Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’art de la caricature

 | 
Ségolène Le Men

La caricature s’affirmant comme art

Caricatures ou « carcasses » ? Les portraits ambigus d’André Rouveyre (1900-1910)

Bertrand Tillier

Texte intégral

  • 1 . Sur André Rouveyre (1879-1962), voir la thèse de Coquio Catherine, La Morale des lignes, André Ro (...)
  • 2 . Mercure de France, n° 347, 15 décembre 1911, p. 465.
  • 3 . Rouveyre André, Visages des contemporains, portraits dessinés sur le vif, Paris, Mercure de Franc (...)
  • 4 . BHVP, fonds Rouveyre, n° 127-131.
  • 5 . Voir le dossier conservé à la BHVP, fonds Rouveyre, n° 127.

1En 1920, Jane Catulle-Mendès intenta un procès au dessinateur André Rouveyre1, considérant que le portrait qu’il avait publié d’elle dans le Mercure de France2, et repris dans son recueil Visages des contemporains3, était une image outrageante [Fig. 1]. Dans les dossiers constitués en marge de ce différend, qui sont conservés à la BHVP4, on comprend au travers des argumentaires, des réquisitoires et des déclarations de la plaignante, que la poétesse s’était sentie offensée, insultée, souillée et blessée par l’image inclassable que lui avait consacrée le dessinateur, qu’elle suspectait de misogynie. Surtout Jane Catulle-Mendès ne sut comment elle devait comprendre et qualifier cette représentation enlaidie et défigurée de ses traits : était-ce un portrait, comme le prétendait son auteur ? N’était-ce pas plutôt un portrait-charge ou une caricature, comme elle le croyait ? Et que fallait-il penser de la « carcasse », selon le terme tout aussi ambigu qu’employait le dessinateur ? Pour corser un peu plus l’affaire et semer le trouble, Rouveyre sollicita le soutien de quelques femmes de lettres contemporaines qui lui avaient aussi tenu lieu de modèles : Colette, Rachilde, Gyp ou Natalie Clifford Barney. Toutes attestèrent qu’elles ne s’étaient pas senties humiliées par le portrait qu’elles avaient inspiré au dessinateur5, contrariant ainsi la réaction de Jane Catulle-Mendès.

Fig. 1 : André Rouveyre, « Jane Catulle-Mendès », 1911. Droits réservés.

  • 6 . Pluet-Despatin Jacqueline, Leymarie Michel et Mollier Jean-Yves (dir.), La Belle Époque des revue (...)
  • 7 . Sur l’histoire de cette revue, on consultera la thèse de Lesage Claire, Le Mercure de France, de (...)
  • 8 . Tillier Bertrand, «, Gourmont le primitif aux “ ymages ” », in Histoires littéraires, n° 21, 2005 (...)
  • 9 . Voir le catalogue de l’exposition La Plume, 1889-1899, Une revue « Pour l’art », Paris, INHA, 200 (...)

2On doit reconnaître que ces « visages de contemporains »-pour reprendre les termes du titre du recueil de Rouveyre - sont tissés d’ambiguïtés qui les consacrent comme des objets au statut complexe, se soustrayant aux taxinomies usuelles. Cette ambiguïté tient, dans un premier temps, au support de publication et de diffusion des images : c’est-à-dire les pages du Mercure de France, qui n’est pas un journal (et moins encore un journal satirique où se publient d’ordinaire les caricatures), mais une revue6 (adjointe d’une maison d’édition), où la critique et la création littéraires sont l’objet d’une égale attention7. Or, dans la nébuleuse des revues symbolistes, le Mercure occupe une place très singulière par la part mineure qu’il réserve à l’image ou à l’illustration, comparativement à d’autres revues contemporaines, telles L’Estampe originale ou L’Épreuve, L’Image ou L’Ymagier8, La Revue blanche ou La Plume9. D’ailleurs, au sein du Mercure, les planches dessinées de Rouveyre ne sont pas des illustrations, puisqu’elles sont généralement indépendantes des articles et des critiques. Quelques années plus tard, Rouveyre expliquera :

  • 10 . Lettre de Rouveyre (Barbizon, 18 août 1919), citée d’après le cat… n° 77 de Thierry Bodin, Librai (...)

