Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’année 1925

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Mythologies

Devenir Titaÿna

Une journaliste à la croisée des chemins

Cécile Berthier-Mc Laughlin

Texte intégral

  • 1 Delteil Joseph, Journal, 15 décembre 1925, cité par Heimermann Benoît, Titaÿna, Paris, Flammarion, (...)
  • 2 Carrière Yves, Pierre Lazareff ou le vagabond de l’actualité, Paris, Gallimard, 1995, p. 218.
  • 3 Boucharenc Myriam, L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve d’Ascq, Presses unive (...)
  • 4 Ribadeau Dumas François, Carrefour de visages, Paris, La Nouvelle Société d’édition, 1920, p. 190.

1« Vu Titaÿna ; un œil de gazelle dans un corps d’avion. Elle doit faire l’amour avec les palmiers1. » C’est en ces termes que Joseph Delteil évoque, en 1925, une jeune fille dont l’identité se résume à l’unité éclatante d’un pseudonyme et qui commence tout juste à faire parler d’elle. Elle a déjà signé deux contes et deux romans, mais surtout, depuis peu, exerce le métier de journaliste, en parcourant le monde en avion sans craindre le danger. La sensualité sulfureuse de l’aventurière, joliment exprimée ici, est évoquée de façon plus franche sous la plume de Jean-Gérard Fleury, sur le point d’entrer à Paris-Soir : « Elle avait la réputation d’avoir le feu au cul mais malheureusement je n’ai jamais eu l’occasion de le vérifier2. » Celle qui deviendra « la globe trotter préférée des lecteurs de Paris-Soir 33 », pénètre avec fracas dans l’univers journalistique des années folles, profitant d’une plus grande liberté accordée aux femmes, des progrès techniques et de la recherche du sensationnel de certains journaux. Son parcours pourrait se saisir comme une captation intuitive des sollicitations de son époque. Titaÿna, comme le dit justement François Ribadeau Dumas, dans le portrait qu’il brosse d’elle à la fin des années 1920, « appartient au siècle4 », ce « siècle du mouvement » comme elle le qualifie à l’ouverture de son Tour du Monde.

  • 5 Toutes ces informations sont inspirées de Heimermann Benoît, Titaÿna, Paris, Flammarion, 1994.

2Rien ne prédestinait Élisabeth Sauvy à une telle carrière. Elle voit le jour le 22 novembre 18975 dans le domaine familial de Richemont, à 10 km au sud de Perpignan. Elle naît sous un double signe : celui de la terre, par ses grands-parents paternels, grands viticulteurs et fortune de la région, et celui de la culture, par son père, un fin lettré, licencié en droit et qui dispose d’une vaste bibliothèque qu’Élisabeth explore en catimini. Audacieuse et imaginative, elle a beaucoup de mal à supporter la rigidité des codes sociaux. Elle fuit l’austérité de sa pension qu’elle fréquente pendant neuf ans, en troquant les récits à l’eau de rose contre des romans d’aventures. En 1922, décidée à se faire connaître, Élisabeth devient Titaÿna. Ce pseudonyme est un clin d’œil à ses origines puisqu’il s’agirait d’un personnage de la mythologie catalane. Le choix d’un tel nom reste cependant mystérieux ; il résonne comme un tourbillon d’énergie ; il y a du Titan dans Titaÿna, un Titan féminisé par des sonorités ouvertes. Comme pour créer une unité qui fasse sens, elle baptise son voilier Titan. Ce pseudonyme laisse pressentir son goût pour la mise en scène et il est significatif d’une stratégie qui conduira Titaÿna sur des chemins variés. En chef d’orchestre peu expérimenté, elle cultive un éclectisme qui pourrait sembler excessif, parfois peu maîtrisé et la conduira à sa perte. Le parcours atypique de Titaÿna interroge : est-elle un fin stratège ou une jeune femme indécise qui se laisse porter par l’air du temps ? Icône populaire des années 1920-1930, celle qui fut l’amie intime de Jean Cocteau, l’égérie de Man Ray, cette véritable touche à tout survit avec peine dans la mémoire d’une poignée de curieux. Tentons de la suivre dans ses itinéraires, parfois dans ses errances, pendant ces Années folles qui signent l’avènement de son personnage.

