Version classiqueVersion mobile

Vie de bohème et petite presse du xixe siècle

 | 
Alain Vaillant
, 
Yoan Vérilhac

Sociabilités fumistes

Des Hydropathes au Chat noir

Stratégies d’émergence et sociabilité

Caroline Crépiat et Denis Saint-Amand

Texte intégral

  • 1  Voir notamment Raymond de Casteras, Avant le Chat Noir, les Hydropathes, 1878-1880, Paris, Albert (...)

1On connaît la façon dont l’histoire littéraire a narré la geste de la bohème fin de siècle en favorisant les dialogues et recoupements entre les différents groupuscules potaches qui ont émaillé le Paris de l’époque1. Pourtant, à bien y regarder, s’il existe indéniablement un « esprit fumiste » – c’est-à-dire réfractaire et gaillard, oscillant entre rire jaune et humour noir, se manifestant par des virtuosités potaches – commun à ces collectifs, il y a, dans le même temps, des différences patentes entre les auteurs des Déliquescences du pseudo-décadent Adoré Floupette (1885) et les signataires de l’Album zutique, confectionné en 1871 mais non destiné à la publication, de la même façon que les articles du Chat noir ne répondent pas aux mêmes objectifs que ceux publiés dans les colonnes de L’Hydropathe (1879-1880). Du point de vue chatnoiresque, l’héritage des Hydropathes paraît toutefois revendiqué plus que simplement assumé, tant ces derniers se trouvent évoqués aux quatre coins du journal. L’Hydropathe et Le Chat noir ont par ailleurs en commun un statut s’apparentant à celui d’une chambre d’écho : tous deux se construisent dans le prolongement d’un lieu de sociabilité qui les précède et dont ils relatent les spécificités. Société tapageuse plus ou moins organisée d’un côté, cabaret bigarré de l’autre, les espaces pivots à l’origine de ces journaux orientent les préoccupations de ces derniers et peuvent sembler limiter leur marge de manœuvre. La comparaison des logiques de présentation de soi et de réclame permet pourtant d’observer certaines divergences entre les moyens mobilisés par ces deux organes à la fois pour affirmer leur singularité et pour exposer les collectifs qui les élaborent.

L’Hydropathe, substrat du Chat noir

  • 2  Émile Goudeau, Dix ans de Bohème (1888), Michel Golfier, Jean-Didier Wagneur (éd.), Seyssel, Éditi (...)
  • 3  « Pour réaliser son dessein, Goudeau sut s’entourer d’amitiés éprouvées. Ces amis de la première h (...)

2Noël Richard, se fondant sur les souvenirs d’Émile Goudeau, a exposé la genèse du club des Hydropathes : Goudeau, après avoir apprécié la « tintinnabulante et bizarre2 » Hydropathen-Valsh du compositeur Joseph Gungl au concert Besselièvre, s’amuse du terme ambivalent qui la définit ; il l’utilise pour baptiser, dès octobre 1878, une assemblée littéraire qui se rassemble près du Quartier Latin3. La ligne de conduite de L’Hydropathe apparaît dès le premier numéro du périodique, daté du 22 janvier 1879 et vendu au prix de dix centimes : comme c’est le cas pour Les Hommes d’aujourd’hui, fondé l’année précédente par André Gill et Félicien Champsaur (qui seront les vedettes respectives des deuxième et troisième numéros de L’Hydropathe). Chaque livraison est dédiée à une personnalité qui fait partie du groupe et dont une caricature tient lieu de couverture, suivie par une brève notice biographique et un poème dédicatoire. Le reste des quatre pages hebdomadaires est composé de poésies, notules, blagues hydropathesques et autres chroniques décalées. La première livraison de L’Hydropathe, consacrée au président du groupe met directement en place un discours de présentation du collectif affirmant son excellente réputation et sa légitimité. Un texte signé Francisque Sarcey décrit le fonctionnement de l’assemblée :

  • 4  Francisque Sarcey, « Les Hydropathes », in L’Hydropathe, n° 1, 22 janvier 1879, p. 3.

Les jeunes gens qui se sont réunis pour fonder ce cercle sont pour la plupart des poètes en herbe, ou des élèves de l’École des Beaux-Arts, ou des musiciens. Il n’y a guère que cinq ou six semaines que le club est fondé, et il compte déjà près de deux cents membres. Il est confortablement installé dans une vaste salle qu’ils ont louée rue Cujas. C’est là qu’ils se réunissent tous les soirs ; les grandes séances, les séances solennelles, celles où l’on convoque le ban et l’arrière-ban des membres du club ont lieu le samedi. Là, on dit des vers, on fait de la musique, on chante et l’on cause. Il n’y est permis d’autre boisson que la bière, et tout jeu de hasard y est sévèrement proscrit. […] Après tout, une soirée passée là, en famille, à causer d’art et de littérature, est au moins aussi agréable et à coup sûr plus utile que ne le sont les heures perdues à remuer des dominos sur une table de café. Il me semble que si j’avais vingt-et-un ans, je demanderais à entrer au Club des Hydropathes4.

  • 5  Ibid.
  • 6  D’où la fameuse saillie contenue dans une lettre publiée dans La Plume, à la suite d’un « faux-Sar (...)
  • 7  « Connaissez-vous les hydropathes ? Peut-être, puisque notre éminent confrère, Francisque Sarcey, (...)
  • 8  Le Tintamarre, 2 février 1879.
  • 9  Il peut s’agir là du comble de ce que les anglophones appellent une inside joke, une « blague d’in (...)
  • 10  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, (...)

