Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Des sciences humaines et sociales en crises ?

Les sciences sociales, le numérique et l’Internet

Bruno Racine

Texte intégral

1J’aborderai ce thème très vaste en me plaçant du point de vue de la grande bibliothèque patrimoniale qu’est la Bibliothèque nationale de France (BNF) – sachant qu’elle est au service des chercheurs dans toutes les disciplines mais qu’elle a aussi pour mission essentielle de conserver ses richesses documentaires de façon pérenne. Elle vise donc aussi bien à diffuser l’actualité de la connaissance qu’à faire connaître l’histoire de celle-ci.

2À l’inverse, l’université d’Austin au Texas a récemment pris la décision d’éliminer tous les livres physiques de sa bibliothèque pour n’offrir que des ressources électroniques. Il s’agit, il est vrai, de la bibliothèque consacrée aux sciences de l’ingénieur, mais la tentation est grande, dans de nombreuses bibliothèques patrimoniales, d’aller à terme vers le tout numérique. La British Library entend délocaliser jusqu’à 60 % de ses collections dans de vastes silos ultra-perfectionnés au fin fond de la campagne anglaise. La Bibliothèque nationale de Norvège entend numériser la totalité de ses collections dans un délai de deux décennies.

3Il y a lieu de rappeler que le numérique et l’accès à distance sont deux notions distinctes : pour des raisons tenant au droit de la propriété intellectuelle, les institutions documentaires doivent réserver à des lecteurs accrédités, et dans certains cas à l’intérieur de leur enceinte, l’accès à un grand nombre de publications électroniques. C’est l’une des raisons, soit dit en passant, pour lesquelles la bibliothèque a encore un bel avenir en tant qu’entité physique et pas seulement virtuelle. Je m’efforcerai dans un premier temps d’évaluer l’impact du numérique sur la recherche en sciences sociales. Puis j’esquisserai quelques pistes de réflexion sur l’avenir de l’objet-livre et le rôle croissant des ressources numériques présentes sur la Toile.

  • 1 Abbott Andrew, « The Traditional Future : A Computational Theory of Library Research », in College (...)

41. J’en viens donc à mon premier point, qui prendra pour point de départ les analyses d’Andrew Abbott, professeur de sociologie à l’université de Chicago, lequel s’est efforcé de modéliser la recherche en bibliothèque elle-même – ou, pour être précis, la recherche qui trouve l’essentiel de sa matière dans les ressources des bibliothèques1.

5Partant du constat que l’attention s’est principalement portée sur les technologies elles-mêmes et sur les possibilités nouvelles qu’elles offrent aux chercheurs – en termes de facilité et de rapidité d’accès à des informations existantes notamment –, il se demande en quoi ces évolutions ont un impact, positif ou négatif, sur la recherche en bibliothèque considérée comme une entreprise collective et non pas seulement comme une activité individuelle. Il s’agit donc d’aller au-delà de l’observation des pratiques et des stratégies de recherche employées par les uns ou les autres dans les diverses disciplines.

6Le professeur Abbott signale ainsi la nécessité de surmonter la croyance spontanée mais trompeuse d’une claire division du travail entre chercheurs et bibliothécaires : les premiers posant la problématique et exprimant le besoin correspondant, les seconds rassemblant et rendant disponible l’information pertinente alors que l’interaction des deux est permanente.

7Abbott énumère un certain nombre de questions majeures que pose le développement des ressources électroniques. Qu’en est-il ainsi de la diffusion à des publics beaucoup plus vastes de documents dont l’accès était réservé auparavant à une élite : aura-t-elle un impact positif ou négatif sur le « niveau moyen de connaissances » ? Ou encore : la multiplication exponentielle des ressources aisément accessibles, notamment en ligne grâce aux moteurs de recherche, va-t-elle, en gonflant les listes de citations et de références, rendre le consensus plus ardu sur telle ou telle question ? Enfin, le fait de pouvoir accéder rapidement à un plus grand nombre de documents aura-t-il pour effet de diminuer le temps consacré à leur lecture ?

8Pour répondre à ces interrogations, l’auteur s’appuie sur la différence fondamentale qu’il aperçoit entre deux grandes familles de disciplines.

