Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Droit et littérature

Sans avoir l’air d’y toucher : Jean Carbonnier et la littérature

Anne Teissier-Ensminger

Texte intégral

Introduction

  • 1 . Cf. Jean Carbonnier (1908-2003) : écrits, textes rassemblés par R. Verdier, Paris, PUF, 2008.
  • 2 . Dans la section « Droit et sciences sociales », lesquelles incluent manifestement, de l’avis de J (...)
  • 3 . Cf. notamment Nisio F. S., Jean Carbonnier : regards sur le droit et le non-droit, Paris, Dalloz, (...)

1C’est l’un des nombreux paradoxes qui distinguent l’œuvre difficile de Jean Carbonnier : la littérature y semble surtout envisagée au travers de la sociologie juridique, ce qui oblige à prendre en compte, dans le trajet intellectuel qui rapproche Lettres et Droit, la présence, pour ainsi dire, d’une discipline-écran. D’où, en signe récent de cette relative insaisissabilité, le fait qu’à la table des matières ou à l’index du volume d’Écrits récemment publié1, le mot « littérature » brille par son absence, alors que l’Histoire, dissociée de la sociologie, bénéficie d’un chapitre spécial2. Cependant, le fait de ne pas se prêter à un traitement classificateur n’implique pas que la place de la littérature soit négligeable ou insignifiante, et, connaissant Jean Carbonnier, on dirait même volontiers : au contraire, ainsi que l’ont compris ses très nombreux commentateurs3. Mais il est un autre et plus redoutable paradoxe : le mode d’expression communément appelé « littéraire » fait plus d’une fois l’objet de désignations dévalorisantes, qui ne sont pas sans détonner curieusement, tant avec un recours assidu, y compris en doctrine, aux références littéraires, qu’avec la préconisation d’une jurissociologie à caractère « littéraire ».

  • 4 . Cf. la Préface : « Une sociologie du droit comme il n’en faut plus faire ».
  • 5 . Cf. Teissier-Ensminger A., La Beauté du Droit, Paris, Descartes et Cie, 1999, p. 281.
  • 6 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 27, et Écrits, op. cit., p. 1494 : « Défense et illustrati (...)

2La formule provocatrice qui s’affiche, de la première à la dernière édition, au fronton de Flexible droit4, alors même que l’évolution du livre lui-même confirme que la place accordée par Jean Carbonnier à la littérature fut à la fois précoce, durable et toujours plus importante, et qu’elle ne se confondit jamais avec le traditionnel saupoudrage de bon aloi qu’affectionnent les juristes lettrés, ni ne s’inféoda, sous l’effet d’une mode, à de plus récents mouvements venus d’Outre-Atlantique, est donc éminemment révélatrice d’une conception exigeante de l’interdisciplinarité. De son vivant déjà, j’avais signalé à quel point Jean Carbonnier méritait d’être considéré comme l’un des plus éclairants précurseurs en ce que j’ai nommé, sur son modèle, jurislittérature5. Il convient d’insister davantage, aujourd’hui, sur la diversité et la portée de ses prémonitions qui n’ont pas fini, à mon sens, de délivrer, dans ce champ de recherche, leurs précieuses leçons, en nous transmettant l’essentiel de cet humanisme juridique dont Jean Carbonnier a revendiqué l’héritage6, et dont il a si exemplairement magnifié la tradition.

Un éclaireur en jurislittérature

  • 7 . Jean Carbonnier eut probablement le souci de constituer un triptyque non doctrinal, dont le premi (...)
  • 8 . À cet égard, les protestations autocritiques de la Préface sont à rapprocher d’une remarque ultér (...)
  • 9 . En quoi il n’évoquerait pas mal l’Institutio religionis christianae, que Calvin reprit, augmenta (...)
  • 10 . À partir de la 3e édition (1976), le « Codicille du juste et de l’injuste », qui conclut l’ouvrag (...)

3Si, des trois recueils d’essais de Jean Carbonnier, Flexible droit fut d’entrée et se révéla, au fil du temps, le plus accueillant pour la Littérature7, c’est sans doute qu’il traduisait quelques distances prises non seulement avec la science du droit, mais également avec la sociologie juridique8. En tout cas, le fait d’avoir maintenu imperturbablement le sous-titre et le début de la Préface, qui, en 1969, donnaient ironiquement à ce livre statut d’anti-modèle, tout en y multipliant les études ancrées dans la littérature, donne beaucoup à penser sur le sens que l’auteur entendit donner à son persévérant tressage de littérature et de droit. Titre et sous-titre, construits en chiasme, ne réunissent-ils pas, déjà, le droit et la sociologie sous des auspices discrètement « littéraires », puisque les termes « flexible droit » font écho à un fameux topos de l’humanisme juridique qui, s’inspirant d’Aristote, métaphorisait le droit en règle de Lesbos, tandis que l’expression « Sociologie du droit sans rigueur » joue à plaisir des surprises de la polysémie ? De fait, Flexible droit, recueil éminemment flexible, semble représenter, pour avoir été régulièrement remanié par son auteur durant trois décennies9, sinon le livre de sa vie10, du moins l’espace de réflexion tout à la fois le plus panoramique et le plus avancé dans une œuvre multiforme, une sorte de limes intellectuel le long duquel, loin devant les massifs manipules du droit et des sciences sociales, Jean Carbonnier s’est plu à faire évoluer, en audacieux vélites ou prudents éclaireurs, des textes « littéraires ».

4Il fallait avoir, en effet, le goût des explorations risquées, non seulement pour affronter le discrédit qui s’empresse de sanctionner les sorties de spécialités, mais surtout, pour surmonter, vis-à-vis des spécialistes attachés à la scientificité ou à la technicité de leurs disciplines, le réflexe dogmatique qui dénie à la littérature, et singulièrement à la poésie, un statut de savoir. Une forme qui vient distraire, aux deux sens du terme, d’un fond sérieux, voilà le présupposé qui rend depuis longtemps suspecte, voire taboue, non seulement la vulgarisation « littéraire » des questions savantes, mais aussi, à partir de là, toute référence appuyée à la littérature dans l’application que l’on fait au droit d’une réflexion rigoureuse. Or cette objection, Jean Carbonnier l’a magistralement retournée en argument de poids, lorsque, dans la Préface citée, il donnait à ses audaces l’alibi commode du « c’est pour rire ». Attribuer, en effet, cum granulo salis, des vertus pacifiantes aux fictions littéraires, à cause de leur spécifique aptitude à combiner croyance et distance critique, c’est non seulement les extraire d’une confrontation réductrice opposant quantité et qualité, mais encore suggérer finement les affinités qu’elles entretiennent avec les caractéristiques dialogique et « problématique » du droit, étroitement liées, au bout du compte, à sa vocation pacificatrice. En somme, s’il défend ironiquement Flexible droit du grief de frivolité, c’est parce qu’il a su, sérieusement, faire fond sur la forme, autrement dit qu’au lieu d’instrumentaliser cette forme au service d’autres savoirs, il lui a libéralement permis de délivrer, dans sa plénitude, un savoir spécifique.

  • 11 . Lui qui maniait à la perfection la paronomase formula par exemple cette mise en garde : « on se d (...)
  • 12 . Cf. les hommages rendus, passim, tant à Pierre Sansot qu’à Gérard Cornu, Emmanuel Lévy ou Rémy Ca (...)
  • 13 . Dès 1970, il écrivait (voir Flexible droit, 2e édition, texte reproduit dans la 5e édition à la p (...)
  • 14 . Cf. l’entretien avec A.-J. Arnaud, op. cit., p. 44 : « La sociologie juridique, tiraillée entre d (...)

5Ainsi, tenir dans le même livre, pour renouveler l’approche conventionnelle du droit, cette double gageure : donner la parole aux textes littéraires et fictionnaliser la juridicité en acte, s’apparente bien moins, malgré les apparences, aux approximations d’une scientia amabilis, qu’à l’ambitieux précepte de l’utile dulci. Voilà bien pourquoi, en fin de compte, cette préface mérita d’être maintenue : Jean Carbonnier n’a jamais abdiqué sa défiance vis-à-vis des « à peu près nonchalants » prodigués par les complaisances rhétoriques11, mais il n’ignorait pas que l’effort soutenu à l’écriture fait accéder, sans coup férir, à une précision horlogère. Sachant aussi que ni les chiffres, ni les formalisations sophistiquées n’offrent au droit les garanties d’une meilleure efficacité, il n’a pas manqué de souligner que les plus fins critiques n’ont jamais renié les ressources de la littérarité12. Recourir obstinément à la littérature était, dès lors, un élégant moyen de mettre conjointement en doute certaines illusions scientistes qui traversent le droit et la sociologie13, non sans laisser percer, sur la consistance théorique de la sociologie juridique elle-même, l’expression d’un assez taraudant malaise14.

Un pluralisme jurislittéraire

  • 15 . Notamment pour l’éclairage de la littérature par le droit. Cf. Flexible droit, 10e éd. Paris, LGD (...)
  • 16 . Entre la première et la dernière édition, cette quatrième partie voit carrément doubler le nombre (...)
  • 17 . La 4 e édition (1979) relie la deuxième partie à la quatrième, avec « Voltaire ou l’artificialism (...)
  • 18 . L’étude consacrée à Victor Hugo (Flexible droit, op. cit., p. 183), premier texte publié par Jean (...)
  • 19 . Flexible droit, op. cit., p. 274 : « Pourtant, s’il s’agissait de retrouver ce qui avait été enfo (...)
  • 20 . Fondatrice parce que l’idée de la jurissociologie est sortie de La Morale et la science des mœurs(...)

