Version classiqueVersion mobile

Le dèmos avant la démocratie

 | 
Marie-Joséphine Werlings

Introduction

Texte intégral

1Le terme δημος est un des mots les plus familiers aux historiens de la Grèce ancienne, mais aussi, en tant qu'il entre dans la composition du mot démocratie, à tous ceux qui s'intéressent à l'histoire du vocabulaire et des régimes politiques. Cette familiarité est pourtant trompeuse car, de même que le mot « peuple » qui en est la traduction française, ce terme a des significations diverses et désigne des réalités variables selon l'époque ou le type de régime politique considérés.

2Son usage dans le vocabulaire politique grec à l'époque classique est complexe et traduit les passions concentrées autour de ce mot. Sa postérité tient en grande partie à la place centrale qu'il occupe dans les institutions athéniennes des Ve-IVe siècles. Dans les textes de cette époque, on distingue en général cinq sens principaux du terme δήμος, chacun susceptible de variations.

  • En un sens territorial, assez neutre et habituellement réservé à Athènes, le dèmos est une circonscription territoriale et administrative, le « dème ».
  • Dans le formulaire des décrets officiels, il désigne le corps civique de la cité, les citoyens réunis en assemblée qui prennent une décision. C'est ce qu'exprime la formule traditionnelle, à Athènes mais aussi dans bien d'autres cités : ἔδοξε τῷ δήμῳ, « il a plu au peuple », c'est-à-dire « les citoyens réunis à l'assemblée ont décidé ». La réalité exacte désignée par ce mot dans ce contexte dépend alors du régime politique de la cité et de l'extension du corps des citoyens ; c'est la connaissance de la constitution propre à chaque cité qui permet de la déterminer.
  • Mais la citation de Thucydide qui ouvre cette introduction est un exemple célèbre de l'usage polémique auquel a donné lieu l'ambiguïté inhérente au terme δήμος : c'est à la fois « le tout », το ξύμπσν, et la partie. Comme le terme « peuple » en français, δήμος peut en effet renvoyer non pas à la totalité des citoyens, mais à une partie seulement d'entre eux1. Dans ce cas, c'est le grand nombre, c'est-à-dire souvent les catégories les plus humbles, le « petit peuple », qui s'oppose aux riches, à l'élite, peu nombreuse.
  • Ce sens s'est largement développé à l'époque classique, notamment sous l'influence de la démocratie athénienne, et le terme δήμος est devenu un moyen de désigner le « parti populaire ». Il a pris en même temps une connotation péjorative dans la bouche des adversaires du régime démocratique : le peuple à l'assemblée étant en majorité constitué du « petit peuple », le régime démocratique était présenté comme le régime dans lequel le pouvoir était aux mains des pauvres.
  • Dans les régimes démocratiques en particulier, selon une formule aristotélicienne, « c'est le peuple qui est souverain », κύριóς έστιν ò δήμος : le terme δήμος en est alors venu à désigner le régime lui-même, la démocratie. C'est ainsi que « renverser le dèmos », καταλύέίν τòν δήμον, signifie, chez les auteurs classiques, « renverser la démocratie ».

3Voilà pour la réalité la mieux connue et sur laquelle il est possible de s'appuyer pour faire, en reprenant une expression de Marc Bloch, une histoire à rebours, allant « du mieux ou du moins mal connu, au plus obscur ». En effet, le terme δήμος n'apparaît pas pour la première fois dans la langue grecque avec les régimes démocratiques. D'une part, c'est un des termes politiques grecs qui sont déjà attestés dans les textes mycéniens, c'est-à-dire dans les premiers textes écrits en langue grecque qui soient parvenus à notre connaissance ; d'autre part, les sources littéraires et épigraphiques archaïques attestent non seulement qu'il était régulièrement en usage entre le VIIIe et le VIe siècle, mais aussi qu'il a fait l'objet de plusieurs redéfinitions au cours de l'époque archaïque, dans le contexte des guerres civiles qui secouèrent la plupart des cités à ce moment. Au cours de cette période, il apparaît en proportion croissante par rapport à d'autres termes servant à désigner un groupe ou une collectivité - comme λαóς, par exemple, dont les emplois se font proportionnellement de plus en plus rares. Un rapide sondage dans les premières inscriptions des cités grecques à partir de la fin du VIIe siècle montre par ailleurs qu'une instance désignée comme dèmos intervient de façon centrale dans les décisions collectives, et ce dans des cités aussi différentes que Tirynthe, Chios ou Élis. La variété des apparitions du terme et de la notion depuis l'époque mycénienne rendait nécessaire une enquête méthodique cherchant à déterminer les réalités historiques ainsi désignées.

