Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

1970-2010 : les sciences de l’Homme en débat

 | 
Hervé Inglebert
, 
Yan Brailowsky

Engagements et paradigmes

Économie versus Sociologie. Du moment marxiste au dialogue des disciplines (1970-2010) : le cas de Nanterre

François Vatin

Texto completo

1Cet exposé analyse les rapports épistémologiques entre économie et sociologie sur la longue période, mais dans une démarche « en entonnoir ». La première partie aborde les relations entre les deux disciplines au cours de leur institutionnalisation dans le courant du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. La deuxième partie, consacrée à la période 1945-1980, se restreint au cas français et se focalise sur le rôle de charnière entre l’économie et la sociologie alors occupé par le marxisme. La troisième partie analyse la configuration présente en se centrant sur le cas de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense ; elle s’appuie largement sur ma propre expérience.

Économie politique et sociologie : des sciences en concurrence (1839-1939)

  • 1 Voir sur ce point la première de mes trois études in Vatin François, Trois essais sur la genèse de (...)

2Les relations entre l’économie et la sociologie ont toujours été faites de tensions épistémologiques, car on ne saurait tracer clairement leur frontière. Quand, au début du xixe siècle, l’économie politique s’institutionnalise, elle fait figure de « la » science sociale. Aussi, la pensée sociale qui se développe à sa marge sous des étiquettes variées a une visée explicitement critique sur la prétention des catégories économiques à bien interpréter le social et surtout, en conséquence, à bien orienter la société1.

  • 2 Comte Auguste, Cours de philosophie positive, Paris, Hermann, 1975, t. 2, « Physique sociale », p. (...)
  • 3 Marx Karl, Le Capital. Critique de l’économie politique, Paris, PUF, 1993, Livre premier. Cette exp (...)

3Quand, en 1839, Auguste Comte forge le terme de « sociologie » dans la quarante-septième leçon de son Cours de philosophie positive, c’est dans la visée de construire une science sociale « positive », en lieu et place de la « prétendue science économique », qui relève pour lui de l’état « métaphysique » du développement conceptuel2. De même, Karl Marx entendait, en écrivant Le Capital, dont le premier livre, le seul publié du vivant de l’auteur, paraît en 1867, développer une « critique de l’économie politique3 », qui redonne aux catégories fétichisées par les économistes leur relativité historique.

  • 4 Il est difficile de déterminer l’acte de naissance de la sociologie. Sans aller jusqu’à évoquer la (...)
  • 5 Durkheim Émile, De la division du travail social (1893), Paris, PUF, 2007.
  • 6 Voir, sur la sociologie économique durant l’entre-deux-guerres et notamment celle de Simiand Franço (...)
  • 7 Le laboratoire IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie), dont je dirige le site (...)

4Les premiers sociologues proprement dits, au sens de la tradition moderne de la discipline4, développent, à la fin du XIXe siècle, des démarches diverses par rapport à ce problème. Émile Durkheim s’inscrit clairement dans la filiation de Comte, et sa sociologie a l’ambition de couvrir tout le champ des sciences sociales et, notamment, de se substituer à l’économie politique. C’est dans cette optique qu’il s’attaque, dès sa thèse en 1893, à un des objets phares des économistes depuis Adam Smith : la « division du travail5 ». Et cela, sans même éprouver le besoin de discuter au fond les théories des économistes, à commencer par celle de Smith ! C’est le même projet que poursuivit au XXe siècle, parmi les disciples de Durkheim, François Simiand sous l’intitulé d’« économie positive6 ». Il s’agissait pour lui de construire de façon inductive des « lois » économiques en s’appuyant sur des données statistiques. Après la Seconde guerre mondiale, l’économie positive de Simiand eût une grande influence sur le développement d’une histoire économique quantitative, marquée par la figure d’Ernest Labrousse, qui s’intéressa tout particulièrement aux statistiques de prix7.

