Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

L’art de la caricature

 | 
Ségolène Le Men

Caricature et société

Clins d’œil savants aux critiques littéraires : les caricatures de Zola

Agnès Sandras-Fraysse

Texto completo

  • 1 . Grand-Carteret John, Zola en images, Paris, Félix Juven, 1907.
  • 2 . Grand-Carteret John, L’Affaire Dreyfus et l’image, Paris, Flammarion, 1898.
  • 3 . Tillier Bertrand, « écriture de la caricature : John Grand-Carteret et “ Zola en images” », in Ri (...)
  • 4 . Henry Céard s’éloigne définitivement de Zola au moment de l’Affaire Dreyfus mais leur amitié étai (...)

1Les caricatures mettant en scène Zola sont souvent perçues comme des es images agressives, grossières, destinées à abattre l’homme. Cette analyse, qui n’est pas dénuée de fondement, nous vient du travail pionnier de John Grand-Carteret, Zola en images, publié en 19071. En effet, Grand-Carteret a d’abord travaillé sur les caricatures de l’Affaire Dreyfus, en 1898, moment où les charges hostiles à Zola abondent2. Puis il s’est consacré aux caricatures du romancier, d’où, comme Bertrand Tillier l’a signalé, un « télescopage des corpus antinaturaliste et antidreyfusard3 ». L’utilisation quasi exclusive par Grand-Carteret du fonds Céard au musée Carnavalet explique cette coloration antinaturaliste. Henry Céard a été le compagnon des premiers combats littéraires de Zola, un ami et un disciple fidèle de 1876 à 1893. Pour des raisons complexes Céard s’est éloigné de son Maître4, puis a déposé au musée Carnavalet, où il avait été sous-conservateur, sa volumineuse collection de documents dont une grande quantité de caricatures. Si le fonds est abondant, il est loin d’être exhaustif, Henry Céard ayant constitué sa collection dans les moments-clés partagés avec Zola : rédaction de Nana, de Pot-Bouille, mise en scène de L’Assommoir ou de Germinal, etc. Grand-Carteret n’a guère cherché à pallier les lacunes du trésor mis à sa disposition, et n’a exploité que les caricatures lui paraissant coller à sa démonstration voire même a infléchi leur analyse.

2Il est donc permis d’en essayer une autre lecture car il serait réducteur de penser que les caricaturistes n’ont vu en Zola qu’un cochon, un égoutier, ou un chiffonnier. En effet, ces artistes-qui sont parfois les illustrateurs des œuvres de Zola-fréquentent les écrivains, s’intéressent aux transformations de la société et lisent attentivement la presse. Les images omises par Grand-Carteret, ou déchiffrées dans une perspective univoque au mépris du contexte littéraire, sont pourtant riches d’enseignements, qu’elles mettent en scène les prises de position zoliennes ou les réactions de la presse, positives comme négatives, aux péripéties naturalistes.

Fig. 1 : Hope, caricature d’Émile Zola in Les Biographies contemporaines d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

  • 5 . Carel Alfred, Biographies contemporaines, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880.

3Redoutable polémiste, Zola s’est taillé une réputation en s’attaquant sans précaution aux artistes les plus en vue. Ses propos vont faire les délices des caricaturistes qui en tirent des dessins aux sous-entendus érudits, comme Hope lorsqu’il illustre le recueil intitulé Biographies contemporaines5. La part accordée à Zola, personnalité remuante de l’année 1880, y est prépondérante. Il apparaît à trois reprises dont deux le mettant en présence de Victor Hugo. La caricature de Zola [Fig. 1] est célèbre car elle fait partie de cette série de charges le représentant en chiffonnier narcissique, recycleur de papiers, que Grand-Carteret a mises en valeur. Zola est dépeint comme un personnage en quête de son propre portrait à la différence des autres personnalités littéraires croquées dans le recueil. La seconde [Fig. 2] est également connue. Il s’agit de la couverture de la brochure où le dessinateur revient sur la prétention de Zola qui, dans le cortège suivant Hugo, s’agite et, pour qu’on le remarque, n’hésite pas à tricher par le biais des échasses et à user de la réclame. Ce dessin de couverture est renforcé par la caricature du recueil consacrée à Hugo [Fig. 3]. Si l’on regarde cette charge rapidement, la tentation est grande de n’y voir que le grand Hugo repêchant le batracien Zola, une sorte de mise en image de la grenouille qui voulut se faire plus grosse que le bœuf. À l’examen, un tout autre sens s’en dégage à condition d’en connaître le contexte. Victor Hugo n’est pas figuré en apothéose, contrairement à nombre de caricatures contemporaines. On constate également que ce vieillard triste s’appuie sur deux livres, deux volumes seulement. Habituellement, les auteurs prolifiques caricaturés sont gratifiés de toute une pile d’écrits. Coloriés en rouge, les deux ouvrages attirent le regard. Le titre Les Misérables est tronqué, effacement qui répond au déclin de Victor Hugo souligné par le portrait du héros de 1848. En revanche, sont nettement lisibles : « L’Âne, 1881 ». Cela renvoie au rouge d’un autre titre tombé à l’eau, Le Figaro. C’est en effet dans ce journal que Zola a publié une chronique, le 2 novembre 1880, sur le recueil de poésies hugolien L’Âne. Zola n’a pas mâché ses propos, soulignant l’inanité des vers :

  • 6 . Zola Émile, « Victor Hugo », in Le Figaro, 2 novembre 1880.

Le poème est quelque chose comme un conte philosophique. Un âne s’est mis à l’école et a épuisé toutes les sciences. Je dis cela en une ligne ; mais le poète s’étale avec un luxe débordant d’érudition, de cette érudition qui déterre des noms et des faits inconnus aux bourgeois6.

4Puis il s’en est pris violemment à l’auteur :

  • 7 . Ibid.