6Dès la première édition de Flexible droit, solidement structuré en carré, deux diptyques suivis de deux triptyques, les trois piliers de la composante jurislittéraire sont définitivement plantés. Non seulement, en effet, Jean Carbonnier explore d’emblée et de pair, le versant droit en lettres, avec « Caractères juridiques », et le versant lettres en droit, avec « Délibéré du droit », mais il démontre, à l’entre-deux, avec « La justice de Salomon », que le trajet entre littérature et droit mérite d’être conçu comme un aller-retour, et non comme un face-à-face. Il y a là une idée importante, susceptible d’expliquer pourquoi la réflexion ancrée dans la littérature n’est pas originellement insularisée dans l’ultime partie du recueil, mais en constitue déjà, discrètement, le fil rouge méthodologique. En effet, si l’étude consacrée à Salomon donne un plein développement à une méthode inaugurée dans les « Caractères juridiques »15, elle répond surtout à une autre étude, incluse dans la section précédente, celle qui est centrée sur la famille Gide. Agrafe significative, qui interdit absolument de conférer aux « Jeux de droit » un statut d’appendice récréatif, pour ne pas dire honteux, ou de prendre en un sens réducteur l’affichage ludique. Au fil des rééditions, en effet, si c’est le volet « réflexion sur la justice » qui se trouve le premier étoffé16, le lien entre les différentes parties sera significativement renforcé17, jusqu’à livrer, in fine, une précieuse indication sur le caractère quasi « inaugural », dans son œuvre, de l’attention portée par Jean Carbonnier juriste à la littérature18. Ainsi s’affirment la finesse et la fermeté qui distinguent, loin des délayages et des balayages prodigués par tant de ses collègues, des investigations menées à la croisée du droit et de la littérature. La cohérence et le suivi de cette réflexion ont de quoi émerveiller le lecteur, puisque l’étude qui, la première, figura dans « Les trois piliers du droit » porte deux importants messages : d’une part, loin des ironies défensives de la préface, elle livre une des rares maximes méthodologiques destinées à légitimer l’orientation proprement jurislittéraire de l’ouvrage19, et d’autre part, elle suggère, à l’arrière-plan de cette famille Gide, symbolique en ce qu’elle illustre un glissement générationnel du droit aux Lettres, une autre famille, emblématique, celle-là, d’une réflexion fondatrice et, en partie, anticipatrice de jurislittérature, celle des Lévy-Bruhl20.

7C’est donc la facture de Flexible droit, plus éloquente qu’une théorisation délibérément laissée à l’état allusif, qui permet le mieux d’interpréter les intuitions et la sagesse dont témoigne l’approche de la littérarité. De ce fait, la position novatrice de Jean Carbonnier s’avère infiniment plus féconde et instructive que ne l’auraient été, dans les années 1970, de fracassants encouragements à une bidisciplinarité particulièrement délicate à mettre en œuvre, ou, à la fin des années 1990, des hommages appuyés au courant anglo-saxon de « Law and Literature ». Imperturbablement, Jean Carbonnier assume, en littérature, son point de vue de juriste accompli, ce qui, en premier lieu, ne se limite pas à un intérêt marqué pour les thèmes juridiques des textes littéraires : d’où la variété de ces études, qui prennent aussi bien appui sur la biographie d’un auteur que sur l’ensemble de son œuvre, qui se focalisent en note sur un texte représentatif, ou passent une question (de droit ou sur le droit) au crible de multiples fictions.

  • 21 . Cf. l’étude « En l’an 1817 ».
  • 22 . Cf. les études sur Voltaire (et la belle note sur Zadig) et sur Hugo.
  • 23 . Voir, dans « Caractères juridiques », l’analyse de la contestation par Dom Juan du sacrement du m (...)
  • 24 . D’où également les nombreuses références au cinéma et aux arts graphiques.
  • 25 . Cf. aussi Sociologie juridique, op. cit., p. 398, sur l’aptitude des « très vieilles choses du dr (...)
  • 26 . Le maniement de la littérature dans Flexible droit illustre et corrobore en effet les indications (...)

8D’une façon générale, en effet, les textes littéraires ne sont pas linéairement commentés : c’est leur référentialité qui est en première ligne, comme le montre leur obédience à un cadre de didactique juridique, mais le sens de leur forme, de leurs détails-symboles, est pris en compte avec finesse dans la synthèse du « message », tandis que l’écueil des longues citations est aussi élégamment évité que celui de la paraphrase. Ainsi encore les œuvres littéraires, pour servir une jurissociologie sans œillères, s’intègrent-elles à un appareil de références tour à tour ou simultanément historiques21 et philosophiques22, voire théologiques23. En effet, de même qu’une conception humaniste du droit empêche de dissocier ses relations à la littérature de celles qu’il entretient avec l’ensemble des sciences humaines et sociales, de même une conception non futile de la littérature invite à ne pas l’isoler des autres savoirs relatifs aux formes symboliques24. Au surplus, les formes à visée paradigmatique, telles qu’elles sont reconduites, créées, ou recréées en littérarité, ont été significativement privilégiées, et au premier chef les mythes, les « types » et les symboles. Si en effet, la règle de droit est judicieusement décrite par Jean Carbonnier comme « un condensé d’expériences sociales »25, l’œuvre littéraire, à cet égard, ne le lui cède en rien. Aussi Flexible droit ne perd-il aucune occasion, y compris par de fulgurantes notes de bas de page, pour mettre en évidence l’intérêt anthropologique qui fait converger les disciplines juridique et non juridiques dans une démarche commune d’exemplarité. Ainsi enfin, illustre-t-il, avec ses « caractères juridiques », la fécondité de l’obliquité herméneutique, en insistant sur le fait que la littérature ne saisit pas seulement l’homo juridicus mais, plus généralement, l’humanité juridicisée. Ni Dom Juan, ni César Birotteau ne sont juristes, dans des œuvres peuplées de robins, mais n’en sont que plus instructifs sur les syndromes de juridicité qui affectent les non-professionnels. Par ce saut de côté, Jean Carbonnier pointait la question culturellement cruciale de l’irradiation du droit, de son caractère socio-actif comme on dirait radioactif. Il se montre sensible à cette fascinante boucle qui s’instaure inlassablement non pas tant entre droit et société (car ubi jus, ibi societas et réciproquement), qu’entre les phénomènes juridiques et leurs contextes d’émission et de réception, il explore l’étrange nébuleuse de la juridicité, dont le noyau d’autonomie est enrobé de turbulences hétéronomiques, et dont les manifestations transcendent largement les clivages professionnels26.

  • 27 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 175 à 191.
  • 28 . Ibid., p. 420.
  • 29 . Ibid., « La justice saisie par son ombre », p. 446.

9Au total, parce qu’il comprenait parfaitement que les juristes, « ces grands utilitaires », fussent portés à faire « rougir » la littérature « d’être un luxe de l’esprit », Jean Carbonnier, loin de souligner unilatéralement la démythification, voire la dénonciation, du droit par la littérature, a su instituer entre les deux disciplines une équitable et instructive réciprocité critique. C’est ainsi que la relativisation de certaines vues péjoratives de la littérature sur le droit va de pair avec un inventaire sans indulgence des matériaux juridiques sur lesquels se sont appuyées les œuvres littéraires. Et qu’en revanche, une fois le tri fait entre les maniements plus ou moins heureux du savoir juridique et les prises de position jurisphilosophiques, la pertinence critique des visions fictionnelles se trouve d’autant plus incontestablement établie. À cet égard, les études relatives à Voltaire et Hugo sont on ne peut plus exemplaires27. De la même façon, la figure d’un Balzac « juriste »28 n’est partiellement démythifiée que pour donner à l’auteur de la Comédie Humaine sa vraie stature de penseur de la juridicité. C’est ainsi, enfin, que les curieux processus d’imitation de certains phénomènes judiciaires, simulacres qui, dans leurs concrétisations politico-sociales, ont débordé la seule textualisation, mais qui prolongent et illustrent la logique de la fiction littéraire, font culminer les « jeux de droit » en instructifs jeux de lumière et d’ombres29, bien dignes, assurément, de la tutélaire référence à Victor Hugo, la plus récurrente de toutes dans l’œuvre de Jean Carbonnier.

La théorie de l’antidote

  • 30 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 27 : parce que « la société est une humanité ».
  • 31 . Cf. Écrits, p. 950.
  • 32 . Ibid., p. 1246, sur le texte juridique « cet étonnant tissu de signes », ou encore, p. 1484 : « E (...)
  • 33 . Cf. l’entretien avec A.-J. Arnaud, p. 68 : « Le juridique, par essence, c’est la violence avec la (...)

10Afin de promouvoir une jurissociologie sans simplisme, c’est-à-dire « à visage humain30 », opposable aussi bien aux sociologues qu’aux juristes, Jean Carbonnier récusait, dès 1964, pour la sociologie juridique comme pour la philosophie et l’histoire du droit, le terme de « disciplines auxiliaires », auquel il substitue celui de « sciences antidotes », « antidote du droit dogmatique31 », en insistant sur l’idée que l’hypothèse du non-droit, qui sous-tend sa conception de la sociologie juridique, participe de cette même fonction critique, et même la surpasse. Flexible droit, qui n’a évidemment jamais visé à nier la valeur ou la spécificité du droit, ni même le caractère fascinant de ses constructions dogmatiques32, mais à en conjurer l’impérialisme pour le ramener inlassablement à sa vocation basique de « machine à douter33 », s’est employé avec un rare talent à jouer ce rôle salubre de « courant d’air ».

  • 34 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 155 pour la critique des jurissociologues venus du droit, (...)
  • 35 . Cf. dans l’entretien avec J.-A. Arnaud, op. cit., p. 44, cette idée que la sociologie juridique a (...)
  • 36 . Cf. Écrits, op. cit., p. 750 : « ce n’est pas un hasard si l’apologie de l’art du détour en légis (...)
  • 37 . On insistera surtout ici sur les récentes et remarquables analyses de Francis Jacques (De la text (...)
  • 38 . Sociologie juridique, op. cit., p. 154.
  • 39 . Cf. Frydman B., Le Sens des lois, Paris-Bruxelles, LGDJ-Bruylant, 2005.
  • 40 . Voir, dans Sociologie juridique, p. 286 : « D’un narratif, le normatif peut sortir par exemplific (...)
  • 41 . Cf. Écrits, op. cit., p. 1509.
  • 42 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 152.

