Version classiqueVersion mobile

Le dèmos avant la démocratie

 | 
Marie-Joséphine Werlings

Autour du damos dans les royaumes mycéniens

Texte intégral

  • 1 . Avant le déchiffrement du linéaire B en 1952, certains historiens pourtant, comme M. P. Nilsson, (...)

1On ne peut plus, aujourd’hui, considérer les poèmes homériques comme le début de toute investigation dans l’histoire de la Grèce archaïque. La longue évolution dont ils représentent une étape ne nous est plus complètement inconnue. En 1952, le déchiffrement du linéaire B par M. Ventris et J. Chadwick établissait de façon indubitable que la civilisation grecque antique ne commençait pas à la fin des « siècles obscurs ». La civilisation dite mycénienne, que l’on pressentait riche et puissante, mais qui avait été victime, à partir de la fin du xiie siècle, d’un effondrement qu’on ne s’expliquait pas totalement, se révélait grecque. La langue utilisée par l’administration centrale des royaumes mycéniens, notée dans le syllabaire dit « linéaire B », était en effet, sans conteste, du grec. Parmi les termes les plus rapidement identifiés, certains renvoyaient à des éléments courants de la vie quotidienne, bien connus dans les textes grecs ultérieurs (armement, métaux, épices, ustensiles courants, animaux domestiques, etc.) ; d’autres étaient des termes du vocabulaire juridique et politique, attestés par la suite en grec, en particulier da-mo, δᾶμος. La permanence du vocabulaire politique, ajoutée à certains points communs entre la réalité que l’on découvrait dans les textes mycéniens et le monde évoqué dans les épopées homériques remettaient définitivement en cause les théories selon lesquelles le monde des palais mycéniens n’aurait eu aucun rapport avec la Grèce de l’époque géométrique, et donc a fortiori avec la Grèce des cités1.

  • 2 . Sur ces questions de continuité du vocabulaire et des institutions de l’époque mycénienne au prem (...)

2À partir du moment où les analyses du dèmos grec archaïque qui suivent reposent sur un examen du vocabulaire politique, il nous paraît nécessaire de prendre en considération les premières occurrences du terme δῆμος sous la forme da-mo qui est la sienne dans le syllabaire mycénien. La permanence du vocabulaire, surtout dans le lexique qui reflète les structures mentales, politiques et juridiques d’une société, légitime, nous semble-t-il, une telle entreprise2. Il ne s’agit pas de prendre parti a priori ou arbitrairement sur la question de la continuité entre le monde mycénien et la Grèce archaïque, en faisant fi de l’absence complète de sources écrites pendant quatre siècles environ. Mais il est tout aussi arbitraire de limiter l’investigation à la période la moins mal connue des deux et de faire semblant d’ignorer que le problème pouvait se poser plusieurs siècles auparavant.

  • 3 . Ces textes ont en effet été conservés par hasard, à la suite de l’incendie qui fit cuire l’argile (...)

3Une telle démarche ne va pas sans rencontrer des obstacles d’ordre méthodologique, conséquences de la spécificité des documents mycéniens. Ce sont en effet uniquement des textes administratifs qui enregistrent une partie des transactions contrôlées par le palais : circulation de denrées, d’animaux, d’esclaves, impôts, offrandes à divers sanctuaires, cadastre, production et réparation d’objets et d’armes, mouvements de troupes militaires. Autrement dit, nous ne connaissons de la société mycénienne que ce que les scribes du palais ont enregistré — et encore, uniquement ce qu’il en reste aujourd’hui — c’est-à-dire seulement une partie de la vie économique (celle qui concerne directement le palais) et quelques rapports hiérarchiques (entre le palais et ses « fonctionnaires », par exemple, ou entre le palais et les provinces du royaume). Les conclusions auxquelles on peut arriver reposent donc nécessairement sur une documentation partielle et la plupart du temps indirecte : les archives du palais n’avaient pas pour but de décrire le fonctionnement de l’armée, par exemple, ni d’expliquer le statut des terres gérées par le damos ; elles devaient simplement enregistrer, ou bien tels mouvements d’effectifs, ou bien telle allocation de terre, à un moment donné. Nous avons à notre disposition des documents de travail correspondant à l’activité du palais pendant un très court laps de temps — quelques mois au plus, destinés à être récapitulés dans des archives3. Cela signifie très concrètement pour l’historien qu’il possède avec ces textes un « instantané » et qu’il ne peut qu’avec prudence en tirer des conclusions quant à l’évolution générale, sur le long terme, de la société dont émane ce document.

  • 4 . Il s’agit surtout de son article paru en 1965, « Le damos dans la société mycénienne », et repris (...)

4Dans ces conditions, l’objectif de ce chapitre ne peut qu’être limité. La dernière synthèse sur le damos mycénien, due à M. Lejeune, remonte à plus d’une quarantaine d’années4. Depuis, les découvertes n’ont apporté que peu d’éléments nouveaux qui remettent en cause ses analyses. Elles ont d’ailleurs été approfondies sur plusieurs points et je présenterai dans les pages qui suivent un état de la recherche, en prenant en considération toutes les occurrences du terme en contexte et la réalité à laquelle il renvoie. Mon but est donc simplement de présenter l’arrière-plan qui permet de remettre en perspective les analyses du dèmos archaïque que je mènerai dans les chapitres suivants. Ce chapitre constitue donc un essai de préhistoire du terme et de la notion de dèmos, indispensable étape préalable à l’étude des sociétés homériques qui suit.

Les DONNNES DES TEXTES fonciers5

  • 5 . Les occurrences de da-mo et ses composés dans les textes mycéniens sont recensées dans les tablea (...)
  • 6 . Aucun document de Mycènes ni de Tirynthe n’a livré pour le moment d’occurrences du terme da-mo.

5Les textes concernant le damos sont dans leur quasi-totalité des textes fonciers. Par ailleurs, la répartition géographique de ces textes est très déséquilibrée, le royaume de Pylos, et plus précisément le district de Pakijane au sein de ce royaume, étant surreprésenté par rapport aux autres localités6. S’il paraît souvent possible et légitime d’étendre les conclusions tirées de la documentation à l’ensemble du monde mycénien, il convient toutefois de garder présente à l’esprit la particularité du corpus.

6M. Lejeune a défini le damos mycénien comme « une entité administrative locale à vocation agricole ». Une collectivité désignée comme damos est en effet en charge, à Cnossos et à Pylos, de la mise en valeur de terres et de la gestion d’un cheptel et emploie pour cela un certain nombre de personnel. Sur le produit de cette activité agricole, le damos perçoit des redevances et verse des taxes au palais, l’autre grande structure institutionnelle des royaumes mycéniens. Enfin, pour autant que les textes, très fragmentaires, nous permettent de le supposer, le damos est organisé selon un mode de gestion relativement autonome et certainement complexe.

  • 7 . On a proposé plusieurs interprétations de ce terme, qui sont répertoriées dans Aura Jorro Francis (...)

7Les terres dont le damos est responsable sont les terres dites ke-ke-me-na. Ce terme, que l’on doit peut-être rattacher à la racine de κεάζω, « diviser7 », renvoie sans doute à des terres « communes » dont une partie au moins était divisée en parcelles données à exploiter à des particuliers ou à des sanctuaires. Les statuts de ces parcelles allouées à un tiers nous sont connus dans la mesure où le palais touchait une redevance sur ces lots de terre. Les séries Ea, Eb et Ep de Pylos, principalement, nous renseignent surtout sur les parcelles, ko-to-na (*κτοῖνα), dites o-na-to pa-ro da-mo, « reçue en onato du damos ».

8PY Ea 59. 4 :

  • 8 . Le syntagme pa-ro da-mo est l’équivalent de l’attique παρὰ [τοῦ] δήμου. Il est vraisemblable que (...)

ke-re-te-u, e-ke, o-na-to, pa-ro, da-mo gra 3
Kereteu détient du damos en concession une terre de 3 unités de mesure de blé8.

9PY Ep 212. 1 :

re-ka, te-o-jo, do-e-ra, o-na-to, e-ke, ke-ke-me-na, koto-na, pa-ro, da-mo, ??-so pe-mo gra t 6
Reka, esclave de la divinité, détient du damos en concession sur les terres publiques, une parcelle d’une valeur de 6/10 d’unité de mesure de blé.

