Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conciliation, réconciliation aux temps médiévaux et modernes

 | 
Franck Collard
, 
Monique Cottret

Conciliation et accommodement dans l’affaire de la bulle Unigenitus (1713-1720)

Olivier Andurand

Texte intégral

  • 1 . Les jansénistes participent avec Bossuet à la lutte anti-protestante. Les Port Royalistes mobilis (...)

1La paix de l’Église a été la première période de conciliation dans la longue querelle janséniste qui divise l’Église de France durant les XVIIe et XVIIIe siècles. Si ce moment répond à des impératifs politiques pour Louis XIV, il signale aussi à l’intérieur du clergé de France une réelle volonté de se rassembler et de ressouder le camp catholique pour vaincre les Protestants1. L’esprit de conciliation existe donc dans l’épiscopat et même le regain de vigueur du jansénisme ne viendra pas contredire cette tendance forte dans l’Église. Deux notions vont être au cœur des préoccupations épiscopales : d’abord la conciliation et ensuite l’accommodement. Il faut d’abord concilier les différentes exigences et les points de vue opposés qui apparaissent dans les débats entre évêques ainsi que dans les relations entre les cours de Rome et de Versailles. L’autre idée force est l’accommodement. Volonté politique, elle doit se traduire par une doctrine qui mêle adroitement les apports des uns et des autres dans une synthèse potentiellement acceptable par tous. Pourquoi, tous ces efforts ? Dans un but simple : réconcilier le clergé de France et mettre un terme à la lutte fratricide entre adversaires et partisans d’Arnauld et de Jansénius.

  • 2 . Chaline Olivier, Le Règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005.

2Pour Louis XIV, le jansénisme est une plaie qui contrarie ses volontés d’unité religieuse, il faut donc le faire disparaître rapidement2. Seulement, aucune bulle ni aucun anathème n’obtient le résultat tant souhaité. C’est avec le désir de réduire définitivement ceux qu’ils considèrent comme des républicains que le roi demande au pape Clément XI une nouvelle constitution. Elle arrive à Paris en septembre 1713 et marque l’une des premières fractures de ce XVIIIe siècle naissant. La bulle Unigenitus Dei Filius allait devenir le symbole d’une lutte âpre et continuelle entre ceux que l’on appelle communément jansénistes et ultramontains.

3Ce texte venu de Rome à la demande d’un roi défenseur des libertés de l’Église gallicane est en soi un paradoxe qu’il faut faire accepter et comprendre à un épiscopat peu porté, en général, à l’ultramontanisme. Il a donc fallu mettre en place des stratégies de conciliation qui, sans fâcher Rome, puissent rendre le décret du Souverain Pontife acceptable par des gallicans convaincus. Comment faire accepter ce texte péremptoire tout en préservant les susceptibilités, c’est l’enjeu essentiel de la politique religieuse française de 1713 à 1720. Oscillant entre voie doctrinale et relations plus humaines, le roi puis le Régent entreprennent de réconcilier l’ensemble des catholiques français sous la bannière de la soumission à la loi voulue par le roi et au respect envers le corps des premiers pasteurs.

4Il s’agit donc d’examiner les lectures qui ont été faites de la bulle à Paris et à Rome afin de comprendre comment on a tenté de concilier les deux points de vues, puis d’étudier la politique d’unité et de concorde nationale voulue par le Régent, avant d’essayer de mieux cerner les enjeux de l’Appel et de l’accommodement de 1720.

Rome, Paris et la bulle Unigenitus

La Bulle et ses travers

5L’objet du scandale est un ouvrage de piété d’une grande célébrité Le Nouveau Testament en français avec Réflexions morales sur chaque verset du père oratorien Pasquier Quesnel. Publié pour la première fois en 1693, il reçoit l’approbation d’un certain nombre d’évêques de France, en particulier Mgr de Noailles, alors évêque de Châlons-sur-Marne. Les Réflexions morales se présentent comme un recueil de pensées chrétiennes destinées à nourrir la piété des fidèles et à enrichir leur lecture de l’Écriture sainte. Quesnel explique la motivation qui l’a poussé à composer ce livre dans une plainte touchante, mais tardive :

  • 3 . Quesnel Pasquier, Plainte et protestation du Père Quesnel contre la condamnation des Cent-une Pro (...)

Vous le savez, Ô ESPRIT SAINT, Esprit de Vérité, vous qui sondez le fond des cours, vous le savez, & je le proteste sous vos yeux, en la présence de vos Anges, & à la face de l’Église, que vous avez formée, que quand je me suis appliqué à faire sur les vérités du saint Evangile, & sur les Ecrits de vos Apôtres, les Réflexions que la calomnie rend aujourd’hui si odieuses, je n’ai eu d’autre dessein, ni d’autres vues, que d’édifier mes frères et mes sœurs qui sont les enfants de votre miséricorde & de votre grâce3.

  • 4 . Dans la chancellerie apostolique, un bref est une lettre pontificale scellée mais d’importance et (...)
  • 5 . Joseph Emmanuel de La Trémoille (1659-1720), ambassadeur près le Saint-Siège, créé cardinal en 17 (...)
  • 6 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne, contenant l’Histoire & les Anecdotes de ce qui s’es (...)
  • 7 . Saint-Simon, Mémoires, op. cit., tome IV, p. 702.
  • 8 . Minois Georges, Les Confesseurs du Roi, Paris, Fayard, 1988.
  • 9 . Armand Gaston Maximilien de Rohan-Soubise, Evêque de Strasbourg et prince du Saint-Empire de 1704 (...)
  • 10 . Henri-Pons de Thiard de Bissy, Evêque de Toul de 1687 à 1704 et évêque de Meaux de 1704 à 1737. P (...)

6Depuis 1708, l’ouvrage de Quesnel est dans la ligne de mire de la curie romaine et a déjà été condamné par le pape par le bref Universi Domini Gregis du 13 juillet 1708. Seulement, en vertu des principes gallicans, ce texte n’est pas reçu en France et il est donc nécessaire pour le roi de demander au pape un texte à la portée plus forte4. Les actions contre Quesnel sont difficiles, car l’oratorien jouit du soutien de prélats comme Mgr de Noailles, devenu cardinal et archevêque de Paris. Il faut donc recourir à des moyens suffisamment puissants pour soumettre tous les acteurs à la volonté royale. Le 12 décembre 1711, le cardinal de La Trémoille5, ambassadeur près la Cour de Rome, est officiellement chargé de demander une constitution contre le livre de Quesnel6. Les Réflexions morales sont une nouvelle fois examinées ; la curie, quelques mois plus tard, publie une nouvelle censure, une bulle cette fois. Le 8 septembre 1713, la bulle est publiée et le 3 octobre, la constitution Unigenitus Dei Filius était est enfin présentée au roi par le Père Le Tellier7, son confesseur8. Cette fois, il s’agit d’un texte à portée dogmatique, morale et disciplinaire, incontestable espère-t-on, car il faut éviter de faire refleurir la distinction du droit et du fait qui a considérablement gêné le pouvoir au XVIIe siècle. Saint-Simon souligne l’intérêt que le roi a mis dans l’étude du texte romain et affirme aussi que le confesseur du roi en distribua quelques exemplaires aux prélats présents à la Cour à ce moment-là, en particulier le cardinal de Rohan9 et Mgr de Bissy10, évêque de Meaux. À la surprise du bon père, les deux prélats sont catégoriques, un tel texte sera refusé par le clergé de France.

  • 11 . Nous citons le texte de la Bulle Unigenitus en français en nous appuyant sur la publication faite (...)

7Pourquoi une telle certitude ? Le décret romain est péremptoire, il condamne mais n’explique pas. En effet, après avoir décrit les Réflexions morales comme un livre plein de venin « très caché, semblable à un abcès dont la pourriture ne peut sortir qu’après qu’on y ait fait plusieurs incisions » et après avoir fait du père Quesnel le « Vrai fils de l’ancien père de mensonge11 », la Daterie apostolique poursuit en des termes sévères :

  • 12 . Ceyssens Lucien et Tans Joseph, Autour de l’Unigenitus, op. cit, p. 803-804.

À ces causes, après avoir reçu tant de vive voix que par écrit, les suffrages des sus-dits cardinaux, et de plusieurs autres Théologiens, et après avoir ardemment imploré le secours du Ciel, par des prières particulières, que nous avons faites, et par des prières publiques, que nous avons ordonnées à cette intention, nous déclarons par la présente constitution, qui doit avoir son effet à perpétuité, que nous condamnons et réprouvons, toutes et chacune les propositions ci-dessus rapportées, comme étant respectivement fausses, captieuses, malsonnantes, capables de blesser des oreilles pieuses, scandaleuses, pernicieuses, téméraires, injurieuses à l’Église et ses usages, outrageantes, non seulement pour elle, mais pour les puissances séculières ; séditieuses, impies, blasphématoires, suspectes d’hérésie, sentant l’hérésie, favorables aux hérétiques, aux hérésies, et au schisme, erronées, approchantes de l’hérésie et souvent condamnées ; enfin comme hérétiques, et comme renouvellement diverses hérésies, principalement, celles qui sont contenues dans les fameuses Propositions de Jansénius, prises dans le sens, auquel elles ont été condamnées12.