11Mais n’est-ce pas par son recours à la littérature, autant et plus qu’à la sociologie, qu’il y parvient, en réalité, le mieux ? Non que, dans la majorité des cas, la pratique jurislittéraire ait mieux échappé que la jurissociologie au handicap d’« entreprise interdisciplinaire34 ». Il n’empêche que la littérature s’avère, à bien des égards, mieux placée que la sociologie pour donner les moyens d’envisager le droit à la bonne distance, parce qu’elle en est, paradoxalement, à la fois plus éloignée et plus proche35. Lorsque Jean Carbonnier plaide, dans la Préface de Flexible droit, pour une « utilité tactique » de ces « figures littéraires qui semblent n’engager à rien », lorsqu’il fait observer, en ouverture des « Jeux de droit », que « la fable, sans paraître y toucher, [...] conduit ses lecteurs de la narration à la norme », ou que « la fiction littéraire sait bien qu’elle n’est pas une vérité », bref, lorsqu’il ancre les vertus heuristiques de la littérarité dans son art du détour36 et sa relation très particulière à son référent, il ne rejoint pas seulement les réflexions épistémologiques de philosophes qui, de Platon à Francis Jacques, en passant par Gilles Deleuze ou Michel Foucault, prirent la littérature au sérieux37, ainsi que les intuitions de plus d’un juriste-écrivain : il développe les arguments les plus pertinents parce que, discursivement, les plus bidisciplinaires. Ce n’est pas un hasard si ses formules, volontiers négatives, mettent préférentiellement l’accent sur les différences de fond qui séparent la Littérature de ce droit qu’il a finement défini comme étant une « science au pouvoir38 ». Car il s’agit de ne pas effaroucher les juristes, pas plus qu’il ne s’agissait, via une allégeance à la scientia amabilis, de flatter bassement les littéraires. Mais qui ne voit que, sans développer une théorisation en forme, ces trois « justificatifs » pointent avec justesse les zones de questionnement parmi les plus ardues de la réflexion sur le droit, et sur lesquelles les rencontres entre droit et littérature sont, l’Histoire en fait foi, les plus traditionnellement prometteuses39 ? À savoir, d’une part, le fameux tourniquet du fait et du droit40, et, de l’autre, celui des mots et des choses, dont dérivent les non moins vexatae quaestiones de l’interprétation et de la fiction. Aussi les textes nombreux, et déjà cités, dans lesquels Jean Carbonnier s’interroge scrupuleusement sur les limites constitutives de la sociologie juridique, éclairent-ils à la fois, a posteriori, l’ancrage de Flexible droit en littérature, et, a contrario, la prééminence épistémologique de la littérarité, forte de sa « dispense de dogmatique41 » : c’est pourquoi elle est, par excellence, l’antidote à tout dogmatisme, qu’il soit juridique, sociologique, scientifique ou technologique. Plus encore : infatigable questionneuse, la littérature écarte, par essence, le risque de cumul dogmatique qu’encourent, peu ou prou, toutes les autres interdisciplinarités. Si bien que, sans remplir le rôle de cette introuvable « épistémologie supérieure qui réglerait les conflits de compétences entre disciplines42 », elle représente peut-être, entre droit et sociologie, la plus précieuse des médiations. Ainsi, Flexible droit que l’on peut situer, dans l’œuvre de Jean Carbonnier, à l’interface de ses deux « manuels », celui de Droit civil et celui de Sociologie juridique, fait-il mieux que de prolonger la veine réflexive et critique des « petits caractères » : il suggère une vue de surplomb de deux méthodes d’approche du droit sous les auspices d’un tertius gaudens, la littérature.

  • 43 . Cf. l’entretien avec A.-J. Arnaud : « il y a en réalité quatre sciences du droit : une science de (...)
  • 44 . Cf. Écrits, op. cit., p. 949 : l’allusion à la constellation de « quid aliud » parajuridiques qui (...)
  • 45 . Cf. Jacques F., De la textualité, op. cit., p. 34.
  • 46 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 197 : « Le droit passe le meilleur de son temps sur les ex (...)
  • 47 . Selon l’expression de J. Garelli (voir Introduction au logos du monde esthétique, Paris, Beauches (...)
  • 48 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 155.

12Il n’était pas facile de faire reconnaître aux juristes que la littérature est sans rivale pour traiter d’égal à égal avec le droit, peut-être justement parce que l’un et l’autre furent, à bien des égards, et sans attendre Montesquieu, de prestigieux ancêtres pour la sociologie. Jean Carbonnier, lecteur des Lois et du Digeste, n’ignorait pas l’ancienneté de ce parallélisme, et il l’a même implicitement théorisée, en distinguant à l’intérieur du droit un quatuor de sciences43 qui ne sont pas sans correspondances harmoniques avec les ressources de la Littérature, puisqu’elles associent à la critique la création originale. Mieux : ces deux univers de créativité langagière, qui rivalisent d’imagination dans la confection symbolique, et qui doublent leurs Textes d’une doctrine à visée normative, ont su développer de pair une logique autopoïétique et un contrôle métadiscursif en interne44, qui contribuent efficacement à la puissance de leurs impérialismes respectifs. Tous deux fabriquent un contre-monde imaginatif qui empêche de porter un regard trop partiel ou partial sur le monde réel, et tous deux sont par là de bons révélateurs des contradictions sociales, même si le droit les repère en vue de les réduire, alors que la littérature les exagère, à grand renfort de fictions, pour en travailler au maximum les virtualités45. Enfin, ce sont deux univers qui, loin de s’opposer comme privilégiant, l’un l’individuel et l’autre le collectif, assortissent curieusement leur caractère « universaliste » et encyclopédique d’une tendance à se focaliser sur l’exceptionnel et l’insolite46. Dès lors, pour appréhender le fonctionnement de la juridicité, les « configurations pensantes47 » de la littérature montrent la voie de l’inventivité méthodologique : non seulement les textes littéraires ont une longue avance lorsqu’il s’agit d’inclure « les phénomènes subjectifs dans l’observation du droit », mais, surtout, ils savent comment les appréhender obliquement, sans tomber dans les pièges d’une frontalité naïve, en utilisant des « signes objectifs de substitution48 ».

  • 49 . Cf. Jacques F., De la textualité, op. cit. p. 28.
  • 50 . Cf. Écrits, op. cit., p. 497, la chronique intitulée « Le silence et la gloire » : « La suspensio (...)
  • 51 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 488.
  • 52 . Cf. Écrits, op. cit., p. 1498.
  • 53 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 30.

13Ainsi comprise comme un va-et-vient érotétique entre deux fortes expressions-modélisations de l’expérience humaine, la confrontation des sources littéraires et juridiques apparaît comme un terrain d’application privilégié pour penser le tandem du droit et du non-droit. C’est en effet cet opérateur théorique, l’hypothèse du non-droit, que la jurislittérature semble particulièrement bien armée pour mettre en œuvre, avant tout parce que pour penser la dialectique entre ces deux termes, qui n’ont de sens que l’un par l’autre, sans méconnaître aucun des deux, son point de vue intexterne fait incomparablement merveille. De plus, paradoxalement, son mode énonciatif s’avère tout à fait adapté à la subtilité du droit. C’est en effet le propre du discours littéraire, et singulièrement de la poésie, qui le délivre sous sa forme la plus aboutie, que de comporter une part irréductible d’énigmaticité49. Or Jean Carbonnier avait bien senti en quoi cette « obscure clarté » pouvait servir, contrairement aux apparences, l’appréhension toute en finesse qu’il estime requise en matière de droit. Experte en « interrogativité » et en obliquité d’approche, la littérature l’est aussi en non-dits, et les juristes gagneraient à méditer assez souvent sur le silence, qui honore « ce qu’il y a de positif, d’agnostique dans le droit50 », bref, sur cet « inexprimé qui a sa clarté propre51 ». On comprend mieux, alors, pourquoi Jean Carbonnier tient à rappeler que la doctrine des deux règnes, qui sous-tend, de son propre aveu, l’hypothèse du non-droit, a été fondée par Luther sur un psaume52. Préconiser un équilibre du droit et du non-droit, dans lequel s’expriment plus librement l’amour et la charité, en utilisant, du reste, l’image révélatrice du filet53 manié par les « pêcheurs d’hommes », n’est-ce pas, in fine, faire de la littérarité l’actrice d’une suprême médiation, et considérer qu’elle puisse faire transparaître, dans l’ordre humain du droit, un reste ou un avant-goût de non-droit divin ?

  • 54 . Ibid., p. 24 : le passage sur les « colombes du ciel » (la connotation théologique n’est pas anod (...)
  • 55 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 23 : « le Droit est Dieu pour le dogmaticien ».
  • 56 . Cf. Écrits, op. cit., p. 1519 : « Le droit, ce ne sont pas seulement des règles, c’est aussi un j (...)