10Le statut d’onato n’est pas le seul connu pour les parcelles prélevées sur les terres kekemena puisqu’on connaît aussi des parcelles désignées comme ka-ma et d’autres comme e-to-ni-jo, sur lesquelles nous reviendrons plus loin.

11Outre ces terres, visiblement cultivables puisque leur valeur est mesurée en unités de mesure de céréales, le damos gère un cheptel qu’il confie à du personnel lui appartenant. C’est ainsi sans doute que l’on doit comprendre la mention à Cnossos (tablette C 911) d’un certain Qadija, désigné de façon mystérieuse pour nous comme pokutero, et qualifié d’« esclave du damos », da-mo do-e-ro (δήμου δοῦλος), qui se voit confier 70 chèvres. Ailleurs, ce sont des bouviers qui font partie du personnel dépendant du damos :

12PY An 830. 12 :

o-pi-da-mi-jo, pi- * 82, qo-u[-ko-] ro VIR 60
Les gens du damos, à Pi-* 82, les bouviers : 60 hommes

13Parmi le personnel employé par le damos existaient donc au moins deux catégories : un personnel asservi, des « esclaves », et des paysans locaux (ἐπιδήμιος), libres, et travaillant pour le damos. Il est difficile de dire si ces deux termes désignaient deux catégories juridiques précises. Ils laissent en tout cas deviner une organisation complexe au sein de la collectivité damos.

  • 9 . À côté des *κοτονοhóχοι, d’autres individus privilégiés pourraient constituer une élite du damos (...)

14Par ailleurs, il existait sans doute, à l’autre bout de l’échelle sociale, une élite locale du damos. Les textes fonciers de Pylos nous apprennent en effet que le damos était représenté, dans ses activités administratives et judiciaires, par un groupe de douze personnes, les kotonooko (*κτονοhόχος), « détenteurs de konatona » d’un statut sans doute privilégié au sein du damos. La tablette Ep 301 nous donne les noms de ces notables locaux, richement dotés en terres par ailleurs, représentant juridiquement le damos en cas de litige avec des allocataires de terres. Mais nous ne pouvons connaître, en l’état actuel de la documentation, ni la façon dont ils étaient désignés, ni s’ils avaient d’autres attributions que celle de défendre les intérêts de la communauté agricole en cas de contestation9.

15Les deux tablettes Eb 297 et Ep 704 de Pylos, qui enregistrent un différend entre le damos et une prêtresse dans le district de Pakijane, sont très connues mais leur importance pour notre propos mérite qu’on les cite à nouveau.

16PY Eb 297 :

1. i-je-re-ja, e-ke-qe, e-u-ke-to-qe, e-to-ni-jo, e-ke-e, te-o
2. ko-to-no-o-ko-de, ko-to-na-o, ke-ke-me-na-o, o-na-ta,
e-ke-e 3
3 gra 3 t 9 v 3 La prêtresse détient [cette terre] et déclare qu’elle ladétient
comme etonijo pour la divinité ; mais les kotonooko
[ affirment] qu’elle la détient à titre d’onata sur les terres publiques
 ; valeur : 3 unités de blé, 9/10 et 3/60.

17PY Ep 704. 5-6 :

  • 10 . On notera le singulier onato, alors que la tablette Eb 297 parle d’onata au pluriel. Étant donné (...)

5. e-ri-ta, i-je-re-ja, e-ke, e-u-ke-to-qe, e-to-ni-jo,eekee
, te-o, da-mo-de-mi, pa-si, ko-to-na-o,
6. ke-ke-me-na-o, o-na-to, e-ke-e, to-so pe-mo gra 3 t 9
La prêtresse Érita détient [cette terre] et déclare qu’elle la
détient comme etonijo pour la divinité ; mais le damos, lui, affirme qu’elle détient en concession un onato sur les terres publiques d’une valeur de 3 unités de mesure de blé et 9/1010.

  • 11 . Cela signifie aussi peut-être qu’il n’y avait pas de registre au niveau du damos, qui consigne le (...)

18Le rapprochement entre ces deux tablettes, représentant deux étapes dans l’enregistrement des archives, établit l’équivalence entre le groupe des kotonooko et le damos, doué ici d’une personnalité juridique, puisqu’il « affirme » (pa-si = ϕασι) ses droits face aux prétentions d’un sanctuaire. La contestation porte ici sur le statut d’une terre détenue par le sanctuaire dont Érita est une prêtresse. On en conclut que le statut des parcelles etonijo était moins favorable au damos que le statut d’onato. C’était peut-être un type de terres sur lequel le damos ne percevait pas de redevances, ou en percevait moins, ou bien sur lequel les impôts dus au palais par le damos étaient plus importants. Aux lignes précédentes, la tablette Ep 704 mentionne que la prêtresse Erita avait rétrocédé une partie de la parcelle obtenue du damos à Uwanija, « esclave de la divinité », à titre de kera, γέρας. Le litige entre la prêtresse et le damos a bien pu être provoqué par cette action, sans doute permise sur une parcelle etonijo mais pas sur une parcelle onato. Quoi qu’il en soit, le fait que les scribes royaux aient enregistré ce litige dans le cadastre montre en effet que le palais était concerné par l’affaire, que le statut de cette terre était une information importante pour les fonctionnaires royaux11. On notera d’ailleurs la superficie assez importante que représente cette parcelle. L’enregistrement précis du cadastre permettait sans doute au palais de déterminer le montant des impositions à prélever sur chaque parcelle, montant qui variait en fonction de la taille, du propriétaire et du statut des lots de terre. Des conflits de ce genre devaient donc être soigneusement consignés.

  • 12 . Ekera2wone est un haut dignitaire du royaume pylien ; sur le rawaketa, λαϝαγέτας, cf. plus bas.

19Enfin, outre les versements dus au palais et dont témoignent les registres tenus par les scribes de l’administration palatiale, le damos était sans doute tenu à des contributions aux sacrifices et au bon fonctionnement du culte. C’est ainsi que dans la tablette Un 718 de Pylos, le damos du district pylien de Sarapeda cette fois-ci, apparaît comme l’un des pourvoyeurs d’offrandes à Poséidon. À ce titre, il est mentionné entre Ekera 2 wo et le rawaketa 1212.

20On retiendra donc trois points essentiels des textes fonciers dans lesquels apparaît le damos.

  • Tout d’abord la « vocation agricole » du damos est bien sûr indéniable, de même que son ancrage territorial. Il est évident qu’une tâche essentielle de la communauté rurale consistait à mettre en valeur une partie importante des terres cultivables du royaume13. Mais était-ce la seule fonction du damos ? C’était en tout cas la seule qui intéressât vraiment l’administration du palais dont on a conservé les archives. Il serait peut-être abusivement simplificateur de ne voir dans le damos qu’une structure collective chargée d’exploiter un territoire au profit du palais. La contestation avec la prêtresse Erita à propos du statut d’une parcelle, certes de taille importante, tendrait à prouver l’implication du « village » dans tous les aspects de la vie locale. L’activité du damos que l’on entr’aperçoit à travers les quelques tablettes dont nous disposons ne se limitait sans doute pas au décompte scrupuleux des parcelles et des caprins confiés aux « esclaves ».
  • Le deuxième point essentiel est l’existence d’une structure complexe, en grande partie encore inconnue, au sein du damos. Des « esclaves du damos » chargés de veiller sur une partie du cheptel et de le faire paître sur les pâturages désignés, aux *κτονοhόχοι représentant le damos dans ses conflits avec d’autres ins tances du royaume, il est permis d’envisager différents statuts intermédiaires. La mention du damos présuppose donc, semble-t-il, un niveau d’organisation et de hiérarchie internes assez développé.
  • Enfin, le damos apparaît comme une entité douée d’une organisation propre et autonome, même s’il n’est pas sans lien, c’est évident, avec le palais. Là encore, la querelle opposant le damos de Pakijane et la prêtresse Erita est essentielle. On remarquera que les scribes du palais ne font qu’enregistrer l’existence d’un litige et son objet. L’affaire, qui touche indirectement les intérêts du palais, semble être gérée au niveau du damos, où existait donc sans doute une vie collective, avec ses débats et ses décisions, dans une relative autonomie.

21Mais à côté des textes fonciers qui mentionnent le damos, certains personnages apparaissent à Cnossos, Pylos et Thèbes, dont le nom — anthroponyme ou nom de fonction — est étymologiquement lié au damos. On touche alors au difficile problème de savoir si de l’existence des damoi, collectivités rurales locales, on peut en déduire l’existence du damos, dans un sens plus général, « le pays » ou même « la population rurale », autrement dit l’ensemble de ceux qui mettent en valeur les terres des villages, quel que soit leur emplacement géographique dans le royaume.