Le cas de Victor Hugo est purement physiologique. Il y a eu quelque lésion du génie dans ce crâne. L’homme s’est cru dieu et il annonce gravement, comme autant de vérités, les incroyables enfantillages de ses rêveries séniles. [.] Telles sont aussi les raisons qui me forcent à me lever devant ce grand vieillard, si plein de gloire, et à protester contre son enseignement. L’avenir me jugera7.

Fig. 2 : Hope, illustration de la couverture des Biographies contemporaines d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

Fig. 3 : Hope, caricature de Victor Hugo in Les Biographies contemporaines d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

Fig. 4 : Gill André, « Les lundis du Figaro. Ou le naturaliste empaillé par lui-même » in La Mascarade, 25 nov. 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

  • 8 . Gill André, « le naturaliste empaillé par lui-même », in La Mascarade, 25 novembre 1880.

5Les critiques ont réagi vivement. S’ils sont d’accord sur le fait que L’Âne n’est pas une ouvre essentielle, ils condamnent cette attaque peu élégante, jugent-ils, d’un grand écrivain français. Bonne aubaine pour les caricaturistes. Dans la Mascarade du 25 novembre 1880, Gill propose la charge « Ou le naturaliste empaillé par lui-même. - Ce qui le fait loucher, c’est L’Âne qui rit8. » [Fig. 4] Clin d’œil non seulement à L’Âne qui lit dans le poème mais aussi à l’Homme qui rit de Hugo, ce qui permet de supposer que le maître romantique se gausse des attaques du rival naturaliste. Notons que Zola figure sur le piédestal où il rêvait de se trouver à la place de Hugo dans une précédente caricature de Gill [Fig. 5, ci-contre] et remarquons bien les pots de chambre sur lesquels nous aurons à revenir. La caricature de Hope est plus complexe car il est allé puiser dans un poème hugolien pour parachever son ouvre. Ce poème, « Le crapaud » (1858), met en scène un batracien à moitié écrasé, agonisant dans la boue, qu’un âne pourtant épuisé par sa charge, va éviter (« Cet âne abject, souillé, meurtri sous le bâton,/Est plus saint que Socrate et plus grand que Platon »). La caricature montre donc la générosité de L’Âne (Victor Hugo) prêt à porter assistance au crapaud (Zola) malgré la suffisance insolente de ce dernier.

Fig. 5 : Gill André, « Loisirs naturalistes », in La Petite Lune, 1879. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

6Passons maintenant à un exemple de mise en image de critiques malveillantes sur Zola et son entourage grâce à une caricature très connue de Zola [Fig. 6] car publiée par Grand-Carteret qui y voyait la synthèse de deux thèmes récurrents, scatologie et pornographie. Un détail qui peut sembler marginal sur le dessin lui donne tout son sens : la queue du porc semble frétiller, malgré le poids de cinq petits personnages. Elle renvoie inévitablement, par le biais de l’argot, au sexe de Zola. Lequel, souligné par la feuille de vigne, attire les regards tant il est exceptionnel dans les charges de voir un écrivain nu. Le sigle « R. N. » de la bannière signifie « République naturaliste », rappel de la phrase célèbre de Zola (« La République sera naturaliste ou ne sera pas ») qui a fait couler beaucoup d’encre, les uns y voyant des prétentions politiques, d’autres la proclamation d’un chef d’école. Or Zola, dès qu’il en a l’occasion, présente Victor Hugo comme un chef déchu, et tourne en dérision ses féaux, utilisant à leur endroit l’expression de « queue romantique ».

Fig. 6 : Sapeck, « La Haute école de M. Zola », in Tout-Paris, 30 mai 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

  • 9 . La légende de la « d’Alcibiade » (1842) par Daumier est la suivante : « dandy rutilant auréolé de (...)

7Le terme de « queue » va donc être retourné à Zola lorsqu’on le soupçonne de vouloir à son tour fonder une nouvelle École littéraire en compagnie de ses « disciples » (Alexis, Céard, Hennique, Huysmans et Maupassant). Les allusions fréquentes à Alcibiade et à la queue de son chien soulignent la prétention de Zola. C’est aussi la réminiscence d’une caricature très connue où Honoré Daumier avait croqué un Alcibiade moderne, efféminé, lorgnon à la main, snobant les bourgeois ébahis à la vue du chien dont il venait de couper la queue9. Mais le sens familier sur lequel vont davantage jouer les polémistes est celui de l’organe sexuel. Paul Perret dans Le Moniteur universel du 11 mars 1879, rédige toute une théorie sur le travail de la queue de Zola, qui ressemble fort à une métaphore de l’érection et de la procréation contre nature :

  • 10 . Perret Paul, « queue de M. Zola », in Le Moniteur universel, 11 mars 1879.

Donc la queue de M. Zola, depuis quelque temps, était en travail.
Le double succès de L’Assommoir devait échauffer beaucoup d’ambitieux du premier âge qui ne songeaient guère à mal auparavant ; ils auraient été de bons jeunes hommes s’ils avaient suivi un autre modèle. [.] La jeune domesticité de M. Zola s’est si terriblement agitée, a si bellement grouillé et pullulé si grassement que de cette « poussée animale » est à la fin sorti un enfant trop bien fait, trop vigoureusement conformé à l’image du Père. [.] C’est un accident pour le pontife10.

8Paul Perret développe alors le fantasme de la castration. Pour lui Zola, devant le succès des Sours Vatard de Huysmans, aurait pu couper sa queue :

  • 11 . Ibid.

Il est temps de la couper, cette queue, et je vous le dis, en vérité, ou le prophète la coupera, ou s’allongeant en replis perfides et tortueux, elle finira par l’étouffer quelque jour. Pour le moment, si elle n’est pas encore à ce point menaçante, déjà elle devient incommode. [...] En ce cas, il n’y a que deux partis à prendre, il n’y en a pas trois : saluer sa queue ou la couper. Le maître l’a saluée ; il est bien pris ! Le voilà contraint de revoir cette Nana dont la publication est prochaine, et d’y mettre de nouveaux aromates entre les lignes. Peut-on permettre à un disciple de fleurer meilleur que soi11 ?