9Tout d’abord, celles des sciences sociales qui, partant d’enquêtes ou d’interviews, transforment ces données – sources en concepts et mesures, dans le but, le plus souvent, de faire apparaître un ou plusieurs facteurs comme une fonction des autres. Au fil du temps, les données de base forment un corpus d’ensemble sans cesse actualisé, mais qui n’a pas besoin ou même qui n’est pas susceptible d’ordre systématique. On voit aussi dans le domaine de ces sciences quantitatives une tendance à la spécialisation – par exemple dans certaines méthodologies mathématiques – qui va de pair avec une division du travail croissante. C’est aussi le règne d’une logique séquentielle : au niveau le plus élémentaire, les données doivent être recueillies avant que l’on puisse les analyser, l’inverse n’étant pas possible. Enfin, le but de ces recherches est d’établir des « vérités », telles que les facteurs a, b et c produisent x dans le monde réel.

10De l’autre côté, les disciplines dont les documents conservés en bibliothèque constituent le matériau de base. Bien sûr, dans le cas précédent, on utilisait aussi des sources imprimées, telles que les recensements ou les rapports annuels de sociétés ou d’institutions publiques. Mais la plupart des sources utilisées dans les disciplines du 2e type sont d’une autre nature, liées à un auteur bien précis, qu’il s’agisse d’ouvrages philosophiques, de romans, de films, etc. Et la distinction entre source primaire et secondaire est secondaire. Pour le chercheur, les analyses critiques d’un roman sont un matériau aussi important que le roman lui-même – ce qui ne veut pas dire, au demeurant, qu’un certain réalisme, que je définirais simplement comme une adéquation de la pensée au réel, soit exclu : ces analyses peuvent à leur tour être « remoulinées » et réutilisées pour de nouvelles interprétations. La recherche basée sur les bibliothèques ne cesse d’agir sur elle-même : la source secondaire devient alors source primaire. Elle est par nature récursive. D’autre part, ce matériau est susceptible de se voir appliquer une gamme d’ordonnancement beaucoup plus vaste et sophistiquée que de simples conventions de mesure et de codage.

11D’où le rôle essentiel des index, des ouvrages de référence, des bibliographies, etc.

12Les pratiques de recherche dominantes sont dans ce cas la lecture et le browsing (feuilletage, survol) puisque c’est de cette manière, et non par une approche quantitative que les chercheurs « extraient » ce dont ils ont besoin dans les textes.

13Mais alors que les approches quantitatives sont en principe indépendantes de la personnalité de celui qui les met en œuvre, la lecture est toujours singulière, sa « productivité » est étroitement dépendante de la richesse des connaissances engrangées par le lecteur tout au long de sa vie. À la différence des méthodes quantitatives, elle n’est pas réplicable et ce ne doit pas être un objectif. Deux lecteurs ne parviennent pas au même résultat après avoir lu le même ouvrage, et c’est heureux.

14D’autre part, les méthodes de la recherche en bibliothèque ne sont pas séquentielles. Il n’y a pas d’ordre prédéterminé pour lire telle source avant telle autre – sachant que la lecture dans un certain ordre donnera sans doute naissance à des idées très différentes de celles qui naîtraient d’une autre séquence. Mais il n’y a pas non plus de hiérarchie entre ces ordres.

15En outre, pour toutes ces raisons, la recherche en bibliothèque est un processus essentiellement artisanal. L’unité d’un projet de recherche est à trouver dans la singularité du chercheur. D’où la difficulté, mentionnée par A. Abbott, à faire travailler utilement des assistants.

16L’artisanat est donc synonyme de lenteur, mais il a un côté positif, c’est sa productivité en termes de « multitasking », sa capacité à ouvrir de nouvelles pistes ou problématiques.

17Je n’exposerai pas ici la riche analyse qui est consacrée par A. Abott à la recherche en bibliothèque vue comme une entreprise collective. Mais je soulignerai deux ou trois points, en plus du fait que les bibliothèques conservent un matériau de nature récursive et susceptible d’une infinité d’ordonnancements. D’abord, les bibliothèques conservent la mémoire de leurs classements antérieurs et surtout les objets conservés – les livres principalement-ont une stabilité, celle de l’imprimé, qui ne peut être modifiée par des interventions ultérieures – à la différence des ressources en ligne. D’autre part, la productivité de la recherche est fonction du degré de préparation de ces « travailleurs intellectuels », qui ont suivi des cursus extrêmement ardus et longs, et ne cessent d’enrichir leur esprit de faits et d’interprétations qui vont rendre féconde la lecture de textes en bibliothèque – créant une foule d’« hyperliens » et constituant pour ainsi dire un réseau de processeurs individuels. C’est ce qui explique que les progrès de la recherche, ici encore prise au niveau collectif, soient parallèles et non séquentiels. Il n’est pas nécessaire qu’un livre capital existe sur Mme de Lafayette pour qu’il soit possible d’écrire le livre de référence sur la Princesse de Clèves, et inversement.