3Cet article a été publié une première fois dans le quotidien Le xixe Siècle, que son sous-titre Journal républicain conservateur écarte pourtant des préoccupations des Hydropathes. Dans sa version originale, publiée le 28 novembre 1878 (et non, comme on le lit parfois, le 1er décembre), Sarcey expliquait traiter de cette société « où il n’est permis d’autre boisson que la bière » après que des lecteurs, réagissant à son article « L’Absinthe » (26 novembre 1878) dans lequel il déplorait que la jeunesse se passionne pour la fée verte, l’y avaient enjoint. Le critique apportait également une précision en ce qui concerne sa demande d’intégration : s’il avait été plus jeune, il l’aurait formulée « tout en protestant contre le nom [du groupe], qui, décidément n’est pas heureux5 ». Au vrai, l’illusion rétrospective peut rendre cet article suspect de mystification : on sait qu’Alphonse Allais, las de son gros bon sens et de ses tendances conservatrices, se fera un plaisir de railler Francisque Sarcey, usant volontiers d’une signature apocryphe pour lui attribuer la paternité d’articles par dérision6. Sarcey sera, de façon générale, l’une des têtes de Turc du Chat noir, où on l’appellera « notre oncle » – l’accumulation de moqueries à son sujet conduisant à l’assimiler à un membre de la famille. Chez les Hydropathes, cette vedette de la critique est tenue pour un garant. Encore faut-il nuancer ce statut : une version amendée du texte de Sarcey est certes citée dans L’Hydropathe et les membres du Cercle font écho à sa première parution, mais ces mentions ne s’énoncent pas toujours en termes déférents. Si Goudeau, sous le pseudonyme de Diego Malevue (allusion auto-ironique à son strabisme), évoque la chronique de façon neutre dans une contribution au deuxième numéro de la Revue moderne et naturaliste7, Jules Jouy y réfère au détour d’une pique dans Le Tintamarre, signalant que « dernièrement, Francisque Sarcey – l’Aristarque aux grandes oreilles – célébrait pesamment, dans Le xixe Siècle, le Cercle des Hydropathes8 » (2 février 1879). L’injure placée en incise est significative d’une adhésion très relative au propos et, plus encore, à celui qui l’énonce : que Sarcey supporte les Hydropathes montre surtout que ce vieux conservateur n’a rien compris au projet. Ce parrainage se révèle dès lors doublement providentiel : sa mention dans L’Hydropathe permet non seulement d’apporter sur l’entreprise un éclairage favorable venu de l’extérieur, mais elle expose dans le même geste, à qui sait lire entre les lignes, l’esprit indiscipliné du périodique et de ceux qui y contribuent9. Au-delà de la mise en scène d’une collectivité, c’est aussi, pour reprendre les mots de Marie-Ève Thérenty à propos des effets de la mystification journalistique, une « sociabilité de privilégiés » qui se met en place, « cultivant une connivence autour d’un secret commun et prenant comme victime une dupe10. »

4Dans le même numéro, la première des « Blagues hydropathesques », via un calembour qui deviendra scie, prolonge cette présentation collective sur un ton badin :

  • 11  « Blagues hydropathesques », in L’Hydropathe, n° 1, 22 janvier 1879, p. 4.

À question indiscrète, réponse analogue.
– Pourquoi votre société a-t-elle pris le nom d’Hydropathe ? demandait-on à l’un de nos confrères.
– Parce qu’elle a Goudeau, et tient ses séances à l’hôtel Boileau11.

  • 12  Selon la formule de Jean-Didier Wagneur, qui précise : « La petite presse a dû faire preuve de dyn (...)
  • 13  La question du local était alors le principal point de discussion. Voir « Compte-rendu [sic] des s (...)
  • 14  « Séances des Hydropathes », in Les Hydropathes, n° 6, 5 avril 1879, p. 4.

5Choisissant une dénomination qui leur permet à la fois d’assumer leurs appétences soulographiques et de rendre hommage, en clin d’œil, à leur fondateur, les Hydropathes se mettent en scène dans leur journal, créé pour célébrer leur entreprise et donner de l’écho aux activités de la société. Dès le quatrième numéro, le journal décline son titre au pluriel : il rompt alors avec la formule traditionnelle [déterminant article défini + nom commun ou propre] mettant en évidence l’unicité du support (du type Le Figaro, Le xixe Siècle ou Le Gil Blas), et s’attache au contraire à désigner la collectivité de l’entreprise. Le choix paraît judicieux, tant Les Hydropathes centre son propos sur les individus qui le composent et déploie en cela un régime autoscopique12 : dans ses pages, on relaie des textes prononcés lorsque le cercle s’est rassemblé, on se salue entre amis par le biais de poèmes et des dédicaces qui les précèdent et on donne des comptes rendus des réunions. Ces derniers, sont souvent lacunaires : on apprend, par exemple, dans le cinquième numéro que « les séances ont été un peu vides ces jours-ci13 », mais, dans le numéro suivant, le sténographe se félicite que « aux deux dernières séances des Hydropathes, l’abondance des matières [ait] été phénoménale14 »). Ces comptes rendus sont prolongés par des chroniques qui décrivent l’ambiance et nomment les forces en présence :

  • 15  Félicien Champsaur, « Les Bottines de M. Zola », in Les Hydropathes, n° 5, 20 mars 1879, p. 3.

Décrire une salle où s’assemblent trois cents jeunes gens, les uns musiciens, les autres peintres, les autres poètes, tous tenant à l’art par les fibres de l’âme, serait une banalité. Ne parlons pas de l’inévitable mauvais piano. Et qu’importe le nombre des becs de gaz ? Le lieu est plein d’une électricité contagieuse que l’on respire en entrant. Des voix jeunes et vibrantes jettent dans cet auditoire, dont l’âme est si vite trouvée, les éclatantes sonorités des vers du grand Hugo. Le superbe sourire de Gill s’épanouit dans ses ravissantes et pittoresques inspirations ; Goudeau montre les Romaines de Paris lorgnées par les consulaires sur la voie élyséenne, ou bien autour du Lac Major, dans les allées du bois boulonnien ; mon ami Lorin chante un rendez-vous à Saint-Germain-des-Prés ; cadet Coquelin monologue ravissamment les fantaisies de Cros ; Paul Arène dit un sonnet à son tailleur ; Monselet un sonnet aussi, de vingt vers, sur un dragon, un homme ; Taboureux, en revenant de l’estrade, où il a fait sonner de belles rimes, me susurre à l’oreille cette pensée :
– En amour, le plus difficile est de savoir déshabiller convenablement une femme. Après on fait ce qu’on veut15.

6Se met en place le récit d’un collectif uni, convivial et glorieux, où chacun se voit confier un rôle précis qu’il exécute avec talent. Le journal se révèle en cela une béquille à la société des Hydropathes, dont il fait la promotion et qu’il prolonge en la répétant. La célébration s’inscrit dans une logique de réclame : rapidement, l’organe devient aussi un moyen de recruter. Suite à l’intérêt suscité par le groupe et son journal, le rédacteur en chef Paul Vivien expose les modalités d’entrée au détour d’un encart sérieux :

  • 16  « Le Cercle des Hydropathes », in Les Hydropathes, n° 6, 5 avril 1879, p. 4.

Un grand nombre de personnes m’ayant demandé les formalités à remplir pour faire partie du cercle des Hydropathes, je les prie de considérer la note suivante comme une réponse à leurs lettres. Le cercle des Hydropathes est un cercle artistique et littéraire. Il est composé d’artistes dramatiques, de littérateurs, de musiciens, de chanteurs et en fin d’un très-grand nombre d’Étudiants. Pour faire partie du Cercle, il suffit d’adresser sa demande au Président du Cercle (Bureaux du journal « Les Hydropathes » 50, rue des Écoles). – La demande doit être signée par deux parrains. Le futur hydropathe doit faire preuve d’un talent quelconque : poète, musicien, littérateur, déclamateur, etc. Le droit d’entrée est : 3 francs. La cotisation est de 2 francs par mois16.

