Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Transformations et remises en cause des disciplines

L’évolution des théories économiques dominantes à partir des années 1970 : une approche à partir de la place que la monnaie y tient

Bruno Théret

Texte intégral

1L’objectif de ce texte est de présenter une description synthétique des transformations qu’a connu le champ académique de la science économique à partir des années 1970, pour l’essentiel aux États-Unis. J’aborderai cette description principalement au niveau des nouveaux discours développés par les économistes : développement d’une économie financière en tant que discipline académique à statut scientifique ; révolution « nouvelle classique » dans la macroéconomie ; renouveau du hayekisme. Il faudrait également resituer cette description sur un plan plus sociologique en y intégrant les changements organisationnels de la profession et des cadres universitaires qui la structurent en tant qu’institution d’une parole autorisée et autorisante. Faute de place et en raison du manque de recherches disponibles, je me bornerai ici à seulement quelques remarques incidentes sur ce point.

I

  • 1 Mirowski Philip, « The Probabilistic Counter-Revolution, or How Stochastic Concepts came to Neocla (...)
  • 2 Armatte Michel, La Science économique comme ingénierie, Paris, Éditions de l’école des Mines, 2010

2L’analyseur que j’utiliserai pour saisir les changements dans la pensée économique dominante depuis les années 1970 ne sera pas celui, le plus habituel, de l’usage des technologies statistiques et mathématiques (probabilités et économétrie) qui caractérise la science économique depuis sa révolution stochastique1. Il y a déjà en effet toute une série de travaux très pertinents et démonstratifs sur ce point, notamment celui tout récent de Michel Armatte, qui montrent que la science économique mainstream est devenue une technoscience, une ingénierie économique qui repose sur l’idée que l’économie de marché peut être analysée comme n’importe quel phénomène physique ou biologique2. Je prends pour ma part comme principe organisateur de la description proposée ici la place que la monnaie tient dans les nouvelles théories et dans les nouvelles pratiques « économiques  » des économistes.

  • 3 Les économistes parlent à ce sujet des problèmes de Hicks et de Hahn.
  • 4 Hicks John, « A Suggestion for Simplifying the Theory of Money », in Economica, New series, vol. 2 (...)

3Pourquoi cela ? Tout simplement parce que la monnaie est le talon d’Achille de la théorie économique néoclassique et de tous ses avatars. Paradoxalement, alors que l’argent n’a jamais été aussi central dans le fonctionnement du capitalisme et de l’économie de marché, il est absent de la théorie néoclassique de l’équilibre général (TEG) qui est censée en expliciter les lois. La TEG est en effet une théorie sans monnaie et sa crédibilité en est entachée3. Elle cherche donc à s’en procurer, c’est-à-dire à intégrer la monnaie dans son cadre en recourant au concept de « friction » introduit par John Hicks en 19354. Par ce biais, se joue la capacité de la TEG à rendre compte du fait que l’économie observable est monétaire sans pour autant remettre en cause la théorie de la valeur qui lui est sous-jacente et qui veut que la monnaie soit inutile, si ce n’est en tant que pur numéraire censé ne jouer en rien dans les rapports « réels » de valeurs entre marchandises. Ainsi, toute l’évolution historique des théories économiques états-uniennes de l’après-guerre peut être lue comme une série de tentatives successives et concurrentes pour neutraliser cette « friction » qu’est la monnaie dans un cadre théorique qui la pose a priori comme insignifiante. Plusieurs stratégies épistémiques ont alors été empruntées pour répondre à ces difficultés.

  • 5 Whitley Richard, « The transformation of business finance into financial economics : the roles of (...)
  • 6 Mehrling Perry, Understanding Fisher Black, Barnard College, Columbia University, mimeo, 2000.
  • 7 Mehrling Perry, The Development of Macroeconomics and the Revolution in Finance, Barnard College, (...)

