Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L’art de la caricature

 | 
Ségolène Le Men

Reprises, citations, répétitions

De Gillray à Cruikshank : répétition historique, caricature et praxis de l’histoire

Alexis Desgagnés

Full text

1J’aimerais ici entrer dans l’intimité du rapport particulier qu’entretient le caricaturiste avec l’histoire, en approfondissant la comparaison de deux caricatures que l’on rencontre parfois chez les historiens de la caricature anglaise, c’est-à-dire la caricature intitulée Tiddy-doll [Fig. 1, page suivante], exécutée en 1806 par James Gillray, et la caricature titrée The Allied Bakers [Fig. 2, page suivante], réalisée huit ans plus tard par George Cruikshank. Occasionnellement mise en avant l’avant pour expliciter la filiation entre le travail de ces deux caricaturistes, cette comparaison, par le truchement de correspondances formelles, participe à la consolidation de l’idée qu’il existe une causalité garante de l’unité de l’histoire de la caricature anglaise de ses origines jusqu’au premier tiers du XIXe siècle. Construite sur le modèle d’une généalogie descendante allant grosso modo de William Hogarth à George Cruikshank en passant par James Gillray et Thomas Rowlandson, l’histoire de la caricature anglaise se voit insuffler une cohérence instituant cette filiation généalogique en un âge d’or de la caricature anglaise. Dès lors que l’étude historique de la caricature répond à un tel déterminisme historique, que reste-t-il de l’historicité propre à chaque caricature ? Il convient de dépasser ce déterminisme historique en s’engageant au-delà de l’évidence d’une inversion iconographique de la caricature de Gillray dans celle de Cruikshank.

Fig. 1 : Gillray James. Tiddy-doll, the great French-Gingerbread-Baker, drawing out a new Batch of Kings. 23 janvier 1806, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.

Fig. 2 : Cruikshank George. The Allied Bakers of the Corsican Toad in the Hole. 1 avril 1814, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.

  • 2 . Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, Paris, PUF, « Quadrige », 1999.
  • 3 . « Hegel note quelque part que tous les grands évènements et personnages historiques surviennent p (...)
  • 4 . Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 113.

2À la lumière du propos de Paul-Laurent Assoun dans son ouvrage intitulé Marx et la répétition historique, il est possible d’affirmer que la présente comparaison constitue bel et bien un cas de répétition historique2. Pour Assoun, dont l’argument est fondé sur l’exégèse de la boutade que Karl Marx adresse à Hegel dans le préambule de son Dix-Huit Brumaire de Louis Bonaparte3, il y a répétition historique lorsqu’une conscience historique « tend à subsumer le cas historique neuf dans des catégories déjà expérimentées4 ». Si l’on admet que la référence de Cruikshank à Gillray dans la présente comparaison suppose nécessairement l’exercice d’une conscience historique qui, en dénotant la caricature de Gillray, témoigne de sa propre implication dans la construction d’un signifiant historique, il y a tout lieu de rapprocher la pratique du caricaturiste de celle l’historien. Ainsi, je souhaite, dans le présent essai, expliciter comment cette comparaison permet d’éclairer la manière dont le caricaturiste se fait lui-même producteur d’histoire.

De Tiddy-doll à The Allied Bakers : genèse d’une répétition historique

3En novembre 1798, James Gillray expose, dans sa caricature intitulée Destruction of the French Colossus [Fig. 3], sa propre lecture des transformations engendrées par la Révolution française sur la nature de l’État, dans sa forme autant que dans son essence. Réunissant les principaux attributs symboliques liés aux revendications politiques du tiers état depuis 1789, le colosse français perpétue l’image terrifiante d’un État fondé sur l’aliénation politique supposée par le contrat social revendiqué depuis la fin de l’Ancien Régime, radicalisé par la mort de Louis XVI et instrumentalisé par le centralisme étatique jacobin. Anticobinjacobin notoire, Gillray propose une vision moribonde de l’État républicain français, mis à mal par les foudres de la monarchie constitutionnelle anglaise, qui tente de démembrer le colosse, peut-être pour rétablir l’équilibre qui, en vertu du Bill of Rights anglais de 1689, doit prévaloir entre les parties et le tout formant le corps social.

