Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art de la caricature

 | 
Ségolène Le Men

Reprises, citations, répétitions

Les Métamorphoses de la poire : les poires de Philipon croquées par Eisenstein

Ada Ackerman

Texte intégral

  • 1 . Pour une histoire détaillée du fonctionnement de la lithographie de Philipon, voir Petrey Sandy, (...)

1Si le présumé caractère soviétique de l’œuvre d’Eisenstein a souvent été mis i en avant, en revanche, son intérêt pour les domaines extra-soviétiques et extra-russes demeure moins connu. Par exemple, la filiation qui unit Eisenstein aux caricaturistes français du xixe siècle, bien que mentionnée par les exégètes, n’a jamais été développée dans le cadre d’une étude critique. Elle constitue pourtant un volet important de la genèse de son œuvre graphique et cinématographique. Un cas particulier l’illustre à merveille : il s’agit de la reprise du thème de la poire, cher à la génération des caricaturistes du Charivari et de La Caricature et emblématique de cette période1.

Eisenstein et les poires

2Dès son plus jeune âge, Eisenstein se prend d’intérêt pour la caricature française. Il décrit cette rencontre dans un passage partiellement inédit en français de ses Mémoires :

  • 2 . Eisenstein Sergueï, « Retsidiv », in Metod, t. 1, Moskva, Muzej Kino, 2002, p. 69-71.

C’est ce qui m’est arrivé avec Daumier.
Je l’ai découvert moi-même, tout à fait par hasard.
Fouillant parmi les livres de la bibliothèque de mon père, je tombai dans la section des livres anciens sur un ouvrage : un album qui traitait de la guerre franco-prussienne de 1870 et de la Commune.
Comment un tel album, interdit par la censure tsariste, avait pu se retrouver dans la bibliothèque de mon père, ce fervent soutien et partisan d’une Russie de fonctionnaires au service du tsar ? Je ne le comprends pas vraiment.
Quoiqu’il en soit, dans le droit fil de ces premières impressions révolutionnaires, mon imagination et ma fantaisie furent marquées par cet album à un degré désormais célèbre. […]
André Gill me plaisait beaucoup. J’aimais moins Cham. Je détestais Bertall.
Et Honoré Daumier exerçait sur moi une violente fascination.
Je me mets à rechercher des détails sur ce grand maître.
Et il me plaît tellement que le tout premier livre que je décide de m’acheter s’avère être une petite monographie de Daumier (je l’achète avec la complicité de ma gouvernante qui puise la somme nécessaire dans le budget alloué pour les « frais » ménagers.)
J’avais dix ans2. [Nous traduisons]

3Cette découverte de la caricature française s’avère déterminante pour l’évolution du futur artiste, dans la mesure où, selon ses propres termes, son cinéma révolutionnaire « désormais célèbre » s’inscrit dans « le droit fil de ces premières impressions ». C’est en s’adonnant à cette nouvelle passion que le petit Sergueï tombe sur Les Poires de Philipon [Fig. 1, ci-contre], comme il le raconte dans une longue description d’où transparaît une véritable fascination pour cette lithographie :

  • 3 . Ibid., p. 70-72.

Et ma rencontre avec Daumier m’amène à connaître les pages héroïques de la caricature française de la monarchie de Juillet, sous Louis-Philippe, le roi bourgeois.
De cette époque héroïque qui brillait sous l’éclat des rayons de la « poire », inventée par Philipon et représentant symboliquement le roi Louis-Philippe.
La houppe du front et les favoris du roi, quand ils étaient combinés, faisaient penser à la silhouette d’une poire. C’est ainsi que fut engendré ce signe convenu de raillerie, découvert par Philipon.
Le vieux Daumier s’exerça également sans relâche sur le thème de la poire dans des séries immortelles de caricatures désormais trop connues.
Cependant, c’est à Philipon que l’on doit ce même dessin, lithographie par la suite, du n ° 56 du journal La Caricature, datant du 24 novembre 1831, dessin que je connaissais depuis mon enfance par des reproductions.
C’est le fameux dessin que fit Philipon durant son procès.
On y voit non seulement une poire, mais également quatre figures piriformes. Celle du coin gauche supérieur est un portrait du roi. Et celle du coin inférieur droit est une simple poire. Entre ces deux-là, il y a deux dessins intermédiaires illustrant le passage de la poire au roi et vice-versa. Cette planche est datée du 14 novembre (de l’année 1831). Le dessin constitue à lui seul un plaidoyer en faveur de Charles Philipon qui le réalisa dans la salle d’audience, lors du procès intenté contre lui pour lèsemajesté. Le plaidoyer de Philipon repose sur le fait suivant (et le numéro du 17 novembre en donne un compte rendu détaillé) : le dessin du coin gauche supérieur ressemble au roi et, par conséquent, il ne peut être considéré comme une offense à Sa Majesté. Or le deuxième dessin ressemble au premier, en vertu de quoi il n’y a pas là non plus de motif à le prendre comme une offense. Ainsi, on passe du premier dessin au deuxième, du deuxième au troisième, du troisième au quatrième, d’où la conclusion suivante : le quatrième dessin, à savoir la poire aux yeux plissés, est également un portrait du roi qui, en outre, ne saurait être nullement offensant…
Le tribunal en juge autrement. La cour se réunit pendant une demiheure et, ne prenant rien en compte, lâche son verdict : l’accusé est coupable. Cela coûte à Philipon six mois de prison et une amende de deux mille francs, en plus des frais du procès qui sont à sa charge.
Et c’est cette planche, dont j’ai trouvé récemment l’original, que je connaissais par des reproductions depuis ma plus tendre enfance. Elle figurait dans le premier livre (dans la lointaine Riga) que j’achetai sur la caricature (Raoul Debré [sic], La Caricature en France au xixe siècle).
Elle contribua à mon premier engouement pour la caricature au même titre qu’à mon engouement d’enfance pour Honoré Daumier3.

Fig. 1 : Charles Philipon, Les Poires, paru dans le n ° 56 de La Caricature, 24 novembre 1831, lithographie, collection Ségolène Le Men.

  • 4 . Leonid Trauberg écrit dans ses Mémoires :
    « Selon moi, le point fondamental de l’appréhension glob (...)
  • 5 . À ce sujet, voir Tsikounas Myriam, «’où viennent les images », in Cinélekta 4, Cinémas, vol. 12, (...)

4Notons qu’Eisenstein n’est pas le seul à apprécier cette lithographie : les cinéastes de la FEKS, qu’il fréquenta assidûment durant l’été 1922 et avec qui il ne cessa d’entretenir par la suite un dialogue, témoignent également d’un vif intérêt pour l’art caricatural sous Louis-Philippe et pour les Poires de Philipon4. On peut même supposer qu’ils s’échangèrent des références en se prêtant des ouvrages sur la caricature : ainsi l’iconographie qu’Eisenstein utilise pour Octobre rappelle fortement celle utilisée par Trauberg et Kozintsev pour La Nouvelle Babylone, sorti en même temps5.

Dessins de poires

  • 6 . Eisenstein décrit ainsi le processus compulsif qui s’empare de lui lorsqu’il dessine : « genèse q (...)

