Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’année 1925

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

Mythologies

Suzanne Lenglen, une sportive Art déco

Thomas Bauer

Texte intégral

  • 1 Lichtenberger André, Micard Étienne, Leurs 400 coups (de tennis), illustrationtrations de Simone A (...)
  • 2 Véray Laurent, « Entre héroïsation et féminisme : l’image de Suzanne Lenglen de 1920 à 1926 », in (...)
  • 3 Collomb Michel, La Littérature Art déco, Paris, Librairie des Méridiens/Klincksieck et Cie, 1987, (...)

1« Au commencement du monde, il n’y avait personne. Dieu créa d’abord Adam, ensuite Ève, enfin Suzanne Lenglen1. » Ces mots élogieux écrits par André Lichtenberger et Étienne Micard en 1925, montrent à quel point la tenniswoman a marqué son époque et devint une véritable diva. Tout remonte au jour où elle s’attaqua à la suprématie d’Albion, en 1919, date à laquelle elle remporta le tournoi de Wimbledon, battant en finale la tenante du titre, Mrs Lambert-Chambers, devant des milliers de spectateurs surpris dont le roi George V et la reine Mary. Ses venues à Londres suscitèrent depuis l’enthousiasme des Anglais : les affiches sur les bus annonçaient son arrivée, la presse racontait les péripéties de sa traversée de la Manche, les reporters l’attendaient à son hôtel et la foule, en quête d’autographes, bloquait son automobile en pleine rue. Le public français n’était pas en reste puisque lors du « match du siècle » qui l’opposa à Helen Wills le 16 février 1926, de frénétiques applaudissements éclatèrent de toutes parts dans les salles de cinéma parisiennes où des images de son triomphe furent projetées. Première sportive à être ainsi médiatisée, un peu comme l’avaient été auparavant en France Jean Bouin ou Georges Carpentier, Suzanne Lenglen est littéralement passée, pour reprendre l’expression de Laurent Véray, du « stade de vedette à celui d’authentique héroïne nationale2 ». Cependant, sa précocité et son palmarès ne sont pas les seules raisons qui firent d’elle la figure mythique que nous connaissons. Au moment où l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes porte à son plus haut point la mode du sport, de la vitesse et du design, la French Girl soigne son apparence, se met en scène et s’immisce petit à petit dans l’intimité des grands de ce monde. À travers le prisme de ce « style d’époque » dont parle Michel Collomb3, peut-on identifier les principaux éléments de sa notoriété ? Dans quelle mesure la diva a-t-elle inspiré les romanciers des années 1920, qu’ils soient populaires ou légitimés par l’establishment littéraire ? Enfin, pourquoi est-t-elle entrée dans la mémoire collective comme « la » représentante de la femme nouvelle, alors que bien d’autres sportives au même moment revendiquent elles aussi des valeurs de modernité ? Trois questions auxquelles il convient de répondre en nous appuyant sur la période faste de la championne, de 1921 à 1926.

Une joueuse au style « Art déco »

  • 4 Maurois André, Climats (1928), Paris, Le Livre de poche, 2003, p. 156.
  • 5 Rozet Georges, Défense et Illustration de la race française, Paris, Alcan, 1911, p. 185.
  • 6 Giraudoux Jean, Le Sport, Paris, Hachette, « Notes et maximes », 1928, p. 12.

2Si le maquillage était l’apanage des femmes de petite vertu d’avant-guerre, il devient une pratique courante et presque naturelle des garçonnes qui, empreintes d’un sentiment très complexe de révolte et de frivolité, oscillent entre émancipation et dérèglement. Le sex-appeal apparaît comme une donnée importante et l’on constate un développement des ventes de cosmétiques dans les grands magasins du Printemps ou des Galeries Lafayette : Coco Chanel lance son n° 5, Roger & Gallet sa série de savons, Bourjois ses rouges à lèvres, etc. Cela dit, la vraie rupture en matière de beauté est désormais le souci de la ligne, notamment dans les magazines de mode comme Vogue et Femina qui présentent des femmes allongées aux cheveux resserrés et aux coiffures effilées. On retrouve ces modèles dans les portraits de Kees Van Dongen, sur les gouaches présentées par la Maison Lanvin lors de l’exposition des arts décoratifs, ou encore dans le roman Climats (1928) d’André Maurois, où le héros Philippe Marcenat écrivant à Isabelle lui déclare apprécier ses robes de sport et ne pas aimer, au contraire, « tout ce qui altère la ligne4 ». Le journaliste Georges Rozet avait perçu les prémisses de ce changement puisqu’il disait, en, qu’une « élégance inédite, faite de vigueur et d’aisance sportives est en train de se substituer au chic facile du chemisier5 ». Pourtant, c’est bien au cœur des Années folles que prend réellement forme cette tendance, Jean Giraudoux précisant dans ses notes et maximes que la mode donne dorénavant « aux femmes des vêtements qui leur permettent de sauter, de courir, de nager6 » ! Rien d’étonnant alors à ce que les couturiers prennent pour modèles les championnes sportives, représentatives de la nouvelle génération de femmes, et commencent à diffuser un nouveau style vestimentaire : le sportswear. Sonia Delaunay crée ainsi les « Bonnets d’automobiliste », Madeleine Vionnet un « costume pour tourisme aérien », Jeanne Lanvin la « Marinière » et Lucien Lelong une série de tenues sportives présentées par le mannequin Egidio Scaioni. De même, c’est Chanel qui signe les costumes des comédiens « sportifs » du Train bleu dont celui de la joueuse de tennis, la célèbre Bronislava Nijinska. Ce souci de coquetterie s’applique également aux chaussures, aux tiares, aux bandeaux, aux chapeaux, aux gants ou encore à la lingerie fine des joueuses de tennis que Philippe Hériat présentera avec humour dans son roman L’Innocent (1930).

