Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art de la caricature

 | 
Ségolène Le Men

La caricature au sein de l’historiographie de l’histoire de l’art

Viollet-le-Duc ou la caricature au cour du style

Sarah Linford

Texte intégral

1« Il y a le style ; il y a les styles. » Ainsi commence l’un des articles phares du Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, d’Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc. L’article sur le style paraît dans le huitième tome, en 1868, quatorze ans après la publication du premier. Article de maturité, il constitue un condensé de la pensée de Viollet-le-Duc et révèle certaines clefs de voûte de son système.

2« Les styles sont les caractères qui font distinguer entre elles les écoles, les époques » poursuit Violletle-Ducle-Duc. Nous parlons ainsi du style grec, romain, byzantin, roman ou gothique, mais il s’agirait là d’un abus de langage. Violletle-Duc aurait préféré en ce sens le mot « forme » : il ne conviendrait donc pas d’évoquer le style gothique mais la forme gothique, par exemple.

3Que serait alors le style ? Viollet-le-Duc se ferait-il ici l’apôtre d’un style universel, voire d’un canon académique ? Au contraire, l’auteur du Dictionnaire raisonné connaît fort bien la querelle du réalisme, dans laquelle il s’engage à sa façon, notamment par sa critique notoire de l’enseignement à l’École des beaux-arts. Ce parti pris est encore plus appuyé dans les articles tardifs comme celui, capital, sur le style.

  • 1 . Viollet-le-Duc Eugène-Emmanuel, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe (...)
  • 2 . Seule la charge est capable à la fois de rappeler les « traits matériels » et la « physionomie » (...)

4Qu’est donc le style pour Viollet-le-Duc ? Voici la seule définition positive qu’en donne l’article éponyme : « C’est, dans une œuvre d’art, la manifestation d’un idéal établi sur un principe1. » Néanmoins, au lieu de préciser la nature de l’idéal invoqué, Viollet-le-Duc brouille aussitôt cette définition en scindant le concept de style en deux moitiés dont il n’articule pas les rapports. Il distingue le style relatif, inféodé à la fonction de l’objet, du style absolu, qui domine l’ensemble de la conception artistique de l’objet. Sève de l’œuvre d’art selon la conception vitaliste de Viollet-le-Duc, le style serait aussi un langage commun au créateur et à son public : à la fois trace de la fabrication de l’objet et de l’attitude de son auteur. Mais Viollet-le-Duc tient à ce que le style soit une catégorie universelle et indépendante, et non variable selon l’artiste ou ses matériaux. Qu’est-ce donc que le style, le vrai style ? En guise de réponse, Viollet-le-Duc fait l’éloge de la charge2. La question du style selon Viollet-le-Duc passe donc nécessairement par celle de la charge, qu’il comprend ici comme une des formes de la caricature. Qu’entend-il par caricature ? Quelle est sa valeur, sa fonction ?

5Viollet-le-Duc s’est intéressé à la caricature en praticien, en amateur, en lecteur critique de Champfleury et, enfin, en théoricien ou, du moins, en ce qu’il théorise la caricature comme bon dessin, comme dessin intelligent ou dessin raisonné. Ce sont ces quatre visages de la caricature pour Viollet-le-Duc qui permettent de comprendre son importance, en particulier pour la notion de style.

  • 3 . Voir la lettre à son père, reproduite page 42, dans le catalogue d’exposition Viollet-Le-Duc. 181 (...)

6Viollet-le-Duc était lui-même un caricaturiste doué. Dans un environnement familial friand de caricatures, il ne se privait pas de croquer son entourage, à la mine de plomb, au crayon, à la plume, ou encore à l’aquarelle. Il se charge tout autant lui-même, s’appuyant sur un chat ou dessinant les monuments florentins lors de son premier voyage en Italie3, ce voyage crucial qui le rallia définitivement à l’architecture. Claude Sauvageot dresse le portrait de son maître et ami en dessinateur et caricaturiste constant :

  • 4 . Sauvageot Claude, élève et ami de Viollet-le-Duc dans Viollet-le-Duc et son œuvre dessiné, Paris, (...)