4Au colosse monstrueux qu’incarnait cette abstraction politique issue de la Révolution française appelée « république », le couronnement de Napoléon apparaît, dans la compréhension que Gillray a de l’État moderne, comme le dénouement logique de la première République française, dénouement qu’il lui faut à tout prix désavouer. Dans sa caricature intitulée The Grand Coronation Procession of Napoleon I [Fig. 4], publiée en janvier 1805, Gillray, en ironisant sur le couronnement de Napoléon, s’attaque à la légitimité politique du nouvel empereur des Français. Malgré le Sacre qui officialise symboliquement l’autorité conférée à Napoléon par la Constitution de l’an XII, Napoléon reste, chez Gillray, le même minable, quoique minable désormais abstrait, évoluant au sein d’un univers symbolique bidon. En effet, puisque la Constitution de l’an XII, qui proclame l’Empire, retourne en quelque sorte la Constitution de 1791 sur elle-même en retirant la souveraineté des mains du Peuple pour la redonner à Napoléon, le Sacre outrepasse la justification fondatrice de la Révolution française qu’était la revendication d’une participation politique du tiers état aux affaires de l’État. La fraction bourgeoise républicaine du tiers état est désormais délestée de ses acquis politiques aux seuls bénéfices de la nouvelle autorité impériale. Détenant entre ses mains le pouvoir politique concentré que les jacobins de 1793 avaient centralisé dans l’appareil colossal de l’État républicain, Napoléon est désormais en position d’affirmer qu’au sens propre, l’État c’est lui. Cet État, Napoléon le conçoit comme sa propre fin, mais dans l’esprit des détracteurs des avancées politiques de la bourgeoisie depuis 1789, parmi lesquels on peut assurément compter Gillray, cette fin n’a pas de légitimité, au sens figuré.

Fig. 3 : Gillray James, Destruction of the French Collossus. 1 novembre 1798, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.

Fig. 4 : Gillray James. The Grand Coronation Procession of NAPOLEONE the 1st Emperor of France, from the Church of Notre Dame, Decr 2nd 1804. 1 janvier 1805, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.

  • 5 . « Napoléon voulut, par des liens matrimoniaux, resserrer ses relations avec ses alliés allemands (...)

5Au moment où, en janvier 1806, Gillray exécute la caricature intitulée Tiddydoll, the great French-Gingerbread-Baker, drawing out a new Batch of King, l’hégémonie de Napoléon est considérable. Après Austerlitz (2 décembre 1805), le traité de Schonbrunn (15 décembre 1805) et la paix de Presbourg (26 décembre 1805), Napoléon s’apprête à instituer la Confédération du Rhin et à liquider le Saint Empire romain germanique. Fort d’avoir fait couler le sang de ses ennemis sur les champs de batailles, c’est également par le sang, celui des monarchies, que Napoléon cherchera la légitimation de son pouvoir5. Dans sa caricature, Gillray satirise les tentatives de Napoléon pour établir un consensus politique autour de son autorité, les efforts de l’Empereur pour consolider la légitimité de sa souveraineté. Faute de pouvoir s’en remettre aux privilèges de l’hérédité, Napoléon, dans Tiddy-doll, est contraint de se cuire une aristocratie en pain d’épices qu’il destine à la consolidation symbolique de son hégémonie sur l’Europe continentale. Si le détenteur de l’autorité politique issue de la Révolution peut revendiquer le statut d’empereur et instituer de lui-même son aristocratie, c’est dire à quel point les formes de l’État moderne français – qu’il soit république ou empire – sont factices, lorsqu’elles sont exacerbées en la personne de l’Empereur et n’existent que dans la seule mesure de l’aliénation politique intégrale des sujets de l’Empire. Face à cette facticité, peu importe à Gillray que Napoléon parvienne ou non à ses fins ; tout se passe comme si le ridicule de l’entreprise, mis au jour par sa caricature, suggérait qu’en forçant l’équilibre sur lequel reposait l’autorité politique issue de la Révolution française du temps où elle fut, comme l’Angleterre, une monarchie constitutionnelle, l’Empereur périra inévitablement – donc tragiquement – par où il a péché.

