Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Témoignages

Lettre

Antoine Garapon

Texte intégral

Chers Amis,

1Retenu par un enseignement à l’étranger, je suis très frustré de ne pouvoir célébrer avec vous la mémoire de notre maître Carbonnier, et vous prie de bien vouloir m’en excuser.

2J’ai suivi son enseignement dans le cadre du DEA de sociologie du droit en 1975-76. Les étudiants venaient de divers horizons et parmi eux figuraient beaucoup d’étrangers : mon voisin immédiat, Julio Iglesias de Ussel, deviendra ministre de l’Enseignement supérieur du gouvernement espagnol, un autre, professeur à l’université de droit du Caire. Nous avons assisté avec émotion à son dernier cours : nous nous trouvions dans la salle ordinaire et, à la pause, un certain nombre de ses collègues sont entrés silencieusement en robe dans le fond de la salle. Il a continué son cours jusqu’à la fin de l’heure comme si de rien n’était, et puis a prononcé une de ces phrases lapidaires et énigmatiques dont il avait le secret : « vous avez choisi de vous intéresser à la sociologie du droit et vous avez raison car c’est dans les mœurs que l’on trouve l’explication de bien des règles ; mais ne méprisez pas le droit dogmatique (c’est ainsi qu’il appelait le droit positif) et, ajouta-t-il, souvenez-vous de moi », puis il se retira sous un tonnerre d’applaudissements.

3J’espère avoir observé cette triple recommandation que notre maître nous a léguée. En m’engageant tout d’abord dans une thèse sur la dimension rituelle du procès sous sa direction (je crois d’ailleurs avoir été son dernier étudiant puisqu’il prit sa retraite en juin 1976). Il fut un directeur de thèse attentif, disponible et gai. À la fin d’une séance où je lui exposais des thèses hardies sur la robe judiciaire et la nudité rituelle de l’accusé dans le procès pénal, qui ne l’avaient pas convaincu, il m’indiqua à la fin de l’entretien, la direction du portemanteau en me disant : « Allez vous rhabiller ! » Avec ce sourire malicieux que nous lui connaissions tous. Une autre fois au nouvel an – faisant allusion à la thèse qui n’avançait pas assez vite à son goût ? –, il me demande : « Comment va votre œuvre ? » Et alors que je bredouillais quelques explications, il m’interrompit en disant : « Rassurez-vous, il n’y a que la grâce qui sauve ! » J’aurais été très heureux d’être là parmi vous ce matin pour évoquer sa mémoire et « se souvenir de lui » et accomplir ainsi sa troisième recommandation ; mais le plus bel hommage que nous puissions lui rendre ne consiste-t-il pas à perpétuer son esprit, c’est-à-dire à continuer de combler le fossé entre le droit et les mœurs, sans jamais mépriser le droit dogmatique ? Ce sont les objectifs de l’Institut des hautes études sur la justice, que Jean Carbonnier a aidé dans ses débuts. Le soutien indéfectible et bienveillant qu’il a apporté à toutes mes entreprises a été pour moi très précieux, jusqu’à notre dernière entrevue, pour une émission de radio à laquelle il s’est livré de bonne grâce, alors que je sentais que cela l’inquiétait un peu, car il n’était pas accoutumé à cet exercice médiatique. Son intelligence, sa délicatesse, ses convictions si profondes et en même temps si pudiques, ne cessent de m’habiter depuis ce premier cours de 1976 ; c’est dire si ma dette à son égard est immense.

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search