Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

A sad tale’s best for winter

 | 
Yan Brailowsky
, 
Anny A. Crunelle
, 
Jean-Michel Déprats

La parole dans tous ses états

« If I prove honey-mouthed, let my tongue blister » (2.2.32) : Paulina, figure de parrèsiaste dans The Winter’s Tale

Pascale Drouet

Résumé

En nous appuyant sur l’analyse de la notion grecque de parrêsia (le franc-parler, le dire-vrai, le courage de la vérité) à laquelle se livre Michel Foucault dans ses derniers cours au Collège de France, on s’attache à montrer en quoi Paulina dans The Winter’s Tale s’apparente à une figure de parrèsiaste. Paulina se distingue des autres personnages qui tentent temporairement de rétablir la vérité, en ce qu’elle n’use pas de stratégie d’esquive, n’opère pas de transfert d’allégeance, n’entre pas dans une économie de substitution. L’article analyse ensuite la notion de risque inhérente à la parrêsia, reprenant la distinction foucaldienne entre le parrèsiaste et le rhéteur, et se penchant sur les types de châtiments encourus par Paulina, qui l’apparentent aux mégères et aux sorcières. Enfin, cet article met en regard les notions de parrêsia et de calomnie en s’attachant au caractère perçu comme transgressif de la parrêsia, à ses enjeux linguistiques, hiérarchiques et éthiques.

Taking up Michel Foucault’s illuminating analysis of the Greek notion of parrhesia (free speech, fearless speech) from his last lectures at the Collège de France, this article aims at showing how, in The Winter’s Tale, the character of Paulina is a parrhesiastic figure. Paulina contrasts with other characters temporarily trying to reassert the truth, as she uses neither evasion nor shifting allegiances, and refuses to champion an economy of substitution. This article then analyses the notion of risk inherent to parrhesia, emphasizing Foucault’s distinction between the parrhesiastes and the rhetor, and examining the types of punishment incurred by Paulina and her association with witches and scolds. Finally, this article questions and contrasts parrhesia and the transgressive speech of slander, discussing the so-called transgressive nature of parrhesia, together with its linguistic, hierarchical and ethical stakes.

Texte intégral

  • 1 . À l’exception de l’année 1977, Michel Foucault a dispensé des cours au Collège de France de janvi (...)
  • 2 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres. Cours au Collège de France. 1982-1983, Gro (...)
  • 3 . Ibid., p. 51.
  • 4 . Foucault Michel, Le Courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II. Cours au Collè (...)

1Dans les derniers cours qu’il donne au Collège de France de 1982 à 19841, Michel Foucault analyse longuement la notion grecque de parrêsia qui signifie le franc-parler, le courage de la vérité, et qui est « une certaine manière de dire vrai2 ». Le parrèsiaste (de parrêsiazesthai, dire vrai) est donc « celui qui dit la vérité et qui par conséquent se démarquera de tout ce qui peut être mensonge ou flatterie3 » et, plus précisément, « celui qui prend le risque de mettre en question sa relation à l’autre, et même sa propre existence, en disant la vérité, toute la vérité envers et contre tout4 ». J’aimerais, dans cet article, montrer en quoi le personnage de Paulina dans The Winter’s Tale s’apparente à une figure de parrèsiaste.

  • 5 . OED, Seconde édition 1989, art. « Tale », sens 5. a. C’est moi qui souligne.
  • 6 . Je reprends cette dernière expression de Knapp James A., « and Ethical Truth in The Winter’s Tale(...)

2Si le titre de la pièce de Shakespeare a une valeur programmatique, celle-ci n’en demeure pas moins quelque peu trompeuse : certes, on nous présente un conte, une histoire de résurrection et de retrouvailles invraisemblables, « a mere story, as opposed to a narrative of fact ; a fiction, an idle tale ; a falsehood 55 », mais il y est paradoxalement question, depuis l’échange courtois entre Camillo et Archidamus (1. 1) jusqu’à la prise de parole de la statue s’animant (5. 3), de la vérité et de sa réception. La vérité première réside dans le fait que la reine n’est pas ce dont le roi l’accuse : « an adultress » (2.1.88), « a traitor » (89), « [ a] bed-swerver » (93). La prise de parole risquée de Paulina visant à rétablir le vrai s’entend donc dans un contexte particulier, celui d’une cour royale dans laquelle commence à souffler un vent de censure. À lui-même son propre Iago, Leontes est en proie à un fantasme circulaire qui le conduit à des pensées et à des actes tyranniques : Hermione est jetée en prison avec son enfant à naître ; la liberté d’expression n’est plus de mise ; la réalité alternative que s’imagine Leontes prévaut6. Lorsque Paulina décide de prendre le parti de la reine et annonce à Emilia : « If I prove honey-mouthed, let my tongue blister » (2.2.32), la fermeté de sa résolution entre en discordance avec la menace préalable de Leontes : « He who shall speak for her is afar off guilty -/But that he speaks ! » (2.1.104-105).