Toujours armé d’un crayon, il cessait rarement de dessiner. Dessiner ! C’était se procurer un plaisir certain, et jamais la recette ne lui fit défaut. Lorsqu’il n’avait plus sous les yeux un site, un motif, ou un objet quel- conque qui valussent la peine d’être reproduits, il les traçait de mémoire, ou bien il faisait la charge de ses compagnons de route. avec une facilité et une promptitude difficiles à imaginer. Un grand nombre des amis de Viollet-le-Duc ont eu la bonne fortune d’être chargés par lui ; et ceux-là qu’il a exécutés ainsi conservent précieusement ces souvenirs de bonne amitié et de franche gaieté, si simplement improvisés4.

7À l’image de cet autoportrait entre son épouse et sa belle-mère, la plupart des caricatures de Viollet-le-Duc relèvent de la mise en évidence de la chose singulière, du trait ou fait marquant par le biais d’un dessin relativement simplifié. Dans la tradition des physionomistes, il met en évidence la charpente des visages afin d’en faire ressortir les traits saillants et l’expression, qu’il complète par une attitude corporelle éloquente. Ici comme toujours, son épouse, dite « la mouche », arbore une attitude sévère qui indiquerait la rigueur de son tempérament, l’exigence de son caractère étant tout entier présent dans ce coup d’oil intransigeant auquel rien ni personne ne semble échapper, au risque de se faire transpercer, peut-être, par un méchant nez. La rigidité de sa pose et le contraste avec l’attitude benoîtement conciliante de Viollet-le-Duc ne font qu’accentuer cette impression de sévérité de tempérament.

8La caricature que pratique Viollet-le-Duc est une écriture de la concision et de l’idée, centrée sur des personnes, sur leur apparence et leur caractère. Il ne s’agit pas, ou très peu, de comique de situation, de mours, ni de charge politiquement engagée. Ses caricatures n’ont pas pour fin de tourner en dérision les nouveaux codes sociaux et les contradictions politiques de la France de Louis-Philippe, de Napoléon III ou encore de Gambetta. D’ailleurs, Viollet-le-Duc semble avoir fait un usage strictement privé, domestique, de ce genre de dessin humoristique. Dans les dessins de Viollet-le-Duc, la caricature est un moyen bref de communiquer-certes avec humour-une idée, un trait, une fonction.

9Cela n’empêchait aucunement Violletle-Ducle-Duc d’apprécier certains de ses contemporains qui épinglaient les faiblesses de l’époque. De Gavarni, Violletle-Duc pense qu’il « nous a fait sonder avec son crayon et un esprit plus philosophique peut-être, les profondeurs de la société parisienne que Balzac tentait d’éclairer dans ses romans ». La force de l’auteur des Lorettes et des Baliverneries parisiennes est dans sa « touche juste », capable de révéler les rouages, l’ossature même de la société contemporaine ; ses caricatures, tout en étant drôles, dévoilent intelligemment une structure sociale ou un élément type de la société.

  • 5 . Viollet-le-Duc, « L’œuvre de Daumier » (compte rendu à l’occasion de son exposition chez Durand-R (...)

10Parmi ses caricaturistes préférés, aux côtés de Gavarni, Viollet-le-Duc plaçait Daumier. Dans l’article qu’il lui consacre à l’occasion de son exposition chez Durand-Ruel en 18795, Viollet-le-Duc estime que le « côté caricature » de Daumier « fait songer plutôt qu’il ne fait rire » et ce non seulement dans ses portraits-charges de notables, mais aussi lorsqu’il brocarde les inégalités sociales accrues par la modernité technologique, comme dans sa scène des Voyageurs de 3e classe, complètement gelés de la série sur les Chemins de fer. Le génie de Daumier est de faire du rire le signe de la reconnaissance d’un mécanisme social ou psychologique.

  • 6 . Ibid.