5L’impact de la lithographie de Philipon et du thème piriforme sur Eisenstein se répercute tout d’abord dans ses dessins de jeunesse, où le motif de la poire se distingue comme matrice génétique d’un apprentissage graphique. En effet, si aucun dessin n’est consacré en intégralité à la poire, en revanche, celle-ci surgit comme un détail isolé au sein de compositions complexes. Elle signale alors qu’une réminiscence est à l’œuvre au sein d’une pulsion graphique6.

  • 7 Au sujet du Magot de la Chine, voir Przyblyski Jeannene, « The body impolitic », in Making the new (...)

6Certains dessins reprennent ainsi de manière quasi littérale le vocabulaire plastique de certaines caricatures françaises traitant des poires. C’est le cas pour ce dessin mettant en scène un bouddha piriforme [Fig. 2]. À priori, ce personnage ne mérite pas plus d’attention que les autres figures, disséminées pêle-mêle dans une composition sans sens de lecture homogène. Néanmoins, ce qui semble n’être qu’un détail s’avère être une reprise d’un en-tête du Charivari reprenant lui-même la lithographie de Daumier intitulée le Magot de la Chine [Fig. 3 et 4], où le roi Louis-Philippe est représenté sous l’aspect d’un magot à tête en forme de poire (la tige qui sort de la tête rend explicite cette comparaison avec le fruit7.) En effet, la position du bouddha d’Eisenstein est identique à celui de Daumier et tous deux sont assortis d’une tête piriforme. On pourrait objecter qu’Eisenstein n’avait pas forcément besoin d’avoir vu la lithographie de Daumier pour dessiner des magots chinois. Cependant, d’une part, Eisenstein dote son bouddha d’une tête piriforme et d’autre part, il place une tête en forme de poire aux pieds de ce bouddha, ce qui laisse penser que ce dernier est, dans l’esprit d’Eisenstein, bel et bien associé au thème de la poire.

Fig. 2 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1917. Crayon sur papier, carnet 1425, fonds 1923-1, RGALI, Moscou.

Fig. 3 : Honoré Daumier, Magot de la Chine, n° 199 de La Caricature, 28 août 1834, lithographie, collection Noack.

  • 8 Selon le Dictionnaire de la langue verte d’Alfred Delvau, le « rifflard » désigne tout aussi bien (...)
  • 9 Physiologie du parapluie par deux cochers de fiacres, Desloges, Paris, 1841.

7La présence dans ce dessin d’un parapluie et d’un chapeau haut-de-forme n’est pas sans intriguer. Outre le comique de la statue elle même, le contraste de civilisations entre le caractère occidental de ces accessoires et le caractère oriental de la statue provoque également le rire. Ces ajouts ne sont pas fortuits : en effet, le parapluie, « le rifflard8 », en tant qu’attribut par excellence de Louis-Philippe, fut utilisé par les caricaturistes comme une arme contre le roi bourgeois. Par ailleurs, l’alliance du parapluie et du chapeau dans le dessin d’Eisenstein évoque immanquablement la vignette de couverture de la Physiologie du parapluie [Fig. 5, ci-contre]9.

Fig. 4 : Honoré Daumier, En-tête du Charivari, 1er mai 1835, gravure sur bois, collection Noack.

8Il ne s’agit pas d’une coïncidence car Eisenstein connaissait les Physiologies, comme en témoigne cette citation :

  • 10 . Eisenstein Sergueï, « pars pro toto » (« Les péripéties de la pars pro toto »), in Metod, tome 2,(...)

Les innombrables Physiologies françaises apparaissent lors de ces mêmes années 30-40, que ce soit la « physiologie » de l’étudiant, du médecin, du jeune marié, de l’avocat et ainsi de suite, utilisent également cette méthode [la composition en gros plan], mais avec un succès et une finesse bien moindres, bien qu’en fassent partie La Physiologie de la concierge et La Physiologie du poète, dont les qualités plastiques dues au talent de Daumier surpassent n’importe quel Menzel10 ! [nous traduisons]

9Or il se trouve que la lithographie illustrant la couverture de la Physiologie du parapluie s’inspire elle aussi du Magot de la Chine de Daumier, Louis-Philippe y étant assis à la manière d’un magot, son parapluie et son chapeau hautformedeforme posés à ses côtés.

Fig. 5 : Louis Philippe en magot de la chine, frontispice de la Physiologie du parapluie, Desloges, Paris, 1841 (figure dans Nathalie Preiss, Pour de rire !
La blague au xixe siècle).

10Le dessin d’Eisenstein fonctionne donc comme une condensation, à la fois de la lithographie de Daumier et de la vignette de la Physiologie du parapluie, concentrant à lui seul les outils du réquisitoire dressé contre Louis-Philippe par les caricaturistes de cette époque. En un raccourci saisissant combinant la poire et le parapluie, il résume toute une époque. Comme Nathalie Preiss le rappelle dans De la poire au parapluie, physiologies politiques, la Physiologie du parapluie s’inscrit dans la lignée de La Physiologie de la poire, parue quelques années plus tôt :

  • 11 . Preiss Nathalie, « à la Physiologie du parapluie », in De la poire au parapluie, phsyiologies pol (...)

Cette Physiologie du parapluie apparaît donc comme le digne pendant de son ancêtre, La Physiologie de la poire ; elle achève de dessiner le tableau des insignes de la royauté transformés en stigmates : après la poire, le rifflard11.

11Outre la reprise de caricatures françaises, Eisenstein transpose le motif de la poire à son temps, en l’incorporant à son propre arsenal visuel. Il s’attaque ainsi au Kaiser Guillaume II, dont le visage ne prête pourtant aucune ressemblance avec une poire, ce qui prouve la richesse sémantique de ce signe [Fig. 6]. Dans ce détail, Guillaume II, reconnaissable à ses moustaches pointues et à son casque, est réduit à une simple poire, à la physionomie menaçante. À l’instar de Louis-Philippe, le Kaiser se voit dépossédé de son corps. Eisenstein réutilise la poire, arme d’attaque de la tradition caricaturale française, pour stigmatiser les acteurs de la Première Guerre mondiale. La perpétuation de ce signe d’un contexte à l’autre rend ainsi compte de la fascination durable qu’il a exercée sur le dessinateur.

Fig. 6 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1914, encre sur papier, carnet 1423, fonds 1923-1, RGALI, Moscou.

12Si le signe de la poire en tant que tel semble avoir fortement marqué Eisenstein, ce dernier n’en a pas moins été touché par le processus de métamorphose à l’œuvre dans la lithographie de Philipon. Dans certains dessins, Eisenstein se livre en effet au même jeu graphique de la transformation. Ainsi, dans une suite de deux dessins [Fig. 7 et 8, ci-contre], on peut observer un détail affecté par un changement : dans le premier dessin, la figure de gauche, portant une queue de cheval, ressemble singulièrement à une poire couchée. Au dessin suivant, la même figure est devenue une poire. La queue de cheval de l’homme a laissé place à la queue du fruit et les légères protubérances du front du premier dessin se sont transformées en relief du fruit. Parallèlement, la tête s’est un peu inclinée vers le haut, à droite, ce qui achève de lui donner une apparence de fruit posé sur une table. À la métamorphose en « fruit mûr » s’est ajoutée une modification des traits du visage allant vers davantage de sévérité. Il s’agit du même processus que dans la lithographie de Philipon, où la transformation progressive du roi en poire s’accompagnait du passage de la méchanceté à la bêtise, à travers un changement de physionomie.

