Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Disciplines et indisciplines

Le terrain transitionnellement : une transdisciplinarité entre géographie, art et psychanalyse

Anne Volvey

Texte intégral

  • 1 Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain », in Travaux de l’institut (...)
  • 2 Volvey Anne, « “Übergänglichkeit” : ein neuer Ansatz für die Epistemologie der Geographie », in Geo (...)
  • 3 Warf Barney, Arias Santa, « Introduction : the reinsertion of space into the social sciences and hu (...)

1Ce texte est une coupe à travers un parcours intellectuel d’une quinzaine d’années qui croise, autour du thème du terrain – dont il construit l’importance et la signification contemporaines dans différents champs de l’activité culturelle – les perspectives théoriques que j’ai ouvertes sur l’art contemporain1 et sur la géographie contemporaine2. Ces interprétations fonctionnent sur le principe d’une circulation constante et inédite entre géographie, art et psychanalyse, qui instaure la transdisciplinarité en cheville ouvrière des problématiques et intelligibilités proposées : chacune des « disciplines » est tour à tour champ de la réflexion et outil de celle-ci. Ces interprétations fonctionnent aussi sur une circulation entre plusieurs cultures scientifiques nationales. Écrit par une géographe, ce texte, en travaillant la question de la spatialité de pratiques contemporaines et des expériences qui lui sont associées, participe de l’idée d’un « tournant spatial3 » dans les pratiques et la pensée contemporaines, et présente une approche géographique, centrée sur la spatialité, qui permet de s’en saisir et de l’élaborer, participant ainsi à un « tournant géographique ».

  • 4 De hapsis qui signifie « toucher » en Grec. Le toucher est au fondement de la théorie transitionnel (...)

2Le terrain est ici un thème transversal que je définis en première instance comme une « manière de faire » avec le lieu/l’espace d’un acteur (ou d’un collectif d’acteurs) dans la perspective d’une production de savoir sur le lieu-que ce savoir soit fondamental ou d’action. Le terrain ne connaît pas le même niveau de reconnaissance en art, où il s’est développé dans les années 1960 autour des stratégies d’outdoor et d’in situ, et en géographie, où il est le pivot problématique des jeux de construction/déconstruction épistémologiques, depuis sont développement comme science dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le terrain est non seulement un moyen effectif de l’hybridation contemporaine des sciences et des arts, mais son développement et ses conditions de développement témoignent plus généralement de l’importance des phénomènes transitionnels dans les activités culturelles contemporaines. Ainsi, je propose une interprétation transitionnelle de la pratique de terrain, jusqu’à envisager un régime haptique4 de créativité transversal à ces champs comparés de la science géographique et de l’art contemporains, qui engloberait aussi bien les pratiques que les contenus d’expérience qui lui sont associés, leurs modes d’élaboration et les formes de leur représentation.

3La première partie du texte montre comment la mise en perspective inédite du Land Art états-unien avec son contexte d’action juridico-politique (l’histoire foncière états-unienne) permet d’articuler significativement pratique artistique et spatialité pour instaurer le « faire avec l’espace » en principe de la radicalité de ce moment de l’histoire de l’art et, partant, de l’intelligibilité du changement de matrice artistique que ces artistes ont réalisé. La deuxième partie du texte déconstruit les fondements théoriques sous-jacents des méthodes qualitatives de terrain de la géographie contemporaine (le modèle du care) et applique un principe de symétrie à l’étude de la pratique du sujet cherchant (ses motifs, ses données et ses représentations) pour participer à la reconnaissance et à l’élaboration de la question de l’« hapticité » dans la géographie contemporaine. La dernière partie travaille les fondements spatiaux de la pensée transitionnelle de la psychogenèse et du cadre psychanalytique, pour faire de ce courant de la psychanalyse l’outil de l’intelligibilité des enjeux, des modalités et des objets construits des pratiques de terrain contemporaines en art et en géographie.

Aborder l’art contemporain par la spatialité de ses pratiques : le terrain, du Land Art aux arts du land contemporains

  • 5 Tiberghien Gilles A., Land Art Travelling, Valence, ERBA, « Collection 222 », 1996, p. 9 et 57.

Ce texte on pourrait l’appeler un carnet de route entre la feuille du même nom [...], et le calepin de voyage où l’on recense avec l’objectivité de l’anthropologue amateur les menus faits qui serviront plus tard de matériau comptable à l’étude qu’ils sont censés servir. […]
Lundi 8 juillet [1991]
[...] Nous roulons au milieu d’un paysage montueux avant d’arriver à Valley Ford, le seul hameau traversé par le Running Fence de Christo. Sur le fronton de l’épicerie locale on a peint un mural qui représente le long rideau de tissu serpentant au milieu des champs où sont naïvement représentées quelques vaches. À l’intérieur le moindre vendeur est intarissable sur l’œuvre de Christo et a probablement soutenu une thèse sur le sujet5.

  • 6 Krauss Rosalind E., « Landscape sculpture : the new leap », in Landscape architecture, n° 61, juill (...)
  • 7 Un point de vue frustré par le démantèlement de l’objet d’art.
  • 8 Ambrosino Charles, « La monstration de la ville contemporaine. L’exemple d’Hoxton à Londres et du m (...)
  • 9 Terme proposé par le géographe Augustin Berque dans sa double définition du lieu, entre topos d’ins (...)

4Je suis entrée dans le Land Art états-unien par le terrain, cette pratique constituant à la fois une thématique de l’étude et une méthode pour l’étude de ce moment de l’art contemporain. Alors qu’à mon sens il est devenu depuis une pratique massive et abondamment documentée de nombreux artistes contemporains, le terrain reste un angle mort des disciplines traditionnelles de l’art (esthétique, histoire de l’art, critique) autant que de la géographie de l’art aujourd’hui émergente. Centrant leur analyse sur l’objet d’art-appréhendé alternativement comme paysage ou comme sculpture minimaliste6 – et faisant tourner la question de la spatialité de l’art autour de celui-ci, les spécialistes d’esthétique ratent, à mon sens, le principe spatial qui est au fondement du Land Art, pour des raisons théoriques autant que méthodologiques. Ainsi, le commentaire de G. Tiberghien sur la Running Fence de Christo et Jeanne-Claude cité plus haut révèle un point de vue centré sur l’objet d’art7 (et la représentation) et empreint d’une certaine négligence méthodologique à l’endroit des habitants de Valley Ford et de leur rapport à l’œuvre – cela malgré la figure de Bronislaw Malinowski, l’inventeur du terrain de l’ethnologie moderne, qu’il convoque en introduction du récit de son tour des sites du Land Art états-unien. De leur côté, les quelques géographes qui s’intéressent à l’« industrie de la création », en adoptant une approche de l’art informée par l’économie spatiale pour focaliser leur analyse sur l’espace dédié à la fonction artistique par l’ingénierie spatiale (district culturel) ou par les artistes (artist-run space)8, ratent eux aussi la spatialité attachée à la pratique artistique. Aucune de ces deux approches, qui pensent le lieu et l’objet dans un rapport d’extériorité et d’occupation (ou de remplissage), n’est en mesure d’élaborer le principe proprement « chorésique9 » de concrétisation réciproque du lieu et de l’objet dans le jeu d’une activité de terrain qui me semble faire la radicalité, l’unité et la postérité contemporaine de la matrice land artistique.

5Pourtant, la rupture méthodologique introduite dans l’art contemporain par le Land Art, ainsi que ses conséquences spatiales, ont été perçues très tôt. Dans l’introduction du catalogue de l’exposition Sonsbeek 71 buiten de perken (Arnhem, Pays-Bas, 1971) dont il était le commissaire, W.A.L. Beeren décrit non seulement la manière dont les artistes invités ont travaillé les dimensions du lieu en des objets de grande taille dépassant souvent le cadre spatial de la manifestation, mais évoque aussi les conséquences relationnelles de cette manière d’œuvrer d’art les lieux :

  • 10 Beeren Wim A. L., « From Exhibition to Activity » (introduction), in Sonsbeek 71, catalogue de l’ex (...)

Cette méthode de travail [...] a donné son thème à l’exposition : relations spatiales. [...] Nous avons dépassé les limites (we went « beyond the pale ») de Sonsbeek pour faire entrer l’ensemble du pays dans notre champ d’opération (field of operation) [...]. En multipliant les contacts, nous avons réussi à former un groupe d’acteurs – institutions, administrations d’État, personnes privées – qui participèrent aux activités d’organisation de « Sonsbeek buiten de perken »10.

  • 11 Kastner Jeffrey, Wallis Brian, Land and Environmental Art, Londres, Phaïdon Press, 1998, p. 29.
  • 12 C’est dans ce bureau de poste que les Christo ont pris contact avec les ranchers, membres du collec (...)

6Plus récemment, J. Kastner et B. Wallis signalaient à propos des œuvres du Land Art qu’une interprétation centrée sur l’objet d’art ratait son caractère relationnel et contextuel11. De fait, l’étude de terrain que j’ai conduite pendant l’été 2000 sur le site de la Running Fence m’a permis d’établir que la légitimité du discours des employés de la superette de Valley Ford sur l’objet d’art Running Fence repose moins sur un savoir scientifique élaboré dans un travail académique, contrairement à ce qu’ironise G. Tiberghien ci-dessus, que sur la participation effective des habitants, administrateurs, élus et usagers des deux Counties concernés au processus de réalisation du projet que leur ont proposé les Christo – une coaction à l’origine d’un savoir d’expérience. Ce sont ces manières de « faire avec » le lieu que les résidents ont choisies de mettre en scène dans le bureau de poste de Valley Ford12 à travers la documentation du travail de terrain des artistes, ainsi que leur prolongement mémoriel au-delà du démantèlement de l’objet d’art : la Joint Resolution n° 98-0001 des Marin et Sonoma Counties et le certificat de classement comme Historic Landmark n° 24 du poteau 7-33 par le Sonoma County. Ainsi, prendre au sérieux ce discours local, c’est retrouver la pratique pour rendre l’œuvre de l’art intelligible et se donner les moyens de saisir et de construire, à partir d’un cas que je pense paradigmatique, la question du terrain dans l’art contemporain.

  • 13 Bourriaud Nicolas, Esthétique relationnelle, Paris, Les Presses du réel, 2001.
  • 14 Ardenne Paul, Un art contextuel, Paris, Flammarion, 2002.
  • 15 Pour une argumentation détaillée voir Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art co (...)
  • 16 Becker Howard, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (éd. originale 1982).
  • 17 Krauss Rosalind E., « Sculpture in the Expended Field », in October, vol. 8, printemps 1979, p. 30- (...)
  • 18 Dennis Oppenheim : « l’objet était vraiment la cible. L’objet d’art était-ce à quoi l’on tentait de (...)
  • 19 De Soto Hernando, Les Mystères du capital, Paris, Flammarion, 2005 (éd. originale 2000).
  • 20 Au XIXe siècle, les Occupancy laws (droits cabane, maïs ou tomahawk) correspondent à l’extension à (...)
  • 21 L’emprunt terminologique que fait Oppenheim au Homestead Act pour décrire ses Site Markers montre l (...)
  • 22 Christo : « L’essentiel de [nos] projets est la prise de possession de l’espace » (cité in Yanagi M (...)