  • 12 . Gill André, « confrères », in La Lune Rousse, 23 novembre 1879.
  • 13 . Crafty, « La grande fête organisée par la Vie parisienne au profit des inondés de l’amour et du h (...)
  • 14 . « Flaubert comme Maupassant ont bien vu les implications de ce titre. Flaubert le juge « stupide  (...)
  • 15 . Sapek, « La haute école de M. Zola », in Le Tout-Paris, 30 mai 1880. Voir illustration n ° 4.
  • 16 . Tillier Bertrand, Cochon de Zola ! ou les infortunes caricaturales d’un écrivain engagé, Biarritz (...)
  • 17 . Roubaud Benjamin, Le Grand chemin de la postérité, lithographie publiée par la Maison Aubert vers (...)
  • 18 . Sandras-Fraysse Agnès, « queue du Maître de Médan : naissance en mots et en images de la légende (...)

9Les caricaturistes, en cette année 1879, sont attirés par le thème de l’École littéraire. En novembre, André Gill publie un dessin de Dumas et Zola qui s’affrontent, plume à la main, pour être « chef d’école »12. Au même moment, Crafty représente une cavalcade à la tonalité charivarique [Fig. 7, ci-contre]. Zola trône sur « le char de la Littérature ». À distance respectueuse, Augier, Dumas, About et Sardou brandissent les oriflammes « il est noble », « il est pur », « il est vrai ». Devant, la grosse caisse du naturalisme est entourée de timbalières portant le nom des œuvres de Zola. Enfin, monté sur un kangourou, un homme soutenant une bannière impressionnante (« il est grand !!! »), dont les traits ressemblent fort à ceux de Céard…13 La publication des Soirées de Médan au début de l’année 1880 va contribuer à fixer la légende du maître et des disciples. Le titre, maladroit, concourt à donner le sentiment que Zola entend bien se poser en chef d’école14. La plus intéressante des caricatures est celle de Sapeck car elle révèle une lecture très attentive des critiques15. Zola est nu, allusion au côté exhibitionniste de sa littérature dénoncé par certains confrères. Le message rappelle que tout est bon dans le porc et que la littérature naturaliste se nourrit même des étrons. Enfin, Bertrand Tillier a relevé dans ce dessin une allusion graphique au Ventre de Paris, le cochon renvoyant à la charcuterie, or le charcutier du Ventre de Paris s’appelle « Quenu » (Queue-nu/Quenu)16. La caricature permet d’insister sur le manque d’envergure physique de Zola. Elle constitue certainement une réplique à la caricature de Roubaud montrant Victor Hugo monté sur un cheval dont la queue sert de support aux disciples (Théophile Gautier, Eugène Sue, Alexandre Dumas, Balzac et Scribe). Dans cette lithographie de « l’école romantique17 », la bannière brandie portait l’inscription « Le laid c’est le beau ». Le titre donné par Sapeck à sa charge : « La haute école de M. Zola » désigne ainsi l’appendice caudal chevauché par des disciples ravis, fondation fantasmée d’une « école naturaliste18 ».

Fig. 7 : Crafty, « La grande fête organisée par la Vie parisienne au profit des inondés de l’amour et du hasard », in La Vie parisienne, 13 décembre 1879. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 3. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

  • 19 . Pépin, « Réception de M. Pierre Loti et de ses poupées, à l’Académie française », in Le Grelot, 2 (...)

10Il existe également des caricatures favorables à Zola comme celle de Pépin publiée dans Le Grelot du 17 avril 189219 [Fig. 8]. Grand-Carteret ne l’a pas utilisée car elle était absente du fonds Céard et ne devait guère coller à sa démonstration de victimisation zolienne par la charge. Le dessin, qui se moque de l’une des tentatives de Zola pour entrer à l’Académie, paraît d’emblée banal.

Fig. 8 : Pépin, « Réception de M. Pierre Loti et de ses poupées, à l’Académie française », in Le Grelot, 27 avril 1892. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

11Il est pourtant une incroyable synthèse des commentaires de la presse sur la réception de Loti et des échanges qui s’ensuivent entre les deux écrivains. Les académiciens, terrorisés par la réputation de pornographe et de vidangeur de Zola, lui ont préféré l’officier de marine Julien Viaud (Loti), pourtant controversé en raison de son goût pour le travestissement et ses amitiés supposées avec de jeunes matelots. D’où une première note amère des chroniqueurs sur l’énième déguisement de Loti. Dans le Gil Blas du 7 avril 1892, Léopold Lacour remarque :

  • 20 . Lacour Léopold, « Loti », in Gil Blas, 7 avril 1892.

Je suis sûr-écrivait M. Jules Lemaître, au lendemain de l’élection de M. Loti par les Immortels du dictionnaire-je suis sûr qu’il n’a vu qu’une chose dans les honneurs et les avantages académiques : le droit de porter en public un travestissement nouveau20.

12On comprend donc pourquoi Pépin place ce bel habit vert au centre. La réception de Loti à l’Académie française a eu un succès sans précédent. Le Tout-Paris, en particulier les belles dames, a intrigué pour obtenir des places et on s’est même battu à l’ouverture des portes. Journalistes, écrivains, sont également présents, et parmi eux Zola qui fait bonne figure devant son rival heureux. Or le discours de Loti, même s’il a été considérablement applaudi par ses lectrices, a surpris. Loti rompt avec le protocole, qui consiste à dresser l’éloge de la personne à laquelle on succède, en racontant dans quelles circonstances il a appris son élection. On remarquera sur la caricature la pose suffisante et les lauriers que Loti transporte lui-même… Malgré la présence de Zola, il s’est lancé dans une condamnation assez éculée du naturalisme :

  • 21 . Loti Pierre, Discours de réception prononcé dans la séance publique le 7 avril 1892, Palais de L’ (...)