3Je commencerai par montrer que Paulina se distingue des autres personnages qui tentent temporairement de rétablir la vérité : elle n’use pas de stratégie d’esquive, n’opère pas de transfert d’allégeance, n’entre pas dans une économie de substitution. J’examinerai ensuite la notion de risque inhérente à la parrêsia, en reprenant la distinction foucaldienne entre le parrèsiaste et le rhéteur, et en me penchant sur les types de châtiments encourus par Paulina qui l’apparentent aux mégères et aux sorcières. Enfin, je m’attacherai au caractère perçu comme transgressif de la parrêsia, à ses enjeux linguistiques, hiérarchiques et éthiques.

  • 7 . Neely Carol Thomas, « The Winter’s Tale : The Triumph of Speech », Studies in English Literature, (...)

4Dès l’ouverture de la pièce, la question du dire-vrai est incidemment abordée. À deux reprises, Archidamus met l’accent sur la véracité de ses propos : « Verily I speak it in the freedom of my knowledge » (1.1.11-12), « Believe me, I speak as my unders- tanding instructs me, and as mine honesty puts it to utterance » (18-19). Cette double assertion invite à un rapprochement entre knowledge et understanding, mais surtout entre freedom et honesty, comme pour suggérer que pour être de bonne foi et dire la vérité, il ne suffit pas d’être informé et apte à comprendre, il faut aussi avoir une liberté interprétative, ainsi qu’un rapport honnête et franc à la langue. Si Carol Thomas Neely se penche sur les modes discursifs contrastés des courtisans de la cour sicilienne et des bergers de Bohême7, on pourrait de la même façon souligner les différences entre le badinage diplomatique des courtisans et le franc-parler de Paulina.

  • 8 . Lorsqu’il emploie « your highness » à la fin du premier acte, Camillo ne s’adresse plus à Leontes (...)

5Lorsqu’il s’agit de dire son fait au roi tyrannique pour le ramener à la raison et lui faire corriger son erreur, trois personnages masculins servent de repoussoir à Paulina : Camillo, un Lord et Antigonus. Certes, Camillo essaie, dans un premier temps, de détromper Leontes : « Good my lord, be cured/Of this diseased opinion, and betimes,/For’tis most dangerous » (1.2.293-295). Mais il en vient rapidement à se rallier à son opinion, du moins en apparence : « I must believe you, sir » (330). En réalité, Camillo opte pour la duplicité et non pour la parrêsia ; il met en place une stratégie d’esquive et renonce à un affrontement verbal qui pourrait lui coûter cher. Autrement dit, il se tourne vers Polixenes et opère en secret un transfert d’allégeance8, ce qui lui permet de continuer à dire la vérité, mais de la dire à un interlocuteur qui accepte de l’entendre : il ne change pas de discours mais d’oreille. Quant au Lord et à Antigonus, ils tentent de convaincre Leontes de l’innocence de la reine en mettant d’autres vies dans la balance, comme pour faire contrepoids et prouver ainsi le bien-fondé de leurs dires. Le Lord propose :

[...] For her, my lord, I dare my life lay down, and will do’t, sir-Please you t’accept it-that the Queen is spotless I’th’eyes of heaven, and to you (2.1.129-132).

6Antigonus renchérit :

Be she honour-flawed, I have three daughters ; the eldest is eleven, The second and the third nine and some five ; If this prove true, they’ll pay for’t. By mine honour, I’ll geld’em all (2.1.143-147).

  • 9 . Larguèche Évelyne, Injure et sexualité, Paris, PUF, 1997, p. 95, cité par Vienne-Guerin Nathalie, (...)