  • 6 . Marx Karl, Contribution à la critique de la philosophie du droit d’Hegel (1843), in Assoun Paul- (...)

6L’histoire du petit boulanger corse et de son aristocratie en pain d’épices aurait pu en rester là, privée d’un dénouement laissé en suspens dans les termes trouvés par Gillray pour la raconter. Mais le premier avril 1814, soit moins d’une semaine avant l’abdication de Napoléon, le jeune caricaturiste George Cruikshank, dans sa caricature intitulée The Allied Bakers or the Corsican Toad in the Hole, s’approprie le vocabulaire de la caricature de Gillray pour réaliser le retournement de l’iconographie de Tiddy-doll sur elle-même. Anticipant en quelque sorte les dires de Marx lorsqu’il écrit que « l’ancien régime est le défaut caché de l’État moderne6 », le four de Gillray était alimenté par les restes des monarchies passées, pour produire des monarques consommables au gré de l’accord souhaité pour harmoniser le repas politique du moment. Cette fois, dans la caricature de Cruikshank, ce sont plutôt les représentants de l’Europe coalisée qui, décidés d’en finir avec la cuisine politique de Napoléon, enfournent le boulanger de Tiddy-doll. La logique initiée par Gillray attribuant au four la fonction de produire des monarques, le geste des coalisés doit être lu comme une double entreprise de restauration, au sens propre comme au sens figuré. D’une part, il restaure évidemment un Bourbon sur le trône de France, puisqu’en la démasquant, il met un terme à l’entreprise de légitimation symbolique de l’autorité napoléonienne. Mais, d’autre part, ce geste suggère également l’hypothèse d’une restauration de Napoléon, hypothèse que la caricature de Cruikshank intitulée Broken Gingerbread, datée du 21 avril 1814, permet, un peu plus de deux semaines après l’abdication de Napoléon, de valider.

7Dans Broken Gingerbread [Fig. 5], alors que la France célèbre la restauration des Bourbons, Napoléon est condamné à quitter Paris pour ouvrir boutique sur l’île d’Elbe. Si Napoléon peut ouvrer librement à son activité de boulanger, c’est dans la mesure où sa souveraineté sur l’île d’Elbe a été pleinement reconnue de l’extérieur, par les monarchies qu’il s’efforçait jadis de convaincre de la légitimité de son autorité politique. Le souverain factice régnant sur toute l’Europe continentale dans Tiddy-doll est désormais, dans Broken Gingerbread, le détenteur d’une souveraineté tout à fait légitime, mais qui est confinée à un territoire insignifiant. Dès lors, ses monarques en pain d’épices ne sont plus que des pains d’épices en forme de monarques. Avec sa caricature Broken Gingerbread, Cruikshank conclut en quelque sorte le cycle initié par Gillray.

Fig. 5 : Cruikshank George, Broken Gingerbread, 21 avril 1814, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.

Caricature et histoire

James Gillray, théoricien de la contradiction historique

  • 7 Hegel Georg Wilhelm Friedrich, Principes de la philosophie du droit, § 257, in Dictionnaire critiq (...)
  • 8 Hegel Georg Wilhelm Friedrich, La Raison dans l’Histoire, Paris, 10/18, 2003, p. 135.
  • 9 Rubel Maximilien, « La fonction historique de la nouvelle bourgeoisie », in Marx, critique du marx (...)