C’est qu’il prend ses sujets uniquement dans cette lie du peuple des grandes villes où ses auteurs se complaisent. N’ayant jamais regardé que cette flaque de boue, qui est très spéciale et très restreinte, ils généralisent, sans mesure, les observations qu’ils y ont faites21.

13Décontenancé, M. Mézières, le président de l’Académie, remarque avec élégance qu’il lui est inutile de célébrer les louages du nouveau venu :

  • 22 . Mézières Alfred, Réponse au discours de M. Pierre Loti, 7 avril 1892, Palais de L’institut. Site (...)

J’ai subi comme tout le monde le charme de votre parole et cependant j’étais tenté de vous adresser tout bas un reproche amical. Vous m’enlevez une partie très agréable de ma tâche : vous venez de parler de vous-même comme j’aurais aimé à le faire si vous ne m’aviez prévenu22.

14Puis, au milieu de compliments exquis d’urbanité, il décoche deux autres flèches. Il rappelle d’abord à Loti que ce dernier est tout à fait capable de passages rivalisant avec les morceaux naturalistes :

Aucun roman naturaliste ne dépasse en horreur et en réalité la peinture que vous nous faites des dernières années, des derniers jours d’un vieux marin.

15Suivent, comme le soulignent les commentateurs, quelques lignes « piquantes » sur les mariages du nouvel académicien :

Je ne vous dissimulerai pas que ces mariages fréquents nous empêchent de nous attendrir sur son sort autant que nous le voudrions. Il se désole assurément chaque fois qu’il perd une femme, mais il se console rapidement en en prenant une autre. C’est une question de latitude. Partout où le flot le dépose, il cherche et trouve une Rarahu. À Constantinople, elle s’appelle Aziyadé ; sur la côte de Dalmatie, Pasquala ; à Oran, Sulcima ; au Japon, M me Chrysanthème. Celle-ci n’est pas la plus séduisante, mais elle est la plus drôle de la collection. Vous nous tracez d’elle, de sa famille, de ses amis et de ses compatriotes des portraits bien amusants. Dans votre ouvre habituellement sérieuse, et qui, même ici, garde par endroits une teinte de mélancolie, le Japon offre un intermède comique.

  • 23 . Rodenbach Georges, «’académicien de demain », in Le Gaulois, 6 avril 1892.

16La collection de poupées, qui ne parviennent pas à réveiller les académiciens coiffés de bonnets de nuit, est donc inspirée de la lecture des critiques. Dans Le Gaulois, Georges Rodenbach rêve de japonaiseries évoquant les « gracieuses fictions d’un romancier romanesque qui invente des silhouettes colorées sur des écrans de papier23 ». Le lendemain, dans Le Figaro, Armand Dayot complète les indications scéniques :

  • 24 . Dayot Armand, « femmes de Loti », in Le Figaro, 7 avril 1892.

Toutes ces femmes multicolores de Loti : Rarahu « au torse fauve », Azyadé, blanche sur son tapis rose et bleu ; Fatou Gaye, à la chair d’ébène ; Chrysanthème, cette jolie poupée jaune, Suleïma, dorée comme une idole et au visage étoilé d’azur [.] Ne pensez-vous pas qu’il y aurait lieu aussi, dans la mise en scène de la cérémonie d’aujourd’hui, de quoi tenter un peintre, un peintre de talent doublé, pour la circonstance, d’un savant ethnographe ? S’inspirant discrètement du tableau du baron Gros, il nous ferait voir l’honorable M. Mézières, l’épée au côté, accueillant le nouvel immortel sous la coupole sainte, au milieu d’une foule grave, élégante et recueillie, pendant qu’à l’un des balcons du temple académique se pencheraient curieuses les maîtresses de Loti24.

  • 25 . Loti Pierre, Madame Chrysanthème, Vercier Bruno (éd.), Paris, Flammarion, 1990, p. 1.
  • 26 . Ibid., p. 70.
  • 27 . Ibid., p. 77.
  • 28 . Ibid., p. 82.

17Dans sa chronique, Armand Dayot a utilisé le mot de poupée (« cette jolie poupée jaune ») à propos de Madame Chrysanthème. Avec le titre de sa caricature, Pépin rappelle les poupées de Loti et met en avant Madame Chrysanthème, reconnaissable à son chignon piqué d’épingles. Il y a là de la part des chroniqueurs comme du caricaturiste une lecture très attentive des œuvres de Loti. Madame Chrysanthème narre en effet un nouveau mariage de l’officier de marine avec une prostituée japonaise. L’ouvrage a connu un succès partagé : l’auteur s’y montre très méprisant avec une population dont il n’essaie pas de connaître la culture, et quitte brutalement Madame Chrysanthème qui l’ennuie. Or, à chaque fois qu’il dépeint les jeunes femmes japonaises, Loti insiste sur leur petite taille, abusant du terme « poupée ». Dès la première page, il annonce son intention de se marier avec « une petite femme jaune, à cheveux noirs, à yeux de chat. - Je la choisirai jolie. - Elle ne sera pas plus haute qu’une poupée25 ». Après avoir décrit « une petite poupée en toilette26 », il ironise : « il me semble m’être fiancé pour rire, chez des marionnettes27 ». Il insiste : « Et si rieuses, et si joyeuses, toutes ces petites poupées nipponnes28 ! » Enfin, décrivant les conquêtes de ses amis officiers, il déroulera une phrase qui semble bien avoir influencé notre caricaturiste :

  • 29 . Ibid., p. 96.