7Il semble ainsi tout désigné pour être l’agent de la déportation, le passeur sinistre de Perdita. Tous deux entrent dans la logique de Leontes, celle du sacrifice, de la victime expiatoire. Or, l’évocation contre nature de la castration va prendre une force tout autre dans la scène où Paulina investit courageusement l’espace linguistique. Si Leontes rabaisse et ridiculise Antigonus en lui lançant : « Thou dotard, thou art woman-tired, unroosted/By thy Dame Partlet here » (2.3.74-76), on comprend que c’est lui-même qui se sent menacé par le franc-parler de Paulina, par la force de frappe de la parrêsia qui rejoint celle de l’injure et devient une arme virile-on pense à l’analyse d’Évelyne Larguèche à propos des joutes d’injures ritualisées : « L’acte de parole représente alors symboliquement l’exhibition du pénis, se taire, c’est ne pas en avoir ou être castré9. » Paulina se démarque de ses prédécesseurs à la fois par l’intensité sonore dont elle compte investir son discours et par la ligne qu’elle entend suivre quoi qu’il lui en coûte, celle du courage de la vérité. Elle annonce à Emilia son intention de trompeter, de donner de la voix :

  • 10 . C’est moi qui souligne.

If I prove honey-mouthed, let my tongue blister,
And never to my red-looked anger be
The trumpet any more […]
If she [the Queen] dares trust me with her little babe,
I’ll show’t the King and undertake to be
Her advocate to th’loud’st (2.2.32-34, 36-38)10.

  • 11 . Girard René, Shakespeare, les feux de l’envie, trad. Vincent Bernard, Paris, Grasset, 1990, chap. (...)
  • 12 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 124.

8Et si elle prend soin de faire allégeance en se présentant au roi comme « [ his] loyal servant, [his] physician,/[His] most obedient counsellor » (2.3.54-55), elle ne lui renvoie pas moins l’image de « la métamorphose effrayante de la concorde en discorde11 », l’image d’un roi dénaturé en tyran (119)-dont le comportement relève du contre nature-« A most unworthy and unnatural lord/Can do no more » (112-113). Son franc-parler est une manière « de défier le tout-puissant et de le mettre en quelque sorte en joute avec la vérité de son injustice12 », et il relève de la parrêsia en ce sens qu’il ouvre le risque.

9Cette notion de risque, inhérente à la parrêsia, Michel Foucault la fait ressortir en opposant le parrèsiaste et le rhéteur :

  • 13 . Foucault Michel, Le Courage de la vérité, op. cit., p. 14-15.

Le bon rhétoricien, le bon rhéteur est l’homme qui peut parfaitement et est capable de dire tout autre chose que ce qu’il sait, tout autre chose que ce qu’il croit, tout autre chose que ce qu’il pense, mais de le dire de telle manière que, au bout du compte, ce qu’il aura dit, et qui n’est ni ce qu’il croit ni ce qu’il pense ni ce qu’il sait, sera, deviendra ce que pensent, ce que croient et ce que croient savoir ceux auxquels il l’a adressé. Dans la rhétorique, le lien est dénoué entre celui qui parle et ce qu’il dit, mais la rhétorique a pour effet d’établir un lien contraignant entre la chose dite et celui ou ceux auxquels elle est adressée. Vous voyez que, de ce point de vue là, la rhétorique est exactement à l’opposé de la parrêsia, [qui implique au contraire une] instauration forte, manifeste, évidente entre celui qui parle et ce qu’il dit, puisqu’il doit manifester sa pensée, et qu’il n’est pas question, dans la parrêsia, que l’on dise autre chose que ce qu’on pense. La parrêsia établit donc entre celui qui parle et ce qu’il dit un lien fort, nécessaire, constitutif, mais ouvre sous la forme du risque le lien entre celui qui parle et celui auquel il s’adresse13.

10Dans The Winter’s Tale, Paulina sait que sa prise de parole risque de lui coûter cher. Antigonus dit l’en avoir avertie :

I told her so, my lord,
On your displeasure’s peril and mine
She should not visit you (2.3.44-46).

  • 14 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 56.
  • 15 . Ibid.