11Ces bons caricaturistes se distinguent de l’humour creux d’Edme Pigal, par exemple, pour lequel le graveleux est souvent une fin en soi que n’apprécie pas Viollet-le-Duc, ou encore de Grandville, pourtant excellent dessinateur, mais dont la fantaisie ne convient ni à l’humour ni à la raison de l’auteur du Dictionnaire raisonné. Il n’y a donc pas de sujet proscrit pour la caricature, mais de bonnes et de mauvaises manières d’en faire : ainsi, le « laid » trouve grâce aux yeux de Viollet-le-Duc quand c’est Daumier qui s’en sert, car il atteint souvent chez lui la « grandeur6 ».

12Les idées de Viollet-le-Duc sur le laid, et en particulier dans son rapport à la caricature, ont d’autant plus d’importance qu’elles se situent au cour de la querelle du réalisme et qu’elles se distinguent nettement de celles de son contemporain Champfleury.

  • 7 . Viollet-le-Duc, « Histoire de la caricature au Moyen Âge par M. Champfleury », in L’Encyclopédie (...)
  • 8 . Champfleury, Histoire de la caricature au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Éditions Dentu (...)

13Avec son Histoire de la caricature antique, son Histoire de la caricature au Moyen Âge et sous la Renaissance – dont Viollet-le-Duc publie un compte rendu critique en 18737 – et son Histoire de la caricature à l’âge moderne8, Champfleury recense et théorise la caricature, qu’il enrôle dans sa défense du réalisme.

  • 9 . Afin de trouver une armature esthétique pour la caricature, Champfleury s’appuie ici sur l’étonna (...)

14Dans la Caricature antique, Champfleury passe en revue toutes les représentations humoristiques visuelles (et même parfois textuelles) – satires, charges, grotesques, bouffonneries, etc. – et les mobilise contre les canons de l’Académie. Champfleury fait d’emblée le lien entre la caricature, le laid et le combat pour le réalisme en revendiquant le droit à représenter le laid. Il reprend la distinction que fait Aristote entre montrer les hommes meilleurs qu’ils sont, semblables aux communs des mortels, ou « pires », ce dernier cas délimitant le domaine de la caricature9. Ainsi le laid, la satire, le grotesque font valoir leur droit contre le Beau idéal :

  • 10 . Champfleury, Histoire de la caricature antique, Paris, Éditions Dentu, 1867, p. 34-35.

Voilà la caricature, écrit Champfleury, qui, au besoin prête main-forte à la Réalité pour combattre l’idéal, alliés qui s’entendent et se réunissent contre l’ennemi commun10.

15La caricature est le registre d’expression propre du laid, et Champfleury en a une conception assez large puisqu’elle recouvre aussi bien le grotesque que la satire ou la charge ; une importante différence qui sépare déjà Champfleury de Viollet-le-Duc.

16Pour Viollet-le-Duc, le grotesque n’est pas caricature, pas plus que ne l’est la satire. S’il partage certaines idées avec Champfleury, notamment le rejet de la beauté canonique (c’est-à-dire de la primauté de la forme extérieure sur le principe), l’idée que le vrai n’est pas toujours vraisemblable, ou encore que la caricature est un art populaire, Viollet-le-Duc n’est d’accord avec Champfleury ni sur la définition ni sur la fonction de la caricature. Pour Champfleury la caricature est avant tout un écart par rapport à une norme ou un canon ; pour Viollet-le-Duc, son intérêt ne relève pas de son rapport à un type idéal mais de la possibilité expressive de révéler le principe de la chose ou de la personne caricaturée. Par conséquent, si la caricature participe pour Champfleury de l’éducation par les images, et en particulier par l’imagerie populaire, pour Viollet-le-Duc elle relève surtout de l’éducation par le dessin, et en premier lieu de l’éducation du dessinateur lui-même, qui doit apprendre à observer puis à exprimer en quelques traits une individualité.

  • 11 . Viollet-le-Duc regrette que Champfleury mélange caricature, satire et symbolisme, comme il l’expl (...)
  • 12 . Cela vaut également pour les gargouilles, très chères à Viollet-le-Duc, qui les met au goût du jo (...)
  • 13 . Pour Champfleury, c’est l’inverse ; ainsi, dans son Histoire de la caricature antique il examine (...)