Ainsi vues de dos, elles sont très mignonnes, les poupées, avec leurs chignons si bien faits, leurs épingles d’écaille si coquettement mises. Elles traînent, en faisant un vilain bruit de sabots, leurs hautes chaussures de bois, et s’efforcent de marcher les bouts de pied tournés en dedans, ce qui est une chose de mode et d’élégance29.

18Si l’on regarde attentivement Zola, on s’aperçoit qu’il n’est pas caricaturé de manière classique, petit, rondouillard avec une grosse tête et un nez bifide. Il a même fallu légender le dessin pour que les lecteurs identifient le personnage. L’écrivain est droit, sérieux, impavide, malgré ses entraves. Pourquoi ce choix ? Le dessinateur peut ainsi rappeler que Zola, présent à la réception de Loti, n’a pu répondre aux attaques sur le naturalisme, véritablement ligoté par les circonstances, littéralement pris en otage :

À la lecture, on n’a peut-être pas la sensation de l’effet produit par cette page. Elle a été furieusement applaudie par le centre et une quarantaine de vieux Institutards ; et Zola recevait comme une gifle cet applaudissement ridicule et honteux, lui clouant à la joue l’épithète de monstre. Et c’est Loti qui, de sa voix douce, dans une méconnaissance atroce du génie réellement épique du poète de L’Assommoir et de Germinal, venait de mettre en mouvement, pour l’outrage, ces paumes de mondaines à cervelle étroite et d’académiciens à cerveaux racornis !

J’ai plaint de tout mon cœur le grand romancier, tranquille pourtant, dédaigneusement tranquille sous cette tempête stupide ; regardant, le menton enfoncé dans sa main droite ouverte, l’inique juge-qui avait dit, il est vrai, un peu auparavant : « Je ne lis rien. »

  • 30 . Lacour Léopold, « la coupole. Réception de Pierre Loti », in Gil Blas, 9 avril 1892.

19N’avoir pas lu Zola et condamner son long et magnifique effort ; quel triste enfantillage30 ! »

20En revanche, Zola a donné des interviews dès sa sortie de l’Académie française. Il a confié au reporter du Gaulois :

  • 31 . Pelca G., « française », in Le Gaulois, 8 avril 1892.

Hé bien, je vous avouerai qu’il manque absolument de correction. Ordinairement, on ne piétine pas sur l’adversaire qu’on a blessé en duel31

21Et il a ajouté, donnant ainsi une précieuse suggestion graphique :

  • 32 . Ibid.

M. Loti ne peut pas être à ce point grisé par le triomphe, il n’est pas possible qu’il soit à ce point dépourvu de jugement, pour s’imaginer que c’est à son seul mérite qu’il doit d’être de l’Académie. Il faut qu’il se persuade bien que, si on est allé à lui, c’est tout simplement pour ne pas m’avoir, moi32.

22Un « triomphe ridicule », tel est l’événement mis en scène dans Le Grelot. La parution du dessin, le 17 avril 1892, avait amplement donné le temps à Pépin de synthétiser les différentes réactions des journaux.

23On pourrait évidemment objecter que les caricaturistes s’inspirent des mêmes éléments que les critiques ; c’est oublier combien leurs dessins collent précisément aux indications scéniques et iconographiques des chroniqueurs. Une caricature de Robida confirme la lecture attentive, passionnée, des différentes réactions de la presse par les dessinateurs, sans doute parce que les armes utilisées par les uns et les autres sont souvent proches. Les « Grands prix de Paris pour 1880 » nous proposent les « Concours de critiques, exercices violents sur les têtes de turc » [Fig. 9]. La légende est explicite :

Essayez vos forces, en passant, et n’ayez pas peur de casser les têtes de Turc ; on les remplacera par d’autres toutes neuves. L’essentiel est de frapper fort ; il est permis de chercher à amener le 1  000 par tous les moyens. Sarcey, le lutteur robuste et classique, prépare son coup de poing, Lapommeraye va essayer de la douceur et de la persuasion, Albert Wolf préfère les coups de maître, secs et bien appliqués. La lutte est commencée. Déjà le vaillant Zola s’attaque à deux têtes à la fois, celle de Zola et celle de Sardou ; sur celle de Zola, Zola s’acharne à coups d’un léger plumeau, tandis que sur celle de Sardou, il laisse tomber de furieux coups de poing. À côté une légion de poings antinaturalistes s’apprête à cogner sur Zola, tête de Turc ; au premier rang, le farouche Jean Richepin lève un formidable marteau, Sardou, tête de Turc, habitué de longue date à servir d’enclume, fait bonne contenance, mais Sarah, tête de Turc, tressaille au premier coup décroché par Vitu…

Fig. 9 : Robida, « Grands prix de Paris pour 1880- Courses, concours, luttes et divertissement », in La Caricature, 5 juin 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 1. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.

24Sarcey, Lapommeraye, Wolf, Richepin, quatre critiques très célèbres qui n’hésitent pas à se moquer des théories naturalistes. Ainsi, Jean Richepin a commencé de la sorte un article dans le Gil Blas du 21 avril 1880 :

  • 33 . Richepin Jean, « à l’encre », in Gil Blas, 21 avril 1880.

Il y avait sous l’Empire, les fameux Cinq de l’opposition. La République des lettres n’a désormais plus rien à envier à ce groupisme politique. Nous avons l’opposition des six naturalistes. L’extrême-gauche de l’encrier vient de se constituer d’une façon définitive en publiant le recueil de nouvelles intitulé : Les Soirées de Médan33.

  • 34 . Maupassant Guy (de), « Soirées de Médan. Comment ce livre a été fait », in Le Gaulois, 17 avril 1 (...)