11Si la parrêsia est à chercher « du côté de l’effet que son propre dire-vrai peut produire sur le locuteur, de l’effet-retour que le dire-vrai peut produire sur le locuteur à partir de l’effet qu’il produit sur l’interlocuteur14 », alors le discours de Paulina en est la parfaite illustration. Elle-même est une figure de parrèsiaste qui s’expose à payer un certain prix pour dire la vérité, un certain prix qui peut aller jusqu’à sa propre mort15. Elle sait qu’elle en prend le risque et elle l’assume-« I care not » (2.3.113).

  • 16 . OED, op. cit., art. « Hag », sens 1.

12Quel effet-retour les propos de Paulina produisent-ils ? La réaction de Leontes est violente. Il s’époumone à la faire taire par des menaces de mort : « thou art worthy to be hanged » (2.3.108), « I’ll ha’thee burnt ! » (113). Ces menaces entrent en interaction avec les insultes qu’il profère à son encontre et qui réduisent le parrèsiaste tantôt à une sorcière, tantôt à une mégère, deux stéréotypes d’une langue féminine incontrôlable, suspecte, subversive. Paulina s’entend qualifier de « mankind witch » (67), de « gross hag » (107), soit « a woman supposed to have dealings with Satan and the infernal world16 ». On sait que la mort par le bûcher était, en théorie, le sort réservé aux sorcières. Yan Brailowsky va plus loin en suggérant la résonance religieuse que l’évocation de ce châtiment pouvait avoir pour un auditoire jacobéen :

  • 17 . Brailowsky Yan, The Spider and the Statue : Poisoned innocence in The Winter’s Tale, Paris, PUF/C (...)

His [Leontes’] repeated calls to burning women would have resonated with contemporary audiences. Although the practice of burning witches was virtually nonexistent seventeenth-century England, it was a well-known feature of the In- Catholic countries on the Continent. More importantly, thought of the burning of heretics during the reign of Mary I17.

  • 18 . Ibid., p. 133.

13Cette suggestion semble valider la réponse de Paulina : « It is an heretic that makes the fire,/Not she which burns in’t » (2.3.114-115), et dans laquelle Yan Brailowky entend un jeu d’homophonie convaincant sur she which / she witch18. Pour Stephen Orgel,

  • 19 . Orgel Stephen, « Introduction », in Shakespeare William, The Winter’s Tale, Orgel Stephen (éd.), (...)

[t]he charge of witchcraft is evoked both by her sharp tongue and her denial of her place within the patriarchy, her refusal to be silenced by her husband and her defiance of the King himself19.

14L’association étroite entre la sorcière et la mégère à la langue débridée apparaît dans le traité de démonologie, The Discoverie of Witchcraft, de Reginald Scot :

  • 20 . (Orthographe modernisée.) Scot Reginald, The Discoverie of Witchcraft (1584), New York, Dover Pub (...)

They [witches] are doting, scolds, mad, devilish; so firm and steadfast in their opinions, as whosoever shall only have respect to the constancy of their words uttered, would easily believe they were true indeed20.

  • 21 . OED, op. cit., art. « Scold », sens 1 ; art. « Callet », sens 2 : « As a term of abuse ; sometime (...)

15Dans The Winter’s Tale, Leontes apparente Paulina à « [ a] callet/Of boundless tongue » (2.3.90-91), c’est-à-dire a scold, « a woman (rarely a man) addicted to abu- sive language21 ». Martin Ingram nous rappelle que l’accusation de scold recouvrait des délits divers, pas uniquement d’ordre linguistique :

  • 22 . Ingram Martin, « Scolding women cucked or washed ”: a crisis in gender relations in early modern (...)

alleged scolds were simultaneously accused of one or more mundane neighbourhood offences of breaches of personal morality : petty theft ; hedgebreaking ; sexual immorality ; swearing and blaspheming ; drunkenness ; unlicensed aleselling ; or, more generally, “lewd”, “wicked” or “evil” behaviour22.

16Il n’est donc pas étonnant que Paulina soit qualifiée de « most intelligencing bawd » (2.3.68).

17Leontes la menace explicitement de mort par le bûcher et par la pendaison. Or, il faut y ajouter deux instruments punitifs qui visaient à faire taire les mégères, le brank et le cucking-stool que les termes de callet ou de scold pouvaient sans doute faire surgir dans l’esprit des spectateurs jacobéens. Le brank était aussi appelé scold’s bridle et gossip bridle. William Andrews en fait la description suivante :

  • 23 . Andrews William, Old-Time Punishments, Hull, William Andrews & Co., 1890, p. 39.