5La configuration épistémologique qui régnait dans le monde germanique au moment de la naissance de la sociologie était assez différente. Les premiers « sociologues » (au sens où la tradition sociologique les a reconnus comme tels) ne s’inscrivaient pas dans une logique de rupture avec la théorie économique. Max Weber, qui héritait du « conflit des méthodes » interne à l’économie politique, qui avait mis aux prises les fondateurs de l’école néo-classique autrichienne et les derniers représentants de l’école historique allemande, tenta de concilier les deux disciplines par des constructions épistémologiques audacieuses, mais parfois contournées. Le concept d’« idéal-type » lui permit notamment de donner une place aux catégories abstraites des économistes dans un « passage à la limite » de la démarche descriptive. En Italie et en Suisse, Vilfredo Pareto, ingénieur de formation, et d’abord économiste, dans la filiation de Léon Walras, le fondateur de l’école néoclassique franco-suisse, proposa une solution plus brutale, mais finalement peu retenue, du partage des tâches entre les deux disciplines, en définissant l’économie comme la science des actions « logiques », et la sociologie comme la science des actions « non-logiques ». Le « social » apparaissait alors comme un « résidu » de la rationalité calculatoire.

6Les fondateurs de la sociologie nous ont donc légué une palette de solutions possibles à la tension consubstantielle à la relation entre économie et sociologie, des plus agonistiques (Durkheim) aux plus conciliatrices (Pareto) en passant par la fine dialectique de Weber. Une autre configuration théorique était disponible dans la pensée de Marx. Celle-ci a en partie alimenté la réflexion de Max Weber via la tradition de la dernière génération d’économistes historicistes et tout particulièrement de Werner Sombart. En France, la théorie marxiste est restée largement méconnue jusqu’au lendemain de la Seconde guerre mondiale. Elle va y occuper, en revanche, un rôle central au cours des années 1945-1980.

Le moment marxiste des sciences sociales françaises (1945-1980)

7Contrastant avec la logique d’opposition qui court de Comte à Durkheim et à celle du partage des tâches prônée par Pareto, le marxisme a pu constituer, un temps, l’instrument d’une authentique synthèse entre la sociologie et l’économie. Le marxisme plaçait en quelque sorte la ligne de fracture sur un terrain plus politique qu’épistémologique, même si, comme on l’a vu, depuis la naissance même des sciences sociales au début du xixe siècle, les critiques politique et épistémologique de la représentation économique du monde social étaient étroitement liées.

  • 8 J’ai étudié le cas représentatif de Georges Friedmann : Vatin François, « Marxisme, machinisme, hum (...)
  • 9 Sur le cas de Pierre Naville, voir mon étude, Vatin François, « Pierre Naville et la « passion dans (...)
  • 10 Voir sur cette histoire Tournès Ludovic, Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthr (...)

8L’introduction du marxisme dans les sciences sociales françaises est tardive. Longtemps marginal en raison de la présence pérenne d’autres doctrines socialistes, il ne s’est véritablement diffusé que dans le cours du xxe siècle. Sa première introduction fut à l’initiative d’une nouvelle génération d’intellectuels arrivés à l’âge adulte après la guerre de 1914-1918. Parmi eux, un petit groupe de normaliens, enthousiasmés par la révolution soviétique et qui réagissaient alors contre la philosophie académique et notamment celle de Bergson : Paul Nizan, Georges Politzer, mais aussi Georges Friedmann8 et Henri Lefèvre, qui fut professeur à Nanterre et auquel un colloque a été consacré en septembre 2011. Le surréalisme fut aussi une voie de transition vers le communisme et, par ce biais, vers l’étude du marxisme, comme dans le cas de Pierre Naville, qui incarne, avec Georges Friedmann, la naissance en France de la sociologie du travail après la Seconde guerre mondiale9. Plus ou moins combiné au durkheimisme, le marxisme inspira aussi, dès l’entreguerresdeuxguerres, les historiens des Annales à la recherche d’une science sociale complète qu’illustra le projet de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), créée après la guerre, sous l’influence notamment de Fernand Braudel10.

  • 11 La revue de l’Ismea, Économies et Sociétés, publie ainsi parmi ses nombreuses « séries », des « étu (...)