7La logique du périodique attire la curiosité : d’emblée, le journal s’est tout entier consacré à présenter sur un mode convivial les figures majeures du club qu’il promeut, à chanter ses louanges et à affirmer son succès. Les lecteurs qui la découvrent sont tentés de rejoindre cette société aux airs si sympathiques et qui a tout de suite montré des signes de solidité (au fond, si même Sarcey envie les Hydropathes, c’est que ça doit en valoir la peine !).

  • 17  Cela avait été annoncé dans le numéro précédent (celui contenant un article resté célèbre de Georg (...)
  • 18  Tout-Paris. Ancien Hydropathe, 2e année, n° 9, 23 mai 1880.
  • 19  Ibid.
  • 20  Voir Noël Richard, À l’aube du symbolisme, op. cit., p. 33.

8Le journal recouvre son titre original (au singulier) à partir du 10 juillet 1879 et sa ligne de conduite se maintiendra grosso modo jusqu’au numéro du 23 mai 1880, où il est rebaptisé Tout-Paris et, doublant de volume, passe à huit pages17. Toujours dirigé par Goudeau, il opère alors un virage significatif : « Le programme est simple : Laisser dire à chacun ce qu’il a à dire, sous la condition expresse que cela soit dit parisiennement », avance un encart programmatique18. La revendication parisianiste se marque plus nettement encore dans la suite de l’article : « Quant à la religion, notre feuille compte des spiritualistes, des athées, des hydropathes, des catholiques, y compris quelques israélites et même un bouddhiste. L’habit d’Arlequin ! […] L’Hydropathe a su durer deux ans, – deux siècles là-bas ! Ce nous est une garantie de succès pour notre avenir de rive droite19. » Le message est clair : avec ce changement de titre, c’est la ligne éditoriale du périodique qui évolue. L’identité hydropathe n’est plus qu’une composante parmi d’autres d’un journal qui revendique sa bigarrure, et qui en profite pour annoncer son changement de rive. Traverser la Seine, c’est renoncer au café L’Avenir de la place Saint-Michel, où le Cercle des Hydropathes avait fini par s’établir, et c’est dire adieu au Quartier Latin. Symboliquement, c’est faire une croix sur l’ambiance estudiantine et accepter le passage à l’âge adulte, en sacrifiant le rire potache au profit d’une manière d’œcuménisme suspect. C’est transformer le projet et le type de sociabilité auquel il incite. Plus de comptes rendus des réunions du groupe, dès lors, mais le développement notable d’un esprit boulevardier qui rapproche nettement le Tout-Paris, dans ses rubriques et dans ses tons, du Tintamarre : la convivialité cède la place à la potinière, et les blagues d’initiés se muent en farces universelles. La nouvelle mouture fait long feu : les réunions des Hydropathes cessèrent, des problèmes de financement survinrent et, après cinq numéros, on jugea bon de liquider le Tout-Paris à la faveur des grandes vacances20. Les Hydropathes et leur périodique avaient vécu.

Le Chat noir, montmartrois et pugnace

  • 21  En 1885, pour faire face au public de plus en plus nombreux, Salis entreprend de déménager le Chat (...)
  • 22  Seulement pour les sept premiers numéros ; le sous-titre est ensuite remplacé par l’annonce « Para (...)

9Deux ans plus tard, on retrouve Émile Goudeau comme rédacteur en chef du premier numéro du Chat noir, publié le 14 janvier 1882. Le journal, qui paraît le samedi, est directement lié au cabaret du même nom, sis au 84 boulevard Rochechouart21, et que vient de fonder, au mois de décembre 1881, Rodolphe Salis. Ce dernier voit dans le périodique une occasion d’élargir l’auditoire des pièces qui sont récitées le vendredi dans son antre. Les stratégies d’émergence du Chat noir offrent des points de convergence avec celles de L’Hydropathe, mais, dans le même temps, elles se distinguent en développant leurs propres logiques. La première, perceptible dans le sous-titre explicite du journal (« Organe des intérêts de Montmartre22 »), est extrêmement régionaliste. Doit-on y voir une réaction de Goudeau à la tentative ratée d’impérialisme de L’Hydropathe ? Ce qui est certain, c’est que, loin de s’ouvrir à l’ensemble de la capitale, le cabaret et son journal se replient sur Montmartre, multipliant à la fois les éloges hyperboliques du quartier – pensé comme une République indépendante – et les insultes à l’égard du reste de Paris, perçu comme la province arriérée et vulgaire. Quelques extraits, apparemment innocents mais en réalité emblématiques de l’axiologie chatnoiresque, permettent d’en témoigner :

Chez Petdeloup, le professeur pose cette question à un élève : « – Qu’est-ce que l’Himalaya ?
« – Un petit Montmartre.

***

Extrait d’un volume inédit de Victor Hugo :
« Il y a eu Athènes ; il y a eu Rome ; il y a Montmartre.
Montmartre, point culminant du globe, lui annonce la pluie, la neige ou la grêle, deux heures avant qu’il n’en ressente les atteintes. Le jour l’éclaire tout d’abord et la nuit y monte à onze heures du soir. Dieu a fait Montmartre pour parler, sans se déranger, à l’oreille des hommes. »

***

  • 23  Jules Jouy, « Échos montmartrais », in Le Chat noir, n° 4, 4 février 1882, p. 2.

Savez-vous pourquoi les habitants de la ville de province, qui déshonore notre point de vue de son panorama étriqué, ont élevé tant de flèches, de dômes, de colonnes et de tours ?
C’est pour mieux voir Montmartre23.

  • 24  « Nous lisons dans la Genèse que l’arche de Noé a jeté l’ancre au mont Ararat. Qu’est-ce que cela (...)
  • 25  « Le Chat noir, moniteur de Montmartre, a été créé dans le seul but de raconter à tout l’univers h (...)

10La référence à Victor Hugo rappelle inévitablement la citation de Sarcey dont les Hydropathes se faisaient gloire. À ceci près que l’éloge du critique, bien que celui-ci fût en décalage complet avec l’agitation des poètes qu’il louait, était bien réel, tandis que le panégyrique hugolien n’est qu’un pastiche : Le Chat noir se présente d’emblée comme fumiste en ne cherchant pas à esquiver cette étiquette, qu’il revendique. L’article liminaire du premier numéro, intitulé « Montmartre », donnait d’emblée le ton : signé Jacques Lehardy (en réalité, Clément Privé), ce texte mêle cosmogonie blasphématoire et bricolage toponymique24 pour aboutir à l’affirmation que Montmartre est à la fois « le berceau de l’humanité » et « le centre du monde ». Partant de ce constat, il annonce la visée apologétique du périodique : il s’agira avant tout de décrire et de célébrer les richesses de la butte. Pour autant, comme Le Chat noir ne se veut pas exclusif, il dépêchera des collaborateurs dans la province environnante pour que ceux-ci tiennent les Montmartrois informés de ce qui se fait à l’étranger25 : le propos annonce la série des « Voyages de découvertes » entreprises, dès le premier numéro, par le reporter A’Kempis (double fictionnel d’Émile Goudeau), correspondant du journal en mission dans les lointaines contrées parisiennes, d’où il énonce ses « réflexions ethnologiques » en parodiant le genre du récit de voyage. En cela, Le Chat noir provoque un renversement ironique des positions géopolitiques, transformant la périphérie en centre, le dominé en dominant et vice-versa. Corollaire de ce parti pris : en choisissant de chanter avant tout la grandeur de Montmartre, Le Chat noir éclipse dans un premier temps ses contributeurs, en les fictionnalisant (A’Kempis est un collaborateur imaginaire, comme le Joseph Citrouillard du Tintamarre) ou en ne les mentionnant simplement pas. Contrairement à la logique autoscopique de L’Hydropathe, où les collaborateurs étaient à la fois les producteurs et les sujets de leurs propres écrits, héroïsant leurs pairs et chantant les aventures de leur groupe, le journal de Salis et Goudeau prend avant tout un contexte pour objet sans trop se soucier des acteurs dans un premier temps. Cette stratégie d’émergence est en réalité porteuse : ce que façonnent les contributeurs du Chat noir, de cette manière, c’est une véritable mythologie, jouant moins sur l’effet d’immédiateté d’un name-dropping accrocheur, et susceptible de définir une identité plus solide du périodique, moins dépendante des individualités et les dépassant.

