qui s’en proclament les auteurs, ceux qui se saisissent en toute hâte de ses possibilités et ceux qui s’en croient ou s’en découvrent les victimes, qui ne transforment les façons hétérogènes de les voir. Il va de soi que ces engagements et les dynamiques qu’ils entraînent ne sauraient se résumer au texte juridique qui en est à la fois la neutralisation et la solemnisation.

10De là maintes conséquences. Le texte juridique, incarnation publique de « la réforme » dans lequel se confondent l’entreprise et son esprit, ne porte pas, en toutes lettres, sa raison d’être inscrite sur son front. Quoi qu’en pensent les spécialistes de l’exégèse du texte « d’État », il ne trouve même pas un début d’explication dans « l’exposé de ses motifs ». Il n’a paradoxalement, sous l’angle des représentations de son instrumentalité – on dit aujourd’hui de son efficacité –, rien d’univoque, malgré l’uniformité de dispositions supposées valoir partout, pour toutes les universités de France et même de Navarre, pour toutes les disciplines dans toutes les universités, pour tous les départements d’enseignement, pour tous les types d’enseignement et ainsi de suite. Il déborde ainsi infiniment l’interprétation courante de ses attendus, tant il a, en général, d’autres effets, que ceux qu’en attendent ses promoteurs. Et si peu que l’analyste prenne ses distances vis-à-vis de l’un ou l’autre des enjeux qu’il exprime, il ne fait pas beaucoup plus qu’enregistrer, à l’instant de son entrée en vigueur, les rapports de face à face caractéristiques de la conjoncture. Ceci, bien sûr, sans cesser de donner à chacun de ses protagonistes le sentiment pratique d’une latitude d’action plus ou moins étendue. Le mystère et le secret de sa force résident ainsi dans la disparition des conditions dont il est le produit, et la multiplication de l’autorité de l’énoncé auquel il se réduit, en ajoutant sa force propre à l’état préexistant des rapports de force.

11La LRU n’échappe pas à ce schéma. Elle entérine une doctrine d’exécution toute d’inspiration bureaucratique, qui vient à bout des fantasmes d’impuissance du « ministère », des « experts » et de leurs relais territoriaux, jusqu’alors tenus en bride, en mettant le droit de leur côté. Elle autorise, sous couvert d’autonomie (il faudrait dire, en fait, d’une « autonomie » ravalée au rang d’outil bureaucratique à l’usage de ses promoteurs et de ses porte-paroles) la redistribution et l’élargissement des compétences, en fait l’accroissement du pouvoir à tous les étages : recomposition des Conseils d’administration, extension des pouvoirs des présidents d’université, utilisation de l’outil financier pour atomiser et contrôler la collectivité académique. Elle prépare et engage ainsi une réorganisation qui n’a pas grandchose à voir avec la logique vantée, en réaménageant, en particulier, un « statut » qui était loin, il faut bien le dire, de faire obstacle au fonctionnement académique. Son premier effet est donc d’abord de mettre le feu aux poudres, en entraînant, lorsque les enseignants l’ont découverte avec le retard de la surprise, le plus long mouvement de contestation depuis la guerre. Finalement battu, le plus grand nombre tend désormais à se retrancher dans la résignation et la passivité.

12Avec l’introduction de ce levier bureaucratique, tout semble se passer comme si la quête des moyens prenait le pas sur la définition de l’intérêt de la recherche et la raison d’exister de celle-ci. Détail caricatural mais révélateur : il a fallu, et il faut encore selon les endroits, batailler pour obtenir la réintroduction du format « livre » dans l’exercice d’évaluation bibliométrique ! L’effet le plus immédiatement manifeste de la loi semble être de dissocier les questions d’organisations et les opérations intellectuelles, d’organiser la préséance des premières sur les secondes pour le motif indiscutable « d’évaluer » celles-ci, avant de laisser s’affronter leurs spécialistes respectifs dans le cadre d’une supposée « concurrence » dont le principal bénéficiaire est, finalement, l’autorité de l’arbitre.

