Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

À la rencontre...

 | 
Marie-Paule Berranger
, 
Myriam Boucharenc

Dédicaces

« Au séminaire »

Pierre Hyppolite et Virginie Schmitt

Texte intégral

1« Au séminaire » se croisaient khâgneux, normaliens, étudiants parisiens et provinciaux, futurs agrégatifs et jeunes chercheurs dont beaucoup sont entrés dans les ordres de la culture, de l’université ou de l’écriture. La plupart suivent encore, à distance muette ou bavarde, l’évolution des autres avec la bienveillance de ceux qui ont partagé une même expérience : le séminaire de Claude Leroy.

2Le séminaire était le lieu d’un partage des savoirs au plus près de l’actualité littéraire. Il fut, pour ceux qui à peine sortis des classes préparatoires du centre de Paris y découvrirent les débats de la critique et la littérature contemporaine, le lieu d’un engagement résolu du côté des modernes que les manuels d’histoire littéraire et les enseignements avaient jusque-là passablement ignorés. Le parcours sur le réseau express régional, depuis la gare du Châtelet, renforçait cette impression de rupture avec les forces centripètes de l’académisme littéraire. Ce transport favorisait les migrations, les échanges, les retrouvailles. La descente de la passerelle de la gare du RER débouchait sur un campus que nous apercevions rapidement avant de nous engager dans la grande barre rectiligne des bâtiments de l’université des sciences humaines qui égrenait à rebours les premières lettres de l’alphabet le long d’un couloir carrelé, aux murs couverts d’affiches marouflées, lacérées de slogans, de graffitis socio-politiques rappelant les expositions de Jacques Villeglé, jusqu’à la cafétéria, dernier point de ralliement avant la montée des marches du bâtiment des Lettres, l’accès au troisième étage et, après un bref passage devant les panneaux d’informations pédagogiques et administratives, l’entrée dans la salle du séminaire, ouverte sur la limite nord-ouest du campus. Quelle fut « La Leçon » de notre séminaire ?

Mode, moderne, modèles

3Le séminaire de Claude Leroy nous apportait une réflexion en prise directe avec la recherche littéraire, sociologique, philosophique et les enjeux de la création contemporaine. La littérature n’était plus considérée comme « une » mais plurielle à partir de la fréquentation de Baudelaire, Laforgue, Corbières, Lautréamont, Breton, Cendrars, Mandiargues, Artaud, Michaux, mais aussi Nabokov, Robbe-Grillet, Claude Simon, Marguerite Duras, Klossowski, Guyotat, nous inscrivant de plain-pied dans les crises de la modernité.

  • 1 Baudelaire Charles, « Tableaux parisiens », Les Fleurs du mal, (1857), in Baudelaire, Ouvres compl (...)
  • 2 Paz Octavio, Points de convergence. Du romantisme à l’avant-garde, trad. de l’espagnol par Munier (...)
  • 3 Mallarmé, « Crise de vers » [1892], in Mallarmé, Ouvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèqu (...)

4La référence baudelairienne aux « Tableaux parisiens1 » du théoricien du moderne, de l’éphémère et du transitoire, de la mode et du maquillage cristallise ce moment inaugural où le discours poétique et le discours critique prennent pour objet la modernité. Elle s’inscrit ainsi dans une périodisation critique et littéraire du moderne. L’exploration des champs du nouveau a favorisé l’analyse des « points de convergences », selon l’expression d’Octavio Paz2, de ceux qui ont revendiqué le changement en littérature et mis en cause la conception linéaire de l’histoire. L’analyse des lignes de force du Nouveau de la modernité scripturale nous a conduits à nous interroger sur la logique temporelle de l’histoire des formes de la littérature et plus généralement de l’art. Cette « archéologie du moderne » a mis en exergue l’affirmation d’une esthétique de l’inédit, du changement puis de la rupture comme une des catégories essentielles de l’histoire littéraire de la fin du xixe siècle et du xxe siècle : « crise du vers3 », crise de la prose, crise du roman, renouveau du théâtre… La modernité est vite apparue comme une succession de surprises, de conflits, de contestations, d’expérimentations. Du poème en prose à la prose poétique, de la contestation de la représentation à l’autoreprésentation, de l’antireprésentation à l’hyper-représentation, l’évolution de l’écriture a mis en évidence quelques-uns uns des mots d’ordre de la théorie et souligné la nécessité de prendre en compte les autres expressions du moderne qui n’existe pas sans un point de vue esthétique sur le monde. La mode, le moderne et le (s) modèle (s) sont ainsi liés, selon un cratylisme secondaire, questionnant l’immanence de la mode depuis le Traité de la vie élégante (1830) de Balzac au Système de la mode (1967) de Roland Barthes en passant par Du dandysme et de George Brummell (1843) de Jules Barbey d’Aurévilly et bien évidemment Le Peintre de la vie moderne (1863) de Baudelaire. Cette exacerbation du signe, du défi permanent, du culte de l’artifice et de l’antinature, s’est progressivement métamorphosée en figures de la pose, du glacé et du simulacre. Entre tradition du nouveau, ruptures, transgressions, conflits, défi, insolence, la modernité a révélé le pouvoir de la contestation de l’art et de la littérature.

