Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Transformations et remises en cause des disciplines

Le tournant cognitif et les sciences du langage

John Goldsmith

Texto completo

  • 1 Je voudrais remercier Bernard Laks et Robert Morrissey de leurs commentaires précieux sur la forme (...)

1Pour bon nombre de chercheurs en linguistique et ailleurs1, le mouvement le plus important depuis quarante ans est celui connu sous le nom de « sciences cognitives » – en anglais, the cognitive sciences. Depuis la fin des années 1970, ce tournant cognitif en linguistique, en psychologie, en philosophie, et d’autres disciplines connexes, a fait l’objet de nombreux travaux. L’expression elle-même – le tournant cognitif, ou les sciences cognitives – a joué depuis la fin des années 1970 le rôle de signe de ralliement et d’étendard intellectuel. Le tournant cognitif (selon ses promoteurs) ouvre une opportunité nouvelle permettant la synthèse de la méthode scientifique aux richesses infinie de la vie symbolique des êtres humains. Le fil conducteur dans toutes les recherches cognitives était la volonté d’analyser les connaissances humaines (et surtout l’intelligence humaine) comme un processus de traitement d’information, à partir d’une métaphore computationnelle. L’ordinateur moderne, tel qu’on le connaît aujourd’hui, a été conçu dans les années 1930 ; il est devenu une réalité pendant la Seconde guerre mondiale ; pendant les années 1950, l’ordinateur a commencé à avoir un impact sur nos vies quotidiennes.

2Rappelons le contexte et les principaux objectifs qui présidaient à la naissance de la science cognitive à la fin des années 1970. Cette science fut pleinement consciente de sa propre apparition, son faire-part de naissance ayant été publié sous le titre The Mind’s New Science en 1981 dans un livre écrit par Howard Gardner, professeur à l’université de Harvard, attaché à l’école de pédagogie. Vue de l’intérieur, la science cognitive était nouvelle et originale. Elle apportait une bouffée d’air frais aux discours disciplinaires, et sa portée émancipatrice (voire libératrice) venait du fait qu’elle constituait une synthèse originale de la linguistique, de la psychologie (du moins la partie de la psychologie « digne » d’être retenue !), une partie de la philosophie, de l’informatique, et de l’anthropologie.

  • 2 Dupuy Jean-Pierre, Aux origines des sciences cognitives, Paris, La Découverte, 1994.

3Dans cette vision fraîche et novatrice, des failles apparurent pourtant bien vite : dès la deuxième édition de son ouvrage, Gardner ajoutait un chapitre sur le connexionisme, un courant faisant indubitablement partie de la science cognitive mais revendiquant avec fierté une parenté étroite avec la psychologie du début du XXe siècle perçue comme archaïque par les cognitivistes. De façon semblable, le livre de Dupuy2 persuada le lecteur honnête que la science cognitive était enracinée au plus profond des courants majeurs du XXe siècle, et plus particulièrement la cybernétique. Comment une telle amnésie de la genèse de cette science fut-elle possible ? et pourquoi était-ce si important pour la science cognitive ?

4Il n’est pas difficile de deviner où je veux en venir : tout n’est pas certainement flambant neuf à l’aurore du tournant cognitif, malgré les annonces par voie de presse. Mais le sentiment fort que ce tournant avait quelque chose de révolutionnaire n’était pas tout à fait trompeur non plus. L’explication que j’aimerais offrir ici se fonde sur deux visions des changements conceptuels. Dans la première, ce qui est nouveau n’est en fait qu’un nouvel agencement de grandes idées plus anciennes. La deuxième vision est plutôt dynamique et présuppose la notion de progrès. En l’occurrence, le progrès vient des mathématiques et de la logique-mais c’est un progrès qui a changé la donne en linguistique au cours du XXe siècle.

5Je poserai donc deux questions distinctes : d’abord, qu’est-ce que le langage ? Ensuite, qu’est-ce qu’une explication ? Je tracerai brièvement quelques grandes familles de réponses à ces questions et proposerai que le cognitivisme est le résultat et la synthèse des choix que la linguistique a fait en y répondant.