13Enfin, l’intérêt d’Eisenstein pour les poires se traduit par l’adoption d’un schéma piriforme dans le traitement des visages. La poire devient de la sorte une composante du style graphique d’Eisenstein. Par exemple, dans un dessin, le contour d’un des visages a été tracé à différentes reprises, reprenant à chaque fois une forme de poire [Fig. 9, page suivante], comme si ce schéma l’avait guidé dans ce croquis.

Fig. 7 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1915, encre sur papier, carnet 1424, fonds1923-, 1, RGALI, Moscou.

14Ces différentes modalités de reprise du motif de la poire indiquent son importance dans le processus de création graphique d’Eisenstein. Déclinée sous toutes ses variantes, la poire semble avoir inspiré Eisenstein tant comme signe que comme motif graphique. Rappelons qu’il s’agit de dessins de jeunesse, largement sujets à l’expérimentation, et où Eisenstein cherche son propre style. Dans des moments de rêverie graphique, il dessine des figures jusqu’à remplir totalement l’espace de la feuille, sans les organiser selon un sens de lecture ou une composition préétablis. C’est lors de telles compulsions, assimilables à du dessin automatique, que les modèles visuels d’Eisenstein ressurgissent sur la feuille, comme si à force de les observer, il les avait intégrés à sa propre grammaire plastique. Les signes imprimés dans sa mémoire visuelle s’imposent alors à son crayon. Eisenstein décrit en effet comme suit le fonctionnement de sa pratique du dessin :

  • 12 Eisenstein Sergueï, « Quelques mots sur mes dessins », in Mémoires, Paris, Éditions Julliard, 1989 (...)

Ici s’allient vraisemblablement une énorme réserve d’impressions visuelles, une mémoire visuelle aiguë et un grand entraînement au day dreaming, quand on oblige ce à quoi l’on pense ou ce dont on se souvient à défiler devant ses yeux sous formes d’images visuelles, comme un film. [.]
Ces impressions, fortement visuelles avant tout, réclament avec une intensité presque douloureuse d’être reproduites12.

Fig. 8 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1915, encre sur papier, carnet 1424, fonds1923-, 1, RGALI, Moscou.

15Aussi le dessin permet-il d’exprimer ces impressions visuelles « réclamant avec intensité d’être reproduites », à l’instar de celles provoquées par la lithographie de Philipon sur le jeune Sergueï. Il ne s’agit probablement pas d’une imitation délibérée, mais plutôt d’un surgissement inconscient de formes, agencées selon la même logique que celle du rêve. D’où certaines condensations comme celle de ce bouddha chinois concentrant différents éléments empruntés à diverses caricatures françaises. Eisenstein n’a sûrement pas cherché à créer une forme qui concilie la poire au parapluie. Cette association s’est imposée à lui, nourrie de toutes les lithographies qu’il a longuement observées. Ainsi, une étape importante de son cheminement graphique se laisse entrevoir à travers la récurrence persistante du motif piriforme.

16Si le thème de la poire peuple les dessins de jeunesse d’Eisenstein, la lithographie de Philipon s’est également avérée décisive quant à l’évolution de la pratique cinématographique d’Eisenstein. En effet, la séquence dite des dieux dans Octobre doit beaucoup aux Poires de Philipon. Rappelons rapidement le contenu de cette séquence : Kerenski apprend que Kornilov contre-attaque. La diégèse s’interrompt sur l’intertitre reprenant la devise de Kornilov « Au nom de Dieu et de la patrie ». Une séquence débute où se succèdent différentes représentations de divinités, chaque image ayant un lien formel avec la précédente. Par exemple, les rayons de l’auréole d’un Christ baroque se transforment au photogramme suivant en un cercle composé des bras multiples de Vishnu. La correspondance formelle entre les différents éléments permet d’effectuer ainsi une transition efficace entre les deux. Eisenstein lui-même reconnaît le lien qui existe entre son utilisation de la métamorphose et le mécanisme du dessin de Philipon :

  • 13 . Eisenstein Sergueï, « Retsidiv », op. cit., p. 69-71. Une grande partie de cet extrait est dispon (...)

À présent que je me rappelle l’impression d’enfance que me fit cette planche [il s’agit de la lithographie de Philipon] et l’idée qui me vint pour traiter le concept de divinité dans le film Octobre, j’en arrive à être intimement persuadé qu’inconsciemment, la première a déteint sur la deuxième. [...] Par des moyens immédiatement visuels, je construis le même but en amenant par une chaîne ininterrompue de transformations la représentation de Dieu la plus somptueuse que j’ai pu trouver dans les monuments baroques de Saint-Pétersbourg à celle de la bûche de bois de l’idole Giliak. On passe d’une représentation à l’autre comme si elles se fondaient plastiquement l’une dans l’autre. [...] Et l’écran délivrait un message d’une précision digne du plaidoyer de Philipon et qui provoquait irrésistiblement le rire13 ! [nous traduisons]

17Il est vrai que la séquence des dieux partage de nombreux points communs avec la lithographie de Philipon, à commencer par « la chaîne ininterrompue de transformations ». Par ailleurs, de même que le roi subit un outrage en se voyant ravalé du rang d’humain à celui de végétal, les dieux subissent une dégradation matérielle, dans la mesure où d’un Christ baroque en or, ils se transforment en rudimentaires idoles africaines en bois. Enfin, de même que le passage du roi à la poire s’accompagne d’une schématisation des traits, la transformation des dieux passe par une simplification formelle.

18Eisenstein écrit que la lithographie de Philipon l’a aidé inconsciemment à créer la séquence des dieux. La lithographie de Philipon aurait produit sur le jeune Eisenstein une impression forte au point de s’inscrire dans sa structure créatrice, pouvant le guider des années plus tard dans ses films, sans qu’il en ait forcément conscience. Ce fonctionnement inconscient s’inscrit dans la continuité de ce que l’on a pu observer concernant l’activité graphique de jeunesse d’Eisenstein : certains motifs, fruits d’impressions visuelles fortes nécessitant une extériorisation, s’imposent et surgissent dans l’espace de la création.

  • 14 . « Nous allons trouver la clé vers une cinématographie pure. Et ce qui est le plus drôle – cette c (...)
  • 15 . « Est attraction tout moment agressif du théâtre, c’est-à-dire tout élément de celui-ci soumettan (...)
  • 16 . «  Pour parler sérieusement :
    Attraction 1923. Sensuelle.
    Le stimulus du réflexe non conditionné ay (...)
  • 17 . Aumont Jacques, « concepts du montage », in Montage Eisenstein, Paris, Albatros, 1975, p. 165.
  • 18 . Amengual Barthélémy, « Cuirassé Potemkine », in ¡ Que Viva Eisenstein !, op. cit., p. 160.