7Reconnaître la place du terrain dans l’art contemporain, via l’étude des éditions documentaires qui lui sont en partie dédiées (ouvrages, expositions, films) ou par le truchement de procédures de terrain, c’est reconnaître le changement de matrice artistique que le Land Art réalise à la fin des années 1960, et, par là même, reconnaître dans le « faire avec » l’espace/le lieu le principe du caractère relationnel13 ou contextuel14 qui est aujourd’hui associé à l’art contemporain15. En conduisant, en théorie comme en pratique, trois stratégies spatiales contre le « monde de l’art16 » institué, et contre l’encodage et la marchandisation de la production artistique auxquels celui-ci procède, les land artistes font de la manière d’œuvrer d’art le land leur principal mode opératoire. J’ai proposé, par conséquent, de prendre au sérieux la question du land chez les land artistes, de considérer que le glissement terminologique de earthwork à land art n’est pas insignifiant, et, après avoir abandonné une problématique de la terre/Terre (comme matériau, comme sujet de l’œuvre ou comme ensemble des places susceptibles d’être occupées par un objet d’art hors-sol), de ne pas réduire la question du land à une seule perspective paysagère (landscape). Je ne m’étendrai pas ici sur la manière dont les stratégies conjointes d’outdoor (le « en dehors » des institutions muséales), d’in situ (l’alternative à l’objet d’art trouvée dans le lieu) et d’échelle (le changement de grandeur de l’objet d’art) opèrent contre le monde de l’art institué dans le prolongement des recherches de Brancusi sur l’abolition du socle de la sculpture17, par le nouage de l’objet et du lieu via la pratique. Je soulignerai en revanche le fait que, dans le contexte juridique et historique réglant la question foncière aux États-Unis, le terrain est une conséquence méthodologique de ces stratégies spatiales au terme desquelles le land artiste investit un espace/lieu qui n’est pas préalablement dédié à la fonction artistique, et entreprend de le substituer à l’objet d’art18. Historiquement, aux États-Unis la fonction et la propriété qui sont reconnues à un sol procèdent préalablement de son usage19 : l’affectation d’un usage à un sol par le squatter, l’homesteader (le colon) ou le miner (le mineur), le jalonnement et le travail en continu de celui-ci selon cet usage, sont les fondements légaux du land claiming (la revendication du sol) – les occupations et les usages (de l’unpatented land) se trouvant reconnus après coup par un acte de propriété (deed)20. Le Homestead Act de 1862 est la traduction formelle de l’instauration de l’usage du sol en métadroit. Enfin, le mouvement civique du Land Use Reform qui remet en cause cette législation foncière et conduit à son abrogation par l’État fédéral en 1976 (Federal Land Policy and Management Act), constitue le contexte d’action historique du Land Art. L’analyse d’œuvres de Dennis Oppenheim – par exemple, les Site Markers de 1967 et les Gallery Transplants de 1969, véritables variations sur l’acte de land claiming21 – et la prise en considération des citations récurrentes des land artistes sur le lieu22 soutiennent la pertinence de cette approche foncière du Land Art que je propose – approche qui en fait un art du land à proprement parler et que supportent de manière paradigmatique les œuvres de Christo et Jeanne-Claude, et d’Oppenheim.

  • 23 Ce qui se donne à voir, par exemple, dans les rapports d’impact environnementaux ou sociaux qui son (...)
  • 24 Une intelligibilité proprement géographique du lieu – un savoir spatial – émerge de la pratique de (...)
  • 25 Volvey Anne, Art et spatialités d’après l’œuvre in situ outdoors de Christo et Jeanne-Claude, thèse (...)
  • 26 Volvey Anne, Art et spatialités, op. cit. ; Volvey Anne, « Christo et le Land Art », op. cit.
  • 27 Je mobilise dans les lignes suivantes la trilogie des « élémentaires de l’espace » conçue par le gé (...)

8Ainsi, le terrain correspond à l’ensemble des procédures concrètes par lesquelles le land artiste effectue sa prise foncière-soit, l’aboutissement d’un land claiming via un fieldwork dans un droit d’usage artistique du lieu, temporaire ou définitif-et réalise la concrétisation réciproque de l’idée d’objet et du lieu (la chorésie) pour les nouer en un objet-lieu d’art de grande dimension. Le terrain artistique, à l’instar du terrain des sciences naturelles et sociales avec lequel il s’hybride nécessairement pour œuvrer d’art le lieu23, est une situation méthodologique orientée le plus souvent vers un savoir d’action et parfois même vers un savoir fondamental24 : un ensemble de procédures en milieu ouvert25, souvent systématisé, par le truchement duquel l’artiste réalise non pas un objet d’art hors-sol mais un objetlieu d’art fondamentalement situé. Ces procédures font de la pratique du Land Art un « faire avec l’espace/le lieu » – un espace/lieu dont il œuvre les dimensions et au terme duquel la concrétisation de l’objet-lieu d’art assure le régime de visibilité. On peut ainsi mesurer les limites conceptuelles de la notion d’in situ rapportée habituellement au Land Art états-unien dans la mesure où elle fait valoir un rapport d’extériorité entre l’objet et le lieu (topos) marqué par « in » – celui-ci servant de réceptacle et de condition de mise en vue à celui-là. On peut aussi mesurer les limites théoriques qu’il y a à rapporter la question de la spatialité à l’objet matériel26. D’une part, l’objet est le régime de visibilité d’un ensemble de faire avec l’espace/les lieux dont les spatialités ne sont pas commensurables avec la sienne27. Ces faire, en effet, s’expriment à une autre échelle-étendue que celle de l’objet : car s’ils concernent le lieu co-construit dans l’objet lui-même (ensemble des lieux ouvrés dans les pratiques d’observation, d’enquête et d’expérimentation scientifiques en site propre, dans les négociations avec les résidents – porte-à-porte, réunion -, etc.), mais ils s’étendent aussi à d’autres lieux (ensemble des lieux œuvrés dans les négociations avec les collectivités territoriales aux territoires de compétence variés-lobbying, audience publique, séance au parlement -, dans les expérimentations en milieu ouvert ou en laboratoire). Ils s’articulent aussi selon une autre métrique (topologique et non pas topographique) adoptant une logique de mise en réseaux de lieux. L’objet est d’autre part, le régime de visibilité de multiples dimensions du lieu levées par l’œuvre de l’art en ses procédures de terrain : des dimensions matérielles autant qu’idéelles (ensemble des représentations se rapportant au lieu et des valeurs affectées au lieu organisant son sens). Les significations associées au lieu par le collectif social, sont en quelque sorte levées, objectivées et œuvrées par le claiming et le working artistiques du land et enfin construites concrètement dans l’objetlieu d’art qui les donne à voir.

  • 28 Chang Tou C., Lee Wai K., « Renaissance City Singapore : a study of arts spaces », in Area, vol. 35 (...)
  • 29 Blanc Nathalie, Vers une esthétique environnementale, Paris, Éditions Quæ, 2009 ; Blanc Nathalie, L (...)
  • 30 Miles Malcolm, Art, Space and the City. Public Art and Urban Futures, Londres/New York, Routledge, (...)
  • 31 Les Formes contemporaines de l’art engagé. De l’art contextuel aux pratiques documentaires, Van Ess (...)
  • 32 Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain », op. cit. ; Volvey Anne, (...)
  • 33 C’est d’ailleurs toute la contradiction du glissement d’une bonne partie du Land Art états-unien so (...)
  • 34 Par exemple, Lussault Michel, « Action (s) ! », in Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géograph (...)
  • 35 Chivallon Christine, « L’espace, le réel et l’imaginaire : a-t-on encore besoin de la géographie cu (...)
  • 36 Grésillon Boris, « Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturell (...)
  • 37 Ibid., p. 187.
  • 38 Pour la bibliographie voir la note 8.

9Ainsi, en reconnaissant et en construisant le « spatial turn » accompli en art à la fin des années 1960 par le Land Art étatsunien et en instaurant celui-ci en matrice de pratiques contemporaines, je démontre la pertinence scientifique de la géographie à proposer une interprétation esthétique non seulement d’un moment de l’art contemporain, mais, au-delà, de certaines manières de l’art contemporain – manières dans lesquelles s’originent aujourd’hui les questions de la reconstruction des liens écologiques et sociaux absentés28, du développement durable29, de la restauration l’espace public30, ou encore des formes contemporaines de l’engagement31. C’est la prise foncière et ce qui se construit en elle du fait de sa radicalité (elle interpelle et positionne radicalement le collectif social dont le land est l’objet d’un claiming artistique) et de sa globalité (elle atteint et articule toutes les sphères du social) qui en font un art politique. Un art politique dont la forme est moins l’objet d’art-des images qui représentent un sujet politique-que l’engagement artistique avec le lieu/l’espace-une manière de faire avec l’espace qui engage un public (habitants, usagers, administrateurs) devenu co-acteur de l’œuvre, et qui sert d’opérateur à la co-construction de significations situées stabilisées dans l’objetlieu d’art qui en assure le régime de visibilité. C’est ce que j’appelle les arts du land contemporains32. On mesure combien l’imposition par l’ingénierie spatiale de ces manières de faire sur des espaces fonctionnels préalablement définis et selon des cahiers des charges préalablement établis affadit, voire contredit, leur vertu politique même33. Inversement, ces formes d’art contemporain constituent un champ factuel pertinent pour consolider l’effort théorique d’une géographie contemporaine qui aborde la question spatiale par la pratique34, et démontrer a contrario les limites théoriques d’une géographie spatiale qui aborde les phénomènes sociaux (dont l’art) par l’espace/le lieu. La géographie dont il est question ici est une science de la dimension spatiale du social. Elle ne considère pas que l’espace est doté d’un statut d’extériorité par rapport au social. Ainsi, elle ne s’attache à lui que pour autant qu’il est noué à la pratique conduite par un individu ou un collectif d’individus, et qu’il est travaillé par celle-ci en ses dimensions matérielles et idéelles pour faire advenir des idéalités, pour les traduire et leur donner un régime de visibilité spatial35. Autrement dit une géographie post-structurale, constructiviste et assumant pleinement sa révolution culturelle. Par conséquent, en matière d’art, il ne s’agit pas de faire une géographie pluriscalaire des espaces/lieux de l’art (la ville, le lieu in, le lieu off, l’underground, la friche, le squat, le terrain vague, etc.) comme le propose Boris Grésillon dans un article à visée programmatique publié dans les Annales de géographie36. Dans une perspective de géographie spatialiste branchée sur des objets culturels à haute valeur ajoutée, cet auteur ajoute la fonction artistique aux facteurs de la centralité métropolitaine et, dans une compréhension unidimensionnelle (physicaliste) de l’espace, il compte la « matière urbaine » (les bâtiments, friches, trames viaires, etc.) aux sources de l’inspiration artistique, « pour étudier ce jeu de fécondation mutuel entre la ville et les artistes37 ». Son programme scientifique rejoint explicitement le développement contemporain de la géographie de l’art autour des espaces de l’« industrie créative » – affectation d’un phénomène artistique à un lieu pour le promouvoir-ou des artist-run spaces – affectation d’un lieu à une forme artistique pour la promouvoir -, sur le mode de l’économie spatiale38. Une géographie spatialiste qui pense le lieu dédié, l’objet qui l’occupe et le spectateur qui les consomme l’un et/ou l’autre comme trois polarités extérieures les unes aux autres, et rate, ce faisant, la dimension politique de leur mise à l’œuvre croisée dans des pratiques artistiques qui mettent en jeu et font jouer les droits de propriété modernes, aussi bien droit du sol que droit d’auteur.

La pratique de terrain en géographie : vers un régime haptique de connaissance

  • 39 Calberac Yann, « Terrain d’affrontement : la relecture d’une controverse scientifique (1902-1922) » (...)