9Ce n’est pourtant qu’après la Seconde guerre mondiale que le marxisme s’introduit véritablement dans la recherche académique et l’enseignement universitaire français. Si cette doctrine restait alors, pour certains, une référence à fort contenu idéologique, très directement associée à un engagement politique et en général dans l’orbite du Parti communiste, elle se diffusait de façon plus large comme une source intellectuelle pour toutes les sciences sociales. Le marxisme offrait, en effet, la possibilité d’une combinaison originale de l’économie et de la sociologie. Il fournissait un cadre d’analyse économique à de nombreux sociologues, ethnologues et historiens, et permettait aussi à certains économistes d’élargir leur champ de vision sur le social. Il faut citer notamment à cet égard l’expérience de François Perroux et de son école, créée en 1944, sous le nom d’Institut de sciences mathématiques et économiques appliquées (Ismea). On trouve, dans les livraisons de la revue de l’Ismea, Économies et Sociétés, l’expression d’un projet ambitieux de science sociale plurale, dont la science économique constituerait le cour. Si le marxisme n’est pas, loin s’en faut, la seule source théorique de ce courant, il y trouve droit de cité11.

  • 12 Steiner Philippe, « La Revue économique (1950-1982) : la marche vers l’orthodoxie académique ? », i (...)
  • 13 Voir sur cette histoire Borzeix Anni et Rot Gwenaële, Genèse d’une discipline, naissance d’une revu (...)

10Ce serait une erreur pourtant de penser que le marxisme a jamais été hégémonique dans les sciences sociales françaises. Le lien entre économie, sociologie et histoire passait aussi par la survivance de la tradition durkheimienne comme en témoigne l’expérience de la Revue économique créée en 1950 par le courant français d’institutionnalisme économique en coopération avec les historiens des Annales (Fernand Braudel et Ernest Labrousse), et où les signatures de sociologues sont fréquentes pendant les deux premières décennies de son existence. L’étude minutieuse menée par Philippe Steiner des livraisons de cette revue de 1950 à 1982 permet de repérer la rupture qui s’y opère au milieu des années 1960, avec la montée en puissance de la formalisation mathématique au détriment de l’analyse « littéraire », mais aussi de la production de statistiques12. Les sociologues n’étaient pas non plus exclusivement inspirés par le marxisme. Ainsi le groupe de jeunes sociologues à l’origine de la revue Sociologie du travail, créée en 1959, qui, pour certains, avaient entretenu des liens plus ou moins importants avec le marxisme, étaient aussi profondément inspirés par la sociologie américaine et, politiquement, adeptes du projet d’une « nouvelle gauche », non-marxiste dans le contexte de la guerre d’Algérie13.

  • 14 Voir sur l’histoire de la recherche contractuelle française durant cette période L’État à l’épreuve (...)

11Dans les années 1970, on a assisté toutefois à une radicalisation politique des sciences sociales françaises dans le contexte de l’arrivée de la génération d’intellectuels formés dans l’esprit de mai 1968. Le développement de la recherche contractuelle financé par l’État a, dans ce contexte, beaucoup contribué au développement de recherches socio-économiques de terrain, faiblement disciplinarisées, pour lesquelles le marxisme a constitué, au-delà des engagements politiques, un utile ciment théorique14. Le marxisme fut à cette époque, pour nombre de chercheurs de toutes les sciences sociales, une école de formation théorique qui laissa des traces, même chez ceux, les plus nombreux, qui ont abandonné ce cadre intellectuel au cours des décennies suivantes. En économie, il faut notamment citer le courant économique institutionnaliste de la « régulation », qui s’est brillamment illustré à Nanterre, avec, notamment, la figure de Michel Aglietta. Cette école de pensée a cherché à rendre compte, dans le sillage de Marx, mais aussi de Keynes, des cohérences systémiques dans le fonctionnement du capitalisme, en en mettant en évidence les formes variées, dans l’histoire, mais aussi dans l’espace.

12Apparu ultérieurement, le courant économique dit des « conventions » s’est, lui aussi, brillamment illustré à Nanterre, avec les figures d’Olivier Favereau et de François Eymard-Duvernay. Comme le courant de la régulation, le courant des conventions relève de la tradition institutionnaliste, et, en ce sens, propose une forme de synthèse de l’économie et de la sociologie. Mais, même si certains de ses fondateurs avaient également été marqués par le marxisme dans leur jeunesse, ce courant a entretenu une relation plus distante avec cette doctrine. À certains égards, il relève plutôt de la phase suivante de l’histoire.

Rupture et nouveaux dialogues

13Le marxisme s’effondre en France dans les années 1980, dans le contexte de l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981 et de son abandon, deux ans plus tard, du projet d’une transformation en profondeur des institutions économiques et sociales capitalistes. Durant la décennie 1980, le marxisme disparaît ou presque, tant en sciences économiques qu’en sociologie.