4L’évolution des théories économiques dominantes. 125 Le champ de l’économie académique connaît une première restructuration aux États-Unis dès les années 1950 et 1960 à partir d’une nouvelle conception de la monnaie envisagée dans son rapport à la finance (New View) que Perry Merhling a qualifiée de « walrasianisme monétaire » : dans quelle mesure la monnaie n’est-elle pas ou ne doit-elle pas être un actif financier comme un autre ? La rupture du régime monétaire international de Bretton Woods conduira à faire de cette pensée la nouvelle doxa. On est alors en effet passé de régimes monétaires keynésiens de « répression financière » (contrôle étatique étroit de la finance de marché et des banques) avec taux de changes fixes, à des régimes financiers monétaristes de « répression monétaire » (interdiction de plus en plus drastique faite aux États d’émettre de la monnaie pour accommoder la croissance et la régulation des conflits distributifs) avec taux de changes flottants. En conduisant au renouveau et à l’essor des marchés financiers à terme, ce changement de régime a permis aux théories économiques postulant des marchés autorégulateurs de s’épanouir et d’acquérir un statut de pensée autorisée au détriment de la pensée keynésienne et de la dite « synthèse néoclassique ». Ce renouveau néoclassique se traduit d’abord, à partir des années 1960, par la transformation de la business finance en financial economics (économie financière), laquelle va occuper à partir des années 1970 une place de plus en plus importante au sein de la science économique5. Les théoriciens de la finance, les « gens de finance » (finance people), comme les appelle Perry Merhling6, proposent pour sauver la TEG une stratégie consistant non pas à chercher à intégrer la monnaie dans le modèle théorique, mais à rendre l’économie réelle conforme au modèle en éliminant la monnaie de la réalité. Ceci paraît tout à fait réalisable aux gens de finance dès lors qu’un système complet de marchés efficients peut prendre en charge les fonctions de paiement (liquidité financière) et de réserve de valeur (marchés à terme) de la monnaie. Pour les théoriciens et praticiens de la finance (qui sont d’abord des ingénieurs-concepteurs de produits financiers dont la préoccupation principale est d’optimiser le fonctionnement des marchés financiers), si la théorie dit que l’économie peut fonctionner sans monnaie, il est normal de tirer « la conclusion que la façon la plus naturelle de tester la théorie est de promouvoir le changement institutionnel qu’elle prédit, pour voir s’il y a bien une place pour un tel changement institutionnel dans le monde réel7 ». Il s’agit alors de faire advenir « un monde sans monnaie », sans fiat monnaie exogène à la logique du capital, monde où on paye ses achats et ses dettes avec des parts de fonds communs de placement dont la contrevaleur est évaluée au jour le jour sur les marchés de capitaux.

  • 8 Théret Bruno, « L’argent de la mondialisation : en quoi pose-t-il des problèmes éthiques ? Un poin (...)
  • 9 Benetti Carlo, « Monnaie, choix individuels et frictions », in Cahiers d’économie politique, n° 39 (...)

5Cela dit, cette approche financière de la monnaie – la New Monetary Economics de Fisher Black, Eugene Fama, Robert Hall, Leland Yeager, etc. –, même si elle a eu en pratique un impact certain, surtout au niveau international8, est restée minoritaire. Le développement de la théorie néoclassique a surtout été « marqué par la recherche des frictions adéquates pour que la monnaie puisse être choisie à l’équilibre9 ». Cette recherche encore en cours, car toujours infructueuse en pratique, même si elle se traduit par une multitude d’articles dans les revues les mieux classées du champ scientifique et fonde les carrières de nombreux économistes parmi les plus en vue, a pris de multiples formes : construction de modèles d’équilibre général à générations imbriquées, avec cash-in-advance, de prospection, théorie des restrictions légales, etc. Cette nouvelle macroéconomie « monétariste mark II », comme l’a qualifiée James Tobin, dont les penseurs de référence sont Robert Lucas, Neil Wallace, Thomas Sargent, Finn Kydland, Edward C. Prescott, etc., se veut « microfondée » sur les anticipations rationnelles d’agents privés optimisateurs omniscients, ce qui rend en théorie totalement inutile et même préjudiciable toute intervention de la puissance publique.

  • 10 O’Driscoll Gerald, « Money : Menger’s evolutionary theory », in Research Paper, n° 8508, Federal R (...)

6Mais, comme l’a souligné Carlo Benetti, l’approche en termes de frictions trouve ses limites dans l’impossibilité de la TEG à abandonner l’hypothèse walrasienne d’un système centralisé de compte et de paiement par compensation. Ceci est aussi le point de vue des économistes d’obédience « autrichienne » qui, à la suite de Carl Menger et de Ludwig von Mises, et avec Friedrich von Hayek, considèrent que la monnaie est un préalable, non neutre donc, au développement des échanges et de la production marchande, et rejettent la conception centralisée et statique de l’économie promue par la TEG. « L’argent chez Menger est beaucoup plus qu’un numéraire ou, autrement dit, une institution économique neutre. C’est l’un des moteurs du développement économique, et il a des effets bien réels10 ». Quant à Hayek, il considère que la

  • 11 Hayek Friedrich, The Denationalisation of Money, Londres, Institute of Economic Affairs, (second e (...)

parfaite correspondance des plans individuels (que le modèle théorique de l’équilibre de marché parfait dérive de l’hypothèse que la monnaie requise pour rendre l’échange indirect possible est sans influence sur les prix relatifs) est une image totalement fictive qui ne correspond à rien dans le monde réel11.

