Version classiqueVersion mobile

A sad tale’s best for winter

 | 
Yan Brailowsky
, 
Anny A. Crunelle
, 
Jean-Michel Déprats

Psychanalyse et philosophie

La relation d’amour fraternel archaïque entre Leontes et Polixenes : hommage à Murray Schwartz

Yves Thoret

Résumé

« C’est un hérétique, celui qui met le feu,/Pas celle qu’on y fait brûler. » D’où vient cette « hérésie » évoquée par Paulina ? À partir des articles de Murray M. Schwartz (1973, 1975), cet article étudie « le complexe fraternel » entre Leontes et Polixenes comme modèle pour expliquer la colère inattendue de Leontes dans Le Conte d’hiver. Cette amitié précoce peut avoir été idéalisée à un point tel que son atteinte peut être vécue comme un retour au chaos ou l’intrusion cruelle d’un rival. Ce complexe, décrit par René Kaës, est beaucoup plus archaïque que le lien fraternel normal et que le conflit odipien. Il correspond à ce que Shakespeare nous enseigne dans cette pièce : les motions clivées et excessives d’amour et de haine, le dégoût de la sexualité, le vou de destruction de la filiation à la source, exprimé par Antigonus et le refoulement de leur rapport aux parents. Ce n’est qu’à travers une régression à une figure maternelle forte, jouée par Paulina, que les « frères » pourront accepter leur finitude et affronter leur propre mort dans la scène de la statue.

Texte intégral

  • 1 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », in American Imago, vol. 30, n°3, a (...)

1Cette réflexion sur Le Conte d’hiver est dédiée à Murray M. Schwartz, auteur de deux articles fondamentaux sur la pièce1, dont la lecture me suggère que Shakespeare met en scène, avec Leontes et Polixenes, un niveau très ar- chaïque de relations interpersonnelles, où un ensemble d’éléments-la fragilité de l’identité, le défaut de cohérence de la personnalité, l’immaturité et l’instabilité compromettant la recherche d’autonomie-ne peuvent trouver à s’exprimer que dans un excès de toute-puissance, visant à renforcer sans mesure l’affirmation de soi dans une sorte d’ivresse narcissique. Ce faisant, Leontes et Polixenes expriment une vision réductrice, défensive et déformée de l’amour, de la sexualité et de la filiation, dans un vécu qui se prétend hors du temps, centré sur la prédominance d’une relation d’unité duelle à travers la relation fraternelle. L’analyse passe par quatre étapes : après avoir défini les deux faces, d’amour et de haine, qui constituent le complexe fraternel décrit par René Kaës comme une forme archaïque du lien fraternel, j’examinerai la forme qu’il prend dans Le Conte d’hiver - en particulier le dégoût de la sexualité qui s’exprime à travers le modèle de l’inceste du second type décrit par Françoise Héritier-puis ses étapes, de l’escalade de la violence qui conduit à la destruction à la source de toute filiation, jusqu’à la sortie du complexe fraternel, grâce à la sollicitude maternelle de Paulina, et au réinvestissement du cycle de la vie, qui amène les frères à accepter la finitude et leur place dans le cycle des saisons.

2À l’instar de Murray Schwarz, qui ne quitte jamais le champ du texte de la pièce et des relations entre les personnages et ne cherche pas à plaquer artificiellement un modèle psycho-dynamique sur l’ouvre, suivant en cela le principe que toute proposition doit partir de l’ouvre et s’y voir confirmée avant d’être proposée comme piste d’interprétation possible, je me propose de présenter une réflexion sur Le Conte d’hiver à partir de mon expérience de neuro-psychiatre d’obédience freudienne. Il s’agit donc de « ma » lecture de la pièce, dans une perspective clinique que tous les critiques shakespeariens ne prisent pas sans réserve.

Les deux faces du complexe fraternel

3Murray Schwartz montre que le conflit opposant Leontes à son « frère de lait » Polixenes ne se résume pas à une situation de jalousie amoureuse, mais qu’il dévoile entre eux une relation beaucoup plus archaïque. On ne peut se contenter en effet de lire comme un conflit odipien classique la rage de Leontes lorsqu’il voit sa femme et son ami nouer une tendre relation dont il se sent exclu : le complexe fraternel y a sa place.

