Version classiqueVersion mobile

Jean Carbonnier. L’homme et l’œuvre

 | 
Raymond Verdier

Allocutions d’ouverture

Ouverture

Philippe Guttinger

Texte intégral

1Chers collègues, chers participants au colloque,

2Le doyen Jean Carbonnier ne fut pas professeur à l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Tout au plus, c’est à une enseignante-chercheur de notre université, Madame Frédérique Niboyet, que le Prix Carbonnier a été remis hier par la Mission de recherche Droit et Justice pour sa thèse L’Ordre public matrimonial. Mais, il faut reconnaître le rôle essentiel joué par notre collègue Raymond Verdier dans la collecte et la publication des Écrits de Jean Carbonnier. Un ouvrage qu’à ma grande joie il m’a remis et qui, dans les soirées suivantes, est devenu mon livre de chevet. Il faut également reconnaître qu’au-delà de l’ambition de rendre un hommage à la pensée et à l’œuvre d’un grand juriste qui nous a tous marqués, le thème du colloque est au cœur de l’identité même de l’université où vous vous trouvez aujourd’hui.

3En effet, Paris Ouest, grosse université de 31 000 étudiants, est non seulement la seule université d’Île-de-France dans laquelle sont représentées toutes les disciplines des Lettres, Langues et Sciences humaines et sociales – ces dernières entendues au sens large, incluant donc le Droit, l’Économie et la Gestion –, mais encore une université qui veut faire de sa pluridisciplinarité un atout essentiel de son offre de formation et de sa politique de recherche. Or, Jean Carbonnier, polyglotte par ailleurs, fut un juriste qui fit le pont entre les sciences juridiques et les autres sciences humaines et sociales. Aussi, au nom de la Présidente Bernadette Madeuf et de toute l’équipe qui l’assiste et dont j’ai l’honneur de faire partie, je tiens à remercier Raymond Verdier et les organisateurs du colloque d’avoir choisi notre université pour accueillir vos travaux.

4Et, pourtant, j’ai une gêne certaine à me présenter devant vous. Je n’ai pas réellement connu le doyen Jean Carbonnier comme enseignant ou comme chercheur alors que mon âge m’aurait permis de le connaître et je ne saurais, en conséquence, apporter le moindre témoignage personnel. Il est vrai que, lorsque je fis mes études à la faculté de Paris, le cours que dispensait Jean Carbonnier était un cours de sociologie juridique et de droit civil ; qu’aurait fait dans ce cours un jeune étudiant encore sous l’influence de l’orientation qu’il avait choisie, le droit public ?

  • 1 . Guttinger Ph., « Approche du paysage en droit français », Cahiers d’économie et sociologie rurale (...)
  • 2 . Carbonnier J., Droit civil, vol. II : Les biens, les obligations, Paris, PUF, « Manuels Quadrige  (...)
  • 3 . Il est évident que l’enclos est à la fois protection contre le bétail et limite juridique, mais l (...)

5Je ne saurais, cependant, oublier les talents de pédagogue de Jean Carbonnier : par pure curiosité, je suis allé deux fois dans la salle où il dispensait son enseignement et, à deux reprises, j’ai été ébloui. Cet adjectif n’est pas forcé et il m’en est resté une trace : lorsque j’ai besoin de me replonger dans le droit civil, mon premier geste est d’ouvrir l’un de ses manuels. Or, coïncidence – encore que la coïncidence existe-t-elle pour quelqu’un qui n’a jamais dissimulé sa foi ? – ce fut le cas pour le dernier article que j’ai rédigé, un article sur le paysage en droit français qui porte notamment sur la qualification juridique du paysage1. La lecture de ce manuel de droit des biens m’a permis d’approfondir mes hypothèses et mes raisonnements sur le couple droit et paysage, et notamment sur la qualification juridique du paysage à propos duquel la catégorie juridique « patrimoine commun » ne me paraissait guère satisfaisante. Or, tout l’apport de Jean Carbonnier est présent dans cet ouvrage2 : la clarté et la finesse de l’analyse bien sûr, mais aussi l’ouverture aux autres sciences humaines et sociales dans la fameuse rubrique « Pour aller plus loin ». L’auteur y montrait d’ailleurs son intérêt pour une discipline dont je n’ai pas vu le nom dans le programme des ateliers de l’après-midi, la géographie en l’espèce, et, en particulier, il se posait la question de l’influence du droit successoral sur l’origine du bocage3. L’étude des corrélations entre règles juridiques d’hier et d’aujourd’hui et types de paysage est encore à faire, mais il est évident que, sur le terrain, quand il m’arrive de me déplacer avec des collègues ou des étudiants paysagistes, je découvre – ou, du moins, j’en pose l’hypothèse – des traces matérielles susceptibles de s’expliquer par des règles juridiques.