  • 15 La volonté de développer une approche logiquement rigoureuse du marxisme n’a pas été l’apanage excl (...)

14En sciences économiques, une norme internationale de scientificité s’était imposée progressivement au cours des années 1970. Cette norme, fondée sur la modélisation théorique et/ou l’exploitation économétrique des données, laissait peu de place à une réflexivité critique sur les catégories ou à une approche globale du social. Le marxisme a pu, un temps, constituer un refuge pour une économie plus ouverte sur l’ensemble des sciences sociales, même si les économistes marxistes eux-mêmes se sont pour certains attachés à formaliser leur propre approche15. Mais la digue a vite cédé et le marxisme n’occupe plus aujourd’hui qu’une place très mineure dans l’enseignement et la recherche économiques français. La vaste ambition marxiste d’une science sociale incorporant l’économie n’a plus de place dans la cité des économistes, qui conçoivent leur discipline dans les frontières fermées de leur technicité.

15Or, curieusement, la sociologie a suivi une pente parallèle. Abandonnant le projet d’une théorisation globale du social, la plus grande partie des sociologues français se sont, eux aussi, repliés sur une définition méthodologique de leur discipline. Dans les années 1980, se diffuse en effet la sociologie « interactionniste » américaine qui, associée à une définition qualitative de l’enquête, a fourni à nombre de sociologues un prêt-à-penser commode. Cette approche micro-sociale a pour ambition de rendre compte de façon « compréhensive » des phénomènes observés au plus près des acteurs. Souvent portée par des auteurs eux-mêmes passés par le marxisme, la sociologie interactionniste s’est inscrite en rupture avec des conceptions du social jugée trop totalisantes : le structuro-fonctionnalisme de Parsons, mais aussi le marxisme ou le durkheimisme et, c’était souvent l’enjeu du moment, la sociologie bourdieusienne.

  • 16 Boudon Raymond, La Logique du social, Paris, Hachette, 1979.

16Ce « retour de l’acteur » dans la sociologie française fut ainsi pensé comme une rupture avec le « sociologisme », pour employer l’expression par laquelle Raymond Boudon avait critiqué la pensée de Pierre Bourdieu16. Il intervient au moment où, parallèlement, les économistes affirment sans réserve un projet « économiciste », c’est-à-dire une prétention de l’économie à penser le social à partir de son seul arsenal théoricométhodologique. Jamais les deux disciplines n’ont paru plus éloignées. Pourtant, curieusement, une forme de « paix des ménages » est rendue possible par cette évolution antagonique et symétrique des deux disciplines. L’éloignement de l’économie et de la sociologie, qui résulte de ces deux tendances parallèles, réduit en effet l’espace frontalier entre elles et, en conséquence, les risques de friction.

17Les sociologues, pour la plupart, continuent à rejeter dans son fondement même l’argumentation économique. Mais rares sont ceux qui pénètrent cet argumentaire et leur critique, externe, reste donc pauvre et stérile. Les économistes, de leur côté, sont presqu’unanimement convaincus de la supériorité de leur discipline dans sa capacité à expliquer les dimensions structurelles du social. Ils sont alors portés à accepter l’existence parallèle d’une sociologie chargée de prendre en considération les à-côtés du problème. Ainsi, on considérera que la théorie économique est à même de rendre compte du fonctionnement du marché du travail, par exemple, à expliquer en conséquence le niveau et la forme du chômage et à en déduire les mesures de politiques économiques à mettre en ouvre. On laissera pour autant les socio- logues développer une sociographie des chômeurs, donnant quelques couleurs à ce qui n’est pour les économistes qu’un agrégat statistique.

  • 17 Voir notre critique de cette « paix des ménages » dans Vatin François, « L’économie comme acte de g (...)

18Cette paix des ménages a toutefois une heuristique faible17. Elle laisse un champ béant dans la compréhension du social entre une théorie économique surtout préoccupée par l’établissement de la cohérence interne de ses modèles, et une pratique sociologique déclinant à l’infini des configurations singulières sans visée d’une compréhension d’ensemble du social. Chacun semble s’être enfermé sur sa technicité au détriment d’un vrai projet de science sociale. Autrement dit, et c’est une autre façon, plus politique, de présenter le problème, la science sociale qui, depuis le xixe siècle (économie politique comprise), apparaissait comme un projet de compréhension du social en vue de sa prise en charge collective pour le mieux-être des sociétés, tend de plus en plus à se transformer en une affaire de techniciens académiques à l’ambition restreinte, se partageant l’espace dans l’ignorance réciproque pour éviter tout conflit de juridiction, mais supprimant aussi ainsi toute possibilité de confrontation théorique potentiellement fructueuse.

