Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Études et entretiens

Michel Villey et Jean Carbonnier, autour de la « participation »

Francesco Saverio Nisio

Texte intégral

La participation chez Michel Villey

  • 1 . Nisio F. S., « Spinoza con Villey. Il diritto sub specie aeterni », in Quaderni fiorentini per la (...)

1Michel Villey a fait grand honneur dans ses Réflexions sur la philosophie et le droit à la catégorie lévy-bruhlienne de la « participation1 ».

  • 2 . Villey M., Réflexions sur la philosophie et le droit. Les Carnets, Paris, PUF, 1995, p. 294.
  • 3 . Ibid., p. 106.

Peut-on percevoir dans les choses en soi leur mouvement ? et leur sens ? Oui par une communion active, participation à leur être. [...]2.
Il y a donc un « être » qui n’est que par notre participation active. Le royaume de l’amour, de la bonne entente mutuelle, ou nous le suscitons, ou il n’est pas. Ou plutôt peut-être il n’est pas pour nous, nous sommes en dehors, et n’en avons pas connaissance, si nous ne le pratiquons. Tant que nous sommes étrangers à lui nous ne saurions le démontrer et serait à notre raison comme n’existant point, s’il n’y avait la Révélation3.

2Pour Villey l’idée de « participation » agit certainement sous la forme du rapport entre rationalité et sentiments :

  • 4 .Ibid., p. 226. C’est une idée déjà présente dans Lévy-Bruhl L., L’Idée de responsabilité, Paris, H (...)
  • 5 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 229.

Toute connaissance en fin de compte a sa source dans le sentiment. Toute connaissance est donc partielle et par cela même hasardeuse. (Ce qu’on appelle l’intuition n’est qu’une forme de sentiment). (Je ne ferai pas exception pour de prétendues connaissances transcendantales subjectives et a priori)4.
Or, la première catégorie de systèmes philosophiques n’explique tout qu’en projetant tout (y compris le devoir être et le prétendu monde normatif) sur le plan statique de l’être mort (et y compris sans doute Hegel et Marx) – Tandis que la seconde espèce de philosophie respecte, enregistre dans l’être, sa dimension dynamique, sa tension, donc ses qualités axiologiques bonnes ou mauvaises que le sentiment nous fait saisir : et en conséquence renonce à tout expliquer, mais reconnaît le mystère des choses5.

  • 6 . Ibid., p. 227. Sur le rapport entre sentiment et connaissance on lira une entière section aux p. (...)

3Les sentiments sont notre lien direct à l’être6.

4Mais l’idée de « participation » agit encore sous l’aspect du rapport à l’expérience « mystique » :

  • 7 . Villey M., Leçons d’histoire de la philosophie du droit, Paris, Dalloz, 1962, p. 100.
  • 8 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 313.

Il se peut que les deux attitudes [partisans de l’observation « scientifique » et fidèles du droit naturel] ne soient pas irréconciliables, si la science, rigoureusement construite sur la seule base de l’expérience, accepte l’expérience intégrale, y compris l’expérience mystique ou celle de notre liberté, y compris l’expérience du juste. Et voici déjà qu’un rameau dérivé de Husserl tente d’édifier une théorie phénoménologique des « valeurs »7 [...].
Le philosophe est celui qui poursuit des définitions de choses. Et comme il n’y peut parvenir, il en rabat de ses prétentions originaires à la sagesse, et par là même est faite une place à la mystique religieuse8.

  • 9 . Merllié D., « Bibliographie des œuvres de Lévy-Bruhl », Revue Philosophique, 4, 1989.
  • 10 . D’abord il y a l’édition de textes fondamentaux par rapport à la tradition classique du droit nat (...)

5Villey est donc très proche de la position philosophique de Lévy-Bruhl. Cela ne doit pas paraître incongru si, seulement en jetant un coup d’oil dans sa bibliographie9, on réfléchit à l’intérêt pour le droit dans l’œuvre de Lucien Lévy-Bruhl10.

  • 11 . Dans ce livre, tout le chapitre second, en séparant droit et morale, est consacré à « 1’analyse o (...)

6Dans son analyse majeure des thèmes juridiques, Lévy-Bruhl travaille sur l’un des concepts-clefs de la philosophie du droit pénal, celui de responsabilité : il est abordé par Lévy-Bruhl en faisant recours à des catégories qu’annoncent déjà les études sur les « primitifs » : « solidarité », « sentiment », « idée » se rapportant au sentiment, « croyance ». Il s’agit, bien sûr, des catégories de l’expérience « mystique » et Lévy-Bruhl reprendra ces termes-là dans les « Conclusions » de L’Idée de responsabilité11.

  • 12 . Voir infra, texte et note 42.