14Dès lors, se découvre peut-être, pour les juristes, l’ultime, et non le moindre, office de la littérarité, en quoi culminerait la théorie de l’antidote. C’est que, né de la créativité langagière qu’il partage avec la littérature, un élan de poéticité traverse indubitablement le droit, pour le meilleur mais aussi pour le pire. Jean Carbonnier a formulé cette trouvaille en contrepoint de son hypothèse fondatrice : car si la poésie « littéraire », se range, pour le meilleur, du côté du non-droit, en revanche, la poésie « qualificatrice » inhérente au droit, est identifiable, pour le pire, à une manifestation de panjurisme54. L’enjeu n’est rien de moins, alors, que de neutraliser une poésie par une autre, en opposant la force de résistance de la Littérature, royaume du non-droit, aux prérogatives du droit en matière de pouvoir symbolique, et à sa tentation, véritablement diabolique, de s’ériger, langagièrement, en idole55. C’est qu’en elle-même, la capacité poétique ne suffit pas à préserver la vie sociale d’un pesant couvercle de droit : non seulement tout est susceptible d’être juridicisé, comme tout est susceptible d’être poétisé, mais juridicisation et poétisation, qui ont un ressort commun, peuvent, en se confortant, profiter à une expansion étouffante de la sphère de droit. Pour désarmer l’impérialisme juridique à sa racine, qui est d’inventivité, il est donc impératif de puiser dans la vitalité imaginative du non-droit. Dès lors, la littérature, qui est étrangère aux méthodes et aux visées du droit tout en ayant, pour ainsi dire, la science infuse de sa dynamique discursive, s’avère un solide point d’appui pour faire baisser la pression du droit. Sans doute enfin présente-t-elle un avantage qui, par définition, fait défaut à la sociologie juridique : c’est qu’au lieu de se contenter d’opposer à la « passion du droit » le regard froid d’une objectivation aussi dépassionnée qu’il est possible, elle en vient plus subtilement à bout en épousant et, mieux encore, en stimulant ce « jaillissement » charismatique que le droit porte en lui56. Parce qu’en effet le non-droit n’est pas un anti-droit, la littérature s’avère ainsi à même d’annihiler radicalement la tentation du « panjurisme », en remettant, pour ainsi dire, sur les rails de la transcendance cette capacité créatrice dont il exprime l’hypertrophie, et, à l’aune d’une spiritualité chrétienne, le complet dévoiement.

Un héritier de l’humanisme juridique

  • 57 . Cf. par exemple le dialogue de fiction à la fin du livre de Fr. Ost, Sade et la loi, Paris, Odile (...)
  • 58 . On en veut pour preuves, non seulement le fait qu’il ait été immuablement reconduit, à quelques r (...)

15En tout cas, ces affinités langagières et imaginatives entre droit et littérature expliquent probablement pourquoi Jean Carbonnier ne s’est pas contenté de montrer la voie sur le versant droit en lettres, mais a donné aussi l’exemple, un unique et bien éloquent exemple, sur celui de lettres en droit. Il est vrai que si ce versant-là, de critique créative, est aujourd’hui beaucoup moins fréquenté que l’autre, de simple métadiscours, il attire toujours, néanmoins, les juristes plus que les littéraires57. En cela, Jean Carbonnier se montrait tout à fait représentatif et s’inscrivait, sans nul doute à dessein, dans la tradition érudite de ces juristes humanistes qui, sous l’Ancien Régime, donnèrent à leur réflexion sur le droit une forme littérarisée, volontiers fictionnelle, et pratiquèrent avec prédilection le genre du dialogue, non sans se heurter, eux aussi, en leur temps, à l’incompréhension d’une bonne partie de leurs pairs. Parce que, comme eux, Jean Carbonnier avait bien compris les atouts qu’une littérarité créative recélait pour une appréhension du droit par l’intérieur, qui ne fût pas pour autant confinée à un point de vue en interne, il avait délibérément calé la première édition de son Flexible droit entre « L’hypothèse du non-droit » et le « Délibéré du droit », et cette subtile balance ne se réduisait sûrement pas à la volonté de placer l’ouvrage sous le signe du doute. Il n’était pas anodin, en effet, de laisser, à tous égards, le dernier mot à la Littérature, et, moins encore, de suggérer que cette manifestation de littérarité pouvait n’être pas étrangère à l’atypicité d’une sociologie du droit placée sous les auspices ironiques du non-droit. Le « Codicille sur le juste et l’injuste » qui clôture aujourd’hui le volume, est venu renforcer cet effet de boucle, en se présentant comme un effort d’explicitation... sans illusion. C’est que le « Délibéré », parce qu’il constituait le pendant jurislittéraire de l’exposition didactique, avait précisément été conçu pour donner, de ses axiomes fondateurs, un éblouissant éclairage58.

  • 59 . Faut-il rappeler que Jean Carbonnier a beaucoup médité sur la formule « Juriste, bösen Christen » (...)
  • 60 . Cf. Massin M., Figures du ravissement : enjeux philosophiques et esthétiques, Paris, Grasset, 200 (...)

16Aussi est-on pleinement fondé à analyser ce texte comme une parabole du non-droit, d’autant que l’écriture doctrinale de Jean Carbonnier ne présente, du point de vue de la littérarité, aucune solution de continuité avec ses travaux en sciences sociales, confirmant on ne peut plus clairement que le droit et le non-droit ne s’opposent pas, et surtout pas sur le terrain poétique. C’est ainsi, en appliquant véritablement dans sa pratique de juriste toute sa philosophie du droit-la dialectique du droit et du non-droit a pour ligne d’horizon, on y reviendra, une métaphysique –, que Jean Carbonnier s’est montré un fidèle et exigeant continuateur des juristes humanistes. Avec d’autres procédés qu’eux, mais dans le même esprit, il a bordé le droit d’un non-droit littéraire, comme on dessine un lumineux périmètre à un terrain d’aviation. Non pour l’enjoliver, mais pour le rendre opérationnel. Conscient de ce que l’excès de droit nuit tragiquement à une discipline qui, par essence même, évite et récuse l’excès, il a pressenti dans la littérarisation la possibilité de lui administrer non pas un seul, mais deux contrepoisons : d’un côté, en le rappelant à la mesure, et de l’autre en l’ouvrant sur la seule démesure acceptable, celle qui précisément lui a donné sa vocation (trop) humaine. En mettant en œuvre, comme juriste autant que comme sociologue, son don de poésie pour mener un obstiné combat contre le panjurisme, Jean Carbonnier se montrait en effet, sans trahir ni l’« athéisme méthodologique » du savant, ni ses convictions laïques, parfaitement cohérent avec la foi qui l’animait. La doctrine des deux règnes, dont il n’a jamais caché qu’elle commandait en profondeur sa vision du monde et donc sa conception du droit, n’est évidemment pas sans incidence sur la configuration du tandem droit/non-droit. Non seulement parce que c’est dans le non-droit que s’exprime la plus haute Justice, mais aussi parce que l’expression poétique permet, en bonne théologie augustinienne, de suivre, au travers de la pesanteur du droit, l’intuition de la Grâce. Autant dire que l’on ne saurait négliger, dans ce recours profondément médité à la jurislittérature, l’empreinte en filigrane de la théologie59. C’est elle qui, en dernier ressort, confère à la poésie une fonction de « ravissement », dans le sens fort du terme, qui va beaucoup plus loin qu’un simple effet de « charme » : car, loin d’oblitérer la réflexion, la notion prend sa source dans la réflexion platonicienne, qui lui a donné des vertus de passe-muraille entre esthétique, philosophie, théologie et droit60. S’il importe que le droit soit toujours reconduit, en Beauté, jusqu’au bord du non-droit, c’est qu’à l’instar de l’être humain, il tire sa grandeur de sa misère même.

La parabole du non-droit

  • 61 . Ici, de surcroît, démultipliée en abyme, car chacun des trois juges se trouve momentanément dédou (...)
  • 62 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 30. On connaît la prédilection avouée de Jean Carbonnier pour le (...)
  • 63 . Cf. la référence du jugement de la Cour d’Appel d’Aix, 1er février 1877. Sa transcription dans S. (...)
  • 64 . Même le coup de théâtre final est filtré et désamorcé, en ce qu’il pourrait avoir de désobligeant (...)
  • 65 . Les trois actes du délibéré proprement dit, qu’encadrent un prologue et une conclusion « déceptiv (...)

17Le choix de la phase du « délibéré » pour une méditation fictionnelle sur la justice, met à profit, en premier lieu, cette passerelle réflexive que la pratique méthodique du doute, et tout particulièrement la confrontation dialogique61, jette entre discursivités juridique et littéraire. D’autre part, si le droit pénal est mis à dessein sur la sellette, c’est qu’il est exemplaire d’une coexistence du droit et du non-droit qui fait du non-droit le principe, et le droit l’exception62. Et de fait, si le texte est tout entier construit, avec virtuosité, sur des entrelacements juridico-littéraires qui servent à pointer les tressages du droit et du non-droit, c’est bien parce qu’il entend procéder, via la littérarisation du droit, à une démonstration convaincante des vertus du non-droit, et même de ce qu’implique, en pratique, son plaidoyer pour une théorisation bien comprise du droit et du non-droit. Il est remarquable, d’abord, que, par sa texture, ce « Délibéré » traverse avec souplesse une gamme étendue de configurations fictionnelles, sans se priver de toucher aux deux extrêmes que représentent, d’un côté, les effets de réel les plus ostensiblement documentaires63 et, de l’autre, jusqu’au fantastique, les procédés qui débrident le plus l’imaginaire discursif. Dans sa structure, ensuite, par son feuilletage subtil de péripéties à la fois internes et externes à la gestation décisionnelle, il ne cesse de suggérer obliquement que, prise littérairement au sérieux, la théâtralité judiciaire donne intensément à penser, et non à sens unique, la flexibilité du droit. Par son registre, enfin, qui est d’humour plus que de franc comique64, et de fantaisie créative sans grossissements parodiques, il ne trahit jamais la gravité du droit, et donne d’autant plus de portée à la méditation qu’il en propose. Il n’empêche que le classicisme d’ensemble – la « pièce » est construite en cinq actes, et dans le respect des trois unités65 – assorti de quelques saillies plus baroques, symbolise assez bien l’originalité d’une plume discrètement mais prodigieusement hardie.