17Pour diplomate qu’il soit, le compte-rendu critique que fait Viollet-le-Duc de l’Histoire de la caricature au Moyen Âge fait état de ces divergences11. D’une part, Viollet-le-Duc ne fait que peu de cas de l’usage public ou politique de la caricature, si ce n’est pour son origine supposée anticléricale à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. À la différence de Champfleury, il date la naissance de la caricature de cette époque. Champfleury aurait tort de qualifier les figurations humoristiques antérieures de caricatures ; de même, les personnages des chapiteaux de Vézelay, caricatures pour Champfleury, ne sont pour ViolletDucleDuc que des figures symboliques monstrueuses12. La caricature n’est pas que déformation humoristique, elle a toujours en outre une part de raison, une idée caractéristique. L’exagération, même grotesque, ne suffit pas à ce qu’il y ait caricature13 ; il faut que cette exagération soit signifiante par rapport à un trait de caractère ou à la raison d’être de l’individu ou de la chose caricaturée et non seulement par rapport à des critères de beauté. La caricature se doit d’être communicative ou révélatrice de l’idée que cachent les accidents de l’apparence : structure dévoilée, débarrassée de son enveloppe de pierre, d’écorce ou de chair sur un mode immédiat et dans un registre humoristique.

18Ainsi conçue, la caricature se rapproche étroitement du dessin analytique ; pour l’auteur du Dictionnaire la caricature semble être un dessin intelligent, un dessin raisonné. Comprise comme étant le plus simple d’entre eux, la caricature serait même à l’origine du bon dessin. Il ne suffit évidemment pas de l’affirmer ; heureusement, Viollet-le-Duc a consacré son ultime ouvrage à cette idée.

  • 14 . Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, Paris, Hetzel, 1885. Ses idées sur l’éducation (...)
  • 15 . Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, op. cit., p. 7.
  • 16 . Ibid., p. 9.
  • 17 . Ibid.
  • 18 . Ibid.
  • 19 . L’idée de Viollet-le-Duc rejoint ici jusqu’à un certain point celle de Victor Hugo qui prisait da (...)

19Avec Comment on devient un dessinateur Viollet-le-Duc signe un livrenifestemanifeste sur l’enseignement du dessin animé par une pédagogie singulièrement en avance sur son temps14. Voici l’histoire du petit Jean, modeste fils de jardinier, découvert par l’alter ego de Viollet-le-Duc, Monsieur Majorin, grâce à ce croquis d’origine humoristique [Fig. 1]. Jean déclare avoir vu un chat « l’air drôle, si drôle » ; mais plutôt que de rire et de l’effrayer, il choisit de bien le regarder et de le dessiner15, Jean « voit un chat dans une certaine attitude qui le frappe, il saisit les linéaments principaux qui caractérisent cette attitude. Son oil a saisi en quelques secondes les traits généraux, la physionomie de l’animal, et sa main malhabile a rendu ce que ses yeux avaient communiqué à son entendement16. » La distinction entre l’intelligence visuelle de l’enfant et sa maladresse technique est faite. Jean est d’abord et avant tout un bon observateur, et ce don a été préservé d’« un tas de mauvaises images prétendant représenter des chats complets17 », dans le cadre de cours classiques de dessin dispensés aux Beaux-Arts qui auraient perverti les « qualités naturelles18 » de l’enfant19.

Fig. 1 : Dessin de petit Jean, E. Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.

20La bonne éducation du dessinateur est toute autre :

  • 20 . Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, op. cit., p. 21-22.

Quand tu vois une chose, un meuble, un outil, une maison, il faut te demander comment cette chose s’est faite, avec quoi et pourquoi, et tâcher par toi-même de le deviner, ou, si tu ne peux le deviner, demander à ceux qui le savent. Quand tu vois une bête, petite ou grosse, un insecte, un oiseau, un mouton, un cheval, il faut te demander comment ces animaux s’y prennent pour marcher, pour se défendre, pour se nourrir, pour voler. Quand tu vois une plante, il faut te demander comment elle sort de terre, comment elle pousse, bien regarder comme s’attachent les feuilles, les fleurs, les fruits20.

