Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Témoignages

L’esprit de la collection : « Les grands juristes contemporains »

Yves Chaput

Texte intégral

1La réalisation, par le doyen Jean Carbonnier, d’un CD de sociologie du droit peut, aussi, s’illustrer avec des souvenirs qui bien que, ou parce qu’ils sont anecdotiques révèlent l’étendue du rayonnement de la pensée du doyen Carbonnier, sans laquelle « le droit ne serait que ce qu’il est ». Trois anecdotes :

Le souffle créateur

2Les étudiants négligent souvent, à tort, les introductions. Aussi, avait été décrite comme innovante, lors d’une réunion du Comité de direction du LADEF-SORBONNE, la distribution de « cassettes audio » d’introduction à tous les étudiants de licence en droit des affaires de Paris I.

3Le doyen Carbonnier évoqua alors le désir qu’il avait eu de transmettre à ceux qui se trouvaient écartés des Facultés, une pensée juridique qui ne resterait pas prisonnière. C’était l’époque de l’Occupation.

4Le président Robert Badinter suggéra un nouvel enregistrement du Doyen pour les générations futures. La collection venait de naître, comme témoignage d’une époque où la doctrine française se révéla riche en maîtres authentiques et où la parole n’était pas galvaudée.

Le témoignage profane

5L’enregistrement achevé, revenant en taxi avec le doyen Jean Carbonnier, une manifestation nous obligea à le déposer avant d’arriver à son domicile. Nous le vîmes partir, je ne dirai pas « les mains dans les poches », mais d’un pas alerte. Encore sous le charme de la vivacité de sa conversation, j’entendis le chauffeur : « Qui c’est, cet homme-là ? C’est un génie ! » Qu’il fut juriste (notamment) le surprit, mais n’en modifia heureusement pas son opinion.

À chacun « sa » vérité

6Ayant refusé que le CD fût accompagné de sa photographie, le doyen Carbonnier nous offrit cette image (allégorie, métaphore, symbole ?) qu’en cuistre trop pressé, nous interprétâmes pompeusement : la sociologie redressant la balance de la justice... sous l’inaccessible étoile !

7Son sourire (amusé ?) arrêta toute exégèse hasardeuse. Pourquoi vouloir, par des mots, réduire à une seule dimension ce qui s’est enrichi de la parole, de l’image et même de la « Petite musique de nuit ».

8Le puzzle ne livre son secret qu’à celui qui saisit l’ensemble et les détails d’un seul regard !

Auteur

Professeur à l’université Paris I – Panthéon-Sorbonne

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search