  • 66 . Dans le prolongement des interventions de ces Primus et Secundus que les professeurs de droit inv (...)
  • 67 . Cf. notre ouvrage : L’Enchantement du Droit, légistique platonicienne, Paris, L’Harmattan, 2002.
  • 68 . Cf. en ce sens Écrits, op. cit., p. 1521 : « Comme l’esprit est habile... habile à tuer la lettre (...)

18Exacerbant, sous sa forme agonique, la diaprure des opinions, ainsi que les vertus d’équité diégétique propres aux exposés de fiction, la théâtralité s’inscrit dans la continuité non seulement des « jeux de rôles » à finalité pédagogique ou (courtoisement) critique66, mais aussi, plus profondément, dans la réflexion philosophique ouverte par Platon au confluent d’une « loi pédagogue » et de la littérarité. Il est frappant en effet de constater à quel point ce texte, sans citer explicitement les Lois, en rencontre et en problématise à son tour quelques intuitions majeures, notamment celles-ci, qui ne sont pas sans se compléter : d’abord, la fameuse substitution du législateur au poète comme auteur des tragédies les plus belles. Ensuite, le retournement paradoxal de la législation pénale, la plus dure et la plus attristante de toutes, en paradigme de beauté législative. Enfin, l’hypothèse fondatrice d’une protreptique « littéraire » à la nomophilie, qui, se traduit, entre autres, par la mise au point d’une écriture mixte des lois67. Quoi qu’il en soit, la mise en scène de l’interprétation des lois ne contribue pas peu au doigté avec lequel l’auteur se tient ici à distance des lourdeurs didactiques comme des caricaturisations idéologiques. Le Délibéré condense une impressionnante épaisseur de savoirs à la fois juridiques et métajuridiques, dont il décline les incidences dans la pesée judicatoire, sans préjudice, in fine, d’un recentrage ferme sur les enjeux du droit. Et c’est encore un trait qui l’ancre solidement dans la tradition humaniste où le savoir juridique est volontiers conçu comme le sommet ou le pivot d’un imposant circulus disciplinarum. En effet si, dans le Délibéré, la traversée d’une somme de sociologie, de philosophie, d’anthropologie, de psychologie, d’ethnologie des sciences criminelles débouche sur une fine glorification du droit positif, c’est pour montrer qu’en l’espèce, et à l’opposé des préjugés, il s’avère le meilleur garant des valeurs d’antidotes que les sciences sociales prétendent lui insuffler, sans mesurer assez, dans leurs pétitions de principes, des motivations équivoques ni, dans les procédés qu’elles cautionnent, de dangereuses maladresses. Il ne s’agit donc ni de conservatisme juridique, ni d’adhésion naïve à l’antijuridisme. L’astuce pleinement juridique du dénouement fait boucle, en effet, avec l’argumentation du Second assesseur, qui voulait s’en tenir strictement à la définition légale de l’infraction, scrupuleusement respectée et dûment validée par un précédent judiciaire. Seulement, de même que la contre-épreuve du jugement « réel » qui inspira cette rêverie problématisante servait à souligner que le délibéré fictionnel s’acheminait vers une solution tout à fait différente, il fallait aussi que le dénouement imprévu fût outrancièrement calqué sur les happy end mélodramatiques pour mettre en évidence non pas tant le fait qu’il venait sauver le jugement d’une perversion annoncée68 que le retournement du non-droit contre ceux-là mêmes qui y recouraient indûment.

  • 69 . Dès la première didascalie, on note le renversement du préjugé misérabiliste en faveur du débiteu (...)
  • 70 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 49.

19Car il n’est pas inintéressant de constater qu’ici, ce qui compromet manifestement la clarté de l’évidence juridique, à savoir l’absence de délit, et qui conduit l’interprétation de la loi à une dérive éminemment symptomatique d’une « science au pouvoir », ce sont des considérations de politique pénale, justifiées à grand renfort d’arguments. de psychosociologie juridique. Le recours insistant au paradoxe69 vaut comme défense et illustration d’une interprétation « candide » de la loi (le droit pénal a été choisi aussi parce qu’il est, en principe, le royaume de l’interprétation stricte) contre les roueries à finalité (ré)éducative, et comme mise en garde contre les bonnes intentions dont sont pavés l’enfer pénitentiaire, la force légitimatrice des expertises et la moralisation insidieuse des mesures réservées aux mineurs. Autant dire que la parabole illustre d’abord la principale difficulté du non-droit, qui est de s’y tenir70, et qu’elle la rend sensible, en miroir, par la difficulté de s’en tenir au droit. Si la « pièce » s’ouvre, in medias res, sur un passage de la salle du tribunal à ses coulisses et si elle donne le premier et le dernier mot à l’huissier, c’est parce qu’il s’agit, de part en part, d’un problème de seuils, et de limites, entre droit et non-droit, ce que le droit régente et ce qu’il a sagement choisi d’ignorer. La perversion, c’est d’importer abusivement le non-droit au sein du droit.

  • 71 . En effet, les trois temps du délibéré proprement dit explorent « l’éventail des doctrines » crimi (...)
  • 72 . La discussion est en effet un modèle de courtoisie, et l’auteur a pris soin d’avertir le lecteur (...)
  • 73 . Le symbole traditionnel de la robe du juge est ainsi investi d’un sens plus original, propre à la (...)
  • 74 . La référence à Albéric Magnard (1865-1914), dont l’Hymne à la Justice (1902) est mentionné à deux (...)
  • 75 . Voir, entre de nombreux exemples, Écrits, op. cit., p. 1453.

20Comment ce « Délibéré » réussit-il à soutenir, de bout en bout, un effet de suspense et, par là, l’intérêt du lecteur, alors qu’il est pour l’essentiel constitué par une discussion aussi ardue qu’austère71 ? Par un maniement judicieux des ressources littéraires de l’image, qui le font échapper au didactisme, sans jamais verser dans la polémique72. Mais c’est que l’auteur a choisi à bon escient, dans ces ressources, celles qui réunissaient le mieux les conditions pour que son texte accède à une véritable émulsion jurislittéraire, c’est-à-dire qui permettaient d’exprimer plus intensément la vie de la pensée juridique, et non pas de lui conférer un enjolivement factice. Si, en effet, il appuie sobrement son scénario sur deux symboles, l’un visuel73 et l’autre sonore74, ce n’est pas sans rapport non seulement avec la théâtralité de ce procès pénal, et avec l’importance que le droit accorde, notoirement, au pouvoir des symboles75, mais aussi, très précisément, avec la conception du Code pénal que développe le Second assesseur : « Jeu de symboles, non pas jardin des supplices », et dont il tire des conséquences on ne peut plus juridiques : « La peine est un signe attaché à un texte ». Autant dire que la littérarité n’a ici rien d’oiseux, mais qu’elle aide puissamment à pointer les implications pratiques des idées que débattent les trois magistrats.

  • 76 . « Il ne faudrait pas que le public s’imaginât que nous sommes en train de nous réciter nos vers »
  • 77 . « [L]es prévenus [...] ont l’air de n’être là que [...] pour rappeler périodiquement au public l’ (...)
  • 78 . C’est ainsi que le Second assesseur utilise le procédé classique de l’humour juridique, consistan (...)
  • 79 . Ainsi la citation de l’adage « malum passionis propter malum actionis » et son décorticage érudit (...)

21De la même façon, un intéressant effet d’abyme montre bien que la littérarité entretient des liens étroits avec la judiciarité au regard des enjeux du non-droit : ce n’est pas un hasard, en effet, si l’on trouve dans la bouche du Président à la fois une référence au topos de la futilité poétique76, et des remarques ironiques sur ce qu’il croit déceler de complaisances esthétiques (si platoniciennes !) dans les propos de son contradicteur77, lequel d’ailleurs reprend énergiquement à son compte le jeu de mots du même Platon sur le nomos : « C’est le poème qui fait loi ». La chose est d’autant plus remarquable que les trois magistrats, manifestement fort cultivés, ne dédaignent ni de taquiner la Muse, ni de distiller les allusions savantes78 ni les plaisanteries les plus traditionnellement humanistes, comme celles sur les adages latins, que côtoient, sans les supplanter, des références d’actualité, sans doute plus accessibles aux étudiants d’aujourd’hui79. Ce qui ressort en tout cas de cette démonstration informelle, c’est que la conception esthétique d’une « loi-langage » rend le droit à sa vertu de gardien des limites, en commençant par respecter les limites qu’il s’est lui-même données. Et cet éloge réfléchi du formalisme juridique, garant de liberté, ne passe pas sans pertinence par une référence à la poésie, qui est le temple de la forme.

  • 80 . Cf. le gémissement : « Avec le Droit, tout est toujours à recommencer. Le Droit est infini ».
  • 81 . Laquelle n’introduit pas l’affectif dans le droit, ce qui provoquerait les délétères « amours éte (...)

22Enfin, la mise en boucle du droit positif, qui n’est pas sans comporter ses propres antidotes en raison de sa reproduction à l’infini80, et l’euphorisante neutralité qu’il tire de sa lisière de non-droit, sont habilement exprimées en littérarité, au moyen de deux thématiques circulaires : celle du théâtre, et celle de la dérision. En effet, la comparaison éculée du tribunal à un théâtre, une fois ressourcée, au sein même du scénario, à la métaphore platonicienne de la loi tragédie, trouve une nouvelle vigueur dans le coup de théâtre final, qui est à dessein commenté de manière à instituer un interminable tourniquet juridico-littéraire. Car le contrepoint ainsi mis en place entre procès de comédie et comédie de procès engrène sur une autre circularité décisive : celle qui fait échapper joyeusement l’affaire au tragique pénal, en la bouclant, à son tour, mais sur sa drôlerie initiale. En effet, au cours du délibéré, le poids du ridicule a été significativement déplacé, du voyageur trop crédule vers le tribunal, et seule la moqueuse réplique de ce propriétaire (disant, en quelque sorte, « et s’il me plaisait, à moi, d’être volé ? ») empêche que la peur du ridicule ne débouche sur une condamnation aussi ridicule en droit que tristement sérieuse en pratique. Voilà pourquoi une plaisanterie à double tranchant, vient, in fine, souligner que la littérature l’emporte en efficacité sur le droit, du fait que même les plus mauvais des dénouements ont l’avantage, sur les meilleurs des jugements, d’échapper au recommencement juridictionnel. Autre manière de stigmatiser l’éternisation des procès, tout en soulignant l’inspiration que le droit a pu puiser, ici, dans la littérature, pour machiner in extremis une aussi concluante « surprise de l’amour81 ».

