Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art de la caricature

 | 
Ségolène Le Men

Annexes

Annexe 2. L’historiographie de la caricature au Canada : le cas des archives et de la collection du Musée des beaux-arts du Canada

Dominic Hardy

Texte intégral

1La caricature est présente au Canada depuis la conquête de la Nouvelle France par la Grande-Bretagne, le général vainqueur, James Wolfe, ayant été raillé par son adjoint George Townshend, alors célèbre comme caricaturiste à Londres. Le français Louis Dulongpré avait marqué la société montréalaise de ses caricatures vers 1810, et depuis les années 1850 le dessin satirique s’est installé définitivement comme pratique artistique, sociale et politique courante. Mais ce n’est qu’aujourd’hui que le champ d’étude de la caricature au Canada prend son essor, son historiographie ne se développant au niveau des recherches supérieures que depuis les années 1990, alors que sont parues les premières monographies consacrées à certains des principaux caricaturistes du Québec, et que l’on a vu publiées les premières études thématiques sur la caricature qui porte sur les conflits linguistiques et culturels canadiens, démarches liées à la sociologie et aux sciences politiques. Les outils de recherche historiques, cependant, sont encore à développer : analyses transversales des collections et des archives, privées ou publiques ; dictionnaires biographiques et bibliographiques des caricaturistes ; intégration de la caricature aux corpus dominants de l’histoire de l’art du Canada. L’histoire des expositions de caricature, dans les musées qui sont aussi chargés d’en faire la collection et la conservation, n’a pas encore été élaborée de manière systématique, que ce soit pour le Canada ou pour d’autres pays. Et cependant ce type d’étude gagnerait à être développée pour le reflet qu’elle jetterait sur le rôle joué par le musée dans les discours qui autorisent (ou rejettent) l’admissibilité de la caricature dans la constitution des catégories de l’art dans une tradition historiographique nationale.

2Les archives relatives aux expositions et à la collection du Musée des beaux-arts du Canada [MBAC] révèlent les fluctuations à court et à long terme du statut de la caricature dans l’évolution de la mentalité de cette institution, qui représente une des forces les plus importantes dans le développement non seulement de l’histoire de l’art canadien mais bien de l’histoire de l’art comme discipline au Canada. Dès le départ, le statut problématique de la caricature canadienne comme telle témoigne d’une séparation de cette production du discours émergeant sur les arts visuels au XXe siècle. En effet, dans les années 1950 et 1960, les Archives nationales du Canada (maintenant Bibliothèque et archives du Canada [BaC]) se lancent de manière systématique dans la collection de caricatures canadiennes, ce qui explique en grande partie une presque totale absence d’ouvres caricaturales canadiennes du MBAC qui, subventionné par le même gouvernement fédéral, ne veut pas dédoubler les efforts dans ce secteur.

3En effet, la priorité du MBAC est accordée au corpus européen, choix qui remonte aux débuts de l’institution, qui acquiert sa première caricature en 1914 : un dessin d’Honoré Daumier. Quand la collection s’enrichit, au fil des décennies, de centaines d’ouvres à caractère caricatural ou satirique, celles-ci sont principalement en provenance des traditions européennes. Ainsi, outre des ajouts de Daumier, ces ouvres sont signées Pierre Bonnard, Étienne Carjat, George Cruikshank, Otto Dix, George Du Maurier, Harry Furniss, Gavarni, Pier Leone Ghezzi, James Gillray, Wiliam Hogarth, Paul Klenck, Theodore Lane, David Low, Thomas Rowlandson, Théophile-Alexandre Steinlen, Gianbattista et Domenico Tiepolo, Henri de Toulouse Lautrec, Jean Veber. Du côté des artistes canadiens nous retrouvons des œuvres de Fritz Brandtner, Miller Brittain, Ghitta Caiserman-Roth, Henri Julien, Jean-Paul Lemieux, Arthur Lismer, Harry Mayerovitch, Ernst Neumann, Fred B. Taylor, Fred Varley, pour la plupart créées dans les années 1930 et 40, période qui correspond à l’implication la plus grande du MBAC dans la mise en exposition de la caricature canadienne.

4L’historique des expositions que rend disponible le MBAC sur son site web indique déjà, assez rapidement, l’évolution de l’attitude institutionnelle envers ce genre de production artistique. Dès 1917, et surtout depuis les années 1920 jusqu’en 1950, le MBAC y accorda un statut alors unique dans le Canada du XXe siècle. Fort de la croissance de sa propre collection de caricatures, le musée pouvait s’en servir pour enrichit pour la composition de ses expositions d’estampes et de dessins, particulièrement jusqu’aux années 1940. Cette importance avait son corollaire dans la prépondérance de la caricature dans les discours publics sur l’art, dans la culture de célébrité et dans la critique émergente des arts visuels canadiens à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Le MBAC organisa des expositions importantes qui valorisèrent le recours à la caricature comme propagande utile au Canada et à travers le Commonwealth en temps de guerre. Jouant aussi un rôle rassembleur pour le développement des réseaux d’exposition et d’expertise muséale au Canada à cette époque, le MBAC pouvait jouer un rôle semblable pour la caricature. Mais dans les années 1950, la caricature identifiée comme telle perd de l’importance au profit de la récupération de l’image satirique dans les catégories plus pures, a-politisées pour le moment, de l’estampe et du dessin. Dès les années 1960, par contre, le caractère politique et social de la caricature résonne dans un pays livré aux tourmentes caractéristiques de cette décennie, ce qui permet aux conservateurs du MBAC d’organiser ou d’inviter de nouvelles expositions consacrées à Dix, George Grosz, Jacques Callot, Rowlandson, Gillray, Hogarth et Daumier. L’apogée de cette veine d’expositions se trouve dans la rétrospective consacrée à Daumier en 1999, fruit des efforts d’une équipe internationale sous la direction des commissaires du MBAC, de la Réunion des musées nationaux de France, du musée d’Orsay et de la Phillips Collection à Washington.

5L’exemple du travail qu’on peut faire sur les traces de la caricature dans les archives de collection et d’exposition du MBAC fera l’objet d’une étude approfondie séparée de la présente communication. Cependant, il est déjà possible de confirmer à quel point l’étude historiographique du traitement muséal de la caricature mérite l’attention qu’on peut lui porter, car cette méthodologie permet de saisir à la fois l’histoire de la recherche et de la conservation du patrimoine, ainsi que sa réception publique et critique. Pour le Canada, les ressources disponibles à Ottawa, conjuguées à celles des institutions des autres grands centres d’activité et de collection (par exemple, Bibliothèque et archives nationales du Québec à Montréal, de concert avec le musée McCord) devraient nous permettre de construire rapidement une méthodologie qui sera en grande partie transférable à d’autres traditions nationales. Le défi sera de réunir suffisamment de chercheurs pour faire en sorte que l’ensemble des outils de travail nécessaires puissent être développées, afin d’ensuite placer les productions canadiennes dans un cadre international pour lequel les méthodologies et surtout les programmes de recherche sont déjà fort ancrées dans les pratiques de l’histoire de l’art.

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540