21Le principe que doit rendre le bon dessinateur est donc tout sauf une idée générale ou une convention ; il s’agit d’un principe organisateur et matériel.

Fig. 2 et 3 : Feuille de vigne et Feuille de figuier, E. Viollet-Le-Dux, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.

  • 21 . Ibid.
  • 22 . Ibid., p. 32. Voir Baridon Laurent, L’Imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris, L’Harmatt (...)
  • 23 . Voir Bressani Martin, « Opposition et équilibre : le rationalisme organique de Viollet-le-Duc », (...)

22Le maître termine ainsi son exorde à Jean : « Mais avant tout, et pour procéder avec méthode il faut que tu saches un peu de géométrie21. » La géométrie des formes naturelles [Fig. 2 et 3] permet de comprendre et d’exprimer ce principe fonctionnel qui est particulièrement mis en évidence par des comparaisons de type anatomistes, sujet si bien étudié par Laurent Baridon22. La règle logique ou structure d’un élément ou d’un ensemble d’éléments s’étudie débarrassée de son enveloppe charnelle, telle une ossature ou une charpente dénudée, dégagée de ses façades, de ses gangues de stuc ou de brique [Fig. 4, cicontre]. Le bon dessin doit en effet emprunter au schéma géométrique une fonction heuristique, la mise à jour de la fonction ou de la structure [Fig. 5, ci-contre], comme le fait le plan, la coupe et surtout, comme l’a démontré Martin Bressani23, comme le fait la perspective éclatée dans le Dictionnaire raisonné.

23Selon le mot d’ordre de Comment on devient un dessinateur, « voir, c’est savoir » et la première étape de l’apprentissage du bon dessin, selon ViolletDucleDuc parlant par la bouche de Majorin, reste le dessin caricatural du petit Jean. Le thème du chat n’est pas choisi au hasard : Viollet-le-Duc en a croqué des centaines, dans ses lettres, en marge de ses notes, même dans ses reconstructions historiques. Tel est le cas des chats de lucarne de Pierrefonds que Champfleury lui demande en mars 1869 lorsqu’il publie Les Chats : histoire-mœurs-observations-anecdotes. Viollet-le-Duc lui enverra les dessins de trente-deux chats dans seize lucarnes, Champfleury reproduira un comique félin ayant pour devise « Libertas sine labore », dont on devine, à la manière de ces autres études, le croquis premier proche, lui, du petit chat de Jean.

Fig. 4 : La Main de l’homme, squelette, E. Viollet-Le-Dux, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.

  • 24 . Viollet-le-Duc, « Histoire de la caricature au Moyen Âge par M. Champfleury », op. cit., p. 39.

24Si l’on accepte l’idée que l’enfant, comme le peuple, peut faire preuve d’une intelligence visuelle spontanée, nous pouvons mesurer pleinement la portée de la définition de la caricature qui clôture le compte rendu de la Caricature au Moyen Âge : « la caricature est l’ultime ratio de l’esprit populaire24 ». Le premier pas dans la voie du dessin raisonné serait la caricature, et le caricaturiste serait le pendant populaire de la figure savante du dessinateur géomètre, emblème de Comment on devient un dessinateur et du dessinateur-géomètre-bâtisseur du Dictionnaire raisonné – deux figures dont les traits semblent bien être ceux de Viollet-le-Duc.

Fig. 5 : Composition, une table, E. Viollet-Le-Dux, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.

  • 25 . Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné, op. cit., article « Style », p. 478 : «’est, dans une œuvr (...)
  • 26 . Viollet-le-Duc résume cette idée en expliquant, p. 480, que le style est à l’œuvre d’art ce que l (...)
  • 27 . Viollet-le-Duc, « Histoire de la caricature au Moyen Âge par M. Champfleury », op. cit., p. 39.
  • 28 . « Il est tout simple que chez les civilisations primitives, tout ce qui émane de l’homme ait le s (...)