Des « fonctionnaires » en charge du damos ?

  • 14 Lejeune Michel, « Le damos dans la société mycénienne », Mémoires de philologie mycénienne 4, op. (...)
  • 15 À quoi il faut ajouter éventuellement a-ko-ro-da-mo (*Άγρóδαμος ou *Άκρόδαμος ; cf. ci-dessous). P (...)

22M. Lejeune considérait que l’anthroponymie pouvait être un argument en ce sens14. On n’a pour le moment identifié de façon certaine que trois anthroponymes formés sur le terme damo, à Cnossos et à Pylos uniquement : e-ke-da-mo (Ἐχέδσμος), e-u-da-mo (Εὔδσμος) et e-u-ru-da-mo (Εὐρύδσμος)15. Le problème est que le second membre du composé peut bien sûr évoquer une « idée générale », mais qu’on ne peut pas exclure non plus qu’il renvoie au damos en tant qu’organisation locale : on pourrait envisager que le nom attribué à Eurudamo évoque aussi bien l’idée que sa famille appartenait à « un vaste domaine communal », que l’idée qu’il venait d’un « vaste territoire ». Deux cas particuliers méritent cependant un examen plus détaillé.

Le damokoro

  • 16 . Pour un résumé de ces questions étymologiques, cf. l’article de Heubeck Alfred, « da-mo-ko-ro », (...)
  • 17 . Lejeune Michel, « Le damos dans la société mycénienne », Mé- moiremoires de philologie mycénienne (...)

23Le premier de ces personnages est le damokoro, dont la fonction est très discutée depuis le déchiffrement du linéaire B. L’identification du premier membre de ce composé fait en général l’unanimité : on y reconnaît le terme δᾶμος. Il reste que le sens à donner à ce terme dans le composé da-mo-ko-ro demeure quant à lui problématique : désigne-t-il un damos, une de ces collectivités agricoles des royaumes de Cnossos et de Pylos ? ou bien renvoie-t-il plus globalement à une catégorie de la population de ces royaumes, population rurale en charge des terres indivises ? La difficulté n’est pas levée par le deuxième terme du composé, -ko-ro. En raison des règles phonétiques du mycénien, on doit envisager pour cet élément : soit un monosyllabe, soit un disyllabe ; γ, (σ)κ ou (σ)χ pour l’occlusive ; et pour la liquide, λ ou ρ16. Cependant, en raison du parallèle avec les noms de fonction ζάκορος et νεωκόρος (« prêtre, gardien de temple ») par exemple, M. Lejeune et A. Heubeck, en particulier, ont proposé d’interpréter da-mo-ko-ro plutôt comme l’équivalent de *δαμοκόρος, « celui qui est préposé au damos, qui s’occupe du damos ». Mais, ainsi que le souligne M. Lejeune, « la signification de damokoro demeure, au départ, des plus vagues17 ».

  • 18 . Cf. annexe I. 1.
  • 19 . « Le damokoro : un fonctionnaire mycénien », in Minos, n ° 8, 1963, p. 118-122.
  • 20 . Ou « intendant », fonctionnaire palatial dont la fonction précise est encore obscure.

24L’examen des cinq textes mycéniens où apparaît le terme damo-ko-ro permet de préciser un peu ce sens18. Ainsi que l’a établi J.-P. Olivier19, tout d’abord, la comparaison entre deux tablettes cnossiennes C 1030 + 7055 et C 7058 + 7922 qui font intervenir du-ma et da-mo-ko-ro dans des situations symétriques, ainsi que l’association de da-mo-ko-ro [et] du-ma-ti sur la tablette pylienne On 300, attestent de manière presque certaine que damokoro est une fonction, au même titre que duma20. L’une des deux tablettes pyliennes où apparaît ce terme confirme son statut de « fonctionnaire » et son lien étroit avec le palais.

25PY Ta 711. 1 :

  • 21 . La tablette enregistre à la suite 3 jarres décrites en détail dans leur décoration, mais le sens (...)

o-wi-de, pu2-ke-qi-ri, o-te, wa-na-ka, te-ke, au-ke-wa, da-mo-ko-ro
Voici ce que vit Pu2keqiri lorsque le wanax établit Aukewa damokoro21.

  • 22 . Leonard Palmer (The Interpretation of Mycenaean Greek Texts, Oxford, p. 340-341) avait proposé un (...)
  • 23 . On ne sait rien sur la désignation et le choix des fonctionnaires et du personnel du palais, pas (...)
  • 24 . Il est vrai qu’on pourrait m’objecter que le scribe n’avait peut-être pas besoin d’indiquer une l (...)

26Ce texte qui devait être un inventaire de garde-meubles royal a visiblement été rédigé lors de la passation de pouvoir entre Pu2keqiri, le nouveau responsable du garde-meuble, et Aukewa, qui l’était jusqu’à ce que le wanax le nomme damokoro22. Il s’agissait de consigner par écrit le contenu précis de ce qu’Aukewa transmettait à son successeur. Le texte Ta 711 ne concerne donc le damokoro que de façon incidente, mais on y apprend qu’il dépendait vraisemblablement directement du palais puisqu’il est nommé (teke = θῆκε de τίθημι, « établir ») par le wanax en personne23. Il est par ailleurs probable qu’il n’y ait eu qu’un seul fonctionnaire portant ce titre à Pylos, puisque le scribe n’est pas obligé de préciser de quel damokoro il s’agit — en mentionnant par exemple une localité24.

27Il n’est pas impossible qu’on retrouve notre damokoro Aukewa dans deux autres textes de Pylos : la tablette An 192 qui donne une liste d’anthroponymes et de titres, dont le duma Dunijo (l. 2) et Aukewa (l. 3, sans autre précision) ; et la tablette Jo 438 qui fait l’inventaire des personnes devant verser de l’or au palais parmi lesquelles on trouve Aukewa sans autre mention (l. 23), lequel fait d’ailleurs partie de ceux qui doivent verser le plus d’or. Mais on n’en sait pas plus en ce qui concerne ses attributions.

Le dossier thébain : akodamo et akorodamo

  • 25 . Aravantinos Vassilis L., Godart Louis, Sacconi Anna (dir.), Thèbes, fouilles de la Cadmée I. Les (...)
  • 26 . Voir l’annexe I. 1.

28S’il apparaît difficile de contester que le terme da-mo-ko-ro désignait un fonctionnaire du royaume, les données sont plus compliquées en ce qui concerne a-ko-da-mo et a-ko-ro-da-mo. Depuis l’article de M. Lejeune, en effet, des fouilles de sauvegarde menées entre novembre 1993 et mars 1995 à l’emplacement de la Cadmée, à Thèbes, ont mis au jour 238 nouveaux fragments et tablettes inscrits en linéaire B25. Ces textes ont tous trait à la préparation de fêtes agraires. On n’y trouve aucune attestation du terme da-mo, mais 22 tablettes et fragments ont livré la forme a-ko-da-mo (dont 15 où la forme est entièrement lisible sans restitution), forme inconnue jusqu’alors, et 2 tablettes la forme déjà attestée à Cnossos, a-ko-ro-da-mo (dont une avec restitution presque assurée)26. Ces tablettes se répartissent entre les séries Av, Fq, Ft et Gp de la façon suivante :

  • a-ko-da-mo : série Av (qui enregistre des individus, hommes et femmes), 1 tablette27 ; série Fq (qui enregistre des quantités d’orge et de farine d’orge à distribuer à divers destinataires), 11 tablettes ; série Ft (qui enregistre notamment des distributions d’olives et de céréales), 7 tablettes ; et série Gp (qui enregistre des livraisons de vin), 1 tablette ;
  • a-ko-ro-da-mo : série Gp.
  • 28 . KN B 1025 + 7038.
  • 29 . Cf. Diccionario micénico, s. v. a-ko-ro-da-mo-jo et, pour la dernière interprétation, Godart L., (...)
  • 30 . Pour J. L. García Ramón (« Zu den Personennamen der neuen Texte aus Theben », in Deger-Jalkotzy S (...)