25Quant à Wolf il s’est totalement ridiculisé en donnant crédit à une interview fantaisiste de Guy de Maupassant sur Les Soirées de Médan, publiée dans Le Gaulois du 17 avril 1880. Après avoir narré les siestes consécutives aux repas pantagruéliques à Médan (« Zola mange à lui seul comme trois romanciers ordinaires »), Maupassant décrit Zola discourant devant ses disciples en transes34. Il n’en faut pas davantage pour que le polémiste prenne ce récit au premier degré et publie un article qui en inspirera bien d’autres :

  • 35 . Wolf Albert, « Soirées de Médan », in Le Figaro, 19 avril 1880.

Titre prétentieux et qui semble vouloir indiquer que le joli village entre Poissy et Triel est aussi connu que les capitales européennes. Pour le lecteur de province et de l’étranger, je crois devoir mettre en évidence le village de Médan. Zola y a fait construire une maison de campagne, où, huit mois de l’année, il vit entouré de ses flatteurs ; il passe les autres quatre mois à Paris, en la société des mêmes jeunes gens qui l’appellent « cher maître », en attendant qu’ils le saluent comme Grand Citoyen de Médan35.

  • 36 . Zola Émile, « critique contemporaine », in Le Messager de l’Europe, février 1877.
  • 37 . Bernhardt Sarah, Ma double vie, Paris, Phébus, 2000, p. 322.
  • 38 . Bernhardt Sarah, « Lettre », in Le Figaro, 20 avril 1880.

26De la même manière, Sarcey et Lapommeraye s’attaquent régulièrement à Zola. Sarcey, grand pontife de la critique théâtrale bourgeoise, a dénoncé les mises en scène de L’Assommoir et de Nana, et Lapommeraye donne des conférences sur « le naturalisme au théâtre » peu tendres pour Zola. Celui-ci rend les coups, quand il n’a pas attaqué le premier. N’a-t-il pas, par exemple, dit de Sarcey : « Remarquez que M. Sarcey n’a pas la moindre grâce. La patte chez lui est particulièrement lourde. Il écrase, lorsqu’il veut caresser36. » La caricature de Robida reprend donc les métaphores de la bataille, des coups, dans une atmosphère un peu ridicule de fête foraine. La mise en scène des têtes de turc doit retenir toute notre attention. Ce n’est pas par hasard que Robida a disposé aux côtés de Zola les têtes de Sarah Bernhardt et de Victorien Sardou. Zola vient en effet, tout comme ses confrères, de s’acharner sur les pièces de Sardou. Quant à Sarah Bernhardt, sa présence mérite explication. Dans ma Double vie, l’actrice avouera qu’elle ne fut pas à la hauteur lors de la première de L’Aventurière d’Émile Augier le 17 avril 188037. Mais sur le moment, la fantasque actrice décide d’attribuer totalement son fiasco au directeur de la Comédie française et à la presse, et envoie une lettre de démission qui paraît dans les journaux : « Le résultat de la représentation a dépassé mes prévisions. Un critique a prétendu que j’avais joué Virginie de L’Assommoir au lieu de Dona Clorinde de L’Aventurière. Que Zola et Émile Augier m’absolvent38. » L’actrice a déformé les propos d’Auguste Vitu qui a écrit dans Le Figaro :

  • 39 . Vitu Auguste, in Le Figaro, 18 avril 1880.

Elle a eu, pendant les deux derniers actes, des emportements excessifs de toute manière, d’abord parce qu’ils forçaient sa voix qui n’a de charme que dans le medium, ensuite parce qu’ils l’amenaient à des mouvements de corps et de bras qu’il serait fâcheux d’emprunter à la grande Virginie de L’Assommoir pour les introduire à la Comédie française39.

27Il n’est pas étonnant que Zola, concerné au premier chef par la référence négative à L’Assommoir, commente l’incident. Sa réaction, dans Le Voltaire est éloquente. Pour lui, Sarah Bernhardt a tous les torts et surtout celui de ne pas savoir se montrer crâne :

  • 40 . Zola Émile, in Le Voltaire, 27 avril 1880.

Eh quoi ! madame, vous avez déserté devant une phrase d’un critique dont les arrêts ne peuvent compter ? Vous que l’on dit orgueilleuse, vous avez manqué d’orgueil à ce point ? Mais je vous assure, il en a tué d’autres qui se portent fort bien. C’est quelquefois un honneur d’être attaqué40.

28Mais il fait aussitôt volte-face pour régler son compte aux critiques :

  • 41 . Ibid.

Lorsque vous avez mis une comédienne dans les astres, vous la jetez d’un coup de poing dans l’égout ; et vous vous étonnez que cette machine délicate se détraque41.

29On notera là encore tout le vocabulaire développé autour des coups et de la violence. Terrible ambiguïté de Zola qui se partage entre la fiction et la critique, n’hésite pas à pourfendre certains auteurs alors qu’il a quelques difficultés à admettre les critiques-même s’il professe officiellement qu’elles ne l’affectent pas. Véritable schizophrénie que Robida met magistralement en scène par ce double Zola qui frappe tout ce qui l’entoure, reçoit des coups, tout en flattant sa propre tête. Et pourquoi ne pas y voir le reflet d’une remarque émise par Sarcey ? Après avoir repris les propos de Zola :

  • 42 . Sarcey Francisque, « Théâtre et les préfaces de Zola », in Le Temps, 21 octobre 1878.

On a frappé en moi une formule plutôt qu’un homme. La critique voit grandir devant elle un groupe qui s’agite fort et qui finira par s’imposer. Elle ne veut pas de ce groupe, elle le nie ; car le jour où elle lui reconnaîtrait du talent, elle serait perdue42.

30Sarcey avait commenté :

  • 43 . Ibid.

On reste confondu en lisant ces choses-là. Mais où est-il ce groupe qui s’agite et auquel nous refusons de reconnaître du talent ? Il y a, à la Chambre, des députés qui forment un groupe à eux tout seuls. Zola m’a l’air d’être à la fois un zoliste et un soliste43.