19Il est intéressant de noter que dans ce même passage, Eisenstein évoque le cinéma intellectuel, qu’il aurait découvert grâce au montage de la séquence des dieux. En effet, les transformations successives des dieux en d’autres dieux permettent à Eisenstein d’incarner à l’écran une thèse abstraite, celle d’un concept de divinité vide de sens. Le cinéma intellectuel - qu’Eisenstein appelle « écranisation de concepts14 » — constitue une étape charnière de la pratique cinématographique d’Eisenstein. Jusqu’au tournage d’Octobre, il a recouru au « montage des attractions15 », c’est-à-dire à un montage fondé sur le choc d’images émotionnellement fortes. Au montage des attractions, essentiellement basé sur des stimuli physiologiques afin d’engendrer une réaction physiologique du spectateur, succède l’attraction intellectuelle qui s’appuie sur une chaîne associative et réflexive en vue d’obtenir un concept la subsumant16. Malgré son appellation, le cinéma intellectuel n’exclut nullement les stimuli physiologiques. Bien au contraire, il les intègre même davantage17. Ce n’est donc pas tant par son processus que le montage intellectuel se distingue du montage des attractions, que par son but. Le montage des attractions suscite une réaction purement physiologique (le frisson de dégoût engendré par la juxtaposition brutale d’un plan montrant des vers grouillant au plan montrant le médecin de bord dans Le Cuirassé Potemkine18) alors que l’attraction intellectuelle provoque-en théorie-chez le spectateur une réaction physiologique assortie d’une réflexion.

  • 19 . Eisenstein Sergueï, « Retsidiv », in Metod, t. 1, op. cit., p. 72-73.

Or il se trouve que dans l’extrait cité précédemment, Eisenstein rapproche explicitement le fonctionnement du cinéma intellectuel à celui de la caricature de Philipon : C’est là qu’intervient une impression de ma prime jeunesse dont je n’avais alors aucunement pris conscience. Ce n’est que bien, bien plus tard que j’eus l’idée de la relier à mon travail sur Octobre.
C’était en 1940, lorsque je tins entre mes propres mains l’original de cette lithographie qui avait marqué si tôt mon imagination.
[.] Les dieux ne digérèrent pas l’offense. Ils se révélèrent bien plus forts que les juges du roi Louis-Philippe.
Philipon s’en sortit avec six mois de prison et deux mille francs d’amende. Mais les dieux châtièrent leur offenseur en obscurcissant ses facultés mentales.
Nous avons déjà noté le penchant de l’auteur aux réflexions.
Et bien que dans les années trente (pour être plus exact, en 1927-1928), le trafic du tramway était déjà régulier, l’auteur n’avait nul besoin de se déplacer car, alors qu’il s’occupait jour et nuit du montage d’Octobre, au sein des murs de ce qui fut le Kinokomitet et où il habitait, cette fâcheuse tendance aux réflexions ne le lâchait pas, même à ce moment-là.
« Que s’est-il donc passé ? », se demandait l’auteur, qui n’était déjà plus un jeune débauché, mais dont la curiosité ne s’était pas amoindrie.
C’est que la « thèse » que j’étais parvenu à incarner à l’écran était logique, abstraite, qu’importe. elle était intellectuelle.
Comme ce joli mot est savoureux pour la bouche et le bout de la langue ! À s’en pourlécher.
Mais.
Cela signifie qu’est possible la transposition directe à l’écran de significations abstraites, de thèses formulées logiquement, de faits intellectuels et non plus seulement émotionnels.
Cela signifie également la dispense d’un sujet, d’une intrigue, de personnages, d’acteurs, etc.
Tout comme est possible un « montage d’attractions » émotionnellement effectif (bien qu’en tant que cas particulier, il ait encore recours à l’« attraction du sujet et de l’intrigue »), de même, semble-t-il qu’il soit possible d’avoir une attraction intellectuelle.
« L’attraction intellectuelle ! »
Date de naissance : 1928.
Il est donc possible de construire tout un système cinématographique adéquat.
De construire un cinéma capable, par l’abstraction de ses thèses, de conduire inévitablement à l’épanouissement des voies émotionnelles.
Cela signifie qu’un « cinéma intellectuel » est possible.
Et, entraîné (comme bien souvent !) par l’insuffisance des conditions d’une généralisation arbitraire, je me représente déjà la « perspective » du cinéma futur comme celle du « cinéma intellectuel19 » !

  • 20 . « After the drama, pom, ballad in film, October presents a new form of cinema : a collection of e (...)
  • 21 . Tout comme Kozintsev, dont j’ai reproduit la citation plus haut, Eisenstein était frappé par la f (...)

20Eisenstein associe donc la découverte du cinéma intellectuel à la caricature de Philipon, ce qui implique que sa connaissance de la caricature française a fortement pesé dans le développement de son œuvre cinématographique. Le fait que ce rapprochement soit fait a posteriori ne change fondamentalement pas grand-chose : même s’il est fait une dizaine d’années plus tard, le rapprochement n’en est pas moins effectué, ce qui est en soi déjà intéressant. Par ailleurs, certaines données prouvent qu’il a sciemment utilisé des caricatures françaises pour améliorer son cinéma intellectuel. En effet, celui-ci aurait trouvé son application ultime dans l’écranisation du Capital de Marx à laquelle Eisenstein travailla juste après le tournage d’Octobre20. De ce projet malheureusement inabouti ne nous restent que quelques notes ébauchant un scénario. Or ce dernier comporte des indications sur des plans devant s’inspirer de caricatures de Daumier21 :

Pour Le Capital, un théâtre de marionnettes doit être filmé, mais seulement (que Dieu nous vienne en aide !) dans le style qui s’impose à l’esprit (comme dans la lithographie de Daumier : Louis-Philippe et le parlement-Le capitaliste et ses jouets. Exclusivement à travers un parallélisme ou un outil qui convienne aux circonstances.

Sur la ligne de Dreyfus. Un tribunal comme Le ventre législatif de Daumier. Le typage de tous les péchés mortels. Ou mieux, une caricature décuplée, qui soit universelle du point de vue des types. Cependant tout cela s’avère attaché à des fils.

  • 22 . En français dans le texte.
  • 23 . Eisenstein Sergueï, « for a film of Capital », in October, op. cit., p. 4 et 23.

La main du Quartier Général-ou quelque chose de ce genre-fait sauter les pantins22. La chambre constitutionnelle et Louis-Philippe chez Daumier. Dans un schéma pareil, les parallélismes-les courants parallèles-se sont transformés en séries associatives progressives. Très important23. [nous traduisons]

21Il semble donc clair, au travers de cette citation où Eisenstein écrit explicitement que le style qui lui vient à l’esprit est celui de Daumier, que la réflexion sur le cinéma intellectuel est inextricablement liée, et ce dès sa genèse, à l’art caricatural français.

  • 24 . « L’art nouveau doit mettre un terme au dualisme des sphères du “ sentiment ” et de la “ raison ” (...)
  • 25 . Notons d’ailleurs que la force de la caricature réside justement dans cette alliance du durable à (...)