25Revenons à la question du style, dont le dessin intelligent serait le cour. En quoi la caricature aidet-elle à comprendre la notion de style selon la définition positive qu’en donne Viollet-le-Duc25 ? En plus d’être une force vitale26, le style s’avère être à l’œuvre d’art ce que la fonction est à l’élément archi- tectural ou à l’organe. Le style permet de poser un équivalent du fonctionnalisme pour l’œuvre d’art comprise comme objet sans utilité, sans finalité pratique. Il y a là une aporie, ou du moins un oxymore, que la caricature permet de dissiper : en tant que dessin raisonné universellement compréhensible, la caricature peut – dans le domaine spécifique des arts mimétiques – substituer à la fonction ou à la rationalité pratique du bâtisseur une raison visuelle pure, anhistorique et spontanée. En d’autres termes, la caricature peut déceler ce que les arts mimétiques offrent de comparable à la structure constructive en architecture : la raison ou principe de la chose, son essence exprimée en quelques traits. À ce titre, la caricature, en tant que dessin intelligent, relève de « l’ultime ratio de l’esprit populaire dans toutes les civilisations27 », c’est-à-dire d’une rationalité primitive qui est au cour même du style28. La caricature permettrait ainsi d’exprimer, sur un mode humoristique et universellement compréhensible, une rationalité primitive et universelle dans les arts mimétiques.

Notes

1 . Viollet-le-Duc Eugène-Emmanuel, Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, Paris, B. Bance (A. Morel), 1854-1868, 10 vol., vol. 8, p. 478.

2 . Seule la charge est capable à la fois de rappeler les « traits matériels » et la « physionomie » d’un sujet mais aussi « ses façons d’être, son esprit. », et ainsi, seul parmi les portraitistes, l’auteur de la charge caricaturale « possède du style ». Arrivé à ce point dans son argument, Viollet-le-Duc réitère sa définition du style : « Le style est la manifestation d’un idéal établi sur un principe » et, expliquant brièvement la notion d’idéal comme processus d’épuration du contingent : « Une charge, si elle est bonne, a toujours du style. », « Le Style », in Dictionnaire raisonné, op. cit., p. 479.

3 . Voir la lettre à son père, reproduite page 42, dans le catalogue d’exposition Viollet-Le-Duc. 1814-1879, Foucart Bruno (dir.), Direction du patrimoine et caisse nationale des monuments historiques et des sites, Catalogue d’exposition Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 19 février-5 mai 1980, Paris, Réunion des musées nationaux, 1980.

4 . Sauvageot Claude, élève et ami de Viollet-le-Duc dans Viollet-le-Duc et son œuvre dessiné, Paris, A. Morel, 1880, p. 160.

5 . Viollet-le-Duc, « L’œuvre de Daumier » (compte rendu à l’occasion de son exposition chez Durand-Ruel), in Le XIXe siècle, 17 mai 1879.

6 . Ibid.

7 . Viollet-le-Duc, « Histoire de la caricature au Moyen Âge par M. Champfleury », in L’Encyclopédie d’architecture, 2e série, vol. 1, 1872, p. 35-39.

8 . Champfleury, Histoire de la caricature au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Éditions Dentu, 1875 ; Histoire de la caricature moderne, Paris, Éditions Dentu, 1865.

9 . Afin de trouver une armature esthétique pour la caricature, Champfleury s’appuie ici sur l’étonnante définition de Wieland, selon laquelle, dans la Politique d’Aristote, le mot χειρουζ ne peut « être traduit que par le mot caricature » (p. xv) ; alors que ce terme ne signifie que degré inférieur, plus faible, plus pauvre.

10 . Champfleury, Histoire de la caricature antique, Paris, Éditions Dentu, 1867, p. 34-35.

11 . Viollet-le-Duc regrette que Champfleury mélange caricature, satire et symbolisme, comme il l’explique très clairement p. 38 de son compte rendu et il souligne l’absence d’analyse du contexte historique et social, ainsi que la trop large part accordée par Champfleury aux individualités.