7Les deux penseurs ont donc réfléchi sur des problèmes communs, et Villey a bien évidemment voulu, et aussi dû, critiquer une réception d’Aristote trop aplatie sur le mode « rationaliste » de la pensée. Sauf à se convaincre que peut-être12 chez Aristote lui-même il y avait déjà les présupposés de la distorsion « aristoteliste ».

8Villey fait d’ailleurs référence à une question, justement, de « mentalité » en prenant la défense du philosophe grec :

  • 13 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 248.

Il est très paradoxal de sembler prendre la défense des « structures mentales archaïques », de l’ontologie qui préférait l’être à l’acquisition de l’avoir, de l’improductivité qui se lie semble-t-il à ce genre de mentalité : alors que nous voyons sombrer dans la compétition mondiale ce type de sociétés archaïques – et qu’aller au secours de ces hommes ne puisse semble-t-il se faire qu’en tentant de leur injecter le « prométhéisme » moderne. Mais faites ici attention que les sociologues prisonniers de leurs grilles confondent volontiers Aristote et la mentalité sauvage – et que d’autre part si je pense qu’il n’y a guère de progrès, c’est seulement en philosophie13.

9Il faut alors se disposer à relire le Villey philosophe du droit sous la loupe de la « catégorie affective », en soulignant qu’on est toujours dans l’espace de l’habitude, de la répétition, de l’affectivité exprimée à travers les « vertus » : espace d’autonomie, source de plaisir et non d’hétéronomie.

  • 14 Villey M., Philosophie du droit. I : Définitions et fins du droit, Paris, Dalloz, 1978, p. 57.
  • 15 Villey M., Réflexions, op. cit., p. 63.
  • 16 Ibid., p. 243.

Pour Aristote le mot justice ne renvoie pas à une utopie, à un état de chose idéal ; mais à quelque chose de réel, une vertu, une activité, un ou [...] « plusieurs » espèces de comportements habituels14.
Nous disons d’un homme qu’il est « juste », plus spécialement pour signifier qu’il a l’habitude de ne pas prendre « plus que sa part » des biens qu’on dispute dans un groupe social, ou moins que sa part du passif, des charges, des travaux. [...] On [...] demande [...] à l’homme juste de prendre exactement sa part, rien de plus, mais rien de moins15.
Je n’ai point de critère du juste, cela est vrai, je dois admettre un sens autonome du juste analogue au critère du beau16.

10Un plaisir pas de tout « solitaire » : au contraire, selon Villey bien capable de se « métamorphoser », c’est-à-dire d’assumer « une bonne relation aux autres »parts, à ceux dans le nombre desquels nous participons et parmi lesquels nous habitons.

  • 17 Villey M., Philosophie du droit. I, op. cit., p. 59-60.
  • 18 Ibid., p. 74.

Ce qu’évoque le mot justice [...] est spécialement une idée d’ordre, ou de bonne « relation » aux autres, à la Cité (où chacun occupera sa place et jouera son rôle, comme dans la cité idéalement juste de la République de Platon) ou même un rapport harmonieux avec le Cosmos. Selon l’analyse d’Aristote, si nous avons dit d’Aristide qu’il est « un homme juste », il est vrai que cela signifie qu’il est bon, courageux, honnête. ; qu’il réunit toutes les vertus, mais l’on considère ces vertus du point de vue de l’avantage qu’en tirent les autres et le corps social : le courage et la tempérance ou la prudence d’Aristide profitaient à toute la cité, le constituaient vis-à-vis d’elle dans un rapport juste. Ainsi la justice même universelle est « vertu sociale »17.
Le droit consiste en une « relation » ; c’est un phénomène social ; [...] « MonDikaion », écrit Aristote, « est le bien d’autrui », ce qui signifie qu’il n’est pas qu’un attribut de ma personne, n’est pas exclusivement « mie ». [...] Le Dikaion est une « proportion » (celle que nous découvrirons bonne) entre des choses partagées entre des personnes ; un proportionnel (terme neutre), un « analogon ». On peut dire aussi que le droit consiste en une égalité, un égal (ison). [...] Beauté [...], harmonie18.

  • 19 . Ibid., p. 64-67. C’est moi qui souligne. Sur le thème de responsabilité pénale voir Villey M., Se (...)
  • 20 . Ibid., p. 65.

11On sait que Villey, suivant Aristote et saint Thomas, spécifiera le but de cette justice dans la réalisation du « bon partage des biens et des charges19 », opération qui relèvera d’un organe public (législateur, juge), c’est-à-dire « l’“exécutant” du droit20 ». Partage et participation – c’est-à-dire prudence, flexibilité, dialogue – seront les idées régulatrices de 1’expérience judiciaire.