  • 26  Ibid.
  • 27  Jean-Didier Wagneur, « Le journalisme au microscope. Digressions bibliographiques », in Études fra (...)
  • 28  Un exemple parmi d’autres : « Pour passer, les indigènes ont jeté des arcs-de-triomphe à deux, tro (...)

11À noter aussi, le fait que cette marque de fabrique montmartroise se double d’une posture largement agônique. Dès le texte « Montmartre », le journal adopte une attitude agressive à l’égard du reste du monde et, en particulier du reste de la presse, dont témoigne l’envoi, à la fois autocélébratif et railleur : « Par conséquent, notre journal sera la feuille la plus intéressante qui soit jamais sortie des presses “gémissantes” et celui qui ne le lira pas, ne pourra être – je n’hésite à l’affirmer, – qu’un simple lecteur du Mercure Galant ou de la Gazette de Hollande26. » Ces saillies journalistiques sont monnaie courante à l’époque : elles « s’inscrivent dans la culture [des] écrivains-journalistes aux prises avec un matériau dont ils sont alors en train d’éprouver la résistance et d’imaginer tous les détournements possibles27 ». Il n’empêche, en se présentant d’emblée comme frondeur, Le Chat noir affirme une autre part de son identité : refusant le ronronnement tranquille, il ne ménagera pas ses coups de griffe. Les satiriques « Voyages de découvertes » du reporter A’Kempis, qui ne manquent pas une occasion de railler la capitale parisienne28, rendent bien compte de cette perspective caustique qui dépasse le seul univers journalistique ; d’autres textes amplifient plus nettement encore la position contestataire et volontiers provocatrice du périodique.

  • 29  « Les Collectivistes sont une collection de citoyens qui professent des doctrines tout à fait cont (...)
  • 30  « Il y a trois espèces de monarchistes : Les Légitimistes, assemblage de birbes, de ramollis et de (...)

12Dans le dixième numéro, un article dédié à la « Politique étrangère » procède de la sorte à une cartographie de l’échiquier politique parisien. À la suite des Grévistes, des Opportunistes, des Radicaux et des Intransigeants, le signataire de l’article (masqué par son statut : « Le Diplomate ») évoque les Collectivistes, feignant de fondre dans la doctrine socialiste développée par Louis Blanc certains de ceux qui vivent la littérature au collectif29, avant d’égratigner violemment les tendances monarchistes30. Cette incursion virulente dans le domaine politique se comprend mieux si l’on prend en considération la date de publication du numéro, le 18 mars, soit le jour du début de la Commune de Paris. La présence en page 3 d’une caricature irrévérencieuse d’André Gill représentant une Marianne bourgeonnante sous le titre Le Printemps et accompagnée de la légende « Vive la République. Ça pousse ! » inscrivent explicitement le journal dans un registre pugnace et volontiers scandaleux (Fig. 1).

  • 31  Chanouard, « L’assaut de Montmartre », in Le Chat noir, n° 12, 1er avril 1882, p. 1.
  • 32  « Ordre de mobilisation », in Le Chat noir, n° 12, 1er avril 1882, p. 1.

13Fierté montmartroise et logique agônique atteindront leur comble dans le douzième numéro, où la première page est traversée par un titre accrocheur, en gras et en grands caractères : « L’Assaut de Montmartre ». Il annonce que, le jour même, « à quatre heures pour le quart du matin, une tentative d’assaut a été faite contre Montmartre. Au mépris des promesses les plus solennelles, Léon Gambetta, à la tête des troupes de la Chaussée-d’Antin, a pénétré dans le pays Montmartrais par les rues Lepic, Coustou et Houdon31 ». Tout cela n’est évidemment qu’une farce, à l’occasion du 1er avril : l’articulet est signé « Chanouard » (à lire à voix haute) et l’« Ordre de mobilisation » parodique qui le suit dispense, entre autres, « les proscrits de Décembre et les Polonais de la section, en ce qui concerne les infirmités32 ». Il n’empêche : même pour rire, ce qui s’affirme ici de la plus nette des manières, c’est l’opposition entre Paris et Montmartre, patrie indépendante inscrite dans un processus de résistance. Cette mythologie de la butte, réfractaire et exceptionnelle, et la sociabilité qu’elle engage, présentée comme résultant d’un critère de prédilection géographique et non d’affinités électives, seront l’un des piliers du succès et de la longévité du Chat noir.

La réclame du collectif

  • 33  Edmond Deschaumes, « Les Modernistes », in Le Chat noir, n° 17, 6 mai 1882, p. 2.
  • 34  Le Chat noir, n° 16, 29 avril 1882, p. 4.
  • 35  Encart du Chat noir, n° 13, 8 avril 1882, p. 4.
  • 36  Le Chat noir, n° 20, 27 mai 1882, p. 4.
  • 37  Rodolphe Salis, « Notre Programme », in Supplément du Chat noir n° 1, 15 janvier 1882.
  • 38  Le Chat noir, n° 13, 8 avril 1882, p. 4.
  • 39  Ibid.
  • 40  Le Chat noir, n° 22, 10 juin 1882, p. 4.
  • 41  Encart du Chat noir, n° 31, 12 août 1882, p. 4.
  • 42  Le Chat noir, n° 20, 27 mai 1882, p. 4.
  • 43  Dans « Un deuil », A’Kempis décrit l’intérieur du cabaret comme « une sorte de temple du bibelot » (...)
  • 44  Fanfare rapporte ainsi que la « Salle des Dépêches » du Chat noir, dans laquelle s’accumulent tabl (...)
  • 45  Le Chat noir, n° 31, 12 août 1882, p. 4.
  • 46  Le Chat noir, n° 16, 29 avril 1882, p. 4 : « Tous ceux qui s’occupent des arts ne vont pas à Paris (...)