Titaÿna, figure du mouvement et de la voltige

3Si Titaÿna était une œuvre musicale, elle serait un cake-walk au tempo rapide et dansant. Ce qui la caractérise avant tout est une cadence. Sans jamais vouloir s’arrêter, elle dévore l’espace, agit vite en sachant tirer parti des situations dans lesquelles elle se trouve. Sur le plan professionnel, elle essaie tous les costumes, tout en restant dans le domaine de la création qui convient à son caractère imaginatif. Elle commence par des contes, des romans, compose une opérette, dirige Jazz une revue d’actualités littéraires, met en scène trois reportages filmés sur les Indiens, les mangeurs d’hommes de Bornéo et la Chine mais s’épanouit dans la pratique du journalisme en écrivant un grand nombre d’articles sur ces voyages pour des journaux comme L’Intransigeant, Lectures pour tous, Le Matin, Vu, Eve ou encore Voilà.

4Ce parcours éclaté et parfois incohérent trouve une illustration dans le cheminement amoureux de la jeune aventurière. L’époque tend vers une plus grande égalité homme-femme et La Garçonne de Victor Margueritte dès 1922, a montré à ses contemporaines comment une femme pouvait instrumentaliser l’homme. Titaÿna, qui opte dans un premier temps pour la voie traditionnelle du mariage, semble vouloir dépoussiérer cette institution. Elle voit dans le mariage le meilleur moyen de pouvoir agir à sa guise, fréquenter qui elle veut, et n’hésite pas à imposer la conception toute moderne qu’elle se fait de cette union. En 1922, Daniel Olivier, son premier fiancé se ravise très vite, en comprenant l’état d’esprit de sa future épouse. Quelques semaines après, en juin 1922, elle annonce ses fiançailles avec un certain Jules-Édouard Courtecuisse, mais trois mois après le mariage, le couple pense à se séparer. La solution du mariage est avant tout un contrat financier pour la jeune fille. Pas question de parler de sentiments. La scandaleuse joue la carte de la dissidence... ce qui pour une jeune fille élevée dans la pure tradition aristocrate, relève déjà du scandale. Rien ne doit être une entrave à sa liberté et surtout pas un homme.

  • 6 Titaÿna, La Bête cabrée, Paris, Éditions du Monde moderne, 1925, p. 130.
  • 7 Ibid., p. 10.
  • 8 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. IV.
  • 9 Ribadeau Dumas François, Carrefour des visages, op. cit., p. 190.

5Elle ne s’en tient pas à ces échecs conjugaux et, humant l’air du temps, celle qui fut, sans le savoir, la voisine de Marcel Proust rue Hamelin, tente sa chance dans l’écriture, comme de plus en plus de femmes de son temps. Elle publie un premier conte pour La Victoire, après avoir assailli le bureau de rédaction, puis en fait paraître trois autres pour Fantasio. En 1923, son premier roman, Simplement, paraît chez Flammarion. La fiction de son second roman, La Bête cabrée, paru en 1925, préfigure la destinée de son auteur. La jeune héroïne d’une vingtaine d’années signe sa correspondance de l’initiale T. Ce personnage, oisif, essaie de s’étourdir dans un Paris bouillonnant, fuyant l’amour et vouant un culte étrange à l’idée de Beauté6 ; l’incipit très « Art déco », nous plonge dans un dancing qui résonne aux rythmes du jazz, et le lecteur ne peut s’empêcher de songer au « Bouf », cabaret que Titaÿna fréquentait dans ces années-là, où elle jouait le rôle de dame de compagnie pour la princesse japonaise Kitachirakawa. « La Bête cabrée » est, de plus, une femme à la coquetterie marquée et l’ouvrage accorde une large place aux vêtements de haute couture, cite de grands noms comme Poiret7, et invite à de nombreuses scènes au miroir ; car Titaÿna fait partie d’une génération de femmes qui s’emploient à styliser leur image. La femme « aux yeux de Bédouine8 » est dotée d’un physique agréable qui lui permet d’attirer les regards. Ses portraitistes sont louangeurs et François Ribadeau Dumas n’est pas le plus insensible à « sa minceur [...] nerveuse. Sourcils noirs, visage hiératique, une bouche sacrée. L’œil noir est grand et beau, rêveur9 ».

  • 10 Mac Orlan Pierre, « Préface », op. cit., p. III.

