Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Témoignages

« Carbonnier, je t’aime1 ! »

Jacques Mulliez

Texte intégral

  • 1 . Inscription figurant sur une des pemières éditions de Flexible droit et émanant d’un lecteur de l (...)

1Je n’ai rien d’original à dire : ce que m’a apporté le doyen Carbonnier ne diffère en rien de ce qui a été évoqué par d’autres. Pour faire bref, je peux néanmoins dire qu’il m’a aidé à vivre dans un milieu, celui des enseignants du droit, dans lequel j’ai toujours eu le sentiment d’être un étranger.

2J’ignorais tout du droit, lorsque j’ai, dans les années soixante du siècle dernier, échoué à la faculté de droit de Paris au terme d’une scolarité ratée, couronnée par quatre échecs successifs, à la Sorbonne, en propédeutique ! Pour autant, le droit m’a tout de suite passionné. Dans ces époques lointaines, le droit civil était enseigné, durant les quatre années de licence par le même professeur. J’ai donc suivi, pendant quatre années les cours de Jacques Flour. Comme me l’a dit le doyen Carbonnier : « ce n’est certainement pas la plus mauvaise école. » Certes ! Cependant, je dois dire qu’au sortir de quarante-cinq minutes extrêmement denses, il m’arrivait souvent de quitter « l’amphi », un peu, comment dire... « dessé ché » : la technique, la technique, la technique !

3Alors, le soir, après avoir mis en bon ordre mes notes de cours, j’ouvrais le manuel du doyen, me précipitais sur les notes en petits caractères et il s’en échappait à chaque fois le souffle de la vie ! Quel bonheur ! Mais si ! J’ai éprouvé et j’éprouve toujours d’ailleurs, du bonheur à le lire et à le relire. Je n’étais certes pas le seul ! Voyez cette déclaration d’un lecteur de Flexible droit dans un exemplaire conservé à la bibliothèque Cujas : « Carbonnier, je t’aime ! » Cri d’un étudiant, au crayon, en marge. J’avais cité ce cri du cour, en note, dans un article manuscrit traitant du droit révolutionnaire de la paternité, mais le doyen, dont la lecture était extrêmement attentive, m’avait alors demandé de le supprimer et pourtant il traduisait bien cette vénération que lui portaient les étudiants qui ont eu la chance de suivre ses cours, ce qui hélas n’a pas été mon cas. Cette vénération, dois-je le rappeler, ne correspondait pas au sentiment de certains des enseignants d’alors : il me souvient que l’assistant assurant les travaux dirigés de droit civil en première année nous avait formellement déconseillé le manuel du doyen Carbonnier au profit du « Mazeaud ». Il me souvient encore qu’un président de jury du concours d’agrégation d’histoire du droit, lors de « la journée des pleurs » m’avait asséné et assommé de cette sentence : « Carbonnier n’est pas un juriste, c’est un sociologue ! » – le même d’ailleurs, à la même occasion, venait de me dire pis que pendre des travaux de Georges Duby !

4Je m’étais inscrit à la faculté des lettres par goût de l’histoire. En faculté de droit j’ai persévéré en choisissant systématiquement, parmi les matières en option, les enseignements d’histoire du droit et là encore, et peut-être surtout là, le manuel et les écrits du doyen m’ont été particulièrement nécessaires, ont constitué, le mot n’est pas trop fort, un antidote.

5Ayant opté pour l’histoire du droit tout en demeurant passionné par le droit de la famille, par son évolution prodigieuse et par l’apport essentiel du doyen Carbonnier, c’est encore grâce à lui que j’ai découvert le droit révolutionnaire de la famille. Il suffisait, pour ce faire, de lire avec attention les fameuses notes en petits caractères et de se reporter aux ouvrages cités. Ce droit-là était le plus souvent, au moins à la faculté de droit de Paris, dans ces années-là, traité par le mépris, la dérision voire la haine et de façon plus générale, ignoré. Pour l’étudiant que j’étais, il apparaissait ainsi que l’histoire du droit privé s’arrêtait véritablement à la fin de l’Ancien Régime puisqu’après la regrettable parenthèse révolutionnaire (le fameux « droit intermédiaire » et il faudrait bien s’intéresser à la naissance de ce concept) il était en quelque sorte convenu qu’avec le Code civil de 1804, on entrait dans le domaine du droit positif, ce qui, étant donné l’extraordinaire stabilité du droit matrimonial jusque dans les années soixante, pouvait, il est vrai, se concevoir.

6Quoi qu’il en soit, ce n’est qu’à l’occasion du bicentenaire de la Révolution que j’ai rencontré, pour la première fois, le doyen Carbonnier : j’ai sonné à sa porte, rue de Vaugirard, sans rendez-vous, sans recommandations et de surcroît les mains pleines de cambouis car, en venant, la chaîne de mon vélo avait sauté ! Et il m’a reçu avec une gentillesse qui, aujourd’hui encore, m’émerveille. Il m’a reçu et écouté avec attention, je dirais avec une attention affectueuse et cette manière de faire et d’être m’était alors particulièrement nécessaire : j’avais rédigé un très long article (correspondant à un cours que j’avais créé à l’université Paris I, cours commun aux étudiants juristes et littéraires) dont le titre provisoire était le suivant : « Du caractère pervers du mariage prouvé par les principes du droit civil » et je venais de m’entendre dire par un historien du droit reconnu que ce travail était « exécrable » – Jacques Lelièvre en qui j’avais toute confiance m’avait de son côté fermement conseillé de ne jamais publier ce travail si je voulais vraiment un jour être agrégé d’histoire du droit ! Mon directeur de thèse, quant à lui, au terme d’une lettre de démolition de plusieurs pages terminait sa philippique en déclarant cet article « scandaleux ».

7Quel réconfort, c’est peu dire, pour moi, de m’entendre dire, une semaine plus tard, après lecture, par le doyen Carbonnier qu’il appréciait « grandement » mon travail ! À partir de ce moment, lors de mes passages à Paris, je m’arrêtais rue de Vaugirard pour l’entretenir de mes travaux et projets de recherche, sur l’origine du « droit des enfants » en particulier, et ce qu’il y avait de merveilleux pour moi, c’est que pendant toute la durée de ces entretiens j’avais l’impression délicieuse d’être intelligent !

8Je dois dire encore que sa correspondance, notamment lorsque j’ai été nommé profes seur en Guadeloupe m’a été d’un grand secours. C’est grâce au Doyen que je me suis intéressé de près à l’histoire des institutions de l’île et à la force de la coutume dans la société guadeloupéenne. C’est lui qui m’a mis sur la piste des cours de droit colonial qui m’ont permis de créer un cours d’histoire des institutions de la Guadeloupe, ce qui n’avait jamais été fait à Pointe-à-Pitre où le cours d’histoire de première année était plutôt de la veine « nos ancêtres les Gaulois ». Une dernière anecdote pour terminer et qui me paraît bien mettre en évidence un des aspects, pour moi des plus plaisants, de la personnalité de Jean Carbonnier : en réponse à un petit mot lui annonçant un de mes nombreux échecs au concours d’agrégation d’histoire du droit, j’ai reçu la réponse suivante : « le jury n’a pas apprécié vos travaux, tout est dit. Vous en ferez de bien bêtes et tout ira pour le mieux ! »

Notes

1 . Inscription figurant sur une des pemières éditions de Flexible droit et émanant d’un lecteur de l’ouvrage à la bibliothèque Cujas.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search