14Puisque lutte il y a, la promotion du Chat Noir et de sa revue ne peut que prendre des allures de propagande. Pour faire connaître ce réseau, dont les membres « n’ont pas droit à la publicité33 », ce sont justement les codes et procédés de celle-ci, qui sont repris et poussés à leur comble. Le petit encart des premiers numéros rappelant simplement, au bas de la quatrième page, l’adresse du cabaret se transforme rapidement en autocélébration superlative, frappant les yeux du lecteur par un recours systématique aux majuscules et tailles de police démesurées : « LE CHAT NOIR / CABARET VÉRITABLEMENT EXTRAORDINAIRE, est le plus CURIEUX DU MONDE34 ». Celui-ci prend d’ailleurs de plus en plus d’ampleur sur la page (presque la moitié dans les numéros 36 à 40 inclus – du 16 septembre au 14 octobre 1882), au point d’éclipser les publicités habituelles allouées à divers magasins, musées et brasseries qui l’entouraient. Dans cette réclame, il s’agit de donner au lecteur une liste exhaustive des collaborateurs réels ou inventés, parmi lesquels Wagner dans la « partie musicale », Jules Grévy dans la « partie politique » ou encore Edmond de Goncourt dans la « partie littéraire ». Le Chat Noir se félicite d’attirer le beau monde de Paris et « de tous les points du globe35 » et ne s’embarrasse pas de savoir si ces personnes sont vivantes ou non. Richelieu, pour ne citer que lui, « sort de son tombeau chaque nuit pour venir au CHAT NOIR36 ». Et comme, vieille formule, le monde attire le monde, et que, nous a-t-on prévenu dès le premier numéro : « Tout le monde y passera !37 », le discours, stratégique, relève de l’apologie d’un lieu qui ne désemplit pas : « on s’y foule, on s’y presse38 ». Ces encarts adoptent d’ailleurs le ton exubérant d’un bonimenteur, rappelant clairement celui de Rodolphe Salis qui a fait en partie le succès du cabaret : « ENTREZ !! ENTREZ !! !39 ». On promet en effet au lecteur des plaisirs uniques. Par exemple, on peut y boire de l’absinthe, comme dans tout débit de boissons, mais pas n’importe laquelle : « UNE ABSINTHE INCOMPARABLE40 » qui, cerise sur le gâteau, serait la préférée de Victor Hugo et Garibaldi ; on y boit dans des verres qui n’ont pas servi à n’importe qui : certains ont été utilisés par les francs buveurs, notamment Rabelais, d’autres par les plus précieux, telle Mlle de Scudéry41. En somme, comme dans toute bonne publicité, on cherche à séduire tout le monde, y compris les jeunes filles. Il n’est pas étonnant que dans l’un de ces communiqués le rapprochement soit établi entre ce joyeux bric-à-brac des personnalités, des styles, notamment « LOUIS XIII42 », des époques et des objets43 et un musée44. Revendiqué comme le lieu incontournable pour quiconque se rend à Paris, et même autoproclamé du « nombre des monuments historiques de la France45 », le Chat Noir dépasse le lieu de sociabilité : il se visite46.

Fig. 1 : André Gill, Le Printemps, in Le Chat Noir, n° 10, 18 mars 1882. Gallica, BNF, Paris.

Fig. 1 : André Gill, Le Printemps, in Le Chat Noir, n° 10, 18 mars 1882. Gallica, BNF, Paris.

15Ce qui est plus largement notable, dans cette autopromotion, c’est la répétition du nom du cabaret, toujours en majuscules et en gras, à valeur incantatoire, pour mieux marquer les esprits :

  • 47  Le Chat noir, n° 13, 8 avril 1882, p. 4.

note47

  • 48  Guillaumel, « Grand reportage Chat-Noiresque », in Le Chat noir, n° 28, 22 juillet 1882, p. 2.
  • 49  Ibid.

16Toute occasion est bonne pour glisser ce nom et décliner à l’infini la manière dont il scande les textes et les illustrations, pour recréer de numéro en numéro sa fonction de cohésion. Ainsi, au fil d’un même « reportage48 », ce syntagme apparaît plusieurs fois. Ses différentes facettes sont rappelées ; il est d’abord question du groupe – « Place au Chat Noir ! » −, puis de la revue que le journaliste trouve au hasard dans la bibliothèque de Napoléon, avant de faire référence au cabaret : « Je suis resté ce matin au Chat Noir, avec un œil au beurre noir comme le chat49 ». Cet énoncé, proprement absurde, sert, par sa structure en chiasme, à faire résonner le paradigme. Tout en donnant l’illusion d’une progression, ce récit est en réalité circulaire, façonné autour d’un message unique, répété à l’envi, comme dans la publicité précédemment citée. Certains auteurs reprennent ce procédé de façon plus subtile, en l’intégrant à des formes reposant précisément sur la répétition, par exemple Louis Le Cardonnel dans un poème sobrement intitulé Pantoum :

Un oiseau près de moi, file en s’effarouchant,
Le Chat Noir aux yeux verts, là-bas, se pelotonne,
Dans les bassins, la voix des grenouilles détonne,
Les ombrages rouillés ont un funèbre chant !

  • 50  Le Chat noir, n° 40, 14 octobre 1882, p. 2.

Le Chat Noir aux yeux verts, là-bas, se pelotonne,
Il me fixe d’œil satanique et méchant,
Les ombrages rouillés ont un funèbre chant !
Je t’aime, ô symphonie étrange de l’automne50.

  • 51  A’Kempis, « Voyage de découvertes », in Le Chat noir, n° 12, p. 2.
  • 52  René Ponsard, « Le vieux Chat de grand-mère », in Le Chat noir, n° 2, 21 janvier 1882, p. 1-2.
  • 53  André Gill, « Le Chat », in Le Chat noir, n° 12, p. 2.
  • 54  Voir le dessin de Rodolphe Salis, Allez, la mère Michel, votre chat n’sera pas perdu ! (in Le Chat (...)
  • 55  « Les Chats », in Le Chat noir, n° 3, 28 janvier 1882, p. 2.
  • 56  « Miaulements financiers », in Le Chat noir, n° 28, 22 juillet 1882, p. 4.
  • 57  On pensera à l’intitulé de leur chanson nationale, publiée l’année suivante : La Marseillaise des (...)