13Coexistent désormais deux dynamiques dont l’indépendance respective n’avait pas grand sens auparavant, qui n’obéissent plus ni aux mêmes impératifs, ni aux mêmes rythmes. Naît, en particulier, tout un marché de l’organisation comme exigence chronophage de présence, obsédée par la « gouvernance ». Ou, plus précisément encore, par la dépense d’énergie qui se consacre, à coup « d’appels d’offres », au réagencement, à la recomposition et à la restructuration à toutes fins-pôles, équipes, nouveaux ensembles universitaires, fusions, PRES, etc. – guidées par les recettes éculées d’un « New Management » qui cache à peine un anti-intellectualisme de principe. C’est à partir de ce redéploiement généralisé mais étroitement encadré, armé des justifications de son engagement mais en rien contrôlé ni évalué dans ses effets, retraduit localement de façon diversifiée (voyez le suivi des « maquettes » des diplômes, la « négociation » des « contrats » ou la distribution des formations dites « d’excellence ») que se recomposent les stratégies : souvent, mais pas toujours, celles de nouveaux venus contournant ou déstabilisant des figures d’autorité dont le seul tort est d’être établies, engendrant simultanément tensions généralisées, suractivité et démission, au détriment de beaucoup de réalisations indispensables qui ne font pas de bruit.

14Il suffit peut-être ainsi d’être confronté au tourbillon des transformations exogènes des orientations de recherche-qu’on aurait tort d’imputer trop vite à la seule raison budgétaire – pour avoir un aperçu des contraintes centrifuges qui s’imposent à une minuscule population d’enseignants – chercheurs telle que les sciences politiques dans une grande université telle que Nanterre : l’exacerbation et la limitation du recrutement qui résulte du plafonnement de principe du nombre de postes, la perpétuation et l’invention de regroupements pédagogiques sans grande justification intellectuelle, la mise en compétition de fonds distribués en fonction des rapports de force et du plébiscite irrationnel des étudiants pour certaines formations au détriment d’autres. Tout ce qu’exprime et dissimule le mot d’ordre en apparence bien séducteur mais infiniment réducteur et pour tout dire carrément trompeur : « pluridisciplinarité, excellence, international ».

2

15Mais comment, « la » ou « les » sciences politiques (peu importe pour l’instant) sont-elles devenues, dans notre univers national en tout cas, une discipline académiquement consacrée ? Elles n’ont pas toujours été présentes à l’Université. Cette présence est même relativement récente.

16La dynamique intellectuelle des sciences politiques doit ainsi beaucoup à la création d’un concours de recrutement d’enseignement spécialisé. Dans les années 1960, la faculté de droit de Paris d’un côté, l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris de l’autre, se partageaient, sous l’effet de la division du travail entre « grandes écoles » et « facultés », les principales filières de formation scolaire des « élites généralistes » du pays. Les deux établissements restaient discrètement concurrents, bien que le recrutement partiel de leur public étudiant et d’une partie de leur corps enseignant tendaient à les rapprocher.

17Les lauréats de la faculté de droit voyaient en « Sciences po » le principal mode d’accès à l’École nationale d’administration (Ena), la dernière née des grandes écoles, tandis que Sciences po était engagé, notamment avec la création d’un « troisième cycle » dans la recherche d’une dignité académique et d’une respectabilité universitaire qui lui faisaient défaut. Les deux établissements finirent par se rencontrer, pour des raisons différentes, sensiblement opposées et en partie à leur corps défendant sur la définition du recrutement d’une discipline spécialisée de professeurs d’université, sous la forme d’un concours apparenté à celui des facultés de droit. L’accord fut scellé dans la foulée de l’année 1968 parce que le nouveau ministre de l’Éducation nationale, Edgar Faure, se saisit de l’opportunité pour faire la preuve de son « modernisme » devant l’agitation étudiante. Et l’organisation du recrutement fut conçue pour échapper aussi bien à l’état d’esprit empesé des concours de droit qu’à la maîtrise exclusive de l’appareil de la Fondation nationale des sciences politiques (FNSP), quoique les représentants de celle-ci n’aient pas discrètement ménagé leurs efforts pour contrôler une procédure qui portait le nom de leur « établissement ».