Mes dessins parurent indépendamment du texte, et je donnais à mon gré tel ou tel sans autre règle que mon choix, suivant que l’avait voulu la grande libéralité de mon directeur10

  • 11 . Rouveyre André, La Comédie française, Paris, Albin Michel, 1906.
  • 12 . Rouveyre André, Carcasses divines, Paris, J. Bosc et Cie, 1907.
  • 13 . Rouveyre André, Visages des contemporains..., op. cit.
  • 14 . Coulon Marcel, Témoignages, 3e série, Paris, Mercure de France, 1913, p. 292-294.

3Ces « visages » valent donc pour des objets autonomes et apparaissent, dans le sommaire comme dans les tables de la revue, au même titre et avec le même rang que tout autre contribution écrite. D’ailleurs, à plusieurs reprises, André Rouveyre reprendra ses dessins parus dans le Mercure, pour constituer des recueils ou des albums, où ces images sont reproduites avec une simple légende, s’enchaînant les unes aux autres, tels des objets se suffisant à eux-mêmes. Ceux-ci forment une galerie de contemporains (écrivains, poètes, critiques, dramaturges, acteurs et actrices) qu’introduit seulement une préface à caractère littéraire (par Robert de Montesquiou, Remy de Gourmont, Émile Verhaeren ou Ernest La Jeunesse)-c’est notamment le cas de La Comédie française11, des Carcasses divines12 et des Visages des contemporains13 -, où l’autonomie de l’œuvre graphique de Rouveyre est ainsi établie et reconnue. Dans un article important qu’il lui a consacré, dans les pages même du Mercure de France, Marcel Coulon a proposé en ce sens une distinction intéressante : « Ses albums sont un peu comme les livres qui n’emploient notre vue qu’à titre intermédiaire. Et ses dessins ne sont pas complètement destinés à être vus, mais un peu à être lus14 »-on décèle ici un écho de « l’union des arts » chère aux symbolistes et à nombre des collaborateurs du Mercure en quête de « correspondances » synesthésiques.

  • 15 . Les contributions de Rouveyre à la presse satirique sont répertoriées par Catherine SaintMartin d (...)
  • 16 . Montesquiou Robert (de), « La cage aux masques », in Rouveyre André, La Comédie française, op. ci (...)
  • 17 . Baudelaire Charles, « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », (...)

4On doit noter, dans un second temps, que l’ambiguïté des dessins de Rouveyre tient aussi à la carrière de leur auteur inaugurée à la fin du XIXe siècle comme dessinateur de presse et comme caricaturiste, publiant des dessins (souvent légers et parfois obscènes), des caricatures théâtrales et des caricatures politiques dans nombre de journaux satiriques illustrés : Polichinelle (1899), Le Fouet, Le Sourire (1899-1900), Le Petit illustré amusant (1899-1901), Le Rire (1899-1908), Le Pêle-mêle (1899-1911), Le Bon vivant (1900-1901), La Caricature (1900-1904), Le Frou-Frou (1900-1902), La Risette (1901), Sans-Gêne (1901-1902), Le Journal pour tous (1901-1906), Le Tutu (1902), La Presse (1902), L’Indiscret (1902-1907), L’Amour (1905-1912), Le Cri de Paris (1906) ou La Gaîté gauloise (1906)15. Au tournant des deux siècles, Rouveyre produit donc des images qui sont alors très proches, par leur facture plastique et leur tonalité, de celles dont ses confrères-Roubille, Sem, Cappiello, Forain ou Caran d’Ache entre autres-abreuvent la presse satirique, au même moment. Dans la préface qu’il lui consacre, en ouverture du recueil La Comédie française, Robert de Montesquiou16 cite la plupart de ces dessinateurs. Il compare successivement leurs charges graphiques aux dessins de Rouveyre, dans une longue dissertation sur l’exercice et la tradition de la caricature, dont il fait remonter la généalogie à Léonard de Vinci, Grandville et Daumier, tout en plaçant ses propres pas de critique dans ceux de Baudelaire et de son essai sur « le comique dans les arts plastiques17 ».

  • 18 . Gourmont Remy (de), « André Rouveyre », préface aux Visages des contemporains, op. cit., repris i (...)