12On peut s’arrêter ici sur la reconstruction de la pensée villeyenne de la participation juridique, en se disposant à suivre dans le dialogue entre Carbonnier et Villey la destinée de ces pensées-là. On commencera en soulignant aussi la réception de Lévy-Bruhl dans l’œuvre de Carbonnier.

Jean Carbonnier et la catégorie affective

  • 21 . Nisio F. S., Jean Carbonnier. Regards sur le droit et le non-droit, Paris, Dalloz, 2005, p. 32-34
  • 22 . Carbonnier J., Flexible droit, Paris, Dalloz, 2001, p. 17, 110.

13Nous avons signalé ailleurs21 la dette de J. Carbonnier envers Lévy-Bruhl et son intérêt pour la catégorie (ensuite critiquée) de « mentalité juridique primitive22 » (par exemple, la difficulté qu’éprouve le primitif à comprendre l’aliénation comme une rupture franche des rapports entre l’aliénateur et sa chose ; une conception de la propriété où le bien possédé participe de la personnalité de celui qui le possède, etc.).

  • 23 . Ibid., p. 17.
  • 24 . Ibid., p. 40.

14Même chez les modernes, dit Carbonnier, il est possible de détecter comme « tréfonds de toute psyché » juridique « une mentalité magique, mystique, irrationnelle23 », c’est-à-dire une mentalité fondée sur des sentiments comme la prudence (avec son principe de droit positif et de droit international public), ou la sociabilité de l’homme insociable24.

  • 25 . Ibid., p. 80.
  • 26 . Ibid., p. 332 sq.

15Toujours chez eux (c’est-à-dire, chez nous) on rencontre de la « sensibilité » ou « tendresse pour les petits gens » dans l’organisation judiciaire25, ainsi qu’un « mouvement en sens opposée à l’exécution forcée [...] qui tend à freiner, infléchir, ou même arrêter l’exécution26 ».

  • 27 . Ibid., p. 107-117, surtout p. 113-117.
  • 28 . Ibid., p. 118 sq.
  • 29 . Ibid., p. 124, 127.

16C’est avec l’apparition du « sentiment de la règle27 », en particulier avec la coutume28, que la « catégorie affective » s’installe dans un lieu central des analyses du sociologue du droit. On est dans le domaine de la « nécessité », l’opinio necessitatis29, et la base « sentimentale » y est bien présente.

  • 30 . Ibid., p. 126.

Bis repetita placent : dans ces mots, il ne faut point voir une platitude de versificateur, mais un trait profond de mentalité primitive. La répétition est un chatouillement des sens ; là-dessus, pour une part, repose la jouissance que procure la musique. À ce plaisir, quasi physique, de la répétition, la coutume a pu emprunter, dans les sociétés archaïques, quelque chose de son mécanisme obligatoire. Une pratique coutumière y est obligatoire comme l’est, à un moment donné de la chanson, le refrain ou la ritournelle. Une nécessité, qui, en même temps, est éprouvée comme un plaisir30.

  • 31 . Ibid., p. 127.

17Bien évidemment il ne faut pas croire que cette prédominance d’un aspect « irrationnel », « mystique », « sentimental » soit l’apanage des seules sociétés « primitives ». Carbonnier spécifie tout de suite, en mobilisant G.H. Mead et sa théorie de « l’autre généralisé31 », que, dans les sociétés « évoluées » aussi, le respect de la règle du jeu passe par la réciprocité, puisque :

  • 32 . Ibid.

L’opinio necessitatis est la conviction, non pas tellement de la nécessité où je suis que de celle où je vais mettre tous les autres, la conviction des liens généralisés que je vais créer par mon geste, parce que d’autres le répéteront envers moi ou envers d’autres encore, et que de cette réciprocité virtuelle naîtra une sécurité générale32.

  • 33 . Ibid.
  • 34 . Lévy-Bruhl L., La Mythologie primitive. Le monde mythique des Australiens et des Papous, Paris, A (...)

18Et Carbonnier de citer ici Mead une fois de plus, par la voie indirecte d’un concept fondamental pour l’intelligence des sociétés primitives, celui de métamorphose ou « capacité qu’a chacun de nous de se mettre en esprit à la place d’un autre33 », « concept » que Lévy-Bruhl avait exploré en détail dans La Mythologie primitive34.

  • 35 . Carbonnier J., Droit civil, Paris, PUF, « Quadrige », § 13-15. Voir encore Nisio F.S., Jean Carbo (...)

19L’affectivité n’est pas absente, non plus, du domaine du jugement et le Doyen parle de « jugements charismatiques, actes de pure grâce, de suprême équité35 ».

  • 36 . Carbonnier J., « Les notions à contenu variable dans le droit français de la famille », in Travau (...)