The brank may be described simply as an iron framework ; which was placed on the head, enclosing it in a kind of cage ; it had in front a plate of iron, which, either sharpened or covered with spikes, was so situated as to be placed in the mouth of the victim, and if she attempted to move her tongue in any way whatever, it was certain to be shockingly injured23.

  • 24 . « An instrument of punishment formerly in use for scolds, disorderly women, fraudulent tradespeop (...)

18On pouvait, par ailleurs, attacher la mégère à une chaise reliée à un levier, le cucking-stool ou ducking-stool 2424, permettant de l’immerger dans une pièce d’eau. La dimension de supplice que ces châtiments évoquent nous invite à nous interroger sur l’intensité transgressive de la langue bien pendue et, dans le cas de Paulina, sur le pouvoir de la parole parrèsiastique.

19Michel Foucault oppose deux modes discursifs : l’énoncé parrèsiastique (qui questionne et que détermine le courage personnel) et l’énoncé performatif (qui ordonne et que détermine le statut social). Il précise :

  • 25 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 60.

[…] il y a une différence, qui est majeure et capitale. C’est que dans un énoncé performatif, les éléments qui sont donnés dans la situation sont tels que l’énoncé étant prononcé, eh bien il s’ensuit un effet, effet connu d’avance, réglé d’avance, effet codé qui est précisément ce en quoi consiste le caractère performatif de l’énoncé. Alors qu’au contraire, dans la parrêsia, quel que soit le caractère habituel, familier, quasi institutionnalisé de la situation où elle s’effectue, ce qui fait la parrêsia, c’est que l’introduction, l’irruption du discours vrai détermine une situation ouverte, ou plutôt ouvre la situation et rend possible un certain nombre d’effets qui précisément ne sont pas connus. La parrêsia ne produit pas un effet codé, elle ouvre un risque indéterminé25.

20Or, lorsque Paulina dit son fait à Leontes, elle remet en cause la valeur performative de l’énoncé royal. Les injonctions de Leontes se multiplient sans pour autant être suivies d’effet, attestant par là-même d’une impuissance grandissante : « Away with that audacious lady ! » (2.3.42), « Force her hence » (61), « Out ! » (67), « Hence with her, out o’door ! » (68), « Once more, take her hence » (111), « Out of the chamber with her » (121), « Away with her » (123). L’enjeu de vérité et sa dimension éthique font que le dire-vrai déborde les attendus protocolaires et la hiérarchie sociale. Foucault précise :

  • 26 . Ibid., p. 63.

[…] ce qui caractérise un énoncé parrèsiastique, ce n’est pas le fait que le sujet qui parle ait tel ou tel statut. Il peut être philosophe, il peut être le beau-frère du tyran, il peut être un courtisan, il peut être n’importe qui. Donc ce n’est pas le statut qui est important et qui est nécessaire. Ce qui caractérise l’énoncé parrèsiastique, c’est que justement, en dehors du statut et de tout ce qui pourrait coder et déterminer la situation, le parrèsiaste c’est celui qui fait valoir sa propre liberté d’individu qui parle26.

21Dans la pièce de Shakespeare, Emilia souligne cette liberté individuelle lorsqu’elle qualifie l’intention de Paulina de « free undertaking » (2.2.43). Et Paulina renchérit :

I’ll use that tongue I have ; if wit flow from’t
As boldness from my bosom, let’t not be doubted
I shall do good (2.2.51-53).

  • 27 . OED, op. cit., art. « Boldness », sens 1.
  • 28 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 63.

22Boldness, c’est-à-dire « courage, daring, fearlessness27 ». Paulina, « that audacious lady » (2.3.42), est bien au cour de la parrêsia où l’« on ne trouve pas le statut social, institutionnel du sujet, [où l’] on trouve son courage28 ».

  • 29 . Ibid., p. 62.