18Le fonctionnement des premiers recrutements n’a pas été à la hauteur de leurs vœux. Malgré l’existence de prétendants maison, les sciences politiques tendaient à se réclamer, à travers les candidats les moins attachés à l’institution, et par simple effet d’osmose et de curiosité intellectuelle, d’auteurs tels que Althusser, Foucault, Barthes ou Bourdieu d’abord, de l’histoire sociale des Annales de façon plus feutrée. Quoique les premières thèses n’en portent que marginalement la trace, elles se recomposent doucement à l’abri du prestige et de l’autorité des « sciences sociales » à l’apogée de l’explosion publique de leur reconnaissance. Il n’est pas bien surprenant qu’il faille près de vingt ans pour voir adouber le premier protagoniste de la vision et des orientations de Science po à la tête du principal laboratoire d’analyse de la vie politique française contemporaine avant d’en devenir un inamovible directeur. Quoi qu’il en soit, passé un temps d’opposition systématique à « la discipline » (et au concours), principal fait d’arme de Mme Saunier-Seité, l’opération de recrutement se renouvelle, jusqu’à irriguer inégalement mais régulièrement les recrutements successifs de professeurs, et par contrecoup de maîtres de conférence au moins jusqu’au tournant des années 2000. Les travaux les plus remarqués dans l’univers de la recherche spécialisée, repérables à leur discrète mais fréquente évocation entre professionnels, mais aussi parce que leur auteur s’impose comme une référence actuelle, tendent alors à s’affirmer sous la double opposition à l’inspiration juridique d’origine canonique et à l’inspiration behavioriste de fabrique nord-américaine.

19Il faut s’attarder, après-coup, sur ce moment particulier, la dynamique engendrée et l’explicitation des confrontations suscitées : cette dynamique se manifeste dans l’écho recueilli par des références qui changent, et dans le déplacement d’équilibre en faveur d’orientations apparemment plus prometteuses, bien que les contemporains oublient aisément qu’elle dissimule la reconnaissance accordée à des étrangers à Sciences po. Cette dynamique reste aujourd’hui l’un des phénomènes les plus aisément repérable qui permet de comprendre que ce que l’auteur de ces lignes enseigne aujourd’hui n’ait plus rien de commun avec ce qui lui avait été enseigné dans les années 1965.

20Porté par la réussite et l’expression académique des sciences sociales, mais désarçonné par « la science » et la référence à « la science » qui est l’humeur des années 1970, l’enseignement des sciences politiques est travaillé, plus de vingt ans plus tard encore, par l’inquiétude qu’elles ont sur elles-mêmes et sur ce qu’elles font. Elles développent même un temps une épistémologie régionale particulière, comme l’ont montré quelques nouveaux venus qui se sont revendiqués épistémologues. Le salut des disciplines « politiques » les plus consacrées vient toutefois, une fois encore, de leur hétéronomie. Alors que tout l’effort de sciences sociales revisitées tendait à l’interrogation renouvelée des formes de l’objectivité du monde, elles retrouvent une forme d’assurance de soi dans la restauration de la confusion entre la subjectivité de l’acteur et la subjectivité de l’auteur. Le souci de soi, trop rarement pensé comme une genèse historique de l’individu, devient la célébration empressée d’un for intérieur réinventé, alors que des administrateurs et des économistes à succès reconvertis à une philosophie dont ils ignorent tout, redécouvrent de façon émerveillée les droits de l’homme.

21Ne subsiste plus par-delà l’utilité à courte vue de l’étude des institutions, du vote, et de l’opinion et sa complaisance dans l’humeur critique vis-à-vis de la critique d’avant-garde d’hier qu’un positivisme naturaliste expert dans l’art de ne pas découvrir grand-chose. Voilà une seconde fois, la science politique écartelée, maintenant par l’incertitude d’un renouveau ambigu.

3

22La restructuration des sciences politiques par « l’agrégation » (il faudrait dire, on l’aura compris, par l’organisation académique du recrutement de professionnels de l’enseignement) fait figure « d’événement », sur-le-champ mais aussi rétrospectivement, pour une bonne partie de ceux qui se tournent vers l’analyse politique après s’être formés entre les années 1980 et les années 2000.