61. Que peut-on dire du langage au plan métaphysique ? Le langage existe-t-il et quel est son statut ontologique ? Trois grandes familles de réponses à cette question primordiale sont possibles, et ce sont des réponses qui remontent aisément à deux siècles :

  • La réponse psychologique : le langage existe dans le cerveau de chaque locuteur.

  • La réponse sociologique ou culturelle : le langage existe en tant qu’élément de toute culture humaine, et il existe dans les interactions humaines.

  • Et la réponse qu’on peut appeler (faute de mieux) « transcendantale » ou « immanente » : le langage est un objet abstrait qui peut être étudié à l’aide d’instruments analytiques, tout comme les propositions du philosophe et les structures symboliques de l’anthropologue culturel, ou comme les structures mathématiques abstraites, comme un corps, un anneau, etc., en fonction de votre philosophie des mathématiques.

7La deuxième question est celle-ci :

82. Qu’est qu’une explication en sciences du langage ? Dans l’histoire des sciences du langage (terme qui inclut mais qui n’est pas limité à la linguistique), nous connaissons quatre grandes catégories d’explication : historique, sociologique, psychologique, et algorithmique.

  • La linguistique moderne s’est construite au XIXe siècle sur une base explicative de l’histoire humaine. Elle se trouvait liée aux grands mouvements nationaux et nationalistes de ce XIXe siècle en Europe. Expliquer un mot consistait alors à une exposition de ses formes anciennes et des changements qui l’ont affecté. Plus ces changements sont généraux et s’appliquent à une grande quantité de mots où de morphèmes, plus l’analyse est explicative.

  • L’essor des sciences humaines, notamment la sociologie et la psychologie à la fin du XIXe siècle a dégagé de nouveaux paradigmes explicatifs, basés sur l’étude de l’homme dans sa condition sociale et dans sa condition individuelle. Les chercheurs en psychologie et en sociologie ont proposé des explications des phénomènes langagiers basées sur les principes scientifiques développés dans ces disciplines.

  • Enfin, avec le déploiement du structuralisme en Europe et avec les développements de la logique formelle des deux côtés de l’Atlantique, un nouveau mode explicatif plus abstrait a vu le jour. Il consiste à expliquer les systèmes linguistiques d’un point de vue formel appliquant une méthodo logie pensée comme plus rigoureuse que celles des disciplines connexes. Avec la grammaire générative, la linguistique théorique promeut une explication algorithmique du langage.

9La science cognitive naissante était le résultat d’une alliance entre la conception psychologique du langage et la vision algorithmique de l’explication en matière de langage.

Statut métaphysique du langage

10Revenons alors à la première question, celle du statut métaphysique du langage. Il y a trois grands courants qui offrent une réponse à cette question : la réponse psychologique (qui pourrait être également appelée individualiste), la réponse sociologique et culturelle, et la réponse transcendantale, ou abstraite.

La réponse psychologique : le cognitivisme

11Il est difficile pour un linguiste américain de parler de l’idée que le langage est un phénomène psychologique, une capacité psychologique qui existe dans un sens dans la tête d’un locuteur, et qui n’existe dans aucun autre sens. Pourquoi difficile ? Non pas parce que cette idée n’est pas plausible – au contraire – mais parce que cette idée nous entoure comme l’eau autour d’un poisson, elle est dans l’air que nous respirons. Cette idée est devenue un lieu commun, une façon de se montrer qu’on est bien-pensant.