17Les majuscules rendent ici visible la collusion de l’animal avec le groupe. La figuration de l’un recouvre l’autre et dédouble le paradigme central. Cette modalité est récurrente dans la revue au point d’alterner entre l’un et l’autre pour désigner un même référent. Ainsi, le chat providentiel qui vient aider A’Kempis dans sa fuite, « énorme, noir, extraordinaire, ouvrant un œil claire [sic], bizarre51 » se révèle quelques lignes plus bas être « le vieux Chat noir ». Par ailleurs, ces effets de résonances apparaissent simplifiés en raccourcissant ce syntagme au seul mot « chat ». De son acception grivoise52 à celle plus bohème53 et politique54, il sert de titre à un grand nombre de textes et de dessins, unifiant les thèmes et les artistes, parmi lesquels une place de choix est réservée à Baudelaire55. Les pseudonymes, certes anonymes, Matou56, Miahou, Beauminet ou Greffier, participent de la déclinaison de ce motif fédérateur. La diversité de ces noms de substitution rend compte d’un certain nombre d’individus qui revendiquent des caractéristiques semblables, qui sont de la même espèce. En effet, si les individus ne sont pas mis en avant aux débuts de la revue, c’est parce qu’ils se perçoivent comme autant de chats noirs57, servant la construction d’un grand et unique Chat noir. Ainsi, les traits du protagoniste principal sont rendus par des dessins de chats, identiques ou non (peu importe !), aux costumes et postures annonçant le texte qui suit : la rubrique hebdomadaire de A’Kempis, « Voyage de découvertes », est précédée d’un félin alpiniste muni d’un sac-à-dos, de chaussures et d’un bâton de marche ; les « Lettres d’un explorateur » de Jacques Lehardy d’un chat noir rédigeant une missive.

18Si aux débuts de la revue, ce motif sert à fonder le succès du cabaret et pérenniser celui de son journal, plus tard, la propagande est exacerbée en mythification, modalité programmatique d’un lieu qui deviendra légendaire et dont l’emblème, l’affiche éminemment tardive dessinée par Steinlen (1896), sera connue et reconnue mondialement.

  • 58  Conformément au fumisme (voir Georges Fragerolle, « Le Fumisme », in L’Hydropathe, 2e année, n° 8, (...)
  • 59  « Un Deuil », in ibid.
  • 60  Georges Lorin rapporte ainsi la dernière soirée des Hydropathes : « Un soir, au moment des vacance (...)
  • 61  Notamment la notice nécrologique par A’Kempis et la chronique de Vingtcholle, recensant divers (fa (...)
  • 62  Sapeck est à l’entrée du cabaret, Signac « déguisé en religieuse, […] Deschaumes costumé en maître (...)

19La première année de son existence, le Chat Noir applique clairement des stratégies d’affirmation divergentes vis-à-vis de son prédécesseur, les Hydropathes. À l’aune de l’animal auquel il emprunte son nom, le groupe est territorial : il se cristallise autour de son lieu de vie, Montmartre, et du cabaret qui l’abrite. Mais, à la lumière de deux événements marquants de l’histoire de chacun d’eux, nous pourrions établir un rapport « réflexe58 » plutôt que divergent. En avril 1882, le journal amorce un véritable happening en annonçant le (faux) suicide de Rodolphe Salis : dans une notice nécrologique59, A’Kempis (Émile Goudeau) explique que le tenancier du cabaret n’aurait pas supporté qu’Émile Zola lui ait volé son idée pour écrire Pot-Bouille, l’empêchant ainsi d’accéder au rang de « poète national » et se serait tiré une balle dans la tête. Tout commence alors véritablement au Chat noir en tant que sociabilité. Ce coup d’éclat mystificateur entre en résonance avec les feux d’artifice signant la fin des Hydropathes en été 1880 : on enterre l’un en fanfare tandis que l’autre est lancé au cours de festives funérailles. Si ces deux fumisteries font grand bruit, elles n’ont pas le même retentissement au sein de leurs réseaux respectifs, comme aux yeux du monde. Les pétards de l’ultime soirée des Hydropathes sont lancés seulement par trois de ses membres, prenant les autres par surprise60, alors que le canular autour de Salis est savamment orchestré par le groupe entier, relaté sur plusieurs numéros de la revue61 et prolongé par une veillée funèbre qui tient de la performance collective où chacun a un rôle bien défini62 et à laquelle famille, amis, journalistes, curieux sont invités. Par ce biais, de nouvelles perspectives et logiques de groupe s’organisent : en permettant au monde l’accès à ses activités artistiques, le Chat Noir entend garantir son succès et le pérenniser. Enfin, ce suicide modifie le mode de présentation de cette sociabilité, puisqu’il signe l’avènement d’une starification des individus, qui prendra de plus en plus d’importance les années suivantes, au détriment du noyau de départ : Montmartre.

Notes

1  Voir notamment Raymond de Casteras, Avant le Chat Noir, les Hydropathes, 1878-1880, Paris, Albert Messein, 1945 ; Daniel Grojnowski, Bernard Sarrazin, L’Esprit fumiste et les rires fin de siècle, Paris, José Corti, 1990 ; Daniel Grojnowski, Aux commencements du rire moderne. L’esprit fumiste, Paris, José Corti, 1997 ; Noël Richard, À l’aube du symbolisme, Paris, Nizet, 1961.

2  Émile Goudeau, Dix ans de Bohème (1888), Michel Golfier, Jean-Didier Wagneur (éd.), Seyssel, Éditions Champ Vallon, 2000, p. 183.

3  « Pour réaliser son dessein, Goudeau sut s’entourer d’amitiés éprouvées. Ces amis de la première heure qui se joignirent à Goudeau pour fonder les vendredis littéraires s’appelaient : Abram, Georges Lorin, Rives et Maurice Rollinat. Après la réunion constitutive du 5 octobre 1878, eut lieu la séance publique d’inauguration, le 11 octobre 1878, au premier étage d’un grand café situé à l’angle de la rue Cujas et du boulevard Saint-Michel. Les soixante-quinze assistants donnèrent par acclamation la présidence à Goudeau et adoptèrent d’enthousiasme le sobriquet déjà célèbre de leur fondateur. Les Hydropathes étaient nés. » (Noël Richard, À l’aube du symbolisme, op. cit., p. 21.)

4  Francisque Sarcey, « Les Hydropathes », in L’Hydropathe, n° 1, 22 janvier 1879, p. 3.

5  Ibid.

6  D’où la fameuse saillie contenue dans une lettre publiée dans La Plume, à la suite d’un « faux-Sarcey » (si l’on peut filer le genre rimbaldo-verlainien du « faux-Coppée ») qu’avait commis Cazals : « Deux personnes seulement à Paris ont le droit de signer Sarcey : moi d’abord, et ensuite M. Francisque Sarcey lui-même. » (Cité par François Caradec dans Alphonse Allais, Œuvres anthumes, t. 1, François Caradec (éd.), Paris, Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1989, p. XXVI.)

7  « Connaissez-vous les hydropathes ? Peut-être, puisque notre éminent confrère, Francisque Sarcey, en a parlé dans le xixe Siècle. » Diego Malevue (Émile Goudeau), in Revue moderne et naturaliste, 27 décembre 1878.