  • 4 Baudrillard Jean, L’Échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences h (...)
  • 5 Eco Umberto, La Guerre du faux, Paris, Grasset, trad. de l’italien par Myriam Tanant avec la colla (...)
  • 6 Rosset Clément, Le Réel et son double. Essai sur l’illusion, Paris, Gallimard, 1976.

5La généralisation de la rupture dans la première moitié du xxe siècle a inscrit les auteurs dans un parti pris autosubversif favorisant le retournement de la critique et de la littérature contre elles-mêmes. La multiplication des effets de mise en abyme a contribué à produire une réception nouvelle. Les jeux intra- et intertextuels ont « pris en épingle » le discours, renvoyant le texte à sa nature de simulacre. Le texte a fait de l’autoreprésentation la matrice de sa création. Quels sont les enjeux d’un tel narcissisme textuel ? Le jeu avec les codes antérieurs s’est porté au cour même du langage et de la représentation littéraire sortant notamment la littérature du champ de l’expérimentation pure. Le postmoderne a ressuscité de façon transitoire, ironique, parodique, les codes du roman. L’autoréflexivité n’est qu’un des traits de l’auto-représentation du texte. La littérature critique s’intéresse aussi au commentaire des œuvres imaginaires, des œuvres projetées, des œuvres absentes au point de contester le partage strict entre le discours littéraire et le méta-discours critique. Elle a ouvert la possibilité d’une autre histoire de la relation narrative dont la littérature des possibles a depuis élargi le champ. La publication du Marc Ronceraille de Claude Bonnefoy dans la collection « Écrivains de toujours », au Seuil (1978), en offrait un bel exemple, déjouant toute attente en dépit de la surdétermination sémantique de leurs patronymes. Faussaires, faux, dupes, caractérisent le dispositif triangulaire de cette mystification programmée inaugurant de nouvelles liaisons dangereuses entre l’auteur, le lecteur et le livre. Les ouvrages de Baudrillard (L’Échange symbolique et la mort4) et d’Umberto Eco (La Guerre du faux5) ont ouvert la critique sur les différentes modalités de ces mystifications modernes sur le mode du faux, du simili, du pseudo et du simulacre mettant en cause le rapport entre le modèle et sa copie6. Le moderne semble non seulement travaillé par le deuil de l’auteur mais aussi par celui du réel. Les polémiques sur l’identité de l’auteur, ses impostures, ses alibis, ses pouvoirs ont succédé aux querelles de chapelle des surréalistes. Faut-il voir dans ce geste de retournement de la critique contre la littérature et le réel la fin programmée de la modernité littéraire ?

  • 7 Lyotard Jean-François, Monory Jacques, L’Assassinat de l’expérience par la peinture, Monory, Talen (...)
  • 8 Baudrillard Jean, Simulacres et simulation, Paris, Éditions Galilée, 1981.
  • 9 Reichler Claude, La Diabolie. La séduction, la renardie, l’écriture, Paris, Éditions de Minuit, «  (...)

6Mettre le réel sous l’autorité du texte et de la citation, c’est le réduire à l’ordre du discours et de la transtextualité, le sortir de la relation mimétique triangulaire. La post-modernité s’est inscrite dans l’imaginaire du fragment et de la pulvérisation des modèles, des plaisirs intertextuels et des perversions architextuelles. Le règne de la citation a instruit le procès de la mimèsis. Cette mise en cause de l’origine se retrouve dans les arts contemporains qui, comme l’hyperréalisme ou les arts numériques, sortent du registre de la représentation illusionniste en utilisant la photographie comme médium. Ils préfigurent un tournant décisif dans les rapports de l’art au réel en s’inscrivant délibérément dans l’ordre de la simulation et de la contestation du modèle7. C’est ce questionnement qui motive aujourd’hui l’analyse des rapports entre les arts figuratifs et la littérature, le texte et l’image minant le rapport entre le modèle et sa copie. Le simulacre cesse ainsi d’être un vain simulacre ou un succédané pour devenir un simulacre de simulation8 détournant de manière diabolique9 le spectateur de la représentation, mettant en question le statut de l’ouvre d’art et de la littérature.

