Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Allocutions d’ouverture

Témoignage. Tout nous séparait, tout nous rapprochait

Mireille Delmas-Marty

Texte intégral

1Jean Carbonnier, je l’ai toujours considéré comme le maître dont j’aurais rêvé suivre les enseignements, mais les hasards d’affectation des cours à la faculté de droit de Paris ne l’ont jamais permis. J’ai vraiment commencé à étudier son œuvre lorsque j’ai dû moi-même enseigner l’introduction au droit, puis le droit de la famille, à mon arrivée comme jeune agrégée à l’université de Lille. J’étais si fascinée par ses ouvrages que mon premier « Que sais-je ? », publié en 1972 (Le Mariage et le divorce), le cite quasiment à toutes les pages.

2Quelques années plus tard, ayant admiré sa conception ouverte d’un droit en relation avec le monde réel, et désireuse de le consulter sur mon projet de publier un essai sur le droit pénal, je lui avais rendu visite, très émue de le rencontrer et de lui exposer un peu naïvement mon enthousiasme. Dans un premier temps, son commentaire, souriant et un peu ironique, m’avait laissée perplexe : « Si vous avez un tel désir d’écrire ce livre, faites-vous ce plaisir. » Manifestement, il ne croyait guère à mon projet, mais il m’aida néanmoins à le réaliser en m’indiquant des pistes, et notamment en m’incitant à lire les travaux de Raymond Verdier sur la vengeance. M’orientant ainsi vers une vision plus large de cette étude qui devint Les Chemins de la répression.

3Cette lecture suscita la naissance de relations amicales et confiantes qui durent encore aujourd’hui et me valent l’honneur de publier ce très bref témoignage.

4Par la suite, je pris l’habitude d’envoyer mes livres à Jean Carbonnier. Il me répondait toujours, avec cet art de dire en peu de mots l’essentiel d’une pensée toujours profonde et toujours originale. Et c’est ainsi que je pris peu à peu conscience de cette contradiction : tout nous séparait, alors même que je le considérais comme un modèle dont j’aurais tant voulu me rapprocher.

5Ce qui nous séparait ? J’ai la conviction que le droit peut avoir un rôle novateur et être conçu comme en perpétuel devenir. Un devenir désormais inspiré du droit comparé et des divers processus, interactifs et évolutifs, d’internationalisation, qu’évoque d’ailleurs le nom de ma chaire au Collège de France (« Études juridiques comparatives et internationalisation du droit »). En ces temps où la construction européenne se fait de plus en plus juridique, anticipant parfois, au croisement de la globalisation économique et de l’universalisme des droits de l’homme, le mouvement dit de mondialisation, le droit me semble plus que jamais nécessaire. À condition de repenser le formalisme juridique, dans la perspective nouvelle, et plus complexe, d’un droit qui ne s’identifie plus à l’État mais se développe à la fois avec et en dehors des États et qu’il prenne une forme internationale, transnationale, ou même supranationale.

6En revanche, Jean Carbonnier, dès les premières pages de son célèbre Flexible droit, exprime son scepticisme à propos du droit :

  • 1 . Carbonnier J., Flexible droit. Textes pour une sociologie du droit sans rigueur, Paris, LGDJ, 4e (...)

Sa rigueur, il ne l’avait que par affectation ou par imposture… sinueux, capricieux, incertain, tel qu’il nous est apparu – dormant et s’éclipsant, changeant mais au hasard et souvent refusant le changement attendu, imprévisible par le bon sens comme par l’absurdité1.

  • 2 . Carbonnier J., Droit et passion du droit sous la VeRépublique, Paris, Flammarion, 1996, p. 56.

7Il ne croyait guère aux vertus des droits de l’homme, redoutant leur effet de « pulvérisation » du droit objectif en droits subjectifs bâtis sur des fondements incertains : constatant qu’aucun secteur du droit n’est à l’abri de la dynamique créée par la Convention européenne des droits de l’homme qui oblige les États à légiférer en des domaines où nul n’osait s’aventurer, ou à modifier de très anciens et subtils équilibres, il écrivait plaisamment : « La Cour de Strasbourg est sortie de son lit ; l’ennui est que l’on ne voit pas comment l’y faire rentrer2. » Qu’il s’agisse de la cour de Strasbourg ou de celle de Luxembourg, Jean Carbonnier était peu séduit par ces droits venus des traités européens, sans histoire ni territoire, et qu’il nomme « droits de nulle part », ajoutant, persifleur,

  • 3 . Ibid., p. 48.

de nulle part, cela pourrait se dire en grec utopie ; mais les utopies sont poétiques, aériennes, tandis qu’autour des droits européens il s’est constitué une telle capitalisation d’intérêts et d’ambitions qu’il faudrait rien de moins qu’une éruption de volcan pour faire crouler ces babylones juridiques3.