8  Le Tintamarre, 2 février 1879.

9  Il peut s’agir là du comble de ce que les anglophones appellent une inside joke, une « blague d’initié » qui, au même titre que l’humour des informaticiens ou l’humour juif, suppose l’appartenance à une communauté ou, à tout le moins, la maîtrise des codes et de l’encyclopédie de cette communauté pour pouvoir être apprécié.

10  Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au xixe siècle, Paris, Éditions du Seuil, « Poétique », 2007, p. 164.

11  « Blagues hydropathesques », in L’Hydropathe, n° 1, 22 janvier 1879, p. 4.

12  Selon la formule de Jean-Didier Wagneur, qui précise : « La petite presse a dû faire preuve de dynamisme dans le renouvellement de ses formes, sans jamais perdre de vue la nécessité d’assumer sa propre promotion, de s’offrir en spectacle. », dans « Le journalisme au microscope. Digressions bibliographiques », in Études françaises, n° 44, vol. 3, (« Microrécits médiatiques », Marie-Ève Thérenty, Guillaume Pinson [dir.]), 2008, p. 28.

13  La question du local était alors le principal point de discussion. Voir « Compte-rendu [sic] des séances », in Les Hydropathes, n° 5, 20 mars 1879, p. 4.

14  « Séances des Hydropathes », in Les Hydropathes, n° 6, 5 avril 1879, p. 4.

15  Félicien Champsaur, « Les Bottines de M. Zola », in Les Hydropathes, n° 5, 20 mars 1879, p. 3.

16  « Le Cercle des Hydropathes », in Les Hydropathes, n° 6, 5 avril 1879, p. 4.

17  Cela avait été annoncé dans le numéro précédent (celui contenant un article resté célèbre de Georges Fragerolle sur « Le Fumisme »), où un avis annonçait : « À partir du prochain numéro, L’Hydropathe devenu vieux (deux ans d’existence !) se marie avec la rive droite et aussitôt, prenant un titre nobiliaire, s’intitule désormais le Tout-Paris. Mêmes rédacteurs et d’autres nouveaux. Des vers et de la prose. Et surtout du parisianisme. Nos abonnés recevront le Tout-Paris au lieu et place de L’Hydropathe. Ils ne sauront s’en plaindre, le Tout-Paris étant hebdomadaire à huit pages. Nous espérons que le succès passera les ponts avec nous, et que suivront ceux dont les sympathies nous ont toujours été si précieuses. » L’Hydropathe, 2e année, n° 8, 12 mai 1880.

18  Tout-Paris. Ancien Hydropathe, 2e année, n° 9, 23 mai 1880.

19  Ibid.

20  Voir Noël Richard, À l’aube du symbolisme, op. cit., p. 33.

21  En 1885, pour faire face au public de plus en plus nombreux, Salis entreprend de déménager le Chat Noir rue de Laval (qui deviendra par la suite rue Victor-Massé). Noël Richard résume de la sorte les implications de ce changement de lieu : « Hélas… le caractère esthétique du second Chat Noir semble avoir varié en raison inverse de la tournure commerciale que lui imprima Rodolphe Salis. De nombreux poètes et artistes, comme Willette, déplorèrent cette nouvelle orientation du Chat Noir et s’éloignèrent. » (Ibid., p. 40.)

22  Seulement pour les sept premiers numéros ; le sous-titre est ensuite remplacé par l’annonce « Paraissant le samedi ».

23  Jules Jouy, « Échos montmartrais », in Le Chat noir, n° 4, 4 février 1882, p. 2.

24  « Nous lisons dans la Genèse que l’arche de Noé a jeté l’ancre au mont Ararat. Qu’est-ce que cela peut signifier, le mont Ararat ? Lisez : Montmartre ! En effet, ce vieux pochard de Noé, lorsque les eaux diluviennes commencèrent à se retirer, aperçut le sommet d’un mont, et dit : “Je m’arrête.” Il faudrait être aveugle comme Homère ou borgne comme Gambetta – que certains loustics appellent Péricoclès – pour ne pas voir que ces deux mots : “Mont-m’arrète” sont les radicaux inéluctables [sic] de Montmartre. » Jacques Lehardy (Clément Privé), « Montmartre », in Le Chat noir, n° 1, 14 janvier 1882, p. 1.

25  « Le Chat noir, moniteur de Montmartre, a été créé dans le seul but de raconter à tout l’univers habité, comme quoi cette ville, la plus ancienne du monde, ainsi que je l’ai dit plus haut, est encore la plus belle, la plus riche et la plus florissante de notre époque. Le Chat noir en décrira toutes les ressources, tous les agréments, toutes les somptuosités. Et, pour ne pas pratiquer un exclusivisme de mauvaise compagnie, pour ne pas avoir l’air de mépriser les petites cités qui se sont édifiées bien longtemps après Montmartre, Le Chat noir, qui ne recule devant aucune dépense, a déjà organisé une légion de hardis explorateurs qui n’hésiteront pas à risquer leurs jours pour aller, au loin, recueillir des documents qui enrichiront les connaissances scientifiques des habitants de la Montagne où l’on s’arrête. Les uns iront aux Batignolles, d’autres à Bercy ; des hommes dévoués et capables de tous les sacrifices, pousseront jusqu’à Paris, et, par leurs correspondances ruisselantes d’intérêt, permettront au Chat noir d’apprendre aux Montmartrois les mœurs, les coutumes, la civilisation des peuples les plus lointains. » (Ibid.)

26  Ibid.

27  Jean-Didier Wagneur, « Le journalisme au microscope. Digressions bibliographiques », in Études françaises, op. cit., p. 39.

28  Un exemple parmi d’autres : « Pour passer, les indigènes ont jeté des arcs-de-triomphe à deux, trois ou quatre portes par-dessus le lac mouvant (Rectiligne). On ne peut qu’applaudir à cette ingéniosité qui rapproche beaucoup ces gens, en fait d’intelligence, de cette race d’animaux appelés castors dont nous parlent les marchands de chapeaux de la rue des Abbesses ». A’Kempis, « Voyages de découvertes », in Le Chat noir, n° 4, 4 février 1882, p. 2.

29  « Les Collectivistes sont une collection de citoyens qui professent des doctrines tout à fait contraire [sic] à celles qui sont déjà connues. Ils s’intitulent quatrième État. Ils se subdivisent en outre en branchements divers. Il y a les collectivistes étatistes, les collectivistes collinsiens, les collectivistes sérieux, les collectivistes blagueurs, les collectivistes inconscients, etc. / Puis les Individualistes, / Les Particularistes, / Les Zutistes, Les X-ystes, / Etc., etc., etc., etc. » Le Diplomate, « Politique étrangère », in Le Chat noir, n° 10, 18 mars 1882, p. 4.