Humour, séduction et invention

  • 10 Deleuze Gilles, Logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, « Critique », 1969.
  • 11 Baudrillard Jean, De la séduction, Paris, Éditions Galilée, 1979.

7Plus que tout autre lieu d’enseignement, le séminaire révèle l’ethos de celui qui l’anime. La rhétorique du séminaire ne prête pas à la confidence. Elle favorise le partage des plaisirs de lecture, le commentaire libéré de la contrainte du cours, les dialogues croisés, le libre jeu de la relation intertextuelle et interesthétique. Le séminaire de Claude Leroy était un lieu d’écoute et d’invention de la parole critique, loin de l’atonie neutre d’un cours. Le discours du séminaire outrepassait le didactisme de la parole professorale. L’humour, comme pensée et expression de cette dissidence10, était une des caractéristiques de cette parole savante, oblique, transversale. Parfois provocateur, toujours créatif sur le plan lexical, subversif sur le plan de l’analyse, l’humour rose ou noir se situait du côté de la surprise, du renversement des valeurs et des perspectives, de la contestation du prêt à penser critique ou plus simplement manifestait la volonté de faire partager le commerce ludique de la littérature. Ce comique verbal exorcisait l’incompréhension, le doute, l’ironie, favorisait la suspension méditative du sens. Il contribuait à faire de la parole didactique une parole inventive, « humoureuse » et séductrice11. La pratique de l’humour n’était pas une ruse du discours. Mise en abyme, elle participait au questionnement de la modernité, de ses situations d’écriture, de lecture minant le lien théologique à la vérité, renvoyant le discours à lui-même, jouant avec le désir des mots, suscitant la connivence et la complicité de ceux qui étaient invités à en décrypter le (s) sens. Il est ainsi, pour Claude Leroy, une poétique lisible dans sa propre réflexion critique, ses objets, sa rhétorique.

8Il ne reste pas simplement du séminaire du Professeur Claude Leroy une constellation de références littéraires et critiques, des lectures, des rencontres, une parole savante, pointilleuse, ludique et inventive. Il nous reste le désir sans cesse renouvelé, par son questionnement (im) pertinent de la littérature et des arts, d’explorer les territoires du nouveau, de favoriser l’interdisciplinarité et plus particulièrement le dialogue de la littérature, de la peinture, de l’architecture et de la mode. Face à la découverte du nouveau, on le sait, deux attitudes sont possibles : celle du rejet qui a longtemps été celle des manuels scolaires et des enseignements universitaires, et celle plus exigeante de l’éloge critique, interrogateur, lucide dont le séminaire nous a révélé toute la richesse. Il nous a ainsi définitivement ancré du côté des modernes. Si ce propos en porte encore le témoignage et la trace trente ans après, il est profondément imprégné de cette rencontre vivante, désirante et toujours actuelle.

Notes

1 Baudelaire Charles, « Tableaux parisiens », Les Fleurs du mal, (1857), in Baudelaire, Ouvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Pichois Claude éd., 1976, T. 1.

2 Paz Octavio, Points de convergence. Du romantisme à l’avant-garde, trad. de l’espagnol par Munier Roger, Paris, Gallimard, « Les Essais », 1976.

3 Mallarmé, « Crise de vers » [1892], in Mallarmé, Ouvres complètes, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », Mondor Henri et Jean-Aubry G. (éd.), 1974, p. 360.

4 Baudrillard Jean, L’Échange symbolique et la mort, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1976.

5 Eco Umberto, La Guerre du faux, Paris, Grasset, trad. de l’italien par Myriam Tanant avec la collaboration de Piero Caracciolo, 1985.

6 Rosset Clément, Le Réel et son double. Essai sur l’illusion, Paris, Gallimard, 1976.

7 Lyotard Jean-François, Monory Jacques, L’Assassinat de l’expérience par la peinture, Monory, Talence, Le Castor Astral, 1984.

8 Baudrillard Jean, Simulacres et simulation, Paris, Éditions Galilée, 1981.

9 Reichler Claude, La Diabolie. La séduction, la renardie, l’écriture, Paris, Éditions de Minuit, « Critique », 1979.

10 Deleuze Gilles, Logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, « Critique », 1969.

11 Baudrillard Jean, De la séduction, Paris, Éditions Galilée, 1979.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540