  • 7 Bard Christine, Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998, p. 3 (...)
  • 8 Clerici Gianni, Suzanne Lenglen. La diva du tennis, Paris, Rochevignes, 1984, p. 72.
  • 9 Becker Jean-Jacques, Bernstein Serge, Victoire et frustrations (1914-1929), Paris, Éditions du Seu (...)

3C’est dans cet état d’esprit que Suzanne Lenglen, en nette rupture avec les tenniswomen de son époque, commanda à Jean Patou une jupe plissée de soie blanche s’arrêtant juste sous le genou, un cardigan sans manche, des bas retenus par des jarretières et un épais bandeau de tulle pour maintenir ses cheveux. L’historienne Christine Bard précise qu’en matière de mode vestimentaire, la « sophistication apporte une note de contraste décisive7 », et l’audacieuse Suzanne l’a bien compris. « Elle avait décidément une allure de femme fatale, remarque Gianni Clerici, et ce n’était pas uniquement dû à son aura de championne8. » Très vite, la blancheur de ses tenues, de rigueur jusqu’alors dans le milieu du tennis comme l’a évoqué Géo Charles dans l’un de ses Sports-poèmes (1923), fait place aux couleurs vives valorisées par les architectes et urbanistes Art déco (l’orange, le vert, le violet9). Les illustrations de l’époque la présentent en effet avec des vêtements souvent orangés comme par exemple en couverture de la revue Très Sport du 1er août 1922. Peut-on dire que Suzanne Lenglen soit avant-gardiste ? Probablement, car par la suite de nombreux artistes vont utiliser cette couleur pour dessiner leurs modèles : Jean Préjelean et la tenniswoman de son éventail « Jeux Olympiques » (1924), Roger Broders et la golfeuse de sa carte « touristique » sur les sources de Vichy, Tamara de Lempicka et la skieuse de son tableau Saint-Moritz (1929). À travers ces exemples, on le voit, la métamorphose de Suzanne Lenglen conduit à des changements de mentalité et, peu à peu, elle donne le ton de l’élégance, sur les terrains de tennis comme en dehors. Helen Wills, l’une de ses redoutables adversaires entre 1924 et 1926, a tenté de supplanter la mode de la visière à celle du bandeau lancé par Suzanne Lenglen, mais sans succès. Cette classe affichée par la Française trouve un bel écho dans L’Illustration du 19 juin 1926 :

Il est vrai que la joueuse française vaut à elle seule le dérangement, comme on dit familièrement. Elle sait intéresser profanes et connaisseurs, néophytes et sportifs endurcis. Tous les jours, elle change de toilette de ville, qu’elle porte à ravir, et naturellement aussi de costume de sport. Bien sûr, si elle dispute au cours d’un même après-midi plusieurs parties [...], elle a la coquetterie de changer chaque fois de bandeau et d’écharpe, voire de fleurs qui ornent la boutonnière de son manteau. À ce titre déjà, elle mérite et retient l’attention.

  • 10 Véray Laurent, « Entre héroïsation et féminisme... », op. cit.
  • 11 Citée par Laget Serge, Sport et Littérature, Paris, Association pour la diffusion de la pensée fra (...)
  • 12 Anet Claude, Suzanne Lenglen, Paris, Simon Kra, 1927, p. 86.
  • 13 Clerici Gianni, Suzanne Lenglen. La diva du tennis, op. cit., p. 61.