10Dans le champ de la géographie, le terrain a une tout autre histoire épistémologique, qui est faite moins de non reconnaissance que de débats, la méthode ayant servi d’angle des attaques menées contre des moments disciplinaires ou, inversement, de cheville ouvrière de refondations matricielles. À l’instar d’autres sciences sociales, l’étude de terrain est une méthodologie fondatrice de cette discipline empiriste et une pratique quasi identitaire pour les géographes39, où, suivant son référent géologique, le terrain a longtemps été conçu comme une extériorité-le réel-jouant le rôle d’un gisement de données dans lequel le chercheur, outillé et neutralisé (dans sa subjectivité), fore pour en retrouver l’ordre et la loi d’organisation, et les objectiver dans ses théories et objets scientifiques. La posture méthodologique classique prétend à l’objectivation des phénomènes via la collecte de données dans l’observation et à leur corrélation in situ dans le regard du chercheur, toutes deux aidées par le recours à la carte. Dénoncée par la géographie positiviste des années 1960-1980 qui lui a préféré des approches « quantitatives » conduites sur des bases de données statistiques établies par des institutions spécialisées, c’est une méthode réinvestie (field-based geography), pratiquement et épistémologiquement, depuis le début des années 1990, par les géographies post-structuralistes et interprétatives de langue anglaise. Celles-ci ont privilégié les études « qualitatives » (qualitative methods) de la construction par les individus et les collectifs d’individus de mondes intérieurs (lifeworlds) ou de « géographies » (geographical knowledges), et ont instauré la méthode en objet épistémologique. Ce réinvestissement s’est fait après un travail d’analyse critique de la méthodologie classique et un repositionnement méthodologique.

  • 40 Rose Gillian, Feminism and Geography. The limits of geographical knowledge, Minneapolis, University (...)

Des chercheurs en géographie culturelle ont émis l’idée que la dimension visuelle (visuality) de la discipline n’a pas simplement à voir avec l’observation [...]. Ils ont commencé à problématiser le terme de « paysage » [...] et ils ont soutenu qu’il ne rend pas seulement compte de la relation entre les différents objets saisis dans le regard du chercheur de terrain, mais qu’il implique une certaine manière de regarder. [...] Ils soutiennent l’idée que le regard du chercheur de terrain est un point de la problématique, et non pas un moyen de l’analyse. Ainsi, ils qualifient ce regard sur le paysage d’« idéologie visuelle », parce qu’il ne fait que témoigner de la relation des puissants à leur environnement – sans que cela ait été questionné. [...] Cependant, les questions du genre et de la sexualité n’ont pas été soulevées par ces travaux récents. La féminisation de ce qui est regardé importe pourtant, parce que c’est en partie de ce que Berger définit comme le régime visuel dominant de l’hétérosexualité masculine blanche. La spécificité de cette position masculine c’est le regard actif, possessif, sexuel et orgasmique (pleasurably) posé sur des objets féminins. [...] Je vais montrer dans ce chapitre que la féminisation du paysage en géographie permet de mobiliser dans le contexte de la géographie du paysage les mêmes points d’argumentation que ceux concernant la masculinité du regard sur le Nu40.

  • 41 Par exemple, « Women in the field » (The Professional Geographer, vol. 46, n° 1, p. 54-66, février (...)
  • 42 Sharp Joanne, « Geography and gender : feminist methodologies in collaboration and in the field », (...)
  • 43 Rose Gillian, Feminism and Geography, op. cit. ; Sparke Matthew, « Displacing the field in fieldwor (...)
  • 44 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit., p. 304 [trad. A. V.].
  • 45 Nast Heidi J., « Opening Remarks on “Women in the Field” », in The Professional Geographer, vol. 46 (...)
  • 46 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit.
  • 47 Sparke Matthew, « Displacing the field in fieldwork », op. cit. ; Crang Mike, « Qualitative methods (...)

11La critique du terrain classique s’est organisée autour de la problématique proprement anglo-américaine de la domination, soit la « politics of fieldwork » et la « politics of representation » (des données issues du terrain), et a été conduite par les postcolonial et gender studies. Considérant que se restreindre à la visée cognitive et à la dimension méthodologique ne permet pas d’envisager la richesse et la complexité des enjeux du travail de terrain, ces courants reprennent la question du sujet cherchant, de sa « positionalité » (positionality), pour appréhender le terrain classique comme un problème et un moyen de consolidation de l’identité masculine et/ou blanche-suivant les perspectives développées. La méthode de terrain a été, en particulier, l’une des clés de la compréhension et de la dénonciation d’une construction « masculiniste » (masculinist) de la science géographique, en même temps qu’elle a été inversement à la base d’un projet politique féministe pour la discipline-un positionnement formulé, en 1993, par Gillian Rose, puis développé dans plusieurs numéros thématiques de revue et ouvrages collectifs41. L’enquête de terrain classique fondée sur l’observation est considérée par les féministes comme « un comportement de domination colonialiste inapproprié42 » où la pratique (work), calquée sur celle de l’exploration, évolue entre possession par l’arpentage, pénétration par le regard et contrôle par le recouvrement exhaustif d’un espace extérieur féminisé (field), bientôt abandonné aux portes de l’académie où il se trouvera représenté dans l’objet scientifique classique, le paysage43. Tandis que l’enquête de terrain féministe (feminist methodology) dotée d’une échelle d’opération réduite et fondée sur l’interlocution, a été placée au fondement d’un « projet politique féministe au sein de la discipline44 », soit un projet d’« empowerment » réciproque du sujet cherchant et de ses sujets de recherche qui font entendre et représentent leurs voix45 – un « to do gender » dont les féministes discutent aujourd’hui la consistance46. Ainsi, même si les féministes ne sont pas les seules à avoir participé à cette refondation épistémologique du terrain en opposant pour leur part un « masculinist » à un « feminist fieldwork » qu’elles cherchaient à fonder, leurs élaborations l’ont décisivement informée47 en enracinant les méthodes de terrain qualitatives contemporaines dans des expériences et des pratiques qu’elles rapportent aux relations des femmes, et en particulier des mères, à leur environnement. Ainsi, Heidi Nast dans son introduction à Women in the field : critical feminist methodologies and theoretical perspectives énonce l’enjeu politique de la méthode pour les féministes avant d’en indiquer les principes :

  • 48 Nast Heidi J., « Opening Remarks on “Women in the Field” », op. cit., citation p. 61 [trad. A. V.].

Les textes soulignent que les chercheur/es féministes pratiquent le terrain comme un moyen de résister à la patriarchie et aux autres formes de domination, et qu’elles accordent pour ce faire leurs manières de faire avec des expériences de femmes (resisting patriarchy [...] in ways that are congruent with women’s expériences)48.

  • 49 Un pensée du care pour fonder la pratique du terrain en géographie qui ne s’est jamais vraiment rel (...)

12Ces principes précisés ailleurs dans son texte dessinent les contours d’un modèle féministe de terrain fondé sur le care (soit, la relation de soins maternante)49 :

  • 50 Nast Heidi J., « Opening Remarks on “Women in the Field” », op. cit., p. 55 [trad. A. V.].

Le type de liens que les femmes entretiennent avec les autres dans leurs pratiques quotidiennes a contribué au développement de manières de savoir ou d’épistémologies qui sont différentes de celles des hommes. Les femmes sont typiquement des nurturers et des caregivers entraînées à l’art d’écouter et de favoriser l’empowerment des autres50.

  • 51 Duncan Nancy, « Introduction. (Re)placings », in Body Space..., op. cit., p. 1-10 ; Rose Gillian, « (...)
  • 52 Bingley Amanda, « In here and out there : sensations between Self and landscape », in Social and Cu (...)
  • 53 Bondi Liz, « Stages on journeys : Some remarks about human geography and psychotherapeutic practice (...)
  • 54 Aitken Stuart C., « Playing with children : Immediacy was their cry », in The Geographical Review, (...)
  • 55 Bingley Amanda, « In here and out there », op. cit.
  • 56 Crang Mike, « Qualitative methods : the new orthodoxy », op. cit., p. 648 [trad. A. V.].
  • 57 Crang Mike, « Qualitative methods : there is nothing outside the text ? », in Progress in Human Geo (...)
  • 58 Nast Heidi J., « The body as “place”. Reflexivity and fieldwork in Kano, Nigeria », in Places throu (...)
  • 59 Crang Mike, « Qualitative methods : touchy, feely, look-see ? », in Progress in Human Geography, vo (...)
  • 60 Paterson Mark, « Haptic geographies : ethnography, haptic knowledges and sensuous dispositions », i (...)
  • 61 Volvey Anne, « L’espace vu du corps », in Logiques de l’espace esprit des lieux, op. cit., p. 319-3 (...)
  • 62 Crang Mike, « Qualitative methods : there is nothing outside the text ? », op. cit.
  • 63 Rose Gillian, Feminism and Geography, op. cit. ; Nast Heidi J., Kobayashi Audrey, « Re-corporealizi (...)

13Les féministes insistent alors sur les manières de faire attachées à ce modèle substitutif, manières conçues pour installer l’atmosphère de soutien (« supportive atmosphere51 ») ou l’environnement facilitateur (« facilitating environment52 ») réputés caractériser la méthode non hiérarchique et relationnelle qu’elles préconisent. Certain(e)s appuient leur effort théorique sur la psychothérapie humaniste pour faire de l’empathie un outil technique de l’entretien qualitatif53 ; d’autres, redécouvrant la problématique du jeu (playing), instaurent le partage de situations de vie54 ou le dispositif artistique55 en cadres de la relation de recherche. La situation de terrain permet alors « d’écouter, de faire s’exprimer et de représenter ceux qui n’ont pas la parole (listening to, giving voice to and representing the silenced)56 » pour donner lieu à un matériau de type discursif, représenté dans les textes scientifiques57. Mais le modèle choisi pour ces pratiques et le type d’engagement qui lui est lié conduisent les géographes concerné(e)s à interroger la place du corps dans la recherche – à la fois comme site, marqueur et opérateur de la position (positionality) du chercheur dans la relation de recherche58 – et à définir le terrain comme une situation où des corps co-présents interagissent physiquement, émotionnellement et symboliquement. Cette considération pour le corps-jusqu’à instaurer la performance artistique un référent pour penser les conditions pratiques du terrain – a conduit les féministes (et au-delà, l’ensemble des géographes qualitatifs) à la reconnaissance récente d’un matériau pré-discursif et à interroger sa représentation scientifique. C’est ce que Mike Crang interroge sous le terme générique d’« haptic knowledge59 », lançant dans la géographie de langue anglaise l’idée d’hapticité60 – idée que je développais de mon côté, au même moment61. La géographie qualitative a donc substitué un « régime linguistique62 » au « régime scopique (ou visualiste)63 » de connaissance de la géographie classique, avant de considérer plus récemment la possibilité d’un « régime haptique » de connaissance fondé sur l’élaboration scientifique de données tactiles (ou haptiques).

  • 64 Paterson Mark, « Haptic geographies : ethnography, haptic knowledges and sensuous dispositions », i (...)
  • 65 Bondi Liz, « Empathy and identification », op. cit.
  • 66 Pour une argumentation détaillée voir Volvey Anne, « Field-work : how to get in (to) touch », op. c (...)
  • 67 Nast Heidi J., « Remarks on “Women in the Field” », op. cit.
  • 68 Ibid. ; Katz Cindy, « Playing the Field : Questions of fieldwork in Geography », in The Professiona (...)
  • 69 The Professional Geographer, vol. 46, n° 1 (« Women in the field »), 1994.
  • 70 Chez Aitken Stuart C., Herman Thomas, « Gender, Power and Crib Geography », op. cit. ; Bondi Liz, « (...)

