Version classiqueVersion mobile

Vie de bohème et petite presse du xixe siècle

 | 
Alain Vaillant
, 
Yoan Vérilhac

Sociabilités fumistes

Pratiques fumistes de la dédicace dans Le Chat noir

Formes et enjeux d’une poétique en réseaux

Solenn Dupas

Texte intégral

  • 1  Guillaume Pinson, « Travail et sociabilité », in La Civilisation du journal, Histoire culturelle e (...)
  • 2  Bénédicte Didier, Petites revues et esprit bohème à la fin du xixe siècle (1878-1889), Paris, L’Ha (...)

1Alors que les cadres du journalisme moderne s’élaborent progressivement au cours du xixe siècle, les formes de sociabilité et les pratiques collectives de création permettent de faire valoir les acteurs du monde de la presse tout en leur conférant, selon les termes de Guillaume Pinson, « une spécificité qui, professionnellement et légitimement, [leur] fait [encore] défaut1 ». Le constat vaut particulièrement pour les petits journaux, dont certains sont adossés à des groupes et à des espaces qui encouragent les rencontres, les échanges et les collaborations. L’Hydropathe, le Mirliton ou encore Le Chat noir, sont emblématiques de ces dynamiques collectives. Rodolphe Salis, en particulier, a créé une véritable « industrie bicéphale2 » associant un cabaret et un journal, « Organe des intérêts de Montmartre ». Cette publication de quatre pages, paraissant le samedi, donne à voir l’intensité des échanges que les auteurs et artistes y cultivent, mais aussi les incidences de ces interactions sur l’écriture même du journal.

  • 3  Gérard Genette, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987, p. 137.
  • 4  Ibid., p. 138.
  • 5  Parmi les travaux récents, on pourra se reporter par exemple à l’ouvrage collectif : Gérard Farass (...)

2L’un des lieux permettant d’observer et de questionner les pratiques collaboratives favorisées par la petite presse est celui de la dédicace, qui est devenue un objet d’analyse à part entière. La situant parmi les différents « seuils » à explorer, Gérard Genette met notamment en avant l’ambiguïté énonciative sur laquelle elle repose, en ce qu’elle vise à la fois un dédicataire particulier et l’ensemble des lecteurs3. Dans un même mouvement, la dédicace met en œuvre et représente les transactions qui s’opèrent lorsque des auteurs s’emploient à dédier leurs créations à des tiers, sous les yeux du public. Dotée d’une valeur « performative », elle relève parallèlement « de la démonstration, de l’ostentation, de l’exhibition4 ». Bien qu’elle fasse désormais l’objet de travaux, à la rencontre de l’histoire des sociabilités et de l’analyse formelle, la pratique de la dédicace reste toutefois principalement étudiée dans l’espace clos du livre5, en lien avec des figures d’auteurs uniques et centralisées. Or à la fin du xixe siècle, elle se développe également dans la presse et en particulier dans les petits journaux, où d’intenses échanges se créent au sein des communautés journalistiques et littéraires. Il est dès lors tentant de s’interroger sur les éventuelles spécificités du traitement de la dédicace dès lorsqu’elle se déploie dans un cadre périodique, en lien avec des pratiques collectives et collaboratives.

  • 6  Le Chat noir paraît entre janvier 1882 et mars 1895. Le journal s’appuie sur le cabaret fondé par (...)
  • 7  Maurice Donnay, Autour du Chat noir (1926), Paris, Grasset, « Les Cahiers Rouges », 1996, p. 50.

3Le Chat noir, de par sa longévité6, son succès et la diversité de ses contributeurs, offre un terreau particulièrement riche pour explorer les formes et les enjeux de cette pratique. Les nombreuses formules d’adresses dont il est émaillé semblent en effet participer pleinement des modes de sociabilité qui sous-tendent sa création et qui ne sont pas étrangères au régime de la réclame. Éminemment conscients des pouvoirs de représentation de la dédicace, les contributeurs du Chat noir l’exploitent également pour mettre en scène leur collectivité, pour jouer la carte de la camaraderie littéraire, sous le double signe de l’éclectisme et de l’élection. Mais ils s’avèrent surtout prompts à remotiver, à reconfigurer les ressorts encomiastiques de la dédicace traditionnelle, afin de les réinvestir à des fins humoristiques. « [T]our à tour et à la fois blagueur, ironique, cynique, lyrique », ayant pour « marraines » selon Maurice Donnay « l’Indépendance et la Fantaisie7 », ce journal invite donc à s’interroger sur la mise en place d’une poétique de la dédicace fumiste, à la fois vecteur et reflet des interactions à l’œuvre parmi ses collaborateurs.

Du livre au journal : la dédicace en régime périodique

  • 8  Pierre Larousse, « Dédicace », in Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, t. IV, Paris, Admin (...)

4Définie dans le Dictionnaire universel du xixe siècle comme un « hommage [rendu par] l’auteur d’un livre ou d’un objet d’art [à] quelqu’un, par un discours ou une inscription qu’il place en tête [de cette œuvre8] », la dédicace trouve dans les journaux du xixe siècle un espace privilégié de déploiement. Cette pratique qui reflète les liens étroits unissant les activités journalistiques et littéraires se développe de façon intense dans les pages du Chat noir. Les contributeurs du journal démultiplient les formules dédicatoires, inscrivant un geste d’abord individuel et singulier au sein d’un usage collectif.

Une diversité de genres et de formes dédicacés

  • 9  On connaît la diversité des contributions proposées dans Le Chat noir, parmi lesquelles figurent d (...)
  • 10  Fernand Crésy, « La Sépulture » et « La Dompteuse », in Le Chat noir, n° 18, 13 mai 1882, respecti (...)
  • 11  Fernand Crésy, « Le Crâne », in Le Chat noir, n° 20, 10 juin 1882, p. 1.
  • 12  Jules Jouy, « Le Petit Rentier (Chanson) », in Le Chat noir, n° 90, 29 septembre 1883, p. 1.
  • 13  Alphonse Allais, « Le Médecin », in Le Chat noir, n° 361, 15 décembre 1888, p. 1.

5Au seuil du livre, la dédicace se présente habituellement sous une forme unique, isolée. Dans les colonnes d’un journal, elle peut en revanche apparaître en tête de différentes rubriques et contributions : un même numéro du Chat noir comporte souvent plusieurs sections dédicacées, pouvant relever de genres et de formes variés9. Le poème apparaît, il est vrai, comme le genre le plus fréquemment adressé, sans doute parce que les dédicaces de pièces isolées sont courantes dans les recueils poétiques. Dès la première année de publication du journal, Fernand Crésy offre par exemple La Sépulture « À Georges Dumas », La Dompteuse « À Camille Guymon10 », ou encore Le Crâne « À Marie Krysinska11 ». Au-delà des formes poétiques, les contes, nouvelles et chroniques, sont également nombreux à comporter des formules d’adresse. Rodolphe Salis s’illustre en la matière, à travers maintes proses dédiées aussi bien à Catulle Mendès qu’à Maupassant, ou encore, parmi beaucoup d’autres, à Caran d’Ache. Des chansons sont également accompagnées de dédicaces, comme Le Petit Rentier que Jules Jouy dédie « À [s]on excellent interprète et ami, J. Arnaud12 », mais aussi des monologues tels que Le Médecin d’Alphonse Allais, adressé au maître du genre, Coquelin Cadet13.

  • 14  Willette, « Le Chat noir à Félicien Champsaur », in Le Chat noir, n° 17, 6 mai 1882, p. 3.
  • 15  Dans le n° 113, le 8 mars 1884, Georges Lorin publie un texte dédié à Gaston Béthune, intitulé Les (...)

6Les dessinateurs du Chat noir ne sont pas en reste, à l’image de Willette dont un dessin est dédié à Félicien Champsaur dans le n° 17, en référence à la parution de Dinah Samuel14. Certains contributeurs associent même le texte et le dessin, comme Georges Lorin, dont plusieurs récits adressés paraissent accompagnés de ses propres illustrations15. Tous les collaborateurs du journal sont en fait susceptibles d’exploiter les ressorts de la dédicace, quel que soit leur domaine de prédilection. D’emblée, la pratique dédicatoire est donc caractérisée par la diversité de ses auteurs, par l’hétérogénéité des formes littéraires et artistiques auxquelles elle est associée. Elle reflète le décloisonnement des arts et l’éclectisme cultivés à la fois dans le cabaret et dans les colonnes du journal, mais aussi l’intensité des échanges que nourrissent les membres du Chat noir.

Sous le signe de la profusion

  • 16  Voir par exemple Rodolphe Salis, « Les deux moustiers », in Le Chat noir, n° 284, 18 juin 1887, p. (...)
  • 17  Camille Sainte-Croix, « Dix-neuvièmesiècliana », in Le Chat noir, n° 212, 30 janvier 1886, p. 2.
  • 18  Ibid. : n° 214, 13 février 1886, p. 2 ; n° 218, 13 mars 1886, p. 2 ; et n° 225, 1er mai 1886, p. 2
  • 19  Voir l’annonce d’une « édition commerciale de Dédicaces, à paraître chez A. Savine », en marge d’u (...)

