Version classiqueVersion mobile

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Migrations du maghreb à la france

Errances au féminin, refus du « figé »

Karin Schwerdtner

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis l’Odyssée d’Homère et les récits de voyage des moines navigateurs comme Brendan, l’errance des hommes a été représentée de toutes les manières et à toutes les époques2. Comme en témoignent les dictionnaires, l’histoire littéraire foisonne d’exemples qui peuvent être lus comme autant d’allégories de la course à l’aventure, de la quête spirituelle, de la divagation onirique, du libertinage et de la révolte (selon le cas). Quoique les femmes soient le plus souvent associées, autant dans la littérature que dans la société, à la fidélité conjugale et à la sédentarité de l’univers domestique3 (pensons à Pénélope, épouse fidèle d’Ulysse qui ne cessa d’attendre son retour), il arrivait que l’errance, recouvrant étymologiquement le vagabondage, l’égarement et l’aventure, se manifeste tout de même chez le personnage féminin, prenant habituellement la forme d’une inconstance sentimentale4. Comme Catherine Cusset l’a bien montré5, le roman qui, par tradition, imposait à la femme idéale u...

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search