7Cette conception autrichienne de la monnaie en tant qu’institution fondamentale du capitalisme, produit de la main invisible de la concurrence, a connu également une évolution dans les années 1970 avec la radicalisation dans un sens libertarien de la pensée de Hayek et ses propositions de dénationalisation des monnaies. En prônant l’application d’une concurrence non régulée – car jugée autorégulatrice – entre émetteurs de monnaies, qu’ils soient privés ou publics, les hayekiens en sont arrivés à récuser toute place à une base money et à un principe hiérarchique au sein du système bancaire. Ils rejoignent ainsi paradoxalement les « gens de finance » qui, bien qu’adeptes de la TEG, récusent eux aussi, on vient de le voir, l’idée de base monétaire exogène à l’économie.

8Les anciens outsiders du keynésianisme de la synthèse néoclassique (monétaristes mark I à la Friedman et néo-mengériens partisans du free-banking) passent ainsi au centre du régime des idées qui servent de référentiels des politiques économiques, moyennant une radicalisation de leur position (la pensée financière est désormais d’obédience libertarienne et la pensée monétaire devient hayekienne mark II).

9Au total, tant pour des raisons propres à la logique intellectuelle du champ des économistes qu’en raison de changements dans l’économie elle-même et son environnement politique, social et international, le discours à prétention scientifique sur l’économie a connu des mutations et une différenciation qui a été à l’origine de nouvelles alliances entre paradigmes. Aux États-Unis, pour l’essentiel, diverses stratégies « cognitives » se sont développées au sein de la science économique et financière en transformant ce champ dans un sens libertarien. Par-delà leurs différences qui peuvent être radicales et conduire à des alternatives monétaires opposées, ces stratégies ont toutes porté en effet l’idée d’une nécessaire dérégulation bancaire et financière au profit du libre jeu des mécanismes de marché tant au niveau national qu’international.

II

10Pour rendre compte de ce retournement par rapport à la configuration keynésienne précédente à partir d’un examen de la manière dont chaque courant de pensée a été conduit à concevoir la place de la monnaie dans l’économie, on peut se donner un référentiel analytique (voir schéma page suivante) formé par deux axes orthogonaux définis à partir d’une double opposition polaire entre :

  • d’une part, les économistes qui croient ou ne croient pas dans la théorie de l’équilibre général et donc dans la neutralité de la monnaie ;
  • d’autre part entre « ceux du public » et « ceux du privé », c’est-à-dire entre d’un côté les partisans d’une macroéconomie académique qui raisonne dans le cadre d’une économie unifiée (par une monnaie unique) et centralisée (par le commissaire-priseur walrasien ou l’État keynésien), de l’autre des écoles, périphériques à cette macroéconomie académique, qui partagent une conception privée et décentralisée de l’économie et où la monnaie n’est plus a priori unifiée mais éclatée quoique régulée par les vertus soit des marchés financiers (New Monetary economics) soit du principe de concurrence (Neo-Mengerian Economics).

11Ainsi sur l’axe vertical du schéma suivant s’opposent partisans et adversaires de la théorie de l’équilibre général quant au degré de neutralité conféré à la monnaie :

  • il n’y a pas de neutralité pour les keynésiens ni pour les « autrichiens », et c’est pour cela qu’en fonction de leurs préférences politiques, les premiers sont conduits à la placer sous contrôle de l’État, et les seconds au contraire à vouloir la « protéger de la politique12 » ;
  • la neutralité de la monnaie est en revanche fondamentale pour les néoclassiques ; la monnaie est neutre aussi bien à court terme qu’à long terme (en cohérence avec les présupposés de la TEG) chez les Nouveaux Classiques (NC) et pour la New Monetary Economics (NME) (on peut parler de super-neutralité pour les NC et d’hyperneutralité pour la NME où il n’y a plus de base monétaire) ; en revanche, pour les monétaristes « mark I » (i. e. friedmaniens) et plus largement dans le « walrasianisme monétaire » de la (première) synthèse néoclassique (qui inclut la plupart des keynésiens états-uniens), la monnaie neutre à long terme ne l’est pas à court terme, d’où la nécessité d’une intervention publique régulant la masse monétaire.