  • 2 . Kaës René, « Le Complexe fraternel archaïque », in Revue française de psychanalyse, vol. 72, n°2 (...)
  • 3 . Kaës René, Le Complexe fraternel, Paris, Dunod, « Psychismes », 2008, p. 5.

4Le psychanalyste français René Kaës distingue le modèle du « lien fraternel », où les relations d’amour et de haine entre frères sont mesurées et maîtrisées, d’une forme beaucoup plus archaïque, « le complexe fraternel », qu’il définit comme « une organisation fondamentale entre, d’une part, des désirs amoureux, narcissiques et objectaux et, d’autre part, des sentiments de haine et d’agressivité envers cet’autre’qu’un sujet se reconnaît comme frère ou comme sour2 ». Kaës précise que « dans la forme archaïque du complexe fraternel, la conflictualité prend la forme radicale de l’antagonisme entre la vie et la mort3 ».

5Dans la première scène de la pièce, la prédominance de l’amour fraternel chez Leontes et Polixenes est décrite ainsi : « They were trained together in their childhoods, and there rooted betwixt them then such an affection which cannot choose but branch now » (1. 1. 21-23). Cette métaphore botanique renvoie aux arbres (train / root / branch) et Polixenes évoque les techniques de greffe comme métaphore du mariage (4. 4. 92-95). Toutefois, en ce qui concerne les deux « frères de lait », elle peut évoquer les champignons, dont le mycelium croît sans que l’on puisse distinguer les filaments qui le composent, ni l’âge des plantes dont il est constitué. Un peu plus tard au cours de la scène, Camillo et Archidamus évoquent l’autre axe, celui de la filiation, l’axe vertical des générations successives, lorsqu’ils évoquent les espoirs que place le peuple de Sicile dans le jeune prince Mamillius, avenir de la royauté. Mais la communion de l’amour fraternel vécue comme éternelle, versant amoureux du complexe, met le rapport entre frères à la place du rapport entre générations, comme si ce lien se plaçait en travers du déroulement linéaire du temps.

6Murray Schwartz renvoie cette description à celle que fait Hermia à son amie Helena, dans Le Songe d’une nuit d’été :

  • 4 . A Midsummer Night’s Dream, Holland Peter (éd.), Oxford, Oxford University Press, « The Oxford Sha (...)

Is all the counsel that we two have shared
The sisters’vows, the hours that we have spent
When we have chid the hasty-footed time
For parting us-O, is all quite forgot ? (3. 2. 198-2014).

7Hermia utilise encore le verbe chide quand elle dissuade son amie de se séparer d’elle, brisant ainsi leur unité duelle :

So we grew together,
Like to a double cherry : seeming parted,
But yet an union in partition,
Two lovely berries moulded on one stem. [...]
And will you rend our ancient love asunder,
To join with men in scorning your poor friend ?
It is not friendly,’tis not maidenly.
Our sex as well as I may chide you for it,
though I alone do feel the injury (3. 2. 208-219).

8La seconde scène du Conte d’hiver révèle la face haineuse du complexe fraternel. Lorsque Polixenes décide de quitter ses hôtes, après un séjour de neuf mois, pour rejoindre son fils et son royaume de Bohême, Leontes tente de le retenir sans succès. Il observe alors qu’Hermione parvient en quelques minutes à obtenir que leur invité prolonge son séjour. Elle a fait porter son intervention sur le point faible de la relation entre les frères, le champ de la sexualité. Elle évoque l’âge auquel, quittant l’innocence présexuelle, ils ont connu les premières tentations au contact des femmes perçues comme « des diables » (1. 2. 81), dans leur appréhension de jeunes garçons dont le sang devient plus chaud ou plus fort (« stronger », 72). Hermione obtient le consentement de Polixenes en le sollicitant de façon multiple : par l’autorité, la courtoisie, la prévenance et enfin en cherchant à le distinguer de Leontes dans leurs souvenirs d’enfance, au nom d’une vérité dont les deux rois n’ont pas le monopole, car « a lady’s’verily’’s/As potent as a lord’s » (1. 2. 49-50).