23Elle donne une assise (en termes de nombre) et une épaisseur (en termes de construction symbolique) bien plus manifeste qu’auparavant à la discipline. Mais celle-ci reste, malgré tout, largement floue pour ceux qui lui sont étrangers, jusqu’à aujourd’hui y compris, en même temps qu’elle en complique singulièrement la définition pour ceux qui en relèvent, parce qu’ils y sont impliqués. Tout le monde se fait, en effet, une représentation des mathématiques à partir de leur représentation scolaire, qui donne à chacun l’impression de savoir ce qu’elles sont. Inversement, ils ne sont pas légion ceux qui, sans faire de science politique, se font une idée exacte de ce dont s’occupent les gens dont les « sciences politiques » sont le métier. La remise en question des façons de voir formulées dans les années postérieures à 1968 a redonné significativement un certain lustre à des thèmes qui servaient de point de repère à ce petit monde antérieurement : votes, institutions ou opinions pour ne pas parler des politiques publiques. Cela n’a évidemment pas contribué, bien au contraire, à faire connaître ce qui se faisait en science politique, en dehors de leur univers professionnel. Et au-delà de la confrontation ouverte entre des objets empiriques canoniques et de nouveaux objets empiriques revendiqués, les sciences politiques laissent transparaître, bien plus que d’autres disciplines, combien elles sont loin de prétendre, autrement que sur le mode du souhait, au monopole de ce qui fait leur spécialité.

24Dépourvues de l’unité que donne même un travail d’unification lacunaire, privées simultanément du nom propre qui leur donnerait le visage qui les rendrait incontestées et incontestables, elles ne peuvent finalement se résumer par aucune notion claire, comme les mathématiques par le nombre, ou la géométrie par l’espace. Restent comme éléments d’une définition admise en fait et admissible en droit, l’angle sous lequel la discipline est considérée et les frontières qui président à la façon de la voir. C’est pourquoi, s’il faut sacrifier à l’exercice qu’attend inévitablement le lecteur sans céder à la tentation substantielle, on préférera les présenter, avec toute la prudence inévitable, comme l’univers des rapports que nouent et qu’entretiennent des groupes et des gens avec le monde et les gens qui les entourent, ou plus exactement comme les relations entre ces façons de se situer entre elles et les points de vue hétérogènes qui les expriment.

25Les relations qu’on vient d’évoquer, entre ceux qui sont immergés dans les « sciences politiques » et ceux qui sont extérieurs à ce cercle (on pourrait dire, en simplifiant entre ceux qui sont « dedans » et ceux qui sont « dehors »), sont issues du passé. Mais elles sont encore agissantes. Il n’existerait pas, disent certains, de « sciences politiques » sans l’apparition et la consolidation de l’État parlementaire, ou plus exactement sans relations entre professionnels et profanes de la « politique » auxquelles ce dernier doit le jour. L’opposition entre professionnels et profanes relèverait, du même coup, de la division que développerait une spécialisation comparable à celle de n’importe quel savoir. Ce dernier aspect qui rencontre dorénavant dans la discipline un large assentiment n’est pas complètement faux, mais bien trop unilatéral et bien trop exclusif.

26Au bout du compte, c’est encore la matrice à quatre cases, professionnels et profanes, en politique et en science politique qui, en organisant la structure des points de vue réciproques, se découvre le moyen le plus simple et le plus satisfaisant, de se faire, jusqu’à plus ample informé, l’idée la plus pertinente des « sciences politiques ». Cette matrice permet, en tout cas, de concevoir un très grand nombre de leurs propriétés, et par exemple : la concurrence qui se développe entre professionnels de la politique et professionnels de la science politique. La prétention des politistes (ou du moins de certains d’entre eux) à dire, avec un minimum d’autorité, la « consistance » ou la « bonne vision » de la politique est, on s’en doute, difficilement recevable de la part des hommes politiques. Elle l’est, d’autant moins quand la définition publique de la politique est réputée, par nature, être l’affaire de tous. Second exemple : cette matrice permet également de concevoir la concurrence entre spécialistes de science politique. Car par suite de leur venue tardive à une forme de spécialisation scientifique, ils tendent à reproduire, au sein de cet univers de savoir, la multiplicité et l’hétérogénéité des postures et des schémas des disciplines voisines. La même matrice permet encore de concevoir l’ignorance publique dont les « sciences politiques » demeurent, quoi qu’elles en aient, l’objet : comme l’effet nécessaire d’attitudes, d’origine différente, mais néanmoins convergentes, la conjonction de la superbe, un brin méprisante, de professionnels de la politique sans autre intérêt pour les choses intellectuelles que les ressources qu’ils en tirent-à travers les sondages par exemple-et l’indifférence de tous ceux, qui, à l’horizon quotidien, n’en ont rien à faire. Ultime indication retenue de cette matrice, sans que celle-ci soit la dernière, l’attraction démultipliée rencontrée par la formation délivrée par l’IEP de Paris (visible dans l’accroissement simultanément contrôlé et démesuré de ses effectifs étudiants) ou la proximité et l’affinité entre l’établissement de la rue Saint-Guillaume et le journalisme. Quelle meilleure preuve en donner que la multiplication des tribunes dans les médias sur le dernier sujet qui leur agrée par des anciens de « Sciences po » d’autant plus heureux de faire-valoir leur signature de « professeur à Sciences po » qu’ils y sont chargés d’une petite conférence hebdomadaire ? Curieuse situation maintenant, que de voir les « sciences politiques » habilement et perfidement exploitées à raison des tensions notamment intellectuelles qui les agitent.