5« Sans doute, on peut dire en général que tout ce qui n’est pas photographie est caricature, si l’on donne à ce mot son sens primitif de charge, exagération, l’artiste étant porté à appuyer sur les traits de caractère qui frappent d’abord sa vue et la retiennent », admet Remy de Gourmont, avant d’ajouter que la caricature « n’est qu’un procédé de déformation » destiné à « faire rire [.] à peu de frais ». Gourmont prend soin de distinguer aussitôt Rouveyre du caricaturiste : « M. Rouveyre, au contraire veut, par ses images étudiées, construites, analysées, puis recomposées, nous faire réfléchir18 ». Chez tous les critiques ayant salué l’ouvre graphique de Rouveyre, le caricaturiste est une figure en filigrane qui, si elle ne dit pas souvent son nom, ne peut être ni complètement contournée ni totalement dissipée. Les qualificatifs et les épithètes qu’on lui attribue vont d’ailleurs dans ce sens : « implacable vitrioleur », « ironiste », « moraliste », « démolisseur d’idole », « impitoyable vivisecteur », « déformateur cruel ». -autant d’approches qui tirent l’œuvre de Rouveyre du côté de la caricature comme image lucide et critique, révélatrice et justicière.

  • 19 . Coulon Marcel, Témoignages, 3e série, Paris, Mercure de France, 1913, p. 292-294.

6Pour Rouveyre, l’individu est une incarnation du mensonge social, qu’il faut scruter, explorer, déchiffrer et restituer, pour en extirper les faiblesses, les tares et les dissimulations. Il entend mettre en évidence, révéler par le détail, et traduire par la métonymie. D’après Marcel Coulon : « Il ne s’agit pas de plaire [.] ; il s’agit de signifier et de la façon la plus efficace19 ». Si Rouveyre malmène les corps de ses victimes, c’est d’une part pour en montrer la chair intime et d’autre part pour décréter la défaite de l’apparence publique. Rouveyre l’a écrit à propos de ses Visages de contemporains :

  • 20 . Rouveyre André, Souvenirs de mon commerce, Paris, Crès, 1921, p. 62.

Les marques de leurs dissimulations nous montrent leur vrai chemin intérieur. Le paon parfois nous étale sa queue ; plus souvent il se cache sous les plumes du geai. C’est un peu la même affaire de dépouiller la face d’un homme que de dévêtir le corps d’une femme20.

Fig. 2 : André Rouveyre, « Le Gynécée », 1907. Droits réservés.

  • 21 . Brandès Georg (Mercure de France, n° 338, 16 juillet 1911, p. 437-439), cité d’après Thomas Louis (...)
  • 22 . La Palette (pseud. d’A. Salmon), « Visages des contemporains », Gil Blas, 4 mai 1913.
  • 23 . Golberg Mécislas, Morale des lignes, Paris, Librairie Léon Vanier éditeur/A. Messein successeur, (...)
  • 24 . Ibid., p. 189.
  • 25 . Gourmont Remy de, Les Arts et les ymages, op. cit., p. 224-225.
  • 26 . La Palette, « Visages des contemporains », op. cit.
  • 27 . C’est la thèse soutenue par Ernst Kris et Ernst Gombrich, « Principes de la caricature », [1940]  (...)