12 . Cela vaut également pour les gargouilles, très chères à Viollet-le-Duc, qui les met au goût du jour pendant la restauration de Notre-Dame de Paris. Comme l’attestent l’article « Gargouille » et les illustrations qui l’accompagnent dans le Dictionnaire raisonné, ce n’est pas leur aspect grotesque qui retient son attention mais l’évolution temporelle des rapports entre forme et fonction.

13 . Pour Champfleury, c’est l’inverse ; ainsi, dans son Histoire de la caricature antique il examine les satires de Pauson, maître dans l’art de « l’exagération de la laideur et de la difformité », op. cit., p. 36-37.

14 . Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, Paris, Hetzel, 1885. Ses idées sur l’éducation forment un autre sujet qui n’a pas été étudié de manière systématique. Voir aussi Viollet-le-Duc, « Conférence de M. Viollet-le-Duc sur l’enseignement des arts du dessin au Palais de l’Industrie, le 19 octobre 1876 », in Gazette des Architectes et du Bâtiment, XII, 1876, p. 193-196 (Pour l’Union centrale des Beaux-Arts appliqués à l’industrie. Tiré à part A. Pougin, s. d.).

15 . Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, op. cit., p. 7.

16 . Ibid., p. 9.

17 . Ibid.

18 . Ibid.

19 . L’idée de Viollet-le-Duc rejoint ici jusqu’à un certain point celle de Victor Hugo qui prisait dans ses propres caricatures « un langage un peu naïf, un peu gauche » ; lettre du 29 avril 1860 citée par Pierre Georgel, « Dessins de Victor Hugo dans les collections publiques françaises », in Revue du Louvre et des Musées de France, XXI, 4-5 (1971), p. 251.

20 . Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, op. cit., p. 21-22.

21 . Ibid.

22 . Ibid., p. 32. Voir Baridon Laurent, L’Imaginaire scientifique de Viollet-le-Duc, Paris, L’Harmattan, 1996 et, du même auteur, « Anatomie comparée et pensée évolutionniste dans la théorie et la pratique architecturales de Viollet-le-Duc », in L’Architecture, les sciences et la culture de l’histoire au XIXe siècle, 2001, p. 73-81.

23 . Voir Bressani Martin, « Opposition et équilibre : le rationalisme organique de Viollet-le-Duc », in Revue de l’art, 1996, 2, n ° 112, p. 28-37.

24 . Viollet-le-Duc, « Histoire de la caricature au Moyen Âge par M. Champfleury », op. cit., p. 39.

25 . Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné, op. cit., article « Style », p. 478 : «’est, dans une œuvre d’art, la manifestation d’un idéal établi sur un principe… »

26 . Viollet-le-Duc résume cette idée en expliquant, p. 480, que le style est à l’œuvre d’art ce que le « sang est pour le corps humain, il le développe, il le nourrit, lui donne la force, la santé, la durée… »

27 . Viollet-le-Duc, « Histoire de la caricature au Moyen Âge par M. Champfleury », op. cit., p. 39.

28 . « Il est tout simple que chez les civilisations primitives, tout ce qui émane de l’homme ait le style : religion, costumes, mours, vêtements, s’imprègnent de cette saveur empruntée aux observations les plus naïves et les plus directes », lit-on dans l’article « Style » du Dictionnaire raisonné, p. 491.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Dessin de petit Jean, E. Viollet-le-Duc, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2222/img-1.jpg
Fichier image/, 79k
Légende Fig. 2 et 3 : Feuille de vigne et Feuille de figuier, E. Viollet-Le-Dux, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2222/img-2.jpg
Fichier image/, 335k
Légende Fig. 4 : La Main de l’homme, squelette, E. Viollet-Le-Dux, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2222/img-3.jpg
Fichier image/, 360k
Légende Fig. 5 : Composition, une table, E. Viollet-Le-Dux, Comment on devient un dessinateur, Paris, J. Hetzel, 1885.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2222/img-4.jpg
Fichier image/, 251k

Auteur

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540