4

27Conséquence de « l’épistémologie » actuelle des « sciences politiques » et de l’interrogation qu’elles ont développée sur elles-mêmes : on ne peut plus engager dans leur présentation, devant un parterre ou dans un livre, une conception des sciences qui emprunterait aux sciences exactes, par exemple à une vision scolaire inspirée de la physique.

28La faiblesse attestée de cet étalon de référence n’empêche cependant pas de comprendre l’une des orientations majeures d’une ligne de pente singulière : leur rapport très particulier à « la politique » dans le sens le plus immédiat et le plus flou du terme. Dès qu’observées même à partir d’un passé proche, pardelà toute affirmation d’un supposé « retard » au regard d’autres disciplines, les « sciences politiques » sont évoquées, mises en avant ou promues par ceux qui en restent les plus éloignés, par des acteurs impliqués dans la politique, souvent proches des détenteurs des positions de pouvoir. L’accréditation par la science, souvent à l’arrière-plan mais rarement complètement absente, passe alors fréquemment au second rang par rapport aux préoccupations politiques et par rapport à l’horizon politique : elle est condamnée ainsi à n’être qu’une ressource des « sciences politiques » pour leur donner un supplément de respectabilité intellectuelle.

29Ceci se voit bien dès les débuts de l’École libre des sciences politiques (1872), pourvu qu’on ne pense ces débuts ni comme un accomplissement ni comme un point de départ, bien que ces débuts soient désormais considérés tels et consacrés en conséquence. Il est difficile, en effet, de séparer la création de cet établissement des circonstances dans lesquelles il voit le jour et de la façon dont elles affectent les réactions des gens : un épisode majeur de revers dans la confrontation franco-allemande, difficilement compréhensible dans les cercles cultivés parisiens, la défaite de 1870, la conviction des caciques de l’Université française de la supériorité de l’intelligence allemande, enfin et surtout, l’obligation de remobiliser autour de l’unité nationale malgré l’élimination de l’empire et de l’empereur. Mais cela n’enlève en rien les préoccupations proprement « intellectuelles » de Boutmy, arc-bouté sur une forme d’hostilité d’origine religieuse et convaincu des valeurs de l’esprit contre l’autoritarisme napoléonien. Son modérantisme politique, mais surtout son aversion pour l’État impérial, lui font voir l’enseignement « libre » appuyé sur un mécénat adéquat comme une panacée, au principe de la fondation de l’École libre des sciences politiques.

30Prend naissance, avec cette création intrinsèque, la consanguinité entre les professionnels de la politique et les professionnels de l’analyse politique quand on n’appelait pas encore celle-ci « expertise » ou, si l’on préfère, la relation congénitale entre les « sciences politiques » et la « politique ». Cette double négation d’un monde politique (et d’une forme de régime) d’un côté, et d’un monde académique (jugé trop opposé aux valeurs de l’esprit) qui deviendra bientôt une défiance vis-à-vis des plus radicaux de cet univers de l’autre, individualise une école particulière sur fond d’université, en encourageant la dualité qui les oppose. Les « sciences politiques » prennent la forme des enseignements « appliqués » qui conviennent à la culture générale de futurs cadres de l’État.