18Ceci posé, quelles sont les implications des nouvelles technologies sur la recherche en bibliothèque ?

19La première conclusion qui résulte des analyses d’A. Abbott est qu’il n’est pas du tout évident qu’accroître l’efficience de la recherche en bibliothèque (grâce à une rapidité d’accès considérablement accrue) améliore la qualité moyenne de celle-ci. Toutes choses égales par ailleurs, la fin ou la diminution du feuilletage pourrait avoir des effets négatifs qui pourraient même annuler les avantages, bien réels cependant, procurés par la vitesse.

20Une deuxième implication potentiellement négative porte sur la qualité moyenne des ressources à disposition des chercheurs, du fait notamment (il y a d’autres facteurs), qu’il est plus facile de publier sous forme électronique que sous forme de livre imprimé savant. C’est en partie la problématique de Wikipédia. Ou la multiplication des thèses en ligne, par rapport à des ouvrages plus aboutis de la maturité.

21Une troisième implication est liée à la diminution ou à la disparition de l’aléatoire, à laquelle visent les moteurs de recherche dont l’idéal est de fournir « la » meilleure réponse. Il suffit de se rappeler l’expérience basique que chacun a pu faire en feuilletant un dictionnaire, et des trouvailles ainsi réalisées. Mais au-delà de cet exemple anecdotique, l’aléatoire fonctionne de manière féconde parce que la bibliothèque est elle-même une combinaison ou une superposition raisonnée d’ordre et de hasard.

22Les nouvelles technologies, en somme, nous permettent donc de réaliser certaines tâches beaucoup plus vite que naguère. Elles permettent même d’en réaliser qui auraient été impossible auparavant. Mais, à ce stade, elles ne révolutionnent pas la recherche en bibliothèque et certains de leurs effets peuvent se révéler ambigus ou négatifs. Et certainement croire qu’elles pourraient permettre à des esprits non entraînés de produire des résultats de qualité serait une dangereuse illusion.

23Pour conclure ce premier point, la coexistence entre bibliothèque physique et bibliothèque virtuelle sera une réalité pendant longtemps. Ce qui n’exclut pas, bien sûr, de profondes mutations dans l’offre des bibliothèques physiques. Cette coexistence sera d’autant plus féconde que les ressources en libre accès dans nos bibliothèques « en dur » seront riches et permettront de concilier l’ordre et l’aléatoire de façon productive.

24À plus long terme toutefois, il ne faut pas sous-estimer non plus, comme le fait sans doute A. Abbott, la capacité d’automatiser certains processus aujourd’hui artisanaux et individuels. Les moteurs sont capables dès maintenant de raisonner par concepts et pas seulement par mots-clefs, et au fur et à mesure que s’enrichissent les bases de données numériques, il sera possible d’y reconstituer des « corpus » raisonnés analogues aux rayonnages des bibliothèques, y compris de façon visuelle. Les moteurs de recherche actuels paraîtront sans doute bien primitifs dans quelques années et leur valeur ajoutée sera très supérieure, tant la capacité à modéliser le fonctionnement du cerveau humain est susceptible de progrès.

252. Un deuxième point que je voudrais aborder concerne l’objet-livre lui-même, la nature et la conservation des objets numériques qui seront la matière des chercheurs de demain.

Le livre numérique

  • 2 Darnton Robert, The Case for Books, New York, Public Affairs, 2009, p. 77.