7La forme périodique et condensée du journal accentue la visibilité des dédicaces, qui tendent à faire l’objet d’une sorte de scansion au fil des colonnes et des pages. Nombre de collaborateurs les abordent en effet comme un procédé d’écriture récurrent, au point de faire primer leur inscription dans des réseaux d’adresses sur leur fonction traditionnelle de seuil. Par-delà les feuilletons répétant la même dédicace en tête de chaque nouvelle livraison16, d’autres formes sérielles apparaissent, associant chaque segment paru à un dédicataire différent. Dans le n° 212, Camille Sainte-Croix signe par exemple le premier poème d’un ensemble de pièces intitulé Dix-neuvièmesiècliana. Ce texte dédié à Salis, fondateur du journal, consiste en une critique des références culturelles bourgeoises, composée en vers très brefs : « […] Qui sait / Musset ? / Personne. // Et l’on ne / Connaît / Qu’Ohnet17 ». Or la série continue dans les numéros suivants, égrenant de nouveaux destinataires tels que Henry Somm, Germain Nouveau, Charles Cros et Raoul Ponchon18. C’est sans doute Verlaine qui exploitera ce procédé de la façon la plus systématique, dans la série de proses intitulée Gosses et surtout dans les poèmes publiés à partir du n° 395 sous le titre Quelques amis. Ces vers tissés de références aux différents dédicataires, dont Rachilde, Cazals, Irénée Decroix, Germain Nouveau et Rimbaud, Villiers de l’Isle-Adam, Raoul Ponchon, Jean Moréas ou encore Mallarmé, dessinent une galerie de portraits des proches et des collaborateurs de Verlaine. Il est significatif qu’ils aient d’abord paru précisément dans les pages du Chat noir, où se développe une véritable culture de l’adresse, avant d’être publiés en recueil19.

  • 20  George Auriol, « Chansons d’Écosse et de Bretagne », in Le Chat noir, n° 571, 12 décembre 1891, p. (...)

8Certains auteurs du journal déclinent d’ailleurs des séries de dédicaces à l’échelle d’un même numéro. George Auriol publie ainsi des Chansons d’Écosse et de Bretagne20, dont La Chanson du Courlis offerte « À Claudius Blanc », Dans le clocher… « À Ogier d’Ivry », Spring-Ballad « À Ferdinand Loviot » et En partant pour Islande, « À Arsène Alexandre », soit autant de figures contemporaines de la scène littéraire et journalistique. Sur un mode franchement humoristique, Villiers de l’Isle-Adam signe également dans le n° 227 une pièce intitulée Poèmes pour assassiner le Temps, sous-titrée « Premier Dizain » :

I
Gémissement
à Puvis de Chavannes.
Quoi ! dans ces bois, où vola Puck,
On entendrait le Volapuk ?
II
Résumé mystique
à Leconte de Lisle.
L’infinité de Dieu… l’individualise.
III
Extase
à Joris-Karl Huysmans.
Moins on parle le français
Plus on a du succès.
IV
Horrible découverte
à Théodore de Banville.
Tout Homme a, dans le cœur, un Ohnet qui sommeille.
V
La France embarquant À Madagascar
à Coquelin Cadet.
Enfin !… j’arrive
À Tananarive !!
VI
Dernière parole de Cléopâtre
à Mademoisel’e Rousseil.
Ô César, tes lauriers celaient ta calvitie
(Sera continué.)

  • 21  Villiers de L’Isle-Adam, « Poèmes pour assassiner le Temps », in Le Chat noir, n° 227, 15 mai 1886 (...)

9Villiers21 juxtapose de très brefs segments composés de vers isolés ou présentés par pairs, ce qui met d’autant plus en avant les dédicaces adressées à différentes personnalités marquantes des arts, des lettres et de la scène. Il exacerbe ainsi les ressorts sériels de la dédicace, comme pour souligner avec malice l’omniprésence de cette dernière dans les colonnes du Chat noir.

Stratégies d’affichage et de promotion

  • 22  Gustave Guiches, « Les Jours », in Le Chat noir, n° 58, 17 février 1883, p. 2.

10L’abondance des dédicaces dans la petite presse de la fin du xixe siècle n’est pas sans lien avec les stratégies promotionnelles qui s’y déploient. Cette pratique s’inscrit dans un ensemble de processus de cooptation, de soutien, d’aide à la publication, en marge des réseaux institutionnalisés. Pour les jeunes auteurs en quête de reconnaissance, dédier des compositions permet d’assurer ses premiers pas dans la carrière des lettres, de mettre en avant des admirations et des relations. Gustave Guiches, qui publiera son premier roman, Céleste Prudhomat, en 1887, est par exemple âgé de 23 ans lorsqu’il fait paraître en 1883 un poème intitulé Les Jours, qu’il s’empresse de dédier à Léon Bloy22. Parallèlement, pour un écrivain journaliste déjà reconnu, multiplier les dédicaces permet de faire valoir l’étendue de ses réseaux et de confirmer son assise. Au-delà de Rodolphe Salis, de nombreuses figures clés du journal se montrent ainsi adeptes de la dédicace, dont Émile Goudeau et Alphonse Allais. George Auriol, quant à lui, adressera entre autres des textes à Henry Somm, Robida, Henri Pille, Coquelin Cadet, Jules Jouy, Alphonse Allais, Léopold Dauphin, Narcisse Lebeau, sans oublier Rodolphe Salis lui-même.

11À travers ces réseaux de dédicataires, les membres du Chat noir déclinent des séries de noms propres, selon un procédé qui n’est pas sans rappeler la composition de certaines rubriques destinées à faire la promotion du cabaret. En effet, les comptes rendus et les annonces des réunions bohèmes comportent souvent de multiples références ad nominem, à l’instar de cet encart présentant les « Soirées littéraires du Chat noir » :

  • 23  « Les Samedis littéraires du Chat Noir », in Le Chat noir, n° 69, 5 mai 1883, p. 4. Voir également (...)

Toujours gouailleuses, spirituelles et géniales ces réunions du samedi et du mercredi, où le Paris artiste, le Paris littéraire, le Paris jeune, le Paris moderne d’aujourd’hui se retrouve causant du livre ou du tableau de la semaine. Goudeau, Coquelin cadet, le très fin comédien, Richepin, H. Pille, Fragerolle, Coppée, Poupart-Davyl, Gervex, Coron, Icres, Moynet, Ch. Monselet, Montancey, Bellanger, Duez, A. Froger, Uzès, Sapeck, Jean Lorrain, Georges Lorrain [sic], Alph. Daudet, Sta sont là, causant, devisant, discutant. M. Th. de Banville y vient retrouver ses vingt ans à travers le décor si curieux du cabaret. P. Arène, P. Bonnetain, Decory, Sénéchal, Verlaine, Marie Krysins-kac [sic], H. Rivière, Paul Alexis, Francis Enne, J. Jouy, Catulle Mendès, le très cruel Vallès, Willette, notre humoristique poète au talent si délicat sont assis, buvant peu causant beaucoup23.

  • 24  Bénédicte Didier, Petites revues et esprit bohème, op. cit., p. 7.
  • 25  Ibid., p. 261.

12La pratique de la dédicace se développe donc au sein d’un ensemble de procédés qui tendent à faire des petits journaux de véritables « machines à gloire24 », « dispensat[rices] de la renommée25 ». Elle permet aux auteurs et aux artistes de formaliser des échanges, tout en affichant leurs relations et en élaborant des stratégies promotionnelles en marge de la grande presse. Ce déploiement s’effectue toutefois selon des modalités spécifiques. Prompts à jouer avec les codes et les hiérarchies, les contributeurs du Chat noir se réapproprient les conventions de la dédicace afin de dessiner les contours d’une communauté singulière.

Une kyrielle d’adresses, reflet du brassage des sociabilités fumistes

13Dédier un texte ou une gravure relève en même temps d’un geste communicationnel et d’un mode de représentation. À travers les adresses qui fleurissent dans Le Chat noir, est mise en scène une organisation collective à la fois instable et structurée, propice aux expérimentations énonciatives et formelles.

Des dédicataires éclectiques

  • 26  On ne s’attardera pas ici sur les dédicataires généralement anonymes des poèmes amoureux, souvent (...)
  • 27  Edmond Haraucourt, « Ballade des malséans pucelaiges », in Le Chat noir, n° 30, 5 août 1882, p. 1. (...)
  • 28  Moïse Renault, « Le Bayser perfeumé », in Le Chat noir, n° 300, 8 octobre 1887, p. 2.
  • 29  Maurice Montégut, « Les Confidences de l’abîme », in Le Chat noir, n° 155, 27 décembre 1884, p. 2.
  • 30  Louis-Pilate de Brinn’Gaubast (Louis Pilate), « Pallas-Athéné (Sonnet grec) », in Le Chat noir, n° (...)
  • 31  Pimpinelli (Léopold Dauphin), « Symboliques », in Le Chat noir, n° 485, paru le 2 mai 1891, p. 2.
  • 32  Pimpinelli, « Sonnet » et « Rondel », in Le Chat noir, respectivement n° 340, 21 juillet 1888, p.  (...)
  • 33  Ibid.

14Initialement conçue comme une formule d’hommage liée à l’attente de contreparties financières ou matérielles, la dédicace a peu à peu évolué, dans un contexte d’autonomisation du champ littéraire, en témoignage d’affection ou d’admiration adressé à des proches, à des maîtres ou à des pairs. Si Le Chat noir est représentatif de cette évolution, le spectre des dédicataires n’y frappe pas moins par son éclectisme. En ce sens, la dédicace semble contribuer à la mise en place d’une culture du contraste et de l’étonnement. Certes, une partie des formules d’adresse attestées dans le journal est relativement attendue26. Il n’est pas surprenant de voir les auteurs offrir leurs textes à des figures tutélaires de la littérature, en particulier des écrivains associés à la culture bohème. Edmond Haraucourt dédie par exemple une Ballade des malséans pucelaiges tissée d’archaïsmes « au ïoyeulx poëte maistre François Villon27 », tandis que Moïse Renault adresse un récit en feuilleton à « [S]on bon maistre Françoys Rabelays28 ». Au-delà de ces modèles anciens, des auteurs de référence contemporains sont aussi mis à l’honneur, comme Victor Hugo, à qui Maurice Montégut offre Les Confidences de l’abîme, une pièce largement influencée par l’auteur des Contemplations29. Louis-Pilate de Brinn’Gaubast compose encore un Sonnet grec en hommage à Banville30 et Verlaine se voit dédier plusieurs pièces, dont un poème de Pimpinelli intitulé Symboliques, tissé de références à son œuvre31. Le même composera un Sonnet et un Rondel32 en l’honneur de Mallarmé, l’« Éleveur de Chimère33 ».