29Le terme a-ko-ro-da-mo était déjà connu à Cnossos28 où il était traditionnellement interprété comme un anthroponyme, mais où il pourrait aussi être un nom de fonction. Le second terme du composé est sans aucun doute δῆμος ; quant au premier, on a proposé de le rapprocher ou bien de ἀγρός, « le champ, le territoire », ou bien de ἄκρος, « le plus haut, le plus puissant », ou bien encore de ἄγορος, « rassemblement »29. C’est cette dernière étymologie que retiennent les éditeurs des nouvelles tablettes de Thèbes : « le terme a-ko-ro-da-mo nous paraît donc être composé des mots ἄγορος et δῆμος, ce qui nous permet de supposer que le fonctionnaire en question a en quelque sorte l’obligation de “rassembler le peuple” » (p. 170). L’hypothèse est séduisante, mais elle va à l’encontre de la morphologie historique : récemment, J. L. García Ramón a ravivé de façon convaincante le rapprochement avec l’adjectif ἄκρος et interprète a-ko-ro-da-mo comme un anthroponyme (Ἀκρόδημος)30.

  • 31 . On notera que M. Lejeune, après avoir admis sans plus de précision, l’équivalence entre les deux (...)
  • 32 . Dans son compte rendu de l’édition des nouvelles tablettes de Thèbes, J. -L. Perpillou réfute à l (...)

30Outre ce problème d’identification de l’un des membres du composé, il faudrait aussi savoir si a-ko-da-mo et a-ko-ro-da-mo sont deux formes désignant une même réalité ou si ce sont deux mots différents désignant deux réalités distinctes. Jusqu’à présent, c’est surtout la première hypothèse qui a été retenue et qui est soutenue par les éditeurs des nouvelles tablettes thébaines : « Il semble bien que le terme a-ko-da-mo soit l’équivalent de ada-mokoda-moroda-mo que nous retrouvons en Gp 164. 2 et 215. [2] » (p. 169)31. C’est sur cette « équivalence » que nous voudrions revenir ici32.

  • 33 . Mais que l’on ne connaît pas, ce qui fragilise l’hypothèse. Rien ne dit bien sûr que nous connais (...)
  • 34 . La tablette Gp 164 est due au scribe 306. Le scribe de la tablette Gp 215 n’est pas identifié.

31Il convient d’éliminer d’emblée l’hypothèse d’une faute du scribe. On aurait pu envisager que, de même qu’on trouve en Fq 254 + 255 la forme ra-ke-mi-ni-jo pour ra-ke-da-mi-ni-jo (Λακεδαιμόνιος), a-ko-da-mo soit une forme fautive pour ako-ro-da-mo, après omission d’une syllabe par le scribe. Mais si tel était le cas, la forme « fautive » serait la plus fréquente (22 occurrences contre 2 seulement). Inversement, a-ko-ro-da-mo ne peut vraisemblablement pas être une forme fautive d’ada-mokoda-mo (qu’on l’explique par la contamination avec un autre mot33 — un anthroponyme ? — ou par une sorte de diplographie, le scribe ayant dédoublé la troisième syllabe du mot en deux signes graphiquement très proches, > et A), car il faudrait admettre que cette faute se retrouve dans une même série thébaine, sous le stylet de deux scribes différents-les tablettes Gp 164 et 215 étant dues à deux mains différentes34. Cela n’est pas impossible, mais tout de même peu probable. On pourrait éventuellement envisager que la syllabe notée -ko- soit en réalité la syllabe [kro] notée partout ailleurs -ko-ro-. Le problème est qu’on n’a aucun parallèle pour soutenir cette hypothèse. Il semble donc bien assuré que l’existence des deux formes a-ko-da-mo et a-ko- rro-da-mo-da-mro-da-mo n’est pas le résultat d’une erreur d’écriture.

32Restent donc seulement trois hypothèses qui pourraient expliquer cette double forme.

  • S’il s’agit du même mot, la forme plus courte pourrait être une abréviation de la forme plus longue. C’est vraisemblablement ce que supposent les éditeurs qui parlent de scriptio plena pour la forme la plus longue (p. 169). Mais la pratique la plus logique pour abréger un mot consiste à l’amputer d’une ou plusieurs syllabes finales, voire à ne conserver que la première syllabe 3535. Pour pouvoir étayer cette hypothèse, il faudrait donc posséder des parallèles de termes abrégés par apocope d’une syllabe interne au mot-parallèles qui nous font défaut pour le moment.
  • La deuxième hypothèse serait alors d’admettre que le mycénien disposait de deux formes différentes pour désigner une même réalité. On connaît certains « doublons » en mycénien, mais la variation est phonétique (une syllabe est remplacée par une autre, sans doute proche phonétiquement36), et ne consiste pas en l’ajout ou la suppression d’une syllabe à l’intérieur du mot. J. L. García Ramón envisage aussi l’hypothèse d’une métathèse, dont on a un exemple pour le mot désignant le trône, *θρóνος dans le composé to-ro-no-wo-ko = *θρονοϝοργός, « fabricant de trônes » à Cnossos (As 1517. 1), et to-no = *θόρνος à Pylos (Ta 707. 1)37.
  • Enfin, dernière hypothèse : deux formes existent pour désigner deux réalités différentes.

33Les contextes dans lesquels apparaissent ces deux termes ne permettent pas d’en comprendre beaucoup plus :

  • Une seule série est commune aux deux termes, la série Gp, où a-ko-ro-da-mo est destinataire de 2/18 d’unité de mesure de vin (Gp 164) et de 1/60 d’unité de mesure de farine (Gp 215). Dans les séries Av, Fq, Ft et Gp, a-ko-da-mo est régulièrement associé aux mêmes destinataires : ko-wa (pour Κóρη ?), zo-wa et to-jo (anthroponymes, selon les éditeurs), principalement, mais aussi, ma-di-je, we-re-na-ko, a-nu-to, ra-ke-da-mi-ni-jo (séries Av, Fq et Gp)38 ; dans les tablettes de la série Ft, on trouve à côté d’a-ko-da-mo, un nombre limité de destinataires récurrents : kapa (olives à presser — σκάϕᾳ, ou récipient à offrandes — σκάϕη ?) ; sito (le blé ou, par métonymie, l’épithète de la déesse Déméter ?) ; koro (pour κοῖρος, le porc ?) ; et kasi ou kano (pour κασί et κανῶν, des oies - χάν ?).
  • Dans la série Fq, un personnage désigné comme a-ko-da-mo est destinataire d’orge et de farine d’orge, en quantité souvent assez régulière (le plus souvent 1/60 ou 2/60 d’unité de mesure ; mais une fois aussi 2/240). Dans la série Ft, il est destinataire d’olives en quantité assez uniforme aussi (4/18 d’unité de mesure).
  • Enfin, en Av 101, après le terme a-ko-da-mo sont enregistrés deux hommes et une denrée sèche non identifiée.

3.] po-me-ne VIR 2 da [
4.] a-ko-da-mo VIR 2 T 6 V [

34Ou bien la forme a-ko-da-mo est un datif singulier et on peut alors envisager que deux hommes sont attribués à un personnage ayant pour titre ou pour nom a-ko-da-mo, afin de s’acquitter d’une tâche sous sa direction. Ou bien cette forme est un nominatif pluriel et la tablette enregistrerait une liste de personnages auxquels seraient associés des hommes et des denrées. Comme la dernière ligne de la tablette semble récapituler un total de denrées alimentaires, on a sans doute affaire ici à une tablette enregistrant les rations alimentaires accordées à certains individus, en fonction du nombre d’hommes dont ils avaient la charge. Quoi qu’il en soit, le texte invite à mettre en parallèle ako-da-mo et « le (s) berger (s) », po-me-ne. On pourrait en tirer argument pour dire que l’akodamo est un personnel rural au même titre que le (s) berger (s). Mais on connaît des textes où des noms de fonction et des anthroponymes sont mis en parallèle, l’argument semble donc fragile.