Le pari de la beauté

  • 82 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 174.
  • 83 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 370, l’allusion à L’Enfant et les sortilèges.
  • 84 . Cf. Écrits, op. cit., p. 27. On voit très bien comment cette sensibilité poétique, qui le conduit (...)
  • 85 . Ce n’est pas un hasard si, depuis 1988, Flexible droit emploie deux fois, à la table des matières (...)

23De part en part, le « Délibéré du droit » illustre donc la supériorité de la littérature comme antidote à un dogmatisme juridique paradoxalement renforcé, à l’occasion, par les constructions théoriques des sciences sociales. Parce que « les phénomènes sociaux ne sont pas toujours logiques82 », leur appréhension « littéraire » est, de loin, la plus compréhensive, et c’est enfin en quoi le texte donne, dans une certaine mesure, la clé de cette écriture poétique du droit qui emblématise le mieux le génie de juriste que déploya Jean Carbonnier. À l’instar, en effet, des juristes humanistes, confrontés à une conjoncture assez étonnamment similaire, Jean Carbonnier n’a jamais renoncé à relever le défi d’un réenchantement du droit qui ne contribue pas, bien au contraire, à une exacerbation de la « passion du droit », et il nous semble qu’à cet effet, il s’est discrètement mais délibérément engagé dans un pari sur la beauté de son langage, en toute connaissance de cause des atouts de la littérarité83. De même en effet que les leçons des Lois furent réactivées, à grand renfort d’humanités classiques, par des juristes soucieux de redonner au droit le lustre intellectuel d’une « vera philosophia », de même que leur culte du Corpus Juris civilis, considéré comme une somme de beau droit et d’ailleurs grand légitimateur de sources poétiques, alla de pair avec la dénonciation de la chicane et les perversions chrématistiques ou politiques de la judiciarité, de même il semble difficile de dissocier les idées-force de Jean Carbonnier, principalement l’hypothèse du non-droit et la critique acerbe de la passion des lois, de son « penchant incoercible à la poésie84 ». Voilà pourquoi le paysage de son Flexible droit est éminemment poétique, mais voilà aussi pourquoi le moindre de ses écrits de doctrine, ou la moindre page de ses manuels, brillent de ces « paillettes » de poésie qui donnent mieux à voir les merveilles du droit. Il serait aisé de montrer, dans le détail, comment cette poésie du droit naît d’une sobre densité des images, fugitivement ciselées, et, non moins, d’un sens aigu de la musicalité du langage85. C’est que la délicatesse d’oreille n’est pas inférieure, chez Jean Carbonnier, à l’acuité de la vision. Peut-être parce qu’à l’instar de ce Hugo qu’il aime tant, il accorde une égale attention à ce qui est infime et à ce qui est énorme, il peut mettre au service de l’analyse juridique non seulement cet exceptionnel pouvoir de séparation qui distingue la vision du poète, mais aussi, en toutes choses, la perception d’harmoniques ordinairement négligées. Aussi n’est-il pas inintéressant de se demander, pour finir, si la littérarité n’est pas dans son œuvre, au-delà d’un moyen de choix pour faire jouer le tandem du droit et du non-droit, le reflet d’une théologie qui accorde tout à la Grâce.

  • 86 . Cf. l’étude « L’amour sans la loi » (Coligny ou les sermons imaginaires, Paris, PUF, 1982, p. 117 (...)
  • 87 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 338.
  • 88 . Cf. Frydman B., Le Sens des lois, op. cit., chapitre III, « Le modèle patristique ».
  • 89 . Cf. Fontanier J.-M., La Beauté selon saint Augustin, 2e édition, Presses universitaires de Rennes (...)
  • 90 . Dès la première édition de Flexible droit (p. 186 sq.), Jean Carbonnier présentait l’harmonisatio (...)
  • 91 . Cf. Coligny..., op. cit., p. 50.

24De fait, la dialectique du droit et du non-droit a paru à Jean Carbonnier trop constitutive de l’histoire du protestantisme français86 pour la supposer radicalement étrangère non seulement à la doctrine théologique des deux royaumes, mais, plus largement, à une vision ontologique de la Beauté et à un modèle éthique d’interprétation de la Loi, qui permettraient, en profondeur, d’en proposer des clés. Or les deux se confondent, historiquement, dans cet augustinisme auquel Flexible droit se réfère en termes exprès87. Autrement dit, la conviction que les (indéniables) mérites du droit pèsent peu au regard de la Grâce du non-droit (en tant qu’il peut se faire vecteur de charité) ne s’enracinerait-elle pas dans le modèle patristique de l’interprétation, marqué sinon par l’antijuridisme, du moins par une relativisation drastique du droit au regard de l’amour divin88, cependant que la tradition théokalique reprise aux néo-platoniciens par la théologie augustinienne89 expliquerait le privilège accordé, même en doctrine, à la Beauté du langage pour toujours laisser transparaître, le long du droit, ce non-droit caché qui est son divin horizon ? En tout cas, si Jean Carbonnier se montra lui-même poète, inséparablement, du droit et du non-droit, c’est qu’il était convaincu que la littérarité, qui emporte les commentaires aux antipodes de la littérature grise, est seule capable de déboucher sur une vision intuitive, à la fois interne et externe, des phénomènes juridiques, dans lesquels elle voit toujours battre le cœur palpitant du non-droit90. C’est ce dépassement de l’analyse déductive, non par l’irrationnel, mais par une vision directe de l’essence des choses, qui explique les affinités remarquées de Flexible droit, où l’on ne trouve pas moins de sept fois, en intitulé, le mot « scolie », avec l’Éthique et en particulier l’accès qu’elle ménage à la connaissance du troisième genre. Mais il faut y ajouter cette remarque révélatrice sur la manière dont, chez Calvin, « le droit n’est jamais poussé à fond », mais « reste volontiers dans une demi-teinte, non technique, propice à une sorte de poésie91 ». En d’autres termes, l’approche « littéraire » a des chances d’être la plus intimement fidèle à l’essence du droit, parce qu’il est par-dessus tout proscription de l’excès, et cela, quel que soit le sens que l’on donne à sa terrestre condition.

CONCLUSION

  • 92 . Après le bilan de Paolo Carla, voir « Humanisme juridique du XXe siècle », in Laboratoire italien (...)
  • 93 . Le dernier mot de sa Sociologie juridique est « rêver ».
  • 94 . Cf. Écrits, op. cit., p. 2006.
  • 95 . Ibid., p. 1214.

25Une maîtrise exceptionnelle d’une pluralité de savoirs et la profondeur méditative, non moins rare, de leur mise en œuvre par le biais d’une écriture poétique, c’est-à-dire dans laquelle rien « ne pèse ni ne pose », ont permis à Jean Carbonnier d’anticiper, dans plusieurs directions, les centres d’intérêt du courant droit et littérature92, et d’esquisser, à très long terme, des pistes fructueuses pour la jurislittérature, appelée à confronter ce que les littéraires nomment la « vision du monde » d’un grand écrivain, et ce que les juristes appellent la « vision du droit » d’un grand interprète. Sans doute, pour y parvenir, le retour à la tradition humaniste de la « vera philosophia », médiatrice entre les littéraires curieux de droit et les juristes cultivés, n’est-il pas inutile, puisque Jean Carbonnier a déjà su la prolonger et la revivifier, en puisant aux tentatives les plus contemporaines de repenser la pensée du droit. C’est en effet sa droite et haute idée du droit qui l’a conduit infailliblement à l’avant-garde des autres sciences de l’homme et de la société. Et parce qu’il incarnait lui-même un parfait équilibre entre observateurs et rêveurs93, il ne craignit pas de parier sur une « connaissance poétique94 », citant avec délectation ce passage du Rhin hugolien, dont le lyrisme n’émoussait pas la féroce ironie95 :

26Il y a des esprits qui se croient positifs et qui ne sont qu’arides, qui chassent la poésie de tout et qui sont toujours prêts à lui dire, comme cet autre homme positif au rossignol : « Veux-tu te taire, vilaine bête ! » Assurément, comme dans la vieille chanson de France, au jardin de celui qui fut, dans le plein sens du terme, un homo civilis, « le rossignol chantait ».

Notes

1 . Cf. Jean Carbonnier (1908-2003) : écrits, textes rassemblés par R. Verdier, Paris, PUF, 2008.

2 . Dans la section « Droit et sciences sociales », lesquelles incluent manifestement, de l’avis de Jean Carbonnier lui-même, les sciences humaines (voir Sociologie juridique, Paris, PUF, 1994 : « sciences humaines ? forcément humaines, puisque sociale»), l’histoire et la sociologie ont monopolisé l’attention des introducteurs (voir p. 933-937), alors que les chapitres qui font état de « l’acculturation juridique » et de « l’écriture du Droit » auraient pu justifier une approche plus explicite de la littérarité.

3 . Cf. notamment Nisio F. S., Jean Carbonnier : regards sur le droit et le non-droit, Paris, Dalloz, 2005, p. 20-21, pour un listage des références littéraires au travers de toute l’œuvre.