23Le courage et le devoir de vérité, voilà l’allégeance première à laquelle Paulina ne dérogera pas, dût-elle encourir les foudres du roi tyrannique-et en cela, elle est à rapprocher du personnage de Kent dans King Lear. C’est ce que Foucault appelle « le pacte parrèsiastique du sujet à lui-même », pacte « par lequel il se lie et au contenu de l’énoncé et à l’acte même de l’énoncé29 » et qu’il place au-dessus de l’allégeance sujet/souverain. De là découle l’accusation de traîtrise lorsque Leontes s’imagine cerné par des traîtres à la tête desquels serait Paulina-« Traitors ! » (2.3.72), « A nest of traitors ! » (81). Or, le traître, c’est toujours l’autre. Pour Paulina, la transgression linguistique et éthique n’est pas à chercher du côté de la parrêsia mais du côté de la calomnie. Comme elle le fait remarquer à plusieurs reprises, celui qui trahit n’est nul autre que le roi :

  • 30 . C’est moi qui souligne. Le verbe « introduction » est employé au sens de « a slur upon, asperse, (...)

[…] for he The sacred honour of himself, his Queen’s,
His hopeful son’s, his babe’s betrays to slander,
Whose sting is sharper than the sword’s (2.3.83-86).
[…] a gross and foolish sire
Blemished his gracious dame (3.2.195-196)30.

24Stephen Orgel nous rappelle :

  • 31 . Orgel Stephen, « Introduction », op. cit., note 87-88, p. 136.

To defame a woman’s honour was actionable in both civil and ecclesiastical courts ; when the person defamed was a commoner the act was a tort and could be redressed by a fine, but defaming an aristocrat was a more serious matter touching the public good. Under Elizabeth, to slander the Queen was treasonable. […] Leontes cannot be sued for slander only because no court has jurisdiction over the King31.

  • 32 . Kaplan Lindsay M., The Culture of Slander in Early Modern England, Cambridge, Cambridge Universit (...)
  • 33 . Ibid., p. 33.

25Mettant en perspective la parole transgressive de Leontes, M. Lindsay Kaplan souligne, dans The Culture of Slander in Early Modern England, que les autorités ellesmêmes n’hésitaient pas à recourir à des pratiques diffamatoires : « the state’s own employment of a range of defamatory practices to control, humiliate or demonize its populace and its enemies32 ». Elle ajoute : « in the course of the sixteenth and seventeenth centuries, slander develops as central, powerful, and unstable concern for most segments of English society33 ».

  • 34 . Vienne-Guerrin Nathalie, « jeux de l’injure dans Henry IV », in Shakespeare et le jeu, Kapitaniak(...)

26Il convient donc de garder à l’esprit que si la figure de parrèsiaste émerge dans The Winter’s Tale, c’est pour faire contrepoids à celle du calomniateur. Autrement dit, par le recours au franc-parler, il ne s’agit pas seulement de dessourdir l’oreille du tyran, mais de contrecarrer sa mauvaise langue, c’est-à-dire, pour reprendre les termes de Nathalie Vienne-Guerrin, « la langue médisante (porteuse d’injures et de diffamations) », qui correspondait à l’un des cinq types de langue à bannir au xiie siècle34, la langue qui insinue, qui empoisonne, qui tue.

  • 35 . Foucault Michel, Le Courage de la vérité, op. cit., p. 16. La distinction que Foucault fait entre (...)
  • 36 . Voir en particulier le chap. IV, livre VII : « Of the great oracle of Apollo the Pythonist, and h (...)

27Paulina échoue dans son entreprise de franc-parler. Cette dernière est relayée par « le dire-vrai de la prophétie35 », celui de l’oracle de Delphes, qui n’est pas davantage entendu : « There is no truth at all i’th’oracle. /The sessions shall proceed ; this is mere falsehood » (3.2.137). La réaction de Leontes surprend moins quand on sait que Reginald Scot, dans The Discoverie of Witchcraft, dénonçait les pratiques frauduleuses des oracles, et plus particulièrement d’Apollon le Pythoniste36. Toute bouche qui prétendait détenir et énoncer la vérité était suspecte.

  • 37 . Voir « Go on, go on,/Thou canst not speak too much ; I have deserved/All tongues to talk to their (...)
  • 38 . Pour Orgel Stephen, « Introduction », op. cit., p. 35 : « Her [Paulina’s] passionate resistance t (...)