  • 34  Rodolphe Salis, « Le Baudrier de Magdelaine », in Le Chat noir, n° 208, 2 janvier 1886, p. 4.
  • 35  Jean Floux, « La Maison neuve », in Le Chat noir, n° 315, 24 janvier 1888, p. 2.
  • 36  Charles Cros, « À M. Haussmann », in Le Chat noir, n° 269, 5 mars 1887, p. 2.
  • 37  George Auriol, « Ballade du joyeux Choléra », in Le Chat noir, n° 149, 15 novembre 1884, p. 2.
  • 38  Voir notamment les dessins dédicacés de Fernand Fau dans Le Chat noir (n° 389, 29 juin 1889, p. 3  (...)

15Si la présence de ces dédicataires chers aux auteurs et artistes bohèmes n’est pas pour surprendre le lecteur, d’autres personnalités liées à des domaines variés surgissent également au détour de certaines contributions. Des figures de la sphère politique sont par exemple convoquées, à l’instar de Jules Grévy, à qui Salis dédie Le Baudrier de Magdelaine, illustré par Robida, dans un numéro exceptionnellement publié en couleur au début de l’année 188634. Le président de la République se voit encore consacrer un texte dans le n° 315, sous la forme d’un poème de Jean Floux, La Maison neuve35. Une courte pièce en vers de Charles Cros intitulée À M. Haussmann / Ancien préfet de la Seine, paraît par ailleurs dans le n° 26936. Outre ces personnalités politiques, d’autres noms apparaissent, issus par exemple du monde médical. « Monsieur Pasteur » figure ainsi au seuil d’un texte en prose de George Auriol, une sorte de prosopopée du Choléra37, tandis que Fernand Fau dédie plusieurs dessins au neurologue Charles-Édouard Brown-Séquard38.

  • 39  Gérard Genette distingue la dédicace « publique », qui permet à un auteur de manifester avec une p (...)
  • 40  George Auriol, « Les cent mille Cravates de Jean », in Le Chat noir, n° 120, 26 avril 1884, p. 2.
  • 41  Alphonse Allais, « Histoire d’un petit Pierrot », in Le Chat noir, n° 149, 16 novembre 1884, p. 2. (...)
  • 42  George Auriol, « Historiettes sans moralités » et « Les Neiges de Bretagne, Conte de Noël », in Le (...)
  • 43  André Velter, « Préface », in Les Poètes du Chat Noir, Paris, Gallimard, 1996, p. 39.

16Aux côtés de ces diverses personnalités, apparaissent en outre des nom inconnus, de sorte que les dédicaces « publiques » et « privées39 » tendent à s’entremêler dans les pages du Chat noir. Certaines de ces références personnelles consistent d’ailleurs en un simple prénom ou en des initiales qui résistent au décryptage référentiel. Parmi les dédicataires privés, on peut notamment relever la place singulière des enfants, qui renforce l’impression de mélange et d’hétérogénéité caractérisant les formules d’adresse. Dans le n° 10, Georges Auriol signe par exemple une « Baguenaude pour amuser la toute petite Sara Salis », « pas encore sortie du pays admirable des Naïvetés40 ». En novembre 1884, dans une même livraison, Steinlen adresse encore un dessin « À la toute petite Sara Salis », tandis qu’Alphonse Allais lui dédie l’Histoire d’un petit Pierrot41. George Auriol offre quant à lui des Historiettes sans moralités « À Mademoiselle Geneviève de Sivry », au milieu de dessins à résonances socio-politiques et de textes destinés à un lectorat adulte, ou encore un Conte de Noël « Au tout petit Noël Auriol42 ». Des dédicataires d’horizons, de statuts et d’âges différents, voisinent ainsi pêle-mêle dans les colonnes du Chat noir. Si cet éclectisme reflète la diversité du public qui fréquente le cabaret de Salis, lieu privilégié de « rencontres fortuites, voire improbables43 », il permet surtout de renforcer l’effet de bigarrure, de disparate et de brassage, que les collaborateurs du journal s’emploient à entretenir.

Circulations au sein du Chat noir

  • 44  Daniel Grojnowski, Aux commencements du rire moderne. L’esprit fumiste, Paris, José Corti, 1990, p (...)
  • 45  Félicien Champsaur, « Gaston de Faust », in Le Chat noir, n° 36, 16 septembre 1882, p. 2.
  • 46  Le procédé sera repris par Pimpinelli dans le n° 350 (9 septembre 1888, p. 4), au seuil d’un poème (...)
  • 47  Rita, « Wilfrid et son chat », in Le Chat noir, n° 376, 30 mars 1889, p. 2.
  • 48  Salis se serait découvert des ancêtres portant des titres de noblesse au xviiie siècle. En 1884, i (...)
  • 49  On pourra signaler, parmi de nombreux exemples, le sonnet blasphématoire Philosophie qu’Edmond Har (...)
  • 50  Dans le n° 155 du Chat noir (le 27 décembre 1884, p. 1), un texte en prose de Caron Georges est dé (...)
  • 51  George Auriol dédie par exemple à Coquelin Cadet Le Cheval, Conte du 14 juillet dans le n° 236 (17 (...)

17Parmi ces adresses hétérogènes, ce sont les dédicaces échangées entre collaborateurs du journal qui restent les plus fréquentes. Ces interactions s’inscrivent dans un réseau de relations développées à la croisée des sociabilités littéraires et journalistiques. Comme l’a noté Daniel Grojnowski, « les Hydropathes et autres Fumistes ne cessent de collaborer, de s’associer, de se préfacer, de se mentionner ou de se concurrencer confraternellement. Les poèmes des recueils qu’ils publient, souvent à très petit nombre, s’ornent de dédicaces qui font ressortir une topographie de la vie littéraire et artistique44. » Tout se passe comme si les dédicaces cultivées dans la presse prolongeaient ces dynamiques au-delà des livres, à travers une forme de surenchère. En témoigne en particulier la façon dont Salis, figure centrale du Chat noir, ne cesse d’être mentionné par ses collaborateurs. Parmi d’innombrables exemples, Félicien Champsaur lui offre en septembre 1882 un texte intitulé Gaston de Faust, qu’il accompagne d’une épître « au peintre extraordinaire, au poète étonnant, à l’orateur fantastique, au directeur du journal Le Chat noir, à l’homme d’esprit » et surtout au « cabaretier45 ». Mac-Nab, Louis Denis et Gaston Sénéchal s’amusent même à dédier toutes leurs contributions du n° 243 « À Jacques-Louis-Jean-Rodolphe Salis46 », en exploitant les ressorts de la répétition pour mettre en valeur cette accumulation de prénoms. Rita adressera encore l’un de ses textes « À l’illustre Seigneur Rodolphe Salis, de Chatnoirville-en-Vexin47 », en référence aux titres de propriété que ce dernier se plaisait à afficher et à sa position centrale au sein du Chat noir48. Émile Goudeau, rédacteur en chef aux débuts du journal, se voit lui aussi dédier de nombreux textes dotés d’une charge humoristique49, de même qu’Alphonse Allais, qui lui succède à cette fonction en 188650, ou encore Coquelin Cadet, associé à des pièces relevant du genre du monologue51.

  • 52  Émile Goudeau, « L’Éventail », in Le Chat noir, n° 79, 14 juillet 1883, p. 4.
  • 53  Raymond d’Abzac, « La Paire d’amis », in Le Chat noir, n° 29, 29 juillet 1882, p. 3.
  • 54  Jean Lorrain, « Coquines » et « Miss Miser », in Le Chat noir, respectivement n° 98, 24 mai 1883, (...)
  • 55  Narcisse Lebeau dédie par exemple un texte à Satie dans le n° 359 (31 novembre 1888, p. 2) ; dans (...)
  • 56  Paul Morisse, « Féminines », in Le Chat noir, n° 161, 7 février 1885, p. 4.

18Les artistes contribuant au Chat noir figurent eux aussi en bonne place parmi les dédicataires du journal, ce qui constitue une nouvelle preuve des relations étroites qu’ils entretiennent avec les écrivains. Lorsqu’Émile Goudeau offre un sonnet intitulé L’Éventail à Henri Pille, ce dernier s’empresse d’ailleurs de l’orner d’une gravure52. C’est sans doute Willette, cependant, qui se trouve le plus fréquemment cité parmi les dessinateurs. Dans le n° 29, il illustre notamment un poème de Raymond d’Abzac, La paire d’amis, dont il est dédicataire53. Jean Lorrain lui adresse également différents poèmes dont Coquines, qui évoque les « petites femmes des bars », et Miss Miser, sorte d’allégorie de la pauvreté en prostituée54. On n’oubliera pas les musiciens, dont Erik Satie55 ou encore Albert Tinchant, l’un des pianistes attitrés du Chat noir, à qui Paul Morisse adresse un poème saphique Féminines56, suivi par Rodolphe Darzens, Camille Sainte-Croix, Dubus, Charles Cros et bien d’autres.

  • 57  Maurice Rollinat, « Les Serpents » ; Uzès, « Maurice Rollinat » ; Edmond Haraucourt, « La Vieille  (...)
  • 58  Achille Mélandri, « Soleil d’hiver », in Le Chat noir, n° 46, 25 mars 1882, p. 2.
  • 59  Victor d’Auriac, « La Chanson des seins », in Le Chat noir, n° 50, 23 décembre 1882, p. 2.
  • 60  Edmond Haraucourt, « La Lune », in Le Chat noir, n° 52, 6 janvier 1883, p. 2.
  • 61  Dans le n° 77 (30 juin 1883, p. 4), Charles Cros publie par exemple Udadushkhînam – Cruti ou Chans (...)
  • 62  Fernand Loviot, « Sonnet », in Le Chat noir, n° 453, 20 septembre 1890, p. 2.
  • 63  Paul Verlaine, « Quelques amis », in Le Chat noir, n° 470, 17 janvier 1891, p. 2.
  • 64  Sur la distinction entre la dédicace d’œuvre imprimée, qui permet de dédier la création au-delà de (...)