8Il est possible de comprendre l’enthousiasme de Georg Wilhelm Friedrich Hegel devant l’entrée, en octobre 1806, d’un Napoléon victorieux dans la ville prussienne d’Iéna, lorsque qu’on lit l’auteur des Principes de la philosophie du droit qui, plusieurs années plus tard, définit l’État comme étant « la conscience de soi élevée à son universalité7 ». Pour Hegel, Napoléon, en revendiquant comme son propre but l’universalité de la Révolution française, personnifie littéralement l’État moderne, qui procède précisément de l’universalisation de la souveraineté politique individuelle, acquise par l’éradication de la monarchie française. En 1806, Hegel voit défiler sous ses propres yeux la « figure concrète » réunissant positivement la volonté subjective d’un seul homme et la volonté universelle de tout un peuple8. Dès lors, comment s’étonner que Hegel ait considéré Napoléon comme étant le Weltgeist, l’Esprit du Monde, et qu’il ait vu en lui la fin de l’histoire9 ?

  • 10 Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 140.

9La fascination de Hegel à l’endroit de Napoléon est exactement proportionnelle à la haine que James Gillray porte à l’empereur des Français, la grandeur chez l’un faisant écho à la petitesse chez l’autre. Évidemment, il n’y a pas chez Gillray une conception de l’histoire hautement systématique comparable à celle de Hegel. Néanmoins, la caricature, étant par essence comique, suppose le jeu d’une certaine logique historique. Ainsi que l’écrit Paul-Laurent Assoun, le comique est « le caractère d’un moment historique ou d’une entité historique qui a perdu son universalité10 ». Cette universalité, chaque caricature, en représentant tels moments ou entités historiques dans une situation de contradiction avec la cohérence supposée de la logique historique, est appelée à l’entériner par sa négation. En d’autres mots, le rapport du caricaturiste à l’histoire se présente sous l’apparence d’une réfutation qui n’est rendue possible que posée dans les termes mêmes de l’histoire.

10Chez Hegel, l’historicité de la figure de Napoléon émane du fait qu’en devenant l’État moderne, Napoléon fait sienne l’universalité de la Révolution française. Pour Gillray, si Napoléon est bel et bien le Weltgeist, il l’est d’un monde symbolique qu’il est tout à fait légitime de railler. Ainsi, il importe au caricaturiste de contredire les prétentions historiques de la Révolution française en prenant Napoléon en défaut d’universalité et en donnant à la représentation de cette faillite un caractère historique. Lorsque Gillray s’acharne contre Napoléon ou, plus généralement, contre les différentes formes étatiques issues de la Révolution française, tout se passe comme si cet acharnement témoignait du rapport du caricaturiste à l’histoire, en tant que la mise en lumière de la facticité de l’universalité du moment historique était élevée, dans la caricature, en principe de l’histoire. Conséquemment, en regard de ce jeu entre facticité et universalité qui se joue dans la caricature et qui informe de ce rapport particulier à l’histoire, l’accusation virulente adressée par Gillray aux institutions politiques françaises dans certaines de ses caricatures peut être entendue comme l’exposition d’une contradiction historique.

  • 11 . Engels Friedrich, « La politique extérieure du tsarisme russe » (1890), in La Russie, Marx Karl e (...)

11La contradiction historique du régime napoléonien, la caricature Tiddy-doll la révèle en représentant Napoléon tentant de renouveler, au seul bénéfice de son autorité politique, les anciennes structures de domination justement ébranlées par une révolution ayant engendré une nouvelle forme de pouvoir étatique dont il est l’héritier et, désormais, l’incarnation vivante. Tout se passe comme si Napoléon, dans sa tentative de concilier les acquis économiques de la Révolution française avec une conception du pouvoir héritée de l’Ancien régime, avait ignoré les conditions historiques ayant permis son avènement à la tête de l’État français, contribuant ainsi de lui-même à laisser Gillray entrevoir que le destin de son règne serait « corrigé inexorablement par l’ironie de l’histoire11 ». Au fait de ces conditions historiques, Gillray insère dans une perspective historique son commentaire sur une situation particulière vécue par Napoléon dans un temps donné, celui de l’actualité. Ce faisant, le caricaturiste prononce à l’endroit du régime napoléonien un verdict de contradiction historique. C’est de ce verdict que la caricature de Cruikshank, répétant celle de Gillray, prendra acte en 1814.