6Garçonne, elle a coupé ses cheveux et illustre par sa façon de s’habiller et son comportement l’affranchissement de la femme dans ces années là. Elle n’hésite pas à s’approprier les progrès techniques de son époque, se frotte à la machinerie, et cultive l’allure sportive. Pierre Mac Orlan, préfacier de La Bête cabrée, met en avant la vigueur et la pleine liberté de la jeune romancière, ou plus exactement, de la reporter audacieuse. Titaÿna devient sous sa plume « cette femme énergique » à « l’humeur vagabonde » qui « conduit l’art du reportage aux plus hautes réussites de l’art littéraire10 ». La publication de La Bête cabrée sert de prétexte à faire émerger, non pas la romancière qu’est Titaÿna, mais le personnage de reporter qu’elle est en train de devenir, comme si l’auteur était dépassé voire occulté par son personnage. Stratégie pour se faire une place ou indécision à trouver sa place dans un domaine précis ? Le mouvement constant de ce personnage est tel qu’on est amené à s’interroger : Titaÿna pense-t-elle qu’en étant sur tous les fronts, elle multiplie ses chances d’atteindre le succès ?

7Tel un « personnage-éponge », elle intègre rapidement la nouveauté et comprend le parti qu’elle pourrait tirer d’une mode. Pour atteindre l’indépendance financière à laquelle elle tient tant, elle sait qu’il faut faire preuve d’audace. Pour ses reportages, elle choisit l’avion. En 1924, quand elle part, à la demande du prince de Roumanie, faire une conférence sur la femme française, en avion, c’est une révélation pour elle. L’exploitation de l’aviation sera désormais une bonne stratégie pour pénétrer dans les bureaux de rédaction. En effet, l’aviation civile en 1924, n’en est qu’à ses balbutiements et il faut un certain cran pour voyager dans des carlingues peu sécurisées, parfois même sans toit. Il y a là un créneau à prendre, a fortiori quand on est une femme et Titaÿna qui prend des cours pour décrocher son brevet, le sait parfaitement. L’avion devient un compagnon de route idéal pour Titaÿna : dangereux, il peut à tout instant s’écraser, ce qui est une situation rêvée pour elle qui voit à chaque difficulté poindre un sujet d’article percutant ; rapide, il correspond à la cadence que Titaÿna s’est imposée. Plus qu’une reporter classique, c’est une « bourlingueuse » qui émerge dans ces années-là, enrichissant la figure du grand reporter, par l’accent mis sur le risque, l’aventure, la vitesse, mais mettant à mal le sérieux de la profession, en insistant sur le sensationnel au détriment parfois de l’investigation. Ses contemporains s’en rendent compte ; Pierre Bost, auteur du Scandale, affirme à propos de Bonjour la Terre, recueil de souvenirs aériens publié en 1929 :

  • 11 Bost Pierre, « Les Livres », in Jazz, 15 juin 1929, cité par Heimermann Benoît, Titaÿna, op. cit.,(...)

Cette lecture nous laisse comme une courbature dans les reins, ce qui est bien, en pareille matière, le comble de la réussite. L’auteur est moins guidé par l’amour des voyages que par la passion du voyage, et cette fuite à travers l’Europe a quelque chose d’hallucinant ; l’avion, mode de transport préféré de Melle Titaÿna, donne à ces randonnées plus de vigueur encore et d’imprévu en en accroissant la vitesse et la brusquerie11.

  • 12 Orthographe fidèle au texte.

8Et de l’imprévu, Bonjour la Terre n’en manque pas qui met en scène une Titaÿna, échappant de justesse à un crash aérien ou apprenant le fox trot à Romanetti, un bandit corse qui a pris le maquis. Le mode de transport allié à une personnalité sulfureuse et qui n’a pas froid aux yeux devient acteur à part entière du texte, lui insuffle un tempo, un regard et une écriture. Titaÿna ne fore pas la réalité, elle la survole, et à la rapidité de l’avion correspond la rapidité de l’écriture. Ses reportages ont un style incisif, sténographique, ne ménageant pas les effets cinématographiques, jouant sur l’énumération rapide d’images fortes comme si elle se laissait porter par une esthétique de la vitesse, qui mimerait les qualités du moyen de transport. Dans Bonjour la Terre, alors qu’elle survole les Karpathes12, on peut lire :

  • 13 Titaÿna, Bonjour la Terre, Paris, Louis Querelle, 1929, p. 77.