Le droit étant humain et l’homme étant sensible non moins qu’intelligent, il serait humain, pas trop humain, que le cœur eût sa place dans le droit au même titre que la raison36.

  • 37 . Durkheim E., Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, « Quadrige », 2002, p. 31-34.

20Tout cela suffit à montrer la pertinence de la position philosophique de Lévy-Bruhl pour le juriste sociologue : il s’agit bien d’une réception à l’intérieur du domaine du droit, de la dimension « mystique », expérientielle ou de la sensibilité. Il s’agit d’ailleurs, soit dit en passant, d’un mouvement d’oscillation exactement contraire à celui produit par Durkheim dans Les Règles de la méthode sociologique, où il bannissait du domaine sociologique le « caractère passionnel », les « sentiments », la doctrine « mystique37 ».

21On est en mesure de comprendre, dès maintenant, le dialogue entre Villey et Carbonnier.

Le sentiment de la sagesse dans une « relation mouvante » entre juristes

22S’il est vrai qu’« il y a plus d’une définition dans la maison du droit », cela équivaut à dire qu’il est mieux de s’abstenir de donner « une seule » définition, par exemple quand on discute de droit naturel.

  • 38 . Carbonnier J., Droit civil, op. cit., § 48. Introduction.

Le droit naturel c’est l’effort pour arracher continûment à la matière juridique ce qui en est juste, id quod justum est... Il ne se définit pas : se définir, ce serait s’arrêter38.

  • 39 . À lire : Carbonnier J., « Il y a plus d’une définition dans la maison du droit », in Droits, 11, (...)
  • 40 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 50.
  • 41 . Ibid., p. 240. Sur le rapport entre logique et axiologie il faut lire l’entière section des p. 23 (...)

23Nonobstant une discussion apertis verbis entre eux, Villey aurait bien été d’accord avec l’affirmation de Carbonnier39, lui qui était convaincu que déjà la philosophie, bien avant le droit (et le droit naturel aussi), « est ce qui ne se définit point40 », « la connaissance [...étant...] une recherche jamais achevée du concept41 ».

24Bien plus, le droit sera une œuvre infinie, ouverte, inlassable, ses fins étant indéfinissables. Villey encore :

  • 42 . Ibid., p. 314.
  • 43 . Ibid., p. 232. Il faut souligner la délicate critique (« il est probable ») qui, ici, résonne env (...)
  • 44 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 252.

Les « fins », que ce soit de l’homme total, ou de ses disciplines particulières (comme l’art ou le droit) sont toujours indéfinissables. Toute position arrêtée de fins est une réduction. Par conséquent le réseau logique de moyens que rationnellement l’on accroche à leurs fausses définitions, à mesure qu’il s’étend, provoque l’oubli et la mort des fins véritables42.
La définition de la « chose » n’en doit pas être saisie totale. On ne comprend que ce qu’on a conçu, que ses idées, non pas les choses. La définition doit donc être approximative ; elle cerne la chose mais ne la comprend pas tout entière. Il est probable que l’on trouve tout cela chez Aristote, et chez les juristes romains43.
Il est par nature impossible que du juste, de ce qui reste à faire, nous ayons une saisie parfaite. Nécessairement de ce qui est à venir nous sommes dans l’expectative. Et ce qui doit être est à venir. Quoi donc ? Est-ce que nous n’en savons rien ? Nous n’en savons sûrement pas tout-c’est pourquoi définir le juste comme ce qui est conforme à la règle, à une règle déjà posée, expresse, énoncée, c’est tomber dans un logicisme pitoyablement irréel, prendre un rêve pour la vérité. Mais nous en devinons quelque chose. Les finalités de laphysis sont perceptibles dans les mouvements qui se répètent devant nos yeux avec quelque régularité : ainsi de la plante ou de l’organisme animal-Quant à la nature des hommes, qui est muable qui est historique, le mystère en est plus étendu. Tout sûrement ne peut pas être su-il faut laisser place à cette force, à cette poussée naturelle qui traverse l’histoire (le Destin-la Conscience morale). Chaque cas nouveau comportera sa part d’invention irrationnelle, ce qui ne veut pas le moins du monde dire arbitraire, mais que nous n’en connaissons pas consciemment la norme conceptuelle ; mais comparable à l’inspiration du poète44.

  • 45 . Carbonnier J., Sociologie juridique, op. cit., p. 27.
  • 46 . Sur l’art juridique : Carbonnier J., Droit civil, op. cit., § 22, Flexible droit, op. cit., 7e éd (...)
  • 47 . Sur la prudence : ibid., p. 15 (« Le sens du réel est “prudence” »), 75 (« Il y a évidemment renc (...)
  • 48 . Ibid., p. 145.