4Outre le fait qu’elle prenne une posture de mannequin, Suzanne Lenglen est également admirée pour son style de jeu révolutionnaire, fondé sur la puissance, la vitesse et la danse10. Le jeune Lartigue, qui côtoyait l’enfant prodige pendant son adolescence, fut l’un des premiers à constater ce changement : « On sent combien Papa Lenglen serait heureux de transformer sa fille en mécanique », écrit-il11. Jusqu’alors, il était mal vu qu’une femme joue au tennis de façon intensive, mais chez les Lenglen, seuls les meilleurs coups exécutés par des hommes étaient pris en considération. Aussi, en travaillant d’arrache-pied son footwork 1212, son coup d’œil, sa frappe de balle, son service par le haut et son jeu à la volée, elle s’impose après-guerre comme le chef de file de l’avant-garde tennistique. Le journal britannique Morning Post, « lenglenophile », remarque que la Française fait « vieillir d’un siècle le jeu de fond de court stéréotypé des Anglaises13 ». Et tandis que les uns ne voient en elle que trépidation, les autres constatent qu’elle a tout simplement transformé en jeu athlétique une distraction féminine. Rappelons qu’à l’époque, la gestuelle sportive attire l’attention des artistes modernes, sensibles à l’esthétique de la vitesse, et la championne intrigue, au-delà des spectateurs avertis, la nouvelle génération de peintres, écrivains, sculpteurs et cinéastes. Quant aux reporters et photographes, soucieux de réaliser des photomontages sur la rapidité de son jeu, ils ont indirectement contribué à la diffusion de son originale expression artistique. Sur ce point précis, il semble qu’on puisse rapprocher le sport et la danse qui donnent ensemble le ton de l’époque. En effet, alors que les Gertrude Hoffmann’s girls font sensation au musichall des Champs-Élysées en apportant à la danse une régularité sportive, Suzanne Lenglen subjugue nombre d’admirateurs en érotisant son jeu. En 1924 par exemple, elle fait une démonstration devant une caméra expérimentale de la firme Pathé, dont les ralentis accentuent les effets chorégraphiques. On est loin de son jeu en compétition, puisqu’elle multiplie les bonds de ballerine et réalise des mouvements amples qui laissent apparaître le haut de ses bas, mais la stratégie est efficace et marque les esprits. Gaston Leroux écrit dans L’Écho de Paris : « Le jeu de Suzanne Lenglen est [...] au pays de la danse », et Andrée Viollis dans Excelsior :

Suzanne brûle le terrain comme une flamme vive et changeante. En une minute, elle inscrit sur le court toutes les belles attitudes des bas reliefs antiques, évoque les mouvements variés de tous les genoux hauts, puis s’enlève d’un bond aérien, rappelant la danse hardie et fougueuse de l’Isadora Duncan des beaux jours.

5À partir de 1921, Suzanne Lenglen décide de voir le monde, d’être vue, d’être adorée, souvent prête à laisser tomber le tennis pour un événement mondain. Elle s’intègre dans le paysage d’un Paris festif, boit du champagne, fréquente des lieux d’artistes et danse le fox-trot ou le shimmy. En 1926, elle décide de mettre brutalement un terme à sa carrière d’amatrice pour tenter l’aventure professionnelle aux États-Unis. Cinq années au cours desquelles elle laisse peu à peu sa célébrité prendre le pas sur sa pratique sportive. Cinq années où toujours plus comédienne et soucieuse de ses apparences, elle se transforme en une sportive Art déco.

Une résonance littéraire

  • 14 Sachs Maurice, Au temps du bouf sur le toit (1939), Paris, Grasset, 1987, p. 142.
  • 15 Barthes Roland, Mythologies, Paris, Éditions du Seuil, « Points Essais », 1992, p. 181.

6Lorsque Maurice Sachs consacre quelques lignes à la championne, dans son Bouf sur le toit, il ne prononce jamais « Mlle Lenglen » mais bien « Lenglen » – alors qu’il précise « Mme Golding » ou « Mme Mallory » pour les autres joueuses14. Le fait qu’il ne désigne pas Suzanne Lenglen comme femme montre qu’il la place sur le plan sportif au même niveau que les hommes. C’est dire combien ce nom est chargé de significations et, pour reprendre l’expression de Roland Barthes, sonne comme une « parole15 » aux oreilles des écrivains.

  • 16 Curnonsky, Jacques et Cécile ou le bonheur par le sport, Paris, A. P. Éditeur, 1920, p. 76.
  • 17 Hemingway Ernest (1926), Le Soleil se lève aussi, Paris, Gallimard, 1949, p. 52.
  • 18 Buttin Anne, Henry Bordeaux, romancier savoyard, Chambéry, Société savoisienne d’histoire et d’arc (...)
  • 19 Bordeaux Henry, La Nuit blanche (1920), in La Vie est un sport (1923), Paris, Flammarion, 1934, p. (...)