  • 18 Invité à prendre la responsabilité de cette formation lors de mon arrivée à Nanterre, j’avais propo (...)

19Au risque de pratiquer l’auto-histoire, je peux m’appuyer sur le cas de Nanterre pour prendre la mesure des mutations qui se sont produites au cours des années 1990. Quand je suis arrivé dans cette université, en 1992, des relations entre économie et sociologie datant de l’ancienne configuration épistémologique existaient encore, notamment une filière de licence de socioéconomie du développement, animée par des économistes marxistes (Pierre Salama et Jacques Valier) et des sociologues18. Une approche socio-économique du travail était par ailleurs pratiquée, tant, en économie, avec Guy Caire, qu’en sociologie, avec Pierre Rolle, ancien collaborateur de Pierre Naville. Ces espaces communs à la sociologie et à l’économie et sociologues ont disparu au cours des cinq premières années de ma présence à Nanterre. En revanche, des liens d’un nouveau type se sont créés, et cela dans un nouveau contexte épistémologique, à l’échelle nationale comme internationale.

  • 19 Swedberg Richard, Une histoire de la sociologie économique (1987), Paris, Desclée de Brouwer, 1994.

20Une partie de l’activité traditionnelle des économistes, la description raisonnée de l’économie « telle qu’elle va », majoritairement délaissée par les économistes, tend depuis une quinzaine d’années à être de plus en plus souvent accomplie par des sociologues. Ainsi, la « sociologie économique », qui constituait un des domaines majeurs de la discipline au temps de sa genèse à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, a connu un renouveau important. Celle-ci est d’abord apparue, en tous cas sur un plan terminologique, dans le monde anglo-saxon avec l’expression de « nouvelle sociologie économique19 ». Mais elle a connu en France un succès important pour plusieurs raisons conjuguées :

    • 20 Économiste de formation, Alain Caillé a longtemps été professeur de sociologie à Caen, avant de rej (...)

    D’une part, la fermeture brutale de l’espace académique économique français a poussé un certain nombre d’économistes à rejoindre les rangs des départements de sociologie où ils ont pu poursuivre des travaux socio-économiques. Citons à cet égard le courant « anti-utilitariste » en sciences sociales, créé par Alain Caillé au début des années 198020.

  • Réciproquement, les économistes héritiers du marxisme et des courants hétérodoxes des années 1970-1980 (économie de la régulation, économie des conventions), plus ou moins marginalisés au sein de leur discipline, ont trouvé chez les sociologues économistes des interlocuteurs partageant nombre de leurs questionnements.

  • Enfin, il faut souligner l’importance que revêt, dans le cas français, l’existence d’un enseignement de « sciences économiques et sociales » dans l’enseignement secondaire. Cet enseignement, créé à la suite de la réforme Fouché de 1966 sous l’influence des historiens de l’EHESS, Charles Morazé et Fernand Braudel, ainsi que de Jean Fourastié, a nécessité la création de concours spécifiques de recrutement de professeur du secondaire (CAPES en 1969, puis agrégation en 1977), ainsi que d’une section à l’École normale supérieure d’enseignement technique (ENSET), qui deviendra ultérieurement l’ENS Cachan. L’ensemble de ce dispositif a conduit à la constitution d’un noyau actif d’enseignants et d’enseignants-chercheurs formés conjointement à l’économie et à la sociologie.

  • 21 Ce séminaire de DEA constituait la partie conservée d’un projet plus ambitieux qui avait alors écho (...)
  • 22 Le GDR « Économie et Sociologie » a été renouvelé par le CNRS en 2009. Il est actuellement co-dirig (...)
  • 23 Traité de sociologie économique, Steiner Philippe, Vatin François (dir.), Paris, PUF, 2009.