8Après une longue énumération des cent une propositions, cette condamnation in globo pose un problème. À vouloir condamner en bloc et sans qualifier en détail les propositions, Rome s’expose à des réactions théologiques virulentes, car certaines propositions sont augustiniennes et purement orthodoxes. À Paris comme à la Cour, on déclame contre l’obscurité de la Bulle, et dans le but de concilier les esprits, Louis XIV demande aux évêques présents à Paris de se réunir pour la recevoir et terminer enfin (pense-t-il) cette interminable querelle.

L’Assemblée de 1713-1714 et l’Instruction pastorale des XL

  • 13 . Martimort Aimé-Georges, Le Gallicanisme de Bossuet, éditions du Cerf, Paris, 1953, et du même, Le (...)

9La réunion prévue par le roi ne doit pas être source de problème. Elle est pensée comme une assemblée d’acceptants ne devant pas faire entrer de considérations dogmatiques dans le débat. Obéir au roi, c’est d’une certaine façon obéir à Dieu. Mais c’est sans compter sur l’une des dimensions les plus ancrées de la culture épiscopale française : le gallicanisme13. Comme l’affirme le quatrième article de la déclaration de 1682, si le pape a un rôle primordial dans la définition de la foi, son jugement n’est pas irréformable et il doit recevoir le consentement de l’Église universelle représentée par le corps des évêques. Défendu âprement par Bossuet, la Déclaration est largement enseignée dans les séminaires. Les évêques, successeurs des Apôtres, ont donc un rôle à jouer dans la définition et dans la protection du dogme catholique. L’assemblée réunie en octobre 1713 ne peut donc pas être une simple chambre d’enregistrement de la loi romaine.

  • 14 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., tome 1, p. 47.
  • 15 . Dorsanne cite en particulier Mgr d’Acquin, ancien évêque de Fréjus, le cardinal d’Estrées, ou enc (...)

10C’est par une décision du roi que les évêques présents à Paris sont convoqués chez le cardinal de Noailles, archevêque de Paris et à ce jour plus ancien archevêque du royaume14. Dorsanne, official de l’archevêque de Paris, nous apprend que c’est tout le corps épiscopal, dans l’acception large du terme, qui est invité. En effet, même les évêques in partibus suffragants et ceux non encore préconisés et sacrés (et ne pouvant donc prétendre théoriquement au pouvoir épiscopal) doivent se rendre chez Noailles. Seuls quelques prélats aux convictions trop tranchées et donc possiblement gênants ne sont pas priés de se rendre aux travaux de l’Assemblée15.

  • 16 . C’est ainsi que le pape Clément XI désigne la faction proche du cardinal de Noailles dans les déb (...)

11Noailles, président de l’Assemblée, doit donc compter sur l’assistance d’une foule nombreuse de prélats. En effet, on trouve sur les bancs un autre cardinal, Mgr de Rohan, ainsi que cinq archevêques et non des moindres (MM. de Reims, d’Aix, d’Auch, de Toulouse et de Bourges) ainsi que vingt-deux évêques. Les autres doivent gagner la capitale, si cela leur est possible, afin de joindre leurs lumières aux travaux de leurs confrères. En février 1714, l’Assemblée compte cinquante et un évêques et archevêques ainsi que deux cardinaux qui vont prendre la tête des deux factions que l’on voit apparaître au cours des débats : Rohan pour les acceptants, Noailles pour les « refusants16 ». Le roi, très présent dans le déroulement de cette assemblée, constitue dès 16 octobre une commission chargée de préparer un rapport à soumettre à l’Assemblée. On y retrouve le cardinal de Rohan, mais aussi l’archevêque d’Auch, Mgr Desmarets, et le très ambitieux évêque de Meaux, Mgr de Bissy. L’objet de cette commission est de faire accepter la Bulle en expliquant les propositions condamnées dans le sens de Quesnel.

  • 17 . Fabrizzio Paulucci (1650-1726), cardinal archevêque de Ferrare, secrétaire d’Etat du pape Clément (...)
  • 18 . Cornelio Bentivoglio (1668-1732), archevêque in partibus de Carthage, nonce apostolique près la C (...)
  • 19 . Nunziatura di Francia 389, f. 29-30, 28 octobre 1713, cité par Blet Pierre (s. j.), Les Nonces du (...)

12Mais le 28 octobre, le cardinal Paulucci17 explique au nonce apostolique à Paris, Cornelio Bentivoglio18, que Clément XI veut qu’il intervienne pour « que la constitution ne s’examine pas, ne s’interprète pas, ne se déclare pas par des évêques, mais qu’elle doit être reçue par eux en toute soumission et obéissance. C’est là uniquement ce que vous devez dire et demander, et pour l’obtenir, vous ne devez pas vous adresser à d’autre qu’au roi. Sa Majesté l’a promis. Sa Majesté saura tenir sa promesse19. » Il faut donc tenter de satisfaire les volontés du pape, mais cela ne peut être fait que si l’on oublie les libertés de l’Église gallicane. Le travail de conciliation se présente donc comme particulièrement difficile.

13Le 20 novembre, le cardinal de Rohan et son acolyte Mgr de Bissy déclarent que la commission conclut à une acceptation sans modification. Noailles se récrie : l’Assemblée peut se permettre d’accepter la condamnation du père Quesnel, mais peut-elle accepter que l’on censure l’Écriture ? Il faut encore que Rohan négocie pour faire admettre l’idée d’une acceptation pure et simple, afin de satisfaire aux doubles exigences royale et pontificale.

  • 20 . Matthieu Ysoré d’Hervault (* -1716), archevêque de Tours de 1694 à 1716. Proche du cardinal de No (...)

14L’Assemblée se déchire donc et la rupture devient flagrante lorsque Noailles, suivi par l’archevêque de Tours20, ainsi que par six autres évêques, annonce qu’il se retirera de l’Assemblée si le texte est accepté purement et simplement. Il fallait nécessairement accompagner la bulle d’explications qui l’éclairciraient et la rendraient potentiellement acceptable. C’était aller contre les volontés de Rome. La conciliation devenait de plus en plus difficile à mettre en place.

15En conséquence, l’Assemblée propose un mois plus tard une Instruction pastorale de Nosseigneurs les Cardinaux, Archevêques et Evêques de l’Assemblée de 1714 pour l’Acceptation de la Constitution Unigenitus.

  • 21 . Ceyssens Lucien et Tans Joseph, Autour de l’Unigenitus, op. cit, p. 800.
  • 22 . Instruction pastorale de Nosseigneurs les Cardinaux, Archevêques et Evêques de l’Assemblée de 171 (...)
  • 23 . Ibid., p. 50-53.

16Le but de cette instruction est de concilier les aspirations gallicanes d’une grande partie du clergé de France avec l’acceptation exigée par le roi et le pape. Dans ce texte, relativement court pour l’objet qu’il se propose d’étudier, les évêques de France entreprennent de commenter la Bulle et d’expliquer les propositions qui pourraient être jugées litigieuses. Le tout est fait à grand renfort de citations des grands théologiens de l’Église et aussi par un subtil parallèle entre le texte de Quesnel et la doctrine de Jansénius. En associant les deux auteurs, il est plus aisé de les englober dans une condamnation similaire. Le texte commence donc par fustiger l’entreprise de Quesnel en citant saint Hilaire de Poitiers. L’Écriture doit être utilisée pour défendre la Vérité et non pour dissimuler l’erreur et introduire une fausse doctrine. Ainsi ce n’est pas le pape qui condamne, mais un des Pères de l’Église, autorité plus acceptable. Rohan, dans son optique irénique, tente de concilier les apports gallicans et la soumission au Saint-Siège. Par un jeu de formules, il mêle adroitement les deux dimensions et déclare : « Nous nous sentons obligés de vous en faciliter l’intelligence, afin qu’elle produise en vous tout l’effet que les ennemis de la Vérité craignent & que tous les gens de bien en attendent. » Ainsi, cette instruction n’est pas, sous la plume de Rohan, une révolte contre les volontés du pape, mais un acte de pure pédagogie destinée à montrer la justesse de la déclaration pontificale à des fidèles soumis perpétuellement au voisinage de l’erreur. Sur d’autres points litigieux, l’argumentaire est tout aussi subtil. La proposition LXXIX sur la lecture de l’Écriture sainte21 est un des points d’achoppement dans l’Assemblée. L’instruction, afin de concilier les esprits, déclare que la lecture des Écritures n’est pas une condition nécessaire pour le Salut et de se référer à saint Augustin22. L’ensemble du texte a aussi pour but de montrer la conformité de la Constitution avec le concile de Trente, reçu par l’Assemblée du Clergé de 1615, la Tradition de l’Église et les décisions du Clergé de France. Ainsi, la Constitution ne serait, à la lecture de l’instruction, qu’une acceptation par le pape des décisions du Clergé de France. De même, elle condamne la référence au tribunal de la conscience. Dans l’optique épiscopale, seule la soumission au corps des premiers pasteurs peut protéger de l’erreur. L’excommunication leur sert également à manifester leur pouvoir au sein de l’Église, en réaffirmant une fois de plus que seuls les évêques sont juges de la foi et en précisant que la rébellion contre le pasteur du diocèse est une rébellion contre Dieu23. Le texte est donc particulièrement intéressant. Il manifeste une réelle volonté de faire accepter la bulle Unigenitus, et en même temps, il apporte des arguments en faveur d’un gallicanisme tempéré et fédérateur qui peut s’allier sans trop de difficulté à une soumission délicate au Saint-Siège.