George Cruikshank, théoricien de la répétition historique

  • 12 . Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 119.
  • 13 . « C’est en effet en reconnaissant un événement préalablement vécu que la conscience historique fa (...)

12Au-delà de la correspondance iconographique de Tiddy-doll et de The Allied Bakers, il convient de se demander quelle est la fonction historique de cette répétition. À propos de la fonction historique de la répétition, Hegel fait quelque part cette remarque que « [l]a répétition réalise et confirme ce qui au début paraissait seulement contingent et possible12 ». En d’autres mots, ceux d’Assoun, « [l]a répétition homologue de deux évènements détruit […] leur singularité et en fait pour ainsi dire deux spécimens d’une loi générale qui les englobe et les produits13 ». Il faut donc que la répétition ait pour fonction de dépasser le contingent et le possible pour mettre au jour ce qui réfère à la nécessité d’une loi générale nommée histoire.

13Dans la présente répétition, qu’est-ce que The Allied Bakers rend historiquement nécessaire qui, dans Tiddy-doll, n’était encore que contingent et possible ? Ce n’est pas l’iconographie elle-même, c’est-à-dire l’iconographie entendue dans les limites de ses constituants formels, qui dénote cette nécessité historique, puisque le renversement iconographique démontre bien que les deux événements représentés sont bel et bien différents. C’est plutôt dans ce qui distingue les deux caricatures qu’il faut chercher cette nécessité, distinction qui est précisément révélée par la répétition. Ainsi, si l’événement représenté dans The Allied Bakers est aussi accidentel que celui de Tiddy-doll, la caricature de Cruikshank, du point de vue de cette « loi générale » que révèle la répétition, se distingue néanmoins de celle de Gillray, non pas de ce qu’elle en répète, mais plutôt du fait qu’elle répète.

14Par rapport à Tiddy-doll, la nécessité de The Allied Bakers est donc de se présenter comme le produit d’une conscience historique qui, en répétant, reconnaît à la fois l’historicité de la caricature de Gillray et, surtout, le mode d’attribution de cette historicité, c’est-à-dire la caricature elle-même. En représentant le dénouement historique de la contradiction historique révélée par Gillray, Cruikshank, tel un historien validant les conclusions d’un autre historien, avalise la méthode de Gillray en se la réappropriant. Ce dernier point permet d’envisager la répétition de The Allied Bakers comme un métadiscours historique portant sur la caricature, métadiscours qui, ne renvoyant pas tant à la source de la répétition qu’au présent de celui qui répète, institue la caricature en une praxis de l’histoire.

Conclusion

Caricature et praxis de l’histoire

  • 14 . Prendergast Christopher, Napoleon and History Painting, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 51.

15Dans le troisième chapitre de son ouvrage intitulé Napoleon and History Painting, Christopher Prendergast questionne le statut du moment dans la peinture d’histoire14. Prendergast insiste sur l’importance fondamentale d’une théorie de la peinture supportant tout le travail du peintre d’histoire. Cette emphase mise sur la théorie, qui se porterait, en quelque sorte, garante de l’universalité atemporelle du moment historique représenté, contribua vraisemblablement à placer la peinture d’histoire au sommet de la hiérarchie des genres artistiques, faisant de son rapport au temps, l’archétype par excellence dans la représentation de l’histoire.

16Inversement, c’est peut-être complètement au bas de cette même hiérarchie que se situe la caricature, pour cette raison que, contrairement à la peinture d’histoire, ce média semble refuser toute théorisation qui pourrait nuire à son action. Pourtant, une caricature peut être, elle aussi, une représentation d’un moment de l’histoire, qui suppose également un rapport au temps. Toutefois, la différence entre la peinture d’histoire et la caricature « d’histoire » réside peut-être dans l’idée que si la peinture d’histoire suppose une bonne théorie de la peinture, la caricature, elle, supposerait plutôt une bonne praxis de l’histoire.