14Les chercheurs de langue anglaise, rejoignant les développements parallèles de l’emotional geography, concentrent cependant leurs efforts sur le savoir haptique des sujets de leur étude qualitative, sur les formes de spatialité ou les « géographies » que ceux-ci construisent dans l’expérience haptique64. Ils appréhendent essentiellement cette problématique des « haptic knowledges » au travers des situations de vie et d’engagement corporels spécifiques-l’expérience et la construction du monde des aveugles, des nudistes, des personnes qui souffrent. Ce faisant, ils ratent la question de l’expérience haptique du chercheur associée à la pratique de terrain, jusqu’à lui dénier parfois, et non sans contradiction avec leurs analyses critiques antérieures, son statut de problème scientifique65. De fait, ils n’adoptent pas les principes de réflexivité et de symétrie qui leur permettraient d’envisager pleinement un régime haptique de connaissance à partir d’une réflexion critique portant sur le rapport entre la méthodologie de terrain fondée sur le modèle du care et l’expérience subjective du chercheur66. Pour ce faire, il est important tout d’abord de reconnaître le fondement winnicottien de la conception féministe de la pratique de terrain. Cette référence à la pensée du psychanalyste anglais D. W. Winnicott qui a publié dans les années 1950-1970, s’organise en une constellation de concepts que les féministes lui empruntent pour les faire travailler de manière plus ou moins métaphorique. Substituant le modèle du care à celui de l’exploration, les féministes ont contribué à construire la figure du/de la praticien/ne de terrain en caregiver. Remplaçant une spatialité de la distance/distanciation par la proximité et une pratique de l’observation par l’écoute et par l’interlocution, elles ont conçu la pratique de terrain (work) en termes de « withness67 »-comme un « faire avec » par opposition à un « faire (de)dans » – et décrit le terrain (field) en termes de « state » ou « space of betweenness » ou « place in-between68 » – le dotant d’une qualité d’intermédiarité (espace de l’entre-deux ou lieu entre-deux). C’est donc l’assimilation implicite69 ou explicite, parfois même construite70, que cette pensée fait du terrain au cadre thérapeutique dit « transitionnel », une assimilation énoncée dans les termes de holding (auquel la « supportive atmosphere », citée plus haut, fait directement écho) et du playing, qu’il faut d’abord reconnaître. Cet étayage sur la boîte à penser winicottienne fait en quelque sorte contre-point à la référence freudo-lacanienne que les féministes ont mobilisée pour appuyer théoriquement leur critique du terrain classique et, au-delà, de la géographie classique. Pour la géographie contemporaine, la référence winnicottienne n’a pas que des implications méthodologiques mais plus fondamentalement épistémologiques : elle ne concerne pas seulement la manière dont la connaissance est engendrée, mais renvoie au projet individuel et collectif de la connaissance, à la valeur et à la validité de celle-ci.

  • 71 Rose Gillian, Feminism and Geography, op. cit., p. 102-103.

Le plaisir récurrent et néanmoins inconfortable que la géographie trouve dans le paysage [...] est une version de l’esthétique masculine de la discipline. [...]. Je vais développer les arguments des féministes qui ont travaillé avec Freud ou avec la relecture de Freud par Lacan, parce que plusieurs d’entre elles ont mis en évidence le caractère contradictoire de la « sexualité dans le champ de la vision » en mobilisant cette forme de psychanalyse. De plus, la psychanalyse, malgré les problèmes qu’elle soulève, est la seule théorie élaborée disponible qui place la sexualité au fondement de sa problématique. [...] Ce chapitre défend l’idée que ces analyses psychanalytiques conduites par des féministes offrent une critique éloquente du regard masculin, blanc, hétérosexuel, un regard partagé entre plaisir et censure71.

  • 72 Ibid. ; Rose Gillian, « As if the mirrors had bled. Masculine dwelling, masculinist theory and femi (...)
  • 73 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit., p. 307.
  • 74 Myers Garth A., « Protecting privacy in foreign fields », in Geographical Review, vol. 91, n° 1-2 ( (...)
  • 75 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit., p. 307.
  • 76 Rose Gillian, « Situating knowledges : positionality, reflexivities and other tactics », in Progres (...)
  • 77 Voir le texte que Liz Bondi consacre en partie à l’exposé du décalage qu’elle a vécu entre un engag (...)

15La dénonciation féministe sur une base freudo-lacanienne du terrain classique articulait à la pratique de terrain (considérée dans sa dimension spatiale) un inconscient du chercheur et la traitait comme un problème de consolidation de l’identité sexuelle72, auquel elle rapportait enfin l’objet scientifique « paysage ». Dès lors, quel enjeu subjectif inconscient est attaché à l’expérience haptique qui découle, pour le chercheur, de sa pratique relationnelle du terrain ? Quelles données produites dans cette expérience et quelles représentations de celles-ci dans le travail scientifique ? Notons, dans cette perspective, l’émergence récente dans la littérature géographique contemporaine traitant de méthodologies qualitatives, du problème de l’identité de soi ou du « sense of self73 », de la différenciation moi/non-moi74, voire du terrain à la fois comme situation limite pour l’identité subjective du chercheur et comme condition de possibilité du déploiement d’une stratégie de « care of the self75 ». Une question que l’exercice de positionalité (positionality), compris comme méthode réflexive d’objectivation de l’identité sociale du chercheur, tel que le pratiquent les géographes féministes, ne saurait totalement épuiser-comme l’évoque d’ailleurs la géographe féministe épistémologue Gillian Rose76. La référence aux thérapies humanistes (à Winnicott en particulier) invite, en effet, à une autre définition du sujet et de son identité que celle proposée par les géographes féministes informées de lacanisme77. Pour celles-ci, l’identité subjective est assujettissement à un ordre symbolique par le truchement du langage (le nomdu-père) et via des identifications. Ainsi le sentiment d’unité de soi (le Moi) est une illusion et le sujet (le Je) se trouve actuellement divisé (fragmented identities) entre la multiplicité de ses identifications aux systèmes symboliques qui le déterminent, qui l’aliènent et qui (se) jouent dans les différents contextes de vie-au nombre desquels le terrain. Dans cette perspective, la voie de l’empowerment est donc nécessairement langagier et la « politics of fieldwork » nécessairement linguistique. La référence humaniste, quant à elle, ouvre sur une compréhension égoïque de la subjectivité, dans laquelle sujet (je) et moi sont au contraire mis en équation, travaillés dans leurs dimensions conscientes et inconscientes, et complétés d’une dimension réflexive narcissique. Par conséquent, quels liens peut-on établir entre le terrain fondé sur le modèle du care, l’expérience haptique qui lui est associée et la question de l’identité de soi ? Quels outils pour élaborer ces liens et les construire en un régime haptique de connaissance ? La psychanalyse transitionnelle me paraît être l’outil de cette élaboration dans la mesure où elle articule à l’approche spatiale winnicottienne de la genèse de l’identité de soi la fonction symboligène de l’expérience tactile cutanée, où elle reconnaît l’aptitude d’autres cadres (que la cure) à supporter des processus transitionnels individuels ou groupaux, et enfin où elle fait du développement des souffrances narcissiquesidentitaires un problème social contemporain.

De la dimension spatiale de la transitionnalité aux terrains transitionnels

  • 78 Anzieu Didier, « Intervention au Discours de Lacan, (26 septembre 1956) », in La Psychanalyse (« Ac (...)
  • 79 Green André, « Le Moi et la théorie du contact », in Les Voies de la Psyché. Hommage à Didier Anzie (...)
  • 80 Séchaud Évelyne, « Le Moi-peau dix ans après. (Préface) », in Anzieu Didier, Le Moi-peau, Paris, Du (...)

16La psychanalyse transitionnelle est un courant développé dans les années 1980-1990 par des psychanalystes français, parmi lesquels Didier Anzieu et René Kaës, sur les bases des propositions de Winnicott et en opposition explicite au formalisme linguistique lacanien78. André Green s’y réfère comme à la « théorie du toucher » en psychanalyse79. D’abord travaillée dans une perspective thérapeutique80, pour prendre en charge les patients borderline ou souffrant de troubles narcissiques-identitaires, elle se présente comme une théorie du cadre : une pratique clinique fondée sur le modèle du care. À partir de ce renouvellement de l’approche théorique de l’expérience psychanalytique, ces auteurs ont développé une théorie relationnelle de la naissance psychique et de la construction des formes précoces de l’identité de soi, fondée sur la spatialité des pratiques et le toucher-une théorie qui vient compléter les propositions winnicottiennes.

  • 81 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit.
  • 82 Chabert Catherine, Didier Anzieu, Paris, PUF, 1996 ; Roussillon René, « Actualité de Winnicott », o (...)
  • 83 Volvey Anne, « Übergänglichkeit”... », op. cit. ; Volvey Anne, « : how to get in (to) touch », op. (...)

17L’importance de la question spatiale dans les propositions théoriques et pratiques de la psychanalyse transitionnelle est reconnue par ses auteurs81 et leurs commentateurs82, mais, à ma connaissance, elle n’a pas été sérieusement élaborée. Par conséquent, une grande partie de mon travail théorique autour de la transitionnalité a consisté en l’élaboration de cette dimension spatiale83 – que je présenterai ici très succinctement. Appuyée sur la géographie contemporaine, cette élaboration peut s’entendre comme une interprétation géographique de la transitionnalité.

  • 84 Winnicott Donald W., Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1975 (1re éd. en langue (...)
  • 85 Winnicott fait un usage élargi du terme « mère » qui renvoie plus à l’environnement de soin du bébé (...)
  • 86 Winnicott insiste « Jouer, c’est faire » (en anglais « Playing is doing »), Winnicott Donald. W., J (...)
  • 87 Le terme, utilisé par B. Golse renvoie aux processus de symbolisation non langagiers (auxquels est (...)
  • 88 Dans l’espace transitionnel, les hallucinations (créations hallucinatoires) par lesquelles le nourr (...)

18L’approche winnicottienne de la créativité psychique met l’accent sur le double faire relationnel et interactif qui caractérise la relation de soins84 : les actes de holding, handling et object-presenting du care maternant85 d’une part, et le playing86 ou le use of the object (utilisation de l’objet) du bébé, d’autre part. Des faire qui font de l’évolution du dispositif de soins (un agencement de corps co-présents et interagissants), par son utilisation et par son réagencement, la condition de ce qu’il appelle le voyage transitionnel de l’enfant à travers les différents états fusionnel, transitionnel et culturel. L’état transitionnel qui se développe dans l’« espace transitionnel » (soit, une spatialité associée à des agir corporels en relation et un agencement de corps co-présents à la fois ressource de/informé par ceux-ci), correspond, pour le bébé, à un état de découplage de l’expérience de séparation à un niveau sensori-moteur et de la représentation d’union avec l’environnement de care à un niveau imaginaire. Les dimensions physiques et idéelles de l’espace de soins telles qu’éprouvées et élaborées via des agir moteurs et des actes psychiques sont découplées dans l’état transitionnel. La notion d’« habiter » sert à qualifier ce « faire avec » le dispositif de soins (le bébé joue, il en fait usage) qui supporte la première construction imaginaire de l’identité de soi par psychisation87 progressive des expériences liées aux trois modes de care présentés ci-dessus. Ainsi la « créativité »-soit, pour Winnicott, la formation de symboles via l’exercice de la faculté d’imagination-qui est en jeu dans le processus transitionnel (le processus de « trouver/créer88 ») s’appuie sur un complexe d’expériences sensori-motrices. L’engendrement de symbolisations primaires dépend de relations agies avec un environnement présent (contrairement à la sublimation freudienne ou au renoncement kleinien, par exemple) ; il ne suppose pas une structure préalable innée ou prélevée sur le monde extérieur qui serait alors rééditée ou recopiée.

  • 89 Green André, « Le Moi et la théorie du contact », op. cit., p. 221.

La peau, source de perception donne-t-elle lieu à des représentations à la manière du symbolisme qu’on voit à l’œuvre à propos de l’objet annal ? Il y a lieu de le penser89.

  • 90 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit.
  • 91 Cupa Dominique, « La pulsion d’attachement selon Didier Anzieu et la relation de tendresse », in L’ (...)
  • 92 Bowlby John, L’Attachement. Attachement et perte, Paris, PUF, t. 1, 1978 (1re édition anglaise en 1 (...)
  • 93 Reprenant les propositions d’Anzieu, R. Roussillon décrit derrière le terme de « partage esthésique (...)
  • 94 Quand le bébé se touche, il se perçoit à la fois du dehors par la partie qui touche, et du dedans, (...)
  • 95 Pour Anzieu, s’il existe bien des formes de transmodalité entre les sens et les informations qu’ell (...)
  • 96 Ibid.