Temps mou, incertain comme une femme et, comme elle, prêt à l’orage. [...] Visibilité nulle. Il faut d’urgence échapper à l’ouate traîtresse. Nous descendons avec rapidité. Je suis aussi déséquilibrée que l’appareil auquel je suis cramponnée. Brusquement, dans le voile déchirée, la terre apparaît à ma gauche, perpendiculaire, toile murale mal suspendue13.

9Le tempo fait l’unité de cette aventurière protéiforme qui cumule les identités professionnelles. Titaÿna entretient un rapport particulier avec sa « carrière » de femme de lettres. Dans l’imaginaire de la journaliste, l’écriture qui n’est pas le support d’une action de terrain devient une pure construction de l’esprit, qu’elle assimile à une forme d’immobilisme. Femme d’action avant d’être auteur, elle répète à qui veut l’entendre le rapport négatif qu’elle entretient avec l’écriture ainsi qu’en témoigne cette coupure de presse trouvée dans les cahiers du peintre Morillot qu’elle a rencontré à Tahiti :

  • 14 Scemla Jean-Jo, Les Cahiers Morillot, ou la vie très exotique du boucher Poncelet, Paris, L’Harmat (...)

Madame Titaÿna, tout le monde le sait fait de l’aviation et du grand reportage. Toute jeune, sa vie est déjà striée d’aventures. Un coup de téléphone et deux heures après elle est sur son avion, coiffée de son casque et file sur Budapest, Rome ou Barcelone. Elle n’aime pas écrire. Elle est avant tout mouvement, départ14.

10Elle affirme qu’elle n’est pas une femme de lettres, ce qui est une ultime stratégie qu’utilisent à l’époque de nombreuses bourlingueuses. Sa simplicité stylistique revendiquée, son amateurisme littéraire feint voire son incapacité littéraire sont des leitmotive qui apparaissent à l’ouverture de ses récits ou dans les interviews qu’elle donne comme celle pour La Revue du cinéma en 1931 :

  • 15 Titaÿna, « Le Cinéma chez les Indiens du Mexique », in La Revue du cinéma, 3e année, n° 20, 1er ma (...)

À chaque retour de l’un de mes voyages, je me suis sentie semblable à « l’enfant qui veut se faire un collier de perles avec des gouttes de rosée ». Je n’ai pas su manier les mots comme des tubes de couleurs ni donner à mes phrases des courbes de hanches gardant le contact des mains du potier. De visions absorbantes, comme une Mystique je fis des livres insatisfaisants et je ne dois pas les relire si je veux recréer le mirage15.

  • 16 Ibid.

11Cette non-conformité avec la figure de la femme de lettres permet au personnage d’exister, mais c’est aussi une sorte de frustration chez la jeune fille qui ose affirmer avec mauvaise foi : « Avant de venir au journalisme, car je ne suis jamais allée à La Littérature, cette place publique ou la foule s’échange des crocs-en-jambe et des lieux communs, j’avais eu l’idée de la mise en scène16. » Elle pousse la logique de son personnage en construisant un rôle d’auteur sans qualité. Mais ce rôle est paradoxal et il semble que cette mise en scène soit une stratégie pour accéder à la notoriété littéraire. Elle entrerait donc à rebours dans l’espace littéraire en niant vouloir y entrer. Tout est question de représentation et Titaÿna use et abuse d’effets scénographiques, métamorphosant au gré de ses envies son personnage de bourlingueuse, qui décline identités masculine et féminine, sous les yeux d’un lecteur médusé.

Titaÿna, bourlingueuse transformiste

  • 17 Ribadeau Dumas François, Carrefour des visages, op. cit., p. 188.
  • 18 Titaÿna, Mon Tour du monde, Paris, Louis Querelle, 1928, p. 203.

12Le personnage sème le trouble, en accord avec son temps passé maître dans le mélange des genres comme dans l’indétermination des sexes. Elle brouille les catégories avec une certaine euphorie, exploite tantôt des capacités viriles de courage, de force physique, tantôt une coquetterie féminine. Pour donner une idée de ces procédés, appuyons-nous sur l’écriture du vêtement telle que Titaÿna le met en scène. On soupçonne déjà dans la présence même de cette écriture, un brin de féminité. Dans Mon Tour du monde, alors qu’elle a remplacé l’avion par le paquebot, elle est matelot le jour et devient le temps d’une soirée une mondaine qui transpose l’univers parisien des grands couturiers sous le ciel des tropiques. C’est dans cette atmosphère de « Jazz et cocktails autour de la terre17 » qu’apparaissent les robes de chez Poiret18. La référence au grand couturier vient dire le lien étroit que Titaÿna tisse entre le monde du voyage et la mode. Elle joue les mannequins dans ses récits, se faisant l’ambassadrice d’un esprit parisien qu’elle exporte au bout du monde. La description de sa cabine lors de son voyage en Océanie participe de ce va-et-vient entre masculin et féminin :

  • 19 Ibid., p. 16.

