Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Témoignages

En hommage à Jean Carbonnier

Norbert Rouland

Texte intégral

1Comme la plupart des étudiants en droit du début des années soixante, j’ai d’abord connu Jean Carbonnier via son Manuel de droit civil. Un gros volume de la collection « Thémis », de couleur jaune. Ce que nous appelions familièrement : « un pavé ». La forme attirant le fond, j’avais imaginé l’auteur comme un personnage râblé, fortement charpenté, une sorte de rugbyman du droit. En tout cas, quelqu’un de fortement imposant par son physique.

2Quelques années plus tard, j’étais devenu assistant à la faculté de droit d’Aix-en-Provence, qui organisait un colloque, présidé par Jean Carbonnier. On m’avait demandé d’aller l’accueillir à la gare de Marseille et de le conduire à son hôtel d’Aix-en-Provence. J’étais évidemment très intimidé, mais en même temps très curieux de découvrir ce personnage. J’étais sur le quai, devant la portière de sa voiture. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment je l’ai tout de suite reconnu, alors qu’il était tellement différent, physiquement parlant, de ce que je croyais : de petite taille, presque fluet. Je me suis présenté et je me souviendrai toujours de son adresse : « Bonjour, cher collègue ». Cher collègue ! à moi qui n’étais qu’un jeune assistant, face à ce monstre sacré ! Quarante ans après, je n’ai pas oublié cet instant et toute la délicatesse dont il était porteur.

3Le colloque s’est déroulé et j’ai commencé à découvrir le personnage qu’était réellement Jean Carbonnier, sa modestie, sa rigueur assouplie par son sens du relatif. J’ai été particulièrement frappé par la profondeur historique de ce civiliste, moi qui essayais de devenir historien du droit. Un bel exemple de décloisonnement des savoirs, qui me séduisait déjà.

4Par la suite, et jusqu’à sa mort, nous avons toujours correspondu. Je lui envoyais mes textes, il me faisait part de ses remarques, toujours sur un ton très aimable et encourageant. Cela même lorsque nous n’étions pas d’accord – ce qui était très rare -, par exemple sur la question du pluralisme juridique, qu’il envisageait avec une certaine méfiance alors que c’était un axe essentiel pour l’anthropologue du droit que je devenais peu à peu.

5Peu avant sa mort, j’appris par des collègues parisiens qu’il souffrait d’une certaine solitude et aussi d’un zona qui le torturait. Même si j’étais à huit cents kilomètres de lui, je me suis toujours reproché de ne pas lui avoir alors rendu visite. Mais dans sa correspondance, il mettait tellement de délicatesse qu’il arrivait à me faire croire que tout ceci était bien exagéré. C’est donc avant tout l’image d’un homme d’une extrême humanité et courtoisie que je conserve.

6Puis, évidemment, celle du savant à la culture si vaste, notamment sur le plan historique. De mon point de vue, il représente le Montesquieu du XXe siècle. Il connaissait l’anthropologie juridique, sous son ancienne version de l’ethnologie juridique. Mais il a tout de suite compris ce que signifiait le passage de l’une à l’autre. Et quand j’ai publié mon manuel d’anthropologie juridique, j’ai eu le bonheur qu’il en fasse un compte rendu élogieux. Il lui est arrivé de regretter, et de me l’écrire, que la sociologie et l’anthropologie juridiques ne soient pas davantage connues et enseignées dans notre pays. Mais il le faisait avec tant de sérénité et de confiance dans l’avenir que cela en devenait presque un réconfort !

7Pourquoi faut-il que de tels hommes meurent ? Question évidemment sans issue, autre que celle de la foi. C’est l’homme de foi, profondément engagé dans le protestantisme, que j’ai regretté de ne pas avoir connu davantage. Je ne sais d’ailleurs pourquoi. Je ne pense pas que sa discrétion aurait été telle qu’il aurait refusé d’engager le dialogue. Quant à moi, je l’aurais souhaité, sans jamais le lui avoir demandé : même si je ne peux me définir comme chrétien, l’éducation des jésuites, que j’ai profondément estimée, a laissé pour toujours en moi l’empreinte de Dieu. Une occasion manquée, donc, que je regrette profondément. Je suis tombé dans l’erreur si commune qui consiste à croire qu’on disposera toujours des gens que l’on aime.

8J’espère que de là où il se trouve en ce moment, il me le pardonne. Et je suis sûr qu’il va entendre ce que je voudrais lui dire. Un proverbe africain qu’il ne connaissait peut-être pas : « Un homme n’est vraiment mort que lorsqu’il n’y a plus personne pour penser à lui ».

9C’est dire que si Jean Carbonnier nous a été enlevé, il va mettre très longtemps à mourir.

Auteur

Membre de l’Institut Universitaire de France, (Chaire d’anthropologie juridique)
Professeur de Droit à l’université Paul Cézanne, Aix-en-Provence

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search