35Les éléments apportés par l’examen de ces trois noms sont finalement assez ténus. Le *δαμοκόρος est sans aucun doute un personnel du royaume d’un rang assez élevé. Mais ses fonctions demeurent inconnues d’après les textes dont nous disposons et la formation étymologique du nom ne permet pas plus de les préciser. En quoi, comment et pourquoi était-il probablement « en charge du damos » ? On peut au moins supposer qu’il n’était pas en charge d’un damos en particulier, ce qui aurait été précisé sans doute dans le texte. Était-il en charge de l’ensemble des damoi du royaume ? Si l’on admet l’hypothèse de l’unicité de ce personnage dans le royaume pylien, on peut envisager qu’en effet, le damokoro ait été un personnage désigné par le wanax pour faire la liaison entre l’administration palatiale et ce que l’on devine d’organisation « démocratique » locale. S’il y avait, à côté de l’administration palatiale et sous sa plus ou moins lointaine autorité, des « communes » gérant elles-mêmes leurs terres et leurs personnels dans une indépendance relative peut-être revenait-il au damokoro de veiller aux bons rapports entre ces communautés locales et l’autorité centrale ? Ce ne sont que des hypothèses, mais dans ce cas, effectivement, damos aurait pu avoir un sens plus vaste que la seule communauté villageoise.

  • 39 . C’est l’interprétation des éditeurs des nouvelles tablettes de Thèbes, qui font de l’akorodamo «  (...)

36Quant aux deux autres termes, l’ensemble des éléments établis à ce jour conduit à les distinguer. Pour l’instant, l’interprétation qui fait d’a-ko-da-mo un anthroponyme (*Ἀρχόδαμος par exemple) est la plus convaincante. Quant à a-ko-ro-da-mo, les occurrences sont trop peu nombreuses et peu concluantes. S’il s’agit d’un nom de fonction, il convient en tout cas de chercher une explication ailleurs que dans la racine du verbe ἀγείρειν, aussi séduisante que soit l’idée d’un « rassembleur du damos ». Il convient sans doute aussi de ne pas trop vite lui donner une fonction religieuse39. On ne peut pas nier que les nouvelles tablettes de Thèbes ont livré des noms de divinités, la plupart d’ailleurs non attestés en mycénien jusqu’à présent : autour de la déesse Terre Mère, ma-ka (=Mᾶ Γᾶ, Μήτηρ Γῆ), correspondant à Déméter, on trouve par exemple ko-wa (=Κόρη) et ore-ipo-re-i (= Zeus ὀπώρης, « protecteur des fruits » ?). Mais doit-on considérer tous les animaux et tous les noms de fonction mentionnés dans ce contexte comme des animaux sacrés et des desservants du sanctuaire ? Ne peut-on pas envisager que le banquet dont on prépare l’organisation dans la tablette Fq 254 + 255, s’il avait lieu au moment d’une fête religieuse en l’honneur de la déesse de la fertilité, rassemblait différentes personnalités qui n’avaient pas toutes des attributions religieuses ? Dans ces conditions, un personnage qui, ainsi que son nom l’indique, entretient des liens avec ceux qui sont chargés d’exploiter une partie des terres du royaume (que ce soit les membres d’un damos ou du damos), ne peut pas manquer d’occuper une place importante dans des festivités en l’honneur de Déméter. Après tout, on n’a pas déduit de la mention conjointe d’une prêtresse et du damos dans la tablette PY Ep 704 que le damos avait des attributions religieuses et une fonction dans le sanctuaire.

37Ainsi, les mentions du damos en composition et dans des contextes non spécifiquement fonciers peuvent confirmer et compléter le tableau des royaumes mycéniens tel qu’il a été résumé plus haut, en particulier en ce qui concerne l’importance de la vie collective locale et des liens entre palais et damos. Nous aurions tendance à penser qu’on peut aussi y voir la preuve de l’existence d’un damos au-delà des damoi particuliers.

Damos / *ra-wo : classe de paysans vs classe de guerriers ?

38Que les habitants des royaumes de Pylos, de Cnossos ou de Thèbes aient pu concevoir sous l’appellation de damos une catégorie de la population ne définit pas encore suffisamment ce groupe. Le contexte agricole des textes dans lequel le damos est mentionné a conduit certains à identifier le damos comme une classe de paysans. Il était alors tentant de chercher à retrouver, à côté de cette classe de « producteurs », les deux autres composantes de la tripartition dumézilienne, et notamment la classe des guerriers.

  • 40 . C’est notamment l’hypothèse de travail de M. Lejeune, développée de façon systématique par A. Yos (...)
  • 41 . Heubeck Alfred, « zu griech. λαός », in Studi linguistici in onore di V. Pisani, Brescia, 1969, p (...)
  • 42 . de Lorenzi Attilio, « Il lawagetas in Omero », in Atti e memorie del I ° congresso internazionale (...)
  • 43 . Wundsam Klaus, Die politische und soziale Struktur in den mykenischen Residenzen nach den Linear (...)
  • 44 . Wyatt William F., « Homeric and Mycenaean λαός », in Minos n ° 29/30, 1994-1995, p. 159-170. Nous (...)

39Dès l’identification du terme ra-wa-ke-ta (λαϝαγέτας) dans les tablettes mycéniennes, le premier élément du composé a été rapproché du grec alphabétique λαός, et le second du verbe ἄγειν. Le λαϝαγέτας fut ainsi interprété comme « celui qui conduit le laos ». Les rapprochements avec l’épopée, où λαός est un terme qui renvoie fréquemment à l’armée et où les chefs d’armée sont parfois désignés par la métaphore du berger qui conduit son troupeau, ont amené certains historiens à faire du λαϝαγέτας un chef d’armée annonçant le « pasteur de peuples », ποιμὴν λαῶν, de l’épopée. Les études se sont alors surtout portées sur la distinction entre damos et laos, la classe des producteurs et celle des guerriers40. C’est ainsi que pour A. Heubeck le laos mycénien est la classe militaire, avec à sa tête le λαϝαγέτας, tandis que le damos, regroupant les paysans et artisans, intervient dans la gestion des sanctuaires et se trouve régi par le damokoro41. Pour A. de Lorenzi, il y avait un partage du pouvoir entre le wanax (le roi, ἄναξ) aux fonctions politiques, et le λαϝαγέτας, aux fonctions militaires, dualité qui trouverait un écho dans les poèmes homériques dans l’attribution des fonctions politiques et des fonctions militaires à deux chefs différents42. Pour K. Wundsam, il convient également d’opposer le wanax au groupe des aristocrates, *rawo, menés par le λαϝαγέτας 43. En dépit de quelques nuances propres à chacune des hypothèses développées, toutes ces théories reposent sur l’identification d’un * rawo = λαός comme une classe à part entière, une classe militaire dans la quasi-totalité des interprétations. Une seule analyse a mis cette identification au second plan. Dans son article « Homeric and Mycenaean λαός », W. F. Wyatt a surtout insisté sur la structure du composé associant le terme λαός et un verbe exprimant l’idée de conduire, de guider. Il a fait remarquer que l’on trouvait déjà là une notion fondamentale du λαός homérique, celle de « groupe qui se rassemble derrière un chef »44.

40Dans la mesure où, d’une part, on a souvent opposé le damos et le * rawo comme l’élément paysan et l’élément guerrier de la société mycénienne, et où, d’autre part, l’analyse du dèmos homériqumérique qui sera le sujet du chapitre suivant suppose de différencier nettement le terme δῆμος du terme λαός, nous reviendrons brièvement, pour clore ce chapitre préliminaire, sur les problèmes que pose la définition du * rawo dans les textes mycéniens. Si l’on admet que da-mo a pu désigner plus qu’une collectivité locale agricole parmi d’autres, mais une catégorie rurale de la population des royaumes mycéniens, y avait-il, à côté du damos, une classe militaire, laos, sous l’autorité du λαϝαγέτας ?

  • 45 . La forme ra-wa-ke-ta est assurément attestée sur trois tablettes de Pylos (PY 1n 724, Un 219 et 7 (...)
  • 46 . Sur ce personnage, voir en particulier : Adrados Francisco R., « Wa-na-ka y ra-wa-ke-ta », in Att (...)
  • 47 . PY Er 312. En PY Un 318, le temenos du rawaketa est soumis à imposition.
  • 48 . Les individus qui sont recensés sont apparemment désignés par leur nom propre et non par leur fon (...)