Atmosphère mi-couvent mi-clinique. Pourtant, reflétés par la glace ovale, mes flacons, brosses, ongliers, jettent une note intime de boudoir féminin ; mes robes dépliées, ont parfumé l’air de souvenirs anciens ; sur les lits, deux fourrures jetées incitent au repos rêveur19.

13On est loin ici du type de l’exploratrice masculinisée par des pantalons et des vestes en cuir. Toute la coquetterie féminine se déploie et donne une autre tonalité au voyage, qui se fait plus intime et douillet. Pourtant, cette alcôve féminine subira les aléas du voyage et se métamorphosera sous le regard dépité de l’aventurière :

  • 20 Ibid., p. 75.

Mes valises sont couvertes d’une épaisse couche de moisissure, mes souliers sont atteints, mon linge pointillé de taches. Tout ce qui est métal s’est rouillé, mes enveloppes collées, mes robes, dans l’armoire, se sont lentement déplissées. [...] Et ma coiffeuse lamentable me présente des crèmes liquéfiées, de la poudre en grumeaux20.

14Titaÿna s’amuse à mettre à mal une féminité de convention afin de montrer que son personnage, s’il joue un temps le jeu de la coquetterie, se place en réalité, en marge d’une féminité traditionnelle.

  • 21 Titaÿna, Bonjour la Terre, op. cit., p. 19.

15Néanmoins, ce thème de la métamorphose est assez récurrent dans les textes d’autres bourlingueuses de l’entre-deux-guerres. Là où Titaÿna innove, c’est lorsque, dans des effets de contrepoint, elle superpose masculin et féminin. Alors qu’elle vient d’atterrir in extremis sur le sol turc, elle fait connaissance avec des villageoises : « J’ai retiré mes bas de laine pour les faire sécher et l’apparition de mes bas de soie les comble de stupéfaction21. » À travers ces deux attributs, l’un renvoyant au confort propice au voyage et l’autre à une subtile coquetterie, qui, cette fois-ci semble épargnée, elle met en scène une figure d’aventurière nouvelle. Plus que de brouiller les catégories, elle les juxtapose, à la manière de ses bas de laines et de soie, donnant de l’étoffe à son personnage. Car investir un espace d’homme ne veut pas dire se plier à des lois masculines et si la jeune fille est

  • 22 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. IV.

aussi résistante qu’un homme, sait porter le sweater de sport, le veston de cuir et les jolies bottes de sept lieues que l’on trouve au milieu des équipements coloniaux, [si] elle a suivi la même piste que les hommes les plus boucanés, [si] dans les terres où l’on ne ment jamais, elle a connu les heures rudes de franc compagnonnage où la galanterie n’intervient jamais22.

16Elle n’en reste pas moins une Parisienne exquise. Ces effets de métamorphose et de contrepoint féminin intriguent et amplifient l’audace d’un personnage en mouvement constant.

  • 23 Titaÿna, Bonjour la Terre, op. cit., p. 61.
  • 24 Ibid., p. 73.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid.
  • 27 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. V.

17Ces contrastes sont encore plus saisissants lorsque l’on aborde le comportement d’un personnage qui joue sur le double tableau de la force et de la fragilité, comme si les conditions physiques et masculines du reportage « titaÿnesque » n’étaient acceptables et efficaces que doublées de topoï plus féminins. Le lecteur est face à un personnage qui tantôt boit du cognac, conduit une voiture, tantôt s’évanouit. De nombreux passages mettent en avant l’héroïsme au sens le plus masculin qui soit de l’apprentie reporter. Bonjour la Terre accumule les périls en avion, insistant sur le courage aveugle de la jeune fille. Néanmoins, ces éclats héroïques sont ponctués de moments de vulnérabilité, qui rappellent que Titaÿna reste une femme, ruse par laquelle cette dernière souligne, a contrario, son courage. Elle est fréquemment atteinte de fatigue23 parfois dramatisée au point de donner lieu à des états de perte de conscience. Le personnage est à plusieurs reprises « inerte24 », « tombe comme une masse25 », « terrassée par la fatigue fiévreuse26 », etc. La maladie, la mise à mal du corps, conséquence de climats hostiles, d’une mauvaise alimentation et du manque de sommeil, sont des thématiques récurrentes qui mettent Titaÿna en valeur et la font exister corporellement. À partir de ce corps si présent, se développe une esthétique érotico-morbide qui fait la spécificité de la voyageuse. Figure du paradoxe et du sensationnel, elle trouve des motifs qui font fureur et qui sont un mélange de voyeurisme et d’exhibitionnisme. Déjà, dans La Bête cabrée, elle décrivait ce que par antiphrase elle appelait l’« Ile de Beauté », sorte de « poubelle géante et aride, un enfer sans feu27 » qui rassemble toute sorte de créatures monstrueuses.