17L’instruction se finit par des remerciements au roi et au pape.

[...] il a été donné à Pierre & à ses successeurs de fortifier ses frères (Luc, 22, 32) dans ses occasions importantes.

C’est ce qu’a produit la Constitution de notre Saint Père le Pape, par les condamnations des cent une Propositions & du Livre dont elles sont extraites [...] Nous ne pouvions avoir pour cela un meilleur guide que la constitution elle-même [...]

Nous avons donc reconnu dans sa Constitution avec une extrême joie la doctrine de l’Église, & nous l’avons acceptée avec soumission et respect. [...] Il ne nous reste à présent qu’à en procurer une sincère exécution dans nos Diocèses.

  • 24 . Lettre à tous les Prélats du Royaume, par l’Assemblée des Cardinaux, Archevêques & Evêques de l’a (...)

Nous avons estimé devoir faire pour cela une Instruction Pastorale, qui pût faciliter aux fidèles, auxquels nous sommes redevables du dépôt de la Foi qui nous est confié, l’intelligence de la Bulle, & les prémunir contre les mauvaises interprétations, par lesquelles des gens mal intentionnés tâchent d’en obscurcir le vrai sens. [...] Cette Instruction uniforme, dont nous devons tous nous servir, fera partie de notre Procès-verbal, & elle y sera pour nous un monument éternel de notre amour pour l’unité & pour la conservation de la Vérité24.

18Dans ces mots adressés aux autres prélats du royaume, le cardinal de Rohan laisse transparaître les grandes idées qui ont guidé le travail de l’Assemblée. Il essaye de concilier et la nécessité de la soumission au Souverain Pontife, qu’il justifie par la nécessité d’une instruction pastorale par la clarification des propositions que les évêques doivent à leurs fidèles. Il n’y a donc pas officiellement, du moins de sa part de désobéissance affichée.

  • 25 . Noailles Louis-Antoine de, Lettre Pastorale de Son Eminence Monseigneur le cardinal de Noailles a (...)

19Le cardinal de Noailles, pourtant président de l’Assemblée, refuse de signer le procès-verbal. C’est là une désobéissance beaucoup plus signalée. Si Rohan a voulu concilier, autant que c’était possible, les exigences romaines et celle de son roi, Noailles est lui plus intransigeant. Il ne veut pas de conciliation politique mais souhaite que sa conscience soit en accord avec ses positions ecclésiales. Considérant que l’instruction pastorale ne répond pas à toutes ses attentes, il refuse de se prononcer et propose que le clergé demande des explications au pape25.

  • 26 . Délibérations de l’Assemblée des Cardinaux, Archevêques et Evêques, Tenue à Paris en l’année 1713(...)

Vous avez à délibérer présentement sur l’Instruction pastorale, dont vous avez entendu ce matin la lecture ; mais avant que de commencer votre Déclaration, je suis chargé de vous dire, que les huit Prélats qui n’ont pas été de l’avis commun dans votre dernière délibération, & moi, ne pouvons opiner sur cette pièce, parce que nous nous croyons avec déplaisir obligés de prendre un parti différent, auquel cet acte ne peut servir. C’est de recourir au pape, lui proposer nos peines & nos difficultés, & le supplier de nous donner des moyens de clamer surement les consciences alarmées, de soutenir la liberté des Ecoles catholiques, & de conserver la paix dans nos Églises26.

  • 27 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., t. 1, p. 100.

20Avoir recours au pape pour préserver les libertés de l’Église gallicane et sauver la paix de l’Église, semble a priori assez paradoxal. Mais en obligeant Rome à donner des explications sur la bulle, c’est un moyen subtil de montrer que les évêques français sont juges de la foi au même titre que l’évêque de Rome. Le roi, outré de la rébellion de son clergé, fait tomber rapidement la sanction. L’archevêque de Paris et ses huit confrères qui, comme lui, se sont démarqués de l’Assemblée, sont exilés dans leur diocèse avec interdiction d’en sortir jusqu’à nouvel ordre et, surtout, on leur refuse la possibilité d’écrire au pape pour demander les explications réclamées27.

21Noailles remet sa présidence au cardinal de Rohan, qui signe donc en premier les différents actes de l’Assemblée. L’instruction pastorale est publiée et envoyée dans tous les diocèses le 10 mars 1714. Seulement, le clergé français est divisé et la conciliation semble toujours difficile à envisager.

Conciliation politique et réconciliation nationale

Un concile national ?

22L’Assemblée du Clergé de 1713-1714 a montré la division du clergé de France. Une petite partie de l’épiscopat menée par le cardinal de Noailles, archevêque de Paris, est donc hostile aux volontés du roi et du pape. Mais parmi les signataires de la lettre au Souverain Pontife et de l’instruction pastorale de 1714, on trouve aussi des évêques à la position fluctuante.

  • 28 . Charles de Caylus (1669-1754), évêque d’Auxerre (1704-1754). Protégé de Mme de Maintenon et ami d (...)
  • 29 . Abbé Dettey, Vie de M. de Caylus, évêque d’Auxerre, Amsterdam, chez Arkstée et Merkus, 1755, t. I (...)
  • 30 . Ibid., t. I, p. 54.
  • 31 . Le recueil de mandements d’acceptation de la Bulle Unigenitus, conservé à la Bibliothèque Mazarin (...)
  • 32 . Mgr de Caylus publie son mandement d’acceptation le 26 mars 1714 et le rétracte par un acte en da (...)

23Citons par exemple Mgr Charles de Caylus, évêque d’Auxerre28. Si l’on en croit son biographe, l’abbé Dettey, Caylus regrette amèrement sa convocation à l’Assemblée et surtout la pression exercée par le Père Le Tellier, Jésuite et confesseur du roi29. En effet, pour le bon père, il n’y a que deux solutions dans l’affaire de la bulle Unigenitus, soit la soumission aveugle, soit la guerre déclarée au roi et au pape30. Qui parle dès lors des libertés de l’Église gallicane ? Il n’y en a pas puisqu’il y a pression. Certes, il y a eu conciliation de façade, mais les fissures sont sur le point d’apparaître au grand jour. La constitution est bien reçue. Dès le mois de mars 1714, on voit fleurir les mandements épiscopaux31 portant acceptation de la Bulle. Mais là encore, certains évêques, comme Mgr de Caylus32, publient et quelques mois plus tard rétractent leur acceptation. S’il y a eu entente, elle n’a été que fugace.

  • 33 . Hervault Matthieu-Ysoré d’, Mandement de Mgr l’archevêque de Tours sur la Constitution Unigenitus (...)
  • 34 . Blet Pierre (s. j.), Les Nonces du pape..., op. cit., p. 286.

24Il faut cependant essayer de retrouver l’unité du Clergé et pour les autorités, seule une condamnation de Noailles et de ses séides pourrait montrer que l’intérêt du clergé se trouve dans la soumission au roi et au pape. Noailles et d’Hervault publient des mandements expliquant leur position33. Clément XI, indigné, condamne ces pièces comme trompeuses, fausses et injurieuses pour le Saint-Siège. Il faut donc sévir, on pense à déposer Noailles et ses confrères, d’autres envisagent un concile national pour juger les réfractaires34. Mais par ce coup de force contre l’opposition, Rome, soutenu par Versailles entend ramener la paix dans le royaume.

  • 35 . Noailles Louis-Antoine de, Mandement de Son Eminence Mgr le cardinal de Noailles portant publicat (...)

25Il faut calmer l’agitation de Noailles ou du moins le ramener à la raison. Le cardinal n’a jamais caché sa volonté d’accepter la Bulle, mais il refusait de le faire sans que le pape ne donne des explications. Le mandement35 que l’archevêque publie en octobre 1714 déclenche les réflexions sur la procédure à mettre en œuvre pour juger le récalcitrant. Un cardinal de la sainte Église romaine ne se juge pas comme n’importe quel quidam. Plusieurs solutions sont envisagées : soit un procès directement à Rome, car, en tant que cardinal, Noailles a prêté serment entre les mains du pape, soit un procès en France où le pape aura dépêché des légats, soit encore un concile provincial, ou dernière possibilité, un concile national. Amelot, envoyé spécial de Louis XIV à Rome auprès de Clément XI, explique au pape que le concile national

  • 36 . Blet Pierre (s. j.), Le Clergé du Grand Siècle en ses assemblées, 1615-1715, Paris, éditions du C (...)

était l’unique moyen de procéder contre les rebelles [...] et que l’on ne trouverait pas dans tout le Clergé de France trois évêques qui voulussent se charger de faire hors le concile le procès au cardinal, que c’était le moyen le plus canonique et le plus capable de faire revenir les esprits qui sont extrêmement irrités36.

26Une encore fois, il est nécessaire de concilier les différents points de vue : juger un cardinal selon les formes romaines, mais sans que cela paraisse un abus de pouvoir aux évêques de France.

27La négociation a lieu à Rome entre Amelot et le représentant du pape. L’étude de la correspondance diplomatique montre bien que les positions ne varient pas durant toute la période de l’ambassade d’Amelot. Le ministre argue de la canonicité du concile national qui s’impose à tous, et donc aux gallicans, alors que le cardinal répond en défendant le recours direct au pape sans tenir compte des ambitions françaises en matière d’indépendance religieuse. Dialogue de sourds entre deux positions résolument inconciliables. Pendant qu’à Rome les esprits s’échauffent sur ce possible concile, l’archevêque de Paris et ses alliés continuent leur résistance, le roi, vieillissant inexorablement, ne voit toujours pas sa grande ouvre enfin achevée.