41En l’état actuel de la documentation, seules Cnossos et Pylos45 nous révèlent l’existence, dans l’organisation des royaumes mycéniens d’un personnage appelé rawaketa46. Il s’agit bien d’un nom de fonction, et pas d’un nom propre, fonction occupée semble-t-il par une seule personne dans chacun des royaumes. Le λαϝαγέτας étant, comme le wanax, le seul à détenir un temenos, et le temenos du λαϝαγέτας étant à Pylos trois fois plus petit que celui du wanax47, on en déduit que le λαϝαγέτας était le deuxième personnage le plus important du royaume. À Cnossos comme à Pylos, le λαϝαγέτας apparaît à la tête d’un personnel important. La grande tablette As 1516 de Cnossos dresse la liste d’au moins 67 noms d’hommes, répartis dans trois districts du royaume, Cnossos, Setoia et un troisième dont le nom a disparu. Après un intitulé illisible, la liste s’ouvre par la mention ko-no-si-ja, ra-wa-ke<-si> -ja, que l’on interprète généralement comme « la suite » ou « la maison du λαϝαγέτας à Cnossos ». Le texte ne nous éclaire pas plus sur la fonction du λαϝαγέτας qu’il ne nous dit si cette fonction était à vie, héréditaire, attribuée par le wanax, etc. Par ailleurs, il est invraisemblable, en raison de l’importance accordée par ailleurs à ce personnage, que la suite du λαϝαγέτας à Cnossos se soit limitée aux 31 noms qui suivent sur la tablette48. On aimerait savoir en quoi consiste précisément cette « suite du λαϝαγέτας » : s’agit-il d’un groupe de travailleurs et artisans spécialement affecté au service du λαϝαγέτας, peut-être même par le palais ?

  • 49 . M. Lejeune a consacré un article à l’explication de la série Ea de Pylos et nous reprenons ici se (...)
  • 50 . Parmi le personnel du λαϝαγέτας, on trouve en particulier un amoteu, charron ou cocher (cf. gr. a (...)
  • 51 . D’après le rapprochement de ma-ra-te-we avec μάλθα, la poix, proposé par M. Lejeune (Mémoires de (...)
  • 52 . On sait, par une autre tablette pylienne (An 519) que Roowa était une importante ville côtière où (...)
  • 53 . Cela n’est pas sans évoquer la société homérique où certains personnages sont parfois dotés, par (...)

42Ce personnel nous est d’abord connu par la série Ea de Pylos49 où sont enregistrées des parcelles de terre dont certaines détenues ou concédées par divers individus, désignés par leur nom ou leur fonction et qualifiés de ra-wa-ke-si-jo (λαϝαγέτας)50 ; mais aussi par la tablette Na 245, où des calfats dépendants du λαϝαγέτας sont exemptés d’impôts51. À côté de cette « suite » du λαϝαγέτας, la tablette An 724 de Pylos mentionne des mouvements exceptionnels de personnels, si c’est ainsi que l’on doit comprendre l’« absence » de plusieurs rameurs de la localité de Roowa dont l’un au moins aurait pu être affecté de façon temporaire au λαϝαγέτας 52. Enfin, la tablette As 1516 nous apprend que le palais avait établi un contrôle direct sur une partie au moins du personnel du λαϝαγέτας 53.

43Toutes ces indications éclairent un peu la composition du groupe de personnes dépendant du λαϝαγέτας. Ce personnel semble nombreux et surtout varié, sans que ne prédomine particulièrement l’activité militaire. Seules les tablettes Na 245 et An 724 pourraient entrer dans cette catégorie. D’une part, le λαϝαγέτας a sous son autorité des artisans des chantiers navals qui bénéficient d’exemption d’impôts lorsque les circonstances l’exigent-on peut évidemment penser aux dangers qui menacent Pylos à la veille de l’incendie du palais : les calfats ont sans doute plus besoin que jamais de toute la matière première dont ils disposent pour que la flotte soit toujours en état de défendre le pays. L’adjectif ra-wa-ke-si-jo apposé à ma-ra-te-we est par ailleurs sans doute la preuve que l’autorité du λαϝαγέτας sur ce groupe d’artisans est permanente et pas simplement temporaire. Ce qui n’est pas explicitement le cas des rameurs de Roowa. D’autre part, en effet, dans un contexte de réajustement des troupes militaires, le λαϝαγέτας se voit visiblement confier des effectifs supplémentaires, dans un but qui n’est pas précisé même s’il est vraisemblable qu’il s’agissait de renforts militaires. Si l’interprétation que J.-L. Perpillou fait de PY An 724 est exacte, il faut noter premièrement que le λαϝαγέτας n’est pas le seul personnage à recevoir un commandement militaire ; deuxièmement, que les rameurs qu’il se voit attribuer n’ont pas constitué un personnel permanent de la flotte de Pylos mais ont été recrutés dans différents corps de métiers ; troisièmement, enfin, que commander à un contingent ne signifie pas nécessairement être le chef de toute l’armée. Il ressort donc de l’analyse des documents relatifs au λαϝαγέτας qu’un personnel assez conséquent, le laos, lui est attribué, mais que rien, dans les tablettes concernant ce personnage ne permet d’affirmer avec certitude que le laos est un groupe militaire.

44En l’état actuel de la documentation, des différences assez importantes apparaissent entre la structure du damos et celle du groupe dépendant du λαϝαγέτας. Alors que l’existence d’une collectivité damos est explicite et s’exprime indépendamment de tout lien personnel à un individu, celle d’un * rawo est purement et simplement déduite de l’existence d’un individu de haut rang, le λαϝαγέτας. Plus significatif encore : si un lien de dépendance s’exprime au sein du damos, il concerne des dépendants du damos, c’est-à-dire de la collectivité (que ce soient des « esclaves du damos » ou du personnel opidamijo). Il n’y a pas, à notre connaissance, de dépendants du *rawo, mais seulement des dépendants du λαϝαγέτας. La différence est de taille et vaut aussi, on va le voir, pour les poèmes homériques.

Notes

1 . Avant le déchiffrement du linéaire B en 1952, certains historiens pourtant, comme M. P. Nilsson, par exemple, insistaient déjà sur les liens de continuité que l’on pouvait déceler entre la civilisation mycénienne et la civilisation grecque postérieure (Nilsson Martin Persson, Homer and Mycenae, Londres, 1933).

2 . Sur ces questions de continuité du vocabulaire et des institutions de l’époque mycénienne au premier millénaire, je mentionnerai principalement deux études parues dans Risch Ernst et Mühlestein Hugo (dir.), Colloquium Mycenaeum. Actes du sixième colloque international sur les textes mycéniens et égéens tenu à Chaumont sur Neuchâtel du 7 au 13 septembre 1975, Neuchâtel et Genève, 1979 : MorpurgoDavies Anna, « Terminology of Power and Terminology of Work in Greek and Linear B », p. 87-108 ; et Gschnitzer Fritz, « Vocabulaire et institutions : la continuité historique du deuxième millénaire », p. 109- 134. Voici ce qu’écrit A. Morpurgo-Davies à propos du vocabulaire politique et économique des textes mycéniens : « These are areas of the lexicon which reflect more closely than others any change which takes place in the material culture or the social structure. I assume that the particular group of terms with which I am concerned belongs to one of these areas and consequently that a study of its development may provide us with some valuable information about the social and historical background in which this took place. » (p. 87)

3 . Ces textes ont en effet été conservés par hasard, à la suite de l’incendie qui fit cuire l’argile des tablettes : d’abord enregistrées sur un support d’argile mis ensuite à sécher, les données devaient sans doute être par la suite consignées sur un autre support, périssable puisque nous n’en avons aucune trace ; puis les tablettes étaient humidifiées, le premier texte se trouvait effacé et un scribe enregistrait alors une nouvelle transaction.

4 . Il s’agit surtout de son article paru en 1965, « Le damos dans la société mycénienne », et repris dans Mémoires de philologie mycénienne 3, Rome, 1972, p. 137-154. Voir aussi, dans le même volume : « récapitulatif du cadastre Ep de Pylos », p. 107-111 ; et « circonscriptions administratives de Pylos », p. 115-133 ; et « du dossier pylien Ea », in Mémoires de philologie mycénienne 4, Rome, 1997, p. 117-151. À ces références essentielles, on ajoutera de Fidio Pia, « et communautés de village dans le royaume mycénien de Pylos », in Ilievski Petar et Crepajac Ljiljana, Tractata Mycenaea : proceedings of the Eighth International Colloquium on Mycenaean Studies, held in Ohrid, 15-20 September 1985, Skopje, 1987, p. 129-149 et la thèse à paraître de J. Zurbach, Problèmes de la terre en Grèce ancienne (soutenue à l’Université de Nanterre en juin 2008). Je suis particulièrement reconnaissante à Julien Zurbach d’avoir accepté de partager avec moi les conclusions de son travail dès avant sa parution.

5 . Les occurrences de da-mo et ses composés dans les textes mycéniens sont recensées dans les tableaux de l’annexe I. 1.