19Entre ces collaborateurs, les rôles de dédicateur et de dédicataire tendent finalement à devenir interchangeables. Dans le journal du 18 novembre 1882, Maurice Rollinat offre ainsi un poème « À Fernand Crésy57 », avant d’être portraituré par Uzès et de se voir lui-même dédier des vers par Edmond Haraucourt, en dernière page. Dans les numéros suivants, c’est l’auteur de La Légende des sexes qui devient à son tour dédicataire d’un sonnet de Mélandri58, puis d’une Chanson des seins59 due à Victor d’Auriac. De nouveau, il reprend le statut de dédicateur dans le n° 52, offrant un sonnet intitulé La Lune « À Louis Bouquet60 ». Ces dédicaces croisées dessinent de denses réseaux d’échanges dans les pages du Chat noir. Dans cette perspective, au-delà de la forme traditionnelle de l’épître pratiquée par quelques contributeurs61, on ne sera pas étonné de voir certains dédicataires assimilés à des correspondants, à l’image de Gaston Dumoraize à qui Ferdinand Loviot adresse un Sonnet sous-titré « Réponse62 ». Les références au modèle épistolaire soulignent la proximité des auteurs et des artistes qui se fréquentent dans les murs du cabaret et pour qui le journal constitue une sorte de relais. À la dimension « phatique », communicationnelle, de la dédicace journalistique, s’ajoute finalement une forme de précarité, un effet de pérennité moindre par rapport aux traditionnelles dédicaces de livres. Dans la série Quelques amis, Verlaine dédie d’ailleurs de façon significative un poème à « Max Rosa », avec la mention « Pour l’inviter à venir me voir63 ». Tout se passe comme si la distinction entre dédicace d’œuvre et dédicace d’exemplaire se trouvait ici fragilisée64. L’ancrage dans la circonstance, l’approche en quelque sorte non-différée de ces adresses, se trouvent favorisés par la matérialité même du journal et par son écriture périodique.

Au nom de la camaraderie littéraire

  • 65  Jacques Lehardy, « Montmartre », in Le Chat noir, n° 1, 14 janvier 1882, p. 1.
  • 66  Jules Vallès, « Aux Copains du Chat noir », in Le Chat noir, n° 100, 8 décembre 1883, p. 2.
  • 67  Georges Vicaire, « Au mail », in Le Chat noir, n° 120, 26 septembre 1884, p. 2.

20Toutefois à travers ce tissu de dédicaces, la communauté du Chat noir tend à forger d’elle-même une représentation cohérente, sous-tendue par des liens de solidarité, au-delà de l’hétérogénéité de ses acteurs. Cette cohésion apparaît dès les premiers numéros, à travers différents dispositifs énonciatifs. D’emblée, le pronom « nous » est ainsi mis en avant dans différentes rubriques et les contours d’une société spécifiquement montmartroise, présentée de façon humoristique comme le « centre du monde65 », se dessinent peu à peu. Les dédicaces collectives, adressées non plus à des individus en particulier, mais à l’ensemble de la communauté du cabaret et du journal, se placent dans la continuité de ces procédés. C’est par exemple « Aux Copains du Chat noir » que Jules Vallès dédie dans le n° 100 un texte relatant une visite dans l’antre de Salis, « à l’heure de la verte66 ». Georges Vicaire dédie également l’un de ses poèmes « Au Chat noir », c’est-à-dire, par métonymie, à l’ensemble de ses collaborateurs67.

  • 68  René Ponsard, « Le Vieux chat de grand-mère », in Le Chat noir, n° 2, 21 janvier 1882, p. 1.
  • 69  V. Hyspa, « Sonnet », in Le Chat noir, n° 330, 12 mai 1888, p. 2.
  • 70  Albert Lantoine, « Une fête sous Néron », in Le Chat noir, n° 345, 25 août 1888, p. 2-4.
  • 71  Rodolphe Salis, « L’Hostelier du Leopard », in Le Chat noir, n° 159, 20 janvier 1885, p. 4.
  • 72  Claude Leroy, « Comment ricochent les dédicaces », in Envois et dédicaces, op. cit., p. 37.

21L’affirmation récurrente de liens de camaraderie est également des plus significatives dans les dédicaces du journal. Si la plupart des formules d’adresse sont limitées au nom du dédicataire précédé de la préposition « à », une partie non négligeable d’entre elles convoque le champ lexical de l’amitié. Parmi quantité d’exemples, René Ponsard offre des vers « À [s]on ami Gustave Aimard68 », Vincent Hyspa « À [s]on ami, Jules Lassalle69 », et Albert Lantoine « À [s]on ami Paul Crépin70 ». Proposant une légère variation, Salis adresse L’Hostelier du Leopard « À [s]on vieux compaing Aristide Bruant, maistre es gay sçavoir71 ». Ce motif qui traverse de façon plus générale la sphère journalistique au xixe siècle relève à la fois d’une caractéristique des relations entre artistes et d’un mode de représentation. Les auteurs exploitent tous les ressorts textuels et paratextuels à leur disposition pour élaborer une image collective sous le signe de la reconnaissance mutuelle, de la confraternité. Ils sont en effet conscients de ce que la dédicace, fondée sur un principe de double destination, consiste selon les mots de Claude Leroy en un « envoi à la cantonade72 ».

  • 73  Bénédicte Didier, Petites revues et esprit bohème, op. cit., p. 342.
  • 74  Émile Goudeau, Dix ans de bohème (1888), suivi de Léo Trézenik, Les Hirsutes, Michel Golfier, Jean (...)

22Quoiqu’ils revendiquent un positionnement en marge, ces contributeurs se donnent dès lors à voir comme des membres d’un collectif soudé. Bénédicte Didier note justement que si les petits journaux « imitèrent dans la forme les mouvements révolutionnaires et anarchiques », ils restèrent finalement attachés « à une société structurée et élitiste, celle de la bohème73 ». À travers ces faisceaux de dédicaces amicales, se cristallisent en fait des inclusions et des exclusions implicites. Émile Goudeau résumera ainsi cet esprit de clan : « – Vous ne connaissez personne ! et vous vouliez chanter ? Allons donc, malheureux Périgourdin, sachez que, dans les revues, il en est comme dans les banquets, où chacun chante la sienne au dessert, où le passant inconnu qui viendrait faire le treizième serait mis à la porte. Il faut être invité, que diable74 ! »

  • 75  Pierre Larousse, in Grand Dictionnaire, op. cit., p. 273.

23Les dédicaces permettent de mettre en lumière des processus de validation par les pairs, au sein d’une organisation qui ne cesse de déplacer les codes et les usages académiques, sans pour autant les annuler. Dans le Dictionnaire universel du xixe siècle, Pierre Larousse ne se prive d’ailleurs pas de railler la tendance des auteurs à multiplier les hommages à travers une circulation en vase clos. Il condamne « [ces dédicaces] où des auteurs inconnus s’adressent mutuellement des louanges, où, pour attirer les regards du public, ils étalent avec un imperturbable sérieux les petites vanités de leur camaraderie et se décernent des lauriers cueillis en petit comité, qu’ils voient bien vite se dessécher dans l’oubli, sans que personne ne se détourne pour leur jeter un regard75. » Force est cependant d’ajouter que dans la petite presse fumiste, les contributeurs sont loin de s’en tenir à des usages convenus et complaisants de la dédicace. Sans négliger d’en exploiter les ressorts promotionnels et communicationnels, ils s’emploient à les détourner et à les mettre à l’épreuve, pour les inscrire dans une culture de la provocation, de la blague et de l’effet. Ils jouent avec les attentes des lecteurs afin de les surprendre, en réintroduisant de l’inattendu et du singulier au cœur même de l’écriture de l’adresse, ce qui invite à s’interroger sur les caractéristiques propres d’une poétique de la dédicace fumiste dans les petits journaux de la fin du xixe siècle.

Reconfigurations blagueuses de la dédicace

  • 76  Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 120.
  • 77  Émile Goudeau, Dix ans de bohème, op. cit., p. 100.

24Si la dédicace vise conventionnellement à « faire l’hommage d’une œuvre à une personne, à un groupe réel ou idéal76 », de nombreux contributeurs du Chat noir prennent le contrepied des formules pétries de bons sentiments et de bonnes intentions. Ils perturbent les rouages habituels de l’adresse pour l’inscrire dans une culture commune de la jubilation verbale, à des fins de « désopilement de la rate77 », selon les mots d’Émile Goudeau.

Des adresses paradoxales

  • 78  Alphonse Allais, « Monsieur le curé », in Le Chat noir, n° 323, 17 mars 1888, p. 1-2.
  • 79  Ibid.
  • 80  Albert Lantoine, « Le Cierge », in Le Chat noir, n° 349, 22 septembre 1888, p. 2-4.
  • 81  Ibid., p. 4.
  • 82  Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne (1864), Paris, 10/18, 1997 [1864], p. 140 : « Cierge  (...)