22Si l’on revient sur la citation d’Eisenstein (qui mérite bien évidemment commentaire, et sur laquelle je reviendrai lorsque j’aborderai le projet du Capital), on remarque qu’il met l’accent sur le refus de l’anecdote et de l’intrigue. Il peut sembler dès lors quelque peu paradoxal qu’Eisenstein convoque l’art caricatural français pour construire son cinéma intellectuel. La caricature, en tant qu’elle se rapporte à l’actualité, en tant qu’elle représente des événements contingents et qu’elle vise une personne ou une institution donnée semble au contraire relever de l’anecdote. Pourquoi donc un tel intérêt pour cette forme d’art ? En réalité, ce qui intéresse Eisenstein dans la caricature, ce n’est pas son contenu, mais ses procédés. En effet, ce qu’Eisenstein désire, dans le cadre de son cinéma intellectuel, c’est créer une pensée en images, en opérant une réconciliation entre le sentiment et la logique24. Or la caricature est un art qui a déjà réussi cette difficile alliance25, et qui opère à merveille sur ces deux sphères, comme le décrit Baudelaire dans L’Essence du rire :

  • 26 . Baudelaire Charles, « l’essence du rire », in Ouvres complètes, Paris, Gallimard, thèque de La Pl (...)

La caricature est double : le dessin et l’idée, le dessin violent, l’idée mordante et voilée26. [nous soulignons]

  • 27 . « Even supposing that caricature evinces a delight in exageration of real characteristics, it sti (...)

23La caricature agit sur les sens, à travers ses différents recours au grotesque, et en cela, elle est une attraction (au sens eisensteinien du terme). En même temps, elle délivre une idée, et en cela, elle est intellectuelle. Ce qui attire Eisenstein dans la caricature, c’est qu’elle offre au spectateur une pensée sensible, un concept incarné, ce en quoi elle se rapproche fortement de l’allégorie, comme l’a noté Angus Fletcher27. Aux yeux d’Eisenstein, la caricature offre néanmoins davantage d’intérêt que la pure allégorie, car elle déploie un arsenal visuel contre sa victime, un arsenal qui touche le spectateur jusque dans ses tripes en le faisant rire. Eisenstein cherche ainsi à récupérer au profit du cinéma intellectuel le vocabulaire plastique et le potentiel discursif de la caricature, un potentiel lié à sa nature intrinsèquement non mimétique.

24Une fois établie cette filiation entre la teneur conceptuelle de l’art caricatural et celle du cinéma intellectuel, il reste à étudier plus en profondeur la parenté du message discursif et intellectuel de la lithographie de Philipon avec celui de la séquence des dieux d’Octobre. En effet, cette dernière se rapproche de la première par la mise en évidence d’un signe nu et inconsistant.

  • 28 . Sendler Egon, « icon : theological elements », in The Icon, image of the invisible, Redondo Beach (...)
  • 29 . « Le matériau de moins en moins ouvragé s’impose à la perception avec une force, une agressivité (...)

25En ce qui concerne la séquence des dieux, les transformations successives des dieux en d’autres dieux permettent à Eisenstein d’illustrer à l’écran un concept de divinité vide de sens, dans la mesure où chaque dieu en vaut un autre. Par ailleurs, la dégradation matérielle qui transforme un Christ en or en simple idole en bois renforce l’idée de vacuité véhiculée par le concept de religion. Le raisonnement est d’autant plus puissant qu’il s’appuie sur un certain paradoxe, dans la mesure où le vide inhérent à la notion de divinité s’incarne dans la matérialité de l’image, dans un système fonctionnant à rebours de l’icône. En effet, alors que l’icône laisse entrevoir la richesse du référent qui transcende sa matérialité, c’est-à-dire l’infini divin28, ici, au contraire, les dieux se dévoilent comme des idoles, c’est-à-dire comme des signes vides ne renvoyant à rien d’autre qu’au néant, ou, ce qui revient au même, à rien d’autre qu’à eux-mêmes29. Le signe se referme sur lui-même. Or c’est aussi ce qui se passe dans la lithographie de Philipon. Comme le montre Sandy Petrey, la transformation du roi en poire lors du procès de Philipon s’est accomplie suivant le même processus sémiotique qui fit du duc d’Orléans le roi Louis-Philippe. De même que le roi Louis-Philippe fut assimilé à une poire du moment où Philipon démontra que sa poire n’était pas le roi, de même,

  • 30 . Petrey Sandy, « in history », op. cit., p. 55.
  • 31 . Ibid., p. 59.

le duc devint roi par le biais d’une démonstration finement orchestrée qu’il n’en était pas un et qu’il ne pourrait l’être30. Aussi la subversion mortelle ne résidait pas dans le signe lui-même, mais dans sa validité instantanée représentationnelle : la nouvelle identité du roi comme poire constituait un commentaire brillant et dévastateur sur la nouvelle identité du Citoyen comme Roi. Ce que Philipon dit au procès et répéta dans La Caricature correspondait exactement à ce que le peuple de France avait dit en créant Louis-Philippe : la manière dont cet homme est représenté ne doit pas être prise à la lettre ; il y a un monde de différence entre cette application du signe et les autres applications que vous avez pu voir31.

26Le signe de la poire révèle ainsi que le roi est bel et bien un roi, mais un roi qui tente de dissimuler sa qualité de roi. Le signe de la poire vient donc rétablir la vérité au détriment des apparences, en dévoilant le tour de passe-passe sémiotique par lequel les partisans orléanistes tentent de convaincre qu’il existe un fossé insurmontable entre le signe « roi » et le signifié « être un roi ». En s’inscrivant dans la même logique sémiotique que les partisans du roi, le signe de la poire en souligne toute la défectuosité, tout en renvoyant à un référent occulté.

  • 32 . Amengual Barthélémy, « Octobre », in ¡ Que Viva Eisenstein !, op. cit., p. 204.

27De même, la séquence des dieux d’Octobre démonte la logique discursive de Kornilov, qui prétend attaquer le gouvernement provisoire « au nom de Dieu et de la Patrie », comme l’indique l’intertitre qui débute cette séquence. Comme le rappelle Barthélémy Amengual, si Eisenstein démontre dans cette séquence la vacuité du concept de divinité, c’est surtout pour pouvoir dénoncer la collusion fallacieuse entre religion et pouvoir sur laquelle s’appuie Kornilov32. En effet, plus le défilé des dieux progresse, plus les dieux s’anthropomorphisent et perdent de leur pouvoir spirituel. Le concept de divinité se vide et se dévoile ainsi comme une pure création humaine au service du pouvoir politique et militaire :

  • 33 . Ibid.

Dieu est un produit de la pensée humaine. […] Les puissants ont eu cependant bientôt fait de s’autodiviniser et d’embrigader les dieux dans leurs cohortes militaires33.

28En montrant l’anthropomorphisation progressive des dieux, cette séquence dévoile la stratégie discursive par laquelle Kornilov falsifie le concept de religion afin de l’associer à son camp. La séquence insiste ainsi fortement sur l’inadéquation entre signifiant et signifié :

  • 34 . Eisenstein Sergueï, « dialectique de la forme cinématographique », in Film Form, London, Dennis D (...)