7Or, dénuder la femme n’est pas une chose inconnue à Rouveyre, dont une autre partie de l’œuvre graphique a fait scandale - Le Gynécée, Parisiennes. -, par son impudeur et sa violence [Fig. 2]. Cette violence anime aussi ses « portraits », dont on a pu dire qu’ils étaient des « profanations » barbares, des « images brûlantes », des « révélations insupportables ». Georg Brandès a comparé son opiniâtreté cruelle à une « fureur de bête féroce plantant ses griffes dans son butin21 ». On a pu défendre que Rouveyre était un excellent caricaturiste, tant il entendait rester ignorant des préjugés sociaux qui rendent partisan. André Salmon l’a souligné, en expliquant que Rouveyre « n’établit guère de différence entre le brigand, l’anarchiste et l’aristocrate22 ». Il « découvre » ce qui est profondément inscrit en chacune de ses victimes, quitte à ce que le portrait se transmue en « surprise ». Il fouille les apparences, cherche la tare, guette le vice, le tic ou le ridicule, isole et grossit sa trouvaille jusqu’à l’excès. Rouveyre ne se satisfait pas des apparences physiques ou sociales, car il traque l’hérédité-ce qu’il nomme « la constante du sang », « le geste de l’Ancêtre » et « le geste de la bête23 »-qu’il consacre paradoxalement comme « le principe même de la vitalité » et « un mal qui ronge24 ». On peut identifier la démarche de Rouveyre à celle d’un caricaturiste, car il cherche à caractériser : « La Réjane de Rouveyre n’est pas laide. Elle est caractéristique », écrit Gourmont en ce sens25 [Fig. 3]. Salmon voit dans la méthode critique de Rouveyre un « crime dont la foule ne lui fera pas rémission26 », tant ses révélations sont redoutables et effrayantes. On le sait, la caricature n’est pas seulement crainte parce qu’elle peut railler ou offenser, mais parce qu’elle plonge ses racines dans de vieilles croyances magiques auxquelles elle aurait succédé à l’époque moderne27. Cette réputation suspecte est conférée à Rouveyre, dont ses admirateurs disent qu’il annonce dans ses dessins ce que sera dans le futur le modèle, promis à l’inexorable écroulement du corps et de l’esprit.

Fig. 3 : André Rouveyre, « Réjane », 1907. Droits réservés.

8Les dessins de Rouveyre peuvent encore être apparentés à l’exercice de la caricature par leur plastique : en effet, nombreux sont ceux (Apollinaire, Mécislas Golberg, Gourmont.) qui ont vu dans sa manière concise et simplificatrice une écriture efficace relevant de la dimension abréviative de la caricature, qui élude pour suggérer, qui déforme pour mieux signifier, qui manie l’exagération et l’outrance sans retenue pour dévoiler et dénoncer. Tout cela concourt à produire des images pétries de violence, rongées de cruauté et d’acidité, promises à la décomposition, qu’on peut assimiler à des caricatures, dont la vocation est d’expliciter la réalité et de révéler la vérité. Ces qualités sont celles que Rouveyre réunit dans ce qu’il nomme l’art de la « carcasse ».

  • 28 . Gourmont Remy (de), « Visage », [1913], in Les Arts et les ymages, op. cit., p. 230.
  • 29 . Gourmont Remy (de), « Les Figures », [1907], repris in Les Arts et les ymages, op. cit., p. 223-2 (...)

9Mais le travail de Rouveyre n’a pas de portée morale ou partisane abrupte, comme on l’a dit, et il ne cherche pas l’attaque frontale ou la polémique directe : il ne s’intéresse pas vraiment à ses victimes pour ce qu’elles sont en tant qu’individus, mais plutôt pour ce qu’il y décèle d’humanité, au-delà de leur identité propre. Il peut y avoir de l’anarchiste chez l’académicien, du tueur chez le critique, du voyou chez l’aristocrate et de la noblesse chez le brigand. Rouveyre ne cesse de brouiller les pistes et les cartes, comme l’a souligné Gourmont : « C’est un homme fort dangereux pour la tranquillité publique28 », qui reconnaissait : « On trouble ma vision du monde, on déplace les valeurs, je ne sais plus où j’en suis [.]. Je deviens fou29 ». Les considérations d’Apollinaire sur la méthode de Rouveyre sont aussi très intéressantes, car elles en mettent à nu un paradoxe profond :

  • 30 . Apollinaire Guillaume, Anecdotiques, Paris, Stock, 1926.

Le dessinateur Rouveyre observe son modèle. [...] il trace tout à coup quelques traits de crayons sur un petit carnet et s’excuse de ne point montrer ce qu’il vient de dessiner. Ce dessin, il le reprend à loisir, dix fois, vingt fois, s’efforçant de bannir toute ressemblance entre le portrait et le modèle et n’y réussissant pas toujours. Les portraits les moins ressemblants lui coûtent le plus de peine. Il met parfois plus d’une année à les achever. Et lorsqu’ils lui paraissent bien éloignés de la réalité, voilà notre dessinateur content. La cruauté de cette méthode a donné quelques portraits surprenants qui, loin de la réalité, s’approchent singulièrement de la vérité30.

