Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Études et entretiens

Préface à l’ouvrage de Stéphane Chatillon

Pourquoi la division syndicale ? (Paris, Economica, 1978)

Jean Carbonnier

Texte intégral

1L’attirance que Monsieur Stéphane Chatillon avait éprouvée pour l’aspect sociologique des choses du droit pendant ses études juridiques, puis pour les questions de droit social dans son activité de praticien, explique aisément qu’il ait choisi les scissions syndicales pour matière de son premier livre. Car la scission d’un groupe, quel qu’il soit, est un fructueux champ d’observation pour le « jurissociologue » : mieux que la constitution ou même la dissolution du groupe, elle est le moment de vérité, par le jeu même de la contradiction interne et éventuellement du procès. Et puis, à parcourir le droit social, celui des rapports interindividuels, donc des droits individuels, on s’aperçoit très vite que les syndicats y sont partout présents, tantôt législateurs, tantôt exécutifs, ou presque, par consultations ou pressions interposées - bref assumant des fonctions étatiques en un décalque diffus. Si bien que, pour systématiser cette branche du droit qui demeure pourtant de droit privé, il ne serait pas irrationnel de commencer par une analyse quasiment de droit constitutionnel, voire de droit des gens, portant sur les pouvoirs des États dans l’État (expression qui fut jadis explosive, mais que, de nos jours, les doctrines du pluralisme juridique nous autorisent à reprendre dans un sens apaisé). Or, les États aussi connaissent des scissions. Notre époque en témoigne, qui a dû enregistrer de ces coupures ou déchirures, qu’elles se soient dessinées sur des lignes ethnographiques, exemple Chypre, ou bien, ce qui nous rapproche du sujet, sur des lignes idéologiques, les deux Allemagnes, les deux Corées, les deux Chines. À croire que la leçon de la Genèse (13 : 8-9) a été entendue : « Nous sommes frères... Sépare-toi donc de moi ; si tu prends à gauche, j’irai à droite… » C’était pour mettre fin à des rixes entre bergers.

2Sur ce thème aux résonances multiples, Monsieur Chatillon a fait une œuvre d’historien. Ayant distillé l’essentiel d’une documentation très vaste, il a reconstitué avec limpidité le processus des trois grandes scissions, ces batailles de sigles : CGT/CGTU, CGT/FO, CFTC/CFDT. Mais c’est encore un devoir d’historien que d’essayer de démêler, majeures ou mineures, les causes des événements. Un chapitre est consacré à cette enquête de causalités, chapitre perspicace et, pensons-nous, objectif, même si l’auteur y exprime ses préférences (quel historien a jamais pu cacher les siennes ?).

3On remarquera que les pages relatives au fait même des scissions sont précédées d’un tableau d’ensemble du syndicalisme français. Ce n’est point par simple souci de mettre en place un décor. Tels qu’ils se dégagent de l’examen auquel Monsieur Chatillon a procédé sans complaisance, les caractères généraux de notre syndicalisme ouvrier contribuent à expliquer une certaine facilité des scissions. C’est un syndicalisme fragile, d’une fragilité qui affecte chez nous maintes manifestations de l’industrialisation (peut-être parce que celle-ci, malgré l’illusion des statistiques, n’a que faiblement entamé l’épaisse couche du passé rural). Minoritaire et néanmoins divisé, chargé d’une frange (qui peut être lourde) d’instables, plus pauvre qu’il n’est permis d’être pauvre en pays riche - on se dit que le syndicalisme français est condamné à faire bien pâle figure en comparaison des syndicalismes réputés sérieux du Septentrion. Et pourtant, toute balance faite, ceux-ci n’ont peut-être pas obtenu pour leur classe ouvrière beaucoup plus que celui-là. L’inefficacité qui paraissait physiquement fatale n’est-elle pas compensée par ce mélange de débrouillardise et de roublardise qui est regardé, suivant les points de vue, comme une qualité ou un défaut de la nation ? C’est bien possible. Mais, pour ma part, je ferais volontiers honneur du résultat à la valeur toute militaire des militants. Chaque fois qu’il m’a été donné de les voir à l’action, j’ai admiré leur habileté tactique et même stratégique, leur rapidité à mesurer le rapport des forces, la sûreté avec laquelle ils appréciaient le point jusqu’où, selon la formule banale, il ne fallait pas aller trop loin. À telles enseignes que je me suis souvent demandé pourquoi notre gouvernement ne s’était pas arrangé pour incorporer au Quai d’Orsay, d’une manière ou d’une autre, quelques-uns de ces négociateurs consommés : ils sauraient mener, non point avec nos ennemis (nous n’en avons plus), mais avec nos partenaires (puisque, là, pareillement, le mot est employé), une diplomatie qui ne serait ni molle ni candide.

4Chaque scission ayant eu sa singularité historique, on ne peut affirmer que notre droit possède un régime juridique des scissions syndicales en général. Mais les ruptures constatées ont eu des suites juridiques, et même dans deux cas sur trois contentieuses. C’est, dans ce livre, l’objet de l’« épilogue » - titre trop modeste si l’on considère l’ampleur des développements, suggestif toutefois, car, lorsque le droit est intervenu, il est vrai que le drame était déjà dénoué, la scission acquise dans les esprits. Ce n’est pas que le droit et le procès n’aient été que des épiphénomènes. La scission laissait en opposition des intérêts, pécuniaires et moraux, entre lesquels il fallait bien statuer : le divorce ne s’arrête pas à la sèche décision de dissoudre le mariage. Les juristes sauront gré à Monsieur Stéphane Chatillon d’avoir sérié, donc clarifié, les problèmes, d’avoir repris, en les approfondissant, les discussions. La jurisprudence semble avoir été ici très empirique. Mais pouvait-elle inventer d’autres types de solution ? Nous avons rencontré un juge qui se voulait aussi rusé que Salomon : il proposait d’adjuger la caisse et le drapeau à celle des deux confédérations qui accepterait de s’afficher comme la « vieille ». Il misait sur cette peur de n’avoir pas l’air assez jeune qui est une des maladies de notre temps. Mais il en eût été pour les frais de son stratagème : les syndicats aiment bien se réclamer des ancêtres, même s’ils en abandonnent les idées. Ils ont la maxime jauressienne pour se rassurer : le fleuve n’est jamais plus fidèle à sa source que lorsqu’il s’est englouti dans la mer - ou à peu près. Telle est la puissance des métaphores.

Auteur

Professeur à la faculté de Droit de Paris

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540