TRANSFORMATION DU STATUT DE LA MONNAIE DANS LE CHAMP DES ECONOMISTES (USA APRES 1945°

TRANSFORMATION DU STATUT DE LA MONNAIE DANS LE CHAMP DES ECONOMISTES (USA APRES 1945°

12L’axe horizontal renvoie quant à lui au degré de décentralisation de l’économie sur lequel les différentes théories sont fondées, la macroéconomie qu’elle soit keynésienne ou néoclassique, ou encore Nouvelle Classique (NC) ou Nouvelle Keynésienne (NK), s’opposant ici à la financial economics et à l’approche autrichienne qui font jouer un rôle central aux échanges décentralisés sur les marchés et à la concurrence. Au plan monétaire cela se traduit par le fait que :

  • du côté des approches en termes d’équilibre général, la théorie quantitative de la monnaie qui est au cour de la macroéconomie néoclassique est totalement rejetée par la NME qui pose un « monde sans monnaie » – en fait sans monnaie étrangère à la pure logique des marchés financiers – de telle sorte qu’un agrégat monétaire censé représenter une quantité totale de monnaie est sans signification et impossible à concevoir13 ;
  • et du côté des approches en termes de déséquilibre qui ne postulent pas la neutralité de la monnaie, l’opposition sur cet axe est entre les keynésiens qui posent une monnaie publique centrale et unique, et les « autrichiens » pour qui la monnaie doit être plurielle et le fait d’émetteurs privés et publics soumis à la même discipline de la concurrence.

13À partir de cette double opposition, on peut identifier le basculement des régimes monétaire et financier d’un type keynésien au type néo-néolibéral à un changement de bloc hégémonique au sein de la science économique. S’est opérée en effet, lors de ce basculement, une reconfiguration des alliances entre divers paradigmes postulant à la position de pensée autorisée et autorisante (orthodoxie). Dans le même mouvement a émergé un nouveau paradigme – l’économie financière – jouant le rôle d’attracteur pour l’ensemble du champ (attracteur II dans le schéma suivant), alors que s’effaçait le paradigme qui jouissait jusque-là de ce rôle d’attracteur – le keynésianisme des origines (attracteur I).

  • 14 Mehrling Perry, The Development of Macroeconomics and the Revolution in Finance, op. cit.

14Ainsi, à la synthèse keynésiano-néoclassique qui fournissait un référentiel commun y compris pour les monétaristes friedmaniens et les « autrichiens » partisans du free-banking, succèdent de nouveaux compromis discursifs permis d’une part par des évolutions propres à chacun des paradigmes préexistant, d’autre part par l’émergence de l’attracteur qu’est la nouvelle sous-discipline de la financial economics, laquelle développe son propre modèle d’équilibre général14 et affirme son pouvoir hégémonique sur l’ensemble du discours économique néolibéral.

15Les évolutions internes aux anciens paradigmes prennent en fait la forme d’une radicalisation des positions :

  • Chez les néoclassiques, l’opposition à toute régulation étatique s’impose avec le passage d’un monétarisme interventionniste à la Friedman à un monétarisme libertaire à la Lucas15. Les monétaristes connaissent en effet une « révolution  » Nouvelle Classique qui fait que les « anticipations adaptatives » (Milton Friedman) deviennent « rationnelles  » (John Muth, Robert E. Lucas, Edward C. Prescott) ; ils s’attellent à microfonder la macroéconomie et neutraliser complétement la monnaie, c’est-à-dire à court terme comme à long terme.
  • Chez les « autrichiens », la théorie du free-banking, qui fait encore place à un principe hiérarchique de régulation, cède la place à celle de la dénationalisation et de la concurrence des monnaies qui traduit la conversion de Hayek à une religion libertarienne de la concurrence généralisée ; celle-ci ne laisse plus aucune place à une quelconque régulation externe, la concurrence étant vue comme le principe même de cette régulation (elle est la solution et non pas le problème). Cette évolution permet aux « autrichiens » de trouver un terrain d’entente avec la New Monetary Economics qui émerge simultanément dans le sillon du développement académique de l’économie financière.
  • Chez les keynésiens également, mais en ce qui les concerne en opposition au nouveau néolibéralisme dominant, on observe la marginalisation des keynésiens classiques et l’affirmation d’un post-keynésianisme où la notion d’incertitude radicale et la réflexion sur la monnaie occupent une place centrale.
  • 16 Kessler Adam, « Cognitive dissonance, the Global Financial Crisis and the discipline of economics  (...)
  • 17 « It is thus a shared outlook, i. e., a common set of attitudes and beliefs (without necessarily s (...)
  • 18 Wallace Neil, « A Legal Restrictions Theory of the Demand for “Money” and the Role of Monetary Pol (...)
  • 19 Greenfield Robert L., Yeager Leland B., « A laisser-faire approach to Monetary Stability », in Jou (...)
  • 20 Cowen Tyler, Kroszner Randall, Explorations in the New Monetary Economics, Oxford, Blackwell, 1994