6 . Aucun document de Mycènes ni de Tirynthe n’a livré pour le moment d’occurrences du terme da-mo.

7 . On a proposé plusieurs interprétations de ce terme, qui sont répertoriées dans Aura Jorro Francisco et Adrados Francisco R., Diccionario Micénico, Madrid, 1985-1993, s. v.

8 . Le syntagme pa-ro da-mo est l’équivalent de l’attique παρὰ [τοῦ] δήμου. Il est vraisemblable que l’adjectif da-mi-jo que l’on trouve en PY Ea 803 est l’équivalent de pa-ro da-mo :
ko-do, e-ke, da-mi-jo gra t 6 v 2 [
« Kodo détient du damos / comme terre du damos [ une terre d’une valeur de] 6/10 et… d’unité de blé. »

9 . À côté des *κοτονοhóχοι, d’autres individus privilégiés pourraient constituer une élite du damos et un lien privilégié entre le palais et le damos : les tereta (*τελεσται), « ceux qui doivent une obligation (τέλος) ». La thèse de Julien Zurbach apportant à ces questions un éclairage important, je me permets ici de renvoyer simplement le lecteur à cet ouvrage à paraître.

10 . On notera le singulier onato, alors que la tablette Eb 297 parle d’onata au pluriel. Étant donné la superficie importante que représente la parcelle objet de litige, on peut peut-être envisager qu’elle était ellemême constituée de plusieurs « lots », d’où le pluriel.

11 . Cela signifie aussi peut-être qu’il n’y avait pas de registre au niveau du damos, qui consigne le statut des terres kekemena en prévision de tels litiges. De fait, les seules traces d’écriture connues pour l’époque mycénienne concernent visiblement uniquement la comptabilité et l’administration du palais.

12 . Ekera2wone est un haut dignitaire du royaume pylien ; sur le rawaketa, λαϝαγέτας, cf. plus bas.

13 . Le problème serait d’ailleurs de déterminer la proportion de ces terres gérées par le damos. En ce qui concerne Pakijane, M. Lejeune compte que les terres kekemena représentent 53 % des allocations, sachant que 17 % des allocations concernent des terres au statut inconnu en raison de l’état des tablettes. Parmi les parcelles identifiables, seules 2 % restent non attribuées, a-no-no.

14 Lejeune Michel, « Le damos dans la société mycénienne », Mémoires de philologie mycénienne 4, op. cit., p. 140.

15 À quoi il faut ajouter éventuellement a-ko-ro-da-mo (*Άγρóδαμος ou *Άκρόδαμος ; cf. ci-dessous). Pour la liste des occurrences des anthroponymes formés sur -damo, voir annexe I. 1.

16 . Pour un résumé de ces questions étymologiques, cf. l’article de Heubeck Alfred, « da-mo-ko-ro », in Atti e memorie del I° congresso internazionale di micenologia-Roma 1967, Rome, 1968, p. 611-614. A. Heubeck interprète d’ailleurs le lieu appelé Λεωκóριον, dans le quartier du céramique à Athènes (cf. Thucydide I, 20 et VI, 57), comme l’endroit où siégeait, à l’époque mycénienne, un *lawokoros, pendant possible du damokoro.

17 . Lejeune Michel, « Le damos dans la société mycénienne », Mé- moiremoires de philologie mycénienne 4, op. cit., p. 150.

18 . Cf. annexe I. 1.

19 . « Le damokoro : un fonctionnaire mycénien », in Minos, n ° 8, 1963, p. 118-122.

20 . Ou « intendant », fonctionnaire palatial dont la fonction précise est encore obscure.

21 . La tablette enregistre à la suite 3 jarres décrites en détail dans leur décoration, mais le sens précis des termes nous échappe en grande partie. L’inventaire continue sur les autres tablettes de la série Ta : des ustensiles à feu, des trépieds et vases, des tables et chaises, des armes ; le tout apparemment très richement décoré.

22 . Leonard Palmer (The Interpretation of Mycenaean Greek Texts, Oxford, p. 340-341) avait proposé une tout autre interprétation : il faudrait comprendre le verbe θεῖναι comme signifiant « ensevelir », ici. L’inventaire aurait donc eu lieu au moment où le wanax aurait « enterré » Aukewa. La principale objection à cette hypothèse est que jamais le verbe θεῖναι seul ne signifie « ensevelir ». L’autre originalité de l’interprétation de L. Palmer, mais sur laquelle il est lui-même revenu, après que de nouvelles découvertes ont changé les données du problème (cf. « Some comments on the preceding paper », in Minos, n ° 8, 1963, p. 123-124), consistait à faire de la forme da-mo-ko-ro le patronyme de Aukewa.

23 . On ne sait rien sur la désignation et le choix des fonctionnaires et du personnel du palais, pas plus que pour l’administration des damoi on ne connaît la façon dont les kotonooko étaient désignés. Le damo- kkororkoro était-il choisi par le roi en personne ? (mais alors parmi quels candidats potentiels ?) Ou bien était-il désigné par un fonctionnaire subalterne (voire par les damoi ?) et voyait-il ensuite sa nomination entérinée par le wanax ? Michael Ventris et John Chadwick, dans Documents in Mycenaean Greek, Cambridge, 1973 ² (n ° 235), rapprochaient de l’expression wanaka teke aukewa damokoro un passage de l’Iliade où il est dit que « les Troyens ont fait [Théanô] prêtresse d’Athéna », τὴν γὰρ Τρῶες ἔθηκαν Ἀθηναίης ἱέρειαν (VI, 300). Ce rapprochement, très séduisant d’un point de vue formel, ne nous apprend malheureusement rien de plus. On ne peut donc pas tirer d’autres conclusions de cette désignation du damokoro par le wanax que celle selon laquelle le damokoro dépendait du palais.

24 . Il est vrai qu’on pourrait m’objecter que le scribe n’avait peut-être pas besoin d’indiquer une localité, par exemple, car le contexte était évident pour lui et pour le responsable des archives. Pour M. Lejeune (« Le damos dans la société mycénienne », Mémoires de philologie mycénienne 3, op. cit.), il y avait au moins deux damokoro à Pylos. M. Lindgren, dans son inventaire du personnel mentionné dans les tablettes pyliennes (p. 32-33 et note 2 en particulier) pense au contraire qu’il n’y a pas de raisons de supposer l’existence de plusieurs damokoro.

25 . Aravantinos Vassilis L., Godart Louis, Sacconi Anna (dir.), Thèbes, fouilles de la Cadmée I. Les tablettes en linéaire B de la Odos Pelopidou, Pise et Rome, 2001. M. Lejeune a eu connaissance de ces documents et s’est penché sur ce dossier dans ses derniers articles et notes de travail que l’on trouvera repris dans Mémoires de philologie mycénienne 4, Rome, 1997.

26 . Voir l’annexe I. 1.

27 . La série Av enregistre beaucoup de personnages que l’on trouve également dans les séries Fq, Ft et Gp.

28 . KN B 1025 + 7038.

29 . Cf. Diccionario micénico, s. v. a-ko-ro-da-mo-jo et, pour la dernière interprétation, Godart L., « Les collecteurs mycéniens », in Olivier Jean-Pierre, Mykenaïka. Actes du IXe colloque international sur les textes mycéniens et égéens, BCH suppl., n ° 25, 1992, en particulier p. 268-270.

30 . Pour J. L. García Ramón (« Zu den Personennamen der neuen Texte aus Theben », in Deger-Jalkotzy Sigrid et Panagl Oswald, Die neuen Linear B-Texte aus Theben, Vienne, 2006, p. 45-50 surtout), akodamo et akorodamo sont deux anthroponymes : Ἀρχόδαμος et Ἀκρόδημος.

31 . On notera que M. Lejeune, après avoir admis sans plus de précision, l’équivalence entre les deux formes, reste toutefois prudent : « on identifiera comme un seul et même personnage (quelle que soit l’explication de cette alternance graphique) a-ko-da-mo (une vingtaine d’exemples) et a-ko-ro-da-mo (deux exemples) pour les mêmes raisons qu’on a identifié ko-ru-we et * 56-ru-we : analogie des contextes et distribution en fonction des mains » (« Le syllabogramme *56 dans le linéaire B thébain », in Mémoires de philologie mycénienne 4, op. cit., p. 266, note 1) ; « La variante a-ko-ro-da-mo appartient au scribe 306 (en Gp 120) alors que a-ko-da-mo est régulier en série Fq chez le scribe 305. s’il s’agit bien du même personnage. En tout cas, a-ko-da-mo figure aussi (sous des mains non déterminées) en série Gp (179, 225) » (« Anatomie de la série thébaine Gp », in Mémoires de philologie mycénienne 4, op. cit., p. 291, note 24 ; nous soulignons).