  • 31 . Coulon Marcel, Témoignages, op. cit.
  • 32 . Mallarmé Stéphane, Réponse à Jules Huret. Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, Charpentier, (...)

10De la sorte, aux antipodes de la caricature, Rouveyre élabore un hiéroglyphe-le mot est de Marcel Coulon qui conclut, entre regret et fascination : « le sens de son portrait reste pour lui seul31 » -, c’est-à-dire une énigme, un chiffre, un mystère, une image hermétique : moins une représentation qu’une suggestion et, en ce sens, le dessinateur souscrit au projet symboliste mallarméen : « Nom- mer un objet, c’est supprimer les trois quarts de la jouissance du poème qui est faite de deviner peu à peu : le suggérer, voilà le rêve. C’est le parfait usage de ce mystère qui constitue le symbole : évoquer petit à petit un objet pour montrer un état d’âme, ou, inversement, choisir un objet et en dégager un état d’âme, par une série de déchiffrements32 ». En ce sens, les images de Rouveyre s’affranchissent donc de la caricature et de ses exigences de lisibilité. C’est ainsi que le dessinateur considère ses « portraits » comme des « carcasses » et qu’il place son art sous le signe de la décomposition. Sa victime n’est alors rien d’autre qu’un réseau de lignes modulées et de traits multipliés, de surfaces et de volumes qui se heurtent, s’entrecoupent et se contrarient, produisant un chaos où ne subsistent plus que des lambeaux de ressemblance.

Fig. 4 : André Rouveyre, « Monographie d’une actrice », 1907.
Droits réservés.

  • 33 . Golberg Mécislas, La Morale des lignes, op. cit., p. 191.
  • 34 . Ibid., p. 139.
  • 35 . Ibid., p. 185.
  • 36 . Ibid., p. 196.
  • 37 . Ibid., p. 185.
  • 38 . Ibid., p. 190.
  • 39 . Ibid., p. 67.
  • 40 . Ibid., p. 32.
  • 41 . Coulon Marcel, Témoignages, op. cit., p. 76.
  • 42 . Golberg Mécislas, La Morale des lignes, op. cit., p. 25 (pour toutes les citations).

11C’est aux fins de cette dé-composition que Rouveyre a mis au point la méthode de la monographie : sa « Monographie d’une actrice » (six dessins consacrés à Marthe Brandès) et sa « Monographie d’une comédienne tragique et comique » (trente-cinq planches consacrées à Réjane) composent une partie des Carcasses divines de 1907 [Fig. 4 et 5]. Par son recours à la multiplication des croquis autour d’un même sujet, Rouveyre décline les visions sous des angles différents, provoquant ce que Golberg appelle des « péripéties33 », c’est-à-dire des variations et des reprises de disproportions, de dégradations et de déséquilibres, qui forment une quête de la discordance. Il paraît s’agir là d’une véritable méthode permettant de « feuilleter la même personnalité34 ». Dans les premiers dessins de chacune de ses monographies, Rouveyre montre un être simple et presque insignifiant - « une silhouette inexpressive », perçue par Golberg35 -, qu’il examine et décompose, ausculte et déforme en une « dissection esthétique36 », conduisant parfois jusqu’à une « effroyable négation du modèle37 », tant chaque planche paraît procéder d’une surcharge confinant à un « effondrement38 » et à l’illisible. Rouveyre malmène les corps qu’il réduit à des « carcasses », qui deviennent moins des cadavres profanés, que des architectures de courbes et d’angles, de plans et de lignes. De ce « sabbat de lignes », pour reprendre encore les mots de Golberg39, surgissent des effondrements, des affaissements et des fléchissements jusqu’au « vertige40 ». Car l’ambition de Rouveyre n’est pas de « produire une image », comme le souligne Coulon41, ni même une représentation et moins encore une caricature. C’est pourquoi, son sens de la décomposition affecte aussi son trait fondé sur un « raccourci linéaire », lui permettant d’arracher l’inutile, d’abandonner l’anecdote, de supprimer l’attribut et de « désencombrer l’art du dessin ». Rouveyre « ne multiplie pas les incidentes, il les simplifie. Un trait c’est la robe, un point c’est la chevelure », résume Golberg42, pour souligner la puissance de la condensation à l’œuvre dans ces dessins.