25Le dialogue-mieux encore, la « relation mouvante45 » – entre Villey et Carbonnier a alors été une vraie « controverse entre juristes », au sens juste des deux mots, convaincus tous les deux que le droit est « peutêtre » un art46, une activité très liée à l’expérience, au dialogue, à la prudence47 : « [La] prudence [,] qui est un art purement empirique, inconscient de soi48 ».

  • 49 . Villey M., La Formation de la pensée juridique moderne, Paris, PUF, « Quadrige », 2006, p. 491.
  • 50 . Villey M., Leçons, op. cit., p. 74.

26C’est d’ailleurs par rapport à la philosophie qu’on peut noter la première importante rencontre entre eux. En matière de « philosophie du droit des manuels de droit civil » Villey fait l’éloge de l’« exception à l’habituel conformisme49 » représenté par les volumes de Carbonnier, en soulignant aussi sur un point précis – les normes du Code civil concernant la propriété et les évolutions de la pensée économique – l’« admirable50 » pertinence et richesse de l’analyse.

  • 51 . Villey M., Formation, op. cit., p. 215, 217 (saint François exige de ses moines l’abstention d’us (...)
  • 52 . Villey M., Philosophie du droit. II, op. cit., p. 217.

27Il y a plusieurs endroits, d’ailleurs, où fait surface la notion de « nondroit » dans les ouvrages du philosophe du droit51 ; encore, la figure du « flexible droit » en thème d’insuffisances de la loi écrite52 : le dialogue est franc, ouvert, vrai.

28En conclusion, il faut souligner combien constante a été leur commune attention sur le rapport entre droit et philosophie. Après avoir souligné les lieux villeyens de cette attention, il faut maintenant renvoyer aux endroits de Flexible droit et Sociologie juridique.

  • 53 . Carbonnier J., Flexible droit, op. cit., p. 193 sq.
  • 54 . Ibid., p. 194.
  • 55 . Ibid. Ailleurs Carbonnier est plus explicite : « il est possible que le “concept de droit subject (...)

29On concentrera l’attention sur l’analyse sociologique de la théorie du droit subjectif53, analyse qui montre que le droit subjectif, thème villeyen majeur, n’est pas « pur » artifice, « produit d’une idéologie tout à la fois moderne et occidentale54 ». Si l’analyse de l’historien du droit est fondée sur « une argumentation très persuasive55 », néanmoins il ne faut pas séparer « grand » et « petit » droit, l’objectif et le subjectif. Avec plusieurs exemples extraits de l’ethnologie, de la zoologie, de la psychologie de l’enfant et avec le confort de la sociologie américaine de l’époque, Carbonnier montre qu’

  • 56 . Carbonnier J., Flexible droit, op. cit., p. 197.

avec la part inévitable de gaucherie, d’inadéquation de toute technique juridique, la notion traduit un phénomène psychosociologique élémentaire et, pour ainsi dire, viscéral : le droit est hors de l’individu, mais il est aussi dans l’individu56.

  • 57 . Carbonnier J., Droit civil, op. cit., p. 325.

30Manière alors de ne pas critiquer le bien fondé de la thèse de Villey (la floraison tardive de la notion technique de droit subjectif, en dépendance d’une idéologie individualiste et libérale), en même temps montrant que la modernité n’est pas obligatoirement source d’erreurs et de déformations létales. Cela du moins sur le plan de l’invention puisque, si l’on passe à l’analyse politico-institutionnelle et législative, on voit surgir sous le regard de Carbonnier aussi plusieurs perplexités sur la contemporaine poussée au premier plan des droits subjectifs57.

  • 58 . Villey M., « Une interprétation nouvelle du sociologisme », art. cit., p. 382.

31Manière aussi de sauver de l’accusation de traditionalisme la pensée puissante et « militante » de Villey, d’ailleurs convaincu que les droits, « pour ne pas être conçus métaphysiquement sous la forme de droits subjectifs absolus [,] ne sont pas moins droits individuels58 ».

32Mais la « relation mouvante » a eu d’autres objets de commune attention, en particulier parmi les thèmes d’histoire du droit traités par Villey : il suffit de jeter un coup oil dans l’opus magnum de Villey pour voir surgir plein de références à Carbonnier et à ses thèmes : « panjuridisme » (Formation, op. cit., p. 275), Jansénisme et Code civil (p. 280, 315), Bible et droit (p. 295), sans oublier l’important chapitre consacré à la philosophie du droit de la Réforme protestante (p. 279 sq.).

33Il faudra jeter d’autres sondes à l’intérieur d’un tel corpus riche et composé, vraiment important pour la pensée contemporaine en anthropologie, philosophie, droit. Il faudra surtout continuer à en élargir les confins, passant par-delà le lien entre Lévy-Bruhl (père et fils), Carbonnier, Villey : les « participations » possibles vont s’amplifier en marchant.

