Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Témoignages

Témoignage. Pour Jean Carbonnier (et pour René David)

Catherine Labrusse-Riou

Texte intégral

1C’était l’année 1958, j’avais vingt ans et arrivais de Provence, licenciée en droit (je n’ai compris que bien plus tard pourquoi le droit fut mon chemin universitaire !), inscrite dans le DES (Diplôme d’études supérieures, bientôt changé en DEA puis en Master) de droit public, dominé par de très grandes figures, Charles Eisenman, Jean Rivero, Paul Reuter, entre autres professeurs de renom. Outre les cours fondamentaux de la discipline, des matières à option devaient être choisies par l’étudiant, et parmi ceux-ci mon choix s’est porté sur deux cours assurés par des privatistes, le « droit comparé » par René David et la « sociologie juridique » par Jean Carbonnier, le premier ouvrait l’horizon auraisdelà des frontières, le second l’ouvrait sur la vie dans tous ses méandres et sur une compréhension du droit par ce qui n’est pas le droit, tel qu’entendu par une orthodoxie académique, autrement plus libérale d’ailleurs qu’elle ne l’est devenue de nos jours où l’on se prive plus volontiers de pensée que de technique. J’avais déjà eu d’excellents professeurs à Aix-en-Provence où le droit civil m’a été enseigné de façon considérée comme iconoclaste par un très grand juriste, pétri de culture et d’expérience juridiques comme il en était de nombreux dans le Sud, lequel traitait la théorie générale du contrat à partir des contrats de vente et de travail, les deux contrats essentiels à la vie, selon lui et par lesquels toute la théorie générale pouvait passer de manière dynamique. Je n’en compris que bien plus tard les mérites pour la théorie générale elle-même. Mais, en 1958, le droit m’apparaissait encore comme un univers brumeux, opaque dont l’horizon que je mettais dans la Justice par idéalisme adolescent se dissolvait dans son étude même, et je ne lui aurais probablement pas consacré ma vie professionnelle, ni au droit privé ma spécialisation si Jean Carbonnier et René David n’avaient, de manière si inattendue pour moi, provoqué de tels appels d’air. Ils pouvaient nous offrir ce luxe car ils pouvaient se l’offrir à eux-mêmes : luxe d’entreprendre des chemins de traverse, de faire des pas de côté, de retourner les médailles, de regarder autrement, par d’autres moyens, de trouver de nouveaux sens aux mots comme de revenir à leur sens commun oublié des juristes, et de traiter devant nous des « choses de la vie » dans le droit (c’est ce titre qui est donné à une rubrique de commentaires législatifs dans la revue trimestrielle de droit civil depuis quelques années, mais à cette époque, la vie n’apparaissait pas comme un mot du droit). Le droit privé c’était la vie, nos vies, et pour cela il m’attira plus que la hiérarchie des normes malgré la splendide et pathétique logique de Kelsen.

2L’un et l’autre sont devenus des guides, des exemples inimitables pourtant, des soutiens presque paternels jusqu’à la fin de leurs jours pour cette jeune fille de vingt ans qui eut la chance inouïe de parvenir à aimer le droit, du moins à aimer un peu de ce qui fait le droit ici ou ailleurs, grâce à eux. Pourquoi ces deux maîtres qui m’ont entraînée, sans s’en douter, dans le droit privé ? Parce que quelques années plus tard ils ont consacré ma vie d’étudiante par l’attribution du titre de docteur en droit, quelques jours avant mon mariage, et invitée à dîner chez les David devenus ensuite de véritables amis, tandis que Jean Carbonnier ne me refusait jamais les entretiens que je sollicitais fréquemment de lui en quête de conseils et de réassurance, d’autant plus attendus de lui que mes origines cévenoles et protestantes m’ont placée d’emblée dans des interrogations récurrentes sur le droit auxquelles Jean Carbonnier apportait des réponses aussi instruites qu’inspirées.

3C’est de Jean Carbonnier, dont je veux évoquer quelques-uns de ces souvenirs qui ponctuent la mémoire de la transmission et la représentent comme autant de signes de vie au-delà de la mort. Je me contenterai de propos recueillis lors de ces entretiens singuliers ou glanés au fil de quelques colloques dans les discussions. Il faudrait aussi retrouver des phrases toujours étonnantes dans ses lettres, lettres de remerciements à des envois d’articles ou d’ouvrages où il découvrait toujours quelque chose que l’on ignorait ou nous révélait ce que l’on ne savait pas sur ses propres écrits. Toujours un autre regard, vivifiant, revivifiant. Alors qu’ai-je retenu de ses paroles qui puisse nous parler encore dans le contexte si profondément modifié du droit positif actuel ?

  • Quelques années après mon retour d’Allemagne à propos des trois K caractérisant péjorativement les femmes, Kirche, Küche, Kinder, « Ce sont quand même les trois choses les plus intéressantes dans la vie ! » (propos repris dans son traité de droit civil).
  • « Faites attention, à trop contractualiser l’autorité parentale on risque fort d’accréditer de sordides trafics d’enfants »,
  • « Il n’est pas nécessairement besoin de couverture juridique pour entretenir, guider, assister un enfant qu’en fait on élève, mais il est nécessaire que l’autorité reste attachée aux filiations » (Avis aux délégations d’autorité parentale, à la dissémination de ce pouvoir entre trop de mains, aux mères de substitution, etc.).
  • « Dans les débats sur le divorce, il n’y en a que pour les « divorçant » et les divorcés, mais pourtant, en légiférant sur le divorce il faut penser à tous ceux qui ne divorcent pas » (Avis aux lobbyistes en tous genres qui veulent la loi pour eux).
  • « Avez-vous déjà eu peur, vraiment peur ? Voyez-vous il m’arrive parfois d’éprouver le droit comme la peur » (relire La Part du droit dans l’angoisse contemporaine).
  • « Le grand danger du protestantisme, c’est l’orgueil, l’orgueil de la modestie ! » (Pourquoi avoir refusé la Légion d’honneur ?)
  • À propos d’un numéro de la revue Corps écrits sur le thème « Naître », « La naissance, ce fait répété à des millions d’exemplaires et pourtant toujours unique, parmi tous ces textes qui en parlent, je retiens ceux qui font briller le diamant pur du droit. » Suivit un bref échange sur le droit comme pierre précieuse et rayonnante.
  • À propos des œuvres ou auteurs à publier dans la défunte collection Doctrine juridique aux PUF « Le très grand bouleversement de l’Europe, ce n’est pas comme l’on croit la seconde guerre mondiale, mais la première. Elle a coupé les ponts pour les juristes notamment entre la France et l’Allemagne. Pour le comprendre, il faudrait publier les préfaces aux éditions successives des grands traités d’auteurs qui avaient de la sympathie pour leurs collègues allemands, Duguit par exemple, et noter comme le ton mais surtout la pensée ont changé après 1918 ; il faut dire qu’il y avait perdu trois fils. »
  • À propos de la dernière réédition des ouvrages de droit civil de la collection « Thémis », « Non je n’ai pas besoin d’aide et je ne veux pas d’héritier. Après moi, il faudra faire autre chose. » Il donna quelques idées de rénovation et sur l’information de la décision déjà prise sous réserve de son accord de publier en l’état la dernière édition des cinq volumes, afin que ces livres restent accessibles, il ponctua « C’est ça, momifié ! » Non dis-je, toujours vivant.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search