  • 28 Titaÿna, Loin, Paris, Flammarion, 1929, p. 29.
  • 29 Ibid.
  • 30 Titaÿna, Bonjour la Terre, op. cit., p. 14.
  • 31 Titaÿna, Loin, op. cit., p. 125.

18Sa prédisposition pour des thématiques noires signifie en creux la fin du personnage de mondaine pour mettre l’accent sur le désarroi, voire la désespérance de la journaliste, thèmes qu’elle développera à la fin des années 1930. La figure de la mondaine ne serait qu’un masque qui cacherait déjà, durant ces années folles, un goût de la perte. Les titres de chapitres de Loin, comme « Défunte océanie28 » ou encore la pensée mise en exergue « J’aime les mortes29 » sont éloquents. Rien de ce qui a un lien avec les pulsions humaines ne lui échappe et elle n’hésite pas à se mettre dans des situations scabreuses. Ce qui importe n’est pas tant la réalité observée, l’enquête qu’elle mène, que la mise en scène de son personnage. L’exotisme et les situations extrêmes sont prétexte à une entreprise d’autovalorisation d’un personnage qui s’affiche dans la rupture. Le corps de l’autre, si présent, est instrumentalisé et renvoie au corps de la voyageuse. Dans Bonjour la Terre, alors qu’elle vient d’échapper à la mort en avion, elle se retrouve nez à nez avec un cadavre : « un cadavre, nu, rejeté par la mer, en état de décomposition, [...] [au] visage verdâtre et grimaçant30 ». Ce cadavre est parfait : il est déjà à un stade avancé et en plus il est nu ! Le corps d’une victime de l’aviation devient un corps prétexte, servant de faire-valoir à un personnage qui a su gagner la terre sans trop de heurts. De même, le thème de la lèpre dans Loin est révélateur d’une attirance pour la mort. La journaliste, avec provocation, lie la pourriture des corps à l’idée d’un absolu euphorique, divin, entremêlé d’amour. La lèpre est « la Volupté rose31 », le lépreux, l’initié :

  • 32 Ibid., p. 126-127.

Mais au fur et à mesure que ton corps se séparera de toi, que tes doigts, tes mains, tes membres tomberont, tu entreras, mystérieux et initié, dans cette vie dont nous ignorons la joie [...] ta chair pourrira et, dans sa jouissance intensifiée, tu fixeras l’éternel32.

TITAŸNA, UN EFFET DE MODE ?

  • 33 de Bryas Madeleine, « Les Grandes Voyageuses », in Union nationale des femmes, avril 1934.

19Éros et Thanatos ont libre cours sous la plume de Titaÿna et ne sont pas étrangers à sa popularité. La journaliste qui parcourt le monde avec une rapidité incroyable va connaître un succès aussi rapide qu’éphémère. Celle qui s’inscrit dans la rupture, cultive l’art de la fuite mais maîtrise les codes médiatiques de son temps, n’aura-t-elle été qu’un effet de mode ? Il semble que Titaÿna n’ait été qu’« une étoile filante dans le firmament parisien33 ». Pourtant, la jeune fille a su se construire un réseau impressionnant de relations. Elle fréquente Jean Cocteau, Marie Laurencin, et rencontre une bande de jeunes ethnologues, de bourlingueurs érudits, comme Marcel Griaule, un certain Michel Leiris et un passionné de l’arctique Paul-Émile Victor.