28Le 1 er septembre 1715, Louis XIV rend l’âme. Noailles n’a pas cédé au monarque qui lui faisait pourtant envisager un retour en grâce s’il acceptait la constitution Unigenitus. Le clergé de France est toujours divisé et les espoirs de réunion d’un concile national semblent s’éloigner. La mort du vieux monarque ouvre le pouvoir à un tout jeune roi, Louis XV, et à son cousin, le duc d’Orléans, qui devient Régent de France, le 5 septembre 1715.

La régence ou l’espérance d’un retour à la paix

  • 37 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., p. 221.

Le commencement du règne de Louis XV, & de la Régence de Monseigneur le Duc d’Orléans fut comme une espèce de triomphe pour la cause des Evêques opposant. [...] À peine la Couronne eût-elle passé sur la tête du jeune Dauphin par la mort de son Bisaïeul, que tout cet appareil [de persécution] dressé contre les Evêques opposants disparut comme un songe. Il s’éleva tout-à-coup un cri universel en leur faveur37.

  • 38 . Michel Poncet de la Rivière (1672-1730), évêque d’Angers de 1706 à 1730. De son action pastorale, (...)
  • 39 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., p. 223
  • 40 . Le recueil de mandements susnommé permet de voir les différents titres que les évêques ont pu don (...)
  • 41 . Chaunu Pierre, Noirfontaine Françoise de, Foisil Madeleine, Le Basculement religieux de Paris au (...)

29Ainsi s’exprime Dorsanne dans son journal. Plus loin, il rapporte le salut de l’Assemblée du Clergé de France au Régent et le discours de l’évêque d’Angers, Michel Poncet de la Rivière38. L’évêque demande au Régent de continuer la politique de feu son oncle et de s’unir aux évêques de France dans les affaires présentes. Le Régent aurait répondu « qu’on le trouverait toujours très disposé à défendre les intérêts de l’Église gallicane, & à conserver les Evêques dans la dignité de leurs places » et Dorsanne, perfide, d’ajouter : « On ne pouvait guère donner une critique plus fine de la conduite des XL39. » Ainsi donc, s’il y a continuité dans la défense du gallicanisme, la Régence marque une rupture dans la politique religieuse de la France sur la question du jansénisme. Philippe d’Orléans essaye de rallier à lui l’ensemble des opposants à la Constitution. Il le fait de façon habile sans faire référence à la Bulle, mais en se situant sur le terrain plus consensuel du gallicanisme. L’union pouvait se faire autour de ce concept fédérateur. En effet, on le retrouve derrière chaque acte du clergé de France. L’Assemblée des XL se tient au motif que l’Église gallicane doit examiner les textes romains. La crainte d’une imposition de l’infaillibilité pontificale conduit les prélats à publier les bulles assorties de mandements40 qui les placent sur le même rang de juges de la foi. L’évêque est pape en son diocèse, comme le roi est empereur en son royaume41. La politique du Régent est donc en entière opposition à celle de Louis XIV. Après la mise en accusation des opposants, on cherche à trouver un accommodement. Il faut trouver une position commune qui permettra de sortir de cette controverse la tête haute et qui évitera un schisme qui briserait l’Église de France.

  • 42 . Saint-Simon, Mémoires, op. cit., tome IV, p. 895-897.
  • 43 . Abadie d’Arbocave Bernard d’, Mandement de Mgr l’Evêque d’Acqs pour la publication de l’appel qu’ (...)
  • 44 . Polastron François de, Actes d’appel de Messeigneurs les évêques de Lectoure, de Condom et d’Agen (...)
  • 45 . Les actes épiscopaux n’ont pas tous été conservés, mais une source permet de reconstituer leur pa (...)

30Or nombre d’évêques acceptants reviennent sur leur décision. Mgr de Sillery, évêque de Soissons, renie son acceptation sur son lit de mort42, Mgr d’Arbocave, évêque de Dax, la suspend43, Mgr de Polastron44, évêque de Lectoure chancelle dans son appel, et ils ne sont pas les seuls, les défections sont nombreuses45.

  • 46 . Nicolas du Blé, maréchal et marquis d’Huxelles (1652-1730). Ayant participé à de nombreuses campa (...)
  • 47 . BNF., Fonds français, 10670, p. 35, 45, 106, 107 ; cité par Carreyre Jean, Le Jansénisme durant l (...)
  • 48 . C’est le cas, en particulier, de l’abbé Bossuet, nommé à l’évêché de Troyes en 1716. Voir Anduran (...)
  • 49 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., p. 255.

31Les négociations avec Rome se poursuivent cependant. Les deux camps cherchent à trouver une position commune qui réglerait le conflit. Le cardinal de La Trémoille est en correspondance constante avec le Régent et le maréchal d’Huxelles46, chef du Conseil des Affaires étrangères. La Trémoille signale à Paris qu’aucune conciliation ne pourra être trouvée tant que le rebelle Noailles aura la feuille des Bénéfices47. En réaction, le Souverain Pontife refuse l’envoi des investitures canoniques aux évêques nommés, les prélats choisis par Noailles faisant figure de jansénistes plus ou moins déclarés48. De plus, le pape s’alarme des décisions de la Sorbonne de s’allier avec les évêques. En effet, les docteurs reconnaissent que « les évêques avaient le droit de juger des matières de foi, avant, avec et après le Pape49. » Les positions sont tellement éloignées qu’aucune conciliation n’est envisageable. Pour Rome, accepter les actes du clergé de France revient à reconnaître que le Pape n’est pas infaillible ; pour les évêques et la Sorbonne, accepter la constitution, c’est marquer une soumission au Saint-Siège contraire au gallicanisme.

L’Appel des IV Evêques

  • 50 . Petitpied Nicolas, Mémoires, cité par Carreyre Jean, Le Jansénisme durant la Régence, op. cit., t (...)

32Pour les théologiens jansénistes, Rome vit dans le regret de sa puissance antique50, Rome a conquis l’univers, Grégoire VII a fait plier un roi, alors son successeur ne peut s’abaisser devant un groupe de rebelles français. Les Français proposent moult propositions pour régler le conflit, elles sont toutes refusées par le Saint-Siège. Il ne reste donc qu’un moyen au Régent pour faire ployer Clément XI : récuser le concordat de Bologne et remettre en cause l’allégeance à Rome. Pour éviter ce terrible expédient, il n’y a qu’une solution : le pape doit expliquer sa bulle ou au moins convoquer un concile. La commission présidée par Saint-Simon manifeste un vrai renversement politique. Le combat des opposants à la Bulle est devenu celui du Régent et du gouvernement. La fermeté de Philippe d’Orléans paye : le pape recule et accorde enfin les investitures canoniques.

  • 51 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., tome I, p. 285.
  • 52 . Lettre du cardinal Paulucci au cardinal de Rohan du 26 janvier 1717 : « Sa Sainteté reçoit tous l (...)

33Mais dans le même temps, pourtant, les tensions ne disparaissent pas. Le cardinal de Noailles, toujours chancelant, mène un jeu complexe. Attaché aux principes gallicans, l’archevêque de Paris, n’en est pas moins un homme faible. Les pressions multiples qu’il subit expliquent les rumeurs circulant à Paris : le cardinal serait prêt à accepter la Constitution de peur que le pape ne l’excommunie51. La Broue, évêque de Mirepoix et deux autres de ses confrères, Langle de Boulogne et Soanen de Senez, ayant tous trois refusé d’accepter la Bulle, s’empressent de soutenir l’archevêque dans son refus de la Constitution. De leur coté, les évêques acceptants réunis chez le cardinal de Rohan mettent au point une stratégie parallèle : ramener Noailles dans le giron de la soumission. Les projets de conciliation se multiplient autour de sa personne. Des commissions mises en place autour de lui et de Rohan. Les deux cardinaux doivent proposer des explications au Régent. Mais quelle doit en être la nature : absolues ou relatives ? Conciliation impossible, car les « bullistes » savent très bien que Rome ne voudra jamais une acceptation relative tandis que les opposants déclarent ne pouvoir recevoir la Bulle qu’avec des explications... Toujours le même débat, toujours la même impasse. Pourtant l’ambition est commune, réconcilier l’Église de France52.

  • 53 . Nivelle Gabriel-Nicolas, La Constitution Unigenitus déférée à l’Église Universelle, ou Recueil de (...)
  • 54 . Saint-Simon, Mémoires, op. cit., t. VII, p. 304-306.