Fig. 5 : André Rouveyre, « Monographie d’une actrice », 1907.
Droits réservés.

  • 43 . Gourmont Remy (de), Les Arts et les ymages, op. cit., p. 225.
  • 44 . Golberg Mécislas, La Morale des lignes, op. cit., p. 27.
  • 45 . Ibid., p. 47.
  • 46 . Ibid., p. 52.

12Gourmont a comparé ce travail de décomposition à « l’envers du cinématographe », qui nous met en présence d’« images successives43 », recomposées par Rouveyre à force d’épier, cerner, surprendre, analyser, déchiqueter, disséquer., pour aboutir à des images baroques et mystérieuses, d’après une notation de Louis de Fourcaud. Mais depuis l’ouvre de Rouveyre, Mécislas Golberg a défendu l’idée que « la déformation est le principe même de la création44 ». Sa « morale des lignes », exclusivement consacrée à l’œuvre de Rouveyre, n’est pas un traité de la caricature, mais une grammaire du caricatural, dont il explore les qualités de déformation et de condensation, de décomposition et d’abréviation, non pour s’éloigner de la réalité, mais plutôt pour renouer avec elle, puisque toute perception du monde ne se joue qu’au travers de filtres qui altèrent les choses sous le coup de la pensée, de l’émotion ou du mystère de l’incompréhension. La déformation et la décomposition caricaturales mènent à l’abstraction qui est donc le principe de toute création artistique. Golberg explique que « le caractère principal [des dessins de Rouveyre] est une lutte constante entre l’abstrait qui doit s’individualiser et la matière qui se défend et se déforme pour pouvoir demeurer par confusion et imprécision », avant d’ajouter que c’est « le principe tragique de l’art45 ». Par le caricatural qui exagère, simplifie, isole, abrège et désordonne, Rouveyre obtient des « formules de cabale » qui sont des « formes synthétiques suprêmes46 ». Au passage, la caricature, le portrait-charge et jusqu’au portrait ont été évacués, auxquels Rouveyre a substitué une recherche plastique inclassable et indéfinissable - peut-être l’envers de la caricature ?

Notes

1 . Sur André Rouveyre (1879-1962), voir la thèse de Coquio Catherine, La Morale des lignes, André Rouveyre, dessinateur et écrivain, université de Paris IV-Sorbonne, 1988 ; le catalogue de l’exposition André Rouveyre, établi par Jean-Paul Avice et Catherine Coquio, Paris, BHVP, 1995.

2 . Mercure de France, n° 347, 15 décembre 1911, p. 465.

3 . Rouveyre André, Visages des contemporains, portraits dessinés sur le vif, Paris, Mercure de France, 1913, n° CX.

4 . BHVP, fonds Rouveyre, n° 127-131.

5 . Voir le dossier conservé à la BHVP, fonds Rouveyre, n° 127.

6 . Pluet-Despatin Jacqueline, Leymarie Michel et Mollier Jean-Yves (dir.), La Belle Époque des revues, 1880-1914, Paris, Éditions de l’IMEC, 2002.

7 . Sur l’histoire de cette revue, on consultera la thèse de Lesage Claire, Le Mercure de France, de 1890 à 1914, Paris, École nationale des Chartes, 1984 (Paris, Arch. nat., AB XXVIII 319) et l’ouvrage dirigé par Marie-Françoise Quignard, Le Mercure de France, cent ans d’édition, Paris, BNF, 1995.

8 . Tillier Bertrand, «, Gourmont le primitif aux “ ymages ” », in Histoires littéraires, n° 21, 2005, p. 88-113.

9 . Voir le catalogue de l’exposition La Plume, 1889-1899, Une revue « Pour l’art », Paris, INHA, 2007.

10 . Lettre de Rouveyre (Barbizon, 18 août 1919), citée d’après le cat… n° 77 de Thierry Bodin, Librairie Les Autographes, Paris, juillet 1997, n° 267.

11 . Rouveyre André, La Comédie française, Paris, Albin Michel, 1906.

12 . Rouveyre André, Carcasses divines, Paris, J. Bosc et Cie, 1907.

13 . Rouveyre André, Visages des contemporains..., op. cit.