26La grammaire est trompeuse. Sous l’apparente continuité du substantif, le livre numérique n’est pas, ou ne restera pas longtemps le « double » du livre papier. Certes, de même que les premiers incunables reproduisaient l’apparence des manuscrits et pouvaient même être enluminés quand ils étaient destinés à de grands personnages, le livre numérique a d’abord été conçu comme un fac-similé du livre papier. Mais il n’en restera pas là. De nouveaux objets se développent, véritables hybrides où texte et média se mélangent. La réflexion de Robert Darnton sur le livre scientifique ou savant du futur est à cet égard éclairante2. Il l’imagine comme une pyramide à six étages. Au sommet, le lecteur trouvera une brève synthèse de l’ouvrage. En dessous, un ensemble de chapitres qui pourront être rendus disponibles séparément. Puis, un étage bibliographique donnant la liste des sources utilisées par l’auteur. Suivraient les diverses recensions consacrées au livre. Un étage distinct serait consacré à l’interaction avec les lecteurs. Enfin, un module pédagogique serait destiné aux enseignants.

27La question n’est pas de savoir si la réalité correspondra exactement à ce schéma, mais ce dernier illustre bien une double mutation fondamentale : le livre numérique sera à la fois fractionnable (y compris sans doute sur le plan commercial), évolutif et hybride, et le texte sera truffé de média divers, d’hyperliens, d’applications, etc.

28Il existe donc une possibilité de voir converger le livre et le blog. Sur le plan scientifique, l’intérêt du blog n’est pas à contester ni à sous-estimer. Sorte de séminaire permanent, il joue le rôle d’un « accélérateur » de la pensée grâce à la mise en jeu dialectique de l’intelligence collective que permet la Toile. Le risque serait celui de la domination d’un flux permanent, au détriment d’une pensée par contrecoup qui cherche à se structurer à un moment donné de manière cohérente. Si tel était le cas, le type de recherche récursive qu’évoquait A. Abbott en pâtirait nécessairement.

La Toile et le dépôt légal de l’Internet

29Cette question du flux est encore plus prégnante lorsque l’on considère l’une des nouvelles missions de la BNF, l’archivage de l’Internet. Une loi de 2006 institue en effet le dépôt légal du Web, ou tout au moins du domaine « .fr ». Ici encore, la similitude des termes est trompeuse. Le dépôt légal des imprimés, dont l’origine en France remonte à un édit de François Ier, est une procédure bien rodée, et l’on peut affirmer avec une certitude quasi absolue que la totalité des livres parus en France depuis le début du XIXe siècle au moins est aujourd’hui conservée à la BNF, tant les éditeurs et les imprimeurs sont accoutumés à s’acquitter spontanément de leur obligation légale.

30Mais l’animateur d’un blog a-t-il conscience qu’il est assujetti au dépôt légal ? À l’évidence non, et d’une certaine manière, cela vaut mieux, car les capacités de stockage numérique de la BNF seraient rapidement saturées s’il fallait recueillir et conserver la totalité de ce qui circule sur le domaine français du Web. Il n’y a donc pas d’autre option que de passer d’une ambition d’exhaustivité à une politique de sélection-politique qui doit à la fois garantir la sacro-sainte continuité des collections (par exemple pour les sites des organes de presse) et repérer les formes d’expression nouvelles ou simplement représentatives de l’époque. C’est là une autre modification fondamentale dans la culture de la Bibliothèque. Au départ, la BNF a fait procéder par une fondation américaine à un moissonnage large mais superficiel du Web, complété par quelques collectes ciblées. En remontant une dizaine d’années, ce sont ainsi pas moins de 13 milliards de documents qui ont ainsi été archivés, ce qui donne l’ordre de grandeur de cette masse. Plus récemment, la collecte a été rapatriée à la BNF, et les sites dont l’intérêt est repéré bénéficient d’un moissonnage plus fréquent et plus en profondeur.

31Pour la recherche, la question est double : les inévitables lacunes seront-elles acceptables ou au contraire pénalisantes ? Disposerons-nous des capacités d’indexation permettant de tirer parti de cette masse dont j’ai indiqué l’importance ?

32Tels sont en tout cas les défis dont la BNF est consciente et qu’elle s’attachera à relever-mais elle ne pourra le faire seule, car il s’agit d’une entreprise à laquelle devront participer pleinement les universités.

Notes

1 Abbott Andrew, « The Traditional Future : A Computational Theory of Library Research », in College and Research Libraries, vol. 69, n° 6, novembre 2008, p. 524-545.

2 Darnton Robert, The Case for Books, New York, Public Affairs, 2009, p. 77.

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540