25Certaines dédicaces sont ainsi conçues à contre-emploi, dans une perspective satirique et non plus élogieuse. C’est par exemple de façon railleuse qu’Alphonse Allais adresse à Léon XIII en personne un texte intitulé « Monsieur le curé », dans le n° 31378. Cette contribution, qui se présente au départ comme une analyse des « causes diverses déterminant les jeunes hommes à se faire prêtres », dénombre en fait différents motifs de vocation peu glorieux, tels que l’attrait pour « la vie douillette et coq-en-pâteuse du curé de campagne79 ». Elle finit par se concentrer sur le portrait d’un prêtre pour le moins frivole et hypocrite. Mise en avant par la dédicace, l’adresse paradoxale au pape rehausse donc la portée anticléricale du récit. De même, c’est sur le mode du contrepied qu’Albert Lantoine insère la mention « Pour une religieuse – qui va se signer80 » au seuil d’un texte intitulé « Le Cierge ». Comme inspiré par l’atmosphère sulfureuse des Fleurs du Mal, le narrateur de ce texte évoque une « petite chambre » qui n’est pas propice au recueillement et à la prière, mais à l’étreinte charnelle. S’adressant à sa dédicataire, il promet de se procurer « un grand cierge orné de guillochés harmonieux » afin que « sa flamme mystique caress[e] [leurs] corps éperdus sur des couvertures de velours bleu81 ». Albert Lantoine s’amuse ici avec le motif du cierge, dont le double-sens phallique est attesté dans la langue verte82. Avec malice, il use de la dédicace pour souligner la portée blasphématoire de cette sensuelle évocation qui inverse les principes du vœu de chasteté.

  • 83  Charles Cros, « Aux imbéciles », in Le Chat noir, n° 231, 12 juin 1886 p. 1.
  • 84  Ibid.

26En matière de dédicace satirique, Charles Cros s’illustre avec une pièce dont le titre, Aux imbéciles83, ruine d’emblée la logique encomiastique propre aux dédicaces traditionnelles. Dans cette pièce en vers, le poète oppose la gente artiste aux « gens bien assis », « Exempts de soucis84 ». Il décline un topos anti-bourgeois cher aux auteurs bohèmes, jusqu’à cette pointe menaçante :

  • 85  Ibid.

Méfiez-vous du poëte,
Qui peut, ayant faim,
Vous mettre à la fin
Quelques balles dans la tête85.

  • 86  Pierre Veber, « Les Cabarets artistiques et la Chanson », in Revue dramatique, 15 décembre 1889, p (...)

27Le titre-dédicace, qui ouvre le texte sur un modèle énonciatif proche de l’interpellation directe, rend d’autant plus brutale cette clôture comminatoire visant les bourgeois. Cible privilégiée des contributeurs du Chat noir, ces derniers sont pourtant loin d’être absents du lectorat du journal et du public du cabaret. Comme le souligne Pierre Veber, « Connaître des artistes et les tutoyer est le comble de tous les bourgeois qui aimaient à dire négligemment : je suis allé, hier, prendre le café avec mes amis du Chat noir86 ». Les dédicaces satiriques, qui semblent procéder d’un jeu en partie consenti par les « biens assis », s’inscrivent au sein d’une culture fumiste où le déconcertement et la provocation tiennent une place centrale.

Sérialité et ambiguïté

  • 87  Olivier Bara, « Contre Sarcey, ou les raisons d’un acharnement fin de siècle », in Francisque Sarc (...)
  • 88  Ibid.
  • 89  Mariel Oberthür, Le Cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897), Genève, Éditions Slatkine, 2007 (...)
  • 90  Sarcey est déjà mentionné dans la rubrique « Petite correspondance » du n° 8 (4 mars 1882, p. 4), (...)

28Le critique et journaliste Francisque Sarcey, en particulier, fait l’objet d’une sorte d’obsession dédicatoire de la part des contributeurs du Chat noir. On connaît les arguments récurrents de ses contempteurs, qui pointent « ses postures d’incompréhension bonhomme face aux créations naturalistes ou symbolistes, sa conception mécaniste de la “pièce bien faite”, adaptée à l’horizon immédiat de son public, son attachement passéiste aux formes dominantes du théâtre au milieu du siècle87 ». Sans doute faut-il lui reconnaître, avec Olivier Bara, une certaine « finesse d’analyse » et une réelle « curiosité88 ». Il est en tout état de cause devenu une véritable figure, prétexte à une foule de railleries et de mystifications, au point qu’on peut se demander si une forme de sympathie ou du moins de malice partagée ne s’exprime pas, à travers ces adresses, entre lui et la bohème. Sarcey fréquente en effet le Chat Noir, où il se fait appeler « l’Oncle », voire « Tonton. » Selon Mariel Oberthür, il « se mêle à cette jeunesse bouillonnante » et constitue « certainement le plus respecté de tous les habitués bien qu’Alphonse Allais ose lui faire des facéties89 », dont il était semble-t-il le premier à s’amuser. Une relation de connivence semble se tisser à travers les maintes contributions fantaisistes qui lui sont consacrées90, auxquelles s’ajoutent les dédicaces récurrentes du Chat noir.

  • 91  Le n° 289, paru le 23 juillet 1887, fait exception puisqu’il comporte en page 3 une dédicace à Moï (...)
  • 92  Dans le n° 298, le 24 septembre 1887, apparaît en complément d’un dessin de Heidbrink dédié à Sarc (...)
  • 93  Dessin de Heidbrink, in Le Chat noir, n° 300, 8 octobre 1887, p. 3.
  • 94  Anonyme, in Le Chat noir, n° 315, 24 janvier 1888, p. 2. Voir également l’encart publié dans le n° (...)

29À partir du n° 284 et jusqu’au n° 317, pendant plus de trente livraisons91, paraît ainsi systématiquement en page 3 un dessin offert « À Francisque Sarcey ». Des artistes divers, dont Godefroy, Does, Fernand Fau, Caran d’Ache et Heidbrink, se prêtent à ce jeu auquel Allais, auteur de nombreux textes apocryphes attribués à « l’Oncle », n’est manifestement pas étranger92. La formule est toujours la même, à l’exception de variations aussi ponctuelles que significatives. « À Francisque Sarcey, fumiste93 », peut-on par exemple lire en tête du dessin publié dans le n° 300. Tout se passe ici comme si l’épithète, qui semble moins caractériser Sarcey que la démarche dédicatoire elle-même, contribuait à inclure le destinataire dans une dynamique blagueuse collective. Dans les dernières parutions de cette série, apparaît d’ailleurs un discret encart qui en renforce l’effet humoristique : « Nous dirons dans notre prochain numéro pourquoi les dessins du Chat noir sont dédiés depuis près de trois mois, à M. Francisque Sarcey94 ». L’explication du prétendu mystère ne sera finalement pas livrée, la blague consistant précisément à perturber les techniques de fidélisation du public pour jouer avec les attentes des lecteurs.

  • 95  Dessin de Godefroy, « La Mésaventure de M. Sardou », in Le Chat noir, n° 351, 6 octobre 1888, p. 3
  • 96  Dessin de Galice, « Étoiles », in Le Chat noir, n° 352, 13 octobre 1888, p. 3.
  • 97  Dessin de Does, « Le Placement d’une belle-mère », in Le Chat noir, n° 358, 24 novembre 1888, p. 3
  • 98  Dessin de Galice, « L’Aumône de la Pécheresse », in Le Chat noir, n° 360, 8 décembre 1888, p. 3.
  • 99  Dessin de Godefroy, « La Direction des ballons », in Le Chat noir, n° 362, 22 décembre 1888, p. 3.
  • 100  Dessin de Does, « Les Jolis pieds du lieutenant Trippmann », in Le Chat noir, n° 364, 5 janvier 18 (...)
  • 101  Dessin de Does, « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment… », in Le Chat noir, n° 365, 12 janvier 188 (...)
  • 102  Dessin de Fau, « Place de la Concorde », in Le Chat noir, n° 367, 26 janvier 1889, p. 3.

30Cette approche sérielle de la dédicace sera toutefois reconduite à partir du n° 351, avec un dessin de Godefroy dédié « À nostre oncle retrouvé Francisque Sarcey95 ». Chaque semaine pendant une vingtaine de numéros, des dessins de Godefroy, mais aussi de Does, Fau, Steinlen, Galice, Robida, Steinlen, Roedel, seront de nouveau accompagnés de formules d’adresse, composées cette fois sur le mode de la variation et de la gradation ironique. À une planche de Galice précédée de la mention « À notre joyeux oncle Francisque Sarcey96 », succède par exemple, en tête d’un dessin de Does, une adresse « À Francisque Sarcey, notre impérial oncle, Baron du Saint-Esprit de l’idéal, afin qu’il profite d’un bon conseil97 ». Progressivement, les dédicaces enflent et agrègent différentes qualifications hyperboliques : « À notre fougueux, impérial et redondant oncle Messire Francisque Sarcey, âme ardente de ce temps dégénéré, dernier rempart du bon sens98 », « À notre immarcescible et à jamais incontestable oncle Francisque Sarcey – le seul99 », ou encore « À notre vertigineux, titanesque et quatorze fois unique oncle Francisque Sarcey, pénultième cariatide de l’art dramatique au xixe siècle100 ». À travers ces énoncés fantaisistes, Sarcey semble bien devenir un membre à part entière de la communauté bohème. Des dédicaces le présentent d’ailleurs comme l’« oncle du Chat Noir pour le département de la Seine et la banlieue de Paris101 », « l’oncle inamovible du Chat Noir et Régisseur perpétuel de la Rigolade parisienne102 ».

  • 103  Dessin de Fau, « Les Gaîtés du sabre », in Le Chat noir, n° 391, 13 juillet 1889, p. 3.
  • 104  Narcisse Lebeau, « Le Progrès », in Le Chat noir, n° 326, 7 avril 1888, p. 2.
  • 105  Dessin de Godefroy, « La Pente fatale », in Le Chat noir, n° 336, 23 juin 1888, p. 3. La série de (...)
  • 106  Dessin de Godefroy, « Intermède », in Le Chat noir, n° 340, 21 juillet 1888, p. 3. La série de déd (...)
  • 107  Voir notamment François Berquin, « Le Paradoxe de l’archer (Charles Baudelaire) », in Envois et dé (...)