  • 5 . Le décalage entre une victoire facile et une longue attente déclenche aussi une réaction violente (...)

9Leontes constate que cette victoire rapide de la grâce féminine contraste avec la longue attente de trois mois que lui a imposée Hermione lorsqu’il la courtisait et qu’elle restait froide à ses avances. Cette affaire ancienne, dit Hermione, est la « grande sour » (« elder sister », 97) de ce qui vient de se passer avec Polixenes. Pour Leontes, c’est alors la porte ouverte à la jalousie envieuse, à la rivalité haineuse, au vécu de persécution et d’exclusion. La scène passe d’un extrême à l’autre, du vécu affectif du roi aimé et choyé au pauvre cocu ridicule et solitaire5.

LE DÉGOÛT DE LA SEXUALITÉ

10L’escalade de la violence jalouse se traduit par le dégoût de toute manifestation physique ou psychique qui pourrait avoir un caractère sexuel. Le contact des mains est qualifié de « tripotage » (« paddling », 114) ; les signes d’amitié dépassent la mesure ; les attitudes perçues comme équivoques atteignent Leontes comme des flèches, et il bat en retraite vers l’âge béni de son innocence enfantine, quand il sentait son poignard muselé dans sa robe d’enfant, comme son fils qui lui ressemble tant.

11Françoise Héritier définit « la mise en rapport de deux consanguins « de même sexe » qui partagent le même partenaire sexuel » comme un inceste du second type.

  • 6 Héritier Françoise, Une Pensée en mouvement, Paris, Odile Jacob, 2009, p. 179.
  • 7 Ibid., p. 180.

12C’est, dit-elle, « entre eux qu’existe l’inceste6 ». Elle précise que « deux frères ne peuvent pas avoir des rapports avec la même femme car ils se rencontrent dans la même matrice7 ». C’est en ces termes qu’est en effet prohibé ce type d’inceste dans certaines sociétés, tandis que d’autres préconisent cette forme d’alliance. La formulation fait écho à la description que fait Leontes de son infortune conjugale lorsqu’il remarque : « To mingle friendship far is mingling blood » (108), ou lorsqu’il précise :

And many a man there is, even at this present,
Now, while I speak this, holds his wife by th’arm,
That little thinks she has been sluiced in’s absence,
And his pond fished by his next neighbour, by
Sir Smile, his neighbour-nay, there’s comfort in’t
Whiles other men have gates, and those gates opened,
As mine, against their will (190-196).

13Cette vision opère une confusion générale entre le corps du locuteur, du rival et de la femme.

  • 8 Kaës René, Le Complexe fraternal, op. cit., p. 5. L’impossibilité de l’enfant à renoncer à la bise (...)

14René Kaës insiste sur un point qu’il considère comme spécifique du complexe fraternel : « Mon hypothèse est que le dédoublement narcissique est le socle sur lequel s’effectue le dédoublement de la bisexualité dans le lien fraternel8. » Il considère que le dédoublement narcissique est celui par lequel l’enfant doit d’abord se constituer comme sujet distinct des objets avec lesquels il entre en relation, et qu’il doit acquérir son autonomie narcissique de personne à part entière avant de pouvoir intégrer la différence des sexes et accepter de n’être que d’un seul sexe, en renonçant à la toute-puissance archaïque qui, dans le fantasme, le maintenait dans la bisexualité. On pourrait considérer que, dans la pièce, la manière dont Leontes semble « oublier » la condition de parturiente et toutes les humiliations qu’il fait subir à Hermione, notamment son emprisonnement au moment d’accoucher, traduisent son besoin de la dominer, de l’humilier, de la mépriser dans un désir narcissique de toute-puissance qui s’exerce précisément dans un déni cruel de sa condition de femme, et de femme enceinte.