14 . Coulon Marcel, Témoignages, 3e série, Paris, Mercure de France, 1913, p. 292-294.

15 . Les contributions de Rouveyre à la presse satirique sont répertoriées par Catherine SaintMartin dans le DicoSolo, Vichy, Aedis, 2004, p. 759-760.

16 . Montesquiou Robert (de), « La cage aux masques », in Rouveyre André, La Comédie française, op. cit., p. 9-33.

17 . Baudelaire Charles, « De l’essence du rire et généralement du comique dans les arts plastiques », in Le Présent, 1er septembre 1857 ; repris in Curiosités esthétiques, édition établie par Henri Lemaitre, Paris, Garnier, 1986, p. 241-263.

18 . Gourmont Remy (de), « André Rouveyre », préface aux Visages des contemporains, op. cit., repris in Gourmont Remy (de), Les Arts et les ymages, Tillier Bertrand (dir.), Saint-Sébastien-sur-Loire, Séquences, 2006, p. 228.

19 . Coulon Marcel, Témoignages, 3e série, Paris, Mercure de France, 1913, p. 292-294.

20 . Rouveyre André, Souvenirs de mon commerce, Paris, Crès, 1921, p. 62.

21 . Brandès Georg (Mercure de France, n° 338, 16 juillet 1911, p. 437-439), cité d’après Thomas Louis, André Rouveyre, Paris, Dorbon-Aîné, « Les Bibliophiles fantaisistes », 1912, p. 48-49.

22 . La Palette (pseud. d’A. Salmon), « Visages des contemporains », Gil Blas, 4 mai 1913.

23 . Golberg Mécislas, Morale des lignes, Paris, Librairie Léon Vanier éditeur/A. Messein successeur, 1908, p. 188.

24 . Ibid., p. 189.

25 . Gourmont Remy de, Les Arts et les ymages, op. cit., p. 224-225.

26 . La Palette, « Visages des contemporains », op. cit.

27 . C’est la thèse soutenue par Ernst Kris et Ernst Gombrich, « Principes de la caricature », [1940] ; repris par Ernst Kris, Psychanalyse de l’art, Paris, PUF, « Le fil rouge », 1978, p. 231-250.

28 . Gourmont Remy (de), « Visage », [1913], in Les Arts et les ymages, op. cit., p. 230.

29 . Gourmont Remy (de), « Les Figures », [1907], repris in Les Arts et les ymages, op. cit., p. 223-227.

30 . Apollinaire Guillaume, Anecdotiques, Paris, Stock, 1926.

31 . Coulon Marcel, Témoignages, op. cit.

32 . Mallarmé Stéphane, Réponse à Jules Huret. Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, Charpentier, 1891, p. 60.

33 . Golberg Mécislas, La Morale des lignes, op. cit., p. 191.

34 . Ibid., p. 139.

35 . Ibid., p. 185.

36 . Ibid., p. 196.

37 . Ibid., p. 185.

38 . Ibid., p. 190.

39 . Ibid., p. 67.

40 . Ibid., p. 32.

41 . Coulon Marcel, Témoignages, op. cit., p. 76.

42 . Golberg Mécislas, La Morale des lignes, op. cit., p. 25 (pour toutes les citations).

43 . Gourmont Remy (de), Les Arts et les ymages, op. cit., p. 225.

44 . Golberg Mécislas, La Morale des lignes, op. cit., p. 27.

45 . Ibid., p. 47.

46 . Ibid., p. 52.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : André Rouveyre, « Jane Catulle-Mendès », 1911. Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2211/img-1.jpg
Fichier image/, 237k
Légende Fig. 2 : André Rouveyre, « Le Gynécée », 1907. Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2211/img-2.jpg
Fichier image/, 331k
Légende Fig. 3 : André Rouveyre, « Réjane », 1907. Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2211/img-3.jpg
Fichier image/, 293k
Légende Fig. 4 : André Rouveyre, « Monographie d’une actrice », 1907.Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2211/img-4.jpg
Fichier image/, 203k
Légende Fig. 5 : André Rouveyre, « Monographie d’une actrice », 1907.Droits réservés.
URL http://books.openedition.org/pupo/docannexe/image/2211/img-5.jpg
Fichier image/, 293k

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540