Le conflit s’établissait entre le concept et le symbole de Dieu […] Tout en conservant le nom de Dieu, ces images s’éloignaient toujours plus de notre idée de Dieu, conduisant chacun inévitablement à des conclusions personnelles quant à la véritable nature de toutes les divinités34.

  • 35 . Philipon Charles, La Caricature, 8 novembre 1832.

29La séquence des dieux révèle que Kornilov n’est pas ce qu’il affirme être, tandis que la lithographie de Philipon démontre que le roi est ce qu’il affirme ne pas être. La séquence des dieux d’Eisenstein fonctionne ainsi à l’envers de la lithographie de Philipon, mais en recourant à une même mise en abyme du processus sémiotique convoqué par les hommes politiques, où le signe fonctionne comme supercherie. Afin de le signaler comme tel, Philipon comme Eisenstein recourent à des symboles grotesques-Philipon qualifiait lui-même sa poire de « figure grotesque35 ». Quant aux dieux d’Eisenstein, je n’ai jamais pu m’empêcher de voir cette séquence comme une illustration du processus que Baudelaire décrit dans L’Essence du rire et qui rend compte de la déchéance d’une idole au rang du grotesque :

  • 36 . Baudelaire Charles, « l’essence du rire », in Ouvres complètes, Paris, Gallimard, thèque de La Pl (...)

Vénus, Pan, Hercule, n’étaient pas des personnages risibles. On en a ri après la venue de Jésus, Platon et Sénèque aidant. Je crois que l’Antiquité était pleine de respect pour les tambours-majors et les faiseurs de tours de force en tout genre, et que tous les fétiches extravagants que je citais ne sont que des signes d’adoration, ou tout au plus des symboles de force, et nullement des émanations de l’esprit intentionnellement comiques. Les idoles indiennes et chinoises ignorent qu’elles sont ridicules ; c’est en nous, chrétiens, qu’est le comique36.

  • 37 . Foucault Michel, « Classer », in Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 142.

30Les idoles qui terminent la séquence des dieux nous semblent grotesques dans la mesure où, pour nous, elles ont perdu le sens et leur sérieux originels. Elles fonctionnent donc comme des signes périmés, comme des signes inadéquats et creux, renvoyant à une essence qui n’existe plus et qui ne fait plus sens pour nous. Il s’est créé une distance ouverte entre la chose et sa représentation37. Dès lors, Eisenstein ne pouvait trouver meilleur outil que ces idoles grotesques pour désigner la qualité sacrée usurpée par Kornilov.

  • 38 . Swain Virginia, « grotesque », in Grotesque figures, Baudelaire, Rousseau and the aesthetics of m (...)
  • 39 . Ibid.

31Le grotesque, en tant que participant du fonctionnement de l’allégorie (le discours de l’autre, « allos »), est double et disparate38. Aussi convient-il parfaitement pour dénoncer un double discours à l’œuvre. Si l’on convient avec Mikhaïl Bakhtine que le grotesque « reflète un phénomène en transformation, une métamorphose encore inachevée39 », alors il devient clair que Philipon et Eisenstein ne pouvaient choisir que des symboles grotesques pour renvoyer à des pouvoirs déguisant leur identité réelle sous de faux oripeaux.

32À travers l’exposé de la relation unissant l’ouvre d’Eisenstein aux lithographies friandes de poires, on peut mesurer ainsi l’importance de ses impressions de jeunesse, aux répercussions diverses et conséquentes, allant d’un simple dessin à l’élaboration d’une théorie filmique. Il s’agit ici d’un cas exemplaire de genèse artistique et théorique.

  • 40 Le Men Ségolène, « caricatures et images cachées », in Genesis, n ° 24, Paris, ITEM, Jean-Michel P (...)

33Par ailleurs, l’étude de la reprise des poires par Eisenstein dévoile un nouveau pan de l’histoire de la réception des poires de Philipon. Ségolène Le Men a en effet montré combien le motif de la poire avait envahi non seulement la production artistique contemporaine de Philipon et de Daumier, mais également, de manière plus inattendue, une certaine frange de l’art du xxe siècle40. L’exemple d’Eisenstein vient s’ajouter à cette longue histoire de poires croquées sans fin.

Notes

1 . Pour une histoire détaillée du fonctionnement de la lithographie de Philipon, voir Petrey Sandy, « in history », in Representations, n ° 35, Summer 1991, p. 52-71 et Cotton Nicola, « Pun, the Pear and the Pursuit of power in Paris : caricatures of Louis-Philippe », in Nottin- ghagham French Studies, vol. 42, n ° 2, Autumn 2003, p. 12-34.

2 . Eisenstein Sergueï, « Retsidiv », in Metod, t. 1, Moskva, Muzej Kino, 2002, p. 69-71.

3 . Ibid., p. 70-72.

4 . Leonid Trauberg écrit dans ses Mémoires :
« Selon moi, le point fondamental de l’appréhension globale de la vie, c’est le rendu de l’atmosphère qu’on trouve dans les peintures classiques : Brueghel, Bosch, Grünewald, Dürer, Chédrine, Hogarth, Daumier. Ils ne sont pas comparables, même thématiquement. Chez Bosch et Grünewald, des monstres, des sabbats, des gueules pas possibles. Les autres, sans conteste, sont étrangers à la mystique, très proches du réalisme. Ceci dit, chez Daumier, on a une poire à la place du visage... » [nous traduisons] (Trauberg Leonid, Izbrannye proizvidenija v dvoukh tomakh (Ouvres choisies en deux tomes), t. 1, Iskousstvo, Moskva, 1988, p. 243)
De même, dans un passage fort intéressant où il décrit son travail iconographique pour La Nouvelle Babylone, un film sur la Commune sorti en 1929, Grigori Kozintsev convoque les mêmes références qu’Eisenstein et témoigne du même intérêt que lui pour la caricature sous Louis-Philippe. Selon lui, cette dernière lui a été extrêmement précieuse pour son travail de cinéaste, ce qui rejoint mon hypothèse concernant Eisenstein. L’extrait reproduit ici est assez long, mais il me semble nécessaire de le citer dans son intégralité : « [Kozintsev et Trauberg] nous plongeâmes dans Marx. Cependant, ses ouvres politiques ne nous éclairèrent pas seulement sur la naissance et la mort de la première dictature du prolétariat. Le procédé en lui-même de narration-un discours oratoire plein de fureur et le sarcasme pamphlétaire-se révéla inhabituellement proche de la forme artistique que nous recherchions alors pour le cinéma. La lutte des classes s’incarnait souvent, chez Marx, en des généralisations condensées jusqu’à la métaphore : « boutique s’est agitée et s’est avancée contre la barricade pour arrêter le mouvement menant de la rue à la boutique. » Ce n’était pas qu’une caractéristique des journées de juin, mais des images précises qui parlaient bien plus aux cinéastes que nous étions que des caractéristiques psychologiques. Les épithètes littéraires devenaient souvent aussi visuelles et c’était une époque florissante pour la caricature : Louis-Philippe, se transformant peu à peu en poire dans une série de dessins, les figures de Daumier avec des grosses têtes sur des petits corps, les Robert Macaire, les bêtes humaines et les animaux humanisés de Grandville, les héros des innombrables physiologies, tout cela, indépendamment des traits exagérés, nous semblait vivant, réel. Les caricatures avaient submergé Paris, et là, elles se trouvaient sous nos yeux : une quantité innombrable de figures pleines de caractère, sinistres, incongrues, fantasques et incroyables. Essayer de douter de la réalité de Robert Macaire ! Les cent et unes lithographies de Daumier, tel un film en série, racontent en détail toute sa grande activité. Qui peut donc être plus vivant que ce filou à l’oil bandé qui se gratte les favoris de sa dague ? Il nous semblait que nous étudiions notre matériau avec attention. Avec toute la sévérité nécessaire pour éviter nos erreurs passées, nous nous limitons à la politique et à l’histoire. Mais les images avaient déjà commencé à agir. On n’arrive pas à séparer le travail artistique en tâches distinctes. C’est que le premier contact avec le matériau provoque habituellement une préférence pour l’une d’entre elles. Ce n’est pas la raison seule qui fait les choix, mais également les sentiments. Or nos goûts personnels déteignent forcément sur le matériau dans lequel on recherche (inconsciemment), “ son propre ”, ce qui, artistiquement, va pour nous “ dans le sens du poil ”. Cependant, à ce stade, le processus ne fait que commencer. Le matériau n’est pas passif : il agit, il éduque. Il force nos propres limites à s’ouvrir » [nous traduisons]. Kozintsev Grigori, Sobranie sochinenij v piati tomakh, t. 2 (Ouvres complètes en cinq volumes, t. 2) Leningrad, Iskousstvo, Leningradsko otdelenie, 1982, p. 138-139.