7Si Curnonsky semble être l’un des premiers à avoir transposé cette figure sportive dans une fiction populaire, Jacques et Cécile ou le bonheur par le sport16, beaucoup de romanciers lui emboîtent le pas. On peut les classer en trois fans clubs. Un premier célèbre la championne qui gagne tous ses matchs avec une facilité déconcertante et devient l’image de la victoire. Par exemple, Ernest Hemingway décrit Robert Cohn, un protagoniste de son roman Le Soleil se lève aussi (1926), comme un tennisman qui aimait gagner « tout autant que Lenglen17 ». Henry Bordeaux, dont les récits cristallisent les thèmes du temps tels que l’exaltation du nationalisme18, l’évoque également en ces termes dans La Nuit blanche : « [...] nous avons encore à notre service Mlle Suzanne Lenglen, notre champion de tennis19 ». Il en est de même dans un récit de Pierre Benoit lorsqu’il narre un savoureux tournoi de tennis chez les mormons où une inconnue, par sa supériorité sportive, fascine le révérend J. T. Webster. Il lui demande alors son nom :

  • 20 Benoit Pierre, extrait cité par Lichtenberger André, Micard Étienne, Leurs 400 coups (de tennis), (...)

En son cœur, battait un magnifique espoir. N’allait-elle pas répondre : « Je suis Suzanne Lenglen ? »
Mais elle répliqua :
– Jusqu’ici, j’ai seulement gagné le championnat du Hoggar et celui du Tidikelt20.

  • 21 Berger Marcel, Histoire de quinze hommes, Paris, Ferenczi, 1924, p. 94.
  • 22 Huet Maurice, « Atalante », in Touchons du bois, Paris, La Renaissance du livre, 1924, p. 55-56.
  • 23 Dieudonné Robert, Le Manuel du parfait sportif, Paris, Baudinière, 1924, p. 29.

8Un deuxième groupe exalte la virtuosité de la diva en témoignant des sacrifices qu’elle a dû consentir pour atteindre une telle perfection gestuelle. Charles Torquet, dans Championne de tennis, évoque ces résultats obtenus par la joueuse à force d’entraînements méthodiques, sérieux et réguliers, comme les pratiquait d’ailleurs Suzanne Lenglen avec son père. La méthode, reconnue par tous, fait d’ailleurs l’objet d’une notation anecdotique dans un passage du roman de Marcel Berger, Histoire de quinze hommes (1924). Pour exécuter de bons drives, Henry Couturier, le personnage principal, apprend à tenir correctement sa raquette en suivant la « méthode Lenglen21 ». Enfin, on peut évoquer Atalante, une nouvelle de Maurice Huet (1924) où la jeune Marika défend bec et ongle les valeurs du sport. Lors d’une discussion avec un amiral anglais qui ne semble pas aimer le sport, à bord du Stamboul, elle tente de le convaincre en évoquant les qualités techniques de Suzanne Lenglen : « ? Étiez-vous à Wimbledon, amiral ? [...] Que pensez-vous de Lenglen ?... Oh ! ses “drives” ! Et quel joli travail au filet !... Qu’en pensez-vous22 ?... » Un troisième et dernier groupe magnifie la gracieuse, celle qui danse sur le court de tennis et dont les nombreuses photographies publiées dans la presse ont servi de support à la création romanesque. Dans son Manuel du parfait sportif, l’auteur populaire Robert Dieudonné le sous-entend lorsqu’il écrit : « Suzanne qui a le mollet haut n’est jamais si troublante qu’avec des souliers de tennis23. » C’est encore plus frappant dans le roman Marion des neiges de Jean Martet, où le héros décrit son portrait photographique :

  • 24 Martet Jean, Marion des neiges, Paris, Albin Michel, 1928, p. 123.

Je la revois encore, cette image. C’était une gravure tirée à l’encre bistre, représentant, avec des blancs et des ombres d’un cru !... un tournoi de tennis à Wimbledon. Une jeune fille était en train de donner un grand coup de raquette. Le photographe l’avait saisie une jambe en l’air, comme un pantin ivre24...

9Cette vision est proche de celle qu’a Ulrich, dans L’Homme sans qualités (1930) de Robert Musil, inspirée sans doute d’une photographie de la diva prise lors du prix du Prater à Vienne en 1925 :

  • 25 Musil Robert, L’Homme sans qualités (1930), traduit de l’allemand par Philippe Jaccottet, Paris, É (...)

[...] elle se tenait sur la pointe du pied, une jambe découverte jusqu’au-dessus de la jarretière, lançant l’autre dans la direction de sa tête, tandis qu’elle brandissait sa raquette le plus haut possible pour attraper une balle [...]25.