  • 2 Dihle Albrecht, λαóς, ἔθνος, δήμος. Beiträge zur Entwicklungsgeschichte des Volksbegriffs im frühg (...)
  • 3 Je laisse de côté pour le moment l'article de Victor Ehrenberg, « Der Damos in der archaischen Spa (...)

4Or très peu d'études ont été consacrées à la signification de ce terme à l'époque archaïque et aucune à notre connaissance n'a réuni l'ensemble de la documentation disponible. Outre la thèse non publiée d'A. Dihle, λαός, δήμος, ἔθνος. Beiträge zur Entwicklungsgeschichte des Volksbegriffes in frühgriechischen Denken, dont l'objectif était différent puisqu'il s'agissait de poser la première pierre d'une histoire du concept de « peuple » (Volksbe-griffe) dans la pensée grecque2, on doit surtout mentionner deux articles qui ont cherché à reprendre l'étude du terme δήμος depuis son origine et à en comprendre les implications historiques3.

  • 4 Forti-Messina Annalucia, « ΔHΜΟΣ in alcuni lirici », in Banti Luisa et alii (dir.), Antidoron H.H. (...)

5Dans son article de 1956, « ΔΗΜΟΣ in alcuni lirici », A. Forti-Messina entendait retrouver le sens original du terme δήμος et retracer son évolution entre le VIIIe et le Ve siècle, parallèlement à l'évolution de la polis archaïque4. Si l'analyse d'A. Forti-Messina a le mérite de replacer les textes archaïques au cœur de l'analyse et de les prendre comme point de départ de l'argumentation, son article aboutit à une vision réductrice de la notion de δήμος à l'époque archaïque, où elle contient déjà, comme on le verra, la profonde ambiguïté qui la caractérise à l'époque classique. A. Forti-Messina conclut en effet de l'analyse du terme δήμος dans les textes lyriques archaïques, que le sens restreint de δήμος, « le petit peuple », est tardif. À l'origine et pendant très longtemps, δήμος a avant tout un sens global, il désigne « toute la cité, la communauté des citoyens, des hommes libres, c'est-à-dire l'État » (p. 232). C'est le témoignage des Anciens, et en particulier d'Aristote, qui, d'après elle, aurait conduit les historiens postérieurs à voir dans les usages de δήμος chez les poètes archaïques un sens restreint de « peuple » dont se distinguent les élites, voire de « petit peuple », ou de « classe populaire ». A. Forti-Messina mène alors une analyse comparée de πóλις, terme désignant l'État, et de δήμος, dans lequel elle voit l'élément humain de l'État, la communauté des citoyens. Elle souligne alors en conclusion que cette façon de penser une communauté politique est typiquement grecque puisque, à l'époque archaïque du moins, δήμος n'est jamais utilisé pour désigner une communauté non grecque. Selon elle, le terme δήμος est donc un terme intimement lié à l'évolution des premières cités grecques et n'acquiert que tardivement l'ambiguïté qui le caractérise à l'époque classique.

  • 5 Donlan Walter, « Changes and Shifts in the meaning of demos in the literature of the archaic perio (...)