15Cette impossibilité d’intégrer la différence des sexes peut aussi se reconnaître dans l’indistinction que décrit Leontes entre les deux partenaires du couple vécu par lui comme adultère, dont la composante pour lui serait le rien, le néant, ultime ressource pour ne pas voir leur différence et leur identité sexuelle :

Is this nothing ?
Why then the world and all that’s in’t is nothing,
The covering sky is nothing, Bohemia nothing,
My wife is nothing, nor nothing have these nothings
If this be nothing (1. 2. 289-293).

LA DESTRUCTION DE TOUTE POSSIBILITÉ DE FILIATION : LA CASTRATION RADICALE

16Le couple formé par Antigonus et Paulina est le contrepoint de Leontes et d’Hermione. Autant Leontes est autoritaire et arrogant, et Hermione discrète, distinguée, autant Paulina est une femme de caractère, sincère et courageuse face à un mari timide, soumis, obéissant et servile.

  • 9 . Ibid., p. 2.

17Leontes exige d’abord que la petite fille à qui Hermione vient de donner le jour dans sa prison soit déclarée bâtarde et soit brûlée vive, puis, sur la prière d’Antigonus, il commue la sentence et le charge d’aller, sous peine de mort, déposer l’enfant sur un rivage désertique et éloigné, à la merci des climats (2. 3. 174-178). C’est un exemple de la façon dont le complexe fraternel peut tantôt préserver l’autovationconservation et l’autorité du sujet, tantôt au contraire, « viser la destruction des objets partiels de l’autre9 ». L’épisode tel qu’il est décrit dans Pandosto montre comment la rage délirante du roi remplace les objets protecteurs du bébé par des objets persécuteurs et destructeurs. L’épouse de Pandosto maudit la cruauté du roi envers l’enfant qui vient de naître :

  • 10 . Greene Robert, « Pandosto », in The Winter’s Tale, Orgel Stephen (éd.), Oxford University, Ox- fo (...)

Shall the seas be thy harbour and the hard boat thy cradle ? Shall thy tender mouth instead of sweet kisses, be nipped with bitter storms ? Shalt thou have the whistling winds for thy lullaby, and the salt sea foam instead of sweet milk ? Alas, what destinie would assign such hard hap ? What father would be so cruel ? Or what gods will not revenge such rigour ?,10

18Shakespeare retient certaines de ces images clivées entre le suprême bien et le pire des dangers, rejoignant ce que les cliniciens entendent par objets bons ou persécuteurs. Les objets partiels peuvent être des parties du corps humain ou des éléments de l’environnement, ainsi dans les déclarations de Paulina : « If I prove honeymouthed, let my tongue blister » (2. 2. 32), ou d’Hermione :

My third comfort,
Starred most unluckily, is from my breast,
The innocent milk in it most innocent mouth,
Haled out to murder (3. 2. 96-99).

19Plus encore, Antigonus fait preuve de la détermination la plus monstrueuse quand il évoque ce qu’il ferait si la reine était coupable d’adultère :

If this prove true, they’ll pay for’t. By mine honour
I’ll geld’em all-fourteen they shall not see
To bring false generations. They are co-heirs,
And I had rather glib myself than they
Should not produce fair issue (2. 1. 146-150).

  • 11 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », op. cit., p. 260, n. 20.

20Nulle part, dans la littérature ou dans les manuels de médecine, je n’ai trouvé trace de souhait aussi violent que cette proposition d’Antigonus. Non seulement la rage du roi le convainc de suspecter la reine, mais il étend le châtiment à lui-même ainsi qu’à ses filles pré-pubères qu’il propose de stériliser. Ce n’est qu’en médecine vétérinaire que se pratique l’ovariectomie, comme le fait remarquer Murray Schwartz en rappelant que cette opération est désignée par le verbe « to spay11 ». Le complexe de castration, qui dans la théorie psychanalytique désigne le type d’angoisse qui fait craindre au garçon les représailles du père pour ses désirs amoureux envers la mère et, pour la fille, le regret de ne pas avoir de pénis, a une portée beaucoup moins violente. Plus généralement, Freud évoque le complexe de castration comme le renoncement à la toute-puissance lorsque l’enfant développe ses désirs et ses fantasmes. Ici, Shakespeare entraîne son public beaucoup plus loin, dans une escalade délirante de destruction, rappelant celle de Lear frappé de folie dans la tempête :

  • 12 . Shakespeare William, « The Tragedy of King Lear », in Œuvres complètes II, Tragédies II, Déprats (...)