  • 26 Charreton Pierre, Le Thème du sport dans la littérature française contemporaine (1870-1970), thèse (...)

10Mais le plus bel hommage que nous ayons trouvé à ce jour, même si l’intrigue est plutôt « grotesque » comme le souligne à juste titre Pierre Charreton26, est sans doute celui de Charles Torquet (1864-1938), avec son roman Championne de Tennis publié en mars 1930 dans la collection « Jeunes femmes et jeunes filles » des éditions Fayard. Marie-Thérèse Nervins, l’héroïne, est âgée de dix-sept ans lorsqu’elle découvre par l’intermédiaire de son voisin, Léon Meurlemoult, les joies du tennis au club La Raquette de Neuilly. Passionnée par ce jeu, elle accepte de suivre les conseils d’un vieux coach en mal de reconnaissance, Flamel, et de s’entraîner assidûment pendant plusieurs semaines. Elle parvient ainsi à se hisser au meilleur rang mondial avant de remporter, comme Suzanne Lenglen, le tournoi de Wimbledon. Cet écrivain populaire, auteur de pièces de théâtre, scénariste, traducteur, journaliste et frère de John Antoine Nau, pratiquait la culture physique et s’intéressait comme beaucoup à la grande actualité sportive, mais rien ne semblait le prédisposer à écrire une fiction sur le sport et encore moins sur le tennis féminin.

  • 27 Duby Georges, « L’histoire culturelle » (1969), in Pour une histoire culturelle, Rioux J. –P., Sir (...)
  • 28 Torquet Charles, Championne de tennis, Paris, Fayard, 1930, p. 196.

11Ce roman se réfère incontestablement à la silhouette ainsi qu’aux attitudes, mimiques et coups d’éclats de la championne, que tout le monde connaissait à l’époque. C’est grâce à un ensemble de signes et de symboles, comme le dit l’historien Georges Duby, que « l’esprit humain appréhende le réel27 ». Si Charles Torquet fut influencé, comme ses confrères, par nombre de clichés (dont le tableau de Fernand Verhaegen exposé au Tenniseum de Roland-Garros ou le croquis de Sem pour la revue Très Sport), il procède néanmoins d’une manière particulière en pastichant la diva par deux fois : l’une, explicite, en comparant systématiquement son héroïne à la grande championne : « Mademoiselle Nervins, vous vous appelez Marie-Thérèse, mais je ne serais pas étonné que ce nom-là finît par s’écrire comme Suzanne28 », note-t-il par exemple ; l’autre, implicite, en superposant les deux portraits. Son texte, par ailleurs, ne manque pas d’humour. Au moment où Léon Meurlemoult, piètre chanteur et maladroit séducteur, présente le tennis à Marie-Thérèse Nervins, il ose affirmer qu’il est à l’origine des succès de Suzanne Lenglen :

  • 29 Ibid., p. 13.

— Tel que je vous le dis. C’est moi qui ai réformé son coup de raquette et principalement son revers, car elle courait autour de la balle. C’est moi qui lui ai fait comprendre qu’il faut toujours se tenir sur la pointe des pieds, pour plus de mobilité, et surtout… surtout ! ne jamais perdre la balle de l’œil, au lieu de s’amuser à guetter son adversaire ou d’adresser des sourires à ses connaissances, dans les tribunes. Trop confiante dans ses moyens, elle bayait aux mouches. La balle ne l’attendait pas, et crac ! un point de perdu ! Le jour qu’on l’a présentée à la reine d’Angleterre, j’étais à Wimbledon, et, me désignant à Sa Majesté, elle dit gracieusement : « Voici l’homme à qui je dois la moitié de ce que je sais. » La moitié ?... Elle eût pu dire : les neuf dixièmes29 !

  • 30 Le Temps, 20 août 1921.