34Oui, le corpus est un, mais habité par la sagesse de plusieurs visages.

Notes

1 . Nisio F. S., « Spinoza con Villey. Il diritto sub specie aeterni », in Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, 37, 2008. Voir aussi Nisio F. S., « Partecipazione come Scientia intuitiva. Lévy-Bruhl e Spinoza », in Revue philosophique de la France et de l’étranger, 3, 2005, et Keck F., Lévy-Bruhl. Entre philosophie et anthropologie, Paris, CNRS, 2008.

2 . Villey M., Réflexions sur la philosophie et le droit. Les Carnets, Paris, PUF, 1995, p. 294.

3 . Ibid., p. 106.

4 .Ibid., p. 226. C’est une idée déjà présente dans Lévy-Bruhl L., L’Idée de responsabilité, Paris, Hachette, 1884, p. 231-232, où on lit, avec quelque cinquante années d’avance, de la « relativité » des jugements synthétiques a priori, tout en justifiant sa position contre la suspicion de scepticisme.

5 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 229.

6 . Ibid., p. 227. Sur le rapport entre sentiment et connaissance on lira une entière section aux p. 226-229.

7 . Villey M., Leçons d’histoire de la philosophie du droit, Paris, Dalloz, 1962, p. 100.

8 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 313.

9 . Merllié D., « Bibliographie des œuvres de Lévy-Bruhl », Revue Philosophique, 4, 1989.

10 . D’abord il y a l’édition de textes fondamentaux par rapport à la tradition classique du droit naturel : Cicéron, Traité des lois, livre premier (traduction de Charles de Rémusat, revue et augmentée d’une introduction par Lucien Lévy, Paris, Hachette, « Classiques », 1881, 1886) ; et Aristote, Morale à Nicomaque (8e livre) (texte grec publié avec une introduction, un argument, des notes en français et suivi d’un extrait des Essais de Montaigne, par Lucien Lévy, Paris, Hachette, « Classiques », 1881, 1882). Ensuite il y a sa thèse, L’Idée de responsabilité, Paris, Hachette, 1884. Il ne s’arrête pas là l’intérêt de Lévy-Bruhl pour le droit : il faut ajouter des comptes rendus d’ouvrages et plusieurs rapports où il est question de différents aspects de la problématique juridique, sans oublier l’analyse d’un procès en sorcellerie, un bref essai sur la question du libre arbitre ainsi qu’un texte sur la responsabilité des criminels. Comptes rendus : Beaussire E., Les Principes du droit, Paris, Alcan, 1888, Annales de l’École libre des sciences politiques, 3 juillet 1888 ; Tarde G., La Philosophie pénale. Revue philosophique, 6, 1890 (sur Tarde, voir aussi « Questions sociologiques », in La Revue politique et littéraire. Revue bleue, 25, 22 juin 1895) ; Anthony R., La Force et le droit. Le prétendu droit biologique, Paris, Alcan, 1918, Séances et travaux de l’Académie des Sciences morales et politiques. Compte rendu, 2e semestre 1918, p. 90-91. Rapports : Concours pour le Prix Charles Lévêque 1922, proposé à P. Fauconnet pour La Responsabilité (1920), Séances et travaux, cit., 2 e semestre 1922, p. 401-404 ; Davy G., La Foi jurée. Séances et travaux, cit., 2e semestre 1923, p. 448-449 ; concours pour le Prix Carlier 1923 proposé à Miss Ch. Owings pour Le Tribunal pour enfants (1923), Séances et travaux, cit., 1er semestre 1924, p. 115-116 ; Maunier R., Études de sociologie et d’ethnologie juridiques. Séances et travaux, cit., 2e semestre 1935, p. 571-572. Études : « Le libre arbitre. Étude philosophique », in Revue politique et littéraire. Revue bleue, 26, 29 décembre 1888 (analyse critique de Lespinasse Fonsegrive G., Essai sur le libre arbitre, Paris, Alcan, 1887) ; « La responsabilité des criminels », in La Revue politique et littéraire. Revue bleue, 21, 22 novembre 1890 ; « Un procès en sorcellerie en 1929 », in Nouvelle revue française, n° 309, décembre 1939.