6C'est en partant de cette ambiguïté que, en 1970, W. Donlan a consacré un article aux changements de sens du terme dèmos dans la littérature archaïque5. Cette étude est explicitement motivée par la constatation suivante : à partir du moment où le terme δημοκρατία est attesté en grec (soit le Ve siècle), il désigne, chez les partisans de la démocratie, le régime dans lequel tous les citoyens participent au gouvernement, tandis qu'il renvoie, pour ses adversaires, à un régime dans lequel les affaires sont dirigées par l'élément le plus difficile à contrôler de la cité, les pauvres et les petites gens. Constatant que ce double sens de δημοκρατία est une conséquence de l'ambiguïté du terme δήμος, W. Donlan cherche donc à comprendre à partir de quel moment et dans quelles conditions historiques le terme δήμος s'est chargé d'une connotation péjorative. Pour lui, c'est avec les textes de Solon que le terme δήμος se met à désigner un groupe socialement distinct de l'élite dirigeante, doté d'une volonté et exprimant des revendications. L'évolution est plus nette encore dans les textes de Théognis qui ajoutent à cela l'idée que ce groupe social distinct de l'élite est naturellement faible et méprisable. Ces changements peuvent s'expliquer historiquement, d'après W. Donlan, par une prise de conscience politique de plus en plus large dans la population et, dans le cas de certaines cités, par la cristallisation des oppositions « populaires » autour du personnage du tyran. W. Donlan ne cède toutefois pas à une tentation simplificatrice : il souligne bien que l'évolution n'est pas linéaire et que l'ambiguïté demeure entre un sens non différencié de δήμος (l'ensemble des hommes libres de la communauté, à l'exclusion des chefs) et un sens socialement différencié (le groupe social opposé à l'élite dirigeante).

7Cet article de W. Donlan a apporté des éléments essentiels à la compréhension des sociétés grecques archaïques mais ses résultats ont été assez peu exploités jusqu'à présent. Ils présentent pourtant des pistes de réflexion intéressantes.

8La première consiste à se détacher des sens de δήμος à l'époque classique pour retrouver l'évolution sémantique du terme. Un examen systématique de tous les usages archaïques du terme δήμος permet de constater non seulement la richesse des dimensions de ce terme, dès les plus hautes époques, mais aussi sa spécificité par rapport à d'autres termes qui désignent le peuple - notamment λαός mais aussi l'adjectif substantivé oί κακοί, par exemple. Retourner aux premières utilisations de δήμος permet de comprendre pourquoi et comment ce mot est devenu à l'époque classique le terme politique par excellence.

  • 6 Bourriot Félix, Recherches sur la nature du génos, Lille, 1976.

9La deuxième piste de réflexion envisagée à partir de l'article de W. Donlan revient à s'interroger sur les réalités désignées, dans chaque cas et dans chaque contexte, par le terme δήμος, pour comprendre le lien entre ses deux sens fondamentaux, l'un désignant une totalité - l'ensemble des habitants d'un territoire donné -, l'autre un sous-ensemble du premier groupe - le petit peuple. Derrière cette dichotomie, c'est la question de l'unité des communautés archaïques et des premières cités qui est posée. Certaines études, comme celle de F. Bourriot sur la nature du génos6, par exemple, ont remis en cause l'idée selon laquelle, d'une part, les sociétés grecques archaïques étaient profondément divisées entre une élite aristocratique fortement structurée en génè, et un dèmos constitué de petites gens pauvres, appartenant souvent au monde rural, et que d'autre part, au cours de l'époque archaïque, ces structures auraient évolué, se seraient en quelque sorte assouplies, consolidant ainsi l'unité de la cité. Une étude sur δήμος pourrait jouer un rôle un peu comparable : en essayant de déterminer, dans chaque cas, ce que signifie précisément δήμος lorsqu'il est employé dans les sources archaïques, on pourrait ainsi proposer une autre perspective sur la formation de la cité.

10Enfin, la dernière piste à explorer consistait à interpréter historiquement cette évolution en fonction de l'histoire politique des cités archaïques. Le sujet de ce livre couvre une période longue qui voit se mettre en place, progressivement, la notion d'État et celle de citoyenneté, celle-ci se fondant sur des critères variés selon les cités considérées - possession de la terre, participation à la défense de la cité, etc. Ces questions sont complexes et dépassent largement le cadre de cet ouvrage. Mais il nous semble que l'histoire de δήμος et des réalités qu'il désigne dans les sources archaïques peut leur apporter un éclairage fondamental.

11Nous voudrions précisément, dans ce livre, approfondir la démarche initiée par A. Forti-Messina et W. Donlan. Cela se traduit d'abord par un élargissement du champ de l'enquête puisque nous ne nous sommes pas limitée à quelques textes archaïques significatifs (Solon et Théognis, par exemple), mais que nous avons pris en considération l'ensemble des sources écrites archaïques, littéraires et épigraphiques, depuis la première apparition du terme δήμος dans la langue grecque, à l'époque mycénienne. L'utilisation du corpus épigraphique, encore assez peu exploité, est fondamentale puisque, avec cette documentation, l'historien dispose d'une approche institutionnelle du vocabulaire, qui complète les textes littéraires dont la dimension poétique, d'une part, mais aussi polémique, d'autre part, donne une vision parfois déformée de la réalité. Ensuite, nous avons toujours systématiquement replacé les occurrences du terme δήμος dans chacun de leur contexte et analysé les réseaux de termes dans lesquels elles apparaissent.