17De même que, pour Hegel comme pour Marx, la philosophie est nécessairement l’histoire de la philosophie, la caricature, avec une œuvre comme The Allied Bakers, écrit pour ainsi dire sa propre histoire. Le rapport particulier de la caricature à son histoire particulière dénote donc nécessairement le rapport général de ses producteurs à l’histoire, en général. J’entends ici par producteurs les caricaturistes eux-mêmes, mais, plus généralement, la classe qui produit les conditions de possibilité de la caricature, c’est-à-dire la bourgeoisie industrielle anglaise de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle. Nourrissant le dessein de voir satisfaits ses intérêts de classe, la bourgeoisie anglaise produit les instruments qu’elle destine à la consolidation de sa conception du monde. Parmi ces instruments, la caricature, par son essence comique, lui permet d’ériger l’histoire qu’elle produit sur l’idée d’une cohérence historique fondée sur la facticité. Ainsi fondées, la caricature et l’histoire apparaissent comme des réalités éminemment idéologiques. C’est dans la mesure où l’une et l’autre sont le produit de l’imaginaire idéologique de cette classe, que je me permets de qualifier le travail du caricaturiste de praxis de l’histoire.

Épilogue en guise d’induction pour l’avenir

  • 15 . Schopenhauer Arthur, Le Monde comme volonté et comme représentation (1819-1859), op. cit., p. 118 (...)
  • 16 . Dosse François, L’Histoire en miettes. Des Annales à la « nouvelle histoire », Paris, Éditions La (...)

18Dans Le Monde comme volonté et comme représentation, Arthur Schopenhauer critique avec violence la faible valeur de l’histoire dans la hiérarchie des connaissances. Pour lui, l’histoire, dans sa forme comme dans sa matière, est toujours un mensonge, puisqu’elle n’est que la répétition « du même drame ». En dépit de cette critique, Schopenhauer reconnaît que l’histoire, en tant que mode de connaissance du passé, est pour l’humain la seule connaissance « qui procure une intelligence plus nette du présent et lui permet même de formuler des inductions pour l’avenir15 ». Comme quoi, pour Schopenhauer, le fondement irrationnel de l’histoire, qui confère à cette discipline un caractère quasi divinatoire, est précisément ce qui justifie l’intérêt du discours historique. Dans le même ordre d’idées, George Orwell aurait écrit que « [c]elui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur16 ». Voilà le privilège que l’historien partage avec le caricaturiste. Entre eux, seuls diffèrent les moyens choisis pour rendre une même fin, pourvue d’une valeur politique puissante : la construction d’un signifiant historique.

  • 17 . Marx Karl, « Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte » (1852), op. cit., p. 176.

19Les réflexions suscitées par le présent cas de répétition historique me portent à penser qu’il n’y a jamais d’arbitraire lorsqu’il s’agit d’écrire l’histoire. Dans son Dix-huit Brumaire, Marx écrit que « [l]es hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement dans des conditions choisies par eux mais dans des conditions directement données et héritées du passé17 ». Dans cette citation, tout se passe comme si en écrivant l’histoire, on n’écrivait jamais que son propre rapport au temps. Ainsi, les « conditions directement données et héritées du passé », pour reprendre l’expression de Marx, auxquelles ceux qui, intéressés par le rapport de la caricature avec le corpus classique de l’histoire de l’art, sont confrontés aujourd’hui dans l’étude de la caricature, sont nécessairement celles qui sont données en héritage par l’histoire de l’art. Pour le meilleur et pour le pire, cet héritage se transmet dans l’usage de concepts redevables de la sphère autonomisée des arts, usage perpétuant une compréhension de l’histoire qui a davantage à voir avec la nécessité d’assurer la pérennité du champ conceptuel du discours historique qu’est l’histoire de l’art, qu’avec le rapport particulier et spécifique de la caricature à l’histoire-particulier et spécifique parce qu’idéologique. À mon sens, certains schémas historiques déterministes, tel le formalisme généalogique que j’ai mentionné plus haut, sont propres à véhiculer de tels concepts et portent le danger potentiel d’occulter le caractère idéologique de procédés de mise en forme de l’histoire parmi lesquels on peut assurément compter la caricature. Je conclurai cet essai en formulant humblement le souhait qu’une praxis de l’histoire de la caricature fasse éventuellement un usage critique et précautionneux des concepts historiques émanant du champ de l’histoire de l’art.