21L’université Paris Ouest constitua à cet égard un terrain d’expérimentation important. Je fais là de l’auto-histoire passablement pro-domo. J’ai eu l’opportunité de créer à Nanterre, dès 1996, un séminaire de troisième cycle en sociologie économique auquel j’invitai à participer Philippe Steiner, alors maître de conférences de sciences économiques à l’université Paris Dauphine, qui, de son côté, démarrait un programme de recherche dans ce champ21. Dans le prolongement de cette collaboration, Philippe Steiner, devenu alors professeur de sociologie, et moi-même, obtenions en 2003 du CNRS la création d’un réseau scientifique (GDR pour groupe de recherche) sur le thème « Économie et Sociologie ». En choisissant cet intitulé et non celui de « sociologie économique », nous avions pour objectif de créer une « maison commune » susceptible de réunir des sociologues et des économistes. Cette première phase de l’existence de ce GDR22 s’est conclue par la publication d’un Traité de sociologie économique réunissant, sous notre cotiondirection, dix-neuf signatures de sociologues, d’économistes, mais aussi de gestionnaires23. Ce panorama de la sociologie économique française des années 1990-2010 accordait une place aux courants de pensée de type socio-économique antérieurs : l’économie de la régulation, avec une contribution de Robert Boyer, l’économie des conventions, avec des articles de François Eymard-Duvernay et d’André Orléan, la pensée anti-utilitariste, avec un article d’Alain Caillé.

22La sociologie économique n’aurait pas pu se développer toutefois sans la constitution d’un espace de formation. Ici aussi, l’université Paris Ouest a joué un rôle moteur, du fait, notamment, de l’institutionnalisation d’une coopération avec le département de sciences sociales de l’ENS Cachan, créé, comme on l’a vu, pour préparer des normaliens à l’agrégation de sciences sociales. Le magistère d’Humanités modernes, créé à l’initiative d’Alain Caillé en 1998, et dont j’ai, après lui, assuré la direction jusqu’à la rupture dommageable de la coopération avec l’ENS Cachan en 2005, a permis d’accueillir dans une formation conjointe Université-École normale, une promotion annuelle d’environ 35 étudiants, dont la moitié était composé des élèves normaliens du département de sciences sociales de Cachan. Ce magistère, ainsi que des diplômes bi-disciplinaires connexes, permettait de former des étudiants d’excellence au croisement de trois disciplines : l’histoire, les sciences économiques et la sociologie.

23Ces cursus ont favorisé l’émergence d’une génération de jeunes chercheurs, dont les plus âgés sont actuellement déjà en poste dans les universités ou au CNRS, et dont les plus jeunes finissent aujourd’hui leur thèse. Tous ne se sont assurément pas orientés vers la sociologie économique, mais tous ont été marqués par le dialogue original entre la sociologie et l’économie que cette formation rendait possible. L’existence de ce noyau de jeunes chercheurs a eu un effet d’entraînement sur l’ensemble de la sociologie française où la sociologie économique, quasiabsente il y a quinze ans à peine, est devenue un des secteurs les plus dynamiques de la recherche. Il faut citer, enfin, la création en 2000, au sein de l’université Paris Ouest en partenariat avec l’École nationale supérieure des mines de Paris, d’une école doctorale intitulée « Économie, Organisations, Société » sous la direction d’Olivier Favereau, regroupant les sciences économiques, la sociologie, l’histoire contemporaine et la gestion. L’existence de cette école, dont j’ai repris la direction en 2009, témoigne de la volonté partagée, au sein de l’université Paris Ouest, de maintenir un tel espace de coopération entre l’économie et la sociologie, mais aussi l’histoire contemporaine, apparue de façon récurrente au cours de cet exposé. Enfin, une quatrième discipline prend, comme on le voit, place dans ce jeu épistémologique : la gestion.

Conclusion : renouveau de l’économie critique et émergence de la gestion. Vers de nouveaux espaces de dialogue possible avec la sociologie ?

  • 24 Il faut citer ici l’équipe lilloise du Clersé (Centre lillois d’études et de recherche en socio-éco (...)

24Après un bilan très pessimiste sur les rapports entre économie et sociologie, ces derniers propos peuvent apparaître exagérément optimistes. La sociologie économique et, plus généralement le dialogue entre sociologues et économistes, ne concerne en effet qu’une faible fraction des sociologues et une plus faible fraction encore des économistes. Il faut signaler toutefois la création en 2009 d’une nouvelle association professionnelle des économistes : l’Association française d’économie politique (Afep), créée avec l’objectif explicite de lutter contre la domination du courant « mainstream » qu’incarnerait l’Association française de sciences économiques (Afse). Or, l’Afep, que préside André Orléan, entend donner sa place à la sociologie économique et son équipe dirigeante entretient des liens étroits avec le réseau de sociologie économique24.

