Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Information, document, œuvre

Parcours de la photographie en Italie dans les années soixante et soixante-dix

Les arts en correspondance

Éditeur : Presses universitaires de Paris Nanterre

Lieu d’édition : Nanterre

Publication sur OpenEdition Books : 20 mai 2022

Collection : Les arts en correspondance

Année d’édition : 2015

Nombre de pages : 386


Présentation

Quel poids l’expérience des avant-gardes a-t-elle eu sur le développement de la photographie contemporaine italienne ? Quel rôle les institutions, le marché et la critique d’art ont-ils joué dans son essor ? Ce livre nous fait découvrir une période foisonnante d’échanges qui ont marqué la relation entre art et photographie en Italie. Arte povera, reportage d’art et représentation du patrimoine, anthropologie visuelle, architecture et urbanisme sont les coordonnées culturelles de la scène artistique et photographique italienne entre les années soixante et le début des années quatre-vingt.

Le texte interroge la transformation de la notion d’œuvre et celle de son miroir fidèle, la photographie documentant l’art qui, au fil des années, a vu son statut changé en devenant instrument critique et œuvre elle-même. En Italie, cette photographie donna lieu à une extraordinaire oraison iconographique, malgré un manque paradoxal de reconnaissance de la part des institutions et des marchands d’images.

Cet ouvrage présente le travail de Piero Manzoni, Giulio Paolini et des artistes de l’arte povera (Jannis Kounellis, Giuseppe Penone, Michelangelo Pistoletto, Pino Pascali, Emilio Prini) ainsi que les recherches d’Ugo Mulas, Franco Vaccari, Mario Cresci, Cesare Tacchi, Luigi Ghirri, Germano Olivotto, Paolo Monti et bien d’autres, en soulignant les échanges avec la scène pop et conceptuelle américaine.

L’analyse porte également sur les contributions des acteurs du milieu artistique : des critiques (Germano Celant, Achille Bonito Oliva, Arturo Carlo Quintavalle, Daniela Palazzoli, Filiberto Menna), un opérateur vidéo (Gerry Schum), des galeristes (Plinio De Martiis et Fabio Sargentini), autant de figures exemplaires d’un panorama complexe qui témoigne d’une nouvelle vision de l’art, de son espace d’exposition et de sa représentation dans les catalogues, les livres et les revues.


Sommaire

Ségolène Le Men

Préface

Introduction

De la photographie sur l’art à la communication visuelle comme œuvre

L’essor de la photographie comme objet d’art

Les années soixante-dix : photographie, un art sans marché


Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.