28L’ironie qui sous-tend l’ensemble de la pièce, c’est que Paulina n’est prise au sérieux et écoutée par Leontes37 qu’à partir du moment où elle ment, dissimule, ruse-c’est-à-dire lorsqu’elle annonce : « the Queen, the Queen,/The sweet’st, dear’st creature’s dead [...] I say she’s dead-I’ll swear’t » (3.2.198-201). C’est justement parce qu’elle s’est initialement présentée comme parrèsiaste que l’on continue de la croire. L’invraisemblance majeure de la pièce, la résurrection d’Hermione, repose sur le trompe-l’oil, ou plutôt le trompe-l’oreille, paradoxalement permis par la parrêsia. Ainsi, dans The Winter’s Tale, la notion grecque peut servir la dynamique dra- matique à double titre, d’abord en permettant une montée en intensité (2. 3)38, puis en contribuant à l’effet de surprise du dénouement (5. 3).

  • 39 . Ibid., p. 36. Yves Thoret, dans son article pour le présent volume, emploie le terme de « thérape (...)
  • 40 . C’est moi qui souligne.
  • 41 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 43.

29Or, parce que Paulina devient, dans les termes d’Orgel, « the voice of the architect of [Leontes’s] long catharsis » 3939, son discours conserve une qualité parrèsiastique. La parrêsia dont elle se met à user s’inscrit alors dans une autre perspective, celle de la pratique de « la direction de conscience »-le troisième acte se clôt sur ces mots de Leontes à Paulina : « Come, and lead me / To these sorrows40 » (3.2.240-241). Foucault précise que ce type de parrêsia est compris comme « une vertu, devoir et technique que l’on doit rencontrer chez celui qui dirige la conscience des autres et les aide à constituer leur rapport à soi41 ». Dans la pièce, l’usage que Paulina fait de ce type de parrêsia n’en reste pas moins problématique dans la mesure où il pose le paradoxe de la dissimulation qui favorise l’introspection, le repentir et la recherche de sa propre vérité, semblant par là même nous inviter à prolonger notre réflexion sur la relativité du dire-vrai et sur l’intrication inévitable du dire-vrai et du dire-faux hors de la sphère théâtrale.

Notes

1 . À l’exception de l’année 1977, Michel Foucault a dispensé des cours au Collège de France de janvier 1971 à juin 1984, juste avant sa mort. Il était titulaire de la chaire « des systèmes de pensée ».

2 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres. Cours au Collège de France. 1982-1983, Gros Frédéric (éd.), Paris, Seuil/Gallimard, « Études », 2008, p. 55.

3 . Ibid., p. 51.

4 . Foucault Michel, Le Courage de la vérité. Le gouvernement de soi et des autres II. Cours au Collège de France. 1984, Gros Frédéric (éd.), Paris, Seuil/Gallimard, « Études », 2009, p. 13.

5 . OED, Seconde édition 1989, art. « Tale », sens 5. a. C’est moi qui souligne.

6 . Je reprends cette dernière expression de Knapp James A., « and Ethical Truth in The Winter’s Tale », Shakespeare Quarterly, vol. 55, n° 3, automne 2004, p. 261 (« Leontes begins to imagine alternative realities »).

7 . Neely Carol Thomas, « The Winter’s Tale : The Triumph of Speech », Studies in English Literature, 1500-1900, vol. 15, n° 2 (« Elizabethan and Jacobean Drama »), printemps 1975, p. 321-338.

8 . Lorsqu’il emploie « your highness » à la fin du premier acte, Camillo ne s’adresse plus à Leontes (1. 2. 220) mais à Polixenes (450).

9 . Larguèche Évelyne, Injure et sexualité, Paris, PUF, 1997, p. 95, cité par Vienne-Guerin Nathalie, «’injure et la voix dans le théâtre de Shakespeare », in Shakespeare et la voix, Dorval Patricia et Maguin Jean-Marie (dir.), Paris, Société française Shakespeare, « du congrès de 1999 », p. 195. Voir également Lecercle Jean-Jacques, La Violence du langage, Paris, PUF, « théoriques », 1996.

10 . C’est moi qui souligne.

11 . Girard René, Shakespeare, les feux de l’envie, trad. Vincent Bernard, Paris, Grasset, 1990, chap. XXXV « péché originel. Le Conte d’hiver », p. 391.

12 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 124.

13 . Foucault Michel, Le Courage de la vérité, op. cit., p. 14-15.

14 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 56.

15 . Ibid.

16 . OED, op. cit., art. « Hag », sens 1.

17 . Brailowsky Yan, The Spider and the Statue : Poisoned innocence in The Winter’s Tale, Paris, PUF/CNED, « Série Anglais », 2010, p. 132.