31La frontière entre dédicataires et dédicateurs, entre cibles et railleurs, tend ainsi à se fragiliser, et ce d’autant plus que le statut d’« oncle » attribué à Sarcey réapparaît dans des diverses dédicaces adressées aussi bien à des boucs émissaires du Chat noir, qu’à certains de ses acteurs. Si Charles-Édouard Brown-Séquard est présenté comme un « candidat avunculaire du Chat Noir103 », Narcisse Lebeau finit par offrir un texte « à [s] on bon oncle A. Allais104 », principal initiateur de ces offrandes blagueuses. En définitive, il devient parfois difficile de faire la part entre l’ironie et l’hommage dans des dédicaces où se côtoient par exemple « M. Louis Ulbach, oncle surnuméraire du Chat Noir105 » et « notre oncle intérimaire, Armand Silvestre106 ». Sans doute ce dispositif peut-il être rapproché des dédicaces ambiguës que Baudelaire s’est plu à cultiver107 ; une sorte d’instabilité énonciative se met en tout cas en place dans ces adresses en série, développées à l’échelle d’une communauté rapprochant victimes consentantes et collaborateurs connivents, au sein d’un goût partagé pour la provocation et la blague.

Calembour et mystification

  • 108  Nathalie Preiss, Pour de rire ! La blague au xixe siècle, Paris, PUF, « Perspectives littéraires » (...)
  • 109  Charles Cros, « Chanson des peintres », in Le Chat noir, n° 85, 25 août 1883, p. 1-2.
  • 110  Bénédicte Didier, « Le Journal du Chat noir et ses bohèmes », in Bohème littéraire (blog), 13 juil (...)
  • 111  Narcisse Lebeau, « Le Bourreau de Berg-Op-Zoom », in Le Chat noir, n° 406, 26 octobre 1889, p. 2.

32Dans certains numéros, les contributeurs fumistes s’amusent enfin à retravailler l’énoncé même des dédicaces, en mettant à nu les ressorts du langage. Ils tendent alors à faire tourner à vide les ressorts communicationnels de la dédicace, au profit de jeux d’ordre strictement poétiques et fictionnels, voire d’une « revendication de l’artifice pur108 ». Lorsque Charles Cros dédie sa Chanson des peintres, il ne l’offre pas à un contemporain réel mais « Au peintre Jules Anguille109 », « patronyme symbolique » suggérant, comme l’a noté Bénédicte Didier, que « l’art et l’argent » échappent au bohème110. De façon plus nette encore, Narcisse Lebeau adresse un récit intitulé Le Bourreau de Berg-Op-Zoom « À Léa Jactaëst111 », au prix d’un calembour remotivant la célèbre locution latine attribuée à César. Ce conte mâtiné d’humour noir retrace l’histoire d’un bourreau hollandais, désireux d’essayer une guillotine offerte par ses concitoyens, au point de finir par s’exécuter lui-même avec deux autres criminels. La dédicace blagueuse participe pleinement à l’effet de ce texte, qui condamne en creux la peine de mort tout se donnant à lire comme une fantaisie teintée d’absurde.

  • 112  Paul Signac, « Une trouvaille », in Le Chat noir, n° 5, 11 février 1882, p. 4.

33Dans certaines contributions, des formes proches de la mystification contaminent également l’espace liminaire de la dédicace. Paul Signac signe par exemple dès le n° 5 un texte intitulé Une trouvaille, intégrant la prétendue copie d’un manuscrit trouvé par hasard sous l’une des fenêtres du maître de Médan. Or cette parodie apocryphe, Mounard dit La Trique, comporte une dédicace censément adressée par Zola « À [s]on ami Victor Hugo112 ». Le procédé permet de confronter les auteurs emblématiques du Naturalisme et du Romantisme, selon une opposition récurrente dans les pages du Chat noir. L’offrande à Hugo n’en souligne que davantage, sur le mode de la blague, l’horreur du texte attribué à Zola. Avec une complaisance affichée, l’auteur du récit apocryphe donne en effet à lire le portrait d’un père alcoolique et infanticide, à rebours de toute forme d’idéalisme. Un autre exemple de dédicace fictionnelle apparaît encore dans le n° 60, au seuil d’un texte intitulé À Victor Hugo et signé Olympio, qui attribue au personnage hugolien des considérations triviales éloignées de tout horizon lyrique :

  • 113  Signé « Olympio », « À Victor Hugo », in Le Chat noir, n° 60, 3 mars 1883, p. 4.

Si je ne suis pas allé au banquet qui vous a été offert, cher maître, ce n’est point par irrévérence mais simplement parce que mes moyens ne me permettent pas de dépenser 40 francs pour vous voir manger. Je laisse donc ce plaisir luxueux à Edmond About et à Jules Claretie, qui sont des douillards et qui peuvent semer la bonne braise sans y regarder […]. Quand la presse organisera un banquet au Chat noir, dans les trois francs par tête, je vous jure, cher maître, d’y assister avec mes amis. Je prendrai deux fois des pieds poulette et je reviendrai à la tête de veau113.

34À travers cette fausse dédicace, l’auteur se plaît à railler les réunions institutionnalisées pour promouvoir à rebours les formes de sociabilité propres à la collectivité du Chat noir. Quoique vidée ici de ses fonctions communicationnelles au profit d’un jeu littéraire, l’adresse reste donc associée à la représentation d’une communauté bohème, associant précarité et camaraderie.

  • 114  Claude Leroy, in Envois et dédicaces, op. cit., p. 37.

35En creux, ces mystifications dédicatoires semblent finalement mettre au jour la double destination inscrite dans les formules conventionnelles d’adresse. Comme le note justement Claude Leroy, « par un déplacement des enjeux, le théâtre de la dédicace se transforme en théâtre de l’écriture et de ce théâtre-là le lecteur n’est plus le spectateur passif mais le très actif interprète. […] Et, tous comptes faits, le véritable dédicataire de l’œuvre n’est plus l’Autre, c’est bien lui114. » Les dédicaces humoristiques confèrent au lecteur un rôle clé, là où les formules d’adresse traditionnelles, adressées à un destinataire particulier, pouvaient donner l’impression de l’exclure ou de le laisser à distance. C’est bien finalement avec le public que s’amusent en premier lieu les contributeurs du Chat noir, à travers ces déclinaisons et ces variations blagueuses.

36Sortie de l’espace du livre, inscrite dans un régime de périodicité, articulée à des pratiques collectives d’écriture et de création, la dédicace fait ainsi l’objet d’une reconfiguration dans la petite presse de la fin du xixe siècle. Les collaborateurs des feuilles humoristiques s’approprient son potentiel promotionnel et médiatique, en même temps qu’ils l’exploitent pour constituer et mettre en scène les interactions qui sous-tendent une communauté bohème à la fois hétérogène et structurée. Mais surtout, l’appropriation fumiste de la dédicace s’inscrit dans une véritable poétique, fondée sur un goût commun pour la satire, l’ironie, les jeux de mots et la mystification. Maints exemples paradigmatiques de ces stratégies d’adresse blagueuses témoignent d’une mise à l’épreuve des conventions et des hiérarchies traditionnelles, au point que le lecteur peut finalement se demander s’ils ne sont pas à interpréter, en filigrane, comme une sorte de critique généralisée des sociabilités littéraires et journalistiques, des logiques d’influence et de réseau propres au monde des arts et des lettres. Sans rien ôter à la lucidité, au sens critique aigu de ces auteurs, on peut sans doute en conclure qu’ils participent plutôt, sous une forme à la fois paradoxale, jubilatoire et ludique, d’une mise à l’honneur des formes collectives de création, ferment d’un jeu infini avec l’écriture et la matière du langage.

Notes

1  Guillaume Pinson, « Travail et sociabilité », in La Civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2011, p. 664.

2  Bénédicte Didier, Petites revues et esprit bohème à la fin du xixe siècle (1878-1889), Paris, L’Harmattan, 2009, p. 53.

3  Gérard Genette, Seuils, Paris, Éditions du Seuil, 1987, p. 137.

4  Ibid., p. 138.

5  Parmi les travaux récents, on pourra se reporter par exemple à l’ouvrage collectif : Gérard Farasse (dir.), Envois et dédicaces, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Lettres et Arts », 2010.

6  Le Chat noir paraît entre janvier 1882 et mars 1895. Le journal s’appuie sur le cabaret fondé par Salis en novembre 1881, qui est d’abord installé au 84, boulevard Rochechouart, puis à partir de juin 1885 au 12, rue de Laval. Il connaît un déclin dès 1892, principalement en raison du départ d’Alphonse Allais et de la vente du journal à Émile Boucher.

7  Maurice Donnay, Autour du Chat noir (1926), Paris, Grasset, « Les Cahiers Rouges », 1996, p. 50.

8  Pierre Larousse, « Dédicace », in Grand Dictionnaire universel du xixe siècle, t. IV, Paris, Administration du grand dictionnaire universel, 1866-1867, p. 272.

9  On connaît la diversité des contributions proposées dans Le Chat noir, parmi lesquelles figurent des poèmes, des contes, des nouvelles, des chansons, des chroniques, des comptes rendus d’expositions et de pièces de théâtre, des bibliographies et des critiques de nouveautés littéraires, des « miaulements financiers et boursiers », outre les annonces publicitaires. En troisième page, une gravure apparaît systématiquement.

10  Fernand Crésy, « La Sépulture » et « La Dompteuse », in Le Chat noir, n° 18, 13 mai 1882, respectivement p. 1 et 2.

11  Fernand Crésy, « Le Crâne », in Le Chat noir, n° 20, 10 juin 1882, p. 1.

12  Jules Jouy, « Le Petit Rentier (Chanson) », in Le Chat noir, n° 90, 29 septembre 1883, p. 1.

13  Alphonse Allais, « Le Médecin », in Le Chat noir, n° 361, 15 décembre 1888, p. 1.

14  Willette, « Le Chat noir à Félicien Champsaur », in Le Chat noir, n° 17, 6 mai 1882, p. 3.

15  Dans le n° 113, le 8 mars 1884, Georges Lorin publie un texte dédié à Gaston Béthune, intitulé Les Masques et illustré par dessins signés de son pseudonyme Cabriol.