19Les penseurs français de la transitionnalité complètent la pensée winnicottienne d’une théorie du processus de psychisation qui donne une place primordiale à la peau et au toucher, et met les données hatiques et leur traitement imaginaire au principe des élaborations identitaires précoces. Anzieu récupère la double perspective relationnelle et spatiale90 ouverte par Winnicott en investissant, sans l’élaborer91, le concept d’attachement qu’il emprunte à John Bowlby92. L’attachement est pour ce dernier un comportement du bébé qui vise à réduire la séparation physique avec la mère-le bébé agit pour faire évoluer en retour le comportement de soins dans le sens du maintien de la proximité physique (ce qu’Anzieu appellera l’échopraxie). Pour Anzieu, il est aussi une pulsion qui assure la transposition au niveau psychique d’informations associées aux expériences haptiques que fait le bébé dans les situations de soins-où il est donc alternativement au contact ou pas. Dans la position « anaclitique », via le phénomène d’échotactilisme mère-enfant, cette pulsion investit d’abord l’environnement maternant et permet la construction d’un « fantasme de peau commune » ; puis secondairement, suivant le mouvement réflexif du toucher aidée par la dégradation progressive de l’expérience du contact93 et l’interdit maternel de toucher, elle change d’objet, investit la peau même de l’enfant, entraînant la reconnaissance que chacun à sa propre peau et l’effacement du fantasme de peau commune, et donnant lieu aux diverses figurations psychiques du moi précoce qu’Anzieu appelle « Moi-peau ». La construction identitaire trouve ainsi à s’étayer doublement sur l’environnement maternant et sur la peau de l’enfant, dans une dynamique pulsionnelle qui règle l’évolution spatiale de la situation de soin tactilement éprouvée par la peau touchée/touchant et qui règle sa psychisation. Quant aux données transposées au niveau psychique, d’une part, elles sont pré-verbales, d’autre part, leur élaboration imaginaire adopte un mode figuratif : elle s’apparente à un processus de levé topographique et de conversion de type cartographique d’images du corps. La peau associée au toucher-un sens non seulement relationnel mais réflexif94 – enregistre des informations haptiques, mais c’est aussi sur son modèle que ces informations sont élaborées en « images-sensations95 ». Les fonctions du moi-peau sont, en effet, dérivées des fonctions biologiques de la peau. Les trois principales fonctions reconnues sont : la « fonction de contenance » dérivée de l’enveloppe cutanée (qui retient à l’intérieur et unifie) et sa « figuration de sac » ; la « fonction d’individuation » dérivée de la surface cutanée (qui fait limite entre dedans et dehors et qui protège) et sa « figuration d’écran » ; la « fonction de communication » dérivée de la différenciation face interne/face externe de la peau (qui fait interface dans les échanges et les filtre) et sa « figuration de tamis ». Ces diverses figurations sont donc des élaborations intermédiaires des processus de différenciation moi/non-moi (bébé/environnement maternant) et de différenciation entre le moi psychique et le moi corporel96. Elles peuvent ne pas être suffisamment élaborées psychiquement quand l’environnement maternant ne soutient pas adéquatement le processus de symbolisation figuratif des données haptiques-les imagestionssensations sont alors les « signifiants formels » d’une première construction identitaire défaillante, des aléas des processus de différenciation précoces (« Moi-peau passoire », « Moi-peau carapace », etc.).

  • 97 Roussillon René, Logiques et archéologiques du cadre analytique, Paris, PUF, 1995 ; Kaës René, « In (...)
  • 98 Roussillon René, Logiques et archéologiques du cadre analytique, op. cit. ; Anzieu Didier, « La dém (...)
  • 99 Kaës René, « Introduction à la pyschanalyse transitionnelle », op. cit.
  • 100 Anzieu Didier, « La démarche de l’analyse transitionnelle en psychanalyse individuelle », op. cit.
  • 101 Lecourt Édith, « L’enveloppe musicale », in Les Enveloppes psychiques, Anzieu Didier (dir.), Paris, (...)
  • 102 Delion Pierre, Le Packing avec les enfants autistes et psychotiques, Ramonville-Saint-Ange, Érès, 1 (...)
  • 103 Il s’agit du jeu du squiggle décrit par Winnicott dans La Consultation thérapeutique et l’enfant, o (...)
  • 104 Tisseron Serge, Psychanalyse de l’image, Paris, Dunod, « Psychismes », 1995 ; Tisseron Serge, Le Bo (...)
  • 105 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit. ; Anzieu Didier, « La démarche de l’analyse transitionnelle en (...)
  • 106 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit., p. 166.
  • 107 Voir, par exemple, Delourme Alain, La Distance intime. Tendresse et relation d’aide, Paris, Desclée (...)
  • 108 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit., p. 137.

20Les penseurs de la transitionnalité placent l’expérience transitionnelle au fondement de leur pratique thérapeutique, substituant une clinique fondée sur le care et fonctionnant sur l’hapticité à la clinique freudienne fondée sur le rêve et fonctionnant par la parole97. Ainsi, Winnicott modèle-t-il sa pratique sur le couple holding (l’agir thérapeutique) et playing (l’agir analysant). La psychanalyse transitionnelle dans son ensemble reconnaît une place au corps éprouvant-agissant et à « l’espace analysant98 », le processus analytique étant compris comme une relation vivante entre des corps qui interagissent dans le cadre d’un dispositif qu’ils mobilisent comme ressource et qu’ils configurent en retour. C’est par l’éprouvé et la psychisation de cette expérience relationnelle spatialisée que la réparation ou la reconfirmation du sentiment de soi (identité subjective) se réalise. La thérapeutique transitionnelle a conçu pour cela toute une série de cadres cliniques depuis la thérapie de groupe99, le psychodrame analytique100, l’art-thérapie101, etc., tandis que d’autres techniques, comme celle du pack, sont aujourd’hui réinterprétées d’un point de vue transitionnel102. Reconnaissant parallèlement à Anzieu la dynamique figurative des processus transitionnels et renouant avec la thérapeutique graphique conçue par Winnicott103, Serge Tisseron a théorisé le principe d’une « activité psychique imageante » pour la placer au cour de sa pratique thérapeutique centrée sur le dessin (et le modelage) et destinée à la reconstruction d’« images de schème » défaillantes (images d’union et séparation, de contenance)104. C’est moins l’intention de représentation qui l’intéresse, que le complexe sensori-affectivo-moteur engagé par le geste de tracer sur une feuille de papier (ou un bloc de terre) qui lui sert de champ d’action et le supporte, dont les traces concrètes sont moins liées à la représentation d’objet qu’à la représentation d’un processus de psychisation des éprouvés haptiques. Cependant, si le holding est bien devenu la notion qui définit l’agir thérapeutique transitionnel en général, l’intégration du toucher dans la cure psychanalytique reste en revanche problématique. Ainsi, Anzieu réaffirme et ré-élabore l’interdit freudien du toucher105 – comme ce qui s’oppose spécifiquement à la pulsion d’attachement, impose le renoncement au primat des plaisirs de peau pour conditionner le fonctionnement de la cure sur un mode réflexif – et promeut le travail thérapeutique avec l’enveloppement sonore associé à l’empathie – une technique qui permet, selon lui, de s’entre-toucher émotionnellement et de « réaliser des équivalents symboliques des contacts tactiles défaillants106 ». Il reconnaît néanmoins le rôle que le toucher peut jouer dans les pratiques thérapeutiques dites émotionnelles et corporelles107 où il sert à installer des « enveloppes de secours » permettant provisoirement de « reconfirmer [...] par des expériences concrètes [le] sentiment de base d’un Moi-peau108 ».

  • 109 Winnicott Donald. W., Jeu et réalité..., op. cit.
  • 110 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit.
  • 111 Sur ces points voir par exemple, Roussillon René, « Quelques réflexions sur l’apport de la clinique (...)
  • 112 Anzieu Didier, Le Corps de l’œuvre, Paris, Gallimard, « NFR », 1981.

21Selon Winnicott, l’état transitionnel peut être revécu en dehors de la cure, dans des situations particulières de créativité artistique ou intellectuelle instaurant des « espaces transitionnels », situations dont l’enjeu est inconscient et dont l’expérience facilite la réparation ou la reconfirmation du sentiment identitaire109. Quant à Anzieu, il fait de la transitionnalité un problème social contemporain qu’il étend au-delà des souffrances narcissiques-identitaires traitées dans les cabinets d’analystes, et qu’il formule en termes de défaillance générale des limites/frontières et de territoires inhabitables110. Pour tous ces auteurs111, d’un point de vue étiologique, la souffrance narcissique-identitaire renvoie à des dysfonctionnements précoces, bénins ou sévères, de la relation entre le nourrisson et son environnement – des dysfonctionnements qui ont fait entrave au développement normal de la créativité (primo-symbolisation). Elle se manifeste par l’inscription ou le rejeu dans l’actuel des traces des ratés de la symbolisation précoce – ratés de l’unification de la multiplicité et de la diversité des états subjectifs (je) du nourrisson sous une construction identitaire suffisamment cohérente, consistante et continue (je-moi), et placée à la base de la différenciation, de l’expression et de la revendication de soi. Ces traces n’ont pas seulement le statut d’indices mais aussi celui de signes à valeur messagère, signes qui cherchent dans l’actuel auprès de destinataires, l’environnement actuel, la reconnaissance des expériences précoces non symbolisées et le care qui rende possible la relance de la créativité. Ainsi les personnalités narcissiques-identitaires se caractérisent par : une hypersensibilité aux ambiances relationnelles, elles sont empathiques (c’est-à-dire qu’elles continuent à fonctionner relationnellement sur le mode primaire de l’échoïsation avec leur environnement) ; une intolérance aux changements qu’elles vivent comme des expériences d’effondrement ou d’affaissement narcissique ; une expressivité corporelle organisée dans des scénarios à forte dimension spatiale, scénarios où (se) rejoue le mal ou le non-advenu de soi. Les créativités artistiques et intellectuelles sont pour Anzieu, qui leur a consacré un ouvrage112, des activités qui ont à voir avec le rejeu de ces scénarios inconscients et favorisent leur évolution vers une réparation ou une reconfirmation identitaire.

  • 113 Pour une présentation plus détaillée voir Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’ar (...)

22Ainsi, je propose une interprétation transitionnelle de la pratique de terrain, jusqu’à envisager un régime haptique de créativité transversal à ces champs comparés de la science géographique et de l’art contemporains – une interprétation que je me contenterai d’esquisser ici113. Il s’agit pour les géographes et les « land » artistes de refaire le voyage de la transitionnalité en trouvant/créant avec l’activité scientifique ou artistique de terrain un cadre relationnel facilitateur prenant pour modèle les soins maternants (holding, etc.) et fonctionnant sur un double principe spatial et figuratif. Un cadre apte à soutenir les éprouvés haptiques du corps engagé dans cette pratique et utilisable (playing) aux fins d’un travail de psychisation dont l’enjeu est identitaire (différenciation moi/non-moi), dont la concrétisation est une image du corps. Notons qu’au-delà d’une hybridation entre art et science que la pratique de terrain permet de développer aujourd’hui, une telle perspective transitionnelle sur le pratique de terrain contredit la territorialisation traditionnelle des activités culturelles humaines en champs, contredit une compréhension « discontinuiste » des activités culturelles ayant trait à la connaissance.

  • 114 Le caractère transitionnel de l’expérience attachée à la pratique land artistique et des arts du la (...)