12Je ne partage pas ce point de vue. Le problème est que nous ne savons pas ce que cela veut dire d’exister dans la tête de quelqu’un. En réalité, quand on observe un linguiste qui réfléchit sur la question de savoir si quelque chose se trouve « dans la tête », il/elle typiquement fait de deux choses l’une : soit chercher les résultats d’expériences en laboratoire sur des sujets humains, soit (et ceci est très récent) regarder les imageries cérébrales fonctionnelles. À ce moment-là, les limites de sa méthodologie deviennent les limites de son monde, et le fait est que nous avons aucune idée de la façon dont le substrat neuronal de notre cerveau parvient à stocker un vocabulaire de cent mille mots, analyser (ou « parser ») une suite de sons en mots, et une suite de mots en phrases. Si on est tous d’accord sur l’idée qu’un jour on comprendra comment cela est possible, fort bien. Mais croire que quelque chose d’aussi complexe qu’un acte langagier (même simple) se passe dans la tête n’est qu’un espoir pieux, et je parie qu’il le restera jusqu’à la fin de ma propre vie. Mais mon propos ici n’est pas de promouvoir un scepticisme envers la réponse psychologique, c’est au contraire de présenter le psychologisme comme une perspective plausible et rationnelle-et c’est d’autant plus intéressant comme position intellectuelle (à mon sens, du moins) si l’on comprend qu’elle est une position méthodologique, et non pas une hypothèse scientifique testée et confirmée.

13Le cognitivisme a débuté dans quelques départements de psychologie, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Celui de l’université de Harvard en est un bon exemple, et il n’y a pas de meilleur exemple de chercheur en sciences cognitives pendant les années 1950 que George Miller. (Je me prête le flanc aux charges d’anachronisme en utilisant l’expression « science cognitive » pour une activité menée aux années 1950.) Parallèlement, l’intelligence artificielle-la recherche sur la modélisation par ordinateur de fonctions intelligentes-s’est développée, et il existait une interaction importante entre les psychologues comme George Miller et Noam Chomsky, le linguiste qui allait bientôt devenir le chef de file d’un mouvement révolutionnaire dans le domaine de la linguistique.

14Il était naturel que les psychologues interprètent ces théories cognitives comme des modèles de l’esprit humain, et tout aussi naturel que les informaticiens restent sans parti pris sur cette question du statut des modèles cognitifs. Qu’en est-il des linguistes ? Chez les chomskiens, ce n’était qu’au milieu des années 1960 que le statut psychologique est devenu important dans la conceptualisation du langage. À partir des années 1960, Chomsky a insisté fortement et formellement que l’objet de l’étude des linguistes était la faculté langagière dans la tête de chaque individu. Si les méthodes du psychologue n’arrivaient toujours pas à capter les signaux de cette faculté, tant pis pour ses méthodes : eppur si muove.

Réponse sociologique et culturelle

15Les historiens de la psychologie insistent sur le fait que la psychologie remonte au XVIIIe siècle, voire plus loin dans l’histoire, et pourquoi pas jusqu’à Aristote ? Mais à l’heure actuelle, la tendance est forte d’identifier la naissance de la psychologie contemporaine avec les années 1870, plus particulièrement dans des laboratoires en Allemagne. C’était l’époque où toute la recherche passait par l’expérimentation en laboratoire, et avec cette nouvelle insistance méthodologique, la psychologie était en mesure de se déclarer indépendante de la philosophie classique et moderne. La psychologie essayait de développer des méthodes scientifiques pour identifier, classifier, et mesurer des expériences internes des sujets expérimentaux, et donc des êtres humains plus généralement.

16Un nom a été donné pour caractériser cette tendance, un choix qu’un historien ne peut que regretter profondément : structuralisme. Tout cela est arrivé cinquante ans avant que Roman Jakobson n’ait décidé d’utiliser le même mot pour une autre tendance linguistique, et si on peut identifier quelques traits que partagent les deux structuralismes, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de deux mouvements assez différents, dans deux disciplines différentes et à des moments distincts. Quoi qu’il en soit, le structuralisme en psychologie s’est trouvé attaqué d’abord, à la fin du XIXe siècle, par un mouvement américain, le fonctionnalisme, qui insistait sur le fait que l’intelligence humaine est toujours (ou presque toujours) mise en marche par des fins pratiques de la vie quotidienne, et que si on veut utiliser des méthodes expérimentales, il faut tenir compte du fait qu’un jugement ou une décision ne se fait jamais hors d’un contexte humain.

17L’essor du behaviorisme (comportementalisme) au début des années 1920 a posé un grand défi à la fois au structuralisme et au fonctionnalisme, mais les trois tendances s’accordaient pour dire que la pierre de touche d’une théorie scientifique était sa capacité d’être testée dans un laboratoire de psychologie, avec les méthodes développés par des psychologues.