16Sur la base de ces transformations, un bloc hégémonique des believers in laisser-faire (BLF) se constitue au sein du champ des économistes dès les années 1970 et 1980 au travers d’une série de compromis et d’emprunts réciproques entre New Classical, Financial Economics et Hayekiens16. C’est un bloc politique fondé sur une idéologie commune17 et non une nouvelle synthèse à caractère scientifique. Ses trois courants développent en effet des approches de la monnaie qui sont contradictoires au plan théorique, et il n’y pas de consensus scientifique entre eux, même si, au détriment de la cohérence interne de chacun des paradigmes, des modèles ad hoc n’en tentent pas moins au cours du temps de rapprocher les positions théoriques – entre « autrichiens  » et NC, dans les modèles de search ; entre NC et NME, via la théorie des restrictions légales18 ; entre NME et « autrichiens  », dans le modèle BFH du Yeager-Greenfield System19 et les Explorations de Cowen et Kroszner20.

III

17Les économistes BLF, qui ont en commun de dénier toute légitimité à l’intervention de l’État tant sur les marchés financiers que sur la politique monétaire et le chômage, sont du fait de leur radicalité confrontés à une contrainte de survie de la profession. En effet, par leur discours libertarien qui veut que ni le marché, ni l’État n’aient besoin de leurs conseils, les élites hégémoniques de la macroéconomie délégitiment leur existence même, leur inutilité sociale découlant logiquement de leur théorie. Le marché ne s’autorégule-t-il pas lui-même, et l’État n’est-il pas censé ne rien pouvoir faire qui ne soit anticipé par le marché et soit donc susceptible de le détourner de son fonctionnement naturel ? La science économique néolibérale est ainsi a priori confrontée au paradoxe de sa propre existence : elle s’autodéfinit comme discours incapable de produire une valeur ajoutée par rapport aux mécanismes spontanés qui, selon elle, font que l’économie et la société sont normalement à l’équilibre ou autorégulées en dynamique (pour les « autrichiens »). Comment expliquer dans ces conditions que les économistes BLF n’aient jamais été aussi présents au cour même de l’activité économique et sur la scène politique ?

18On peut penser que ce développement de l’activité des économistes académiques en tant qu’agents économiques, et non plus seulement en tant que scientifiques, s’explique précisément par la réduction subséquente des débouchés purement académiques (internes) de la profession que son discours hégémonique organise. Cependant l’économie et la finance académiques ne sauraient être considérées comme des disciplines en voie de disparition qui ne vivraient plus que de la formation de techniciens de l’économie pratique. En fait, pour sortir du paradoxe intellectuel dans lequel ils se sont enfermés, les économistes BLF ont du atténuer leur radicalité et effectuer des ajustements épistémiques . Ceux-ci diffèrent selon les écoles et notamment leur degré d’académisme.

  • 21 Widmaier Wesley, « Constructing Monetary Crises : New Keynesian Understandings and Monetary Cooper (...)

19Chez les macroéconomistes NC en poste dans les départements d’économie des grandes universités américaines, l’ajustement s’est fait par un retour en arrière. Suite aux crises financières internationales qui se sont succédées à un rythme rapide dans les trois dernières décennies, la majorité des NC se sont repliés sur une position dite « nouvelle keynésienne » (NK) qui consiste à revenir à un monétarisme à la Friedman justifiant l’existence d’une politique monétaire21. L’idée d’une non neutralité à court terme de la monnaie est donc abandonnée, mais sans que soit remis en cause le cadre théorique des anticipations rationnelles qui l’invalide pourtant a priori. Les NK admettent que les marchés ne sont pas en fait parfaitement efficients en raison de rigidités affectant certains prix (essentiellement celui du travail). L’utilité sociale des économistes est ainsi restaurée : elle réside dans leur capacité à conduire l’économie, par-delà ses frictions, vers l’état idéal décrit par la TEG. C’est sur cette base scientifique bancale mais idéologiquement viable que les macroéconomistes NK-NC sont appelés à peupler les postes les plus élevés, rémunérés hors normes communes, des grandes institutions financières publiques nationales (Banques centrales, Council of Economic Advisers, etc.) et internationales (FMI, Banque mondiale, BID, OMC, OCDE, etc.).