23Cette interprétation s’appuie donc, d’une part, sur l’élaboration de la question de la spatialité impliquée dans la théorie transitionnelle de l’identité de soi et du processus thérapeutique, et d’autre part, sur la mise en évidence croisée de la place croissante du terrain dans l’art contemporain et des principes transitionnels de la recherche qualitative en géographie fondée sur le modèle du care114. Elle adopte enfin un principe de symétrie pour reconnaître les enjeux identitaires inconscients au fondement (non plus scientifique ni politique) de la pratique de terrain pour le géographe et pour appréhender leur négociation sur le terrain.

  • 115 Lloyd Kate, Wright Sarah, Suchet-Pearson Sandra et al., « Weaving lives together : collaborative fi (...)
  • 116 Burini Federica, « La cartographie participative et la pratique du terrain dans la coopération envi (...)

24D’un point de vue méthodologique, j’ai travaillé ces questions, du côté des géographes, par le moyen d’entretiens individuels approfondis de longue durée (entre trois et douze heures distribuées en deux sessions d’entretien) et d’études du corpus anglophone de réflexions sur le terrain, d’inspiration biographique ou méthodologique, et, plus récemment, d’observations participatives ; du côté des artistes, par le moyen de pratiques collaboratives et du dépouillement systématique de leurs archives documentaires. L’approche transitionnelle de la pratique de terrain offre une intelligibilité pertinente des problématiques contemporaines soulevées par la science géographique anglophone, ayant trait aussi bien aux procédures elles-mêmes, qu’aux relations intersubjectives de terrain (le rapport aux interviewés, mais aussi le rôle de l’assistant et de l’interprète) et à la différenciation moi/non-moi, qu’au savoir haptique et à sa représentation. Je m’intéresse en particulier aux dynamiques spatiales et haptiques des dispositifs d’entretiens – entretiens approfondis face-à-face ou entretiens de type focus groups -, des partages de situation de vie et des performances. Guidée par la perspective figurative de la théorie transitionnelle et alertée par les pratiques artistiques contemporaines, j’ai développé un intérêt tout particulier pour les dynamiques de la pratique graphique de terrain – celle consignée dans l’habituel carnet du géographe ou celle, plus récente, des procédures d’écriture115 et de cartographie collaborative116. Propre à la géographie (à côté de l’art contemporain), cette pratique peut non seulement être comprise comme le genre biographique de terrain que la géographie n’a su développer que très récemment – à la différence d’autres sciences de terrain -, mais aussi comme un processus transitionnel dont les tracés concrets témoignent à la fois des enjeux identitaires attachés au terrain et de la représentation des processus transitionnels qui en découlent. Enfin, dans le prolongement de cette perspective, j’ai fait l’hypothèse que la définition du terrain comme « espace transitionnel » en art et en géographie permet de fonder théoriquement la problématique communément travaillée dans la géographie contemporaine, mais aussi viser par l’ingénierie spatiale contemporaine quand elle sollicite l’art, de la frontière et de la territorialité – soit, les objets construits du rapport entre identité et espace.

25Cette coupe à travers un parcours de créativité intellectuelle construit autour d’une interdisciplinarité non hiérarchique mais orientée, a permis de mettre en avant des outils théoriques et des cas d’étude pour penser des questions d’ordre épistémologique à partir d’une prise au sérieux du « tournant spatial » qui se manifeste aujourd’hui dans des champs culturels distincts. Ce tournant spatial est saisi à l’endroit du réinvestissement (en géographie) ou du développement (en art) théorique et pratique des « faire avec l’espace » (terrain) en vue de produire des savoirs sur le lieu/l’espace. Il est construit sur le fondement d’une forme d’esthétique pragmatiste mélangée de phénoménologie-existentielle, par laquelle elle dépasse le simple empirisme – une esthétique qui informe la pensée transitionnelle anglaise et française en général. Ainsi, la question du régime de connaissance de la géographie « qualitative » contemporaine quand elle réinvestit le terrain, la question des effets induits du terrain des activités artistiques contemporaines, et, partant, la question de la coupure épistémologique entre l’activité scientifique et l’activité artistique, sont autant de perspectives parcourues. Ce texte pose ainsi les linéaments d’une épistémologie transitionnelle qui ne concernerait pas seulement la manière dont la connaissance est engendrée, mais son projet individuel et collectif pour définir sa valeur et sa validité à l’aune des enjeux subjectifs identitaires qui lui sont associés.

Notes

1 Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain », in Travaux de l’institut de géographie de Reims, vol. 33, n° 129-130 (« Spatialités de l’art »), 2007, p. 3-25 ; Volvey Anne, « Spatialité d’une land activité. Le Land Art à travers l’œuvre de Christo et Jeanne-Claude », in Activité artistique et spatialité, Boissière Anne, Fabbri Véronique, Volvey Anne (dir.), Paris, L’Harmattan, 2010, p. 91-134.

2 Volvey Anne, « “Übergänglichkeit” : ein neuer Ansatz für die Epistemologie der Geographie », in Geographische Zeitschrift, vol. 92, n° 3, 2004, p. 170-184 ; Volvey Anne, « : how to get in (to) touch. Towards a haptic regime of scientificity in geography », in Touching Space, Placing Touch, Paterson Mark, Dodge Martin (ed.), Aldershot, Ashgate, 2012, p. 103-130.

3 Warf Barney, Arias Santa, « Introduction : the reinsertion of space into the social sciences and humanities », in The spatial Turn. Interdisciplinary perspectives, Warf B., Arias S. (ed.), Londres, Routledge, 2009, p. 1-10.

4 De hapsis qui signifie « toucher » en Grec. Le toucher est au fondement de la théorie transitionnelle (voir partie 2).

5 Tiberghien Gilles A., Land Art Travelling, Valence, ERBA, « Collection 222 », 1996, p. 9 et 57.

6 Krauss Rosalind E., « Landscape sculpture : the new leap », in Landscape architecture, n° 61, juillet 1971, p. 296-343 ; Beardsley John, Earthwork and Beyond. Contemporary art in the Landscape, New York, Abbeville Press Publisher, 1984 ; Poinsot Jean-Marc, L’Atelier sans mur, Villeurbanne, Art Édition, 1991 ; Tiberghien Gilles A., Land Art, Paris, éd. Carré, 1995 et Tiberghien Gilles A., Nature, Art, Paysage, Arles, Actes Sud/ENSP/Centre du paysage, 2001.

7 Un point de vue frustré par le démantèlement de l’objet d’art.

8 Ambrosino Charles, « La monstration de la ville contemporaine. L’exemple d’Hoxton à Londres et du mouvement Young British Artists dans les années 1990 », in Travaux de l’institut de géographie de Reims, vol. 33, n° 129-130 (« Spatialités de l’art »), 2007, p. 97-109 ; Ambrosino Charles, « quartier d’artistes au cluster culturel, perspective londonienne », in actes du colloque « et territoires. Vers une nouvelle économie culturelle ? », 76e congrès de l’ACFAS, Québec, 6-7 mai 2008 (http://chairefernanddumont.ucs.inrs.ca/Mai2008/Arts.html, consulté le 15 février 2011) ; Cartier Carolyn, « space for art : the culture debat and the studio arts movement in hong kong », in Travaux de l’institut de géographie de Reims, vol. 33, n° 129-130 (« Spatialités de l’art »), 2007, p. 111-118 ; Binns Luke « Capitalising on culture : an evaluation of culture-led urban regeneration Policy », in Futures Academy, Dublin Institute of Technology, 2005 (http://arrow.dit.ie/futuresacart/5/, consulté le 10 décembre 2011).

9 Terme proposé par le géographe Augustin Berque dans sa double définition du lieu, entre topos d’inspiration aristotélicienne et chôra d’inspiration platonicienne. Sa définition chôraïque du lieu comme matrice et porte-empreinte d’une genèse, lui permet d’envisager le lieu et la chose qui l’occupe dans un rapport de « con-crétisation» réciproque et non pas d’extériorité radicale (voir Berque Augustin, « Lieu », in Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Lévy Jacques, Lussault Michel (dir.), Paris, Belin, 2003).

10 Beeren Wim A. L., « From Exhibition to Activity » (introduction), in Sonsbeek 71, catalogue de l’exposition (Arnhem, 19 juin-15 août 1971), Arnhem, Park Sonsbeek, 1971 (http://www.experimentaltvcenter.org/sonsbeek-71-introduction-and-statements-artists, consulté le 15 février 2011) [Trad. Anne Volvey].

11 Kastner Jeffrey, Wallis Brian, Land and Environmental Art, Londres, Phaïdon Press, 1998, p. 29.

12 C’est dans ce bureau de poste que les Christo ont pris contact avec les ranchers, membres du collectif social auquel ils adressaient leur proposition artistique, profitant du fait que ces derniers venaient y retirer leur courrier en poste restante. Il est depuis lors le haut-lieu de l’œuvre – un lieu qui entretient un rapport synecdotique à l’œuvre et où celle-ci se trouve à la fois documentée et commémorée (pour la définition du haut-lieu, voir Debarbieux Bernard, « lieu, le territoire et trois figures de rhétorique », in L’Espace géographique, n° 2, 1995, p. 97-112).

13 Bourriaud Nicolas, Esthétique relationnelle, Paris, Les Presses du réel, 2001.

14 Ardenne Paul, Un art contextuel, Paris, Flammarion, 2002.

15 Pour une argumentation détaillée voir Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain », op. cit. ; Volvey Anne, « Spatialité d’une land activité », op. cit.

16 Becker Howard, Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion, 1988 (éd. originale 1982).

17 Krauss Rosalind E., « Sculpture in the Expended Field », in October, vol. 8, printemps 1979, p. 30-44 ; Tiberghien Gilles A., Land Art, op. cit.

18 Dennis Oppenheim : « l’objet était vraiment la cible. L’objet d’art était-ce à quoi l’on tentait de trouver une alternative » et, ce faisant, « le lieu prit en quelque sorte la place de l’objet. [...] La nécessité de reproduire, de copier, ou de manipuler la forme n’était plus une fin en soi. » Cité in Tiberghien Gilles A., Land Art, op. cit., p. 98.

19 De Soto Hernando, Les Mystères du capital, Paris, Flammarion, 2005 (éd. originale 2000).

20 Au XIXe siècle, les Occupancy laws (droits cabane, maïs ou tomahawk) correspondent à l’extension à toutes les terres, quel que soit leur statut juridique, d’un droit de préemption accordé au XVIIIe siècle aux occupants des terres fédérales en reconnaissance de l’usage préalable qu’ils en ont fait.

21 L’emprunt terminologique que fait Oppenheim au Homestead Act pour décrire ses Site Markers montre l’inscription effective des stratégies land artistiques dans ce double contexte foncier (juridique et historique) : « Dans mes Site markers de 1967 [...] le lieu a en quelque sorte pris la place de l’objet. Le simple fait de produire un pieu (issuing a stake), de prendre une photographie de l’objet, d’en revendiquer (claiming), d’en indiquer (pointing out) la localisation sur la carte, et de le décrire sur le document suffisait. » [trad. A. V.], cité in Kastner Jeffrey, Wallis Brian, Land and Environmental Art, op. cit., p. 30. Les termes anglais renvoient directement à la terminologie officielle du land claiming ou évoquent clairement sa pratique.

22 Christo : « L’essentiel de [nos] projets est la prise de possession de l’espace » (cité in Yanagi Masahiko, « Interview de Christo », in Christo from the Lilja Collection, catalogue d’exposition (Musée d’art moderne et contemporain, 4 juillet-30 septembre 1989), Nice, Éditions des musées de Nice, p. 176-203, citation p. 198) ; M. Heizer : « L’œuvre d’art n’est pas posée dans un lieu, le lieu même est l’œuvre d’art » (in Lailach Michael, Land Art, Cologne, Taschen, 2007, p. 1) ; W. De Maria : « territoire n’est pas le site de l’œuvre, il en fait partie » (in ibid., p. 38) ; A. Goldsworthy : « travail est le lieu » (in ibid., p. 50) ; etc.