34Malgré les difficultés constantes entre les évêques, le Régent espère toujours réunir les prélats autour d’un consensus. Mais le 5 mars 1717, les évêques de Senez, de Montpellier, de Boulogne et de Mirepoix appellent de la bulle Unigenitus à un futur concile général. L’acte d’appel, après avoir fait un tableau noir de la situation de l’Église de France, affirme que « la Constitution donnait atteinte aux fondements de la hiérarchie, aux droits des évêques et aux libertés du royaume : elle était opposée aux véritables règles sur la pénitence ; elle renversait les plus fermes fondements de la morale et même le premier de ses commandements... ; elle défendait la lecture de l’Écriture Sainte ; elle condamnait des propositions de l’Écriture et des Pères53. » Le texte reprend les grands thèmes développés par les opposants depuis 1714 et conclut en utilisant les arguments mis en avant par le Régent. La fracture est là, officielle et superbe. Le Régent exile aussitôt les quatre meneurs dans leur diocèse. Cependant, le mouvement est lancé et, en 1718, touche 45 diocèses et presque 7000 appelants et parmi eux il y a le cardinal de Noailles54. Le problème d’union reste entier et il faut encore trouver des points d’accommodement et essayer une nouvelle fois, et malgré la résistance de Rome, de trouver un arrangement qui ressoudera l’Église de France.

Le Corps de Doctrine, réconcilier les contraires

Les Lettres Pastoralis Officii

  • 55 . Taveneaux René, Jansénisme et politique, Paris, Armand Colin, 1965.
  • 56 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., t. 1, p. 362.
  • 57 . Pour un récit complet et précis des faits voir les pages remarquables de Françoise de Noirfontain (...)

35L’Appel est donc devenu une extraordinaire machine politique qui ébranle les fondements du pouvoir tout en prétendant défendre la monarchie gallicane, comme l’ont montré les analyses de René Taveneaux55. La politique du Régent se retourne alors par nécessité et impose le silence aux deux partis par la déclaration royale d’octobre 1717. C’est un moyen sûr, pense-t-il, de préserver les chances d’arriver à un accommodement. Entre Rome et Paris, les relations sont tendues, mais pas encore rompues. Le cardinal de La Trémoille présente donc à Clément XI un précis de doctrine qu’il présente comme l’exposé de foi commun aux appelants et aux acceptants et qui constitue un développement plus ample de l’Instruction pastorale de 171456. Pendant que la curie vérifie l’authenticité du texte latin présenté, l’acte d’appel de Noailles est rendu public. Mais, toujours hésitant, l’archevêque récuse cette pièce devant le Régent et il obtient sa suppression par le Parlement le 1 er décembre 171757.

36Philippe d’Orléans maintient le cap de l’accommodement et, sur son ordre, la réflexion se porte maintenant sur les travaux de Noailles. Son instruction pastorale de 1714 est examinée par Rohan et Bissy qui y font des modifications. La question porte désormais sur la nature de l’acceptation de l’archevêque. Pour le maréchal d’Huxelles, le cardinal doit accepter dans le sens du précis de doctrine. Noailles concède pour la première fois, qu’il pourrait accepter la Bulle avec des explications reçues par les évêques de France. Mais pour les chefs de la mouvance constitutionnaire, c’est aller trop loin dans la conciliation. L’archevêque doit accepter la Bulle dans tous les sens qu’il plaira au pape de donner à ces propositions. En outre, objectent-ils, une acceptation ne peut pas être limitative ou conditionnelle... le problème subsiste donc à Paris, mais aussi à Rome où le Souverain Pontife se fige dans son refus de négocier avec les appelants français.

  • 58 . Neveu Bruno, L’Erreur et son juge. Remarque sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Napl (...)
  • 59 . Noailles Louis-Antoine de, Mandement de Son Eminence Monseigneur le cardinal de Noailles, archevê (...)

37Car donner des explications sur la Bulle serait, pour le pape, accepter la loi des « refusants » et amoindrir l’autorité doctrinale du siège de Rome58. Le 8 septembre 1718, Clément XI excommunie les Appelants par les Lettres Pastoralis officii. Le jour du cinquième anniversaire de la Bulle, le pape entend clore le débat, mais sa démonstration d’autorité n’impressionne pas en France. Noailles obtient du Régent le droit de publier son appel et dans le mandement qu’il publie pour justifier sa démarche, l’archevêque déclare : « nous avons toujours été persuadez, que la paix est un bien si précieux, que nous devions tout sacrifier pour y parvenir, excepté la vérité ; en sorte que bien loin de nous repentir de tout ce que nous avons fait, & de tout ce que nous avons souffert pour consommer un accommodement qui conservât également la vérité et la paix, nous ne pouvons vous dissimuler que nous sentons une très-vive douleur que le succès n’ait pas répondu à nos vœux59. » Et le prélat d’ajouter plus loin :

  • 60 . Ibid., p. 2-3.

Mais de quelques troubles que l’église puisse être agitée, convaincus que, selon S. Augustin, il n’y a jamais de juste sujet de rompre l’unité, nous demeurerons inviolablement attachés à la Chaire de Pierre, que nous respectons comme centre de l’Unité Catholique ; nous continuerons de rendre à celuy que Dieu à élevé sur cette Chaire, pour être le Chef visible du Collège Episcopal, & de toute l’église, le respect & la soumission que les Saint Canons prescrivent, enfin dans tous les temps, & quelque événement qui puisse arriver, nous conserverons pour ceux même qui se déclareraient ouvertement les ennemis de la paix, les sentiments d’union, de concorde et de charité, que JESUS-CHRIST a recommandés à ses ministres60.

  • 61 . Dainville-Barbiche Ségolène de, Devenir curé à Paris. Institutions et carrières ecclésiastiques ( (...)

38Si le pape est le chef de l’Église, il n’en est pas moins qu’un primus inter pares, et il revient au « collège épiscopal » d’abonder dans le sens du pape s’il le juge opportun. Mais en même temps, Noailles tente de concilier ses vues théologiques et l’unité nécessaire du monde catholique qui passe par le respect dû au successeur de Pierre. Il engage même ses curés à continuer d’instruire les fidèles ainsi, ce qui restera souvent lettre morte61.

  • 62 . Il s’agit de MM. d’Angoulême, de Bayonne, de Boulogne, de Montpellier, de Pamiers, de Senez, de D (...)
  • 63 . En 1718, le mouvement touche 45 diocèses et on peut recenser entre 6500 et 7000 appelants, c’est (...)

39L’exemple de Noailles crée un véritable appel d’air. Il est suivi par ceux de douze prélats62, dont sept anciens acceptants. Il y a donc un vrai front de résistance en France composé de près de vingt évêques, et surtout d’une bonne part du second ordre63. Leur appel montre à quel point le gallicanisme théologique, héritier de Gerson, est encore vif. Pour eux, le concile général est supérieur au pape et en dernier recours, il est la seule source de vérité ; l’infaillibilité pontificale semble pour eux, au mieux une nouveauté condamnable, au pire une hérésie jésuite.

L’Accommodement de 1720, un espoir déçu

  • 64 . Ces critères sont les suivants : examen, conformité dans le sens, unanimité, ordre canonique et n (...)
  • 65 . BNF., Ms. fr. 23318, Lettre de Mgr de Béthune, évêque de Verdun, au cardinal de Noailles, du 14 f (...)

40Le 3 octobre 1717, le cardinal poursuit son entreprise en appelant dans une instruction pastorale de grande ampleur des Lettres Pastoralis Officii. L’ouvrage, très ample et très érudit, veut établir que la bulle ne peut être regardée comme règle de foi, car elle ne remplit pas exactement les cinq critères de jugement en matière de foi64. L’entreprise de l’archevêque est simple : prouver la canonicité de son appel et démontrer que l’infaillibilité pontificale ne peut pas être considérée comme un dogme. Ce dernier argument suscitera la consternation de la Curie. On accuse le cardinal de Paris de vouloir instaurer un nouveau dogme en s’appuyant sur les Quatre Articles de 1682. Ce texte, faisant oublier les atermoiements de l’archevêque, lui donne véritablement une stature de théologien et de défenseur acharné des libertés de l’Église gallicane65. À ces gallicans, les ultramontains répondent par l’entremise du cardinal de Bissy. Le Régent, las de ces querelles théologiques interminables, réimpose le silence par une ordonnance du 5 juin 1719, preuve, s’il en était besoin, de l’inutilité de la première déclaration de 1717.

  • 66 . Carreyre Jean, op. cit., tome II, p. 271.
  • 67 . Marais Matthieu, Journal et Mémoires (1715-1737), Paris, Firmin Didot frères, 1863-1868, 4 vol., (...)

41Seulement, la Fille Ainée de l’Église ne peut pas admettre que son clergé soit divisé et Philippe d’Orléans poursuit inlassablement sa recherche d’une position médiane qui réunirait tous les prélats. Cette fois, le Régent charge des intermédiaires, plus discrets, d’arriver à l’accommodement tant désiré. L’abbé Dubois, éminence grise (pour le moment) du Régent, doit négocier avec l’abbé Couet, chanoine de Notre-Dame. Leur texte se fonde sur celui de 1716 et est repris, une nouvelle fois, par les deux compères, Rohan et Bissy. Après une série de négociations entre l’archevêque de Paris et Philippe d’Orléans, la voie d’une solution semble s’ouvrir. L’idée d’une acceptation relative ne semble plus si gênante, et Languet de Gergy, l’ambitieux évêque de Soissons, prend même le soin de faire rajouter dans le projet de l’acte la clause suivante : « Explications que nous avons jugées nécessaires de rendre à la Bulle uniquement pour empêcher que par de fausses interprétations la vérité ne fût attaquée, la pureté de la morale corrompue et la liberté des écoles blessée66. » Après d’autres subtiles corrections de Noailles, le Régent parvient enfin à son but tant désiré : le 13 mars 1720, il déclare « J’ai bridé mes ânes67. »

42Les efforts de l’abbé Dubois et du Régent portent donc leurs fruits : l’Accommodement est finalement signé. Philippe d’Orléans espère y gagner la paix religieuse, Dubois y trouve des compensations plus concrètes : il reçoit le plus riche évêché de France, le siège de Cambrai, et, peu après, le chapeau rouge. C’est l’apogée de sa carrière.