And thou, all-shaking thunder,
Strike flat the thick rotundity o’th’world,
Crack Nature’s moulds, all germens spill at once
That makes ingrateful man ! (3.2.6–9). 12).

  • 13 . Anzieu Didier, « La fonction contenante de la peau, du moi et de la pensée : conteneur, contenant (...)
  • 14 . Sokol B. J., Art and Illusion in The Winter’s Tale, Manchester, Manchester University Press, 1994 (...)

21On arrive au comble de la destruction par l’homme de sa propre capacité à se donner une descendance, à maintenir sa lignée et à créer une filiation propre à réta- blir l’ordre vertical des générations que l’illusion transversale du complexe fraternel a eu la prétention d’interrompre. Cette image illustre la faillite de ce que Didier Anzieu appelle « les signifiants de contenance13 », que le futur père doit élaborer pour être en mesure d’assumer l’arrivée d’un enfant, de contenir cette genèse et d’en rendre possible le dynamisme évolutif à l’ouvre. B. J. Sokol a développé l’hypothèse d’une pathologie de type « couvade » chez Leontes14. Ici, sur la base d’une fixation passionnelle et toute-puissante au complexe fraternel, en voulant se maintenir indépendant des parents et des descendants, Leontes détruit ou tente de détruire les êtres qui lui sont les plus chers : son « frère de lait », sa femme, sa fille et son principal conseiller dans une saisissante escalade de violence. Même l’Oracle de Delphes ne peut arrêter cette course folle ; le roi ne prend conscience de sa folie qu’en apprenant la mort de son épouse et de son fils, celui-là même qui évoquait devant lui les premières phrases d’un conte d’hiver : « There was a man [...]/Dwelt by a churchyard » (2. 1. 29-30). C’est ce qu’il est devenu, ombre de lui-même, pauvre fou subitement dégrisé, isolé, coupable, entouré de tombes, privé de descendance, silhouette sombre dans les allées d’un cimetière où, suprême marque de triomphe odipien, son fils repose dans les bras de sa mère.

LA SORTIE DU COMPLEXE FRATERNEL GRÂCE À L’AUTORITÉ D’UNE FIGURE MATERNELLE

  • 15 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », op. cit., p. 254.

22Murray Schwartz en 1973 qualifiait de « cruciale15 » la relation entre Leontes et Polixenes sans qu’on ait pu en analyser encore la nature. Cruciale, oui, elle l’est, puisqu’elle prend la forme de la croix formée par la branche verticale de la relation parent-enfant et la branche horizontale de la relation fraternelle. C’est sur cette intersection que l’analyse du conflit doit porter.

23On peut observer que les deux « frères » évoquent souvent les signifiants horizontaux childhood, boyhood, brotherhood, mais qu’ils ne parlent jamais de leurs parents. Dans Cymbeline, Posthumus, orphelin de père et de mère, a été adopté par le roi. En est-il ainsi de Polixenes ? Seuls Camillo et Hermione, outre Florizel et Perdita, évoquent la figure parentale : Camillo invoque l’honneur de ses parents comme gage de sa sincérité lorsqu’il informe Polixenes des projets criminels de Leontes (1. 2. 437). Hermione, à l’acmé de son procès, rappelle la succession des trois générations dans lesquelles elle s’inscrit :

For behold me
A fellow of the royal bed, which owe
A moiety of the throne ; a great king’s daughter,
The mother to a hopeful prince, here standing
To prate and talk for life and honour fore
Who please to come and hear (3. 2. 36-40).

24Elle invoque ensuite la figure de son père :

The Emperor of Russia was my father :
O that he were alive, and here beholding
His daughter’s trial ! That he did but see
The flatness of my misery, yet with eyes
Of pity, not revenge ! (117-121).

  • 16 . Lors d’un débat à Paris le 21 juin 2010, Stephen Orgel faisait remarquer que Leontes ne réagit pa (...)