5 . À ce sujet, voir Tsikounas Myriam, «’où viennent les images », in Cinélekta 4, Cinémas, vol. 12, n ° 3, Montréal, p. 43-62.

6 . Eisenstein décrit ainsi le processus compulsif qui s’empare de lui lorsqu’il dessine : « genèse qui s’opère ainsi, d’un coup, en un instant, de tous les côtés, par tous les bouts à la fois. » Eisenstein Sergueï, « dessins », Risounki Ejzenchtejna (dessins d’Eisenstein), Moskva, Iskousstvo, édition trilingue, 1961, p. 127.

7 Au sujet du Magot de la Chine, voir Przyblyski Jeannene, « The body impolitic », in Making the news- modernity and the mass press in nineteenth century France, Massachusets University Press, 1999, p. 56.

8 Selon le Dictionnaire de la langue verte d’Alfred Delvau, le « rifflard » désigne tout aussi bien un bourgeois qu’un parapluie. Le mot daterait de la comédie de Picard intitulée La Petite ville, jouée en 1801, dans laquelle un personnage nommé Rifflard ne se sépare jamais de son parapluie. Delvau Alfred, Dictionnaire de la langue verte, argots parisiens comparés, Paris, Dentu, 1867, p. 398.

9 Physiologie du parapluie par deux cochers de fiacres, Desloges, Paris, 1841.

10 . Eisenstein Sergueï, « pars pro toto » (« Les péripéties de la pars pro toto »), in Metod, tome 2, op. cit., p. 111. Notons par ailleurs que les physiologies furent très prisées dans la Russie des années 1840, ainsi que l’a montré Rosalind Polly Blakesley dans Russian genre painting in the nineteenth century, Oxford, Clarendon Press, 2000, p. 54-55. Eisenstein n’est pas le seul à s’intéresser aux physiologies. Grigori Kozintsev les évoque également, en expliquant combien elles ont été déterminantes en général pour l’évolution de l’art russe par leur évocation du quotidien, du byt : « L’intérêt pour le quotidien n’est pas évident à traiter pour l’art : Daumier a illustré des essais physiologiques, Nekrassov en a édités. Cette insignifiance du quotidien transmise comme force tragique a beaucoup apporté à l’art russe. » Kozintsev Grigori, « tragedii » (« L’espace de la tragédie »), in Sobranie sochinenij v piati tomakh (Ouvres complètes en cinq volumes, t. 2,) op. cit., p. 73. Notons que cette assimilation de la caricature au byt est tout à fait typique de l’esthétique réaliste socialiste.

11 . Preiss Nathalie, « à la Physiologie du parapluie », in De la poire au parapluie, phsyiologies politiques, Paris, Champion, 1999, p. IV.

12 Eisenstein Sergueï, « Quelques mots sur mes dessins », in Mémoires, Paris, Éditions Julliard, 1989, traduction du russe de Jacques Aumont, Michèle Bokanowski, Claude Ibrahimoff, p. 624.

13 . Eisenstein Sergueï, « Retsidiv », op. cit., p. 69-71. Une grande partie de cet extrait est disponible en français, dans Eisenstein Sergueï, « Le mal voltairien », traduction du russe par Jacques Aumont, in Cahiers du cinéma, n ° 226-227, février 1971, p. 47-56. L’article y est illustré bien évidemment à l’aide de la lithographie de Philipon, mais également d’une caricature de Pilotell, Décidément, si Dieu existait, il faudrait l’exécuter, réalisée pendant la Commune. Bien que le texte d’Eisenstein ne mentionne nulle part cette référence à Pilotell, il faut convenir que le rapprochement semble pertinent : d’une part, Eisenstein connaissait bien les caricatures de la Commune, et d’autre part, par son thème et sa composition, la caricature de Pilotell présente de fortes similitudes avec la séquence des dieux d’Eisenstein : toutes deux délivrent un message antireligieux en s’appuyant sur le grotesque d’idoles exotiques juxtaposées les unes à côté des autres. Il est fort possible que la caricature de Pilotell ait joué un rôle d’hypo-icône (ou hypotexte) pour la séquence des dieux, au même titre que Les Poires de Philipon. Dans ce cas, la séquence des dieux constituerait un véritable feuilleté interticonique caricatural.

14 . « Nous allons trouver la clé vers une cinématographie pure. Et ce qui est le plus drôle – cette cinématographie sera génétiquement idéologique, car sa matière sera l’écranisation des Begriffe [concepts]. » Eisenstein Sergueï, « Lettre du 16 décembre 1928, à Léon Moussinac », Fonds Moussinac n° 008, Bibliothèque Nationale de France (Arsenal).

15 . « Est attraction tout moment agressif du théâtre, c’est-à-dire tout élément de celui-ci soumettant le spectateur à une action sensorielle ou psychologique vérifiée au moyen de l’expérience et calculée mathématiquement pour produire chez le spectateur certains chocs émotionnels qui, à leur tour, une fois réunis, conditionnent seuls la possibilité de percevoir l’aspect idéologique du spectacle montré, sa conclusion idéologique finale. » Eisenstein Sergueï, « Montage des attractions », in Au-delà des étoiles, Paris, 10-18, 1974, p. 117. Le montage des attractions est d’abord élaboré au théâtre, puis transposé au cinéma.