31C’est dans ce rapport particulier à la politique que « les sciences politiques » s’organisent et se réorganisent, en faisant de l’auteur de ces propos, quoi qu’il en ait, le produit et l’héritier de cette histoire : dans les années qui suivent immédiatement la guerre en rappelant sous un autre visage, ce qui s’était déjà passé ; dans les années 1950 déjà, dans les années 1968 encore, sans oublier les transformations profondes engagées dans les dix dernières années qui montrent la même surprenante permanence.

32Il est remarquable, du point de vue de l’analyse, que l’absence d’une école de formation de hauts fonctionnaires-la future École nationale d’administration-paraisse à une partie de l’opinion savante dans un contexte de défaite comme la principale raison de la faillite du personnel politique de la IIIe République. Car la même école sera regardée en 1945 par une fraction des élites, à la suite du rétablissement après une défaite encore (à l’occasion du projet Cogniot), comme la principale responsable politique du naufrage et de la faillite du régime de Vichy. Mais, au-delà des avatars proprement « nationaux » d’une « politique en trompe-l’œil », il n’est pas moins remarquable que les sciences politiques enfourchent la même dynamique, à l’échelon international-intérêts du « monde libre » obligent –, avec la création à l’initiative de l’Unesco en 1949 de l’Association internationale de science politique, de l’Association française de science politique dans la continuité de celle-ci, puis de la Revue française de science politique gérée par la Fondation nationale des sciences politiques. Il y a, sous cet angle, symbiose récurrente entre un IEP, formellement rénové, et l’École libre de Boutmy qui l’a précédé et avec lequel il est toujours en affinité.

33Mais comment ignorer que la respectabilité académique devienne, pour un temps, l’enjeu proprement scolaire majeur de ce monde renouvelé ? Avec, en 1956, la création, dans un établissement jusqu’alors dépourvu du droit de délivrer ce grade, d’un diplôme universitaire de troisième cycle. Avec, dans les années postérieures à 1968, la création, déjà évoquée, d’un concours de recrutement de professeurs spécialisés, transaction paradoxale avec la faculté de droit de Paris.

34La perspective de la considération académique perd en importance, au fil des étapes de cette réussite, à mesure que s’effacent les origines politiques troubles de l’héritage et que la dignité académique cesse insensiblement de donner ce crédit qu’en tirait l’Université. Il n’en est plus besoin désormais, comme l’exprime, depuis, les années 2000, la politique du directeur de l’IEP de Paris, Richard Descoings, tendant à faire passer l’IEP pour une université sélective de science sociale, sur le modèle des business school américaines.

35Le savoir que transmet l’appareil articulé des IEP reste suspendu à l’usage commun et vulgarisé de savoirs pratiques, très immédiatement utiles à l’activité politique, tels que la connaissance de l’agenda institutionnel officiel, l’analyse prospective du vote et le suivi de l’opinion, sans oublier l’équilibre géopolitique du monde, les finances ni l’identification des perspectives gouvernementales. Pourtant, malgré la reconnaissance publique apparente et un peu condescendante qu’elles doivent aux auxiliaires des professionnels de la politique tels que les journalistes et aujourd’hui les « communicateurs » politiques en tout genre, elles restent hantées par leur déficit de légitimité intellectuelle, ce qui les pousse à se retrancher derrière le foisonnement des références « théoriques » disponibles : le pluralisme des méthodes (de « la science carrefour ») vole ainsi, aujourd’hui comme hier, au secours du pluralisme d’une démocratie bien tempérée.

5

36C’est au regard de ces péripéties et sur le terrain des controverses dont elles donnent le spectacle, que la concurrence pour le label le plus pertinent des sciences politiques sur elles-mêmes, au sein des sciences politiques, et donc implicitement pour la bonne définition de celles-ci qu’emporte chacun de ces labels, est un phénomène qui garde toute son importance et tout son sens, au-delà d’une récurrence désuète qui prête toujours à sourire. Ces controverses sont un indicateur pour l’enquêteur. Mais elles sont toujours aussi le révélateur de la forme, pour un temps durcie, des relations entre les groupes intéressés à la discipline, dans et hors de celle-ci.

37Faut-il, en effet, parler de « science politique » au singulier ou de « sciences politiques » au pluriel ? Faut-il parler de « science politique » ou de « sociologie » ? Faut-il parler de science sociale « du » politique, de « socio-histoire » « du » ou « de la » politique ou de sciences de « l’action publique » ? Et, cerise sur le gâteau, assurée de rencontrer l’ironie, faut-il parler de « politiste » ou de « politologue » ? Toutes ces formulations ont été employées au fil du temps, toutes ces formulations sont employées souvent de préférence à leur voisine, toutes ces formulations ont leurs partisans, leurs défenseurs ou leurs détracteurs.