  • 4 . Carbonnier J., Écrits, Paris, PUF, 2008, p. 381-402.

6Revenons à Jean Carbonnier : son ouverture aux autres disciplines est exceptionnelle et je crois être l’interprète de vous tous en l’affirmant. La lecture de l’un des articles reproduits dans les Écrits, « Communauté, communisme, propriété » (1944)4, devrait me conduire à reprendre, à partir de la notion de « patrimoine collectif » qu’il y développe, une réflexion que j’ai entamée dans cette même étude sur le paysage : ce dernier est, dans notre société d’aujourd’hui, l’objet de tensions permanentes entre trois types d’appropriation, l’appropriation privée, l’appropriation par l’État ou des collectivités territoriales qui se montrent soucieux d’exprimer leur droit de regard sur le devenir d’un paysage considéré, et l’appropriation collective par les habitants et usagers de ce dernier. Mais ouvrons encore plus largement les portes que nous a ouvertes Jean Carbonnier.

7« Ouvrons notre tente », proclamait un pasteur africain – Jean Carbonnier l’a très probablement connu – lorsqu’il demanda aux dirigeants de la Société des missions évangéliques de Paris de transformer cette institution afin qu’elle donne toute leur place aux jeunes Églises qu’elle avait fondées. Je disais tout à l’heure que Paris Ouest regroupait toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, mais le doyen est allé au-delà du périmètre de cette université : les sciences religieuses sont présentes dans son œuvre. Comment le petit-fils de deux Cévenoles ne se sentirait-il pas concerné par un professeur qui fut par ailleurs le conservateur du Musée du Désert ? Comment ne serait-il pas « ébloui » par les travaux de Jean Carbonnier rassemblés avec l’aide notamment du professeur Olivier Abel ?

  • 5 . La Fédération Protestante de France s’est prononcée pour une révision de cette définition posée p (...)
  • 6 . Carbonnier J., Écrits, op cit., p. 1334-1344 et 1358-1364.

8J’ai eu l’occasion à plusieurs reprises, dans le cadre de mes engagements dans le protestantisme, de travailler sur le droit des religions et, en particulier, sur les subtilités que les Églises protestantes, dans le cadre de la législation actuelle, doivent mettre en œuvre pour compenser la rigueur extrême de la définition de l’objet des associations cultuelles5. Mais le droit positif est ce qu’il est, avec ses défauts et avec ses qualités, et l’apport de Jean Carbonnier est, pour nous juristes, d’ouvrir des perspectives infinies de recherche sur le couple droit et religion. Je ne peux que vous inviter à vous reporter à deux de ses articles, « La Bible et le droit » (1961) et « Droit et théologie chez Calvin » (1965)6 et à les méditer ; je ne permettrais pas d’en dire plus car je serai intarissable. Place à vous tous maintenant.

9Le colloque est ouvert et il nous donnera l’occasion de revisiter la pensée si vivifiante de ce grand juriste que fut le doyen Jean Carbonnier.

Notes

1 . Guttinger Ph., « Approche du paysage en droit français », Cahiers d’économie et sociologie rurales, n ° 84-85, 2007, p. 11-59.

2 . Carbonnier J., Droit civil, vol. II : Les biens, les obligations, Paris, PUF, « Manuels Quadrige », 2004,.

3 . Il est évident que l’enclos est à la fois protection contre le bétail et limite juridique, mais le débat subsiste entre géographes, certains, pour expliquer la constitution de ce paysage, n’accordant au facteur juridique qu’une « légère primauté ancienne ».

4 . Carbonnier J., Écrits, Paris, PUF, 2008, p. 381-402.

5 . La Fédération Protestante de France s’est prononcée pour une révision de cette définition posée par la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. L’objet « exclusivement cultuel » de l’association cultuelle ne correspond pas en effet à la réalité des besoins et activités de ce type d’association qui, par exemple, ne saurait se désintéresser de la diaconie.

6 . Carbonnier J., Écrits, op cit., p. 1334-1344 et 1358-1364.

Auteur

Maître de conférences en Droit public, Vice-Président de l’université de Paris Ouest Nanterre La Défense Délégué à la formation et aux relations avec les milieux professionnels

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search