25Cette ultime prière pour rétablir l’ordre des générations ne fait pas fléchir Leontes, ni les courtisans serviles qui l’entourent. Paulina leur reproche leur complaisance à laisser le roi prisonnier de son monde délirant : « You, that are thus so tender o’er his follies/Will never do him good, not one of you. » (2. 3. 127-128). Leontes ne cède pas davantage à la parole de l’oracle. C’est seulement en apprenant la mort de Mamillius que son réquisitoire s’écroule, qu’il confesse ses erreurs et entame son repentir16.

26Paulina n’avait pas ménagé ses mises en garde contre une cruauté du roi qui va bien au-delà de la jalousie :

Thy tyranny
Together working with thy jealousies-
Fancies too weak for boys, too green and idle
For girls of nine-O think what they have done,
And then run mad indeed, stark mad ! (3. 2. 177-181).

27Elle évoque ici les contes pour enfants, théories infantiles par lesquelles ceux-ci se défendent de leur peur de la vie adulte, autant les garçons se contentant de faibles chimères (weak fancies), que les filles d’à peine neuf ans, comme la seconde fille de Paulina et Antigonus. Elle conclut ce contre réquisitoire par une défense posthume de l’honneur de la reine, à défaut de pouvoir encore protéger sa vie :

O lords,
When I have said, cry “woe !”- the queen, the queen,
The sweet’st, dear’st creature’s dead : and vengeance for’t
Not dropped down yet (197-200).

28C’est là le tournant, le point crucial de la pièce, le moment où la parole forte et prophétique de Paulina remet Leontes dans le chemin de sa destinée et assure sa repentance, au cours d’une longue période de désespoir dans un hiver sans fin, privé du secours des dieux. Elle joue ici un rôle capital qu’on pourrait dire thérapeutique. Tant par son évocation de l’innocence bafouée de la reine que par son propre courage, elle restaure la figure de mère idéalisée, et impose à Leontes l’autorité maternelle qui depuis bien longtemps lui faisait défaut. Leontes évoque la froideur d’Hermione envers lui, quand elle attend trois mois pour accepter la demande en mariage (1. 2. 104), et rappelle ce souvenir douloureux devant la statue : « O, thus she stood,/Even with such life of majesty-warm life/As now it coldly stands-when first I wooed her » (5. 3. 34-36). Murray Schwarz interprète ainsi la condensation entre sa colère actuelle et ce souvenir douloureux :

  • 17 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », op. cit., p. 261.

Then you vowed to be mine forever, but now you have violated that vow in giving yourself to my rival. Then I felt as deprived of love as a child abandoned by a mother (soured to death) and now I feel just excluded17.

29Dans un premier coup de théâtre, Leontes s’écroule sous la culpabilité et la honte. Le tyran tout-puissant se mue en pécheur marqué par ses fautes. Passer de la persécution toute-puissante à la dépression et à la conscience de ses fautes, sortir du manichéisme d’un clivage rigide entre bien et mal est la mutation indispensable pour que Leontes retrouve la capacité d’accepter sa finitude, de prendre en compte le déroulement chronologique de son existence, afin de redonner vie, indulgence, sagesse et mesure au temps qui lui reste à vivre, en affrontant l’issue de sa propre mort.

30Devant la statue criante de vérité de la reine, il évoque la frontière poreuse entre la vie et la mort, comme dans toutes les romances de Shakespeare :

Let be, let be !
Would I were dead, but that methinks already-
What was he that did make it ?- See, my lord,
Would you not deem it breath’d, and that those veins
Did verily bear blood ? (5. 3. 61-65).

31Les deux frères sont enfin d’accord pour se réjouir de ce miracle final, où le théâtre permet de formuler l’espoir, même dans des situations en apparence irrévocables. Le Conte d’hiver opère une synthèse triomphante dans la scène finale où la reine ressuscite sous nos yeux de sa prison de pierre, telle le Phénix, comme les deux frères retrouvent la force de leur relation dans cette re-création merveilleuse, que seul peut opérer le théâtre.

