Version classiqueVersion mobile

L’année 1925

 | 
Myriam Boucharenc
, 
Claude Leroy

1925, l’esprit d’une époque

Myriam Boucharenc et Claude Leroy

Texte intégral

1« Il y a des dates qui comptent, d’autres qui tombent en poussière. Tandis que 1896 ou 1907 se laissent oublier et ne marquent plus pour nous que des heures surannées, 1900 est une échéance, un jubilé, noces d’or du passé et de l’avenir. » C’est en orfèvre que Paul Morand célébrait 1900, trente ans après. Entre temps il aura été un des héraults des Années folles et, tout particulièrement, de l’année 1925, qui autant que 1900 a marqué une échéance et s’est vite imposée à la mémoire collective comme une année mythique. Étonnante et durable fortune ! C’est pour mieux en comprendre les aspects et les raisons que s’est tenu à l’université de Nanterre, du 13 au 15 mars 2008, un colloque tout entier consacré à L’Année 1925. L’esprit d’une époque. Il était organisé par le Centre des sciences de la littérature française de cette université en collaboration avec le Centre espaces humains et interactions culturelles de l’université de Limoges.

  • 1 L’Année 1913. Les formes esthétiques de l’œuvre d’art à la veille de la première guerre mondiale, (...)

2Cette rencontre de trois journées s’était donné un objet ambitieux : rendre compte sur un plan international du mouvement des idées, de la littérature et des arts au cour des Années folles, en faisant converger les regards et en centrant les propos sur une « date qui compte » : 1925. La somme réunie sur L’Année 1913 sous la direction de Liliane Brion-Guerry offrait un modèle d’étude « horizontale » devenu classique1. Les présents travaux, d’une ampleur bien plus modeste, rendent hommage à une entreprise pionnière et s’inscrivent dans sa lignée. Qu’est-ce donc que l’année 1925 et comment la faire parler ? Et qu’a-t-elle à nous dire aujourd’hui ?

3Entre l’armistice de 1918 et la crise de 1929, les années vingt, profondément marquées par les horreurs de la Grande Guerre, présentent un singulier mélange de désarroi, de révolte et de frivolité. À la fin des combats qui ont dévasté l’Europe, tout un monde s’écroule, plongeant modèles et valeurs dans une crise durable. En cette période d’extraordinaire effervescence, la table rase et l’expérimentation sans tabous sont à l’ordre du jour. Les mœurs oscillent entre deux tendances fortes : émancipation et détraquement. Amour et libertinage jouent à cache-cache aux quatre coins de l’Europe galante. Discréditée par un conflit qu’elle a provoqué ou qu’elle n’a pas su empêcher, la politique hésite entre les tentations du communisme et du fascisme. Et la littérature, gagnée elle aussi par la difficulté d’être, cherche les voies de son renouvellement.

4Jean Cocteau et Paul Morand se sont faits les impresarios d’une époque en mouvement perpétuel dont Maurice Sachs tient la chronique. Soutenus par un développement sans précédent des transports et des médias, l’éloge de la vitesse et le « bel optimisme des machines » cher à Blaise Cendrars se diffusent comme des mots de passe. Sous le signe du jazz, la mythologie de cette folle époque se forge à Paris, au cabaret Le Bouf sur le toit, tandis que Fantômas et Charlot, la garçonne célébrée par Victor Margueritte et Coco Chanel, la Lulu de Georg Wilhelm Pabst et d’Alban Berg, tendent des miroirs aux incertitudes du temps. « Voici l’I majuscule d’inquiétude et l’A majuscule d’aventure » : c’est ainsi qu’Armand Lanoux, son M. Loyal, fait défiler l’époque « comme une fête folle et somptueuse, une soirée de Paris entre deux massacres ».

5À la révolution générale que prône alors le groupe surréaliste s’oppose le « rappel à l’ordre » lancé par Cocteau en rupture avec l’avant-garde. Plus que toute autre forme d’écriture, le roman fait l’objet de tentatives multiples dans une production inflationniste. Une extraordinaire vogue de Vies romancées (Le Roman des Grandes Existences chez Plon, La Vie des Hommes illustres chez Gallimard, La Vie de Bohème chez Grasset) vient offrir un panthéon de substitut au désarroi général en marquant un retour inattendu à Plutarque. Au « nouveau mal du siècle » d’une génération bouleversée par la guerre font réplique, ici, un renouveau de l’aventure (célébré par Jacques Rivière) et, là, un regain de la spiritualité.

6Au cœur des Années folles, l’année 1925 marque un apogée et un tournant. Deux manifestations dominent la saison à Paris : la Revue Nègre, avec Joséphine Baker et Sidney Bechet, donne le ton au théâtre des Champs-Élysées, tandis que l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes – les Arts décos –, retardée par la Grande Guerre, va donner son nom à l’époque et définir le style des années vingt. Avec la France et ses colonies, vingt et un pays se rencontrent sur le Champ-de-Mars de Paris pour donner à la manifestation une ampleur et une ambition mondiales. C’est pour caractériser l’esprit de 1925 dans le fragile équilibre de ses tendances et de ses tensions, mais hanté par le désir de construire un monde nouveau, que la rencontre de Nanterre a été entreprise.

7Pour restituer l’esprit de cette époque qui à tant d’égards dialogue avec la nôtre, il fallait remplir deux conditions. Réunir, en premier lieu, des chercheurs travaillant dans des disciplines différentes. Se sont ainsi croisés à Nanterre des spécialistes d’architecture et de cinéma, de littérature française et de littérature comparée, d’études anglo-américaines et de Kulturwissenschaft, des hispanistes et des slavistes, des italianistes et des historiens du sport. D’autre part, il était indispensable de faire appel à des spécialistes internationaux. Les vingt-quatre contributeurs du volume sont venus d’Autriche (Vienne), de Bulgarie (Sofia), d’Italie (Venise), de Suisse (Berne) et de France (Caen, Grenoble, Limoges, Littoral Côte d’Opale, Montpellier, Nantes, EHESS Paris, Paris 8, Paris Ouest Nanterre La Défense, Rennes).

8Le présent volume présente un bilan ouvert des échanges stimulants et souvent passionnés qui ont nourri la rencontre de Nanterre. À notre lecteur de découvrir à son tour combien l’esprit de 1925 révèle les origines du nôtre et préfigure jusque dans ses contradictions les attentes, les tendances et les tentations de notre « profond aujourd’hui ».

La passante de 1925 © (DR)

Notes

1 L’Année 1913. Les formes esthétiques de l’œuvre d’art à la veille de la première guerre mondiale, Brion-Guerry Liliane (dir.), Paris, Kincksieck, 3 vol., 1971-1973.

Table des illustrations

Légende La passante de 1925 © (DR)
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search