30  « Il y a trois espèces de monarchistes : Les Légitimistes, assemblage de birbes, de ramollis et de gâteaux qui attendent un messie boiteux et stérile ; / Les Orléanistes, association de roublards qui ne comprennent que la main-mise [sic] sur la fortune de leur pays. Ce sont les bourgeois qui datent de 1830 ; / Les Bonapartistes, qu’on nomme aussi Badingouins, Badingueusards, etc., qui voudraient confisquer à leur profit tout ce que peuvent produire leurs contemporains, à seule fin de faire une noce à tout casser. » (Ibid.)

31  Chanouard, « L’assaut de Montmartre », in Le Chat noir, n° 12, 1er avril 1882, p. 1.

32  « Ordre de mobilisation », in Le Chat noir, n° 12, 1er avril 1882, p. 1.

33  Edmond Deschaumes, « Les Modernistes », in Le Chat noir, n° 17, 6 mai 1882, p. 2.

34  Le Chat noir, n° 16, 29 avril 1882, p. 4.

35  Encart du Chat noir, n° 13, 8 avril 1882, p. 4.

36  Le Chat noir, n° 20, 27 mai 1882, p. 4.

37  Rodolphe Salis, « Notre Programme », in Supplément du Chat noir n° 1, 15 janvier 1882.

38  Le Chat noir, n° 13, 8 avril 1882, p. 4.

39  Ibid.

40  Le Chat noir, n° 22, 10 juin 1882, p. 4.

41  Encart du Chat noir, n° 31, 12 août 1882, p. 4.

42  Le Chat noir, n° 20, 27 mai 1882, p. 4.

43  Dans « Un deuil », A’Kempis décrit l’intérieur du cabaret comme « une sorte de temple du bibelot » (Le Chat noir, n° 15, 22 avril 1882, p. 1-2).

44  Fanfare rapporte ainsi que la « Salle des Dépêches » du Chat noir, dans laquelle s’accumulent tableaux et curiosités, telle « Une limousine de planche ayant appartenu à un mort qui s’en allait dans le brouillard. Don de Maurice Rollinat. », fait de l’ombre au musée Grévin (Le Chat noir, n° 39, 7 octobre 1882, p. 2).

45  Le Chat noir, n° 31, 12 août 1882, p. 4.

46  Le Chat noir, n° 16, 29 avril 1882, p. 4 : « Tous ceux qui s’occupent des arts ne vont pas à Paris sans aller visiter cet étonnant cabaret, plein d’esprit et de gaité. / IL FAUT ABSOLUMENT LE VISITER. »

47  Le Chat noir, n° 13, 8 avril 1882, p. 4.

48  Guillaumel, « Grand reportage Chat-Noiresque », in Le Chat noir, n° 28, 22 juillet 1882, p. 2.

49  Ibid.

50  Le Chat noir, n° 40, 14 octobre 1882, p. 2.

51  A’Kempis, « Voyage de découvertes », in Le Chat noir, n° 12, p. 2.

52  René Ponsard, « Le vieux Chat de grand-mère », in Le Chat noir, n° 2, 21 janvier 1882, p. 1-2.

53  André Gill, « Le Chat », in Le Chat noir, n° 12, p. 2.

54  Voir le dessin de Rodolphe Salis, Allez, la mère Michel, votre chat n’sera pas perdu ! (in Le Chat noir, n° 1, 14 janvier 1882, p. 3).

55  « Les Chats », in Le Chat noir, n° 3, 28 janvier 1882, p. 2.

56  « Miaulements financiers », in Le Chat noir, n° 28, 22 juillet 1882, p. 4.

57  On pensera à l’intitulé de leur chanson nationale, publiée l’année suivante : La Marseillaise des chats noirs (Vox Populi, Le Chat noir, n° 56, 3 février 1883, p. 4).

58  Conformément au fumisme (voir Georges Fragerolle, « Le Fumisme », in L’Hydropathe, 2e année, n° 8, 12 mai 1880).

59  « Un Deuil », in ibid.

60  Georges Lorin rapporte ainsi la dernière soirée des Hydropathes : « Un soir, au moment des vacances, Alphonse Allais, l’“illustre Sapeck” et Georges Fragerolle entrèrent en tirant des feux d’artifice. On sortit en chantant et on ne revint plus. »« Aux origines du Chat Noir : Les Hydropathes », in Le Figaro, supplément littéraire, n° 396, 6 novembre 1926.

61  Notamment la notice nécrologique par A’Kempis et la chronique de Vingtcholle, recensant divers (faux) articles de presse sur ce suicide (« À ceux qui bavent sur un cadavre », in Le Chat noir, n° 16, 29 avril 1882, p. 2).

62  Sapeck est à l’entrée du cabaret, Signac « déguisé en religieuse, […] Deschaumes costumé en maître des cérémonies » (Paul Eudel, Un peu de tout, Paris, Paul Ollendorff, 1896, cité par Mariel Oberthür, Le Cabaret du Chat Noir, à Montmartre [1881-1897], Genève, Éditions Slatkine, 2007, p. 40) ; les chansonniers Jules Jouy et Maurice Mac-Nab accompagnent railleusement la cérémonie ; Émile Goudeau récite quant à lui le Pater Noster. Pour clore cette fête macabre, Salis vient en personne remercier tout le monde pour ces splendides funérailles qu’on vient de lui offrir (Jean-Pascal, « Histoire mirifique du Chat Noir », in La Musique pour tous, 3e année, n° 24, 25 juin 1907, p. 6).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : André Gill, Le Printemps, in Le Chat Noir, n° 10, 18 mars 1882. Gallica, BNF, Paris.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/24582/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende note47
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/24582/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 5,9k

Auteurs

Docteure en littérature française, membre associé du CELIS (Université Clermont Auvergne). Elle a consacré une thèse à la question du sujet lyrique dans la poésie du Chat noir (1882-1897), sous la direction de Pascale Auraix-Jonchière (Université Clermont Auvergne). Ses travaux portent sur la poétique de ce corpus, la représentation du groupe, le corps et le rire. Elle a récemment publié, en codirection avec L. Lavergne, l’ouvrage collectif/anthologique Masques, corps, langues – Les figures dans la poésie érotique contemporaine (Classiques Garnier, 2017) ; en codirection avec Y. Sarrat, La Peau, premier numéro de Remugle, revue d’arts et littératures extrême-contemporains (2017) ; en codirection avec G. Bouchaud, G. Derbac, A. Gayte, A. Juliet, Le Suicide : question individuelle ou sociétale ? (Presses universitaires de Blaise Pascal/ Centre Michel de L’Hospital, 2018).

Maître de conférences invité à l’université de Namur. Ses travaux portent sur l’histoire de la littérature française du xixe siècle et il codirige les revues COnTEXTES et Parade sauvage. En plus de différents volumes collectifs, il est l’auteur de La littérature à l’ombre. Sociologie du Zutisme (Classiques Garnier, 2012), Le Dictionnaire détourné. Socio-logiques d’un genre au second degré (PUR, 2013) et a animé avec Anthony Glinoer le projet international Lexique Socius (2014-2016).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search