38Pour en rester à Nanterre, n’est-ce pas céder au syndrome de la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bouf, que de placer sous le patronage du très sérieux CNRS un « Institut des sciences du politique » ? « Institut » comme le tout proche Institut d’études politiques de Paris, cela tombe sous le sens. « Des sciences » : la référence est difficilement discutable, au moins pour ceux qui ont connu les batailles et les controverses des années 1970. « Du politique » : en l’absence de manifestation plus crédible, le masculin donne, évidemment, comme il donnait naguère, plus de hauteur savante que le féminin à « la » vulgaire politique. Mais, doit-il conduire à céder aux transformations insensibles qui semblent portées par l’air du temps, comme la substitution de la marque « Sciences po » au nom « Institut d’études politiques » de Paris ? Sur la façade de l’établissement, sur l’acronyme de Presses académiques, au mieux traitées comme un instrument de publicité, comme moyen de patronage d’un challenge sportif, ou tout autre traitement extralectuelintellectuel que l’on mettra en avant ? Et comment admettre que le nom commun d’une formation académique comme beaucoup d’autres soit approprié comme nom propre d’un établissement parisien revendiquant le statut de « grande école », des réseaux qu’il contrôle, des enseignements qu’il distille et de la vision magnifiée, qui en est reçue jusqu’à empêcher son utilisation par toute entreprise rivale ?

39Cette ultime difficulté, en fait chronologiquement première, est insoluble d’un geste et sur le champ. La préférence de tout un chacun pour une « définition » des sciences politiques plutôt qu’une autre est la réalité préalable sous laquelle elles se donnent inévitablement au départ à toute réflexion. Mais en même temps, le détour n’est pas moins inévitable, long et coûteux, qui aide à comprendre les raisons d’être de la diversité, immédiatement observable de cet éparpillement de préférences. À quoi bon pourtant, dans un premier temps au moins, chercher le (vrai) sens du mot, en croyant chercher le (bon) sens d’une façon de faire, s’il n’existe que des luttes au fil desquelles se consolident provisoirement le sens des termes ? Pourquoi et comment « la sociologie » s’est-elle imposée, au moins à vue d’oil, contre « les sciences politiques » dans les années 1970 ? Parce que, à l’époque, dans le mouvement de promotion des sciences sociales, « sociologie » bénéficiait d’une connotation beaucoup plus « avant-gardiste » que l’expression désuète de « science politique ». Pourquoi et comment « la sociologie » donnant ensuite l’impression de tenir la main, la « science politique » a refait-elle surface au tournant des années 2000 ? Parce que « la sociologie » paraissant, parmi les intellectuels spécialistes de la discipline, être devenue le fait de tous, à moins qu’elle ne soit malignement considérée être telle, comme le laisse entendre le rapport Schemeil du jury de recrutement de l’époque, le retour à « science politique » redevint, sinon le signe d’un nouvel avant-gardisme critique, du moins le drapeau d’une génération de nouveaux venus. Il est vrai que les choses sont un tantinet plus compliquées, par suite des positions acquises, des prétentions affichées, et du capital accumulé et revendiqué ; chacun de ces labels semble, en pratique, tirer son sens, moins d’un état donné des configurations des relations, que des « stratégies » dépersonnalisées qu’il expose à la vue.