12Pourquoi l’auteur a-t-il choisi l’illustre championne comme sujet romanesque alors que manifestement il n’était pas un écrivain « sportif » ? Le premier élément de réponse qu’on puisse apporter relève des points communs qui existaient entre l’écrivain et la joueuse, en particulier leur intérêt pour la danse et la haute couture, dans la mesure où Charles Torquet rédigea plusieurs articles sur ces sujets dans la revue Je Sais Tout. Le deuxième élément de réponse qu’on puisse donner est peut-être, tant la ressemblance de certains passages est étonnante, l’existence d’une filiation entre ce roman et la biographie de Claude Anet, rédigée trois ans plus tôt. Enfin, on peut évoquer le cas Suzanne Lenglen, lequel reflète parfaitement les changements qui s’opèrent quant à la position de la femme dans les années 1920. Au-delà du souci d’élégance qu’elle cultivait et affichait auprès du public, elle a pris de courageuses décisions, et le romancier a sans doute voulu les saluer. Il lui a notamment rendu justice après l’affaire de Forest-Hills en 1921 où, à peine remise d’une coqueluche, elle dut abandonner son match face à Molla Mallory, s’en expliquer auprès des instances fédérales et affronter des critiques en tout genre. Au moment de l’incident, Charles Torquet était reporter et attaché au secrétariat de rédaction au Temps, et il dénonça déjà à l’époque cette « manie désobligeante du public français d’engager notre honneur national sur un terrain où il n’a que faire et d’attacher le prestige de nos trois couleurs à un muscle plus ou moins résistant30 ». Cette rencontre littéraire entre un écrivain et une championne se poursuivra étonnamment après leur mort puisque tous les deux seront enterrés au vieux cimetière parisien de Saint-Ouen, à quelques pas l’un de l’autre, au cours de l’année 1938.

Quand Suzanne Lenglen prend la plume de romancière

  • 31 Lenglen S., The Love Game : being the life-story of Marcelle Penrose, Londres, Harrap, 1925.

13Ces exemples montrent que la sportive Art déco a fasciné les écrivains des années 1920 et, par les métamorphoses et variations de son personnage, elle est devenue un véritable mythe. Nous souhaitons évoquer à ce sujet un élément à peu près inconnu de la vie de Suzanne Lenglen : son expérience de romancière. En 1925 en effet, sans doute avec le concours de son ami Jacques Mortane, elle a écrit en anglais un roman sentimental intitulé The Love Game31, publié aux éditions britanniques Harrap.

14« Le livre, pièce de collection rare, raconte l’histoire d’une joueuse de tennis anglo-française de grand talent, Marcelle Penrose, qui, possédée par le démon de la tristesse, ne parvient pas à trouver l’amour. Décidée à prendre sa vie en main, elle signe un contrat avec le donjuanesque et flambeur argentin Miguel Escalada, devient professionnelle et monte sa propre école de tennis. On retrouve dans ce récit autobiographique et prémonitoire, quand on connaît la suite des événements, l’ensemble des éléments évoqués par Claude Anet et/ou suggérés par Charles Torquet, dont bien évidemment son souci de l’élégance :

  • 32 Ibid., p. 43. Selon notre traduction : « Mais petit à petit elle commença à prendre le soin habitu (...)

But little by little she began to take the usual care she gave to her toilet. [...] she became in her straight simple little dress of white linen-a low belt keeping the fullness in order — white cotton stockings, light shoes, a large velvet ribbon for her bobbed hair that waved naturally. A dab of powder, a touch of the stick for her lips which were almost bloodless, and she was ready32.

  • 33 Ibid., p. 47. Selon notre traduction : « Marcelle place un lob splendide, regarde la balle passer (...)

15Il y a aussi un chapitre où Marcelle Penrose doit matcher contre un homme, Roy, dans un duel qui annonce étrangement celui qui opposera Marie-Thérèse et Valpreux dans le roman de Charles Torquet-il n’est pas improbable que ce dernier ait lu le roman de Suzanne Lenglen. Malgré un début de rencontre difficile, étant un peu tendue, Marcelle parvient peu à peu à se libérer, à retrouver ses sensations et à inverser le rapport de force : « Marcelle places a splendid lob, watches the ball as it drops over him, a her opponent too breathless and utterly spent to run after it. This was the coup de grâce33. » Enfin, on peut évoquer l’épisode où une artiste peintre, Sylvia Bruce, réalise le portrait de l’aérienne Marcelle dont la description rappelle les photographies de la diva que nous avons évoquées ci-dessus :

  • 34 Ibid., p. 116. Selon notre traduction : « Juste un portrait de Marcelle en blanc, avec une raquett (...)

Just a portrait of Marcelle in white, with a tennis racket poised ready for the game to commence. But in the treatment of the white dress her artist friends spoke of Whistler ; and there was lightness, an airy fairy grace, a “levitation” of the figure, as of one who floats above the surface of the ground, that recalled to them the angels of Botticelli34.

  • 35 Dieudonné Robert, Le Manuel du parfait sportif, op. cit., p. 85.
  • 36 Lanoux A., Paris 1925, Paris, Grasset, 1975, p. 69.
  • 37 Williams Tami M., « Pour une femme moderne et un nouveau cinéma. Le sport et la danse dans les fil (...)