8Quant au droit comparé, il s’en méfiait, comme il se méfiait du droit international privé :

  • 4 . Ibid., p. 45.

plus il y a de lois qui s’entrechoquent, plus la passion du droit devient enivrante. Tel le métier de changeur qui s’épanouit dans la multiplication des monnaies4.

  • 5 . Carbonnier J., Coligny, ou les sermons imaginaires, Lectures pour le protestantisme français d’au (...)
  • 6 . Carbonnier J., Droit et passion du droit sous la VeRépublique, op. cit., p. 11.

9Et pourtant, ce qui nous rapprochait malgré tout, c’était la conscience du rôle modeste du droit, que Jean Carbonnier rattache à la pensée, si souvent déformée, de Calvin, « qui ne fut pas le légiste rebouilli, le juriste racorni, que trop souvent on a peint », mais, notamment dans son deuxième sermon sur le Deutéronome, un jeune humaniste qui ne paraît pas tellement familier avec les arcanes du droit et refuse « la conception orgueilleuse, apollinienne, d’une science qui se suffit à elle-même et peut tout résoudre5 ». Je crains comme lui les ravages de la dogmatique juridique quand elle devient rigide, ainsi que les risques d’une instrumentalisation à des fins politiques. Songeant pour ma part aux promesses impossibles à tenir d’un droit pénal supposé éradiquer toute violence, je crois utile de rappeler que le droit pénal n’est pas là pour supprimer la violence (qui est à sa façon signe de vie), ni même pour la canaliser, mais seulement, beaucoup plus modestement, pour ramener la paix, après la violence. En somme, si le droit n’est pas impuissant, il n’est pas non plus tout puissant et le panjuridisme, qui substituerait le champ juridique au champ culturel ou politique, peut en effet « mettre la raison en déroute6 ».

10Du « flexible droit » au « flou du droit », auquel j’ai consacré un livre et de nombreux articles, il existe d’ailleurs une parenté, même si la flexibilité est plus sage car elle reste linéaire et se situe à l’intérieur d’un ordre juridique donné. Alors que le flou, plus fortement perturbateur, pourrait, à condition d’obéir à un formalisme différent de la logique binaire, ouvrir la voie à d’autres modes de raisonnement. Évoquant les fuzzy sets (ensembles flous) fondés sur une graduation qui substitue la proximité à l’identité, et la compatibilité à la conformité, le flou facilite l’appartenance simultanée à des ordres juridiques différents et permet ainsi l’émergence d’un droit commun non uniforme.

11Même ce terme de droit commun, qui avait tout pour déplaire à Jean Carbonnier, nous aura rapprochés, comme il sut un jour le suggérer, en réponse à l’envoi de mon livre intitulé Pour un droit commun, en évoquant notre commune tradition protestataire : « Votre droit commun, ce que je redoute en lui, c’est qu’un Louis XIV ne s’en empare et n’y établisse une monarchie universelle. Où fuirons-nous alors, vous et moi ? » Ajoutant, non sans humour, « Je vous concède que l’heure n’est pas venue d’y aviser ». Marquée par cette allusion discrète à nos chères Cévennes, où les dragons de Louis XIV ont laissé des souvenirs tragiques dont Jean Carbonnier entretenait la mémoire comme conservateur du Musée du Désert, je n’ai jamais oublié cette mise en garde, à laquelle j’ai, quelques années plus tard, tenté de répondre en publiant, le Pluralisme ordonné, précisément comme alternative à une mondialisation de type hégémonique.

  • 7 . Ibid., p. 134.
  • 8 . Valéry P., « Au platane », in Œuvres, Paris, Gallimard, « La Pléiade », vol. 1, p. 113 sq.

12Car enfin, ce qui nous rapproche plus profondément encore, c’est le grand refus, le « non lancé aux idoles ». Ce n’est pas si simple, écrit-il « dans un pays où l’idole fait partie du paysage7 ». Et je prendrais volontiers, comme symbole du refus de l’inacceptable, le vers de Paul Valéry qu’il avait choisi de citer en tête de la deuxième partie de son livre sur l’amiral de Coligny, et dont il aurait pu faire le titre de tout l’ouvrage : « Non, dit l’arbre. Il dit : Non8 ! »

Notes

1 . Carbonnier J., Flexible droit. Textes pour une sociologie du droit sans rigueur, Paris, LGDJ, 4e éd., 1979, p. 2.

2 . Carbonnier J., Droit et passion du droit sous la Ve République, Paris, Flammarion, 1996, p. 56.

3 . Ibid., p. 48.

4 . Ibid., p. 45.

5 . Carbonnier J., Coligny, ou les sermons imaginaires, Lectures pour le protestantisme français d’aujourd’hui, Paris, PUF, 1982, p. 50.

6 . Carbonnier J., Droit et passion du droit sous la Ve République, op. cit., p. 11.

7 . Ibid., p. 134.

8 . Valéry P., « Au platane », in Œuvres, Paris, Gallimard, « La Pléiade », vol. 1, p. 113 sq.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search