Version classiqueVersion mobile

Migrations, exils, errances et écritures

 | 
Corinne Alexandre-Garner
, 
Isabelle Keller-Privat

Dire et inscrire l’exil

L’exil, une corde qui sort du trou un peuple en péril1

Ne Nkamu Luyindula et Masamuna Ma Kongo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Po ! Po ! Po !

Image

Un symbole pour saluer, remercier, donner le passage, attirer l’attention, ouvrir le dialogue et clôturer le dialogue, faire le vide. Ainsi, la salle, voudriez-vous le faire avec moi : po po po !

Merci.

La tradition Kongo dit : « Yankoma mbele, yamvuika mbele, yantenda mbele », « quelle que soit la manière d’enfoncer le couteau dans sa victime pour lui nuire, cela reste un crime, même l’intention, elle-même ».

Qui doit à qui ?

Moi, Afrique

Je suis la plus belle de toutes mes voisines

Je suis en forme de tête humaine, muntu 22, « savant », berceau de l’humanité

Je suis en forme de cour, un grand cour symbole de l’amour

Je suis en forme de diamant, symbole de la richesse.

Depuis la nuit des temps

Je supporte le poids de toutes mes voisines :

L’Europe est sur ma tête, à gauche l’Asie et l’Océanie, et ma droite l’Amérique.

Moi, Afrique

Je suis en forme de gobelet à base de feuille,

Je suis en forme de cornet de glace, d’où coule le lait et le miel

Je suis un bouquet de fleurs, symbole du...

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search