20Du côté des « gens de finance » peuplant les plus prestigieuses business schools des universités américaines, on se veut tout autant praticien que théoricien, car il s’agit de transformer la science économique en ingénierie financière. L’économisteingénieur est chargé de créer des technologies permettant d’optimiser l’exploitation des ressources de l’économie capitaliste (considérée comme un ensemble de ressources naturelles et donnée dans ses lois par la TEG), c’est-à-dire de produire des innovations financières censées permettre de passer à des états sociaux d’équilibre général supérieurs. En ce cas, c’est l’hypothèse d’efficience (informationnelle) intrinsèque des marchés qui doit être relâchée pour assurer la légitimité du développement de la finance académique. Sur la base de ce relâchement, les financiers universitaires peuvent prétendre tirer leur utilité sociale de leur capacité à rendre les marchés effectivement efficients en créant eux-mêmes, pour cela, des firmes financières et/ou en se faisant embaucher par les grandes banques privées, les bourses de valeurs et autres mutual funds, hedge funds, agences de notation, firmes de conseils, etc.

21Enfin, du côté des « autrichiens », les plus libertariens mais sans doute aussi les moins impliqués dans des activités économiques extra-universitaires, on tempère la radicalité hayekiennne quant aux vertus autorégulatrices du principe de concurrence en lui imputant de possibles coûts sociaux qu’il est souhaitable de réduire a priori. D’où un repli sur un constructivisme minimal mais suffisant pour faire une place aux expériences de pensée des économistes qui cherchent à économiser sur les coûts des processus d’essais – erreurs propres à la régulation par le marché :

  • 22 Yeager Leland, « Privatizing Money », in Cato Journal, vol. 30, n° 3, 2010, p. 417-438. L’évolutio (...)

Les propositions de remplacer les institutions existantes par de nouvelles institutions imaginés par quelqu’un et créées de toutes pièces sont ce que F. A. Hayek a appelé « constructivisme  ». Hayek lui-même s’est rendu coupable de ce délit, si c’en est un, en proposant des réformes monétaires et politiques . L’approche opposée de la réforme est parfois appelée « Laisser le marché décider ». [...] [Mais ] « Le marché » ne raisonne pas et ne décide pas. C’est une métaphore : sur le marché, des gens interagissent. L’analyse académique et l’expérimentation « sur le papier » de systèmes alternatifs peut permettre d’éviter des « expérimentations sauvages ». [...] Le coup de pouce gouvernemental et « le marché » ne sont pas nécessairement des approches incohérentes22.

22À vrai dire, au plan épistémologique, l’institutionnalisation des pratiques économiques des économistes académiques peut paraître cohérente avec la naturalisation du système capitaliste postulée par la TEG et allant de pair avec la forme mathématique et probabiliste exclusive qu’a pris la théorie économique et financière. Désormais, la science économique standard est fondée sur l’idée que le capitalisme n’est pas une construction sociale et historique, mais un état de la nature, une de ses composantes appelée comme toute autre à être maîtrisée, exploitée, « mise en valeur » en mobilisant des technologies appropriées. L’équilibre général est alors moins une modélisation abstraite de référence, que l’état naturel – plus ou moins latent ou perturbé politiquement selon les approches – d’une société que ses marchés capitalistes dotent d’une capacité d’autorégulation. Cette naturalisation permet d’assimiler la science économique à une science naturelle et la « finance » à un art de l’ingénieur visant à exploiter au mieux cette nature. C’est pourquoi les critères de validation scientifique du discours économique doivent être ceux des sciences de la nature – sa mathématisation.