23 Ce qui se donne à voir, par exemple, dans les rapports d’impact environnementaux ou sociaux qui sont produits par les artistes dans le cadre des procédures de land claiming qu’ils conduisent.

24 Une intelligibilité proprement géographique du lieu – un savoir spatial – émerge de la pratique de terrain artistique de Christo et JeanneClaude, par exemple. Elle se donne à lire dans les commentaires des artistes sur les lieux (voir Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain », op. cit.) et prend forme dans l’objet-lieu d’art.

25 Volvey Anne, Art et spatialités d’après l’œuvre in situ outdoors de Christo et Jeanne-Claude, thèse, université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, 2003, p. 868 ; Volvey Anne, « Christo et le Land Art. Dans la carte du territoire la monumentalité christolienne », in Ligéia. Dossiers sur l’art, n° 57-58-59-60 (« Brancusi et la sculpture »), janvier-juin 2005, p. 221-232.

26 Volvey Anne, Art et spatialités, op. cit. ; Volvey Anne, « Christo et le Land Art », op. cit.

27 Je mobilise dans les lignes suivantes la trilogie des « élémentaires de l’espace » conçue par le géographe Jacques Lévy (voir Levy J., « Échelle », « Métrique » et « substance», in Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, op. cit.). L’échelle-étendue renvoie au rapport de taille entre réalités, elle se distingue de l’échelle-fraction (ou cartographique) qui renvoie au rapport de réduction entre un référent et un référé. La « métrique» renvoie, par dérivation de l’usage mathématique du terme, au mode de mesure et de traitement de la distance dans les agencements spatiaux (ou positions relatives des réalités les unes par rapport aux autres). Lévy distingue la mesure euclidienne de la distance (en mètres ou kilomètres) de la mesure via d’autres systèmes de référence (la vitesse, par exemple). La première qui correspond à une métrique à dominante topographique (distances continues et exhaustives) – celle qui informe le fond de carte conventionnel -, la seconde à une métrique à dominante topologique (discontinues et lacunaires) – celle qui fonde les cartes en anamorphose. La différenciation des familles de métrique, qui dépasse le seul enjeu de la représentation cartographique de la dimension spatiale des phénomènes, permet de décrire et de penser en géographie l’articulation de configurations spatiales distinctes : le territoire (topographique) et le réseau (topologique).

28 Chang Tou C., Lee Wai K., « Renaissance City Singapore : a study of arts spaces », in Area, vol. 35, n° 2, 2003, p. 128-141 ; Chang Tou C., « Art and soul : powerful and powerless art in Singapore », in Environment and Planning A, vol. 40, 2008, p. 1921-1943.

29 Blanc Nathalie, Vers une esthétique environnementale, Paris, Éditions Quæ, 2009 ; Blanc Nathalie, Lolive Jacques, « La restauration écologique : une nouvelle formation du monde ? », in Cybergéo. European Journal of Geography, dossiers « et environnement », document 479, mis en ligne le 14 décembre 2009 (http://cybergeo.revues.org/index22806.html, consulté le 15 février 2011).

30 Miles Malcolm, Art, Space and the City. Public Art and Urban Futures, Londres/New York, Routledge, 1997 ; Ruby Christian, L’Art public. Un art de vivre en ville, Bruxelles, La Lettre volée, 2001 ; Ruby Christian, « Variations sur les espaces et les lieux de l’art et du public », in Travaux de l’institut de géographie de Reims, vol. 33, n° 129-130 (« Spatialités de l’art »), 2007, p. 129-137.

31 Les Formes contemporaines de l’art engagé. De l’art contextuel aux pratiques documentaires, Van Essche Éric (dir.), Bruxelles, La lettre Volée, 2007 ; Ardenne Paul, «’art contemporain a-t-il une dimension politique ? », conférence du 15 mars 2001 (http://www.arpla.fr/canal10/ardenne/index.html, consulté le 2 février 2013).

32 Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain », op. cit. ; Volvey Anne, Houssay-Holzschuch Myriam, « La rue comme palette. La Pietà sud-africaine d’Ernest Pignon-Ernest », in Travaux de l’institut de géographie de Reims, vol. 33, n° 129-130 (« Spatialités de l’art »), 2007, p. 145-174.

33 C’est d’ailleurs toute la contradiction du glissement d’une bonne partie du Land Art états-unien sous la commande publique dans le cadre des programmes de Land réclamation, dans les années 1980 et 1990, dont le plus connu est « Earthworks : Land reclamation as sculpture », 1979, organisé conjointement par le Seattle Art Museum et le King County Arts Commission. À la recherche de lieux à œuvrer d’art malgré tout, les land artistes ont ainsi répondu à des commandes pour des aménagements de parcs (R. Morris, Grand Rapids Project, 1974 pour Belknap Park, Grand Rapids, Michigan) ou des reconversions minières (R. Morris, Untitled-Earthwork for Reclaim Gravel Pit, King County, 1979 ; Michael Heizer, Effigy Tumuli, 1984-1985, Buffalo Rocks, Illinois) aux diagnostics territoriaux et cahiers des charges prédéfinis, tout en produisant un discours critique sur les conséquences politiques de cette instrumentalisation de leur pratique (voir Lausson Adeline, « L’enjeu écologique dans le travail des Reclamation Artists », 2008, hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/33/77/27/PDF/3.Lausson.pdf, consulté le 17 février 2009).

34 Par exemple, Lussault Michel, « Action (s) ! », in Logiques de l’espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy, Levy Jacques, Lussault Michel (dir.), Paris, Belin, 2000, p. 11-36 ; Lussault Michel, L’Homme spatial, Paris, Éditions du Seuil, 2007.

35 Chivallon Christine, « L’espace, le réel et l’imaginaire : a-t-on encore besoin de la géographie culturelle ? », in Les Annales de géographie, n° 660-661 (« Géographie culturelle »), 2008, p. 67-89.

36 Grésillon Boris, « Ville et création artistique. Pour une autre approche de la géographie culturelle », in Les Annales de géographie, n° 660-661 (« Géographie culturelle »), 2008, p. 179-198.

37 Ibid., p. 187.

38 Pour la bibliographie voir la note 8.

39 Calberac Yann, « Terrain d’affrontement : la relecture d’une controverse scientifique (1902-1922) », in Bulletin de l’Association de géographes Français, n° 4, 2007, p. 429-436.

40 Rose Gillian, Feminism and Geography. The limits of geographical knowledge, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1993, p. 86 [trad. A. V.].

41 Par exemple, « Women in the field » (The Professional Geographer, vol. 46, n° 1, p. 54-66, février 1994), « Practices in Feminist Research » (ACME. An International E-Journal for Critical Geographies, vol. 2, n° 1, 2003, http://www.acme-journal.org/volume2-1.html) ; Feminist geography in practice, Moss Pamela (dir.), Oxford, Blackwell, 2002 et Bondi Liz et al., Subjectivities, knowledges, and feminist geographies, Lanham, Rowman & Littlefield Publ., 2002.

42 Sharp Joanne, « Geography and gender : feminist methodologies in collaboration and in the field », in Progress in Human Geography, vol. 29, n° 3, 2005, p. 304-309, notamment p. 306 [trad. A. V.].

43 Rose Gillian, Feminism and Geography, op. cit. ; Sparke Matthew, « Displacing the field in fieldwork. Masculinity metaphor and space », in Body Space. Destabilizing geographies of gender and sexuality, Duncan Nancy (dir.), Londres, Routledge, 1996, p. 212-233.

44 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit., p. 304 [trad. A. V.].

45 Nast Heidi J., « Opening Remarks on “Women in the Field” », in The Professional Geographer, vol. 46, n° 1 (« Women in the Field »), 1994, p. 54-66.

46 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit.

47 Sparke Matthew, « Displacing the field in fieldwork », op. cit. ; Crang Mike, « Qualitative methods : the new orthodoxy », in Progress in Human Geography, vol. 26, n° 5, 2002, p. 647-655 ; Limb Mélanie, Dwyer Claire, « : doing qualitative research in geography », in Qualitative méthodologies for geographers, Limb Mélanie, Dwyer Claire (dir.), Londres, Arnold, 2001, p. 1-20.

48 Nast Heidi J., « Opening Remarks on “Women in the Field” », op. cit., citation p. 61 [trad. A. V.].

49 Un pensée du care pour fonder la pratique du terrain en géographie qui ne s’est jamais vraiment reliée aux théories du care de la philosophie du droit, qui se développaient à la même époque (voir pour une tentative isolée, Vivat Bella, « Situated Ethics and Feminist Ethnography in a West of Scotland Hospice », in Subjectivities, Knowledges, and Feminist Geographies. The subjects and ethics of social research, op. cit., p. 236-252.

50 Nast Heidi J., « Opening Remarks on “Women in the Field” », op. cit., p. 55 [trad. A. V.].

51 Duncan Nancy, « Introduction. (Re)placings », in Body Space..., op. cit., p. 1-10 ; Rose Gillian, « As if the mirrors had bled. Masculine dwelling, masculinist theory and feminist masquerade », in Body Space., op. cit., p. 56-74 ; Kneale James, « Working with groups », in Qualitatives Methodologies for Geographers, op. cit., p. 136-150.

52 Bingley Amanda, « In here and out there : sensations between Self and landscape », in Social and Cultural Geography, vol. 4, n° 3, 2003, p. 329-45.

53 Bondi Liz, « Stages on journeys : Some remarks about human geography and psychotherapeutic practice », in The Professional Geographer, vol. 51, n° 1, 1999, p. 11-24 ; Bondi Liz, « Empathy and identification : Conceptual Resources for feminist Fieldwork », in ACME, vol. 2, n° 1, 2003, p. 64-76 ; Aitken Stuart C., Herman Thomas, « Gender, Power and Crib Geography : transitional spaces and potential places », in Gender, Place and Culture, a journal of feminist geography, vol. 4, n° 1, 1997, p. 63-88.

54 Aitken Stuart C., « Playing with children : Immediacy was their cry », in The Geographical Review, vol. 91, n° 1-2, 2001, p. 496-508 ; Aitken Stuart C., « Shared lives : interviewing couples, playing with their children », in Qualitatives Methodologies for Geographers, op. cit. ; Punch Samantha, « Multiple methods and research relations with children in rural Bolivia », in ibid. ; Longhurst Robyn, Ho Elsie, Johnston Lynda, « Using “the body” as “instrument of research”: Kimch’I and pavlova », in Area, vol. 40, n° 2, 2008, p. 208-217.

55 Bingley Amanda, « In here and out there », op. cit.

56 Crang Mike, « Qualitative methods : the new orthodoxy », op. cit., p. 648 [trad. A. V.].

57 Crang Mike, « Qualitative methods : there is nothing outside the text ? », in Progress in Human Geography, vol. 29, n° 2, 2005, p. 225-233.

58 Nast Heidi J., « The body as “place”. Reflexivity and fieldwork in Kano, Nigeria », in Places through the body, Nast Heidi, Pile Steve (dir.), Londres/New York, Routledge, 1998 ; Parr Hester, « Feeling, Reading and Making Bodies in Space », in The Geographical Review, vol. 91, n° 1-2, 2001, p. 158-167 ; Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit. ; Longhurst Robyn, Ho Elsie, Johnston Lynda, « “Using the body” as “instrument of research”... », op. cit.

59 Crang Mike, « Qualitative methods : touchy, feely, look-see ? », in Progress in Human Geography, vol. 27, n° 4, 2003, p. 494-504.