  • 68 . Remontrance de MM. les curés du Doyenné de Chelles à M. le cardinal de Noailles sur le projet d’a (...)
  • 69 . Lettre d’un chanoine à un homme retiré du monde, s. l. n. d., p. 12

43Cependant, le clergé de Paris n’est pas satisfait de la conduite de son archevêque, et les mécontents se multiplient. Pour les curés parisiens, les évêques auraient dû les convier à partager les débats autour de la Bulle. L’accommodement ne peut pas non plus les satisfaire car les prélats ont glissé dans le texte une déclaration affirmant que seul le corps épiscopal constitue l’Église enseignante68. Les curés doivent transmettre la parole, sûrement pas élaborer le dogme. Mais le richérisme des curés parisiens prend un essor fulgurant. De nombreuses pièces dénoncent les reculades de Noailles et moquent cet accommodement qu’ils mettent en parallèle avec les autres écrits de l’archevêque. Dans un ouvrage intitulé Principes pour rejeter l’accommodement, l’auteur anonyme se sert des arguments développés dans l’instruction pastorale de 1719 pour dénoncer l’accord du 13 mars. Dans une autre pièce, on peut lire « Nous acceptons avec respect l’erreur relativement à la vérité dont nous ne nous soucions guère69. » Les publications critiques de l’accommodement se multiplient et toutes dénoncent ses insuffisances. Cette agitation est renforcée par l’appel de Noailles aux évêques appelants pour les inciter à accepter l’accommodement. On crie à la duplicité, le milieu janséniste est divisé et la politique du Régent montre clairement ses limites, personne n’est satisfait de ce qui passe pour une demie mesure.

La déclaration du 4 août 1720 : le retour à l’unité du Clergé de France

  • 70 . Il était fait référence à l’article 30 de l’édit de 1695 sur la juridiction ecclésiastique.
  • 71 . D’après Marcel Marion, la fonction essentielle du Grand Conseil est de remplacer le Parlement dan (...)
  • 72 . Noailles Louis-Antoine de, Mandement de son éminence monseigneur le cardinal de Noailles, archevê (...)

44La déclaration du 4 août 1720 est la publication très officielle de l’accommodement. Ce texte, sous le sceau royal, stipule que la constitution reçue par les évêques doit être observée dans le royaume, que les appels au concile sont interdits et ceux déjà interjetés déclarés nuls. Elle interdit aussi de se provoquer par des termes injurieux comme novateurs, jansénistes, hérétiques et affirme que les évêques sont seuls juges en matière de doctrine70. Mais le Parlement refuse d’enregistrer la déclaration qui n’a donc aucune force. Pour eux, seul le concile général peut trancher la question et leur avis est suivi par les curés de Paris. Le Régent, las des querelles, fait alors enregistrer le texte par le Grand Conseil71, le 28 septembre 1720. Pour que la cause soit enfin finie, il est nécessaire que Noailles publie un mandement d’acceptation. L’hésitant cardinal ne le donne qu’après moult pressions. Le Régent le menaçant de le livrer au pape qui l’enfermerait au Château Saint-Ange, puis alternant avec des positions rassurantes sur l’avenir des appelants, il arrache le texte à l’archevêque de Paris, le 16 novembre 172072. Le mandement est un texte conciliateur ; il affirme que son seul but est de préserver les libertés de l’Église gallicane, ce qu’il a fait lui-même en refusant l’instruction pastorale des XL et en publiant le Corps de Doctrine. Il multiplie les formules destinées à rassembler l’ensemble des tendances du clergé derrière lui. Il accepte la Bulle dans les mêmes mots que le pape mais en suivant les explications des évêques de France et, surtout, il interdit que les fidèles ne donnent à la Constitution un autre sens que celui renfermé par les explications. Malgré tout, et à la différence de l’instruction de 1714, il n’y a aucune obligation pour les curés à le lire en chaire et il ne sera pas procédé par voie de droit contre ceux qui parleraient, écriraient ou enseigneraient contre la Constitution. Cependant, les possesseurs des Réflexions morales de Quesnel risquent des peines d’excommunication. Noailles manifeste dans ce texte sa volonté de conciliation entre les différentes tendances du clergé : ne pas frapper les opposants, et ne pas affronter les constitutionnaires.

  • 73 . Sur cette notion complexe, voir Congar Yves, L’Église de Saint Augustin à l’époque moderne, op. c (...)
  • 74 . Congar Yves, L’Église de Saint Augustin à l’époque moderne, op. cit., p. 320-327.

45La conciliation est donc au cour de l’histoire de la bulle Unigenitus. Les multiples tractations que nous avons suivies entre Rome et Paris et à l’intérieur du clergé de France, ont eu pour but de concilier diverses tendances du catholicisme ainsi que différentes façons de penser l’Église. Question de foi et de doctrine, la bulle Unigenitus a pour but de mettre un terme à la querelle janséniste en montrant aux fidèles les erreurs contenues dans le livre de Quesnel et de réaffirmer les principaux points de la doctrine catholique. Mais la Bulle met face à face deux ecclésiologies inconciliables. À Rome, l’infaillibilité pontificale est presque admise, à Paris, elle fait encore débat et le conciliarisme73 est considéré comme une solution bien meilleure. Un homme seul, même s’il est le successeur de Pierre, peut errer, alors que le concile, représentant de l’Église universelle, ne le peut pas comme l’affirme le décret Haec Sancta de 141774.

46À l’intérieur même du clergé de France, la Bulle a exacerbé les tensions entre des prélats farouchement gallicans et ceux plus portés vers l’autre coté des Alpes. Sans être vraiment ultramontains comme pourraient l’être des jésuites, ils sont conscients que la soumission aux décisions des papes surtout dans les questions jansénistes est un moyen de se signaler aux yeux du pouvoir et ainsi de s’ouvrir la porte des promotions épiscopales et, pourquoi pas, de se frayer un chemin jusqu’à la barrette cardinalice. Ainsi Mgr de Bissy a-t-il le chapeau, l’abbé Lafiteau reçoit-il l’évêché de Sisteron. Malgré les oppositions constantes entre des prélats plus politiques et d’autres plus théologiens, il est un point commun qui réconcilie les évêques : c’est la conscience de leur rôle éminent dans la définition du dogme et dans l’organisation du clergé de France.

47Mais la politique de conciliation est un échec. La recherche perpétuelle d’un accommodement entre les évêques ne peut être concluante. Chaque camp est persuadé de détenir la vérité et nul ne peut, de bonne foi, transiger sur un sujet si important. L’accommodement de 1720 est suivi du réappel de quelques prélats, comme Soanen, La Broue et Colbert de Montpellier. La querelle n’est donc pas enterrée, mais au contraire réactivée par la recherche de ce consensus.

48La conciliation doctrinale ne pouvait qu’être un échec, et cette opposition entre gallicans et ultramontains perdure durant tout le XVIIIe siècle, avec parfois des convergences surprenantes qui montrent, si cela était nécessaire, la complexité intellectuelle et dogmatique de ce corps épiscopal de l’âge des Lumières.

Notes

1 . Les jansénistes participent avec Bossuet à la lutte anti-protestante. Les Port Royalistes mobilisent toute leur énergie pour traduire l’Écriture, Sacy commence le travail dès 1672 mais il décède avant de voir la fin de l’entreprise. Le foyer port royaliste constitue un vivier d’excellence intellectuelle, les Messieurs font paraître de nombreuses ouvres comme La Grammaire (Arnauld et Lancelot, 1656), La Logique (Arnauld et Nicole, 1660-1683) et d’après la préface de l’édition de 1683, ces travaux avaient pour but de mettre à disposition et de bien mobiliser tous les ressorts de la pensée contre le Protestantisme.

2 . Chaline Olivier, Le Règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005.

3 . Quesnel Pasquier, Plainte et protestation du Père Quesnel contre la condamnation des Cent-une Propositions avec un ample exposé de ses vrais sentiments, opposés aux sens erronés qui lui sont faussement imputés dans l’Instruction pastorale des XL. Evêques, s. l., 1715, p. 4-5. Pour une étude des positions doctrinales du père Quesnel, voir Ceyssens Lucien et Tans Joseph, Autour de l’Unigenitus. Recherches sur la genèse de la Constitution, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 1987 et en particulier p. 583-648.

4 . Dans la chancellerie apostolique, un bref est une lettre pontificale scellée mais d’importance et d’objets moindres que la bulle et souvent de caractère privé.

5 . Joseph Emmanuel de La Trémoille (1659-1720), ambassadeur près le Saint-Siège, créé cardinal en 1706 puis nommé évêque de Bayeux en 1716. Transféré à Cambrai en 1718 sans avoir été préconisé, il est enfin sacré archevêque et meurt peu après en 1720. Saint-Simon, dans ses Mémoires, précise qu’il n’a pas été consulté pour la rédaction de la Bulle. Voir Saint-Simon, Mémoires, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1985 ; tome IV, p. 647-648 et 702.