16 . «  Pour parler sérieusement :
Attraction 1923. Sensuelle.
Le stimulus du réflexe non conditionné ayant une action directe.
Sphère de travail : Le THÉATRE (et les 30 premières années de cinéma y compris Potemkine (sauf les lions !) et l’Octobre à 33 %/)
Attraction 1928. Intellectuelle.
Base de l’action sur la chaîne des réflexes combinés. Action par chaînes associatives.
Sphère de travail : le CINÉMA VERITABLE. (33 % Ligne générale-66 % de l’Octobre.) »
(Eisenstein Sergueï, «. I. 28 [Attraction Intellectuelle 1928] », in Eisenstein dans le texte-Cinémas, vol. 11, n ° 2-3, op. cit., trad. du russe Valérie Pozner et Antoine Cattin, p. 158.)

17 . Aumont Jacques, « concepts du montage », in Montage Eisenstein, Paris, Albatros, 1975, p. 165.

18 . Amengual Barthélémy, « Cuirassé Potemkine », in ¡ Que Viva Eisenstein !, op. cit., p. 160.

19 . Eisenstein Sergueï, « Retsidiv », in Metod, t. 1, op. cit., p. 72-73.

20 . « After the drama, pom, ballad in film, October presents a new form of cinema : a collection of essays on a series of themes which constitutes October. [...] Here’s a point of contact already with completely new film perspectives and with the glimmers of possibilities to be realized in Capital, a new work on a libretto by Karl Marx. A film treatise. » Eisenstein Sergueï, « for Capital », in October, 2, Summer 1976, p. 4.

21 . Tout comme Kozintsev, dont j’ai reproduit la citation plus haut, Eisenstein était frappé par la force visuelle des écrits de Marx, particulièrement propices à donner naissance à un cinéma intellectuel. Ainsi, dans des notes éparses pour Metod, Eisenstein jette sur son brouillon les mots suivants : « sensible de Marx. [...] Le cinéma intellectuel comme pierre à aiguiser, sur lequel a été conçu, non pas entièrement reconnu et compris selon notre cycle, souvent “ figuratif ” : représentation figurative des notions, à noter : les dieux et la pensée des nègres. » Boulgakowa Oksana, « Comment éditer Eisenstein ?, in Problèmes de Méthode (extraits inédits), Eisenstein dans le texte-Cinémas vol. 11, n ° 2-3, Montréal, p. 39. Dans cet extrait, Eisenstein associe le cinéma intellectuel à la séquence des dieux et à l’écriture de Marx.

22 . En français dans le texte.

23 . Eisenstein Sergueï, « for a film of Capital », in October, op. cit., p. 4 et 23.

24 . « L’art nouveau doit mettre un terme au dualisme des sphères du “ sentiment ” et de la “ raison ”. [...] Rendre à la formule spéculative émasculée toute la splendeur et la richesse de la forme charnellement ressentie. Quelle sorte d’art aura la force de s’en charger ?
Uniquement et exclusivement les moyens cinématographiques.
Uniquement et exclusivement la cinématographie intellectuelle. Synthèse du film émotionnel, documentaire et absolu ». Eisenstein Sergueï, « Perspectives », in Au-delà des étoiles, trad. du russe de Luda et Jean Schnitzer, Paris, 10-18, 1974, p. 196-197.

25 . Notons d’ailleurs que la force de la caricature réside justement dans cette alliance du durable à l’éphémère, dans cette association entre des éléments contingents et des procédés de caractérisation supposés universellement reconnaissables.

26 . Baudelaire Charles, « l’essence du rire », in Ouvres complètes, Paris, Gallimard, thèque de La Pléiade », 1961.

27 . « Even supposing that caricature evinces a delight in exageration of real characteristics, it stills transforms what is purportedly real into an abstraction ». Fletcher Angus, « daemonic agent », in Allegory, the theory of a symbolic mode, Ithaca and London, Cornell University Press, 1964, p. 33.

28 . Sendler Egon, « icon : theological elements », in The Icon, image of the invisible, Redondo Beach, Oakwood, 1988.

29 . « Le matériau de moins en moins ouvragé s’impose à la perception avec une force, une agressivité grandissante, au détriment du signe. Le signifiant éclipse son signifié. Les derniers dieux de la chaîne-fétiches ou idoles-évoquent de grossiers jouets d’enfants, morceaux de bois investis dans le jeu, d’identités imaginaires ». Amengual Barthélémy, « Octobre », in ¡ Que Viva Eisenstein !, op. cit., p. 207.

30 . Petrey Sandy, « in history », op. cit., p. 55.

31 . Ibid., p. 59.

32 . Amengual Barthélémy, « Octobre », in ¡ Que Viva Eisenstein !, op. cit., p. 204.

33 . Ibid.

34 . Eisenstein Sergueï, « dialectique de la forme cinématographique », in Film Form, London, Dennis Dobson, 1951.

35 . Philipon Charles, La Caricature, 8 novembre 1832.

36 . Baudelaire Charles, « l’essence du rire », in Ouvres complètes, Paris, Gallimard, thèque de La Pléiade », 1961, p. 984.

37 . Foucault Michel, « Classer », in Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966, p. 142.

38 . Swain Virginia, « grotesque », in Grotesque figures, Baudelaire, Rousseau and the aesthetics of modernity, Baltimore and London, Johns Hopkins University Press, 2004, p. 12-13.

39 . Ibid.

40 Le Men Ségolène, « caricatures et images cachées », in Genesis, n ° 24, Paris, ITEM, Jean-Michel Place, 2004, p. 43-70.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Charles Philipon, Les Poires, paru dans le n ° 56 de La Caricature, 24 novembre 1831, lithographie, collection Ségolène Le Men.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-1.jpg
Fichier image/, 744k
Légende Fig. 2 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1917. Crayon sur papier, carnet 1425, fonds 1923-1, RGALI, Moscou.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-2.jpg
Fichier image/, 518k
Légende Fig. 3 : Honoré Daumier, Magot de la Chine, n° 199 de La Caricature, 28 août 1834, lithographie, collection Noack.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-3.jpg
Fichier image/, 184k
Légende Fig. 4 : Honoré Daumier, En-tête du Charivari, 1er mai 1835, gravure sur bois, collection Noack.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-4.jpg
Fichier image/, 342k
Légende Fig. 5 : Louis Philippe en magot de la chine, frontispice de la Physiologie du parapluie, Desloges, Paris, 1841 (figure dans Nathalie Preiss, Pour de rire !La blague au xixe siècle).
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-5.jpg
Fichier image/, 256k
Légende Fig. 6 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1914, encre sur papier, carnet 1423, fonds 1923-1, RGALI, Moscou.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-6.jpg
Fichier image/, 364k
Légende Fig. 7 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1915, encre sur papier, carnet 1424, fonds1923-, 1, RGALI, Moscou.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-7.jpg
Fichier image/, 181k
Légende Fig. 8 : Sergueï Eisenstein, Sans titre, 1915, encre sur papier, carnet 1424, fonds1923-, 1, RGALI, Moscou.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-8.jpg
Fichier image/, 208k
Légende Fig. 9.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2240/img-9.jpg
Fichier image/, 126k

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540