32 . Dans son compte rendu de l’édition des nouvelles tablettes de Thèbes, J. -L. Perpillou réfute à la fois le rapprochement avec ἄγορος et l’équivalence entre les deux formes (RPh n ° 75, 2001/2, p. 310) :
« Il est complètement impossible de voir dans a-ko-da-mo un *ἀγορó-δᾶμος, pour plusieurs raisons formelles : le nom d’agent de la racine *ἀγερ —, *ἀγορο —, forme thématique à vocalisme radical o, sert uniquement en second membre de composé (cf. δημ-ηγορóς), tandis qu’au premier membre on attendrait *ἀγερσι — vel sim. Surtout, un groupe — γρο —, tout comme — γορο —, n’est jamais écrit autrement que -ko-ro-, la notion de scriptio plena ne s’appliquant, et à titre exceptionnel, qu’à la situation inverse : la sonante précède immédiatement l’occlusive. En conséquence, si a-ko-da-mo (dont il y a plus de 20 exemples) possède un r, c’est avant l’occlusive notée ko, et a-ko-ro-da-mo (exemple unique) ne saurait en être la scriptio plena qui serait * a-ro-ko- : c’est donc ou une faute ou un autre mot. »

33 . Mais que l’on ne connaît pas, ce qui fragilise l’hypothèse. Rien ne dit bien sûr que nous connaissions tous les mots les plus fréquents en mycénien, mais il n’en reste pas moins que l’on comprendrait plus aisément une confusion avec un mot suffisamment fréquent pour que le hasard nous l’ait conservé dans les textes que nous possédons.

34 . La tablette Gp 164 est due au scribe 306. Le scribe de la tablette Gp 215 n’est pas identifié.

35 . C’est en particulier ce qui se passe lorsqu’un idéogramme est accompagné de la première syllabe du mot désignant l’objet en question.

36 . C’est ce qui se passe par exemple, dans les tablettes thébaines, avec ko-ru-we et * 56-ru-we (cf. Lejeune Michel, Mémoires de philologie mycénienne 4, op. cit., p. 263-270).

37 . García Ramón José Luis, « Zu den Personennamen der neuen Texte aus Theben », op. cit., p. 45.

38 . Les tablettes Fq 240, 241 et 258 enregistrent toutes les trois les mêmes destinataires dans le même ordre.

39 . C’est l’interprétation des éditeurs des nouvelles tablettes de Thèbes, qui font de l’akorodamo « le rassembleur des fidèles ».

40 . C’est notamment l’hypothèse de travail de M. Lejeune, développée de façon systématique par A. Yoshida dans « Survivance de la tripartition fonctionnelle en Grèce », in Revue de l’histoire des religions, n ° 166, 1964, p. 21-38.

41 . Heubeck Alfred, « zu griech. λαός », in Studi linguistici in onore di V. Pisani, Brescia, 1969, p. 535-544.

42 . de Lorenzi Attilio, « Il lawagetas in Omero », in Atti e memorie del I ° congresso internazionale di micenologia-Roma 1967, Rome, 1968, p. 880-898. Mais cette interprétation des poèmes homériques ne tient pas : le basileus y est toujours le chef politique et militaire ; il n’y a que Priam, trop vieux pour combattre lui-même, qui délègue son autorité sur l’armée, et uniquement sur le champ de bataille, à son fils dont le poète dit qu’il lui succédera à sa mort. De même, on ne trouve aucune confirmation de cette répartition des pouvoirs entre wanax et rawaketa dans les tablettes mycéniennes-sinon le sens de « chef de l’armée » que l’on donne à ra-wa-ke-ta.

43 . Wundsam Klaus, Die politische und soziale Struktur in den mykenischen Residenzen nach den Linear B Texten, Vienne, 1968, p. 59 et suivantes.

44 . Wyatt William F., « Homeric and Mycenaean λαός », in Minos n ° 29/30, 1994-1995, p. 159-170. Nous parvenons à des conclusions tout à fait comparables sur le laos homérique (cf. chapitre suivant).

45 . La forme ra-wa-ke-ta est assurément attestée sur trois tablettes de Pylos (PY 1n 724, Un 219 et 718). C’est surtout l’adjectif ra-wa-wa-ke-si-jo = *λαϝαγέσιος, « du λαϝαγέτας », qui est fréquent. Pour la liste complète des 22 occurrences (17 à Pylos et 5 à Cnossos), cf. l’annexe I. 1.

46 . Sur ce personnage, voir en particulier : Adrados Francisco R., « Wa-na-ka y ra-wa-ke-ta », in Atti e memorie del I ° congresso internazionale di micenologia-Roma 1967, Rome, 1968, p. 559-573 ; Van Effenterre Henri, « Un Lawagétas oublié », ibid. p. 588-593 ; de Lorenzi Attilio, « lawagetas in Omero », ibid. p. 880-898 ; Lindgren Margareta, The People of Pylos. Prosopographical and Methodological Studies in the Pylos Archives, Uppsala, 1973, en particulier p. 134-136 ; Carlier Pierre, La royauté en Grèce avant Alexandre, Strasbourg, 1984, en particulier p. 102-107.

47 . PY Er 312. En PY Un 318, le temenos du rawaketa est soumis à imposition.

48 . Les individus qui sont recensés sont apparemment désignés par leur nom propre et non par leur fonction ; on ignore de ce fait leur statut.

49 . M. Lejeune a consacré un article à l’explication de la série Ea de Pylos et nous reprenons ici ses principales conclusions pour présenter brièvement le contexte dans lequel sont mentionnés les dépendants du λαϝαγέτας Pour le détail de l’argumentation, se reporter à « du dossier pylien Ea », in Mémoires de philologie mycénienne 4, op. cit., p. 117-151.

50 . Parmi le personnel du λαϝαγέτας, on trouve en particulier un amoteu, charron ou cocher (cf. gr. alph. ἅρμα, le char et myc. ama, la roue) en Ea 421 et 809, ainsi que, peut-être, un porcher en Ea 822 où la forme ra-wa-ke-si-jo ajoutée au-dessus de la ligne peut aussi bien être un datif singulier portant sur su-qo-ta, συβώτης/συβότης, qu’un nominatif singulier portant sur l’anthroponyme e-u-me-ne.

51 . D’après le rapprochement de ma-ra-te-we avec μάλθα, la poix, proposé par M. Lejeune (Mémoires de philologie mycénienne 1, Paris, 1958, p. 134 et Mémoires de philologie mycénienne 2, Rome, 1971, p. 282, n. 83 pour les objections). Cette exemption d’impôts n’est pas une exception. P. Carlier (La Royauté en Grèce avant Alexandre, op. cit., p. 72-75) a analysé les dispenses de versement, totales ou partielles, dont pouvaient bénéficier certains personnels du wanax. Dans certains cas, comme ici des ouvriers de chantiers navals, cette dispense exceptionnelle concerne des corps de métiers dont l’activité est stratégique en temps de guerre.

52 . On sait, par une autre tablette pylienne (An 519) que Roowa était une importante ville côtière où se trouvait un commandement militaire. An 724 pose de nombreux problèmes d’interprétation qu’il n’est pas utile de reprendre ici. Je renvoie en particulier à Chadwick John, Documents in Mycenaean Greek, op. cit., n ° 55 ; Palmer Leonard R., The Interpretation of Mycenaean Greek Texts, op. cit., p. 130-132 ; et Perpillou Jean-Louis, « La tablette PY An 724 et la flotte pylienne », in Minos, n ° 9, 1968, p. 205-218. Pour J.-L. Perpillou, cette tablette enregistrerait une levée de rameurs pour la flotte de Pylos effectuée au sein de divers corps de métiers du district de Roowa.

53 . Cela n’est pas sans évoquer la société homérique où certains personnages sont parfois dotés, par le roi, d’une suite appelée λαός. C’est notamment le cas de Phénix, accueilli par le père de Pélée qui « lui] octroya un laos nombreux », πολὺν δέ μοι ὤπασέ λαόν (Il. IX, 480-484).

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search