6 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne, contenant l’Histoire & les Anecdotes de ce qui s’est passé de plus intéressant, à Rome & en France, dans l’Affaire de la Constitution Unigenitus, s. l., 1756, tome 1, p. 9.

7 . Saint-Simon, Mémoires, op. cit., tome IV, p. 702.

8 . Minois Georges, Les Confesseurs du Roi, Paris, Fayard, 1988.

9 . Armand Gaston Maximilien de Rohan-Soubise, Evêque de Strasbourg et prince du Saint-Empire de 1704 à 1749. Grand Aumônier de France, il reçoit le chapeau de cardinal en 1712. Prélat brillant et cultivé, il est l’interlocuteur privilégié des relations entre Louis XV et l’impératrice Marie-Thérèse. D’un point de vue ecclésial et théologique, il se présente comme un défenseur des droits de l’épiscopat et s’il accepte la bulle Unigenitus, c’est, semble-t-il, pour préserver les droits du Premier Ordre contre les évolutions richéristes du clergé. La fin du règne d’Armand Gaston de Rohan a été moins politique et beaucoup plus consacrée à la vie de son diocèse. Il exprime la volonté d’épurer la religion populaire de ses superstitions et essaye de la rationaliser. Le cardinal jouit d’une préséance morale importante dans le clergé français. L’Instruction pastorale sur la Pénitence et l’Eucharistie qu’il donne pendant l’affaire Pichon est considérée par beaucoup comme son testament spirituel. Il décède en 1749.

10 . Henri-Pons de Thiard de Bissy, Evêque de Toul de 1687 à 1704 et évêque de Meaux de 1704 à 1737. Promu au cardinalat en 1715 en remerciement de ses services pour faire accepter la bulle Unigenitus, il avait pourtant été un des défenseurs de Quesnel alors qu’il était évêque de Toul. La suite de son épiscopat le range tout de même assez clairement dans la tendance bulliste et ultramontaine du clergé français. Voir Taveneaux René, Le Jansénisme en Lorraine, Paris, Vrin, 1960, p. 200-211.

11 . Nous citons le texte de la Bulle Unigenitus en français en nous appuyant sur la publication faite par le p. Ceyssens dans Ceyssens Lucien et Tans Joseph, Autour de l’Unigenitus, op. cit., p. 790.

12 . Ceyssens Lucien et Tans Joseph, Autour de l’Unigenitus, op. cit, p. 803-804.

13 . Martimort Aimé-Georges, Le Gallicanisme de Bossuet, éditions du Cerf, Paris, 1953, et du même, Le Gallicanisme, Paris, PUF, 1973. Voir aussi Congar Yves, L’Église de Saint Augustin à l’époque moderne, Paris, éditions du Cerf, 2007, p. 391-412.

14 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., tome 1, p. 47.

15 . Dorsanne cite en particulier Mgr d’Acquin, ancien évêque de Fréjus, le cardinal d’Estrées, ou encore Mgr Hervé, ancien évêque de Gap. Certains autres se désistent comme Mgr de Mornai, évêque nommé de Québec.

16 . C’est ainsi que le pape Clément XI désigne la faction proche du cardinal de Noailles dans les débats préparatoires à la publication des Lettres Pastoralis Officii.

17 . Fabrizzio Paulucci (1650-1726), cardinal archevêque de Ferrare, secrétaire d’Etat du pape Clément XI.

18 . Cornelio Bentivoglio (1668-1732), archevêque in partibus de Carthage, nonce apostolique près la Cour de France de 1712 à 1719.

19 . Nunziatura di Francia 389, f. 29-30, 28 octobre 1713, cité par Blet Pierre (s. j.), Les Nonces du pape à la Cour de Louis XIV, Paris, Perrin, 2002.

20 . Matthieu Ysoré d’Hervault (* -1716), archevêque de Tours de 1694 à 1716. Proche du cardinal de Noailles, il est un ardent défenseur des principes gallicans et insiste souvent dans ses mandements sur le rôle de juge de la foi qui selon lui a été dévolu aux premiers pasteurs en tant que successeurs des Apôtres.

21 . Ceyssens Lucien et Tans Joseph, Autour de l’Unigenitus, op. cit, p. 800.

22 . Instruction pastorale de Nosseigneurs les Cardinaux, Archevêques et Evêques de l’Assemblée de 1714 pour l’acceptation de la Constitution Unigenitus, [s. l. n. d.], 1714, p. 37-42.

23 . Ibid., p. 50-53.

24 . Lettre à tous les Prélats du Royaume, par l’Assemblée des Cardinaux, Archevêques & Evêques de l’année 1714 pour la réception de la Constitution Unigenitus, lettre circulaire incluse dans l’Instruction pastorale de Nosseigneurs les Cardinaux, Archevêques et Evêques de l’Assemblée de 1714 pour l’acceptation de la Constitution Unigenitus.

25 . Noailles Louis-Antoine de, Lettre Pastorale de Son Eminence Monseigneur le cardinal de Noailles au sujet de la Constitution Unigenitus, Paris, chez J. -B. Coignard, 1714, et abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., tome 1, p. 104.

26 . Délibérations de l’Assemblée des Cardinaux, Archevêques et Evêques, Tenue à Paris en l’année 1713 & 1714, Sur l’Acceptation de la Constitution en forme de Bulle de Notre Saint Père le Pape Clément XI, portant condamnation de plusieurs propositions extraites d’un Livre imprimé en Français & divisé en plusieurs tomes, intitulé : Le Nouveau Testament en Français, avec des Réflexions Morales sur chaque verset, à Paris 1699 & autrement, Abrégé de la Morale de l’Evangile, des Epitres de Saint Paul, des Epitres Canoniques, & c… ou Pensées chrétiennes sur le texte des ces livres sacrés, à partir de 1693 & 1694 & c. Avec des Observations sur les Actes concernans son exécution & la publication, [S. L.], [S. N.], 1714. 195, (BPR, LP 687, 1) Les pages suivantes nous donnent la liste des signataires de la déclaration du cardinal de Noailles. Il s’agit de Mgr d’Hervault, archevêque de Tours, Mgr de Béthune, évêque de Verdun, Mgr de Clermont, évêque de Laon, le frère du cardinal, Mgr de Noailles, évêque de Châlons-sur-Marne, Mgr Soanen, évêque de Senez, Mgr de Langle, évêque de Boulogne, Mgr Desmarets, évêque de Saint-Malo et enfin de Mgr Dreuillet, évêque de Bayonne.

27 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., t. 1, p. 100.

28 . Charles de Caylus (1669-1754), évêque d’Auxerre (1704-1754). Protégé de Mme de Maintenon et ami du cardinal de Noailles, il gère son diocèse avec beaucoup de régularité et se signale par sa charité. Il participe à l’Assemblée du Clergé de 1714, publie la Bulle mais en suspend l’application quelque mois plus tard. Appelant, il est un des plus vigoureux défenseurs du jansénisme durant la première moitié du XVIIIe siècle.

29 . Abbé Dettey, Vie de M. de Caylus, évêque d’Auxerre, Amsterdam, chez Arkstée et Merkus, 1755, t. I, p. 43.

30 . Ibid., t. I, p. 54.

31 . Le recueil de mandements d’acceptation de la Bulle Unigenitus, conservé à la Bibliothèque Mazarine sous la cote A 13 460, nous a permis de recenser 119 pièces couvrant l’essentiel des diocèses de France. Certains diocèses, comme celui de Senlis, présentent deux pièces, la Bulle ayant été reçue d’abord par le chapitre le siège étant vacant, puis une seconde fois par le nouvel évêque.

32 . Mgr de Caylus publie son mandement d’acceptation le 26 mars 1714 et le rétracte par un acte en date du 29 avril 1717 et intitulé Mandement de Mgr l’Evêque d’Auxerre pour suspendre l’effet et l’acceptation de la Constitution Unigenitus, Auxerre, J. -B. Tronchet, 1717.

33 . Hervault Matthieu-Ysoré d’, Mandement de Mgr l’archevêque de Tours sur la Constitution Unigenitus, [s. l.], 1714.

34 . Blet Pierre (s. j.), Les Nonces du pape..., op. cit., p. 286.

35 . Noailles Louis-Antoine de, Mandement de Son Eminence Mgr le cardinal de Noailles portant publication de l’appel qu’il a interjette, le 3 avril 1717, au pape mieux conseillé et au futur concile général de la constitution de Notre Saint-Père le Pape du 8 septembre 1713, qui commence par ces mots : « Unigenitus Dei Filius », Paris, J. -B. Delespine, 1718

36 . Blet Pierre (s. j.), Le Clergé du Grand Siècle en ses assemblées, 1615-1715, Paris, éditions du Cerf, 1995, p. 466. Le texte cité provient des missives de la Nonciatures de France conservées aux Archives du Vatican.

37 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., p. 221.

38 . Michel Poncet de la Rivière (1672-1730), évêque d’Angers de 1706 à 1730. De son action pastorale, on retiendra surtout son hostilité constante contre tout ce qui paraissait être janséniste ainsi que sa volonté de tenir des conférences ecclésiastiques régulières qui ont été publiées à son initiative.