4 . Cf. la Préface : « Une sociologie du droit comme il n’en faut plus faire ».

5 . Cf. Teissier-Ensminger A., La Beauté du Droit, Paris, Descartes et Cie, 1999, p. 281.

6 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 27, et Écrits, op. cit., p. 1494 : « Défense et illustration de l’humanisme calviniste ».

7 . Jean Carbonnier eut probablement le souci de constituer un triptyque non doctrinal, dont le premier volet (Flexible droit) était à dominante sociologique, le deuxième (Essais sur les lois) à dominante historique, et enfin le dernier (Droit et passion du droit sous la Ve République) à dominante politique. Ce sont les trois facettes « affichées » d’une œuvre interdisciplinaire au sens le plus pertinent du terme. Car elle est transversalement cimentée par un solide arrimage dans la science du droit. Mais il importe de remarquer que la littérature y remplit, comme en second rôle après le droit, une fonction de « basse continue » (absente en apparence du troisième recueil, elle y a pourtant le dernier mot !) : autant dire que ses rapports au droit sont, en dernier ressort, de première importance.

8 . À cet égard, les protestations autocritiques de la Préface sont à rapprocher d’une remarque ultérieure, que l’on trouve dans l’entretien accordé à André-Jean Arnaud (in Jean Carbonnier, Renato Treves et la sociologie du droit, Paris, LGDJ, « Droit et société », 1995, p. 38) : « À la vérité, Flexible droit se situe entre le droit et la sociologie plutôt qu’il n’est franchement dans la sociologie du droit. Il se situe peut-être un peu aussi dans la littérature, diront les méchants ».

9 . En quoi il n’évoquerait pas mal l’Institutio religionis christianae, que Calvin reprit, augmenta et traduisit quatorze fois entre 1536 et 1560.

10 . À partir de la 3e édition (1976), le « Codicille du juste et de l’injuste », qui conclut l’ouvrage, est venu en tout cas lui donner quelques allures de testament intellectuel.

11 . Lui qui maniait à la perfection la paronomase formula par exemple cette mise en garde : « on se défiera de la tentation des rimes et des allitérations » (« Le double visage du droit pénal aux lueurs de sa triple genèse », in Apprendre à douter : questions de droit, questions sur le droit, Études offertes à Claude Lombois, Limoges, PU-LIM, 2004, p. 17-24).

12 . Cf. les hommages rendus, passim, tant à Pierre Sansot qu’à Gérard Cornu, Emmanuel Lévy ou Rémy Cabrillac : dans l’écriture de la sociologie « qualitative » comme dans celle du droit civil, la poésie est signe d’excellence.

13 . Dès 1970, il écrivait (voir Flexible droit, 2e édition, texte reproduit dans la 5e édition à la p. 350) : « à l’objectivité de l’histoire, les sociologues de l’époque présente préfèrent celle des mathématiques. Les juristes n’assistent pas sans déchirement à cette chasse que les sciences exactes font aux belles-lettres ». Cf. également Sociologie juridique, op. cit. p. 193 (l’avantage pérenne de la monographie sur la quantification), p. 195 (l’inconvénient communicationnel du langage formalisé) ou p. 211 : à propos des sondages d’opinion qui usent d’une mathématisation sophistiquée, et au regard desquels la démarche préconisée par le manuel « pourra sembler littéraire, rudimentaire et naïve », ce doute : « Il n’est pas sûr, cependant, que l’on puisse aller beaucoup plus loin en sociologie juridique ». On reconnaîtra enfin, dans un texte de 1996 (voir Écrits, op. cit., p. 1247), un saisissant écho du ton qui dominait la Préface de Flexible droit : « Il y aura encore de beaux jours pour les textes littéraires. Le flou du droit, qui nous envahit joyeusement, ne peut s’en passer. C’est même la poésie qu’il appelle ».

14 . Cf. l’entretien avec A.-J. Arnaud, op. cit., p. 44 : « La sociologie juridique, tiraillée entre droit et sociologie, manque d’une clef ».

15 . Notamment pour l’éclairage de la littérature par le droit. Cf. Flexible droit, 10e éd. Paris, LGDJ, 2001, p. 422 : la « cause juridique » du scandale du Cid. Mais la relation établie entre le « mythe » de Salomon et le genre littéraire du roman policier est d’une autre envergure. Cf. en ce sens Écrits, op. cit., p. 1541 (entretien de 1993 avec Olivier Abel) : « Le droit nous a donné tant de romans ! » et notre article : « Un Droit si palpitant : le thriller juridique américain des années 1990 », in Revue de la Recherche juridique, 2003-2, p. 1577-1633.

16 . Entre la première et la dernière édition, cette quatrième partie voit carrément doubler le nombre de ses textes.

17 . La 4 e édition (1979) relie la deuxième partie à la quatrième, avec « Voltaire ou l’artificialisme juridique » et la 10 e édition (2001) amplifie ce lien, en ajoutant « Victor Hugo ou la recherche de l’Absolu » et aussi « En l’an 1817 », qui est truffé de références littéraires. La 9e édition (1998) relie la première partie à la quatrième, avec le deux fois poétique « Date lilia », qui conjugue Hugo à Virgile. La dernière édition confirme le lien, déjà établi par l’étude sur la famille Gide, entre les troisième et quatrième parties, en ajoutant l’étude « Métaphysique des biens : les choses inanimées ont-elles une âme ? », dont le titre est en forme de retractatio poétique.

18 . L’étude consacrée à Victor Hugo (Flexible droit, op. cit., p. 183), premier texte publié par Jean Carbonnier dans une revue juridique, fut en effet rédigée dès 1926.

19 . Flexible droit, op. cit., p. 274 : « Pourtant, s’il s’agissait de retrouver ce qui avait été enfoui au plus épais oubli de notre planète, l’intuition d’un artiste aurait peut-être mérité plus de confiance que la conjecture d’une ethnologue ».

20 . Fondatrice parce que l’idée de la jurissociologie est sortie de La Morale et la science des mœurs de Lucien Lévy-Bruhl, et anticipatrice du recours aux références littéraires par le biais de la juristique de Henri Lévy-Bruhl (voir La Beauté du Droit, op. cit., p. 279).

21 . Cf. l’étude « En l’an 1817 ».

22 . Cf. les études sur Voltaire (et la belle note sur Zadig) et sur Hugo.

23 . Voir, dans « Caractères juridiques », l’analyse de la contestation par Dom Juan du sacrement du mariage.

24 . D’où également les nombreuses références au cinéma et aux arts graphiques.

25 . Cf. aussi Sociologie juridique, op. cit., p. 398, sur l’aptitude des « très vieilles choses du droit » à « miniaturiser dans le boîtier d’un article de loi une foule de mécanismes ».

26 . Le maniement de la littérature dans Flexible droit illustre et corrobore en effet les indications de méthode que dispensait, dès sa première édition, la Sociologie juridique (p. 29 et 279 : « l’analyse de textes littéraires ») : récusation de l’illusion documentaire, importance du caractère visionnaire des écrivains, relativisation des investigations satiriques, nécessité de dépasser les lectures thématico-descriptives, intuition de l’obliquité herméneutique qui doit empêcher une sélection frontale des œuvres par le sujet, et enfin cette conviction que les écrivains embrassent aussi bien la jurissociologie (« les observateurs ») et la philosophie du droit (« les théoricien ») que l’essence « poétique » de la juridicité (« les intuitifs »).

27 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 175 à 191.

28 . Ibid., p. 420.

29 . Ibid., « La justice saisie par son ombre », p. 446.

30 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 27 : parce que « la société est une humanité ».

31 . Cf. Écrits, p. 950.

32 . Ibid., p. 1246, sur le texte juridique « cet étonnant tissu de signes », ou encore, p. 1484 : « Et cette loi [...] applicable dans la société française n’a-t-elle pas [...], à sa façon, quelque chose de merveilleux, sinon de délicieux ? »

33 . Cf. l’entretien avec A.-J. Arnaud, p. 68 : « Le juridique, par essence, c’est la violence avec la faculté de douter avant ou après. »

34 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 155 pour la critique des jurissociologues venus du droit, et l’entretien avec A.-J. Arnaud, op. cit., p. 54, pour celle des jurissociologues venus de la sociologie (avec le délicieux apologue des perroquets dans le massif de lianes).

35 . Cf. dans l’entretien avec J.-A. Arnaud, op. cit., p. 44, cette idée que la sociologie juridique a affaire à trop forte partie face au droit, « discipline énorme, universelle, omniprésente dans la vie ».

36 . Cf. Écrits, op. cit., p. 750 : « ce n’est pas un hasard si l’apologie de l’art du détour en législation passe par une référence “littéraire” à Peer Gynt ».

37 . On insistera surtout ici sur les récentes et remarquables analyses de Francis Jacques (De la textualité, Pour une textologie générale et comparée, Paris, Maisonneuve, 2002), et notamment, sur sa « théorie de la référence suspensive », p. 66 : L’œuvre de fiction ne vise pas tant à « créer une référence fictive ou quelque surréalité que simuler la consistance du possible et jouer sur son rapport différé au réel ».

38 . Sociologie juridique, op. cit., p. 154.

39 . Cf. Frydman B., Le Sens des lois, Paris-Bruxelles, LGDJ-Bruylant, 2005.

40 . Voir, dans Sociologie juridique, p. 286 : « D’un narratif, le normatif peut sortir par exemplification » et p. 291 : « les juristes trouvent dans leur technique du fait qui se fait droit et du droit qui se fait avec du fait ».

41 . Cf. Écrits, op. cit., p. 1509.

42 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 152.

43 . Cf. l’entretien avec A.-J. Arnaud : « il y a en réalité quatre sciences du droit : une science des systématisations, une science de l’interprétation, une science de la création normative, et une science sociologique ».