Réponse transcendantale : le langage comme structure abstraite

18Considérons une pensée toute bête, comme « j’aime le vin rouge ». Lorsque nous considérons la forme que cette pensée peut prendre si nous l’exprimons dans trois ou quatre langues différentes, nous serons frappés par les différences. Les mots, bien sûr, seront différents, mais la grammaire le sera aussi dans la plupart des cas : en espagnol, c’est le vin rouge qui est le sujet, et je ne suis qu’un objet indirect (on dit plutôt que le vin rouge plaît à moi), tandis qu’en allemand on peut exprimer le même sens en disant que j’ai le rouge vin bien. Le langage semble souvent être en conflit et en contradiction avec les efforts philosophiques d’élucider la forme logique des propositions (je pense à Bertrand Russell en disant cela).

19Mais un mouvement, lié aux philosophes tels que Hans Reichenbach et Rudolf Carnap et surtout des logiciens polonais comme Ajdukiewicz, a découvert qu’en raffinant les systèmes logiques, ont pouvait considérer le langage (et des langues naturelles !) autrement. Leur but était de décrire avec une grande précision la forme exacte des inférences possibles et légitimes dans une langue artificielle suffisamment riche pour exprimer les idées mathématiques. Dans cette optique, il faut spécifier avec précision le placement de chaque virgule et de chaque parenthèse : rien n’est laissé à l’interprétation du lecteur intelligent. Dit plus simplement, ces philosophes-logiciens voulaient convertir le problème d’inférence (c’est-à-dire, de conséquence logique) en problème de grammaire, au sens technique du terme : ce serait une grammaire de conséquence légitime. Vers 1950, certains jeunes linguistes et jeunes logiciens inspirés par ce projet ont utilisé ces outils logiques pour analyser les langues naturelles (c’est-à-dire, les langues humaines et non logiques). Parmi les plus importants jeunes chercheurs de cette époque, on citera l’Israélien Bar Hillel et surtout l’Américain Noam Chomsky.

20Chomsky a ainsi mis en marche un changement dans les modes de penser de toute la linguistique. Dorénavant, le linguiste (du moins le linguiste qui travaillait dans une optique chomskienne) ne pouvait pas se contenter de découvrir que quelque chose est vrai : il fallait aussi qu’il montre explicitement et formellement comment ce « quelque chose » découlait de principes plus généraux-soit des principes spécifiques à la langue en question, soit des principes universels à chaque langue humaine.

Conflit des notions d’explication dans les disciplines du langage

Explication diachronique

21S’il existe une cause qui est à l’origine de la mécompréhension entre écoles et entre chercheurs dans les disciplines du langage, c’est sans aucun doute le désaccord tacite mais fondamental sur la question de savoir en quoi consiste une explication. Au moment des premières générations des sciences modernes du langage, c’est-à-dire pendant le XIXe siècle, il n’y avait aucun doute qu’une explication était une explication historique. Il faut cependant donner au mot « historique » deux sens : une référence aux conditions temporelles (si X explique Y, c’est que X est une cause de Y, et X doit donc précéder Y), et une référence à l’histoire humaine. (La géologie est devenu chronologique au XIXe siècle, mais elle n’est pas pour autant devenu historique.) Évidemment, la nature de la causalité dans cette optique n’était pas simplement la succession chronologique. Ces linguistes ont bien compris que la succession temporelle n’implique pas la causalité. Ils ont développe une méthodologie rigoureuse et critique pour rendre compte de la structure des changements linguistiques.

Explication psychologique ou sociologique

22Il existe des questions en linguistique pour lesquelles la bonne réponse ne se trouve pas dans l’histoire, mais plutôt dans l’étude des capacités psychologiques des individus qui apprennent leurs langues natives et secondaires, et qui les utilisent dans leurs vies quotidiennes. Dans les études sur la mémoire, par exemple, on remarque que les sujets peuvent mieux se souvenir des premiers et des derniers mots dans des listes de mots qui leur sont présentées. Cet effet de position peut-il fournir une explication fondamentale de la tendance linguistique (mais non universelle) de placer des mots contrastifs ou accentués au début et à la fin d’une phrase ? Est-ce que les relations sociales jouent un rôle essentiel dans le choix que fait un adolescent de son style, de son accent, en un mot, de sa phonologie ? Est-ce c’est l’identification qu’il fait avec des groupes sociaux autour de lui explique la forme de ses voyelles et le choix de son vocabulaire ?