16Ce roman montre que Suzanne Lenglen a elle-même contribué à la diffusion de son propre mythe. On peut même se demander si elle n’est pas en partie à l’origine du succès du tennis féminin dans la littérature française des années 1920. Si l’on pose cette question, c’est parce que la tenniswoman est incontestablement la sportive la plus évoquée devant les nageuses, les golfeuses, les skieuses, les athlètes, les culturistes, les navigatrices et les boxeuses. Les exemples seraient trop nombreux à citer, mais on peut évoquer à titre d’illustration le flirt entre Julien et Estelle au tennis club de Cannes dans En joue (1925) de Philippe Soupault. La réponse semble affirmative si l’on suit le constat de Robert Dieudonné en 1924 : « Ce n’est pas ma faute si une oreille en chou-fleur évoque pour vous tel boxeur et si, aujourd’hui, une joueuse de tennis ne peut être que Suzanne Lenglen35 » ; ou si l’on écoute un demi-siècle après les propos d’Armand Lanoux dans son Paris 1925 : « L’indépendance de la femme s’affirme sans borne visible. Elle sait l’anglais comme une miss, et comme Lenglen, elle joue au tennis36... » Tandis que Michel Collomb a montré comment on pouvait caractériser d’« Art déco » la littérature de cette époque, nous avons tenté d’appliquer cette qualification à l’un des personnages féminins les plus connus en Europe au milieu des années 1920. Contrairement aux autres sportives marginalisées qui se sont plus ou moins opposées aux codes de bonne moralité, l’entreprenante Suzanne Lenglen a su afficher une féminité « rassurante37 » pour faire accepter son engagement dans un système de valeurs masculines comme la force ou la vitesse. De plus, par sa notoriété et son audace, c’est la sportive qui a su le mieux s’intégrer dans la société mondaine internationale. Personnalité attachante et en avance sur son temps, elle a trouvé semble-t-il les clés pour assouvir sa passion, s’amuser avec les joueurs les plus en vue et côtoyer les puissants. Icône au carrefour du sport, de l’art et de la mode, elle incarne parfaitement l’esprit de 1925. Pour conclure, laissons le mot de la fin aux mêmes auteurs qui nous avaient permis d’ouvrir cet article, André Lichtenberger et Étienne Micard :

  • 38 Lichtenberger André, Micard Étienne, Leurs 400 coups (de tennis), op. cit., p. 7.

Tant que le dernier filet n’aura pas cessé de remplir son rôle, tant que la balle « du tout », du dernier Grand Tout, n’aura pas effectué sa dernière sortie, agenouillés, assis ou debout, les peuples chanteront dans toutes les langues — même en anglais-la gloire impérissable de Suzanne Lenglen38.

Ill. 1. Suzanne Lenglen, The Love Game.
Being the Life-Story of Marcelle Penrose, London/Calcutta/Sydney, George G. Harrap&Compagny Ltd., 1925 © (DR)

Ill. 2. Charles Torquet, Championne de tennis, Paris, A. Fayard&Cie, 1930 © (DR)

Ill. 3. Portrait de Suzanne Lenglen.
Couverture de la revue Très Sport, 1er août 1922 © (DR)

Notes

1 Lichtenberger André, Micard Étienne, Leurs 400 coups (de tennis), illustrationtrations de Simone Abadie-Girardet, Paris, Aux Éditeurs associés/Les Éditions du Monde moderne, 1925, p. 56.

2 Véray Laurent, « Entre héroïsation et féminisme : l’image de Suzanne Lenglen de 1920 à 1926 », in Images de la femme sportive, Guido Laurent, Haver Gianni (dir.), Genève, Goerg, 2003, p. 47.

3 Collomb Michel, La Littérature Art déco, Paris, Librairie des Méridiens/Klincksieck et Cie, 1987, p. 8.

4 Maurois André, Climats (1928), Paris, Le Livre de poche, 2003, p. 156.

5 Rozet Georges, Défense et Illustration de la race française, Paris, Alcan, 1911, p. 185.

6 Giraudoux Jean, Le Sport, Paris, Hachette, « Notes et maximes », 1928, p. 12.

7 Bard Christine, Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998, p. 37.

8 Clerici Gianni, Suzanne Lenglen. La diva du tennis, Paris, Rochevignes, 1984, p. 72.

9 Becker Jean-Jacques, Bernstein Serge, Victoire et frustrations (1914-1929), Paris, Éditions du Seuil, 1990, p. 373.

10 Véray Laurent, « Entre héroïsation et féminisme... », op. cit.

11 Citée par Laget Serge, Sport et Littérature, Paris, Association pour la diffusion de la pensée française (Adpf), 1998, p. 133.