18 . Ibid., p. 133.

19 . Orgel Stephen, « Introduction », in Shakespeare William, The Winter’s Tale, Orgel Stephen (éd.), Oxford, Oxford University Press, « World’s Classics », [1996] 2008, p. 58.

20 . (Orthographe modernisée.) Scot Reginald, The Discoverie of Witchcraft (1584), New York, Dover Publications, [1930] 1972, chap. III, livre I. « Who they be that are called witches, with a manifest declaration°f the cause that mooveth men so commonlie to thinke, and witches themselves to beleeve that they can hurt children, cattell, & c. with words and imaginations : and of coosening witches », p. 4. C’est moi qui souligne.

21 . OED, op. cit., art. « Scold », sens 1 ; art. « Callet », sens 2 : « As a term of abuse ; sometimes perhaps “ scold ” ».

22 . Ingram Martin, « Scolding women cucked or washed ”: a crisis in gender relations in early modern England ? », in Women, Crime and the Courts in Early Modern England, Kermode Jenny et Walker Garthine (dir.), Londres, UCL Press, 1994, p. 67.

23 . Andrews William, Old-Time Punishments, Hull, William Andrews & Co., 1890, p. 39.

24 . « An instrument of punishment formerly in use for scolds, disorderly women, fraudulent tradespeople, etc., consisting of a chair (sometimes in the form of a close-stool), in which the offender was fastened and exposed to the jeers of the bystanders, or conveyed to a pond or river and ducked », in°ED, op. cit., art. « Cucking-stool ».

25 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 60.

26 . Ibid., p. 63.

27 . OED, op. cit., art. « Boldness », sens 1.

28 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 63.

29 . Ibid., p. 62.

30 . C’est moi qui souligne. Le verbe « introduction » est employé au sens de « a slur upon, asperse, difame, discredit, disable », OED, op. cit., art. « Blemish », sens 4. c.

31 . Orgel Stephen, « Introduction », op. cit., note 87-88, p. 136.

32 . Kaplan Lindsay M., The Culture of Slander in Early Modern England, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 2.

33 . Ibid., p. 33.

34 . Vienne-Guerrin Nathalie, « jeux de l’injure dans Henry IV », in Shakespeare et le jeu, Kapitaniak Pierre et Peyré Yves (dir.), Paris, Société française Shakespeare, « du congrès organisé par la Société française Shakespeare », 2005, p. 196-197. Les quatre autres types de langue à bannir étaient « langue dissolue (porteuse de paroles futiles), la langue impudique (porteuse de paroles lascives), la langue grandiloquente (porteuse de paroles arrogantes), la langue trompeuse (porteuse de mensonges et de flatteries) ». Pour les références aux traités de la Renaissance sur la langue et sur la mauvaise langue, voir son article « Corio- lanulanus, or “ The Arraignment of an unruly tongue ” », in Coriolan de William Shakespeare. Langages, Interprétations, Politique (s), Hillman Richard (dir.), Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2007, p. 133-153.

35 . Foucault Michel, Le Courage de la vérité, op. cit., p. 16. La distinction que Foucault fait entre le prophète et le parrèsiaste se trouve p. 16-17.

36 . Voir en particulier le chap. IV, livre VII : « Of the great oracle of Apollo the Pythonist, and how men°f all sorts have been deceived, and that even the apostles have mistaken the nature of spirits, with an unanswerable argument, that spirits can take no shapes », in Scot Reginald, The Discoverie of Witchcraft, op. cit., p. 76-77.

37 . Voir « Go on, go on,/Thou canst not speak too much ; I have deserved/All tongues to talk to their bitt’rest » (3. 2. 212-214), « Thou didst speak but well/When most the truth » (3.2.230).

38 . Pour Orgel Stephen, « Introduction », op. cit., p. 35 : « Her [Paulina’s] passionate resistance to Leontes’commands produces some of the most thrilling moments in the play. »

39 . Ibid., p. 36. Yves Thoret, dans son article pour le présent volume, emploie le terme de « thérapeutique » pour qualifier le rôle de Paulina. Voir également Mowat Barbara A., The Dramaturgy of Shakespeare’s Romances, Athens, University of Georgia Press, 1976, p. 18.

40 . C’est moi qui souligne.

41 . Foucault Michel, Le Gouvernement de soi et des autres, op. cit., p. 43.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540