Notes

1 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », in American Imago, vol. 30, n°3, automne 1973, p. 250-273 ; et « The Winter’s Tale : Loss and Transformations », in American Imago, vol. 32, n°2, été 1975, p. 145-199. Titulaire d’un PhD à Berkeley, Murray M. Schwartz a enseigné dans les départements de littérature, psychiatrie et psychologie de plusieurs universités américaines et enseigne aujourd’hui à l’Emerson College de Boston. Il a codirigé avec Coppélia Kahn l’ouvrage Representing Shakespeare, New Psychoanalytic Essays (1980) dans lequel ses travaux sur la critique littéraire contemporaine et la psychanalyse lui permettent une approche originale. Une version augmentée des articles parus dans American Imago est accessible en ligne sur le site qu’il anime avec Norman N. Holland : « Loss and Transformation in The Winter’s Tale - Part I-Leontes’Jealousy », in PsyArt : An Online Journal for the Psychological Study of the Arts, 25 août 2005, <http://www.clas.ufl.edu/ipsa/journal/2005_schwartz03a.shtml> ; « Loss and Transformation in The Winter’s Tale - Part II-Transformations », <http://www.clas.ufl.edu/ipsa/journal/2005_schwartz03b.shtml>.

2 . Kaës René, « Le Complexe fraternel archaïque », in Revue française de psychanalyse, vol. 72, n°2 (Frères et soeurs), mai 2008, p. 383.

3 . Kaës René, Le Complexe fraternel, Paris, Dunod, « Psychismes », 2008, p. 5.

4 . A Midsummer Night’s Dream, Holland Peter (éd.), Oxford, Oxford University Press, « The Oxford Shakespeare », 1998.

5 . Le décalage entre une victoire facile et une longue attente déclenche aussi une réaction violente chez Posthumus dans Cymbeline.

6 Héritier Françoise, Une Pensée en mouvement, Paris, Odile Jacob, 2009, p. 179.

7 Ibid., p. 180.

8 Kaës René, Le Complexe fraternal, op. cit., p. 5. L’impossibilité de l’enfant à renoncer à la bisexualité le conduit, selon René Kaës, à exprimer des fantasmes d’autarcie et d’autodrementengendrement. C’est une solution magique pour lui de répudier le rôle de la femme dans la procréation. Dans Cymbeline, Posthumus, au faîte de la jalousie, exprime le même voeu : « Is there no way for men to be, but women/Must be half-workers » (2. 4. 153-154).

9 . Ibid., p. 2.

10 . Greene Robert, « Pandosto », in The Winter’s Tale, Orgel Stephen (éd.), Oxford University, Ox- for University Press, « The Oxford Shakespeare », 1996, p. 244.

11 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », op. cit., p. 260, n. 20.

12 . Shakespeare William, « The Tragedy of King Lear », in Œuvres complètes II, Tragédies II, Déprats Jean-Michel et Venet Gisèle (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 2002.

13 . Anzieu Didier, « La fonction contenante de la peau, du moi et de la pensée : conteneur, contenant, contenir », in Les Contenants de pensée, Anzieu Didier (dir.), Paris, Dunod, 1993, p. 15-39.

14 . Sokol B. J., Art and Illusion in The Winter’s Tale, Manchester, Manchester University Press, 1994, p. 42-45 et 200-201.

15 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », op. cit., p. 254.

16 . Lors d’un débat à Paris le 21 juin 2010, Stephen Orgel faisait remarquer que Leontes ne réagit pas à l’évanouissement de la reine, mais à l’annonce de la mort du fils qui interrompt la lignée familiale et royale. Dans King John, la princesse Constance se laisse mourir quand son fils est capturé ; voir Thoret Yves, « Princess Constance in Shakespeare’s King John : From Distress to Despair », in PsyArt : An Online Journal for the Psychological Study of the Arts, 25 Août 2005 <http://www.clas.ufl.edu/ipsa/journal/2005_thoret01.shtml>, repr. in Shake- speareaCriticism, vol. 132, Lee Michelle (dir.), Detroit, Thomson Gale, 2010, p. 100-104.

17 . Schwartz Murray M., « Leontes’Jealousy in The Winter’s Tale », op. cit., p. 261.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search