12Pour l'époque archaïque, en effet, un moyen essentiel pour l'historien, et en particulier l'historien des institutions, d'atteindre son objet d'étude est bien souvent de prendre comme point de départ une analyse très attentive du vocabulaire, en suivant pour cela une démarche rigoureuse. Car les mots sont des instruments qui permettent à la fois d'appréhender la réalité et en même temps de la construire, de la modifier. Cette double caractéristique peut être d'une importance secondaire selon les cas, mais elle est particulièrement significative en ce qui concerne le terme qui nous occupe, δήμος : le mot « peuple » désigne une réalité identifiable par le contexte et par la situation précise dans laquelle il est prononcé ; mais il peut aussi, dans certaines circonstances, nous le verrons, contribuer à instituer une réalité nouvelle. Il ne faut pas oublier que les documents dont nous disposons pour l'époque archaïque se composent à la fois de textes poétiques, le plus souvent au service d'une propagande politique, et des premières inscriptions officielles des cités grecques, où se reflète l'élaboration du vocabulaire institutionnel. Autant qu'il décrit une réalité précise, le vocabulaire politique participe parfois à l'élaboration d'un nouveau cadre politique.

13Dans ces conditions, une des premières tâches de l'historien est de constituer un lexique politique. Cette recherche minutieuse se doit d'être exhaustive et comparative. Il s'agissait donc, d'une part, de réunir toutes les attestations archaïques du terme δήμος, dans leur contexte, mais aussi, d'autre part, de mener systématiquement des enquêtes parallèles sur les autres mots qui pourraient désigner la même réalité, ou une réalité proche, notamment λαός, et sur l'ensemble du vocabulaire associé - le vocabulaire de la richesse et de la pauvreté, le couple κακοί/αγαθοί, les termes désignant la foule ou la masse, etc. Enfin, il fallait se montrer particulièrement attentif aux effets induits par la nature des sources. Leur caractère fragmentaire et parcellaire ne doit pas conduire à surinterpréter les phénomènes « uniques », qui ne le sont peut-être qu'en raison de l'état de la documentation.

14Cette enquête une fois menée, sur le sens des mots et sur les réalités qu'ils désignent dans chacun de leurs contextes, la deuxième étape est de déterminer quelle place ces réalités ont occupée dans l'histoire des cités archaïques, quel rôle elles ont joué dans l'évolution politique propre à chaque cité. C'est à cette seule condition que l'on pourra sortir des idées préconçues selon lesquelles le « peuple » ne joue aucun rôle à l'époque archaïque - sans que l'on cherche souvent d'ailleurs à préciser ce que l'on entend par « peuple ». Là encore, notre travail se veut avant tout une enquête et nous avons procédé au cas par cas. Des structures d'ensemble, si elles existaient, ne pouvaient être révélées qu'après qu'on eut examiné en détail tous les cas pour lesquels l'historien dispose de textes archaïques.