31Zoliste et soliste, c’est bien ce que nous retrouvons dans le dessin de Robida.

32Critiques et caricaturistes se répondent donc dans des allers-retours pleins de finesse et d’érudition, extrêmement attentifs aux nouveautés que constituent pour le champ littéraire fin de siècle les textes polémiques de Zola et ses romans ou pièces de théâtre. Leur connivence est compréhensible car leur métier est proche, dresser en quelques coups de crayon des portraits qui marquent les esprits. Une lecture attentive des œuvres zoliennes montre que l’écrivain a souvent été inspiré - sans doute inconsciemment - par les caricatures qu’on pouvait faire de lui. Cela n’a rien d’étonnant car les artistes collectionnent les articles et dessins que l’on publie sur eux et, tels Sarah Bernhardt, Zola, ou Huysmans, constituent de véritables dossiers. Zola est réputé pour sa capacité à réinvestir ce qu’il a pu lire ou entendre. Ainsi, cinq mois plus tard après les « Têtes de turc » de Robida, publie-t-il une chronique intitulée « Impuissance de la critique », où il déclare :

  • 44 . Zola Émile, « de la critique », in Le Figaro, 9 novembre 1880.

Sous ce furieux assaut de toute la presse, quel est le sort de l’écrivain ? […] C’est évidemment un homme perdu ; il ne saurait sortir en vie d’un tel massacre. Eh bien, nullement : l’écrivain reste souriant et debout. À chaque nouvelle volée de projectiles, de pavés et de poignées de fange, on est stupéfait de le voir gai et fort sous le soleil, sans rien de cassé, sans même rien de sali44.

  • 45 . Gill André, « Zola », in Les Hommes d’aujourd’hui, n ° 4, 1878.
  • 46 . Zola Émile, « statue pour Balzac », in Le Figaro, 6 décembre 1880.

33Autre exemple de cette appropriation : Gill non seulement a raillé les insolences de Zola vis-à-vis de Victor Hugo mais aussi son admiration pour Balzac, le croquant en train de saluer la statue de l’auteur de la Comédie humaine45. Quelques années plus tard, alors qu’une souscription est ouverte pour une statue de Dumas, Zola répond qu’il ne donnera que si l’on pense à édifier une statue pour Balzac46. Cela n’a pas échappé à Pasquin qui reprend la caricature de Gill en l’actualisant et en paraphrasant le romancier. Juché sur ses derniers ouvrages, un petit Zola tire l’oreille de la statue de Balzac et discourt :

  • 47 . Pasquin in L’Assommoir républicain, septembre 1881. Caricature publiée par Grand-Carteret John, (...)

Mesdames et messieurs, vous devez une statue à Balzac, le plus grand génie de la première moitié de ce siècle. L’Histoire a besoin de ce document humain, comme elle aura besoin, après ma mort, de la statue du plus grand génie de la seconde moitié de ce même siècle47.

  • 48 . Barbey d’Aurevilly Jules, in Le Constitutionnel, 29 janvier 1877.

34L’influence de la caricature sur les romans zoliens est très nette tant dans les procédés descriptifs que dans les choix opérés. On a longtemps cru que le pot de chambre, accessoire récurrent dans les charges de Zola, venait de la publication de Pot-Bouille. Il n’en est rien. Le pot de chambre paraît avant ce roman, sans doute inspiré aux caricaturistes par les déclarations des critiques comme celle de Barbey d’Aurevilly qui avait intronisé Zola « Michel-Ange de la crotte48 ».

  • 49 . Sandras-Fraysse Agnès, « le pot de Zola “ bouille ” », in Humoresques, n ° 22, « scatologiques », (...)

35Zola, vivant mal les attaques contre Nana et L’Assommoir, décide subitement d’écrire un roman qui n’était pas prévu dans la liste initiale, et met en scène le vase clos (la pot-bouille) des turpitudes de la bourgeoisie. Les caricaturistes ajoutent alors sur le pot de chambre l’indication « pot-bouille49 ». Les liens entre caricature, critique et littérature sont décidément très étroits, et la subtilité de leurs intrications pose toute la question du rapport de force entre mots et images, de la réception et de la transformation-voire d’un inépuisable recyclage-des procédés picturaux et littéraires.

Notas

1 . Grand-Carteret John, Zola en images, Paris, Félix Juven, 1907.

2 . Grand-Carteret John, L’Affaire Dreyfus et l’image, Paris, Flammarion, 1898.

3 . Tillier Bertrand, « écriture de la caricature : John Grand-Carteret et “ Zola en images” », in Ridiculosa, n ° 5, « Grand-Carteret », 1998.

4 . Henry Céard s’éloigne définitivement de Zola au moment de l’Affaire Dreyfus mais leur amitié était déjà sur le déclin : Céard n’avait pas goûté le rôle que Zola lui avait fait tenir dans sa liaison avec Jeanne Rozerot et semblait souffrir de plus en plus d’être perçu par la presse antinaturaliste comme un « disciple ». Il fait don de sa collection au musée Carnavalet en juin 1899.

5 . Carel Alfred, Biographies contemporaines, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880.

6 . Zola Émile, « Victor Hugo », in Le Figaro, 2 novembre 1880.

7 . Ibid.

8 . Gill André, « le naturaliste empaillé par lui-même », in La Mascarade, 25 novembre 1880.

9 . La légende de la « d’Alcibiade » (1842) par Daumier est la suivante : « dandy rutilant auréolé de fleurs, Si crânement galbé dans sa prestance riche
Voulant faire un beau jour la queue à ses blagueurs,
Coupa celle de son caniche. »
On lira avec profit Loicq-Berger Marie-Paule, « Survie d’un lion : Alcibiade » in Folia Electronica Classica, n°10, juillet 2005.

10 . Perret Paul, « queue de M. Zola », in Le Moniteur universel, 11 mars 1879.

11 . Ibid.