20Son audace lui a permis d’entrer en contact avec des personnalités utiles à son évolution professionnelle. Elle a conscience de son opportunisme et évoque dans une lettre à sa tante « les indifférents utiles » avec qui elle dîne régulièrement. Elle sollicite, frappe à toutes les portes, se lance dans des sit-in sans fin dans les bureaux de rédaction. Courteline préface son premier roman ; Mac Orlan lui propose de travailler à L’Intransigeant pour lequel elle écrit une série d’articles sur la Pologne, la Bulgarie, la Méditerranéenne, le Maroc. C’est là qu’elle livre ce qui deviendra Bonjour la Terre et son diptyque océanien Mon Tour du monde et Loin. Qu’elle soit un personnage atypique lui permet de percer dans un milieu fermé. Avec elle, la rupture devient stratégie médiatique et manifeste sa faculté à intégrer les codes de son époque. L’exemple le plus frappant est le vol d’un Bouddha d’Angkor. Ce délit est symptomatique d’un non respect des bienséances et en même temps d’un mimétisme médiatique. En effet, lorsqu’en en avril 1928, le journal Vu fait paraître un article de Titaÿna intitulé « Comment j’ai volé la tête d’un Bouddha d’Angkor », ce titre a un goût de déjà vu et on ne peut s’empêcher de penser à Malraux qui cinq ans plus tôt avait commis un larcin de la sorte au Cambodge. A-t-elle voulu s’inscrire dans la lignée des grands aventuriers et ainsi mieux se fondre dans son époque ? Les répercussions médiatiques sont grandes, car ce vol sera l’occasion d’une série de photos de Man Ray et de deux articles à sensation dans Vu.

  • 34 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. II et IV.
  • 35 Delarue-Mardrus Lucie citée par Heimermann Benoit, Titaÿna, op. cit., p. 134.

21Mais Titaÿna qui risque sa vie pour se faire une place s’est attiré des jugements contradictoires. Personnalité journalistique scandaleuse, elle est appréciée ou détestée. La préface de Mac Orlan à La Bête cabrée illustre les discours laudatifs que l’on peut trouver sur elle dans les années folles. Il évoque « les dons littéraires », « le style franc et net », « la lumière de sa phrase34 ». De même, après avoir lu Bonjour la Terre, Lucie Delarue-Mardrus vante son talent : « Je viens de lire votre livre d’oiseau migrateur et j’en garde comme un vertige. Quelle vivante mosaïque, quelle géographie à l’échelle de la vraie vie vous nous faites entrevoir à travers vos souvenirs35 ! » Mais le style de Titaÿna et la confusion générique de certains de ses textes, qui ne se situent ni dans le reportage, ni dans le récit de voyage, brouillant les catégories, accordant trop de place à la subjectivité, dérangent. Le personnage audacieux, entreprenant et impulsif ne convient pas à certains organes de presse comme Le Matin. Pourtant, les dirigeants du journal avaient été épatés par le scoop qu’elle avait décroché en 1924, en interviewant Mustapha Kemal. Le journal n’a cependant pas laissé de deuxième chance à la jeune aventureuse. C’est vers des supports plus populaires comme Lectures pour tous, où la concurrence entre reporters et le sérieux de l’enquête sont moindres, qu’elle s’oriente à partir de 1926. Ce journal a l’avantage de la laisser libre quant à l’écriture de ses aventures. Le pseudonyme Titaÿna résonne dès lors comme un appel à l’aventure. Ces enquêtes incroyables, son écriture efficace, lui ouvrent le chemin du succès. Titaÿna devient le symbole d’un ailleurs exotique qui fait rêver, frémir et d’une féminité moderne. Elle se métamorphose une dernière fois pour devenir parfum, lance à Paris la mode du paréo dont Minerva en 1929 se fait l’écho :

  • 36 Sans auteur, Minerva, article sur Mon Tour du monde, 1929.

Les vêtements de plage lui semblant d’une banalité que, certes je ne contesterai pas, Titaÿna a eu l’idée d’adapter des paréos et autres vêtements océaniens à la vie estivale des gens d’occident. Une maison de couture a adopté la suggestion et ce n’était pas hier, au Trocadéro, un des moindres succès que celui de ravissants mannequins revêtus d’ensembles, voire de pièces uniques, parfaitement gracieux et évocateurs36.

  • 37 Ibid.

22Celle qui « n’aime que le travail manuel. Réparer un moteur, développer et tirer des photos37... » vante même les mérites d’une Peugeot !

  • 38 Titaÿna, Les Ratés de l’aventure, Paris, Éditions de France, 1938.
  • 39 Ribadeau Dumas François, Carrefour de visages, op. cit., p. 191.