15Cette démarche, visant à éclairer la structure politique des cités archaïques par le dénombrement exhaustif des apparitions, dans les textes archaïques, des termes servant à la décrire, a au moins deux grandes conséquences. Tout d'abord, le tableau qui se dégagera sera nécessairement dépendant des sources disponibles - or l'historien ne dispose pas de textes archaïques pour toutes les cités, ni même pour toutes les régions de la Grèce. Ce ne sont d'ailleurs pas toujours les cités les mieux connues ni parmi les plus importantes à l'époque classique qui sont les mieux documentées dans les sources archaïques. Si Sparte et Athènes occupent une place centrale dans les analyses qui suivent, pour Argos et Corinthe, par exemple, dont l'histoire archaïque est en partie connue grâce à l'archéologie et grâce aux textes postérieurs, on ne dispose presque d'aucune source textuelle contemporaine pertinente pour notre propos - et ces deux cités ne seront par conséquent que très peu évoquées. L'unité de la démarche était à ce prix. Mais cette démarche était aussi une façon de ne pas imposer à des réalités grecques encore peu étudiées des conceptions contemporaines inadaptées, ni même des conceptions empruntées aux analyses antiques postérieures au VIe siècle. De ce point de vue, nous reprenons ici la perspective qui a guidé les travaux de différents groupes de recherche sur le vocabulaire politique grec - notamment, de façon magistrale, ceux du Centre de recherche sur la Polis de Copenhague dirigé par M. Hansen. Pour étudier une réalité grecque dont les contours à l'époque archaïque nous échappent en large partie, il est dangereux de partir d'un concept résultant des schèmes de pensée contemporains. Pour le terme δήμος, la démarche était d'ailleurs plus problématique encore : quel concept de « peuple » allait-on prendre comme point de départ pour lire les textes archaïques ? Au lieu de cela, le travail de l'historien consiste à partir des documents, des textes et des contextes, pour essayer de comprendre comment une ou plusieurs notions de δήμος se construisent en fonction des circonstances propres à chaque cité, à chaque événement.

16Notre objectif, avec ce livre, n'est donc pas fondamentalement de faire l'histoire d'un mot. L'analyse de vocabulaire n'est pas un but en soi, même si elle est primordiale. Il s'agit, à travers les mots, d'atteindre la réalité politique et sociale qu'ils désignent et de la définir dans les contextes dans lesquels elle apparaît. On comprend, dès lors, le sous-titre de ce livre : nous n'entendions pas faire l'histoire d'un objet d'étude déterminé par avance, « les pauvres », ou « les non-aristocrates », ou « les assemblées archaïques », même si tous ces éléments interviennent à un moment ou un autre dans la réflexion ; nous souhaitions identifier ce que les Grecs appelaient δήμος au moment où se mettaient en place les institutions des cités, pour ainsi déterminer l'histoire de ce groupe et son rôle dans l'évolution politique des communautés. En cela, nous espérons contribuer, modestement et d'une façon originale, à l'histoire politique des cités archaïques.

17Pour les textes littéraires, les traductions données sont, sauf indication contraire, adaptées de celles disponibles dans la Collection des Universités de France. D'une manière générale, nous nous sommes efforcée de retravailler toutes les traductions afin de les harmoniser et de donner un texte français qui soit le plus fidèle possible au texte grec.

18Quand cela n'est pas précisé, les dates s'entendent avant J.-C.

Notes

1 On remarquera que, historiquement, le français « peuple » a d'abord désigné une totalité, avant de désigner seulement une fraction d'un tout. Le terme apparaît en effet pour la première fois au IXe siècle, où il désigne l'« ensemble des individus vivant ensemble et liés par la communauté d'origine, de coutumes, de traditions et d'institutions », en l'occurrence le peuple chrétien dans les Serments de Strasbourg en 842 (Robert Historique de la Langue Française, s.v. « peuple »). La langue latine, en revanche, distingue ces deux notions par deux termes différents : populus et plebs.

2 Dihle Albrecht, λαóς, ἔθνος, δήμος. Beiträge zur Entwicklungsgeschichte des Volksbegriffs im frühgriechischen Denken, Thèse, Philosophie, Göttingen, juillet 1946, 1 vol., 131 p. (dactyl.). Il faut mentionner l'intérêt d'A. Dihle pour les inscriptions archaïques. Il s'agit de la première mise en perspective des sources littéraires et archaïques. Mais la démarche est exactement l'inverse de la mienne.

3 Je laisse de côté pour le moment l'article de Victor Ehrenberg, « Der Damos in der archaischen Sparta » (Hermes, 1933, p. 288-305), dont il sera question dans le chapitre consacré à la Sparte archaïque.

4 Forti-Messina Annalucia, « ΔHΜΟΣ in alcuni lirici », in Banti Luisa et alii (dir.), Antidoron H.H. Paoli oblatum, Gênes, 1956, p. 277-241.

5 Donlan Walter, « Changes and Shifts in the meaning of demos in the literature of the archaic period », in PP, n° 25, 1970, p. 380-395.

6 Bourriot Félix, Recherches sur la nature du génos, Lille, 1976.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search