23Toutefois la cohérence entre naturalisation de l’économie et transformation des économistes académiques en agents économiques n’est qu’apparente, car d’un côté il s’agit d’une hypothèse heuristique, et de l’autre de pratiques effectives qui l’invalident. Les économistes néolibéraux, en effet, fournissent moins les moyens d’exploiter les ressources naturelles disponibles d’une économie préalablement donnée, qu’ils n’édictent les lois d’une économie idéelle qu’ils tentent de performer, de faire advenir. La représentation naturaliste de l’économie apparaît donc ad hoc et a bien du mal à dissimuler une logique de reproduction élargie tous azimuts de la profession et de son pouvoir social. Après tout, quand l’économie est une économie naturelle et non pas une économie capitaliste, il n’y a guère besoin d’économistes pour la performer ; le capitalisme n’a rien d’un produit de la nature, il est bien plutôt un produit de l’esprit libéral dans lequel se reconnaissent les économistes BLF.

  • 23 Voir le compliment admiratif que P. Samuelson adresse en 1990 à Robert C. Merton (illustre économi (...)

24Aussi, dans la transformation de l’économiste académique en ingénieur, en raison des conflits d’intérêts que cette confusion des rôles implique, le statut même de la science économique comme « science » est-il remis en cause. La technoscience économique , en effet, devient par là une science de l’enrichissement des économistes dont l’objectivité scientifique devient alors contestable pour deux raisons : d’abord parce qu’ils sont immergés – sans possibilité de s’en distancier – dans la matière qu’ils sont censés observer, comprendre et expliquer le plus objectivement possible ; ensuite et surtout, parce que la recherche de profit ou la soif d’argent qui tend alors à motiver l’activité scientifique peut conduire à déclarer comme scientifiquement établi tout modèle ou proposition qui non pas fait consensus parmi les savants, mais a seulement subi avec succès le test des marchés et permis à celui qui les a formulé de s’y enrichir23. Certes, dans les sciences de la nature il apparaît légitime – dans une certaine mesure que les contraintes écologiques actuelles ne sont pas sans réduire fortement – que celles-ci débouchent sur des ingénieries qui transforment les savoirs théoriques en innovations pratiques permettant de mieux maîtriser et exploiter la nature, et dont une partie des bénéfices est légitimement redistribuée aux ingénieurs qui les ont mis au point. Mais dans les sciences qui portent sur les comportements des hommes en société et leurs institutions, il en va tout autrement, car en ce cas, la distance du scientifique à la matière qu’il étudie pour la comprendre et en objectiviser la connaissance doit être construite ; elle n’a en effet rien de « naturelle » puisque l’observateur lui-même fait partie de la matière à observer.

CONCLUSION

25La question se pose donc de savoir si la science économique contemporaine fait encore partie des sciences humaines et sociales. L’évolution à partir des années 1970 des théories économiques et financières dominantes, d’abord aux États-Unis puis plus largement dans le monde, conduit en effet à penser que l’assimilation du discours économique à une science physique qui n’était jusque-là qu’une tendance sous-jacente au développement de la pensée néoclassique, est devenu désormais un principe central de la structuration du champ de l’économie en tant que discipline académique internationale. Simultanément, l’ordre instauré dans ce champ par le bloc hégémonique des Believers in Laissez Faire a conduit à une modification de la sociologie de la profession des économistes qui pose des problèmes d’éthique scientifique. De ces transformations discursives et sociologiques, le statut de l’économiste, le mode de légitimation de sa parole, sa pratique à la fois théorique et politique ressortent profondément changés. Ces changements ne nous ont atteint en France que plus lentement et avec retard. C’est sans doute une chance, car dans le contexte de la crise actuelle, dont une partie des causes réside précisément dans cette transformation du champ de l’économie académique aux États-Unis, il redevient peut-être possible de s’y opposer en maintenant l’économie au sein des sciences humaines et sociales.

Notes

1 Mirowski Philip, « The Probabilistic Counter-Revolution, or How Stochastic Concepts came to Neoclassical Economic Theory », in Oxford Economic Papers, New Series, 41 (1), 1989, p. 217-235.

2 Armatte Michel, La Science économique comme ingénierie, Paris, Éditions de l’école des Mines, 2010.

3 Les économistes parlent à ce sujet des problèmes de Hicks et de Hahn.

4 Hicks John, « A Suggestion for Simplifying the Theory of Money », in Economica, New series, vol. 2, n° 5, 1935, p. 1-19.

5 Whitley Richard, « The transformation of business finance into financial economics : the roles of academic expansion and changes in US capital market », in Accounting, Organisations and Society, vol. 11, n° 2, 1986, p. 171-192 ; Fourcade Marion, Khurana Rakesh, « From Social Control to Financial Economics : The Linked Ecologies of Economics and Business in Twentiest Century America », in Making, Evaluating , and Using Social Science Knowledge. The Underground of Practice, Camic C., Gross N., Lamont M. (dir.), New York, Russell Sage Foundation, 2009.