44 . Cf. Écrits, op. cit., p. 949 : l’allusion à la constellation de « quid aliud » parajuridiques qui, dans les facultés de Droit, ont toujours servi de contre-feux à la critique anti-dogmatique. La littérature a développé, de son côté, ses propres procédés autodémythificateurs (mise en abyme, par exemple).

45 . Cf. Jacques F., De la textualité, op. cit., p. 34.

46 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 197 : « Le droit passe le meilleur de son temps sur les exceptions, parce qu’elles sont beaucoup plus fertiles en controverses et en procès ».

47 . Selon l’expression de J. Garelli (voir Introduction au logos du monde esthétique, Paris, Beauchesne, 2000, p. 587 : « Écriture et profondeur »).

48 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 155.

49 . Cf. Jacques F., De la textualité, op. cit. p. 28.

50 . Cf. Écrits, op. cit., p. 497, la chronique intitulée « Le silence et la gloire » : « La suspension, la réticence, la prétérition, sont des figures classées de rhétorique. Ce sont des façons de parler ; elles font partie du discours, comme, dans un tableau, les ombres font partie de la peinture aussi bien que les couleurs ». On en dirait autant des silences en musique, et du non-droit dans la vie sociale.

51 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 488.

52 . Cf. Écrits, op. cit., p. 1498.

53 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 30.

54 . Ibid., p. 24 : le passage sur les « colombes du ciel » (la connotation théologique n’est pas anodine) qui ne sont regardées que comme des « immeubles par destination ».

55 . Cf. Sociologie juridique, op. cit., p. 23 : « le Droit est Dieu pour le dogmaticien ».

56 . Cf. Écrits, op. cit., p. 1519 : « Le droit, ce ne sont pas seulement des règles, c’est aussi un jaillissement en dehors des règles ».

57 . Cf. par exemple le dialogue de fiction à la fin du livre de Fr. Ost, Sade et la loi, Paris, Odile Jacob, 2005.

58 . On en veut pour preuves, non seulement le fait qu’il ait été immuablement reconduit, à quelques retouches près, d’une édition à l’autre, mais aussi que sa mise à jour en droit positif se soit assortie d’ironiques suggestions pédagogiques (voir Flexible droit, op. cit., la note de la page 464).

59 . Faut-il rappeler que Jean Carbonnier a beaucoup médité sur la formule « Juriste, bösen Christen » ?

60 . Cf. Massin M., Figures du ravissement : enjeux philosophiques et esthétiques, Paris, Grasset, 2001.

61 . Ici, de surcroît, démultipliée en abyme, car chacun des trois juges se trouve momentanément dédoublé, et engage un dialogue avec (respectivement) son inconscient, son surmoi et sa mémoire.

62 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 30. On connaît la prédilection avouée de Jean Carbonnier pour le droit pénal.

63 . Cf. la référence du jugement de la Cour d’Appel d’Aix, 1er février 1877. Sa transcription dans S. 1978.2.303 nous apprend que « l’individu qui, accostant le porteur d’un paquet, se fait remettre le paquet par le porteur en offrant de l’accompagner » médite l’exécution d’un « vol à l’américaine ».

64 . Même le coup de théâtre final est filtré et désamorcé, en ce qu’il pourrait avoir de désobligeant pour le tribunal, au travers d’un hommage à la culture littéraire des juges.

65 . Les trois actes du délibéré proprement dit, qu’encadrent un prologue et une conclusion « déceptive », mettent successivement en vedette le Président, puis le premier et enfin le Second assesseur.

66 . Dans le prolongement des interventions de ces Primus et Secundus que les professeurs de droit invoquaient, traditionnellement, lors de la dissection des « cas », Jean Carbonnier avait animé sa chronique à la Revue trimestrielle de droit civil en dialoguant avec un personnage provocateur, le « Sophiste » (voir Écrits, op. cit., p. 33).

67 . Cf. notre ouvrage : L’Enchantement du Droit, légistique platonicienne, Paris, L’Harmattan, 2002.

68 . Cf. en ce sens Écrits, op. cit., p. 1521 : « Comme l’esprit est habile... habile à tuer la lettre ! »

69 . Dès la première didascalie, on note le renversement du préjugé misérabiliste en faveur du débiteur.

70 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 49.

71 . En effet, les trois temps du délibéré proprement dit explorent « l’éventail des doctrines » criminalistes, en traitant successivement le prévenu comme une victime (c’est la théorie du « danger moral » et les visées rééducatives prônées par le Président), comme un agresseur (c’est la théorie de la déclaration de guerre à la société défendue par le Premier assesseur), et enfin, tout simplement, comme l’un, entre autres, des destinataires du Code pénal (c’est la théorie « symboliste » du Second assesseur). On notera qu’un micro-coup de théâtre annonce en miroir le retournement final : le Second assesseur, tout en suivant un raisonnement opposé à celui du Président, s’arrête à la même décision que lui.

72 . La discussion est en effet un modèle de courtoisie, et l’auteur a pris soin d’avertir le lecteur qu’elle se déroule entre des juges qui sont coutumiers de décisions unanimes.

73 . Le symbole traditionnel de la robe du juge est ainsi investi d’un sens plus original, propre à la fiction : le fait de l’enlever complètement ou à moitié scande la confrontation des trois points de vue, et traduit éloquemment que ce délibéré se joue à la lisière théorique du droit et du non-droit (morale ou politique).

74 . La référence à Albéric Magnard (1865-1914), dont l’Hymne à la Justice (1902) est mentionné à deux reprises, est très lourde de sous-entendus historiques, politiques et juridiques. Le compositeur, en effet, qui était licencié en droit et réputé d’une intransigeante intégrité, se montra un fervent patriote (il mourut en défendant sa maison contre les Allemands), après avoir soutenu activement les féministes (d’où le choix de l’huissière !) et les dreyfusards : c’est l’affaire Dreyfus qui inspira son Hymne à la Justice, lequel, par conséquent, symbolise habilement ici la menace de l’erreur judiciaire.

75 . Voir, entre de nombreux exemples, Écrits, op. cit., p. 1453.

76 . « Il ne faudrait pas que le public s’imaginât que nous sommes en train de nous réciter nos vers ».

77 . « [L]es prévenus [...] ont l’air de n’être là que [...] pour rappeler périodiquement au public l’existence de la très belle tragédie qu’a écrite un poète national ».

78 . C’est ainsi que le Second assesseur utilise le procédé classique de l’humour juridique, consistant à filer la métaphorisation juridique d’une qualification juridique (voir la comparaison de la peine de mort à une expropriation... sans juste et préalable indemnité : on notera qu’ici le fait de suivre la logique de l’image sert à démonter un sophisme) tandis que le Premier assesseur appelle plaisamment l’huissière : « Iris juris ».

79 . Ainsi la citation de l’adage « malum passionis propter malum actionis » et son décorticage érudit, maintenu jusqu’à la dernière édition qui, elle, ajoute une allusion à l’ONU.

80 . Cf. le gémissement : « Avec le Droit, tout est toujours à recommencer. Le Droit est infini ».

81 . Laquelle n’introduit pas l’affectif dans le droit, ce qui provoquerait les délétères « amours éternelles » du punisseur et du puni, mais tout au contraire profite de la neutralité du droit pour le neutraliser au profit de l’amour du prochain.

82 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 174.

83 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 370, l’allusion à L’Enfant et les sortilèges.

84 . Cf. Écrits, op. cit., p. 27. On voit très bien comment cette sensibilité poétique, qui le conduit à regarder dans un Code le paysage sur lequel il s’est détaché, est différente de la sensibilité poétique du panjuriste qui, à l’inverse, en projetant sur ce paysage les qualifications du Code, l’anéantit en tant que tel. Dans un cas, il y a perception du monde au travers du droit et grâce au droit, dans l’autre, aplatissement du monde par le droit. Voilà pourquoi une métaphore (théâtrale) rapproche dans ce passage, en termes exprès, le droit et la littérature. Car le « décor », dont il est important de saisir le message, c’est le non-droit, qui donne tout son sens au dynamisme du droit.

85 . Ce n’est pas un hasard si, depuis 1988, Flexible droit emploie deux fois, à la table des matières, l’intitulé « Variations ». Mais le mot, ce n’est pas son moindre avantage, offre aussi ses connotations d’histoire religieuse.

86 . Cf. l’étude « L’amour sans la loi » (Coligny ou les sermons imaginaires, Paris, PUF, 1982, p. 117, repris dans Écrits, op. cit., p. 151) : « Le protestantisme français s’était enfoncé dans le non-droit, il fit sa rentrée dans le droit… par le fait ».

87 . Cf. Flexible droit, op. cit., p. 338.

88 . Cf. Frydman B., Le Sens des lois, op. cit., chapitre III, « Le modèle patristique ».

89 . Cf. Fontanier J.-M., La Beauté selon saint Augustin, 2e édition, Presses universitaires de Rennes, 2008.

90 . Dès la première édition de Flexible droit (p. 186 sq.), Jean Carbonnier présentait l’harmonisation du modèle législatif avec la pratique effective comme conforme aux exigences de l’elegantia juris. L’horizon esthétique du droit se dessine donc d’emblée dans cet incessant aller-retour entre le fait et le droit que, de son côté, la littérature ne s’est pas fait faute de faire miroiter.

91 . Cf. Coligny..., op. cit., p. 50.

92 . Après le bilan de Paolo Carla, voir « Humanisme juridique du XXe siècle », in Laboratoire italien Politique et Société, 5-2004, celui de Martial Poirson « Si loin, si proche : Law’s stories. Le croisement des perspectives et des points de vue », Cycnos, 19-2, 2002, p. 11-32.

93 . Le dernier mot de sa Sociologie juridique est « rêver ».

94 . Cf. Écrits, op. cit., p. 2006.

95 . Ibid., p. 1214.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search