11 . Dans ce livre, tout le chapitre second, en séparant droit et morale, est consacré à « 1’analyse objective de L’Idée de responsabilité » (p. 29-70) et au « rapport entre l’acte et ses conséquences » (p. 45). Sur le plan méthodologique, on est au« point de vue du dehors » (p. 29, 45) : il est question du rôle de la loi pénale, du châtiment comme instrument nécessaire de défense sociale, de l’idée de punition, de mérite, d’irresponsabilité et des circonstances atténuantes, etc. Le livre entier, avec son analyse de la « formation de L’Idée de responsabilité » (chapitre IV) et le « dédoublement de la notion de responsabilité » (chapitre V) en « légale » (chapitre II) et « subjective » (chapitre III), est bien un texte de philosophie du droit, quoique non déclaré comme tel. À travers l’expérience et la vision (p. 31-32) naît l’idée de responsabilité dans le jeu entre actes et conséquences, idée qui sert de justification à la « nécessité sociale » de récompenser ou de punir l’individu, suivant évidemment son mérite (entendu au sens objectif) (p. 62-63). Prend alors naissance une notion de « responsabilité purement légale », pour laquelle « il est à peine besoin de parler de droit » puisque, « quant au droit de se défendre, considéré en lui-même, il n’a pas plus le besoin d’être légitimé que le droit de vivre » (p. 63). C’est la solidarité du corps social qui est protégé par l’instrument juridique pénal, corps auquel nous tous « participons ». C’est la nécessité même de l’existence sociale à être ainsi en jeu.

12 . Voir infra, texte et note 42.

13 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 248.

14 Villey M., Philosophie du droit. I : Définitions et fins du droit, Paris, Dalloz, 1978, p. 57.

15 Villey M., Réflexions, op. cit., p. 63.

16 Ibid., p. 243.

17 Villey M., Philosophie du droit. I, op. cit., p. 59-60.

18 Ibid., p. 74.

19 . Ibid., p. 64-67. C’est moi qui souligne. Sur le thème de responsabilité pénale voir Villey M., Seize essais de philosophie du droit, Paris, Dalloz, 1969, p. 247 sq.

20 . Ibid., p. 65.

21 . Nisio F. S., Jean Carbonnier. Regards sur le droit et le non-droit, Paris, Dalloz, 2005, p. 32-34.

22 . Carbonnier J., Flexible droit, Paris, Dalloz, 2001, p. 17, 110.

23 . Ibid., p. 17.

24 . Ibid., p. 40.

25 . Ibid., p. 80.

26 . Ibid., p. 332 sq.

27 . Ibid., p. 107-117, surtout p. 113-117.

28 . Ibid., p. 118 sq.

29 . Ibid., p. 124, 127.

30 . Ibid., p. 126.

31 . Ibid., p. 127.

32 . Ibid.

33 . Ibid.

34 . Lévy-Bruhl L., La Mythologie primitive. Le monde mythique des Australiens et des Papous, Paris, Alcan, 1935. Le jugemenles de Canetti : « Livre important [...] qui contient beaucoup de suggestions sur de nombreux aspects de la métamorphose. Il se limite en gros au monde mythique des Australiens et des Papous, cite abondamment les meilleurs ouvrages sur ce sujet et fait confiance au lecteur sur beaucoup de points », Canetti E., Masse et puissance, Paris, Gallimard, 1960, p. 508.

35 . Carbonnier J., Droit civil, Paris, PUF, « Quadrige », § 13-15. Voir encore Nisio F.S., Jean Carbonnier, op. cit., p. 62-69.

36 . Carbonnier J., « Les notions à contenu variable dans le droit français de la famille », in Travaux du Centre national de recherches de logique, Perelman C. Van der Elst R. (dir.), Bruxelles, Bruylant, 1984, p. 111-112.

37 . Durkheim E., Les Règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, « Quadrige », 2002, p. 31-34.

38 . Carbonnier J., Droit civil, op. cit., § 48. Introduction.

39 . À lire : Carbonnier J., « Il y a plus d’une définition dans la maison du droit », in Droits, 11, 1990, aussi par rapport à Villey M., « Une définition du droit », in Archives de philosophie du droit, 1959. D’autres traces de la discussion : Villey M., Seize essais, op. cit., p. 17 n° 2, 37 n° 22 ; Carbonnier J., Droit civil, op. cit., § 3, 55b et Sociologie juridique, Paris, PUF, « Quadrige », 1994, p. 27, 73-74, 78, sq. Il faut lire aussi à l’intérieur de ce débat – où l’on arrive parfois à « crier holà ! » (ibid., p. 27) – le chapitre de Seize essais consacré par Villey aux rapports entre droit, nature et histoire (op. cit., p. 73 sq.). Il ne faut pas oublier le Codicille du juste et de l’injuste avec lequel Carbonnier termine Flexible droit, op. cit., p. 487 sq. Carbonnier, qui tenait la philosophie du droit naturel comme « la plus traditionnelle des philosophies » (Sociologie juridique, op. cit., p. 27), s’interroge : « Qui n’est pas, un jour ou l’autre, traditionaliste ? Michel Villey n’aurait pas aimé, néanmoins, que sa philosophie, adossée à Aristote et à Thomas d’Aquin, fut classée comme telle. Le fait est qu’il la tenait constamment en alerte de la modernité ». Il s’agit de l’entrée – tardive, il faut le dire, 27e édition, 2002 – offerte à Villey dans un État des questions consacré aux « philosophies militantes » dans Droit civil, op. cit., p. 116. Il faut dire que la question du droit naturel, à l’intérieur de l’œuvre de Carbonnier, est bien complexe et mériterait, à elle seule, une considération autonome : voir par exemple « Naturel (droit) », un texte de Flexible droit (op. cit., p. 287) où on discute en termes de « participation » et de « sentiments » la suggestion d’un « nouveau droit naturel », immuable de facto et, non de iure, c’est-à-dire « un droit naturepar pratique, plus exactement un droit naturel par myopie irrémédiable de l’observateur », étant donné en géologie le recul de l’apparition de l’homo sapiens à des centaines de milliers d’années dans le passé. Voir le thème de la « macrohistoire » par rapport au droit dans le livre d’un juriste italien majeur, Sacco R., Antropologia giuridica, Bologne, Il Mulino, 2007, p. 14 sq.