6 Mehrling Perry, Understanding Fisher Black, Barnard College, Columbia University, mimeo, 2000.

7 Mehrling Perry, The Development of Macroeconomics and the Revolution in Finance, Barnard College, Columbia University, mimeo, 26 août 2005, se référant à Black Fisher, « Banking and the Interest Rates in a World without Money », in Journal of Bank Research, automne [1970], p. 168-179.

8 Théret Bruno, « L’argent de la mondialisation : en quoi pose-t-il des problèmes éthiques ? Un point de vue régulationniste commonsien  », in Sociétés politiques comparées, n° 10, décembre 2008 (http://www.fasopo.org/reasopo.htm).

9 Benetti Carlo, « Monnaie, choix individuels et frictions », in Cahiers d’économie politique, n° 39, 2001, p. 89-106.

10 O’Driscoll Gerald, « Money : Menger’s evolutionary theory », in Research Paper, n° 8508, Federal Reserve Bank of Dallas, mimeo, 1985, p. 17 (http://dallasfed.org/assets/documents/research/papers/1985/wp8508.pdf).

11 Hayek Friedrich, The Denationalisation of Money, Londres, Institute of Economic Affairs, (second extended edition) 1976, p. 87.

12 O’Driscoll Gerald, « Money : Menger’s evolutionary theory », op. cit.

13 Black Fisher, « Banking and the Interest Rates in a World without Money », op. cit.

14 Mehrling Perry, The Development of Macroeconomics and the Revolution in Finance, op. cit.

15 Lucas Robert E., « Expectations and the Neutrality of Money », in Journal of Economic Theory, vol. 4, 1972, p. 103-124.

16 Kessler Adam, « Cognitive dissonance, the Global Financial Crisis and the discipline of economics », in Real-World Economic Review, n° 54, 2010, p. 2-18.

17 « It is thus a shared outlook, i. e., a common set of attitudes and beliefs (without necessarily shared methodologies or theoretical perspectives) which strongly suggests that the BLF are the joint upholders of an ideology », Kessler Adam, ibid., p. 4.

18 Wallace Neil, « A Legal Restrictions Theory of the Demand for “Money” and the Role of Monetary Policy », in Federal Reserve Bank of Mineapolis Quarterly Review, vol. 7, n° 1, hiver 1983, p. 1-7.

19 Greenfield Robert L., Yeager Leland B., « A laisser-faire approach to Monetary Stability », in Journal of Money, Credit and Banking , vol. 15, n° 3, 1983, p. 302-315.

20 Cowen Tyler, Kroszner Randall, Explorations in the New Monetary Economics, Oxford, Blackwell, 1994.

21 Widmaier Wesley, « Constructing Monetary Crises : New Keynesian Understandings and Monetary Cooperation in the 1980s », in Review of International Studies, vol. 29, n° 1, 2003, p. 61-77.

22 Yeager Leland, « Privatizing Money », in Cato Journal, vol. 30, n° 3, 2010, p. 417-438. L’évolution des théories économiques dominantes.

23 Voir le compliment admiratif que P. Samuelson adresse en 1990 à Robert C. Merton (illustre économiste financier de Harvard, prix Nobel qui s’est lancé dans les affaires et fera faillite en 1999 avec son mutual fund LTCM) en introduction de son livre (Merton Robert, Continuous Time Finance, Oxford, Basil Blackwell, 1990). Celui-ci serait le plus smart des économistes, car à la fois riche parce que smart et smart parce que riche. À contraster avec les deux derniers des quatre impératifs qui sont au cour de l’ethos scientifique (« des normes qui doivent guider le travail scientifique ») selon Robert K. Merton (le père de Robert C.), grand spécialiste de la sociologie des sciences, à savoir : produire des énoncés universels, mettre en commun les résultats, travailler de façon ouverte et désintéressée, et se soumettre à un scepticisme organisé (cité in Pestre Dominique, Introduction aux Sciences Studies, Paris, La Découverte, « Repères », 2006, c’est moi qui souligne).

Table des illustrations

Titre TRANSFORMATION DU STATUT DE LA MONNAIE DANS LE CHAMP DES ECONOMISTES (USA APRES 1945°
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

Auteur

Irisso, UMR 7170 CNRS, université Paris Dauphine

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540