39 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., p. 223

40 . Le recueil de mandements susnommé permet de voir les différents titres que les évêques ont pu donner à leur texte. Il s’agit essentiellement de mandement publiant la bulle assortie des commentaires de l’Assemblée de 1714. Ainsi, en se référant aux travaux de leurs confrères, auxquels ils sont associés spirituellement, ils se placent eux aussi dans la tradition gallicane. D’autres, comme les évêques de Poitiers, de Bordeaux ou d’Agde, prennent la peine de composer de véritables instructions pastorales, texte à dimension dogmatique importante, pour faire connaître leur position sur la Bulle et pour montrer que s’ils acceptent la constitution, c’est qu’ils la jugent orthodoxe et non du fait qu’elle émane du siège de Pierre.

41 . Chaunu Pierre, Noirfontaine Françoise de, Foisil Madeleine, Le Basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1998, p. 90.

42 . Saint-Simon, Mémoires, op. cit., tome IV, p. 895-897.

43 . Abadie d’Arbocave Bernard d’, Mandement de Mgr l’Evêque d’Acqs pour la publication de l’appel qu’il a interjeté, le 15 juillet 1717, au pape mieux conseillé et au futur concile général, de la constitution de Notre Saint Père le Pape qui commence par ces mots « Unigenitus Dei Filius » ; et pour appeler aussi au même tribunal des lettres de S. S., publiées... à Rome le 8 septembre dernier, qui commence (sic) par ces mots : « Pastoralis Officii », D’Acqs, R. Leclercq, 1719

44 . Polastron François de, Actes d’appel de Messeigneurs les évêques de Lectoure, de Condom et d’Agen au Pape mieux informé, et au futur concile général, de la Constitution de N. S. P. le Pape Clément XI du 8 septembre 1713, qui commence par ces mots : Unigenitus Dei Filius, Paris, J. B. Delespine, 1718

45 . Les actes épiscopaux n’ont pas tous été conservés, mais une source permet de reconstituer leur parcours. Il s’agit de La Tour de Babel ou la division des Evêques de France qui ont eu part à la Constitution Unigenitus depuis l’année 1714, pour servir de plan à une histoire des variations au sujet de cette bulle, [s. l.], [s. n.], [s. d.] (BPR, LP 425, pièce 7)

46 . Nicolas du Blé, maréchal et marquis d’Huxelles (1652-1730). Ayant participé à de nombreuses campagnes sous le règne de Louis XIV, il est fait maréchal de France en 1703 et gouverneur d’Alsace et de Strasbourg de 1690 à 1715. Nommé chef du conseil des Affaires étrangères de la polysynodie lors de la Régence et membre du conseil de Régence, il est un diplomate avisé. Nommé conseiller d’Etat en 1726, il meurt en 1730 sans alliance.

47 . BNF., Fonds français, 10670, p. 35, 45, 106, 107 ; cité par Carreyre Jean, Le Jansénisme durant la Régence, t. 1, « La politique janséniste du Régent, 1715-1717 », Louvain, 1929, p. 76.

48 . C’est le cas, en particulier, de l’abbé Bossuet, nommé à l’évêché de Troyes en 1716. Voir Andurand Olivier, « Mgr Jacques-Bénigne Bossuet, évêque de Troyes (1716-1742), Champion du jansénisme ? » in Troyes et la Champagne méridionale entre Absolutisme et Lumières : un pays à l’épreuve de la modernité. À paraître.

49 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., p. 255.

50 . Petitpied Nicolas, Mémoires, cité par Carreyre Jean, Le Jansénisme durant la Régence, op. cit., t. 2, Louvain, 1932, p. 30.

51 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., tome I, p. 285.

52 . Lettre du cardinal Paulucci au cardinal de Rohan du 26 janvier 1717 : « Sa Sainteté reçoit tous les jours de différents cotés, des avis positifs et uniformes des manèges et des artifices que des personnes mal intentionnées emploient pour engager Votre Eminence, sous le prétexte spécieux de rétablir la paix dans l’Église, à passer sur des choses qui ne pourront jamais être que désagréables au Saint-Siège. » cité par Carreyre Jean, Le Jansénisme durant la Régence, op. cit., t. 1, p. 133.

53 . Nivelle Gabriel-Nicolas, La Constitution Unigenitus déférée à l’Église Universelle, ou Recueil des Actes d’Appel interjetés au futur concile général de cette constitution et des Lettres Pastoralis Officii, A Cologne, 1757, tome 1, p. 17.

54 . Saint-Simon, Mémoires, op. cit., t. VII, p. 304-306.

55 . Taveneaux René, Jansénisme et politique, Paris, Armand Colin, 1965.

56 . Abbé Dorsanne, Journal de M. l’abbé Dorsanne..., op. cit., t. 1, p. 362.

57 . Pour un récit complet et précis des faits voir les pages remarquables de Françoise de Noirfontaine dans Chaunu Pierre, Noirfontaine Françoise de, Foisil Madeleine, Le Basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, op. cit., p. 153-177.

58 . Neveu Bruno, L’Erreur et son juge. Remarque sur les censures doctrinales à l’époque moderne, Naples, Bibliopolis, 1993.

59 . Noailles Louis-Antoine de, Mandement de Son Eminence Monseigneur le cardinal de Noailles, archevêque de Paris, pour la publication de l’Appel qu’il a interjeté le 3 avril 1717. Au pape mieux conseillé, & au futur concile général de la Constitution de N. S. P. le Pape Clément XI du 8 septembre 1713 qui commence par ces mots Unigenitus Dei Filius, [s. l], [s. n.], [s. d.], 24 septembre 1718, p. 1-2.

60 . Ibid., p. 2-3.

61 . Dainville-Barbiche Ségolène de, Devenir curé à Paris. Institutions et carrières ecclésiastiques (1695-1789), Paris, PUF, « Le Noud Gordien », 2005.

62 . Il s’agit de MM. d’Angoulême, de Bayonne, de Boulogne, de Montpellier, de Pamiers, de Senez, de Dax, d’Auxerre, de Couserans, de Castres, d’Agen, de Condom, de Laon, de Mâcon, de Metz, de Lectoure et M. l’ancien évêque de Tournai, François Caillebot de la Salle. L’ensemble du parcours des prélats est l’objet d’une publication polémique intitulée La Tour de Babel ou la division des Evêques de France qui ont eu part à la Constitution Unigenitus depuis l’année 1714, pour servir de plan à une histoire des variations au sujet de cette bulle, [s. l.], [s. n.], [s. d.] (BPR, LP 425, pièce 7).

63 . En 1718, le mouvement touche 45 diocèses et on peut recenser entre 6500 et 7000 appelants, c’est un chiffre massif mais très minoritaire par rapport à l’ensemble du clergé et surtout très variable selon les lieux. Ils forment 6 % du clergé de Meaux, 20 % à Beauvais, 30 % des curés de la seule ville de Tours, mais dans l’Ouest il y a eu peu d’impact.

64 . Ces critères sont les suivants : examen, conformité dans le sens, unanimité, ordre canonique et notoriété.

65 . BNF., Ms. fr. 23318, Lettre de Mgr de Béthune, évêque de Verdun, au cardinal de Noailles, du 14 février 1719, f ° 228, citée par Françoise de Noirfontaine dans Chaunu Pierre, Noirfontaine Françoise de, Foisil Madeleine, Le Basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, op. cit., p. 167.

66 . Carreyre Jean, op. cit., tome II, p. 271.

67 . Marais Matthieu, Journal et Mémoires (1715-1737), Paris, Firmin Didot frères, 1863-1868, 4 vol., t. 1, p. 267 cité par Françoise de Noirfontaine dans Chaunu Pierre, Noirfontaine Françoise de, Foisil Madeleine, Le Basculement religieux de Paris au XVIIIe siècle, op. cit., p. 169.

68 . Remontrance de MM. les curés du Doyenné de Chelles à M. le cardinal de Noailles sur le projet d’accommodement de 1720, in Nivelle Gabriel-Nicolas, La Constitution Unigenitus déférée à l’Église universelle [...], Cologne, aux dépens de la Compagnie, 1715, 3 tomes en 4 vol., t. I, p. 461-462.

69 . Lettre d’un chanoine à un homme retiré du monde, s. l. n. d., p. 12

70 . Il était fait référence à l’article 30 de l’édit de 1695 sur la juridiction ecclésiastique.

71 . D’après Marcel Marion, la fonction essentielle du Grand Conseil est de remplacer le Parlement dans les affaires où celui-ci aurait manifestement manqué d’impartialité. Sa compétence s’étendait à l’ensemble du royaume. Marion Marcel, Dictionnaire des Institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Picard, 1968, article « Grand Conseil », p. 265-266.

72 . Noailles Louis-Antoine de, Mandement de son éminence monseigneur le cardinal de Noailles, archevêque de Paris. Pour la publication & acceptation de la constitution Unigenitus, suivant les explications approuvées par un très-grand nombre d’évêques de France, Paris, chez Jean-Baptiste Delespine, 1720.

73 . Sur cette notion complexe, voir Congar Yves, L’Église de Saint Augustin à l’époque moderne, op. cit., p. 336-338, ainsi que Histoire du Christianisme, Venard Marc (dir.), vol. 7, « De la réforme à la Réformation, (1450-1530) », p. 121-142.

74 . Congar Yves, L’Église de Saint Augustin à l’époque moderne, op. cit., p. 320-327.

Auteur

Doctorant, chisco, université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Paris Nanterre, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540