40Pour autant, le dernier en date des labels « Sciences po », la promotion d’un blason avec deux bêtes dressées sur leurs pattes arrière qui se font face, est une stratégie à peine dissimulée qui vient couronner, en fait conforter et faire ratifier, une entreprise d’hégémonie intellectuelle qui ne peut pas dire son nom. Aucun de ces labels n’est étranger, par le fait, aux entreprises de celui qui le précède en s’affirmant sous l’espèce d’une volonté critique avant de recevoir provisoirement mais rarement complètement droit de cité. Aucun d’entre eux n’est étranger aux rapports de force intellectuels dans l’univers intellectuel à l’intérieur et autour de la discipline. Aucun de ces rapports intellectuels n’est étranger aux luttes entre groupes au sein de l’univers politique. Aucun de ces groupes politiquement organisés dans l’univers de la conquête des positions de pouvoir n’est étranger aux conflits entre groupes sociaux – on aurait dit autrefois quand l’effacement de ce mot aussi n’était pas devenu un enjeu symbolique, étranger aux « conflits de classe ». L’affirmation d’une revendication hégémonique issue de l’activisme bureaucratique déployé par la direction de « Sciences po » (Paris) profite ainsi largement de l’existence de « sciences politiques » émiettées, offertes à l’hétérogénéité de préoccupations à toutes fins et ouvertes à tous les vents dominants, donnant l’image d’une coexistence éminemment libérale et plurielle, plutôt que de les faire voir et les fairevaloir comme une discipline comme une autre.

41Tout semble au vrai se passer comme si, enfermées dans une forme particulière d’hétéronomie, quoique excellant désormais dans l’enquête et l’analyse technique de quelques problèmes majeurs récurrents de l’agenda des hommes au pouvoir (la question européenne, la mondialisation, la crise de la représentation, le populisme, le rôle des ONG, de la société civile ou de l’humanitaire, etc.), les sciences politiques devaient se satisfaire d’être le point d’honneur académique des questions politiques à l’ordre du jour qui sont définies et qui se définissent en dehors d’elles.

42On pourrait ainsi s’estimer provisoirement satisfait d’avoir commencé à éclaircir une situation, car cette situation apparemment dépourvue de tout mystère est le plus souvent traitée comme si tel était le cas : en ignorant l’inclination commune à passer sous silence la différence, et sans doute la distance, entre l’enseignant et le chercheur ; l’affrontement feutré entre formes de sociabilité disciplinaires, divisées entre elles et ignorantes de se retrouver réceptacle de propriétés multiples qui ne s’expriment pas toutes également ni toutes simplement dans le ton du dernier intervenant ; ou bien l’ignorance réductrice de ce que l’insertion locale de la discipline est la projection d’une configuration aux frontières bien plus éloignées. En ignorant une foule d’autres choses encore. On n’en finira malheureusement pas, donnée pour l’instant incontournable, d’énumérer toutes les activités et tous les engagements qui ont pour résultat, qu’on le veuille ou non, de réduire, de limiter ou d’annihiler les marges d’autonomie de l’activité académique et corrélativement de l’activité intellectuelle par la voie de l’exercice académique. Mais aucun de ces gestes, apprécié à bonne distance, en se recomposant en relation avec d’autres dans le temps, n’est complètement univoque.

43Il faudrait pouvoir reprendre un à un sous cet angle tous les aspects abordés jusqu’ici. Mais, comment ne pas se réjouir si, d’aventure, une « réforme » aux effets si manifestement opposés à l’exposé de ses motifs, finissait par prendre à contre-pied ses instigateurs ? L’accroissement des promotions diplômées du principal établissement réputé former en « sciences politiques » tend, par exemple par simple effet de « déversoir », à restreindre la possibilité déjà limitée de recrutements d’enseignants d’origine proprement universitaire. Mais la saturation numérique des effectifs exigée par une sélection qui reste, dans le principe, élitaire, permet à cette formation et à cette orientation de se maintenir dans les universités, ce qui peut être considéré après tout comme une forme de « démocratisation » de l’enseignement en sciences sociales. C’est pourquoi j’ai placé cette présentation sous le signe des pêcheurs du maelström de Norbert Elias. Chacun connaît évidemment la fable : deux frères sont entraînés par la perte de leur bateau dans l’immense tourbillon. L’un s’abandonne passivement au désespoir ; il finit par disparaître. L’autre se demande laborieusement et avec beaucoup de souffrance ce qu’il pourrait faire ; il trouve le moyen de s’arrimer à un tonneau et cette résistance accrue au courant lui permet finalement de s’en tirer. Il s’en sort malgré la faiblesse de ses chances initiales. Devant le plus sombre, c’est-à-dire la formule renforcée de domination bureaucratique dont nous sommes tous collectivement l’enjeu, et qui jette à la côte un très grand nombre d’entre nous, le sort de ceux qui apparaissent néanmoins les plus dépourvus de ressources n’est pas pour autant scellé.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, IUF

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540