23Pour chaque linguiste qui répond « oui » à ces questions, il y a une instance d’une explication psychologique ou sociologique offerte comme la vraie explication, l’explication finale et la plus profonde. Il y a certainement des chercheurs en sciences sociales, y compris parmi les linguistes, qui croient qu’une telle explication deviendra un jour nécessaire pour répondre à chaque question sérieuse dans l’étude du langage. Ce sont ceux qui sont convaincus que la seule forme d’explication possible est psychologique ou sociologique.

Explication algorithmique

24La notion d’explication algorithmique est la plus révolutionnaire de toutes, et en même temps la moins connue des chercheurs en sciences sociales. Elle est liée certes à la logique, et on peut dire qu’elle est inspirée par l’étude de la logique, mais elle ne s’y identifie pas. L’étude classique de la logique (qui remonte au monde grecque classique) était étroitement liée à la rhétorique, c’est-à-dire à l’étude de comment convaincre l’autre ou soi-même. C’est l’étude de la pensée faite pour la pensée. L’étude de l’algorithme est l’étude du raisonnement conçu comme une opération sans conscience de soi, sans capacité de réfléchir, sans sagesse de toute sorte, sans mémoire, excepté dans un sens très limitatif.

25Autrement dit, une explication algorithmique d’un processus est une façon de modéliser le processus avec tous les détails nécessaire pour intégrer le modèle dans un ordinateur, au moins théoriquement, à partir d’un point de vue épistémique selon lequel la simplicité et l’élégance de la modélisation est le meilleur test de son status scientifique. On utilise souvent la métaphore selon laquelle un algorithme n’est rien qu’une recette, une séquence totalement explicite de chaque pas qu’il faut accomplir pour arriver à une conclusion intelligente. Au début du XXe siècle, ce point de vue était développé par des mathématiciens qui cherchaient à garantir que le raisonnement mathématique, qui jusque-là avait toujours été jugé fiable et totalement rationnel, le reste. C’est le programme mathématique initié par David Hilbert, grand mathématicien allemand au début du XXe siècle.

26Mais les logiciens ont bien vite vu que rendre un processus symbolique explicite dans ce sens algorithmique ouvrait de nouvelles portes, et offrait une nouvelle conception d’explication. La notion de simplicité conceptuelle commençait à prendre une forme explicite, liée étroitement avec la notion de probabilité (un domaine mathématique qui est devenu essentiel à notre compréhension du monde physique au XXe siècle).

Conclusion

27Revenons maintenant à aujourd’hui : nous avons brièvement considéré la relation entre la linguistique et ses disciplines sours depuis cent ans, sans utiliser le mot « rationalisme », ni le mot « empirisme ». Nous n’étions même pas tentés de parler de Descartes. Nos problèmes, nos défis, et nos succès, à nous linguistes, sont définis par les courants intellectuels de notre époque. Nous ne pouvons plus dire que le cognitivisme définit le mainstream de la linguistique ; la dynamique entre les modes d’explication dont nous avons parlé continue à basculer les modes de penser et la rhétorique-c’est-à-dire, les façons de convaincre au sein des disciplines. Le conflit entre l’optique d’explication algorithmique et celui de l’optique psychologique reste fort et tendu. Une compréhension explicite et consciente reste pourtant la meilleure façon de ne pas se perdre dans le chaos de mécompréhension mutuelles qui risque parfois de déséquilibrer notre rationalité.

Notas

1 Je voudrais remercier Bernard Laks et Robert Morrissey de leurs commentaires précieux sur la forme et sur le contenu de cet article.

2 Dupuy Jean-Pierre, Aux origines des sciences cognitives, Paris, La Découverte, 1994.

Autor

Université de Chicago

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540