60 Paterson Mark, « Haptic geographies : ethnography, haptic knowledges and sensuous dispositions », in Progress in Human Geography, vol. 33, n° 6, 2009, p. 766-788.

61 Volvey Anne, « L’espace vu du corps », in Logiques de l’espace esprit des lieux, op. cit., p. 319-332 ; Volvey Anne, Art et spatialités, op. cit. ; Volvey Anne, « Übergänglichkeit”... », op. cit.

62 Crang Mike, « Qualitative methods : there is nothing outside the text ? », op. cit.

63 Rose Gillian, Feminism and Geography, op. cit. ; Nast Heidi J., Kobayashi Audrey, « Re-corporealizing vision », in Body Space., op. cit., p. 75-93.

64 Paterson Mark, « Haptic geographies : ethnography, haptic knowledges and sensuous dispositions », in Progress in Human Geography, vol. 33, n° 6, 2009, p. 766-788.

65 Bondi Liz, « Empathy and identification », op. cit.

66 Pour une argumentation détaillée voir Volvey Anne, « Field-work : how to get in (to) touch », op. cit.

67 Nast Heidi J., « Remarks on “Women in the Field” », op. cit.

68 Ibid. ; Katz Cindy, « Playing the Field : Questions of fieldwork in Geography », in The Professional Geographer, vol. 46, n° 1 (« Women in the field »), 1994, p. 67-72 ; Duncan Nancy, « Introduction. (Re)placings », in Body Space..., op. cit., p. 1-10 ; Cupples Julie, « The field as a landscape of desire : sex and sexuality in geographical fieldwork », in Area, vol. 34, n° 4, 2002, p. 382-390.

69 The Professional Geographer, vol. 46, n° 1 (« Women in the field »), 1994.

70 Chez Aitken Stuart C., Herman Thomas, « Gender, Power and Crib Geography », op. cit. ; Bondi Liz, « Stages on journeys », op. cit. ; Bondi Liz, « Empathy and identification », op. cit. ; Bingley Amanda, « Research Ethics in Practice », in Subjectivities, knowledges, and feminist geographies. The subjects and ethics of social research, op. cit., p. 208- 222 ; Bingley Amanda, « In here and out there : sensations between Self and landscape », op. cit.

71 Rose Gillian, Feminism and Geography, op. cit., p. 102-103.

72 Ibid. ; Rose Gillian, « As if the mirrors had bled. Masculine dwelling, masculinist theory and feminist masquerade », in Body Space., op. cit., p. 56-74 ; Nast Heidi J., Kobayashi Audrey, zing vision », op. cit.

73 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit., p. 307.

74 Myers Garth A., « Protecting privacy in foreign fields », in Geographical Review, vol. 91, n° 1-2 (« Doing fieldwork »), 2001, p. 192-200.

75 Sharp Joanne, « Geography and gender », op. cit., p. 307.

76 Rose Gillian, « Situating knowledges : positionality, reflexivities and other tactics », in Progress in Human Geography, vol. 21, n° 3, 1997, p. 305-320.

77 Voir le texte que Liz Bondi consacre en partie à l’exposé du décalage qu’elle a vécu entre un engagement scientifique dans une géographie féministe d’inspiration lacanienne, centrée théoriquement sur les questions des identités sociales fragmentées, et une expérience personnelle de cure psychanalytique, d’inspiration humaniste, centrée sur la question du « sense of self », pour proposer une géographie féministe (Bondi Liz, « Stages on journeys », op. cit., p. 15 et 17).

78 Anzieu Didier, « Intervention au Discours de Lacan, (26 septembre 1956) », in La Psychanalyse (« Actes du Congrès de Rome »), n° 1, 1956, p. 228-231 ; Green André, « Winnicott et le modèle du cadre », in Le Paradoxe de Winnicott, op. cit., p. 171-177 ; Roussillon René, « Actualité de Winnicott », in ibid., p. 9-26 ; Le Paradoxe de Winnicott, op. cit.

79 Green André, « Le Moi et la théorie du contact », in Les Voies de la Psyché. Hommage à Didier Anzieu, Kaës René et al. (dir.), Paris, Dunod, 2000.

80 Séchaud Évelyne, « Le Moi-peau dix ans après. (Préface) », in Anzieu Didier, Le Moi-peau, Paris, Dunod, 1995, p. 1-21.

81 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit.

82 Chabert Catherine, Didier Anzieu, Paris, PUF, 1996 ; Roussillon René, « Actualité de Winnicott », op. cit. ; Widlöcher Daniel, « Espace psychique, espace corporel », in Didier Anzieu, le Moi-peau et la psychanalyse des limites, Chabert Catherine et al. (dir.), Ramonville-Saint-Ange, Érès, 2009, p. 48-64.

83 Volvey Anne, « Übergänglichkeit”... », op. cit. ; Volvey Anne, « : how to get in (to) touch », op. cit.

84 Winnicott Donald W., Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1975 (1re éd. en langue anglaise, 1971). Les termes winnicottiens sont employés en anglais par les auteurs français qui n’ont pas forgé d’équivalents en français.

85 Winnicott fait un usage élargi du terme « mère » qui renvoie plus à l’environnement de soin du bébé en général. « Caregiver » chez les auteurs anglais ou « entourage » chez Anzieu sont les termes les plus communément utilisés aujourd’hui.

86 Winnicott insiste « Jouer, c’est faire » (en anglais « Playing is doing »), Winnicott Donald. W., Jeu et réalité..., op. cit, p. 59.

87 Le terme, utilisé par B. Golse renvoie aux processus de symbolisation non langagiers (auxquels est réservé le terme de mentalisation), Golse Bernard, Du corps à la pensée, Paris, PUF, 1999.

88 Dans l’espace transitionnel, les hallucinations (créations hallucinatoires) par lesquelles le nourrisson apaise les tensions liées à ses besoins (soit le « créé ») rencontrent les perceptions par laquelle il « trouve » les objets que son environnement lui présente pour satisfaire ces besoins, et cet ajustement est producteur chez le nourrisson de l’illusion qu’il s’apporte à lui-même la satisfaction de ses besoins (illusion d’omnipotence). L’illusion, produit chez le nourrisson de la rencontre et du chevauchement de l’hallucination de l’objet et de sa perception, peu à peu désaccordée par les défauts d’ajustement environnement/nourrisson et par la destruction/résistance de l’environnement, est la condition de possibilité historique (ou originaire) du processus de subjectivation qui aboutit à la distinction moi/non moi, intériorité/extériorité, sujet/objet, etc. (voir Winnicott Donald. W., Jeu et réalité..., op. cit.).

89 Green André, « Le Moi et la théorie du contact », op. cit., p. 221.

90 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit.

91 Cupa Dominique, « La pulsion d’attachement selon Didier Anzieu et la relation de tendresse », in L’Attachement. Perspectives actuelles, Cupa Dominique (dir.), Paris, EDK éd., 2000, p. 97-119.

92 Bowlby John, L’Attachement. Attachement et perte, Paris, PUF, t. 1, 1978 (1re édition anglaise en 1969).

93 Reprenant les propositions d’Anzieu, R. Roussillon décrit derrière le terme de « partage esthésique » (qui « opère par le biais de micro-échanges et ajustements mimo-gesto-posturaux entre bébé et mère »), ces développements sensori-moteurs de l’attachement qui sont à l’origine du fantasme de peau commune, puis du Moi-peau, Roussillon René, « Actualité de Winnicott », op. cit., p. 101.

94 Quand le bébé se touche, il se perçoit à la fois du dehors par la partie qui touche, et du dedans, par la partie qui est touchée.

95 Pour Anzieu, s’il existe bien des formes de transmodalité entre les sens et les informations qu’elles fournissent au psychisme en cours d’élaboration, c’est bien la peau associée au toucher qui donne le modèle organisateur, Roussillon René, « Actualité de Winnicott », op. cit.

96 Ibid.

97 Roussillon René, Logiques et archéologiques du cadre analytique, Paris, PUF, 1995 ; Kaës René, « Introduction à la pyschanalyse transitionnelle », in Crise, rupture et dépassement, Kaës René et al. (dir.), Paris, Dunod, 1997, p. 1-83.

98 Roussillon René, Logiques et archéologiques du cadre analytique, op. cit. ; Anzieu Didier, « La démarche de l’analyse transitionnelle en psychanalyse individuelle », op. cit.

99 Kaës René, « Introduction à la pyschanalyse transitionnelle », op. cit.

100 Anzieu Didier, « La démarche de l’analyse transitionnelle en psychanalyse individuelle », op. cit.

101 Lecourt Édith, « L’enveloppe musicale », in Les Enveloppes psychiques, Anzieu Didier (dir.), Paris, Dunod, 1987, p. 199-222.

102 Delion Pierre, Le Packing avec les enfants autistes et psychotiques, Ramonville-Saint-Ange, Érès, 1998.

103 Il s’agit du jeu du squiggle décrit par Winnicott dans La Consultation thérapeutique et l’enfant, op. cit.

104 Tisseron Serge, Psychanalyse de l’image, Paris, Dunod, « Psychismes », 1995 ; Tisseron Serge, Le Bonheur dans l’image, Paris, Synthélabo Éd., « Les empêcheurs de penser en rond », 1996.

105 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit. ; Anzieu Didier, « La démarche de l’analyse transitionnelle en psychanalyse individuelle », op. cit.

106 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit., p. 166.

107 Voir, par exemple, Delourme Alain, La Distance intime. Tendresse et relation d’aide, Paris, Desclée de Brouwer, 1997 ; Prayez Pascal, Le Toucher en psychothérapie, Marseille/Paris, Hommes et perspectives/Desclée de Brouwer, 1994.

108 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit., p. 137.

109 Winnicott Donald. W., Jeu et réalité..., op. cit.

110 Anzieu Didier, Le Moi-peau, op. cit.

111 Sur ces points voir par exemple, Roussillon René, « Quelques réflexions sur l’apport de la clinique de la première enfance à la question psyché/soma », in Revue française de psychanalyse, vol. 74, n° 5, 2010, p. 1469-1474 et Roussillon René, « Corps et actes messagers », (introduction), in Corps, acte et symbolisation. Psychanalyse aux frontières, Chouvier Bernard, Roussillon René (dir.), Bruxelles, De Boeck, 2008, p. 23-37.

112 Anzieu Didier, Le Corps de l’œuvre, Paris, Gallimard, « NFR », 1981.

113 Pour une présentation plus détaillée voir Volvey Anne, « Land Arts. Les fabriques spatiales de l’art contemporain » et « Fieldwork : how to get in (to) touch », op. cit.

114 Le caractère transitionnel de l’expérience attachée à la pratique land artistique et des arts du land en général n’a pas été abordé ici où je me suis concentrée avant tout sur la mise en évidence du rôle méthodologique du terrain en art contemporain. J’ai cependant élaboré ce point dans des textes antérieurs, à propos du Land Art (Volvey Anne, Art et spatialités, op. cit. et « Spatialité d’une land activité », op. cit.), en travaillant la question de l’engagement corporel, des interactions groupales et du rapport entre pratique de terrain et pratique de dessin.

115 Lloyd Kate, Wright Sarah, Suchet-Pearson Sandra et al., « Weaving lives together : collaborative fieldwork narratives in North East Arnhem Land, Australia », conférence présentée au colloque « À travers l’espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie » (Arras, juin 2008).

116 Burini Federica, « La cartographie participative et la pratique du terrain dans la coopération environnementale : la restitution des savoirs traditionnels des villages de l’Afrique subsaharienne », in actes du colloque « À travers l’espace de la méthode : les dimensions du terrain en géographie », Arras, juin 2008, (http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00389595/fr/, consulté le 15 février 2011) ; Maulion Helen, « Narrer l’expérience intime du terrain », in ibid. (http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00357433/fr/, consulté le 15 février 2011).

Auteur

Université d’Artois

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540