  • 25 On pourra en trouver un témoignage dans l’article à trois voix (un économiste et deux sociologues) (...)

25Mais, surtout, le dialogue entre économistes et sociologues est en voie de reconfiguration avec l’émergence de la gestion. Cette discipline s’est développée dans les années 1980 dans les universités françaises à l’ombre de la science économique. À l’origine nourrie de science économique, mais aussi de sociologie et de psychologie, la gestion a longtemps lutté pour faire reconnaître son autonomie épistémologique vis-à-vis de la science économique à laquelle est en général institutionnellement liée. Le développement de la sociologie économique, dont les préoccupations rejoignent souvent les leurs, ne peut donc laisser les gestionnaires indifférents. De nouvelles synergies se font ainsi jour, y compris ici même à Nanterre25.

Notas

1 Voir sur ce point la première de mes trois études in Vatin François, Trois essais sur la genèse de la pensée sociologique : politique, épistémologie, cosmologie, Paris, La Découverte, 2005.

2 Comte Auguste, Cours de philosophie positive, Paris, Hermann, 1975, t. 2, « Physique sociale », p. 80 et suiv.

3 Marx Karl, Le Capital. Critique de l’économie politique, Paris, PUF, 1993, Livre premier. Cette expression, sous-titre de l’ouvrage, est également employée par Comte dans la quarante-septième leçon de son cours citée supra.

4 Il est difficile de déterminer l’acte de naissance de la sociologie. Sans aller jusqu’à évoquer la tradition grecque, on trouve des prolégomènes dès la fin du XVIIIe siècle. L’emploi du terme lui-même prend indiscutablement sa source chez Auguste Comte, dont, en France, procède l’école d’Émile Durkheim. C’est également en référence à Comte que, dès 1873, Herbert Spencer avait, en Angleterre, utilisé ce terme pour désigner cette fraction de son grand système philosophique. La dénomination de « sociologie » reste toutefois longtemps en concurrence, en France, comme dans le monde anglo-saxon et le monde germanique, avec celle de « science(s) sociale(s) » (au singulier ou au pluriel), plus propice à une intégration non-polémique de l’économie politique. Sur le cas français, on pourra lire la thèse de Mosbah-Natanson Sébastien, « La sociologie est à la mode ». Naissance de la sociologie en France en 1900 (à paraître) qui décrit, grâce à une étude bibliométrique systématique, la diffusion des expressions « sociologie » et « science(s) sociale(s) » au carrefour des xixeet XXe siècles.

5 Durkheim Émile, De la division du travail social (1893), Paris, PUF, 2007.

6 Voir, sur la sociologie économique durant l’entre-deux-guerres et notamment celle de Simiand François, Gislain Jean-Jacques, Steiner Philippe, La Sociologie économique. 1890-1920, Paris, PUF, 1995.

7 Le laboratoire IDHE (Institutions et dynamiques historiques de l’économie), dont je dirige le site de Nanterre et qui réunit des historiens économiques et sociaux et des sociologues du travail et de l’économie, est l’héritier de l’Institut d’histoire économique de la Sorbonne, créé par E. Labrousse. La « chaire » d’histoire économique de Nanterre procède de cette histoire. Elle fut successivement occupée par Maurice Lévy-Leboyer, disciple direct de Labrousse, Alain Plessis, récemment disparu, et actuellement par Michel Lescure, auquel j’ai succédé comme directeur de l’équipe. Une journée vient d’être consacrée à Alain Plessis, donnant lieu à la publication de « mélanges » : L’Économie faite homme. Hommage à Alain Plessis, Feiertag Olivier, Lespinet-Moret Isabelle (dir.), Genève, Droz, 2011 (on y trouvera, p. 547-565 un riche entretien biographique avec A. Plessis : « comprendre et enseigner l’histoire de l’économie »).

8 J’ai étudié le cas représentatif de Georges Friedmann : Vatin François, « Marxisme, machinisme, humanisme : Georges Friedmann avant et après-guerre », in Sociologie du travail, n° 46, 2004, p. 205-223.