23Titaÿna est une « baroudeuse de charme » qui joue de son éclectisme et lutte contre une tendance à l’éclatement qui lui sera fatale. Cet éclectisme la projette sur le devant de la scène dans les années 1920 ; c’est lui qui, quelques années plus tard, causera sa perte. Son énergie de femme nouvelle s’épuise et elle exploite, en un dernier sursaut, cet essoufflement-même, développant le thème du ratage ainsi que le laisse entendre, en 1938, Les Ratés de l’aventure38. Le voyage à Tahiti portait déjà les stigmates d’une sorte de désespoir et marque un tournant dans sa carrière de voyageuse. La vigueur qui faisait le sel de ses textes devient dès lors mensonge, mépris, imposture. Titaÿna qui a cherché avec entêtement à s’imposer dans des domaines variés, a poussé son personnage, de succès en dérapages, jusqu’à ses derniers retranchements, se condamnant à la solitude. Cette solitude la conduira vers de nouvelles errances, sans plus de repères : collaboration, exil aux États-Unis où elle finira ses jours. Dès la fin des années 1920, intuitive et lucide, la bourlingueuse sait qu’elle sera oubliée de tous : la sage Titaÿna livre ici un dernier masque, en « songe[ant] mélancoliquement que chaque chose apprise est un pas de plus vers l’isolement39 ».

Notes

1 Delteil Joseph, Journal, 15 décembre 1925, cité par Heimermann Benoît, Titaÿna, Paris, Flammarion, 1994, p. 119.

2 Carrière Yves, Pierre Lazareff ou le vagabond de l’actualité, Paris, Gallimard, 1995, p. 218.

3 Boucharenc Myriam, L’Écrivain-reporter au cœur des années trente, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Objet », 2004, p. 107.

4 Ribadeau Dumas François, Carrefour de visages, Paris, La Nouvelle Société d’édition, 1920, p. 190.

5 Toutes ces informations sont inspirées de Heimermann Benoît, Titaÿna, Paris, Flammarion, 1994.

6 Titaÿna, La Bête cabrée, Paris, Éditions du Monde moderne, 1925, p. 130.

7 Ibid., p. 10.

8 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. IV.

9 Ribadeau Dumas François, Carrefour des visages, op. cit., p. 190.

10 Mac Orlan Pierre, « Préface », op. cit., p. III.

11 Bost Pierre, « Les Livres », in Jazz, 15 juin 1929, cité par Heimermann Benoît, Titaÿna, op. cit., p. 134.

12 Orthographe fidèle au texte.

13 Titaÿna, Bonjour la Terre, Paris, Louis Querelle, 1929, p. 77.

14 Scemla Jean-Jo, Les Cahiers Morillot, ou la vie très exotique du boucher Poncelet, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 57.

15 Titaÿna, « Le Cinéma chez les Indiens du Mexique », in La Revue du cinéma, 3e année, n° 20, 1er mars 1931.

16 Ibid.

17 Ribadeau Dumas François, Carrefour des visages, op. cit., p. 188.

18 Titaÿna, Mon Tour du monde, Paris, Louis Querelle, 1928, p. 203.

19 Ibid., p. 16.

20 Ibid., p. 75.

21 Titaÿna, Bonjour la Terre, op. cit., p. 19.

22 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. IV.

23 Titaÿna, Bonjour la Terre, op. cit., p. 61.

24 Ibid., p. 73.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. V.

28 Titaÿna, Loin, Paris, Flammarion, 1929, p. 29.

29 Ibid.

30 Titaÿna, Bonjour la Terre, op. cit., p. 14.

31 Titaÿna, Loin, op. cit., p. 125.

32 Ibid., p. 126-127.

33 de Bryas Madeleine, « Les Grandes Voyageuses », in Union nationale des femmes, avril 1934.

34 Mac Orlan Pierre, « Préface », in Titaÿna, La Bête cabrée, op. cit., p. II et IV.

35 Delarue-Mardrus Lucie citée par Heimermann Benoit, Titaÿna, op. cit., p. 134.

36 Sans auteur, Minerva, article sur Mon Tour du monde, 1929.

37 Ibid.

38 Titaÿna, Les Ratés de l’aventure, Paris, Éditions de France, 1938.

39 Ribadeau Dumas François, Carrefour de visages, op. cit., p. 191.

Auteur

Université de Limoges

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540