16  Voir par exemple Rodolphe Salis, « Les deux moustiers », in Le Chat noir, n° 284, 18 juin 1887, p. 2, au n° 287, 7 juillet 1887, p. 2.

17  Camille Sainte-Croix, « Dix-neuvièmesiècliana », in Le Chat noir, n° 212, 30 janvier 1886, p. 2.

18  Ibid. : n° 214, 13 février 1886, p. 2 ; n° 218, 13 mars 1886, p. 2 ; et n° 225, 1er mai 1886, p. 2.

19  Voir l’annonce d’une « édition commerciale de Dédicaces, à paraître chez A. Savine », en marge d’un poème de la série Quelques amis dédié à Rodolphe Darzens (in Le Chat noir, n° 436, 24 mai 1890, p. 1).

20  George Auriol, « Chansons d’Écosse et de Bretagne », in Le Chat noir, n° 571, 12 décembre 1891, p. 1.

21  Villiers de L’Isle-Adam, « Poèmes pour assassiner le Temps », in Le Chat noir, n° 227, 15 mai 1886, p. 2.

22  Gustave Guiches, « Les Jours », in Le Chat noir, n° 58, 17 février 1883, p. 2.

23  « Les Samedis littéraires du Chat Noir », in Le Chat noir, n° 69, 5 mai 1883, p. 4. Voir également cette autre annonce, dans le n° 153 du 13 décembre 1884, sous le titre « Nos Vendredis » : « Décidemment, le succès de nos vendredis s’accentue. Artistes d’hier, artistes d’aujourd’hui, artistes de demain se donnent rendez-vous au Chat Noir. Parmi les célébrités contemporaines qui assistaient à la dernière matinée, citons au hasard : Paul Arène, Félicien Champsaur, Alexis Bouvier, Fernand Xau, Chincholle, Alphonse Allais, Albert Samain, G. Livet, Ch. Cros, Albert Tinchant, Paul Morisse, Aristide Bruant, E. Lepelletier, J. Lorrain, Louis Denise, Riotor, A. Vallette, Tricot, Dubuffe, Paul et Victor Margueritte, F. Icres, Injalbert, Darzens, Térence Gros, G. Caron, A. Mars, Marcel Legay, Basch, L. Capazza, d’Haraucourt, C. de Sainte-Croix, Hamel, Steinlen, Hortus, G. Lorin, Marsolleau, Dumoulin, H. Pille, Montégut, A. Masson, d’Esparbès, etc. […] ».

24  Bénédicte Didier, Petites revues et esprit bohème, op. cit., p. 7.

25  Ibid., p. 261.

26  On ne s’attardera pas ici sur les dédicataires généralement anonymes des poèmes amoureux, souvent teintés de sensualité voire d’érotisme, tels que Timidité de Mélandri, dédié « À la dame en rose » (n° 121, 3 mai 1884, p. 2), ou Vos Seins de Rodolphe Darzens, adressé « À Mademoiselle M… P… » (n° 182, 4 juillet 1885, p. 1).

27  Edmond Haraucourt, « Ballade des malséans pucelaiges », in Le Chat noir, n° 30, 5 août 1882, p. 1. Yves Lerel offre également à Villon une Ballade des fols rimeurs (in Le Chat noir, n° 251, 30 octobre 1886, p. 2).

28  Moïse Renault, « Le Bayser perfeumé », in Le Chat noir, n° 300, 8 octobre 1887, p. 2.

29  Maurice Montégut, « Les Confidences de l’abîme », in Le Chat noir, n° 155, 27 décembre 1884, p. 2.

30  Louis-Pilate de Brinn’Gaubast (Louis Pilate), « Pallas-Athéné (Sonnet grec) », in Le Chat noir, n° 139, 6 septembre 1884, p. 1. Georges Nicolas dédie également à Banville un « Sonnet printanier » dans Le Chat noir (n° 281, 28 mai 1887, p. 4).

31  Pimpinelli (Léopold Dauphin), « Symboliques », in Le Chat noir, n° 485, paru le 2 mai 1891, p. 2.

32  Pimpinelli, « Sonnet » et « Rondel », in Le Chat noir, respectivement n° 340, 21 juillet 1888, p. 1 et n° 400, 14 septembre 1889, p. 4.

33  Ibid.

34  Rodolphe Salis, « Le Baudrier de Magdelaine », in Le Chat noir, n° 208, 2 janvier 1886, p. 4.

35  Jean Floux, « La Maison neuve », in Le Chat noir, n° 315, 24 janvier 1888, p. 2.

36  Charles Cros, « À M. Haussmann », in Le Chat noir, n° 269, 5 mars 1887, p. 2.

37  George Auriol, « Ballade du joyeux Choléra », in Le Chat noir, n° 149, 15 novembre 1884, p. 2.

38  Voir notamment les dessins dédicacés de Fernand Fau dans Le Chat noir (n° 389, 29 juin 1889, p. 3 ; n° 391, 13 juillet 1889, p. 3).

39  Gérard Genette distingue la dédicace « publique », qui permet à un auteur de manifester avec une personne plus ou moins connue « une relation d’ordre public : intellectuel, artistique, politique ou autre » et la dédicace « privée », mise en place « au nom d’une relation personnelle : amicale, familiale ou autre » (Seuils, op. cit., p. 134).

40  George Auriol, « Les cent mille Cravates de Jean », in Le Chat noir, n° 120, 26 avril 1884, p. 2.

41  Alphonse Allais, « Histoire d’un petit Pierrot », in Le Chat noir, n° 149, 16 novembre 1884, p. 2. D’autres textes de Georges d’Esparbès et de Maigriou apparaissent par exemple dans les n° 178 (6 juin 1885, p. 4) et n° 357 (17 novembre 1888, p. 4).

42  George Auriol, « Historiettes sans moralités » et « Les Neiges de Bretagne, Conte de Noël », in Le Chat noir, respectivement n° 211, 23 janvier 1886, p. 2 et n° 155, 27 décembre 1884, p. 2.

43  André Velter, « Préface », in Les Poètes du Chat Noir, Paris, Gallimard, 1996, p. 39.

44  Daniel Grojnowski, Aux commencements du rire moderne. L’esprit fumiste, Paris, José Corti, 1990, p. 48.

45  Félicien Champsaur, « Gaston de Faust », in Le Chat noir, n° 36, 16 septembre 1882, p. 2.

46  Le procédé sera repris par Pimpinelli dans le n° 350 (9 septembre 1888, p. 4), au seuil d’un poème intitulé Pantomime.

47  Rita, « Wilfrid et son chat », in Le Chat noir, n° 376, 30 mars 1889, p. 2.

48  Salis se serait découvert des ancêtres portant des titres de noblesse au xviiie siècle. En 1884, il acquiert un château dans le Vexin, à Genainville, et se surnomme « Seigneur de Chatnoirville » ; il ajoute à ce titre celui de baron de Naintré en Poitou en 1892, après avoir acheté une propriété à Naintré.

49  On pourra signaler, parmi de nombreux exemples, le sonnet blasphématoire Philosophie qu’Edmond Haraucourt dédie à Goudeau dans le n° 32, le 19 août 1882, p. 4. Dans le n° 209 du 9 janvier 1886, p. 2, Alphonse Allais dédie Les Deux Hydropathes « À Émile Goudeau (naturellement) ».

50  Dans le n° 155 du Chat noir (le 27 décembre 1884, p. 1), un texte en prose de Caron Georges est dédié « Au très excellent Alphonse Allais ». Parmi d’autres exemples, Camille Sainte-Croix lui offre le poème Ma Messe dans le n° 208 (2 janvier 1886, p. 2).

51  George Auriol dédie par exemple à Coquelin Cadet Le Cheval, Conte du 14 juillet dans le n° 236 (17 juillet 1886, p. 2). Allais lui offre différentes pièces, dont Le Médecin / Monologue pour Cadet dans le n° 361 (15 décembre 1888, p. 1).

52  Émile Goudeau, « L’Éventail », in Le Chat noir, n° 79, 14 juillet 1883, p. 4.

53  Raymond d’Abzac, « La Paire d’amis », in Le Chat noir, n° 29, 29 juillet 1882, p. 3.

54  Jean Lorrain, « Coquines » et « Miss Miser », in Le Chat noir, respectivement n° 98, 24 mai 1883, p. 1-2 et n° 152, 6 décembre 1884, p. 2.

55  Narcisse Lebeau dédie par exemple un texte à Satie dans le n° 359 (31 novembre 1888, p. 2) ; dans le n° 410 (23 novembre 1889, p. 2), Pimpinelli lui adresse également un poème.

56  Paul Morisse, « Féminines », in Le Chat noir, n° 161, 7 février 1885, p. 4.

57  Maurice Rollinat, « Les Serpents » ; Uzès, « Maurice Rollinat » ; Edmond Haraucourt, « La Vieille », in Le Chat noir, n° 45, 18 novembre 1882, respectivement p. 2, 3 et 4.

58  Achille Mélandri, « Soleil d’hiver », in Le Chat noir, n° 46, 25 mars 1882, p. 2.

59  Victor d’Auriac, « La Chanson des seins », in Le Chat noir, n° 50, 23 décembre 1882, p. 2.

60  Edmond Haraucourt, « La Lune », in Le Chat noir, n° 52, 6 janvier 1883, p. 2.

61  Dans le n° 77 (30 juin 1883, p. 4), Charles Cros publie par exemple Udadushkhînam – Cruti ou Chanson des Hydropathes, précédé d’une épître adressée à Salis. Une autre lettre à Salis figure sous une dédicace de Léon Bloy « Au très vivant, très fier, très impavide / Baron de Saint-Empire de l’Idéal / Au gentilhomme cabaretier / Rodolphe Salis / Fondateur du Chat Noir et Découvreur de celui qui signe ces pages », dans le n° 115 (22 mars 1884, p. 2) : se défendant d’avoir conçu sa dédicace comme « une fumisterie d’un goût répréhensible », « un calcul pour [s]e faire lire » ou « une réclame pour [le] célèbre cabaret », Bloy y met en avant une dette à l’égard de son « découvreur ». Ces épîtres s’inscrivent dans un ensemble de formes qui empruntent au modèle de la lettre. Sur les liens entre presse et correspondance privée, voir en particulier José-Luis Diaz, « Avatars journalistiques de l’éloquence privée », in La Civilisation du journal, op. cit., p. 691-715.