40 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 50.

41 . Ibid., p. 240. Sur le rapport entre logique et axiologie il faut lire l’entière section des p. 239-245.

42 . Ibid., p. 314.

43 . Ibid., p. 232. Il faut souligner la délicate critique (« il est probable ») qui, ici, résonne envers Aristote et les juristes romains. La confirmation de la légitimité d’un doute est dans les paroles de Carbonnier aussi : « Sur la conception qui élargit la nature des choses à l’ensemble de la réalité sociale, la démarche du droit naturel consistant à extraire de cette réalité id quod justum est, cf. Villey [...]. Suivant Villey, cette conception du droit naturel, d’un réalisme pour ainsi dire sociologisant, aurait été celle d’Aristote et de saint Thomas d’Aquin. Il semble, cependant, que dans leur majorité les disciples des deux maîtres conçoivent le droit naturel comme une axiomatique dérivée de la raison [...] », in Sociologie juridique, op. cit., p. 78.

44 . Villey M., Réflexions, op. cit., p. 252.

45 . Carbonnier J., Sociologie juridique, op. cit., p. 27.

46 . Sur l’art juridique : Carbonnier J., Droit civil, op. cit., § 22, Flexible droit, op. cit., 7e éd., p. 285 ; et Villey M., Philosophie du droit. I, op. cit, p. 65 (« Définition de l’art juridique »), 91 (Cicéron, « Reducere jus in artem ») ; Philosophie du droit. II. Les moyens du droit, Paris, Dalloz, 1984, p. 207 sq. (« Premiers éléments d’un art judiciaire »), 219 (« Pour un art de l’interprétation »), et Réflexions, op. cit., p. 22, 26, 65, 252 (l’activité de définir le juste est « comparable à l’inspiration du poète »).

47 . Sur la prudence : ibid., p. 15 (« Le sens du réel est “prudence” »), 75 (« Il y a évidemment rencontre entre l’homme d’action et le philosophe véritable : c’est le non-savoir (la réserve, la capacité de silence) (ce qu’on appelait “prudence”) »), 243 (« Le droit [...] est moins science que “prudence” »). Pour Carbonnier, voir supra, texte et note 24.

48 . Ibid., p. 145.

49 . Villey M., La Formation de la pensée juridique moderne, Paris, PUF, « Quadrige », 2006, p. 491.

50 . Villey M., Leçons, op. cit., p. 74.

51 . Villey M., Formation, op. cit., p. 215, 217 (saint François exige de ses moines l’abstention d’user du droit, « ou, pour parler le langage de Jean Carbonnier, qu’ils s’installent dans le “non-droit” ») ; voir aussi « Une interprétation nouvelle du sociologisme », in Archives de philosophie du droit, 1970, p. 382 (Aristote et saint Thomas « ne méconnaissent pas la part de “l’extra-juridique” ; il y a dans notre vie même sociale des sphères de “non-droit” »).

52 . Villey M., Philosophie du droit. II, op. cit., p. 217.

53 . Carbonnier J., Flexible droit, op. cit., p. 193 sq.

54 . Ibid., p. 194.

55 . Ibid. Ailleurs Carbonnier est plus explicite : « il est possible que le “concept de droit subjectif” n’ait pas eu, en droit romain, l’importance qu’il a prise dans les droits modernes », in Droit civil, op. cit., p. 323-324.

56 . Carbonnier J., Flexible droit, op. cit., p. 197.

57 . Carbonnier J., Droit civil, op. cit., p. 325.

58 . Villey M., « Une interprétation nouvelle du sociologisme », art. cit., p. 382.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search