Notes

2 . Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, Paris, PUF, « Quadrige », 1999.

3 . « Hegel note quelque part que tous les grands évènements et personnages historiques surviennent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : une fois comme [grande] tragédie et la fois d’après comme [misérable] farce. » Marx Karl, « Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte » (1852), in Les Luttes des classes en France, Paris, Gallimard, 1994, p. 175.

4 . Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 113.

5 . « Napoléon voulut, par des liens matrimoniaux, resserrer ses relations avec ses alliés allemands et, en même temps, s’allier avec des familles princières, certaines fort anciennes, pour légitimer son pouvoir aux yeux de l’Europe monarchiste », Dufraisse Roger, « L’Allemagne napoléonienne jusqu’en 1809 », in L’Europe de Napoléon, Tulard Jean (dir.), Paris, Éditions Horvath, 1989, p. 123.

6 . Marx Karl, Contribution à la critique de la philosophie du droit d’Hegel (1843), in Assoun Paul- LaurenLaurent, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 137.

7 Hegel Georg Wilhelm Friedrich, Principes de la philosophie du droit, § 257, in Dictionnaire critique du marxisme, Bensussan Gérard et Labica Georges (dir.), Paris, PUF, « Quadrige », 1999, p. 413.

8 Hegel Georg Wilhelm Friedrich, La Raison dans l’Histoire, Paris, 10/18, 2003, p. 135.

9 Rubel Maximilien, « La fonction historique de la nouvelle bourgeoisie », in Marx, critique du marxisme, Paris, Payot, 1974, p. 134.

10 Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 140.

11 . Engels Friedrich, « La politique extérieure du tsarisme russe » (1890), in La Russie, Marx Karl et Engels Friedrich, Paris, Union Générale d’Éditions, 1974, p. 162.

12 . Assoun Paul-Laurent, Marx et la répétition historique, op. cit., p. 119.

13 . « C’est en effet en reconnaissant un événement préalablement vécu que la conscience historique fait l’expérience de la nécessité du processus générateur qui ouvre dans l’histoire, sous le flux contingent des évènements » (ibid., p. 120).

14 . Prendergast Christopher, Napoleon and History Painting, Oxford, Clarendon Press, 1997, p. 51.

15 . Schopenhauer Arthur, Le Monde comme volonté et comme représentation (1819-1859), op. cit., p. 1185.

16 . Dosse François, L’Histoire en miettes. Des Annales à la « nouvelle histoire », Paris, Éditions La Découverte, 2005, p. 5.

17 . Marx Karl, « Le Dix-huit Brumaire de Louis Bonaparte » (1852), op. cit., p. 176.

List of illustrations

Caption Fig. 1 : Gillray James. Tiddy-doll, the great French-Gingerbread-Baker, drawing out a new Batch of Kings. 23 janvier 1806, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2244/img-1.jpg
File image/jpeg, 659k
Caption Fig. 2 : Cruikshank George. The Allied Bakers of the Corsican Toad in the Hole. 1 avril 1814, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2244/img-2.jpg
File image/jpeg, 588k
Caption Fig. 3 : Gillray James, Destruction of the French Collossus. 1 novembre 1798, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2244/img-3.jpg
File image/jpeg, 729k
Caption Fig. 4 : Gillray James. The Grand Coronation Procession of NAPOLEONE the 1st Emperor of France, from the Church of Notre Dame, Decr 2nd 1804. 1 janvier 1805, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2244/img-4.jpg
File image/jpeg, 401k
Caption Fig. 5 : Cruikshank George, Broken Gingerbread, 21 avril 1814, British Museum, Londres, © Trustees of the British Museum.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2244/img-5.jpg
File image/jpeg, 594k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540