9 Sur le cas de Pierre Naville, voir mon étude, Vatin François, « Pierre Naville et la « passion dans le calcul » : de la métrologie sociale à la sociologique », in Les Vies de Pierre Naville, Blum Françoise (dir.), Lille, Éditions du Septentrion, 2006, p. 246-265.

10 Voir sur cette histoire Tournès Ludovic, Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en France au XXe siècle, Paris, Classiques-Garnier, 2011.

11 La revue de l’Ismea, Économies et Sociétés, publie ainsi parmi ses nombreuses « séries », des « études de marxologie » (31 livraisons entre 1959 et 1994).

12 Steiner Philippe, « La Revue économique (1950-1982) : la marche vers l’orthodoxie académique ? », in Revue économique, vol. 51, n° 5, 2000, p. 1009-1058.

13 Voir sur cette histoire Borzeix Anni et Rot Gwenaële, Genèse d’une discipline, naissance d’une revue : Sociologie du travail, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010.

14 Voir sur l’histoire de la recherche contractuelle française durant cette période L’État à l’épreuve des sciences sociales La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Bezès Philippe et al. (dir.), Paris, La Découverte, 2005.

15 La volonté de développer une approche logiquement rigoureuse du marxisme n’a pas été l’apanage exclusif des économistes. Est ainsi apparu dans les années 1980 dans le monde anglo-saxon un courant dit de « marxisme analytique ».

16 Boudon Raymond, La Logique du social, Paris, Hachette, 1979.

17 Voir notre critique de cette « paix des ménages » dans Vatin François, « L’économie comme acte de gestion. Critique de la définition substantive de l’économie », in Sciences de la société, n° 73, 2008, p. 164-184.

18 Invité à prendre la responsabilité de cette formation lors de mon arrivée à Nanterre, j’avais proposé de la refondre sous l’intitulé de « sociologie économique », ce que les collègues concernés avaient alors refusé. Cette anecdote est éclairante au vu de l’histoire ultérieure.

19 Swedberg Richard, Une histoire de la sociologie économique (1987), Paris, Desclée de Brouwer, 1994.

20 Économiste de formation, Alain Caillé a longtemps été professeur de sociologie à Caen, avant de rejoindre Nanterre en 1994. Moi-même, maître de conférences de sciences économiques à Rennes, je suis arrivé comme professeur de sociologie à Nanterre en 1992.

21 Ce séminaire de DEA constituait la partie conservée d’un projet plus ambitieux qui avait alors échoué, celle de la création d’un DEA à orientation socio-économique. Cette formation fut finalement créée en collaboration avec Alain Caillé en 2000 sous l’intitulé « Société, économie et démocratie ». Elle fonctionna comme DEA, puis comme Master 2 « recherche » jusqu’en 2008.

22 Le GDR « Économie et Sociologie » a été renouvelé par le CNRS en 2009. Il est actuellement co-dirigé par une sociologue, Alexandra Bidet, chargée de recherche au CNRS, et une économiste, Florence Jany-Catrice, professeur à l’université de Lille I.

23 Traité de sociologie économique, Steiner Philippe, Vatin François (dir.), Paris, PUF, 2009.

24 Il faut citer ici l’équipe lilloise du Clersé (Centre lillois d’études et de recherche en socio-économie), qui joua un rôle moteur dans la création de l’Afep, mais qui est aussi étroitement inséré dans le réseau de sociologie économique, via notamment Florence Jany-Catrice, co-directrice du GDR « Économie et Sociologie ». L’équipe du Clersé est également à l’origine de la création en 2008 de la Revue française de socio-économie, qui publie des travaux des différentes tendances de l’économie « hétérodoxes » et des travaux de sociologie économique. Depuis 2010, le comité de rédaction de la Revue française de sociomieéconomie et le comité scientifique du GDR « Économie et Sociologie » se sont associés pour primer un article d’un doctorant issu des papiers présentés lors de la journée « doctoriale » annuelle de sociologie économique.

25 On pourra en trouver un témoignage dans l’article à trois voix (un économiste et deux sociologues) publié en 2010 par la Revue française de gestion à l’invitation de son comité de rédaction, relayé à Nanterre par Jean-Philippe Denis, professeur de gestion : Caillé Alain, Favereau Olivier, Vatin François, « Réflexions croisées sur la mesure et l’incertitude », in Revue française de gestion, n° 203, 2010, p. 163-181.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540