62  Fernand Loviot, « Sonnet », in Le Chat noir, n° 453, 20 septembre 1890, p. 2.

63  Paul Verlaine, « Quelques amis », in Le Chat noir, n° 470, 17 janvier 1891, p. 2.

64  Sur la distinction entre la dédicace d’œuvre imprimée, qui permet de dédier la création au-delà de son support matériel, et la dédicace d’exemplaire, manuscrite, apposée sur un support en particulier, voir Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 120.

65  Jacques Lehardy, « Montmartre », in Le Chat noir, n° 1, 14 janvier 1882, p. 1.

66  Jules Vallès, « Aux Copains du Chat noir », in Le Chat noir, n° 100, 8 décembre 1883, p. 2.

67  Georges Vicaire, « Au mail », in Le Chat noir, n° 120, 26 septembre 1884, p. 2.

68  René Ponsard, « Le Vieux chat de grand-mère », in Le Chat noir, n° 2, 21 janvier 1882, p. 1.

69  V. Hyspa, « Sonnet », in Le Chat noir, n° 330, 12 mai 1888, p. 2.

70  Albert Lantoine, « Une fête sous Néron », in Le Chat noir, n° 345, 25 août 1888, p. 2-4.

71  Rodolphe Salis, « L’Hostelier du Leopard », in Le Chat noir, n° 159, 20 janvier 1885, p. 4.

72  Claude Leroy, « Comment ricochent les dédicaces », in Envois et dédicaces, op. cit., p. 37.

73  Bénédicte Didier, Petites revues et esprit bohème, op. cit., p. 342.

74  Émile Goudeau, Dix ans de bohème (1888), suivi de Léo Trézenik, Les Hirsutes, Michel Golfier, Jean-Didier Wagneur (dir.), Patrick Ramseyer (collab.), Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2000, p. 91.

75  Pierre Larousse, in Grand Dictionnaire, op. cit., p. 273.

76  Gérard Genette, Seuils, op. cit., p. 120.

77  Émile Goudeau, Dix ans de bohème, op. cit., p. 100.

78  Alphonse Allais, « Monsieur le curé », in Le Chat noir, n° 323, 17 mars 1888, p. 1-2.

79  Ibid.

80  Albert Lantoine, « Le Cierge », in Le Chat noir, n° 349, 22 septembre 1888, p. 2-4.

81  Ibid., p. 4.

82  Alfred Delvau, Dictionnaire érotique moderne (1864), Paris, 10/18, 1997 [1864], p. 140 : « Cierge : le membre viril – qui brûle et se fond sur l’autel de la femme. Fondre est mis là souvent pour couler ».

83  Charles Cros, « Aux imbéciles », in Le Chat noir, n° 231, 12 juin 1886 p. 1.

84  Ibid.

85  Ibid.

86  Pierre Veber, « Les Cabarets artistiques et la Chanson », in Revue dramatique, 15 décembre 1889, p. 334, cité par Mariel Oberthür, Le Chat Noir, 1881-1897, Paris, Réunion des musées nationaux, p. 6-7.

87  Olivier Bara, « Contre Sarcey, ou les raisons d’un acharnement fin de siècle », in Francisque Sarcey : un critique dramatique à contre-courant de l’histoire du théâtre ?, Actes de la journée d’étude, Université de Rouen, janvier 2014, Marianne Bouchardon (dir.), Publications numériques du CÉRÉdI, n° 12, 2015 [En ligne, URL : http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/public/?contre-sarcey-ou-les-raisons-d-un.html, consulté le 15 juin 2018]

88  Ibid.

89  Mariel Oberthür, Le Cabaret du Chat Noir à Montmartre (1881-1897), Genève, Éditions Slatkine, 2007, p. 78.

90  Sarcey est déjà mentionné dans la rubrique « Petite correspondance » du n° 8 (4 mars 1882, p. 4), où on lui réclame ironiquement « Moins de fantaisie, un peu plus de gros bon sens. » Allais compose surtout différentes chroniques apocryphes, dont une fausse critique de La Terre de Zola (n° 295, 3 septembre 1887, p. 1), une fausse lettre adressée à Salis, évoquant les « jeunes gens qui [le] blaguent » (n° 343, 11 août 1888, p. 1), ou encore, parmi d’autres exemples, un faux article condamnant les blagues dont il fait l’objet : « J’apprends que certaines personnes continuent à publier sous ma signature, dans différents journaux, des articles dont je n’ai même pas connaissance. / J’avertis ces individus que la patience humaine a des limites et que je finirai par me fâcher. / F.S. » (n° 394, 3 août 1889, p. 1).

91  Le n° 289, paru le 23 juillet 1887, fait exception puisqu’il comporte en page 3 une dédicace à Moïse Vautier.

92  Dans le n° 298, le 24 septembre 1887, apparaît en complément d’un dessin de Heidbrink dédié à Sarcey un encart annonçant des textes d’Allais attribués au critique : « Sous presse : / Les chroniques du bon sens / Par Francisque Sarcey – dessins de Willette / Et ça s’enlèvera comme du pain. Francisque Sarcey. »

93  Dessin de Heidbrink, in Le Chat noir, n° 300, 8 octobre 1887, p. 3.

94  Anonyme, in Le Chat noir, n° 315, 24 janvier 1888, p. 2. Voir également l’encart publié dans le n° 316, le 31 janvier 1888, p. 2 : « L’abondance des matières nous oblige à remettre à notre prochain numéro l’explication promise au sujet des dédicaces de nos dessins à M. Francisque Sarcey. »

95  Dessin de Godefroy, « La Mésaventure de M. Sardou », in Le Chat noir, n° 351, 6 octobre 1888, p. 3.

96  Dessin de Galice, « Étoiles », in Le Chat noir, n° 352, 13 octobre 1888, p. 3.

97  Dessin de Does, « Le Placement d’une belle-mère », in Le Chat noir, n° 358, 24 novembre 1888, p. 3.

98  Dessin de Galice, « L’Aumône de la Pécheresse », in Le Chat noir, n° 360, 8 décembre 1888, p. 3.

99  Dessin de Godefroy, « La Direction des ballons », in Le Chat noir, n° 362, 22 décembre 1888, p. 3.

100  Dessin de Does, « Les Jolis pieds du lieutenant Trippmann », in Le Chat noir, n° 364, 5 janvier 1889, p. 3.

101  Dessin de Does, « Plaisir d’amour ne dure qu’un moment… », in Le Chat noir, n° 365, 12 janvier 1889, p. 3.

102  Dessin de Fau, « Place de la Concorde », in Le Chat noir, n° 367, 26 janvier 1889, p. 3.

103  Dessin de Fau, « Les Gaîtés du sabre », in Le Chat noir, n° 391, 13 juillet 1889, p. 3.

104  Narcisse Lebeau, « Le Progrès », in Le Chat noir, n° 326, 7 avril 1888, p. 2.

105  Dessin de Godefroy, « La Pente fatale », in Le Chat noir, n° 336, 23 juin 1888, p. 3. La série de dédicaces à Louis d’Ulbach continue jusqu’au n° 338, en tête de dessins de différents artistes.

106  Dessin de Godefroy, « Intermède », in Le Chat noir, n° 340, 21 juillet 1888, p. 3. La série de dédicaces à Armand Silvestre continue jusqu’au n° 350, en tête de dessins de différents artistes.

107  Voir notamment François Berquin, « Le Paradoxe de l’archer (Charles Baudelaire) », in Envois et dédicaces, op. cit., p. 107-125. Cette étude revient sur les « dédicaces empennées » de Baudelaire, dont celles que le poète adresse à Théophile Gautier au seuil des Fleurs du Mal et à Nadar en tête du Rêve d’un curieux.

108  Nathalie Preiss, Pour de rire ! La blague au xixe siècle, Paris, PUF, « Perspectives littéraires », 2002, p. 2.

109  Charles Cros, « Chanson des peintres », in Le Chat noir, n° 85, 25 août 1883, p. 1-2.

110  Bénédicte Didier, « Le Journal du Chat noir et ses bohèmes », in Bohème littéraire (blog), 13 juillet 2009 [En ligne, URL : http://bohemelitteraire.canalblog.com/archives/2009/07/13/ 14380774.html, consulté le 11 juin 2018]

111  Narcisse Lebeau, « Le Bourreau de Berg-Op-Zoom », in Le Chat noir, n° 406, 26 octobre 1889, p. 2.

112  Paul Signac, « Une trouvaille », in Le Chat noir, n° 5, 11 février 1882, p. 4.

113  Signé « Olympio », « À Victor Hugo », in Le Chat noir, n° 60, 3 mars 1883, p. 4.

114  Claude Leroy, in Envois et dédicaces, op. cit., p. 37.

Auteur

Maîtresse de conférences à l’université Rennes 2. Ses travaux portent sur la poésie de la seconde moitié du xixe siècle. Elle codirige la Revue Verlaine avec Arnaud Bernadet et Bertrand Degott. Parmi ses publications, on compte Poétique du second Verlaine (Classiques Garnier, 2010), et Rimbaud, Verlaine. Un concert d’enfers. Vies et poésies, édition établie avec Yann Frémy et Henri Scepi (Gallimard, « Quarto », 2017).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search