12 . Gill André, « confrères », in La Lune Rousse, 23 novembre 1879.

13 . Crafty, « La grande fête organisée par la Vie parisienne au profit des inondés de l’amour et du hasard », in La Vie parisienne, 13 décembre 1879. Illustration n ° 3.

14 . « Flaubert comme Maupassant ont bien vu les implications de ce titre. Flaubert le juge « stupide », Maupassant « et dangereux » » ; « Les Soirées de Médan », in Le Dictionnaire d’Émile Zola, Becker Colette, Gourdin-Serveniere Gina et Lavielle Véronique, Paris, 1993. Le « de Médan » a été analysé par Pages Alain, in Les Cahiers naturalistes, n ° 55, 1981.

15 . Sapek, « La haute école de M. Zola », in Le Tout-Paris, 30 mai 1880. Voir illustration n ° 4.

16 . Tillier Bertrand, Cochon de Zola ! ou les infortunes caricaturales d’un écrivain engagé, Biarritz, Séguier, 1998.

17 . Roubaud Benjamin, Le Grand chemin de la postérité, lithographie publiée par la Maison Aubert vers 1840.

18 . Sandras-Fraysse Agnès, « queue du Maître de Médan : naissance en mots et en images de la légende des disciples zoliens », in Plaisance, numéro spécial « de Zola au début du xxie siècle », 2007.

19 . Pépin, « Réception de M. Pierre Loti et de ses poupées, à l’Académie française », in Le Grelot, 27 avril 1892.

20 . Lacour Léopold, « Loti », in Gil Blas, 7 avril 1892.

21 . Loti Pierre, Discours de réception prononcé dans la séance publique le 7 avril 1892, Palais de L’institut. Site de l’Académie française : www.academie-francaise.fr [consulté le 10/12/2006].

22 . Mézières Alfred, Réponse au discours de M. Pierre Loti, 7 avril 1892, Palais de L’institut. Site de l’Académie française : www.academie-francaise.fr [consulté le 10/12/2006].

23 . Rodenbach Georges, «’académicien de demain », in Le Gaulois, 6 avril 1892.

24 . Dayot Armand, « femmes de Loti », in Le Figaro, 7 avril 1892.

25 . Loti Pierre, Madame Chrysanthème, Vercier Bruno (éd.), Paris, Flammarion, 1990, p. 1.

26 . Ibid., p. 70.

27 . Ibid., p. 77.

28 . Ibid., p. 82.

29 . Ibid., p. 96.

30 . Lacour Léopold, « la coupole. Réception de Pierre Loti », in Gil Blas, 9 avril 1892.

31 . Pelca G., « française », in Le Gaulois, 8 avril 1892.

32 . Ibid.

33 . Richepin Jean, « à l’encre », in Gil Blas, 21 avril 1880.

34 . Maupassant Guy (de), « Soirées de Médan. Comment ce livre a été fait », in Le Gaulois, 17 avril 1880.

35 . Wolf Albert, « Soirées de Médan », in Le Figaro, 19 avril 1880.

36 . Zola Émile, « critique contemporaine », in Le Messager de l’Europe, février 1877.

37 . Bernhardt Sarah, Ma double vie, Paris, Phébus, 2000, p. 322.

38 . Bernhardt Sarah, « Lettre », in Le Figaro, 20 avril 1880.

39 . Vitu Auguste, in Le Figaro, 18 avril 1880.

40 . Zola Émile, in Le Voltaire, 27 avril 1880.

41 . Ibid.

42 . Sarcey Francisque, « Théâtre et les préfaces de Zola », in Le Temps, 21 octobre 1878.

43 . Ibid.

44 . Zola Émile, « de la critique », in Le Figaro, 9 novembre 1880.

45 . Gill André, « Zola », in Les Hommes d’aujourd’hui, n ° 4, 1878.

46 . Zola Émile, « statue pour Balzac », in Le Figaro, 6 décembre 1880.

47 . Pasquin in L’Assommoir républicain, septembre 1881. Caricature publiée par Grand-Carteret John, Zola en images, Paris, Félix Juven, 1907.

48 . Barbey d’Aurevilly Jules, in Le Constitutionnel, 29 janvier 1877.

49 . Sandras-Fraysse Agnès, « le pot de Zola “ bouille ” », in Humoresques, n ° 22, « scatologiques », 2005.

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. 1 : Hope, caricature d’Émile Zola in Les Biographies contemporaines d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 752k
Leyenda Fig. 2 : Hope, illustration de la couverture des Biographies contemporaines d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 644k
Leyenda Fig. 3 : Hope, caricature de Victor Hugo in Les Biographies contemporaines d’Alfred Carel, Capiomont aîné, Calvet & Cie, novembre 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 516k
Leyenda Fig. 4 : Gill André, « Les lundis du Figaro. Ou le naturaliste empaillé par lui-même » in La Mascarade, 25 nov. 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 643k
Leyenda Fig. 5 : Gill André, « Loisirs naturalistes », in La Petite Lune, 1879. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 346k
Leyenda Fig. 6 : Sapeck, « La Haute école de M. Zola », in Tout-Paris, 30 mai 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 5. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 344k
Leyenda Fig. 7 : Crafty, « La grande fête organisée par la Vie parisienne au profit des inondés de l’amour et du hasard », in La Vie parisienne, 13 décembre 1879. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 3. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 1,3M
Leyenda Fig. 8 : Pépin, « Réception de M. Pierre Loti et de ses poupées, à l’Académie française », in Le Grelot, 27 avril 1892. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 494k
Leyenda Fig. 9 : Robida, « Grands prix de Paris pour 1880- Courses, concours, luttes et divertissement », in La Caricature, 5 juin 1880. Fonds Céard du Cabinet des Estampes, Musée Carnavalet, Carton 1. Cliché Agnès Sandras-Fraysse.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2235/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 1,5M

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540