12 Anet Claude, Suzanne Lenglen, Paris, Simon Kra, 1927, p. 86.

13 Clerici Gianni, Suzanne Lenglen. La diva du tennis, op. cit., p. 61.

14 Sachs Maurice, Au temps du bouf sur le toit (1939), Paris, Grasset, 1987, p. 142.

15 Barthes Roland, Mythologies, Paris, Éditions du Seuil, « Points Essais », 1992, p. 181.

16 Curnonsky, Jacques et Cécile ou le bonheur par le sport, Paris, A. P. Éditeur, 1920, p. 76.

17 Hemingway Ernest (1926), Le Soleil se lève aussi, Paris, Gallimard, 1949, p. 52.

18 Buttin Anne, Henry Bordeaux, romancier savoyard, Chambéry, Société savoisienne d’histoire et d’archéologie, 1990, t. XCII, p. 70.

19 Bordeaux Henry, La Nuit blanche (1920), in La Vie est un sport (1923), Paris, Flammarion, 1934, p. 190.

20 Benoit Pierre, extrait cité par Lichtenberger André, Micard Étienne, Leurs 400 coups (de tennis), op. cit., p. 119-121.

21 Berger Marcel, Histoire de quinze hommes, Paris, Ferenczi, 1924, p. 94.

22 Huet Maurice, « Atalante », in Touchons du bois, Paris, La Renaissance du livre, 1924, p. 55-56.

23 Dieudonné Robert, Le Manuel du parfait sportif, Paris, Baudinière, 1924, p. 29.

24 Martet Jean, Marion des neiges, Paris, Albin Michel, 1928, p. 123.

25 Musil Robert, L’Homme sans qualités (1930), traduit de l’allemand par Philippe Jaccottet, Paris, Éditions du Seuil, 2 vol., 1995, vol. I, p. 74. Extrait cité par Florence Vatan, « “Quand Papa prenait des leçons de tennis” : Robert Musil et le sport », in Des mots et des muscles, Hamel Yan, Lafrance Geneviève, Melançon Benoît (dir.), Québec, Éditions Nota bene, 2005, p. 216.

26 Charreton Pierre, Le Thème du sport dans la littérature française contemporaine (1870-1970), thèse d’État, littérature française, université Charlesde-Gaulle-Lille 3, 1981, p. 324.

27 Duby Georges, « L’histoire culturelle » (1969), in Pour une histoire culturelle, Rioux J. –P., Sirinelli J. –F. (dir.), Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 429.

28 Torquet Charles, Championne de tennis, Paris, Fayard, 1930, p. 196.

29 Ibid., p. 13.

30 Le Temps, 20 août 1921.

31 Lenglen S., The Love Game : being the life-story of Marcelle Penrose, Londres, Harrap, 1925.

32 Ibid., p. 43. Selon notre traduction : « Mais petit à petit elle commença à prendre le soin habituel qu’elle donnait à sa toilette. [...] elle apparut dans sa simple robe droite de lin blanc-une ceinture basse maintenant ses formes –, des chaussettes de coton blanc, des chaussures légères, un large ruban de velours pour ses cheveux coupés qui ondulaient naturellement. Un soupçon de poudre, une touche de rouge pour ses lèvres qui étaient presque exsangues, et elle était prête ».

33 Ibid., p. 47. Selon notre traduction : « Marcelle place un lob splendide, regarde la balle passer au-dessus de lui, son adversaire, à bout de souffle et complètement dépassé pour lui courir après. C’était le coup de grâce. »

34 Ibid., p. 116. Selon notre traduction : « Juste un portrait de Marcelle en blanc, avec une raquette de tennis ajustée pour que le jeu commence. Mais dans le dessin de sa robe blanche, son ami artiste parlait de “souffle” ; et il y avait de la légèreté, une manière gracieuse, une lévitation du geste, comme quelque chose qui flotte au-dessus de la surface du sol, qui rappelait les anges de Botticelli. »

35 Dieudonné Robert, Le Manuel du parfait sportif, op. cit., p. 85.

36 Lanoux A., Paris 1925, Paris, Grasset, 1975, p. 69.

37 Williams Tami M., « Pour une femme moderne et un nouveau cinéma. Le sport et la danse dans les films de Germaine Dulac », in Images de la femme sportive, op. cit., p. 86.

38 Lichtenberger André, Micard Étienne, Leurs 400 coups (de tennis), op. cit., p. 7.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Suzanne Lenglen, The Love Game.Being the Life-Story of Marcelle Penrose, London/Calcutta/Sydney, George G. Harrap&Compagny Ltd., 1925 © (DR)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Ill. 2. Charles Torquet, Championne de tennis, Paris, A. Fayard&Cie, 1930 © (DR)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2452/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Ill. 3. Portrait de Suzanne Lenglen.Couverture de la revue Très Sport, 1er août 1922 © (DR)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2452/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

Université de Limoges

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540